La quatrième révolution industrielle de Klaus Schwab

Intelligence artificielle et transhumanisme

Dans une émission de la Radio Télévision Suisse diffusée le 10 janvier 2016, Dairus Rochebin reçoit Klaus Schwab, président et fondateur du WEF, pour parler de son nouveau livre la quatrième révolution industrielle.

Il a déclaré que cette quatrième révolution industrielle conduira à une fusion des mondes physique, biologique et numérique.

Schwab se plaît à dire que le Covid et le Grand Reset annoncé par le Forum économique mondial en juillet de l’année dernière, obligeront les gens à interagir avec les machines de manière nouvelle et différente.

Klaus Schwab est un grand partisan du transhumanisme, il prévoit l’implantation de puces sur les vêtements puis sous la peau ou dans le cerveau d’ici 2026, pour établir une “communication directe entre notre cerveau et le monde digital”. Il défend et promeut l’avènement de l’intelligence artificielle. Il parle aussi de longévité. Tout un programme.

Dans son livre, il affirme que le moment est proche où les développements technologiques vont non seulement “changer la façon dont nous vivons et travaillons”, mais vont “même remettre en question les idées sur ce que signifie être humain.”

Les études du CJG – Vers un transhumanisme libéral ?

Actuellement, une révolution médicale est en cours en raison de l’accélération des progrès conjugués dans le domaine des nanotechnologies, des biotechnologies et des sciences cognitives. Il devient désormais possible non plus de simplement soigner ou guérir les êtres humains mais d’améliorer les aptitudes de ceux-ci tant au niveau physique que psychique.

Nous défendons la thèse que ces progrès peuvent être autorisés sous certaines conditions et dans certaines limites. Il n’est pas souhaitable – au nom d’une prétendue nature intangible de l’humanité – de s’opposer au principe même de cette évolution, qui ne s’est jamais interrompue depuis l’apparition des pré-hominidés, et qui permet de vivre plus vieux, en meilleure santé et avec davantage de bien-être.

Nous pensons que l’homme qui en fait librement le choix doit – au nom de le liberté morphologique – se voir reconnaître le droit d’améliorer son organisme et que, au nom du principe d’égalité des chances, ce droit doit devenir accessible à chacun et soit même, progressivement et dans les limites budgétaires disponibles financé par la sécurité sociale. Car les améliorations – impensables aujourd’hui – deviendront indispensables demain.

Il est impératif que le législateur veille à ce que le progrès des technologies s’opère de manière salutaire en traçant des lignes rouges partout où ces technologies risquent de porter atteinte à ces composantes du sujet que sont l’intimité, l’identité, le libre-arbitre, la volonté, l’autonomie, le désir, etc. Notre spécificité ne réside pas dans notre organisme qui évolue depuis toujours mais, dans des principes et valeurs fondamentaux. C’est ceux-là qu’il importe de défendre. C’est sur base de ces derniers que nous proposons d’encadrer le progrès transhumanistes par dix principes régulateurs libéraux.

Une étude réalisée par Corentin De Salle, directeur du Centre Jean Gol

Les 10 principales tendances technologiques pour 2020

Les 10 principales tendances du rapport Gartner mettent en évidence les tendances que les entreprises doivent prendre en compte dans le cadre de leur processus de planification technologique stratégique quinquennal. Ces tendances ont un impact profond sur les gens et les espaces qu’ils habitent.

Les tendances technologiques stratégiques peuvent à la fois créer des opportunités et provoquer des perturbations importantes. Les leaders de l’architecture d’entreprise et de l’innovation technologique doivent évaluer ces grandes tendances afin de déterminer comment les combinaisons de tendances peuvent renforcer leur stratégie d’innovation.

Les 10 principales tendances stratégiques en matière de technologies pour 2020 sont organisées en deux catégories : les espaces axés sur les personnes et les espaces intelligents. Il s’agit d’une organisation non structurée dont le but est de faire connaître l’impact principal et la manifestation de la tendance. Cependant, presque toutes les tendances auront un impact sur les concepts de personnes et les espaces intelligents.

Centré sur les gens :

* L’hyper-automation porte sur l’application de technologies de pointe, y compris l’intelligence artificielle et l’apprentissage machine, afin d’automatiser de plus en plus les processus et d’augmenter les ressources humaines.
* La multiexpérience traite de la façon dont les gens perçoivent, interagissent et contrôlent le monde numérique à travers une large gamme d’appareils et de points de contact sensoriels.
* La démocratisation explore comment créer un modèle simplifié permettant aux gens de consommer des systèmes numériques et de puiser dans une expertise automatisée au-delà de leur formation ou de leur expérience.
* L’augmentation humaine explore comment les humains sont physiquement et cognitivement augmentés par ces systèmes.
* La transparence et la traçabilité se concentrent sur les défis de la confidentialité des données et de l’éthique numérique et sur l’application de la conception, des principes opérationnels et des technologies pour accroître la transparence et la traçabilité afin de renforcer la confiance.

Espaces intelligents :

* Empowered Edge, l’Edge Computing ou “traitement des données à la périphérie” souligne la façon dont les espaces autour de nous sont de plus en plus peuplés par des capteurs et des dispositifs qui connectent les personnes les unes aux autres et aux services numériques.
* Le cloud distribué examine une évolution majeure du Cloud Computing où les applications, plates-formes, outils, sécurité, gestion et autres services sont en train de passer physiquement d’un modèle de centre de données centralisé à un modèle dans lequel les services sont distribués et fournis quand le besoin se fait sentir. Le point de besoin peut s’étendre aux centres de données clients ou jusqu’aux dispositifs de bord.
* Les objets autonomes explorent comment les choses physiques dans les espaces autour des personnes sont améliorées avec de plus grandes capacités pour percevoir, interagir, déplacer et manipuler ces espaces avec différents niveaux de guidage humain, d’autonomie et de collaboration.
* La Blockchain dans la pratique se concentre sur la manière dont la blockchain peut être exploitée dans des cas d’utilisation concrets d’entreprises, en expansion au cours des trois à cinq prochaines années.
* La sécurité de l’IA traite de la réalité de la sécurisation des systèmes alimentés par l’IA qui sont à l’origine des tendances centrées sur les personnes.

Tendance n° 4 : Augmentation humaine

L’augmentation humaine fait référence à l’amélioration des capacités humaines grâce à l’utilisation de la technologie et de la science. Les humains ont toujours utilisé la technologie et la science de cette manière.

Même avant l’introduction de l’ordinateur, des technologies telles que la machine à écrire, la photocopieuse et la presse à imprimer augmentaient la capacité humaine à créer, copier et publier du texte. Les lunettes, les appareils auditifs et les fausses dents sont tous des exemples historiques d’augmentation humaine.

L’ère de l’informatique a ajouté de nouvelles dimensions à l’augmentation humaine. Le traitement de texte, la publication assistée par ordinateur, les pages Web, les blogs et les médias sociaux élargissent considérablement notre capacité à créer et à publier du texte.

Avec l’émergence de nouvelles technologies telles que l’IoT, l’IA, les haut-parleurs intelligents et la réalité virtuelle issus de l’informatique, et les technologies telles que CRISPR provenant de la science biologique, de nouvelles possibilités en matière d’augmentation humaine apparaissent.

L’augmentation humaine explore comment la technologie peut être utilisée pour apporter des améliorations cognitives et physiques en tant que partie intégrante de l’expérience humaine. Au lieu que les ordinateurs et les applications soient en dehors de l’expérience humaine normale, ils deviennent un élément naturel – et parfois nécessaire – de l’expérience humaine quotidienne.

En outre, l’augmentation humaine inclut également des facteurs de la bio-ingénierie qui vont au-delà de l’exploitation des ordinateurs et des applications. Nous sommes déjà sur ce chemin dans une certaine mesure. Pour beaucoup de gens, les smartphones sont un outil essentiel et un compagnon constant. Les réseaux sociaux et les connexions électroniques tels que le courrier électronique sont devenus un lien primordial entre les personnes. Les produits pharmaceutiques ont augmenté l’homme bien avant l’avènement des ordinateurs.

L’augmentation humaine est un excellent exemple d’innovation combinatoire qui regroupe de nombreuses tendances, notamment :

* L’hyper-automation et le développement de systèmes experts pour démocratiser l’accès aux compétences au-delà de l’expérience et de la formation actuelles.
* L’Edge Computing et les objets autonomes, qui existent dans les espaces autour des humains et augmentent leurs capacités.

Augmentation cognitive et physique

L’augmentation humaine influe sur la façon dont nous nous déplaçons, percevons et interagissons dans les espaces physiques et numériques, ainsi que sur la façon dont nous traitons, analysons et stockons les informations. L’augmentation peut être globalement catégorisée en catégories physique et cognitive, bien que les limites entre elles se brouillent avec le temps.

L’augmentation physique améliore les capacités humaines en modifiant leurs capacités physiques inhérentes en implantant ou en hébergeant un élément technologique dans leur corps. Les secteurs de l’automobile, des mines, du pétrole et du gaz et d’autres industries utilisent des dispositifs portables pour améliorer la sécurité des travailleurs. Les appareils vestimentaires stimulent également la productivité sur le lieu de travail dans des secteurs tels que la vente au détail, les voyages et les soins de santé. L’augmentation physique comprend également l’utilisation de la biologie ou d’autres moyens pour modifier le corps humain.

Dans certains cas, l’augmentation physique remplace une capacité humaine perdue par un individu (par exemple une jambe prothétique); mais, dans certains cas, ces capacités de remplacement peuvent dépasser les capacités humaines naturelles.

L’augmentation physique peut être envisagée selon plusieurs dimensions :

Augmentation sensorielle – Audition, vision et autres dispositifs d’augmentation ou implants pour améliorer la perception. La réalité virtuelle, augmentée et mixte est un exemple actuel d’augmentation sensorielle. Dans le secteur des technologies émergentes, diverses entreprises expérimentent des lentilles de contact intelligentes pour détecter les niveaux de glucose dans les larmes et la pression intra-oculaire. Les chercheurs expérimentent également la mise au point d’un “nez électronique” imitant un nez humain.

Augmentation des organes et des fonctions biologiques – L’utilisation d’exosquelettes et de prothèses pour remplacer ou améliorer ces capacités est un domaine élargi de l’augmentation humaine. L’augmentation chirurgicale des yeux a été populaire auprès des golfeurs professionnels. Les implants cochléaires peuvent remplacer les nerfs auditifs non fonctionnels, et une technologie similaire a été utilisée pour reproduire les yeux. L’industrie cosmétique est leader dans l’amélioration des ongles, des cheveux, des yeux et de la forme des parties du corps en utilisant des implants passifs. On peut soutenir que l’industrie pharmaceutique augmente les fonctions biologiques humaines depuis des années. Les nootropiques font référence à l’utilisation de substances naturelles ou synthétiques qui peuvent améliorer les capacités mentales, bien que l’utilisation de ces substances en dehors d’un traitement pour une condition médicale spécifique soit très controversée.

Augmentation du cerveau – Il existe actuellement des implants tels qu’un stimulateur du nerf vague pour traiter les convulsions. Les implants cérébraux sont explorés pour diverses utilisations, notamment le stockage de la mémoire et les implants cérébraux pour décoder les schémas neuronaux et synthétiser la parole. Neuralink tente de développer un implant cérébral permettant de connecter le cerveau humain à des réseaux informatiques.

Augmentation génétique – Les thérapies géniques et cellulaires somatiques sont utilisées de nos jours et considérées comme moralement acceptables. Par exemple, la thérapie génique pour traiter les enfants présentant un déficit immunitaire combiné sévère est un traitement accepté. À l’avenir, la facilité d’accès aux technologies CRISPR et leur faible coût peuvent permettre un vaste génie génétique, bien que les questions éthiques soient importantes.

La cognition est le processus par lequel les humains acquièrent des connaissances grâce à des informations sensorielles, les expériences de vie, l’apprentissage et la réflexion sur ces informations, cette expérience et cette éducation. Les compétences cognitives sont utilisées pour comprendre, traiter, mémoriser et appliquer l’information afin de prendre des décisions et de prendre des mesures. L’augmentation cognitive améliore la capacité de l’être humain à penser et à prendre de meilleures décisions.

L’augmentation cognitive peut se produire par l’accès à l’information et l’exploitation d’applications sur des systèmes informatiques traditionnels et l’émergence d’une interface multiexpérience dans des espaces intelligents. Cela comprend des scénarios d’intelligence augmentée, où les humains et l’intelligence artificielle travaillent ensemble pour améliorer la performance cognitive, y compris la prise de décision et l’apprentissage. En outre, l’augmentation physique qui améliore les sens ou la capacité ou les capacités du cerveau humain alimente de nouveaux modèles d’augmentation cognitive. Cela comprend l’utilisation de médicaments intelligents et d’implants cérébraux pour stocker les souvenirs.

L’augmentation humaine offre la possibilité de réaliser la transformation numérique par la transformation humaine.

Les appareils portables (wearables) sont un exemple d’augmentation physique d’aujourd’hui. Au fur et à mesure que la maturité et l’adoption des technologies portables augmentent, les consommateurs et les employés commenceront à envisager d’autres augmentations physiques pour améliorer leur vie personnelle (c.-à-d. leur santé et leur condition physique) ou pour faire leur travail plus efficacement (c.-à-d. exosquelettes et implants).

Au cours des 10 prochaines années, les niveaux d’augmentation physique et cognitive humaine vont devenir prédominants à mesure que les individus recherchent des améliorations personnelles. Cela créera à son tour un nouvel effet de “consumérisation” dans lequel les employés chercheront à exploiter leurs améliorations personnelles – et même à les étendre – pour améliorer leur environnement de travail. D’ici 2023, 30% des organisations informatiques étendront leurs politiques de BYOD avec “apportez votre propre amélioration” pour prendre en compte les humains augmentés sur le marché du travail.

Aspects culturels et éthiques de l’augmentation humaine

L’augmentation humaine sera l’un des principaux moyens par lesquels les individus interagissent les uns avec les autres et avec les espaces intelligents qui les entourent. Les chefs d’entreprise et les responsables informatiques doivent planifier la manière dont leurs entreprises adopteront, exploiteront et s’adapteront aux changements à venir. Au fur et à mesure que les consommateurs et les employés intègrent une plus grande partie de leur vie dans une augmentation humaine amplifiant l’intelligence, les organisations devront faire face aux problèmes de transparence, de confidentialité et d’autonomie des données.

Lorsqu’elles choisissent des technologies et des méthodologies d’augmentation humaine, les entreprises doivent examiner cinq domaines principaux :

Sécurité. Les technologies d’augmentation humaine doivent atteindre et maintenir un état de risque lié à la sécurité acceptable. Ce risque concerne une surface d’attaque qui n’est plus liée à un dispositif ou à un emplacement physique spécifique, mais qui peut voyager avec le sujet humain.

Vie privée. L’augmentation humaine offre la possibilité d’accéder à des connaissances intimes et à des données relatives à l’humain qu’elle améliore. Ces données doivent être protégées.

Conformité. Les gouvernements et les organismes de réglementation publient fréquemment des réglementations et imposent des exigences de conformité, ce qui rend la conformité extrêmement complexe pour les entreprises mondiales, en particulier parce que les organismes tentent toujours de saisir les implications des technologies d’augmentation humaine.

Impact sur la santé. L’augmentation humaine peut entraîner des conséquences mentales et physiques à long terme qui pourraient ne pas être immédiatement comprises.

Éthique. La mise en œuvre de technologies et de processus d’augmentation humaine pose de graves problèmes d’éthique. Celles-ci incluent des considérations et des évaluations éthiques pour déterminer les vulnérabilités, les risques et les problèmes moraux spécifiques. Par exemple, la fracture numérique se creuse-t-elle au fur et à mesure que les individus nantis peuvent s’augmenter eux-mêmes et leurs enfants, alors que les moins nantis ne le peuvent pas ? Les réponses à ces questions sociétales deviendront de plus en plus importantes.

Les entreprises de tous types et de toutes tailles envisagent l’augmentation humaine pour obtenir divers résultats commerciaux grâce à de nombreux scénarios d’utilisation commerciale avec des horizons temporels différents. Par conséquent, ils doivent prendre en compte les leçons, les recommandations et les principes de l’expérimentation humaine lorsqu’ils commencent intentionnellement à exploiter les capacités d’augmentation humaine pour la transformation humaine.

Les entreprises doivent trouver un équilibre entre deux principes éthiques classiques – préventif et proactif – et adopter ce que Gartner appelle le “principe de précaution” :

Le principe de précaution stipule que “si une mesure ou une politique risque de causer un préjudice grave ou irréversible au public ou à l’environnement, en l’absence d’un consensus scientifique selon lequel il n’y aurait pas de préjudice, la charge de la preuve incombe à ceux qui prennent cette mesure”.

Le principe pro-actionnaire a été formulé par Max More et constitue un principe fondamental du mouvement transhumaniste. Lorsqu’il s’agit d’imposer des mesures restrictives, il présente plusieurs impératifs : “Évaluer les risques et les opportunités en fonction des données scientifiques disponible et non de la perception populaire. Tenir compte à la fois du coûts des restrictions elles-mêmes et des opportunités manquées. Privilégier les mesures proportionnelles à la probabilité et à l’ampleur des impacts et qui ont une valeur d’attente élevée. Protéger la liberté des gens de faire des expériences, d’innover et de progresser.”

Le principe de précaution établit un équilibre entre le principe de précaution et le principe proactif. Il recommande que les organisations aillent de l’avant avec l’innovation, mais uniquement d’une manière qui ne met pas en danger l’individu, l’entreprise ou l’environnement dans son ensemble.

https://iatranshumanisme.com/transhumanisme/intelligence-artificielle-dimensions-socio-economiques-politiques-et-ethiques/

Les futures versions de Siri sur Apple pourraient interpréter vos émotions

Le futur Siri pourrait lire les émotions humaines à travers la voix, la reconnaissance faciale

Apple cherche à rendre Siri plus sensible aux émotions de l’utilisateur. L’entreprise de technologie est en train de développer un moyen pour l’assistant personnel d’interpréter les émotions humaines à travers l’analyse faciale, écrit Apple.

Les versions futures de Siri pourraient ne plus reposer uniquement sur la reconnaissance vocale, mais selon la nouvelle demande de brevet, elles seront associées à la vidéo FaceTime pour analyser son interaction avec l’utilisateur, réduire le nombre de requêtes mal interprétées et donner lieu à des actions personnalisées.

“Les agents logiciels intelligents peuvent effectuer des actions au nom d’un utilisateur”, déclare Apple dans sa demande de brevet. “Les actions peuvent être effectuées en réponse à une entrée de l’utilisateur en langage naturel, telle qu’une phrase prononcée par l’utilisateur. Dans certaines circonstances, une action prise par un agent logiciel intelligent peut ne pas correspondre à l’action prévue par l’utilisateur.”

“Par exemple, l’image du visage dans l’entrée vidéo peut être analysée pour déterminer si des muscles ou des groupes musculaires particuliers sont activés en identifiant des formes ou des mouvements”, lit-on.

La Chine teste l’analyse des émotions

La nouvelle version améliorée de Siri interpréterait l’état émotionnel d’un utilisateur comme étant satisfait ou contrarié par la façon dont il a rempli ou mal interprété la demande vocale. Pour lire les émotions humaines, la technologie analyserait les entrées audio et les images, ce qui signifie un accès complet au microphone et à la caméra.

Il classifierait ensuite les expressions faciales en fonction du Système de codage des actions faciales (FACS Facial Action Coding System), la norme de l’industrie pour la taxonomie faciale, et attribuerait des notes aux interprétations des expressions faciales.

Qu’il s’agisse d’exploiter l’utilisation des identifiants numériques pour les permis de conduire mobiles (mDL mobile driver’s licenses), de promouvoir l’authentification sans mot de passe ou le wearable intelligent Apple Ring avec authentification biométrique, Apple a étudié un certain nombre d’innovations et de projets. L’entreprise n’a pas fait de commentaires sur les innovations qui parviendront jusqu’à la production.

Les geeks de la Silicon Valley transforment leurs enfants en cyborgs

Une neuroscientifique a admis avoir “transformé son enfant en un cyborg” – et dit vouloir contrôler ses émotions en utilisant des puces cérébrales.

Ce n’est qu’un exemple du mouvement transhumaniste en plein essor : utiliser la technologie pour nous transformer en super-humains.

Vivienne Ming est une neuroscientifique et une experte de renommée mondiale en intelligence artificielle. Et elle déclare que le double diagnostic de l’autisme et du diabète de son fils l’a inspirée à “le transformer en un cyborg”.

“Quand il a été diagnostiqué avec un diabète de type 1, j’ai piraté sa pompe à insuline et construit une IA qui a appris à adapter son insuline à ses émotions et activités.”

Une intelligence artificielle détecte le mensonge

Détecter les mensonges

Elle a également déclaré que le diagnostic de l’autisme l’avait incitée à créer un système intelligent pour attraper les menteurs.

Pendant ses études de premier cycle, Ming a travaillé sur un système d’apprentissage automatique (machine learning) qui reconnaît les expressions faciales dans une vidéo – dans le cadre de ce qu’elle appelle un “projet fou de la CIA”.

“Il a exploré chaque image de la vidéo, apprenant les mouvements des muscles du visage qui indiquaient le dégoût ou la colère. Il a même appris à distinguer les faux sourires des vrais, autrement appelés sourires duchenne.”

Puis, lorsque les lunettes intelligentes Google Glass sont sorties, Ming a décidé d’associer les deux technologies. En 2013, elle a lancé son concept SuperGlass capable de reconnaître les expressions d’un visage et d’afficher l’émotion à l’aide de Google Glass.

Ceci a été conçu pour aider une personne autiste à mieux comprendre quand une personne était heureuse, triste, en colère ou quelque chose d’autre.

“Mais plus j’ai expérimenté, plus j’ai réalisé que je ne voulais pas guérir l’autisme de mon fils”, a expliqué Ming. “Je ne voulais pas le perdre, lui et ses différences merveilleuses. SuperGlass est devenu un outil pour faire la différence entre son expérience et nous les neurotypiques (un terme scientifique qui signifie “ton cerveau est ennuyeux”). “Cela n’a pas nivelé le terrain de jeu – cela lui a simplement donné une autre batte pour jouer.”

Pirater le cerveau

Mais Ming pense également que l’avenir de l’humanité réside dans la neuroprothèse – des implants qui se connectent à votre cerveau. Beaucoup de ces implants existent déjà, y compris des implants rétiniens pour les aveugles et des neuroprothèses motrices pour traiter la paralysie. Certains implants sont même utilisés pour la “stimulation cérébrale profonde” afin de traiter des troubles tels que la maladie de Parkinson et la dépression.

Ming a également contribué à la création d’un implant cochléaire basé sur l’IA, conçu pour restaurer l’audition de certaines formes de surdité. L’IA a été formée pour “entendre” et mieux comprendre les sons.

“Nos expériences ont montré que l’algorithme améliorait considérablement la perception de la parole pour les utilisateurs d’implants”, a-t-elle déclaré.

Neuralink veut connecter votre cerveau à Internet

Améliorer la personnalité

Une partie du travail de Ming a également porté sur la modification de nos personnalités. L’un de ses projets est le wearable HUMM qui envoie des signaux électriques pour améliorer les connexions entre les parties du cerveau.

Cette stimulation favorise l’augmentation des performances multitâches, l’attention et la durée de la mémoire de travail. Lors d’une expérience récente, les adultes ont augmenté de 20% la durée d’une séquence de lumières et de sons dont ils pouvaient se souvenir avec régularité lorsqu’ils portaient l’appareil HUMM, par rapport à une stimulation factice.

Dans une autre expérience récente, une stimulation similaire a amélioré la mémoire chez les personnes âgées en déclin cognitif. Ming a déclaré que de véritables dispositifs d’amélioration des performances seraient bientôt disponibles – et qu’ils seraient comme des égaliseurs musicaux.

Interfaces cerveau-ordinateur : des fonds militaires pour contrôler les sentiments

Cependant, plutôt que de se connecter à un haut-parleur, le dispositif collecterait simplement un lien vers une puce dans votre cerveau pour stimuler votre attention ou freiner votre créativité.

“Ajoutez de la mémoire et vous êtes prêt pour un examen. Appuyez sur une date prédéfinie pour stimuler les émotions et la concentration tout en atténuant les facultés cognitives”.

Ces aptitudes pourraient devenir un cadeau de la part de parents hyper-compétitifs, ou être achetées dans les centres commerciaux de la Silicon Valley pour améliorer les performances.

La Silicon Valley entreprend même une quête de l’immortalité – avec des injections de cellules et des implants cérébraux. Peut-être qu’ils sont tous devenus fous, cependant : Les geeks de la Silicon Valley paient 1 000 £ par mois rien que pour dormir dans un lit superposé. Et un milliardaire de la Silicon Valley a même payé 10 000 $ pour être tué et voir son cerveau conservé numériquement.

Quartz, The Sun

Des scientifiques veulent choquer le cerveau des prisonniers pour combattre l’agressivité

Une lentille cornéenne intelligente pourrait donner aux soldats des super-pouvoirs

L’homme augmenté – Le soldat augmenté

Est-ce la lentille de contact intelligente que DARPA recherche depuis au moins une décennie ?

L’école d’ingénieurs IMT Atlantique a dévoilé ce qu’elle appelle “la première lentille de contact autonome avec une micro batterie flexible” au début du mois.

Et, notamment, elle a attiré l’attention de l’armée américaine : la DARPA serait intéressée par la lentille de contact pour augmenter les capacités visuelles des troupes sur le terrain, selon Task and Purpose – ce qui signifie que l’oculomètre embarqué pourrait représenter la lentille de contact renforcée que la DARPA a cherché pendant une décennie.

Le plus grand défi que les ingénieurs d’IMT Atlantique ont eu à relever a été de réduire la taille de la batterie. Mais grâce à une micro-pile flexible nouvellement développée, ils ont trouvé un moyen d’alimenter en continu une source lumineuse LED (une diode électroluminescente) pendant “plusieurs heures”, selon le communiqué de presse.

Le communiqué suggère également que “l’électronique flexible à base de graphène” pourrait encore améliorer les capacités des lentilles de contact intelligentes. Les applications pourraient aller de l’assistance aux chirurgiens en salle d’opération à l’aide aux conducteurs sur la route.

“Cette première réalisation s’inscrit dans le cadre d’un projet plus vaste et très ambitieux qui vise la création d’une nouvelle génération d’oculomètre liés à l’émergence des casques de réalité augmentée qui ont suscité de nouveaux usages (interface homme-machine, analyse de la charge cognitive etc.), ouvrant des marchés colossaux, tout en imposant de nouvelles contraintes de précision et d’intégration” a déclaré Jean-Louis Bougrenet de la Tocnaye, directeur du département d’optique de l’IMT Atlantique.

Et maintenant, les militaires veulent aussi participer au projet. Le magazine économique français L’Usine Nouvelle écrit que la DARPA s’intéresse à cette technologie. Même le géant de la technologie Microsoft est prêt à investir deux millions d’euros, selon le magazine – ce qui est remarquable, compte tenu du récent contrat HoloLens de l’entreprise technologique avec l’armée américaine.

“Nous sommes à l’aube d’une révolution dont peu de gens ont conscience. Le smartphone, qui représente aujourd’hui le summum de la mobilité et de la connectivité, va disparaître. Dans quelques années, il sera remplacé par des casques de réalité virtuelle et augmentée liés à des implants connectés. C’est sur ce coup d’après que tous les Gafam se positionnent aujourd’hui”, affirme Jean-Louis de Bougrenet de la Tocnaye.

“Tous les éléments sont prêts. Nous devrions l’intégrer en octobre 2019 et espérons démarrer les tests en 2020. Ensuite nous pourrons passer aux tests cliniques de qualification.”

The National Interest

Amazon a utilisé une IA pour licencier automatiquement des travailleurs peu productifs

C’est un sombre aperçu d’un avenir dans lequel l’intelligence artificielle est votre patron – et où vous êtes jetable.

Cette fois, l’intelligence artificielle prend littéralement des emplois.

Les documents obtenus par The Verge montrent comment Amazon a utilisé un système informatique pour tracker et licencier automatiquement des centaines d’employés d’un centre de distribution à Baltimore pour ne pas avoir respecté les quotas de productivité. Un sombre aperçu d’un avenir dans lequel l’intelligence artificielle est votre patron.

Bien que toutes les décisions n’aient pas été prises par un système informatique, les documents – y compris une lettre signée d’un avocat d’Amazon décrivant le système – révèlent à quel point le processus est automatisé.

« Le système d’Amazon suit les taux de productivité de chaque collaborateur et génère automatiquement tous les avertissements ou les licenciements concernant la qualité ou la productivité sans intervention des superviseurs », lit-on dans la lettre citée par The Verge.

Après la publication de cet article, Ashley Robinson, porte-parole d’Amazon, a fait une déclaration qui allait à l’encontre du rapport de The Verge – sans toutefois fournir d’exemples précis sur les imprécisions de l’histoire.

« À l’instar de nombreuses entreprises, nous avons des attentes en matière de performance, qu’il s’agisse d’employés de l’entreprise ou des centres de distribution », lit-on dans le communiqué. « Nous soutenons les personnes qui n’atteignent pas le niveau de performance attendu d’elles avec un coaching dédié pour les aider à s’améliorer et à réussir dans leur carrière chez Amazon. Nous ne congédierions jamais un employé sans d’abord nous assurer qu’il ait reçu tout notre soutien, y compris un encadrement spécialisé pour l’aider à s’améliorer et une formation supplémentaire. Étant donné que nous sommes une entreprise qui continue de croître, notre objectif commercial est de garantir à nos employés des possibilités de développement de carrière à long terme. »

Quoi qu’il en soit, les centres d’exécution d’Amazon ont connu beaucoup d’automatisation au cours de la dernière décennie. Un système complexe de robots d’entrepôt a remplacé des emplois, tout en en créant parfois de nouveaux.

“Grâce à l’utilisation de trackers et d’indicateurs numériques, notre journée de travail est gérée à la seconde près”, lit-on dans l’éditorial.

Mais le système automatisé de trackage et de licenciement semble encore plus flagrant : confier le pouvoir à une intelligence artificielle chargée de suivre des détails invasifs, tels que le temps passé par les employés à «perdre leur temps» (temps de pause dans les toilettes trop longue, par exemple).

«L’une des choses que les travailleurs nous disent régulièrement c’est qu’ils sont traités comme des robots, car ils sont surveillés et supervisés par ces systèmes automatisés», a déclaré à The Verge, la critique d’Amazon Stacy Mitchell. “Ils sont surveillés et supervisés par des robots.”

The Verge

L’avenir de la médecine

Comment la technologie façonnera les soins aux patients et améliorera les résultats

L’adoption généralisée de la technologie modifie le fonctionnement de la médecine, des techniques de soins de santé à l’expérience du patient.

Au fur et à mesure que la technologie médicale devient plus centrée sur le patient, les résultats sont susceptibles de s’améliorer. Les experts nous expliquent ce à quoi nous pouvons nous attendre à l’avenir.

Parfois, il semble que les soins de santé ne se sont guère améliorés depuis l’époque de nos parents : Nous rencontrons encore de longues attentes pour voir un médecin, de brefs rendez-vous, des tests incessants et un ennui qui conduit les patients à ne pas se sentir concernés par leurs propres soins. Mais la dernière génération de technologie médicale promet une expérience plus saine.

Les médecins, les infirmières et les patients verront une implication accrue dans les soins médicaux, auront moins de frais généraux non médicaux et obtiendront de meilleurs résultats en matière de santé et, espérons-le, une réduction des coûts pour les patients. On s’attend à ce que les améliorations apportées aux technologies de soins médicaux apportent des avantages significatifs aux patients, leur permettant de mieux contrôler leur capacité à diriger eux-mêmes leurs soins.

Les progrès aideront également les professionnels de la santé qui sont sous pression à obtenir des résultats qui sauveront des vies tout en s’occupant de toute la paperasserie de conformité exigée aujourd’hui. De plus, les professionnels de la santé seront en mesure de mieux adapter les procédures médicales aux besoins des patients et d’établir des diagnostics plus précis et personnalisés pour orienter les traitements.

En tout cas, c’est l’intention d’un grand nombre de personnes intelligentes qui travaillent à améliorer l’expérience.

Ce que vous devez savoir

Beaucoup de choses changent, rapidement. Ce rapport de 57 pages vous donne un aperçu des technologies qui auront un impact sur les soins médicaux, dans un avenir proche et un peu plus lointain. Vous trouverez des informations sur :

– Une technologie qui améliore tous les aspects des soins aux patients
– Une réduction des coûts pour les patients
– L’amélioration de la sécurité des informations et des dispositifs
– Des espaces médicaux intelligents
– Des prescriptions qui comprennent des aliments
– L’intégration d’appareils personnels dans les soins de santé

Les soins médicaux connaissent des changements rapides à mesure que la technologie s’intègre aux processus, aux dossiers des patients, aux diagnostics et même à l’alimentation des gens. L’utilisation de l’avantage technologique et de la quantité rapidement croissante de données qui peuvent être découvertes, analysées et appliquées change le fonctionnement quotidien de la médecine.

Le présent rapport couvre les domaines suivants :

La médecine dépend de la technologie pour améliorer l’avenir : La technologie améliore tous les aspects des soins aux patients, grâce à des outils spécialisés et à des analyses plus efficaces et plus rapides, ce qui réduit la charge de travail et améliore les résultats.

L’analytique ouvre la voie à la réduction des coûts : Des améliorations allant d’une meilleure gestion des installations à des opérations plus efficaces de la chaîne d’approvisionnement entraînent une réduction des coûts pour les patients.

Les nouvelles technologies exigent une nouvelle sécurité : alors que l’IoT médical est devenu monnaie courante, le modèle de la sécurité avant tout devient primordial. Un modèle de sécurité entièrement intégré doit être déployé. Un lit d’hôpital moyen héberge aujourd’hui plus d’une douzaine de dispositifs IoT.

Les installations médicales deviennent plus intelligentes : l’intégration numérique en temps réel, les intelligences artificielles à l’échelle de l’hôpital et les installations médicales intelligentes travaillent ensemble pour améliorer les résultats des patients.

Vous êtes ce que vous mangez : Les médicaments sur ordonnance combinés à des appareils personnels intégrés auront un impact important sur les soins de santé des patients.

L’avenir des soins de santé est numérique : Les nouvelles technologies intégreront les dispositifs portables (wearable) dans les soins de santé des patients, rationaliseront et amélioreront les processus et réduiront le gaspillage – réduction des coûts, amélioration des soins rendront les patients plus heureux et en meilleure santé.

Biométrie et IA déployées dans les prisons

Les technologies de vision biométrique et d’intelligence artificielle déployées dans les prisons de Hong Kong et du Royaume-Uni pour prévenir la consommation de drogue

Hong Kong est en train de tester des technologies d’intelligence artificielle pour la détection et le suivi des détenus et le Royaume-Uni a mené à bien un essai de détection biométrique du visage et de l’iris pour les visiteurs de prison, chacun traitant des problèmes de sécurité dans les prisons, y compris le trafic de drogue.

Reconnaissance faciale dans les prisons britanniques

Un système de vidéosurveillance sera introduit à Hong Kong cette année intégrant l’analyse vidéo par intelligence artificielle dans le cadre d’une initiative de prisons intelligentes visant à lutter contre la surpopulation carcérale, la violence et à la consommation de drogue dans les prisons à effectif réduit, rapporte Forbes.

Le système surveille les détenus et envoie des alertes aux agents au besoin, par exemple s’il détermine qu’ils se battent ou font une tentative de suicide. Forbes n’indique pas spécifiquement si les capacités du système incluent la reconnaissance faciale.

Des bracelets intelligents sont également distribués à certains détenus, en particulier dans les services hospitaliers. Les wearables suivront la fréquence et l’emplacement du pouls et déclencheront une alarme s’ils sont enlevés. L’initiative comprend également un bras robotisé pour effectuer des fouilles de matières fécales à la recherche de drogues de contrebande.

Succès de l’essai de la reconnaissance faciale et de l’iris au Royaume-Uni

Le secrétaire britannique de la Justice, David Gauke, a annoncé la réussite d’un essai de la double technologie biométrique pour le contrôle des visiteurs de prison permettant d’empêcher la circulation de drogues dans les établissements pénitentiaires. La solution de validation de documents et de la reconnaissance de l’iris et du visage ont été testées dans trois prisons, HMP Hull, Humber et Lindholme, en décembre et janvier.

Certaines prisons britanniques disposent d’un système de reconnaissance des empreintes digitales pour l’identification des visiteurs, mais la plupart d’entre elles utilisent un système papier, qui n’est pas à la hauteur de la tâche pour arrêter l’approvisionnement de drogues illicites des visiteurs, un problème identifié par les enquêtes du renseignement, selon l’annonce faite par le gouvernement.

Les systèmes existants sont également lents, utilisent beaucoup de ressources, et l’administration pénitentiaire envisage maintenant de les remplacer par les systèmes biométriques mis à l’essai, ou des systèmes similaires. L’une des prisons a constaté que le taux de ” non-présentation ” pour les visites avait augmenté après avoir appris que le système biométrique était utilisé, ce qui indique peut-être son efficacité comme moyen de dissuasion.

“Les nouvelles technologies sont essentielles dans notre lutte contre les gangs qui cherchent à semer le chaos dans les prisons, et cet équipement biométrique a le potentiel d’aider considérablement nos efforts “, a déclaré Gauke.

L’essai biométrique s’inscrit dans le cadre d’une initiative plus vaste visant à améliorer les conditions et la sécurité dans les prisons, après que les saisies de drogues et de téléphones portables par le personnel pénitentiaire aient augmenté de 4 000 à 23 000 l’an dernier, soit une hausse de 17 %.

Trois types de technologies ont été testés : Facewatch, IDScan et Tascent.