Skip to content

Contrôler un bras robotisé avec « les intentions » d’un patient

Des scientifiques américains viennent de faire un grand pas en matière médicale en mettant au point une nouvelle neuroprothèse implantée dans le cerveau et qui permettrait à un tétraplégique de faire bouger un bras artificiel rien que par la pensée.

Par l’implantation de neuroprothèses dans une partie du cerveau qui ne contrôle pas le mouvement directement mais plutôt « notre intention » de bouger, les chercheurs de Caltech ont développé un moyen de produire des mouvements plus naturels, plus humains, et plus fluides.

Dans un essai clinique, ils ont implanté avec succès, chez un patient quadriplégique,
via un bras robotisé séparé, lui donnant la possibilité d’effectuer un serrer de main de manière plus fluide et même de jouer à  » feuille, papier, ciseaux ».

« Lorsque vous déplacez votre bras », explique Richard Andersen, professeur de Neuroscience, « vous ne pensez pas aux muscles que vous allez devoir activer et aux détails du mouvement, vous pensez à l’objectif du mouvement. C’est donc l’intention qu’il s’agit de décoder en demandant au sujet d’imaginer le mouvement dans son ensemble, plutôt que de le décomposer ».

Les résultats de l’essai ont été publiés dans un document intitulé, « Decoding Motor Imagery from the Posterior Parietal Cortex of a Tetraplegic Human. »

source Caltech : lire le communiqué en entier (engl)

Shares