Skip to content

Des synapses artificielles sont capables d’apprendre de manière autonome

Des chercheurs du CNRS de Thales, des Université de Bordeaux, Paris-Sud et d’Evry ont développé une synapse artificielle sur une puce électronique capable d’apprendre de manière autonome appelée memristor. C’est un nano composant électronique formé d’une fine couche ferroélectrique prise en sandwich entre deux électrodes. Ils ont également réussi à modéliser ce dispositif. Cette dernière étape est fondamentale pour élaborer des circuits plus complexes. Les travaux sont publiés dans la revue Nature Communications. Cette découverte ouvre la voie à la création d’un réseau de synapses et donc à des systèmes intelligents moins dépensiers en temps et en énergie.

Synapses artificielles : des ordinateurs semblables aux cerveaux pourraient maintenant être réalistes

Si les travaux sur ces synapses artificielles sont au centre des préoccupations de nombreux laboratoires, jusqu’à présent le fonctionnement de ces dispositifs restait largement incompris. Pour la première fois, les chercheurs ont réussi à élaborer un modèle physique permettant d’anticiper son fonctionnement. Cette compréhension du processus va permettre de créer des systèmes plus complexes, comme un ensemble de neurones artificiels interconnectés par ces memristors.

lire la suite du Communiqué de presse

Laisser un commentaire

Shares