Skip to content

Quel avenir avec le transhumanisme ?

Réflexions par François Chatel

« Le transhumanisme consiste à valider l’anthropomorphisme et privilégier l’émancipation définitive en annihilant tout lien avec la nature, obstacle au développement linéaire de l’humanité, compte tenu de la liberté escomptée grâce aux progrès techno-scientifiques » [1]. Il est issu du scientisme qui veut, selon la formule d’Ernest Renan, « organiser scientifiquement l’humanité » et il est promu par le postulat selon lequel « on n’arrête pas le progrès ».

Le nombre des adeptes de cette voie augmente. Cette progression est favorisée, en partie, par l’incapacité du développement durable à respecter ses promesses. Et cette situation témoigne de l’état d’esprit des décideurs actuel du monde : la nature est considérée comme une charge incompatible avec le progrès, une obstacle “naturel” à l’émancipation de l’Homme. En témoigne, par exemple, l’échec total du sommet de Copenhague. Ce manque de réaction de la part de nos dirigeants face aux dégradations de l’environnement et du climat, montre combien la tradition judéo-chrétienne de l’Homme-roi conditionne l’inconscient collectif occidental : il faut que la doctrine soit appliquée et que la direction suivie reste la même, quelles que soient les menaces.

Et c’est grave, comme le constate Jean-Claude Guillebaud : « En réalité, le projet transhumaniste ne relève plus du futurisme ni du délire (…) Il inspire dorénavant des programmes de recherche, la création d’universités spécialisées et d’une multitude de groupes militants. Il influence une frange non négligeable de l’administration fédérale américaine et, donc, le processus de décision politique » [2].

Les transhumanistes, en majorité de culture anglo-saxonne, souhaitent que l’humanité cesse de suivre son évolution naturelle pour entrer dans une ère post-humaine, prendre ainsi le contrôle de sa destinée en se libérant des contraintes et des affres imposées par sa nature biologique.

télécharger le PDF :La Grande Relève N° 1159, p. 9 – déc. 2014 (magazine mensuel de réflexion socio-économique)

Un commentaire »

  1. Tout est deja decrit de ce que vous dites dans cet article est patiemment decrit dans le livre de l’apocalypse ecrit il y a 2000 ans et les evangiles (la bible), a ceci pret qu’apres avoir atteint une capacite immortelle, Dieu viendra remettre les choses dans l’ordre: le plus grand nombre n’acceptant pas l’ordre de la nature et campant sur une position d’un desir de monde sans Dieu (appelez cet Etre comme vous voulez), ils periront.

    Une tel article accompagnee de la lecture des evangiles, dont l’apocalypse ne peut que nous inciter a revenir a ce que nous sommes intrinsequement afin de rejoindre l’Amour de notre creation au lieu d’essayer de trouver veinement une voie immortelle egoiste d’une existence exempte de la nature.

    Rejoindre ce genre d’ideologie pronant la technologie comme vecteur de salut est un suicide pour l’ame.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :