Skip to content

Transhumanisme – l’idée la plus dangereuse du monde

Par Francis Fukuyama

Il y a douze ans, le livre très remarqué du philosophe américain Francis Fukuyama annonçait La Fin de l’histoire tant l’avancée des sciences nous laissait perplexe quant à la possibilité d’un avenir maîtrisé sous quelque forme que ce soit. C’est la même inquiétude et la même interrogation qui est au centre de La Fin de l’homme, une réflexion sur les conséquences de la révolution bioéthique. Sans être un vulgarisateur pédagogique ou un philosophe qui « s’occuperait » de science, Fukuyama pose la question des rapports actuels entre la science et les techniques. À partir d’un point très clair donné sur les recherches actuelles dans les domaines des opérations transgéniques, du génie génétique, de l’énergie nucléaire, des potentialités informatiques, soit un état des lieux savant de notre monde contemporain, Fukuyama établit le postulat suivant : la science, en l’état actuelle, ne peut plus s’auto-réguler. Convaincu qu’il faut rapidement et internationalement légiférer en matière de science, Fukuyama appelle de ses vœux des décisions politiques sages qui enrayeraient un emballement économique libéral ne visant que le profit, ainsi que des déclarations morales de principe – telles que les comités d’éthique par exemple, qui sont trop inopérants. Pour Fukuyama, la science est devenue un domaine éminemment politique. Il en va de l’avenir de L’homme. Fukuyama a l’immense avantage d’être clair et convaincant, ce qui n’est pas l’apanage de tous les philosophes. Il écrit : « Les pays doivent réguler politiquement le développement et l’utilisation de la technique en mettant sur pied des institutions qui discrimineront les progrès techniques qui favorisent la prospérité de l’humanité et qui font peser des menaces sur la dignité et le bien-être de l’homme ».

Depuis plusieurs décennies, un mouvement de libération étrange s’est développé dans les pays développés. Ses militants visent beaucoup plus haut que les militants de droits civiques, féministes ou défenseurs droits des homosexuels. Ils ne veulent rien moins que de libérer l’humanité de ses contraintes biologiques. Selon les « transhumanistes », les humains doivent arracher leur destin biologique du processus aveugle de l’évolution de la variation aléatoire et de l’adaptation et passer à l’étape suivante en tant qu’espèce.

Il est tentant de rejeter les transhumanistes comme une sorte de culte bizarre, rien de plus que de la science-fiction prise trop au sérieux : Témoin de leurs communiqués de presse récents (« Cyborg penseur pour répondre à l’avenir de l’humanité, » proclame un). Les plans de quelques transhumanistes de se geler cryogéniquement dans l’espoir d’être rétabli dans un âge futur semble confirmer la place du mouvement sur la frange intellectuelle.

Mais le principe fondamental du transhumanisme – que nous utiliserons un jour la biotechnologie pour nous rendre plus forts, plus intelligent, moins enclins à la violence et une durée de vie plus longue – vraiment si bizarres ? Transhumanisme est implicite dans la majeure partie du programme de recherche de la biomédecine contemporaine. Les nouvelles procédures et technologies émergentes des laboratoires de recherche et des hôpitaux – les médicaments psychotropes, substances pour stimuler la masse musculaire ou effacer sélectivement la mémoire, dépistage génétique prénatal ou thérapie génique – peuvent aussi facilement être utilisées pour « améliorer » l’espèce quant à soulager ou d’atténuer la maladie.

Bien que des progrès rapides en matière de biotechnologie nous laissent souvent vaguement mal à l’aise, la menace intellectuelle ou morale qu’ils représentent n’est pas toujours facile à identifier. La race humaine, après tout, est un désordre assez désolé, avec nos maladies tenaces, limitations physiques et courtes vie. Ajouté à cela la jalousie, la violence et les angoisses constantes de l’humanité, et le projet transhumaniste commence à sembler carrément raisonnable. S’il était techniquement possible, pourquoi ne voudrions pas transcender notre espèce actuelle ? Le caractère apparent raisonnable du projet, particulièrement lorsqu’on le considère par petits incréments, fait partie de sa dangerosité. La société est peu susceptible de tomber brusquement sous le charme de la vision du monde transhumaniste. Mais il est très probable que nous grignoterons les offres tentantes de la biotechnologie sans se rendre compte qu’ils ont un coût moral affreux.

L’égalité est peut-être la première victime du transhumanisme. La déclaration d’indépendance des Etats-Unis affirme que « tous les hommes naissent égaux », et les luttes politiques plus graves dans l’histoire des États-Unis d’Amérique ont été plus qui est considéré comme pleinement humain. Les femmes et les noirs ne faisaient pas la coupe en 1776 quand Thomas Jefferson a écrit la déclaration. Lentement et douloureusement, les sociétés avancées ont réalisé que d’être simplement humain autorise une personne à l’égalité politique et juridique. En effet, nous avons tracé une ligne rouge autour de l’être humain et dit qu’il est sacro-saint.

Cette idée de l’égalité des droits repose sur la conviction que nous possédons tous une essence humaine éclipsant les différences manifestes de couleur de peau, de beauté et même d’intelligence. Cette essence et l’opinion que les individus ont donc une valeur inhérente, est au cœur du libéralisme politique. Mais modifier cette essence est au cœur du projet transhumaniste. Si nous commençons à nous transformer en quelque chose de supérieur, quels droits vont réclamer ces créatures améliorées, et quels sont les droits qu’ils possèdent par rapport aux laissés pour compte ? Si certains vont aller de l’avant, n’importe qui peut se permettre de ne pas suivre ? Ces questions préoccupent suffisamment au sein des sociétés riches et développées. Ajouter les implications pour les citoyens des pays les plus pauvres du monde – pour qui les merveilles de la biotechnologie seront probablement hors de portée – et la menace pour l’idée de l’égalité devient encore plus menaçante.

Les défenseurs du transhumanisme pensent qu’ils comprennent ce qui constitue un bon être humain, et ils sont heureux de laisser derrière les êtres naturels limités, mortelle, qu’ils voient autour d’eux en faveur de quelque chose de mieux. Mais comprennent-ils vraiment les biens humains ultimes ? Tous nos défauts évidents, nous, les humains sommes des produits miraculeusement complexes d’un long processus d’évolution – produits dont le tout est beaucoup plus que la somme de nos parties. Nos bonnes caractéristiques sont intimement liées à nos mauvaises : si nous n’étions pas violents et agressifs, nous ne serions pas en mesure de nous défendre ; Si nous n’avions pas le sentiment d’exclusivité, nous ne serions pas fidèles à ceux qui sont proches de nous ; Si nous n’avions jamais ressenti de la jalousie, nous n’aurions jamais ressenti l’amour. Même notre mortalité joue un rôle essentiel en permettant à notre espèce dans son ensemble de survivre et s’adapter (et les transhumanistes sont à peu près le dernier groupe que je voudrais voir vivre éternellement). Modifier l’une de nos principales caractéristiques inévitablement implique de modifier un complexe, un ensemble interconnecté de traits, et nous ne serons jamais en mesure d’anticiper le résultat final.

Personne ne sait quelles possibilités technologiques émergeront pour l’auto-modification humaine. Mais nous pouvons déjà voir les désire prométhéen dans la façon de nous prescrire des médicaments pour modifier le comportement et la personnalité de nos enfants. Le mouvement écologiste nous a appris l’humilité et le respect de l’intégrité de la nature non-humaine. Nous avons besoin d’une humilité semblable concernant notre nature humaine. Si nous ne le développons pas bientôt, nous pouvons inviter involontairement les transhumanistes pour défigurer l’humanité avec leurs bulldozers génétiques et centres commerciaux psychotropes.

L’article a été publié dans la revue Foreign Policy en Septembre 2004

Un commentaire »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :