Skip to content

Technologies biométriques pour la gestion et la vérification des identités

La 15eme édition des Tables Rondes de l’Industrie de l’eu-LISA organisée en coopération avec la Présidence Française du Conseil de l’UE, a eu lieu le 16 juin 2022 à Strasbourg.

L’événement, intitulé « Technologies biométriques pour la gestion et la vérification des identités« , a présenté des exemples de technologies biométriques pour la gestion et la vérification des identités, dans le contexte des systèmes informatiques à grande échelle développés et opérés par eu-LISA.

Les participants ont partagé et discuté des expériences et des meilleures pratiques, ainsi que des technologies permettant de combler les lacunes en matière de capacités de vérification d’identité aux points de passage des frontières extérieures, et des solutions permettant une gestion efficace des identités.

« La reconnaissance biométrique utilisée dans des conditions dégradées, la gestion de l’identité en tant que service, l’interopérabilité des systèmes et la gestion de grand volumes de données – je pense qu’il y a un sujet d’intérêt pour à peu près tout le monde dans notre communauté », déclare Krum Garkov, Directeur Exécutif d’eu-LISA.

Les points de passage frontaliers sont au cœur de l’attention pour le lancement prochain du système d’entrée/de sortie (EES), qui augmentera l’automatisation des contrôles aux frontières et renforcera la sécurité intérieure. Le système remplacera la pratique actuelle du cachet manuel sur le passeport par un enregistrement électronique dans une base de données d’informations biographiques et biométriques, ce qui aidera les États membres de l’UE à gérer les flux de voyageurs et à mieux contrôler les séjours autorisés et leur éventuel dépassement.

« Lorsqu’eu-LISA s’est lancée dans le développement de l’EES, l’un des obstacles était de s’assurer que la qualité de l’acquisition des données biométriques était conforme aux normes – ce qui était particulièrement difficile aux frontières terrestres, où les gardes-frontières rencontrent un large éventail de moyens de transports (voitures, camions, trains), mais aussi des conditions météorologiques extrêmes ou un mauvais éclairage », explique Garkov.

« Trois années se sont écoulées depuis que nous avons abordé ces défis, lors d’une précédente édition des Tables Rondes de l’Industrie d’eu-LISA. Au cours de cette période, eu-LISA a fait des progrès significatifs dans le développement d’EES, tandis que les autorités des États membres mettent graduellement à niveau leurs points de passage frontaliers pour garantir le respect de tous les critères de qualité », ajoute-t-il.

Au nom de la présidence française du Conseil de l’UE, Jérome Letier, Directeur du numérique du ministère de l’intérieur a déclaré que « un de nos défis majeurs aujourd’hui est de s’assurer que les Etats membres bénéficient des technologies les plus performantes adaptées à leurs propres particularités en matière de gestion des identités aux points de passage frontière et dans le cadre de missions de sécurité publique. C’est pour cela que nous devons nous assurer que les outils à disposition des autorités nationales sont constamment adaptés aux évolutions technologiques ».

Tout au long de l’événement, les participants ont présenté et discuté des solutions industrielles et des processus commerciaux permettant de relever les défis spécifiques et de combler les lacunes en matière de gestion et de vérification de l’identité.

La table ronde a été divisée en deux parties :

La première partie s’est concentrée sur les processus commerciaux et les technologies pertinentes qui facilitent le traitement des ressortissants de pays tiers traversant les frontières Schengen, de la manière la plus efficace et efficiente.

La deuxième partie s’est concentrée sur la gestion de l’identité en tant que service, intégrant la gestion des systèmes de correspondance biométrique, les systèmes de vérification des documents et d’autres approches et technologies appropriées.

La police française souhaite disposer d’une capacité mobile de prise d’empreintes digitales en partie pour recueillir les données biométriques des victimes d’infractions, afin de les différencier d’autres données, telles que les empreintes digitales latentes trouvées sur une scène de crime. L’identification des cadavres, la vérification de l’identité et du droit de séjour et l’inscription dans les systèmes d’information pour les infractions mineures ont également motivé le projet.

Jennifer Aflalo, responsable du programme de sécurité et d’identité biométrique d’Isorg, a expliqué les capteurs à photodiode organique d’Isorg, ainsi que la mise en œuvre du capteur et les considérations relatives à la qualité de l’image. Utilisée dans un scanner qui fournit une source de lumière dédiée, la technologie d’Isorg répond aux critères de qualité des empreintes digitales de haute sécurité, explique Jennifer Aflalo.

La conception initiale du prototype a été suivie d’une version à plus large échelle, et des commentaires recueillis auprès des autorités judiciaires françaises, puis d’un système de la taille d’un smartphone conçu pour une évaluation finale et une comparaison avec d’autres alternatives du marché.

Des images de bonne qualité ont été fournies avec un traitement minimal, marquant un succès pour Isorg, selon la présentation, avec des résultats similaires à d’autres technologies biométriques certifiées par le FBI.

En tant que dispositif optique, le scanner peut également capturer des documents d’identité et même des empreintes latentes, précise Aflalo. Les tests ont montré qu’il était possible de recueillir des empreintes latentes sur l’appareil, puis des empreintes de sujets vivants, sans que la qualité des images de ces derniers ne soit affectée, et ce jusqu’à 100 répétitions.

L’un des principaux avantages du test, du point de vue d’Isorg, a été le travail de mise en place du traitement d’image nécessaire pour répondre aux exigences de la police.

Les Tables Rondes de l’Industrie de l’’eu-LISA ont pour objectif de réunir des représentants de l’industrie, des autorités des États membres et des institutions de l’UE. Elles offrent à la communauté de l’eu-LISA un forum d’échange de vues sur le développement de nouvelles technologies, les exigences règlementaires et les processus opérationnels. Parmi les orateurs figureront des représentants de la Commission européenne, du Service des douanes et de la protection des frontières et du Bureau de gestion de l’identité biométrique des États-Unis, de l’Office fédéral allemand de la sécurité de l’information, du Ministère français de l’Intérieur, de l’Université norvégienne des sciences et de la technologie, de l’eu-LISA et du secteur industriel.

L’Agence de l’Union européenne pour la gestion opérationnelle des systèmes d’information à grande échelle au sein de l’espace de liberté, de sécurité et de justice (eu-LISA) a été créée en 2011, comme solution à long terme pour la gestion des systèmes d’information à grande échelle dans le paysage européen de la Justice et des Affaires Intérieures (JAI), et est devenue opérationnelle en 2012.

Aujourd’hui, elle joue un rôle primordial dans la gestion des systèmes d’information de gestion des frontières et de la sécurité intérieure de l’Europe, en fournissant l’expertise pour gérer et développer les systèmes informatiques à grande échelle de la Justice et des Affaires intérieures et assurer la permanence de leurs infrastructures de communication. Le siège de l’eu-LISA se trouve à Tallinn (Estonie), tandis que la gestion opérationnelle des systèmes confiés à l’Agence est assurée à Strasbourg et un site technique de secours est situé à Sankt Johann im Pongau (Autriche). L’Agence dispose également d’un bureau de liaison à Bruxelles (Belgique).

Laisser un commentaire Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%%footer%%