Skip to content

La disruption des partis politiques à l’heure du Web 2.0

La déliquescence des partis politiques réside donc, non pas tant dans une hypothétique faillite discursive et idéologique, mais plutôt dans une inadéquation structurelle. N’ayant pas tiré les conséquences des révolutions induites par l’avènement de pratiques nouvelles, essentiellement dans les TIC, les partis politiques s’acharnent à vouloir continuer à prescrire et à gouverner le réel, alors qu’ils ont été disruptés par ce réel.

En savoir plus sur LesEchos.fr

%d blogueurs aiment cette page :