Archives par mot-clé : identité numérique

Pass sanitaire, vers un traçage généralisé de la population

Arthur Delaborde reçoit François-Bernard Huygue, Directeur de recherche à l’institut de Relations Internationales et Stratégiques (IRIS), spécialisé sur la communication, la cyberstratégie et l’intelligence économique et Cyrille Dalmont, chercheur associé numérique à l’institut Thomas More.

@CyrilleDalmont “Aujourd’hui on se rend compte que les Etats aussi veulent collecter nos données, plus seulement les #gafam. Mais les géants du numérique n’ont pas d’armée, ni de police ou d’opposants politiques. On est sur une tendance lourde de sens…!” #PassSanitaire

@CyrilleDalmont “#PassSanitaire : toutes les personnes qui croient naïvement que cet outil va disparaitre après la #CriseSanitaire se leurrent ! Le QR code va s’inscrire dans le passeport biométrique européen !”

@CyrilleDalmont “#PassSanitaire permet de savoir où sont exactement les citoyens, quand et avec qui. Demain personne n’est capable de nous dire qui aura accès à ces données !” #CriseSanitaire

@CyrilleDalmont “#PassSanitaire : La logique de protection des données avancée par l’Etat est factuellement fausse ! Il y a forcément un échange de données lorsque vous scannez le QR code” #COVID19

Pass sanitaire – Il faut s’inquiéter du monde qui vient. “Le 12 juillet, Emmanuel Macron a annoncé l’extension du pass sanitaire aux espaces de loisir, où il faudra bientôt présenter un QR code. Cette décision s’inscrit dans une dynamique de traçage numérique et de privation de libertés”, déplorent Jean-Thomas Lesueur et Cyrille Dalmont.

Covid-19 : Un rapport préconise la collecte de données personnelles

Dans un rapport présenté par la délégation sénatoriale à la prospective, les membres de la Haute assemblée défendent la mise en place d’une plateforme numérique de collecte de données pour prévenir de nouvelles épidémies.

Véronique Guillotin membre du Mouvement Radical
Christine Lavarde membre du parti Les Républicains
René-Paul Savary membre du parti Les Républicains

Le rapport « CRISES SANITAIRES ET OUTILS NUMÉRIQUES : RÉPONDRE AVEC EFFICACITÉ POUR RETROUVER NOS LIBERTÉS » est disponible ici (ou copie ici).

Les recommandations n’ont pas de valeur législative à ce jour et le rapport n’est donc pas un projet de loi adopté à ce jour. Mais, le contenu de ce rapport interroge.

Pour retrouver nos libertés il faut accepter une société de contrôle maximal, un contrôle numérique de l’intrusivité dans votre vie privée. Les seules réponses à une épidémie sont les restrictions de libertés.

https://www.publicsenat.fr/article/societe/covid-19-un-rapport-du-senat-preconise-la-collecte-de-donnees-personnelles-pour

p.10 http://www.senat.fr/fileadmin/Fichiers/Images/delegation/prospective/PRO_Rapport_numerique_pandemies.pdf
p.13-14
p.13-14
p.15
p.23
p.23-24
p.24
p.24-25
p.25
p.43-44
p.54
p.54
p.59
p.60
p.62
p.87
p.106
Source : Institut Montaigne, avril 2020
p.133
p.133 cdh
p.137
p.139
p.144
http://www.senat.fr/notice-rapport/2020/r20-673-notice.html

Un brevet pour créer des chatbots à partir de vos proches décédés

N’ayant apparemment rien appris de Black Mirror, Microsoft a déposé un brevet “Creating a Conversational Chatbot of a Specific Person,” pour ramener des êtres chers décédés sous forme de chatbots à partir de leurs données numériques afin que vous puissiez avoir une conversation de type messagerie instantanée avec eux depuis l’au-delà.

Le brevet mentionne également l’utilisation de modèles 2D ou 3D de personnes spécifiques générés par des photos ou des données vidéos.

“La personne spécifique peut correspondre à une entité passée ou présente (ou une version de celle-ci), telle qu’un ami, un parent, une connaissance, une célébrité, un personnage fictif, un personnage historique, une entité aléatoire, ou vous-même – ce qui implique que les personnes vivantes pourraient constituer un “remplaçant numérique” en cas de décès.

Les normes sociales changent, mais cela semble difficile à vendre.

https://twitter.com/disclosetv/status/1352608657230483457

Il y a très peu de chances que les ingénieurs de Microsoft développent un jour ce système. Tim O’Brien, directeur général des programmes d’IA chez Microsoft, a tweeté qu’il n’avait pas connaissance de projets visant à donner vie à ces algorithmes.

L’idée que vous puissiez, à l’avenir, parler à une simulation représentant une personne décédée n’est pas nouvelle. Plusieurs startups préparent le terrain pour ce futur, en compilant des données sur les personnes vivantes et décédées afin de pouvoir créer des avatars numériques de ces personnes. Le voyage vers l’immortalité numérique ne fait que commencer.

Input, The Independent

Intelligence artificielle : quelles conséquences pour la protection de nos données ?

L’intelligence artificielle est au cœur de nombreux débats en ce qui concerne la confidentialité en ligne, la sécurité et la protection des données des utilisateurs. Avec ses capacités d’analyse décuplées, l’IA est souvent vue comme un outil de protection à fort potentiel. Mais, à l’image des technologies de dématérialisation comme celle du cloud gaming, l’IA est un outil à double tranchant.

La rapidité de calcul et d’analyse de centaines de milliers de données en quelques instants ferait ainsi de l’intelligence artificielle une alliée puissante lorsqu’elle est utilisée à bon escient, selon certains experts. Elle pourrait par exemple permettre de découvrir très rapidement de potentielles failles dans les systèmes informatiques des grandes entreprises, ce qui protégerait les utilisateurs finaux de manière plus efficace contre les pirates informatiques ou les personnes malveillantes.

Certaines entreprises de cybersécurité se spécialisent d’ailleurs dans la protection assistée par l’IA. Mais cela est loin d’être un tableau idyllique, car le potentiel de l’IA vient avec un coût pour la protection des données des utilisateurs. La rapidité et l’efficacité de l’intelligence artificielle lui viennent ainsi en partie de l’incroyable masse de données de laquelle elle a appris.

Cela se fait d’ailleurs souvent aux dépens de la confidentialité. Car pour que ces produits, dont la promesse et le bénéfice sont basés sur l’intelligence artificielle, soient efficaces, il est nécessaire de rassembler et d’analyser les actions de millions de personnes ou même leurs profils personnels.

Même si ces données sont anonymisées, elles permettent parfois de retrouver des informations bien trop personnelles. Plusieurs enquêtes d’investigation par des journalistes du monde entier ont ainsi souligné le danger des services de localisation utilisés par certaines applications, en montrant qu’il était possible de suivre les allers et venues de tout un chacun et d’ainsi de deviner leur identité.

Dans le contexte de la pandémie de COVID, ces questions se sont faites encore plus pressantes. L’utilisation de l’IA permet ainsi déjà de générer des statistiques sur le nombre de personnes qui portent un masque dans les espaces publics à Paris ou à Cannes.

Harold Li, expert en cybersécurité et Vice-Président d’ExpressVPN, avertit ainsi les utilisateurs : “À l’ère du numérique, la protection de la vie privée dépend de notre capacité à contrôler la manière dont nos données sont collectées, stockées, modifiées et supprimées. Tant que nous pouvons le faire de manière responsable, il est possible de respecter la vie privée tout en bénéficiant des progrès technologiques. Mais pour l’instant, lorsque que des données sont utilisées par une intelligence artificielle ou pour le machine learning, il n’existe toujours pas de moyen de récupérer ces données ou de revendiquer leur influence sur le produit final qu’elles ont servi à produire. Il n’est pas non plus évident de savoir si nous pouvons apprendre à une machine à “oublier” quelque chose après qu’elle l’ait “appris””.

En plus de ces problèmes liés à la confidentialité, il est aussi important de garder à l’esprit que les pirates informatiques sont souvent très réactifs quand il s’agit de s’approprier une technologie, quel que soit son niveau de complexité. Il est ainsi possible que l’avenir des cyberattaques réside lui aussi dans les IA. Protéger ses données et sa confidentialité devient donc de plus en plus important. Il est néanmoins possible de maintenir sa confidentialité grâce à quelques solutions simples et peu coûteuses, comme l’installation d’un réseau privé virtuel premium en profitant d’une promo VPN. Un contrôle régulier des permissions de ses applications mobiles permet également de mieux comprendre quels acteurs s’intéressent à quelles données, et ainsi de mieux en contrôler le partage. Un partage qui devrait d’ailleurs toujours aller dans le sens de l’utilisateur.

Julie Khoum
Après environ 10 années dans le digital et la French Tech à Paris, je suis devenue rédactrice et journaliste. Je suis passionnée de sport et par les sujets liés à l’avenir du travail, le digital nomadisme et le développement personnel. Convaincue que nous sommes à une grande ère comportant de multiples changements, j’œuvre pour que ces derniers soient documentés.

Les paiements par reconnaissance faciale pourraient remplacer les QR codes en Chine

Greg Geng, vice-président de WeChat Business Group de Tencent, a déclaré : “En Chine, les méthodes de paiement utilisant les QR codes ont remplacé les espèces et les cartes en seulement cinq ans. Il est possible qu’au cours des prochaines années, de nouveaux produits plus performants puissent remplacer les QR codes” lors de la conférence East Tech West de CNBC en Chine, selon CNBC.

Tencent et Ant Financial, qui exploitent respectivement WeChat Pay et Alipay, auront probablement un rôle à jouer dans l’essor des méthodes de paiement en Chine, le cas échéant, étant donné leur position dominante sur le marché chinois des paiements mobiles de 6,8 trillion de dollars (soit en français : un trillion = un milliard de milliards). Les deux entreprises offrent déjà des options de paiement populaires et ont accès aux renseignements sur les paiements des consommateurs, de sorte qu’il peut être facile pour elles d’offrir aux consommateurs des processus de paiement nouveaux et novateurs.

Les paiements par reconnaissance faciale pourraient être la prochaine étape la plus probable pour l’industrie des paiements en Chine étant donné leur commodité et l’intérêt de Ant Financial et Tencent pour cette technologie. Le mode de paiement peut créer une expérience rapide et sans friction puisque les utilisateurs n’ont pas besoin de présenter un appareil ou une carte, ce qui peut le rendre attrayant pour les consommateurs.

Et comme WeChat Pay et Alipay proposent tous les deux une technologie de point de vente (PDV) – ou en anglais POS (Point Of Sale) – capable de prendre en charge les paiements par reconnaissance faciale, l’option pourrait être largement disponible dans un proche avenir, bien qu’ils devront se pencher sur les préoccupations des consommateurs en matière de protection des données biométriques et de la confidentialité de leurs informations.

CaixaBank : reconnaissance faciale pour les guichets automatiques

La France lance un programme national d’identification faciale à l’échelle nationale

La France est sur le point de devenir le premier pays européen à utiliser la technologie de reconnaissance faciale pour donner aux citoyens une identité numérique sécurisée, qu’ils le souhaitent ou non.

Le gouvernement du président Emmanuel Macron, qui dit vouloir rendre l’État plus efficace, fait avancer le projet de déploiement d’un programme d’identification, baptisé Alicem “Authentification en ligne certifiée sur mobile”. Il sera déployée en novembre. Le régulateur des données du pays affirme que le programme viole la règle européenne du consentement et qu’un groupe de protection de la vie privée le conteste devant la plus haute juridiction administrative de France. Il a fallu un peu plus d’une heure à un pirate informatique pour pirater une application de messagerie “sécurisée” du gouvernement cette année, ce qui soulève des inquiétudes quant aux normes de sécurité de l’État.

Rien de tout cela ne décourage le ministère de l’intérieur français.

“Le gouvernement veut amener les gens à utiliser Alicem et la reconnaissance faciale”, a déclaré Martin Drago, un avocat membre du groupe de protection de la vie privée La Quadrature du Net qui a porté plainte contre l’État. “Nous nous dirigeons vers une utilisation massive de la reconnaissance faciale. Peu d’intérêt pour l’importance du consentement et du choix.” L’affaire, déposée en juillet, ne suspendra pas Alicem.

Identités numériques

La France rejoindra ainsi les Etats du monde entier qui s’empressent de créer des “identités numériques” pour donner aux citoyens un accès sécurisé à tout, de leurs impôts et de leurs banques aux factures de sécurité sociale et de services publics. Singapour utilise la reconnaissance faciale et a signé un accord pour aider le Royaume-Uni à préparer son propre système d’identification. L’Inde utilise la balayage de l’iris.

La France affirme que le système d’identification ne sera pas utilisé pour surveiller les résidents. Contrairement à la Chine et à Singapour, le pays n’intégrera pas la biométrie de reconnaissance faciale dans les bases de données d’identité des citoyens. En fait, le ministère de l’Intérieur, qui a développé l’application Alicem, affirme que les données de reconnaissance faciale recueillies seront supprimées lorsque le processus d’inscription sera terminé. Cela n’a pas empêché les gens de s’inquiéter de son utilisation abusive potentielle.

“Se lancer dans la reconnaissance faciale à ce stade est un risque majeur” en raison des incertitudes sur son utilisation finale, a déclaré Didier Baichere, un législateur du parti au pouvoir qui siège à la commission “technologies du futur” du Parlement et qui est l’auteur d’un rapport sur ce sujet en juillet. Permettre l’utilisation de masse avant de mettre en place des freins et contrepoids appropriés est “ridicule”, a-t-il déclaré.

Image publicitaire du ministère de l’Intérieur pour Alicem.

Sans consentement

L’application exclusivement Android et portant le blason de la République française, que Bloomberg a pu consulter, sera le seul moyen pour les résidents de créer une identité numérique légale et la reconnaissance faciale en sera l’unique catalyseur. Un identifiant sera créé par le biais d’une inscription unique qui consiste à comparer la photo de l’utilisateur figurant dans son passeport biométrique à une vidéo selfie prise sur l’application qui capturera les expressions, les mouvements et les angles. Le téléphone et le passeport communiqueront via leurs puces intégrées.

Les opposants affirment que l’application enfreint potentiellement le règlement général européen sur la protection des données, qui rend obligatoire le libre choix. Emilie Seruga-Cau, qui dirige le service des affaires régaliennes à la CNIL, le régulateur indépendant du pays pour la protection de la vie privée, a déclaré que ses préoccupations étaient “très claires”.

La sécurité est une autre préoccupation. Les autorités disent que la sécurité d’Alicem est au “plus haut niveau de l’Etat”. Pourtant, en avril, Robert Baptiste, un pirate informatique qui se fait appeler Elliot Alderson sur Twitter, a pu accéder en 75 minutes à l’une des applications “hautement sécurisées” du gouvernement, ce qui soulève des questions sur la résilience de la sécurité en ligne de l’État.

“Le gouvernement ne devrait pas se vanter que son système est sécurisé, mais accepter d’être contesté”, a déclaré Baptiste.” Ils pourraient débloquer des primes pour la découverte de bugs critiques avant de commencer, parce que ce serait grave si des failles étaient découvertes après que les gens commencent à l’utiliser, ou pire si l’application est piratée lors de l’inscription, lorsque les données de reconnaissance faciale sont recueillies”.

Fuite d’une base de données de reconnaissance faciale en Chine

Les législateurs de l’opposition s’inquiètent de l’intégration de la reconnaissance faciale dans les lois permettant de suivre les manifestants violents, comme lors des manifestations du gilet jaune. Drago, qui conteste les projets du gouvernement sur les questions de confidentialité et de consentement, a déclaré que l’absence de débat “permet à l’État d’aller de l’avant, sans entraves”.

Pendant ce temps, les tests de reconnaissance faciale se multiplient. La surveillance par caméra en direct dans les rues du Pays de Galles a été jugée légale ce mois-ci par un tribunal de Londres. L’Allemagne, les Pays-Bas et l’Italie l’utilisent pour accélérer les contrôles aux frontières. En août, l’autorité suédoise de protection des données a infligé une amende à la municipalité de Skelleftea pour avoir testé la reconnaissance faciale d’élèves du secondaire afin de mesurer leur fréquentation. Apple Inc. a banalisé l’utilisation de la biométrie pour déverrouiller les téléphones portables.

La nouvelle Commission de l’UE, dont le mandat débute en novembre, a notamment pour objectif la construction d’une “Europe digne de l’ère numérique”. Un document de politique interne de la Commission décrivait en détail les mesures que l’UE devrait prendre pour maîtriser les technologies de l’intelligence artificielle, y compris la reconnaissance faciale.

“L’utilisation généralisée d’un équivalent de l’ADN public est un défi pour les régulateurs”, a déclaré Patrick Van Eecke, spécialiste de la vie privée et des données chez DLA Piper à Bruxelles. “L’utilisation par la France de la reconnaissance faciale pour l’identité numérique peut être envisagée de deux façons : elle va trop loin en termes de respect de la vie privée, ou elle utilise la nouvelle technologie la plus sûre.

Bloomberg, Numerama

L’ère post-numérique approche : êtes-vous prêts ?

Le rythme de l’évolution technologique qui balaie hardiment les entreprises et la société est époustouflant – et il nous fait passer de l’ère numérique à une nouvelle réalité, une nouvelle ère qui sera celle de l’ère post-numérique.

Pourquoi le post-numérique ? Pensez à où nous en sommes aujourd’hui. Selon l’International Data Corporation (IDC), 1,25 trillion de dollars seront consacrés à la transformation numérique à l’échelle mondiale en 2019, et ce chiffre montera en flèche pour atteindre 1,97 trillion de dollars en 2022. Et plus de 60 % du PIB mondial sera numérisé, et la croissance de chaque secteur sera stimulée par des offres, des opérations et des relations améliorées par le numérique.

Qu’est-ce que cela signifie ?

Les entreprises se trouvent à un tournant décisif. Dans un environnement où tout le monde dit qu’il passe au numérique, nous aurons besoin d’un nouvel ensemble de règles pour réussir. Le numérique est certes encore important, mais c’est maintenant simplement le prix d’entrée pour faire des affaires – ce n’est plus un avantage de différenciation. Quel est le secret pour créer un avantage concurrentiel dans ce monde post-numérique ? C’est ce qui est au cœur de la nouvelle vision technologique 2019 d’Accenture, le nouveau rapport des principales tendances technologiques mondiales au cours des trois prochaines années et au-delà. Le rapport explore cette ère post-numérique et les implications et impératifs stratégiques pour les entreprises.

Dans le monde post-numérique, la différenciation vient de l’application numérique de nouvelles méthodes puissantes. Les technologies nécessaires pour innover et se différencier vont au-delà de l’adoption fondamentale des outils et concepts numériques. C’est une époque où l’établissement d’une relation de confiance avec les clients, les employés, les partenaires d’affaires et les communautés grâce à une approche responsable de la technologie est la priorité absolue pour tous les dirigeants de C-suite qui veulent croître et réussir.

À quoi ressemblera cette ère post-numérique ?

Un monde où l’individualisation et les capacités instantanées à la demande permettront aux entreprises de saisir et de livrer sur des marchés ponctuels.

La prochaine vague de technologie permettra de personnaliser en profondeur les produits, les services et même l’environnement des gens – ce qu’Accenture appelle l’”individualisation” – et de les diffuser instantanément à la demande. Les entreprises pourront mieux que jamais comprendre les consommateurs, les employés, les partenaires d’affaires et leurs objectifs, et elles auront l’agilité nécessaire pour se rapprocher encore plus et agir “dans l’immédiat” pour répondre aux besoins des personnes.

En combinant l’individualisation avec des capacités instantanées à la demande, les entreprises seront en mesure de répondre aux besoins et attentes des individus dans tous les aspects de leur vie, de leur carrière ou de leurs relations d’affaires, façonnant ainsi leur réalité. Pour ce faire, les organisations devront à la fois comprendre les gens à un niveau holistique et répondre à l’évolution des besoins en un clin d’œil.

Le rythme de l’innovation ne sera jamais plus lent qu’aujourd’hui. Parce qu’il faut l’admettre, le monde est complexe et rapide comme l’éclair : 94 % des dirigeants d’entreprises et des responsables informatiques interrogés ont déclaré que le rythme de l’innovation dans leurs organisations s’était accéléré au cours des trois dernières années en raison des technologies émergentes. La loi de Moore approche de ses limites et de nouveaux types de calcul apparaissent, la technologie s’intéresse de plus en plus à tous les aspects de la vie et des expériences de travail des gens.

Bon nombre de ces progrès technologiques sont positifs. Nous avons vu des écrans éblouissants dans le diagnostic des soins de santé utilisant l’intelligence artificielle, la réalité virtuelle et la technologie numérique double. Plus de la moitié (3,9 billion) de la population mondiale est maintenant en ligne et utilise Internet, ce qui représente une société mondiale de l’information plus inclusive. Et les gens appliquent la technologie à bon escient, de l’adoption de la blockchain pour les efforts humanitaires à l’amélioration des pratiques agricoles et à la réduction des déchets dans la chaîne d’approvisionnement alimentaire mondiale.

Mais certains impacts de la technologie ont un inconvénient qui motive le “techlash”. Il suffit d’observer le positionnement géopolitique des superpuissances de l’intelligence artificielle, ainsi que la montée de l’opinion publique exigeant des entreprises qu’elles rendent compte de ce qu’elles construisent et lancent sur le marché. La technologie s’étend même à des domaines complexes, comme l’édition génétique et le capitalisme de surveillance, qui soulèvent de nouvelles questions éthiques pour la société.

Alors que vous tracez la voie à suivre pour exploiter les innombrables possibilités qui s’offrent à votre entreprise pour prendre de nouvelles directions dans l’ère post-numérique, il est impératif que le principe directeur soit l’innovation ciblée dont le but est de créer des retombées et impacts commerciaux précieux, tout en gérant les opportunités avec responsabilité.

Tech Vision 2019, “The Post-Digital Era Is Upon Us: Are You Ready for What’s Next?” donne un aperçu du nouveau monde avec des idées novatrices, des tendances bien documentées, des résultats d’enquêtes mondiales et des points de décision sur ce qu’il faudra faire pour naviguer dans l’avenir.

Les cinq tendances sont les suivantes :

1. DARQ Power : Comprendre l’ADN du DARQ

Les nouvelles technologies sont des catalyseurs du changement, offrant aux entreprises de nouvelles capacités extraordinaires. La technologie du grand livre distribué, l’intelligence artificielle, la réalité étendue et l’informatique quantique seront le prochain ensemble de nouvelles technologies pour déclencher un changement radical, permettant aux entreprises de réimaginer des industries entières.

2. Apprenez à me connaître : Déverrouiller des consommateurs uniques et des opportunités uniques

Les interactions axées sur la technologie créent une identité technologique en expansion pour chaque consommateur. Cette base vivante de connaissances sera essentielle non seulement pour comprendre la prochaine génération de consommateurs, mais aussi pour établir des relations riches, individualisées et fondées sur l’expérience à l’ère post-numérique.

3. Humain+ Travailleur : Changer le lieu de travail ou entraver la main-d’œuvre.

Les effectifs deviennent humains+ : chaque individu est responsabilisé par ses compétences et ses connaissances ainsi que par un nouvel ensemble de capacités, en constante augmentation, rendu possible par la technologie. Désormais, les entreprises doivent adapter les stratégies technologiques qui ont permis de créer avec succès cette main-d’œuvre de la prochaine génération pour soutenir une nouvelle façon de travailler à l’ère post-numérique.

4. Sécurisez-nous pour me sécuriser : Les entreprises ne sont pas des victimes, elles sont des vecteurs.

Bien que les entreprises axées sur les écosystèmes dépendent de l’interconnectivité, ces connexions augmentent l’exposition des entreprises aux risques. Les grandes entreprises reconnaissent que, tout comme elles collaborent déjà avec des écosystèmes entiers pour offrir les meilleurs produits, services et expériences de leur catégorie, il est temps que la sécurité se joigne également à cet effort.

5. MyMarkets : Répondre aux besoins des consommateurs à la vitesse de l’éclair

La technologie crée un monde d’expériences intensément personnalisées et à la demande, et les entreprises doivent réinventer leurs organisations pour trouver et saisir ces opportunités au fur et à mesure qu’elles se présentent. Cela signifie qu’il faut considérer chaque occasion comme s’il s’agissait d’un marché individuel – un marché momentané.

Là où opportunités et responsabilités se rencontrent.

L’ère post-numérique perturbera et remodèlera les entreprises et les industries, apportant de nouvelles capacités et possibilités puissantes. Mais cela ne veut pas dire que le numérique n’est pas terminé, bien au contraire, car la plus grande partie du chemin est encore à parcourir, mais le post-numérique exige de nouvelles règles.

Comme chaque entreprise devient effectivement une entreprise numérique, le leadership dépendra de la vitesse à laquelle votre entreprise pourra continuer à maîtriser l’intelligence artificielle, la réalité étendue, la technologie des grands livres distribués, l’informatique quantique et plus encore.

L’ère post-numérique offre aux entreprises une formidable opportunité d’innover et de faire croître leurs activités, ainsi qu’un mandat sans précédent et urgent de se concentrer sur l’instauration d’un climat de confiance et d’une innovation responsable. Il est primordial de tenir compte de la protection de la vie privée, de la sécurité, de l’éthique et de la gouvernance associées à ce niveau d’accès fondé sur la technologie.

Le chemin vers l’ère post-numérique nous attend. Le rapport invite à franchir une nouvelle étape dans la transformation numérique de votre entreprise en appliquant les nouvelles technologies, en investissant dans vos talents et votre organisation pour développer des compétences post-numériques et en renforçant les relations fondées sur la confiance afin d’accroître votre succès.

Rapport Accenture Technology Vision 2019
[su_document url=”https://iatranshumanisme.com/wp-content/uploads/2019/03/Accenture-TechVision-2019-Tech-Trends-Report.pdf” width=”640″]

Accenture

Le nouvel iPhone, une machine à calculer mais pas seulement

La “grand-messe” célébrant les 10 ans du lancement du 1er iPhone a donc eu lieu. De manière symbolique, elle a pris place dans le tout nouvel amphithéâtre baptisé du nom du co-fondateur emblématique d’Apple, Steve Jobs, situé au sein du nouveau siège gigantesque de la marque à la pomme, dont la structure en rond avait déjà été parodiée au cinéma, bien avant son inauguration, dans le film vigoureusement anti-technologique, The Circle.

Le produit révélé aujourd’hui (celui appelé “X”, les deux autres modèles n’étant à peu de choses près que des mises à jour du précédent) était fermement attendu par les fans du monde entier. Cet iPhone anniversaire n’avait pas le droit de décevoir. De fuites plus ou moins orchestrées, en photos et vidéos volées sur les chaînes de montage asiatiques en passant par les nombreux rendus visuels d’artistes, ce modèle avait tenu en haleine la communauté des aficionados de technologie tout l’été. Il fut question un temps d’un lecteur d’empreinte intégré sous l’écran, puis d’un lecteur sur le bouton placé sur la tranche, puis d’un lecteur au dos de l’appareil, puis de la disparition pure et simple de ce lecteur au profit d’un unique système de reconnaissance 3D du visage… Nous savons maintenant ce qu’il en est, le nouveau système baptisé Face ID a bien vocation à remplacer totalement la lecture d’empreinte (et tous les autres téléphones s’y mettront certainement eux aussi, petit à petit). Il fut question également de son prix. Dépasserait-il la barre symbolique des mille dollars ou au contraire resterait-il en dessous du prix excessif de son plus fameux concurrent, le Samsung Galaxy Note 8 sorti récemment? Nous savons désormais qu’il faut débourser pour s’offrir ce bijou au minimum 1159 euros. Ce n’est pas rien.

Parmi la flopée des analyses techniques et commerciales à paraître sur le nouveau “flagship” (selon le terme aujourd’hui consacré) de la marque californienne, il est peut-être cependant possible d’envisager, quelques instants, une autre manière de présenter l’objet, d’aller un peu plus en profondeur. C’est ce que je vais tenter ici brièvement.

Dans un article publié il y a quelques jours, le magazine Usbek et Rica (bien connu des geeks et autres curieux de tous poils), entamait cette approche quelque peu philosophique en affirmant audacieusement : il y aura forcément un peu de Blaise Pascal dans le prochain iPhone!

En résumé, l’auteur de l’article nous invitait à réfléchir à ce qu’est un iPhone (et un smartphone en général), à ce qui constitue en quelque sorte son essence. Et l’idée défendue dans l’article était de dire : un téléphone dit intelligent comme l’iPhone est au fond un lointain descendant de la machine à calculer inventée par le philosophe Blaise Pascal, que l’on peut voir ci-dessous.

Une pascaline, signée par Pascal en 1652, visible au musée des arts et métiers du Conservatoire national des arts et métiers à Paris. CC BY-SA 3.0 fr

Saisissons-nous de cet article pour faire un petit exercice de philosophie pratique (puisqu’on cite Pascal). La thèse de la machine à calculer est intéressante et apparemment convaincante, il y a effectivement du calcul dans ce type d’appareils. Mais on peut aller plus loin.

D’abord, premier point à noter, il existe déjà une thèse philosophique concernant les téléphones portables. On la doit au philosophe italien Maurizio Ferraris dans son livre Où es-tu? Ontologie du téléphone mobile (Albin Michel, 2006).

Contrairement à l’article vu précédemment, Ferraris propose de penser plutôt le téléphone portable non comme une machine à calculer mais plutôt comme une machine à écrire. Pourquoi cette thèse? En réalité selon Ferraris, ce qui compte dans les téléphones portables, c’est que tout ce qui s’y passe est noté quelque part, le programme est écrit, les messages, musiques et vidéo sont stockés sous forme de lignes de code et d’impulsions électriques, etc. Cela nous ramène donc selon lui plutôt à l’écrit qu’au calcul, le portable ne serait pas le lointain descendant de la Pascaline, mais plutôt le lointain descendant des tablettes d’écriture sumériennes.

Crédit : cflou.com

Pour appuyer sa thèse, Ferraris propose une preuve décisive. Regardez bien, dit-il, les téléphones portables ont tous un clavier, et si ce clavier sert bien à appeler des numéros, il est aussi doté de lettres en dessous qui permettent d’écrire, des textos par exemple. C’est donc bien en définitive une machine à écrire. Comme on peut le voir sur ce clavier.

La thèse de Ferraris paraît judicieuse. Pourtant, si l’on est très attentif, elle est fausse. Et ce qui l’a invalidée c’est précisément l’arrivée de l’iPhone de Steve Jobs et des téléphones qui l’ont suivi (l’iPhone étant apparu précisément un an après la publication en France du livre de Ferraris). En effet, la thèse du philosophe italien ne fonctionne que pour les téléphones antérieurs à l’iPhone, sur lesquels on pouvait utiliser le clavier alphanumérique aussi bien pour numéroter que pour écrire des textos.

Crédit : .commentcamarche.net

L’iPhone a bien, lui aussi, un clavier de type alphanumérique lorsqu’on l’utilise pour téléphoner, mais les lettres sur ce clavier sont fictives : on ne peut pas écrire avec, elles sont juste là pour faire beau et rappeler les anciens claviers. Les chiffres l’emportent sur les lettres, qui ne sont plus là que pour le décor, invalidant la thèse de Ferraris qui ramenait tout au final à la fonction d’écriture.

En regardant les choses de près on voit donc (cette démonstration n’étant qu’un exemple) que les téléphones portables modernes sont certainement plus des machines à calculer que des machines à écrire, malgré la beauté poétique de la thèse de Ferraris.

Mais sont-ils pour autant des descendants de la machine inventée par le philosophe Pascal, comme le pensait l’auteur de l’article d’Usbek et Rica?

A bien y regarder, ce n’est pas possible non plus. Car cette machine n’est que mécanique, elle ne peut servir qu’à une seule tâche, or un téléphone comme l’iPhone est par nature multitâches. La Pascaline est en fait la descendante des bouliers chinois, ce sont des machines à calculer mécaniques, mais l’iPhone n’est pas le descendant du boulier chinois.

Qu’est-ce qu’il est, quelle est son essence alors? Le plus plausible est de considérer que l’iPhone est bien une machine à calculer, mais une machine d’un genre particulier : la machine à calculer électronique programmable, c’est-à-dire l’ordinateur, inventée pour la première fois à Manchester le 21 Juin 1948. Tous les iPhones, tous les produits principaux fabriqués par Apple (de sa montre portable à ses Macbook), et en général tous les objets électroniques modernes dit intelligents sont de fait des lointains descendants de l’énorme machine de 1948. C’est ce que l’on peut appeler leur nature, leur essence, ce qui fait qu’ils sont des incarnations infiniment variées d’une unique réalité nouvelle apparue dans le monde au milieu du 20ème Siècle, et qui n’a, autant que l’on puisse en juger, jamais existé avant.

Vincent Billard
Philosophe singulier, proche du transhumanisme, qui ne voit pas uniquement dans la technologie moderne un objet d’angoisse et de malheurs possibles. Plus qu’une simple bienveillance à son égard, il revendique même une sorte de fascination réfléchie pour le merveilleux inédit qu’elle incarne à notre époque. Il a publié sur le sujet trois ouvrages : iPhilosophie, réflexion sur la pensée liée à la marque Apple, Geek philosophie, sur les passionnés de technologie et de mondes imaginaires. Éloge de ma fille bionique, philosophie du handicap, humanisme et transhumanisme.

L’Inde numérise tout, de l’argent à l’identification du citoyen

En novembre dernier, dans le cadre d’un plan directeur controversé pour faire de l’Inde une société sans numéraire et numérisée, le Premier Ministre Narendra Modi a annoncé que les billets de Rs500 et Rs1000 devaient être démonétisés, ce qui enlevât efficacement 86 % de la valeur des espèces en circulation.

La mesure a été l’une des dernières étapes du plan, après que les travaux préliminaires ont été posés en introduisant la base de données biométriques Aadhaar, qui a donné à 95 % de la population une preuve d’identité numérique en 2016. Aadhaar s’est accru près d’India Stack, ce qui a permis aux gens de stocker et de partager des informations telles que les adresses, les relevés bancaires, les dossiers d’emploi, et les déclarations fiscales – par le système Aadhaar qui ont tous été ratifiés.

L’aspect clé d’India Stack donnait à tout le monde l’accès à l’une des 11 banques de paiement pouvant gérer les paiements et les transferts mais pas les prêts. L’élimination de l’argent obligeait les individus à adopter cette nouvelle infrastructure numérique, ce qui a amené 270 millions de personnes à ouvrir des comptes bancaires et de 10 milliards de dollars à déposer au cours des trois premières années – cela a généré une dynamique pour ce qui pourrait évoluer vers la première société sans numéraire dans le monde.

Vers une économie sans argent liquide

La décision a des conséquences importantes non seulement pour l’Inde, mais aussi pour le reste du monde. Pour l’Inde, il y aura des frictions initialement en raison de la prééminence des transferts en espèces dans la société : il a été estimé plus tôt cette année que 78 pour cent des transactions dans le pays utilisaient toujours du cash.

Ceci pourrait être justifié, cependant, par les gains de long terme. La mesure pourrait infléchir la corruption et “l’argent au noir” en Inde ainsi qu’introduire un système fiscal plus efficace et robuste. Cela pourrait également faire des paiements une affaire complètement sécurisée – amenant une bureaucratie moderne et une formalité sans précédent à l’économie Indienne.

Les ramifications mondiales de la numérisation de l’Inde sont également sérieuses. Raoul Pal, ancien gérant de GLG Global Macro Fund, a écrit dans un éditorial pour Mauldin Economics, “Cela pourrait bien être le tueur du bitcoin ou au mieux fournir le cadre sur la manière d’appliquer la technologie blockchain dans le monde réel”.

Même si cela n’annonce pas la fin du bitcoin, la mesure se révélera une expérience intéressante à observer pour d’autres pays cherchant à être sans numéraire, comme la Suède, qui a vu une une réduction de 40 pour cent de l’encaisse et des pièces en circulation.

traduction Benjamin Prissé

Business Insider, Financial Times, Mauldin Economics