Skip to content

Nous en 2030 : lorsque naîtra le post-capitalisme transhumaniste

Quel avenir nous réservent Bill Gates, Larry Page, Mark Zuckerberg et bien d’autres ? Comment vivrons-nous en 2030 ? Ce livre nous révèle que deux groupes de milliardaires s’affrontent actuellement. Les uns veulent nous transformer en précaires contrôlés par des robots. Les autres nous veulent un avenir de stabilité assuré par les technosciences. Lesquels gagneront ce combat ? Après 1984 d’Orwell et Le meilleur des mondes d’Huxley, voici LE nouveau grand roman de (géo)politique économique, institutionnelle et civilisationnelle nous montrant à quoi ressemblera notre vie au plus bas du cycle de Kondratiev (années 2025/30), puis peu après, quand naîtra la première civilisation de type I, selon l’échelle de Kardashev si « les bons » gagnent… Une « évasion » prospectiviste dans notre avenir le plus plausible. Un livre d’histoire… future : l’Histoire des années 2020 à 2080.

Biographie de l’auteur

Daniel-Philippe de Sudres est un chercheur en neurosciences cognitives expérimentales explorant les bases neurales et phénoménales de la conscience réflexive attentive, auquel on doit d’avoir mis en évidence des stades de neurofonctionnement cérébral plus éveillés que notre état de veille ordinaire. Il est ainsi aussi un neurophilosophe, penseur de la logique des systèmes complexes naturels, didacticien, prospectiviste, écrivain, conférencier, ainsi que membre d’X-Recherche, membre associé de la Société Française d’Exobiologie (SFE), supporter de la Mars Society, « voyageur embarqué » pour SpaceUp, sympathisant du projet « Mars One » et… poète.

1 Comment »

  1. Kondratiev, Schumpeter, Spengler…Qui a raison ? Celui qui fonde sa théorie sur des cycles économiques longs, celui qui relie les fluctuations de l’économie à l’apparition d’innovations majeures ou celui qui voit les civilisations comme des entités mortelles ? Bien malin qui peut répondre avec certitude. La forêt d’indices parfois contradictoires permettent toutes les hypothèses. Chacun y trouve ce qu’il cherche. Se rassurer ou se faire peur mais il est certain que des hommes, même riches et providentiels ne suffiront pas à modifier la dynamique de la technoscience. Enfin c’est mon avis et cela n’engage que moi et ceux qui pensent comme moi.

Laisser un commentaire