Skip to content

L’avenir sera-t-il transhumain ou très humain ?

Dernière mise à jour le 05/06/2020

L’évolution des nouvelles technologies, poussant l’homme à intégrer l’existence et l’assistance des robots, des machines à son quotidien, pour améliorer sa qualité de vie pose non seulement une question éthique, mais encore met en opposition l’humanisme et le transhumanisme. Cette coexistence a-t-elle ou doit-elle avoir ses limites ? Notre avenir doit-il faut de nous des “très humains” ou des transhumains ? Alain Damasio, auteur de science-fiction et Michel Lévy-Provençal, ingénieur, tentent de les définir, au travers d’un échange.

(…)

voir l’article sur Huffingtonpost

 

LIRE AUSSI 🔖  Nous en 2030 : lorsque naîtra le post-capitalisme transhumaniste

1 Comment »

  1. synthèse de presse bioéthique Gènétique 07/04/2015

    Pour Alain Damsio, le transhumanisme est « trop intimement noyauté par des logiques capitalistes pour être crédible » et représente « une solution hâtive et inégalitaire pour des problèmes que notre émancipation propre doit affronter ». Il encourage à penser la technologie pour « proposer un futur qui renoue avec l’horizon du désirable » et se méfie de l’« euphorie technophile » cultivée par les transhumanistes. Leurs idéaux « touchent à l’eugénisme, au choix si toxique du sexe de son enfant, au corps-à-corps avec le monde, au refus rationaliste du hasard précieux, à la liberté du vivant, à ce qui fait de nous des hommes : la fragilité, clé de la sensibilité et de l’empathie à autrui, la vulnérabilité, le vieillissement mûrit qui nous change, qui nous mûrit, qui nous grandit ».

    Il met en garde contre une certaine utilisation de la technologie qui cultive le « faire faire » au lieu du « faire » et amène à « une dégradation de notre puissance de vivre et d’agir directement, sans délégation aucune, par nous-mêmes ». L’écrivain appelle à « ne pas avoir peur d’être vulnérable et fragile. C’est ainsi qu’on se découvre vivant ». Il propose également de n’utiliser, « avec la plus belle des sobriétés », que les technologies « indispensables, fertiles, qui nous ouvrent le monde ». Notre rapport aux technologies invasives est « à travailler, à épurer, à déconstruire et à reconstruire-pour soi, avec les autres » afin d’éviter de nous refermer dans « la sécurité paresseuse des outils », ou encore dans ce qu’il nomme les « conforteresses » technologiques.

    Michel Lévy Provençal quant à lui souligne la puissance de la peur « indépassable » de la mort, et met en avant la perspective « fascinante et effrayante à la fois » offerte par le transhumanisme : « La possibilité d’une vie éternelle ». Il souligne que celle-ci serait accompagnée d’« une maladie de l’âme, une absence de goût pour la vie, une perte de désir ». « L’épidémie de la fin du XXIe siècle ne sera plus le cancer, mais la dépression » déclare-t-il, elle accentuera le lien entre le désir et la mort. « Puissance, désir, voilà ce que les Transhumains attaquent, probablement sans le savoir. Ils oublient que le désir porte la mort en son sein ».

    « La vie veut croître et se perpétuer, c’est-à-dire créer, elle ne veut pas forcément durer. Nietzsche voyait même dans cette pulsion de conservation un symptôme de décadence » rappelle Alain Damasio qui déclare qu’« un autre futur est possible ». Il « passera par la technologie certes, mais tout autant par une réinvention du vivre-ensemble, des liens directs, d’un écosystème humain et naturel bienveillant ». Un futur « Très-humain plutôt que transhumain ».

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recommandé
Ces papillons bioniques développés par Festo sont autonomes et ultralégers.…