Amazon lance la biométrie palmaire

Amazon lance la biométrie par empreinte palmaire pour les paiements sans contact, le contrôle d’accès et plus encore, selon un article du blog de la société, sous le nom d’Amazon One.

Début 2020, la société aurait envisagé la biométrie palmaire pour les paiements en magasin, et un brevet déposé fin 2019 décrit l’utilisation des empreintes palmaires et des veines pour l’authentification biométrique.

Dans l’article du blog de Dilip Kumar, vice-président d’Amazon Physical Retail & Technology, Amazon One est décrit comme étant rapide et facile à souscrire, et l’accès à une carte de fidélité est suggéré comme une application de cette technologie. Elle sera d’abord déployée à l’entrée de certains magasins Amazon Go, mais aussi aux caisses ou dans les points de vente traditionnels de la plupart des magasins.

Amazon One

Les scanners ont été déployés dans deux magasins Amazon Go à Seattle, et la société indique que les clients peuvent s’inscrire en moins d’une minute en insérant une carte de crédit et en suivant les instructions pour enregistrer leurs données biométriques palmaires. Une fois inscrit, le client peut accéder au magasin en tenant sa paume au-dessus du scanner pendant environ une seconde.

La société prévoit également de déployer Amazon One chez d’autres détaillants, dans des stades et des bureaux.

Dans une FAQ accompagnant l’article du blog, Amazon indique que le développement du système biométrique palmaire a commencé avec l’expérience client, bien que l’explication du choix de la modalité soit un peu moins claire.

« Nous nous sommes demandé si nous pouvions contribuer à améliorer des expériences comme le paiement à la caisse, la présentation d’une carte de fidélité, l’entrée dans un lieu comme un stade, ou même l’entrée au bureau avec un badge. Nous avons donc créé Amazon One pour offrir un moyen rapide, fiable et sûr de s’identifier ou d’autoriser une transaction. »

La nouvelle vague biométrique

La société affirme que “la reconnaissance de la paume est considérée comme plus privée que certaines alternatives biométriques parce que vous ne pouvez pas déterminer l’identité d’une personne en regardant une image de sa paume”, ce qui contraste probablement avec la reconnaissance faciale. Amazon souligne également que la reconnaissance de la paume nécessite un geste intentionnel, et qu’elle est sans contact.

Les clients peuvent s’inscrire à Amazon One sans compte Amazon et peuvent demander la suppression de leurs données biométriques s’ils décident de ne plus utiliser le système après leur inscription. Amazon indique également que toutes les données biométriques sont cryptées et stockées dans “une zone hautement sécurisée que nous avons personnalisée dans le Cloud où nous créons votre signature palmaire”.

L’entreprise affirme également qu’elle est en pourparlers actifs avec plusieurs acheteurs tiers potentiels.

La biométrie dans le top 5 des technologies émergentes

La biométrie a gagné deux places sur la liste du “Top 10 des technologies émergentes pour 2020” de la communauté des technologies émergentes de CompTIA, devançant la robotique et la blockchain pour prendre la cinquième place.

L’intelligence artificielle et la 5G seront les moteurs de la révolution technologique, selon le communiqué, et sont suivies par l’Internet des objets (IoT) et l’informatique sans serveur (ou serverless computing). La troisième édition présente les technologies émergentes qui offrent les possibilités les plus immédiates de nouvelles opportunités d’affaires et de revenus pour les entreprises technologiques.

“Des deux, l’IA va probablement avoir l’impact le plus important à court terme car elle est intégrée dans presque tous les systèmes logiciels et est utilisée dans l’automatisation des processus pour fabriquer des systèmes de plus en plus intelligents”, déclare John Rice, président de Think Channel et membre du Conseil exécutif de CompTIA. “L’effet de la 5G prendra un peu plus de temps à se manifester, mais son impact ne sera pas moindre, car elle offre la vitesse accrue et la latence réduite nécessaires pour donner aux autres technologies les bases dont elles ont besoin pour atteindre leur potentiel”.

La reconnaissance faciale devrait atteindre 10 milliards de dollars d’ici 2025

Le marché global de la reconnaissance faciale devrait croître encore plus rapidement, avec un taux de croissance annuel moyen de 18,84 %, passant de 3,54 milliards de dollars en 2019 à 9,99 milliards de dollars en 2025, grâce aux systèmes de vidéosurveillance et de détection des crimes, selon l’étude de marché Valuates.

Le rapport “Global Facial Recognition Software Market Report…” couvre l’impact de l’adoption de la biométrie faciale pour différentes applications, notamment les contrôles aux frontières, les implémentations de smartphones et les cas d’utilisation en entreprise. Il explore la répartition entre les systèmes 3D et 2D, ainsi que les marchés régionaux, dans lesquels l’Asie-Pacifique devrait connaître la plus forte croissance.

Selon un nouveau rapport de MarketsandMarkets, le taux de croissance du marché mondial de la reconnaissance faciale est de 17,1 % cette année. Les revenus passeront de 3,8 milliards de dollars en 2020 à 4,5 milliards l’année prochaine, selon le rapport “COVID-19 Impact on Facial Recognition Market…“.

La reconnaissance faciale basée sur le cloud devrait connaître les gains les plus importants, tandis que pour les projets gouvernementaux et de la défense, souvent liés au suivi COVID-19, la croissance sera la plus forte par rapport aux autres secteurs. Le rapport suggère que l’Asie-Pacifique connaîtra la plus forte croissance parmi les régions.

La reconnaissance des gestes est promise à une croissance énorme

Le rapport “Gesture Recognition in Consumer Electronics Market – Forecast (2020 – 2025)” d’IndustryARC prévoit un taux de croissance annuel moyen de 34,9 % entre 2018 et 2023, ce qui portera le marché à 4,85 milliards de dollars, les fabricants cherchant à améliorer l’ergonomie et la facilité d’utilisation de leurs produits.

Environ la moitié de cette croissance se situera dans la région Asie-Pacifique, et elle sera répartie entre les smartphones, les tablettes, les ordinateurs portables, les PC, les télévisions, les boîtiers décodeurs (settop box) et autres appareils. L’évolution des maisons intelligentes alimentées par des appareils connectés est considérée comme une opportunité de marché potentielle. Le rapport examine également les tendances du marché, les types de gestes, les types de capteurs et les leaders du marché.

Les capteurs d’empreintes digitales capacitifs et tactiles en tête du marché jusqu’en 2030

Un nouveau rapport de Prescient & Strategic Intelligence “Fingerprint Sensors Market Research Report…“, prévoit que le marché mondial des capteurs d’empreintes digitales connaîtra une forte croissance de 13,6 % entre 2020 et 2030, stimulée par la demande de projets du secteur public et de l’électronique grand public.

Comme pour la reconnaissance faciale, l’Asie-Pacifique devrait être la région avec le plus fort taux de croissance, bien que le marché américain devrait dépasser tous les marchés avec 2,4 milliards de dollars en 2030, sur la base d’un TCAC de 9,8 % sur la période de prévision.

Le secteur BFSI devrait connaître la croissance verticale la plus rapide du marché, en grande partie grâce à l’émergence des cartes de paiement biométriques et les capteurs de contact devraient continuer à générer des revenus plus élevés jusqu’en 2030, selon le rapport. Les capteurs capacitifs devraient également continuer à être le type de capteur le plus répandu.

La biométrie électronique grand public va doubler d’ici 2025

Selon un autre rapport, le marché de la biométrie grand public devrait approximativement doubler entre 2019 et 2025, passant de 4,17 à 8,27 milliards de dollars pour un TCAC de 12,08 %. Le rapport intitulé “Consumer Electronic Biometrics Market Research Report…” ventile le marché par capteur, application, utilisateur final et zone géographique, et détaille les principaux fournisseurs.

Un rapport de Mercator Advisory Group sur la biométrie : “Biometrics: Driven by Standardized Authentication, Adopted by Consumer” suggère entre-temps que la popularité croissante de l’authentification biométrique sur les appareils mobiles sera encouragée à se poursuivre par des réglementations telles que la directive PSD2 (Payment Services Directive 2 ou Directive sur les services de paiement DSP 2).

“L’authentification par la biométrie est rapidement adoptée par les consommateurs, parce que les fabricants ont permis son utilisation, et parce que la norme d’authentification créée par FIDO Alliance a augmenté la facilité avec laquelle les authentificateurs peuvent utiliser la biométrie mobile sur le web et diminuer les problèmes d’authentification pour les consommateurs”, commente David Nelyubin, analyste de recherche et co-auteur du rapport.

Authentification biométrique via un smartphone

Le marché de l’authentification biométrique avec les smartphones est examiné dans un rapport d’AE Research, incluant l’effet du COVID-19. Le rapport “Biometric Authentication for Smartphone Market Report” prévoit une croissance du secteur jusqu’en 2025, décrit les moteurs du marché et les principaux défis, et examine le marché par région, par type de produit et d’application, ainsi que les principaux acteurs.

Les implants cérébraux pourraient nous rendre télépathiques

Nous pourrions bientôt être en mesure de communiquer par télépathie, grâce à des interfaces cerveau-ordinateur.

C’est du moins l’essentiel du nouveau rapport de la Royal Society, une organisation scientifique britannique, sur la technologie des implants neuronaux, qui a été examiné par The Independent. Le document présente certaines des choses les plus intéressantes que les interfaces cerveau-ordinateur pourraient rendre possibles, mais il avertit également que le fait de connecter le cerveau à un ordinateur pourrait également compromettre la vie privée des individus.

“Non seulement les pensées, mais aussi les expériences sensorielles, pourraient être communiquées d’un cerveau à l’autre”, peut-on lire dans le rapport. “Quelqu’un en vacances pourrait téléporter une carte postale neurale de ce qu’il voit, entend ou goûte dans l’esprit d’un ami à la maison.”

La communication cerveau à cerveau chez les humains pourrait bientôt devenir une réalité

Neuralink veut connecter votre cerveau à Internet

Pour veiller à ce que ces implants neuronaux du futur profitent aux citoyens et à la société, la Royal Society demande au gouvernement de mener une enquête sur la technologie, rapporte The Independent. Sinon, les entreprises privées comme Facebook, qui travaillent déjà sur leurs propres systèmes, seront en mesure de dicter l’utilisation de la technologie selon leurs propres conditions.

“Ils pourraient apporter d’énormes avantages économiques au Royaume-Uni et transformer des secteurs tels que le NHS (National Health Service), la santé publique et les services sociaux”, a déclaré Christofer Toumazou à The Independent, l’ingénieur et co-président du rapport de l’Imperial College London. “Mais si les développements sont dictés par une poignée d’entreprises, des applications moins commerciales pourraient être mises de côté. C’est pourquoi nous appelons le gouvernement à lancer une enquête nationale”.

The Independent

Selon un scientifique, la “puce cérébrale” d’Elon Musk pourrait être un suicide de l’esprit The New York Observer

Facebook fait des progrès sur son casque de lecture de l’esprit

Mastercard teste la biométrie comportementale

Mastercard a conclu un accord avec l’opérateur du secteur des télécommunications basé aux Emirats Arabes Unis pour explorer comment sa technologie biométrique comportementale NuDetect peut être utilisée pour effectuer des paiements sécurisés et transparents via les smartphones des utilisateurs à travers le Moyen-Orient et l’Afrique.

NuDetect utilise machine learning et est le produit phare développé par NuData Security, acquis par Mastercard en 2017. Mastercard avait déjà identifié l’Afrique, où 95 % des transactions sont effectuées en espèces, comme un marché pouvant bénéficier des paiements mobiles sécurisés.

Le nouveau protocole d’accord avec « du », qui a été rebaptisé Emirates Integrated Telecommunications Company (EITC) en 2007, prévoit d’analyser la « biométrie passive » – à savoir la manière dont une personne tape, tient son téléphone, déplace sa souris ou encore l’endroit où elle utilise son téléphone – pour anticiper et prévenir les transactions frauduleuses sans présence de carte, y compris les paiements en ligne. Le processus consiste à vérifier l’identité de l’utilisateur et ne cause aucune difficulté ou interruption dans la transaction.

Les mots de passe disparaîtront progressivement d’ici 2025

« Dans le monde connecté d’aujourd’hui, les études indiquent que le développement d’une expérience utilisateur plus fluide est une priorité absolue pour plus de 90 % des commerçants lorsqu’ils évaluent leur approche sur la sécurité transactionnelle. » déclare Gaurang Shah, vice-président de Mastercard, Paiements Digitaux  & Labs, Moyen-Orient et Afrique. « Partant de ce constat, il est essentiel de veiller à ce qu’une expérience utilisateur fluide soit contrebalancée par une authentification robuste. Notre solution NuDetect répond à ces préoccupations en déployant une analyse de données innovante pour offrir des interactions numériques transparentes et sûres. Nous sommes heureux de nous associer à du pour mettre en place ce produit de pointe, lequel procurera plus de confiance à chaque transaction. »

« du s’engage à offrir à ses clients des interactions rapides et pratiques. Cet engagement joue un rôle important dans notre succès continu. Notre partenariat avec Mastercard nous permettra de rationaliser davantage le processus de paiement des consommateurs à travers une variété de points de contact, tout en maintenant les plus hauts niveaux de sécurité transactionnelle. Nous sommes enthousiastes à l’idée d’explorer l’énorme potentiel de NuDetect, et nous nous réjouissons à l’avance d’une collaboration longue et fructueuse. »

NuData Security A Mastercard Company, Mastercard Newsroom

Une technologie pour lire les émotions des employés chinois

Des projets de surveillance soutenus par le gouvernement déploient une technologie de lecture du cerveau pour détecter les changements dans les états émotionnels chez les employés de la chaîne de production, de l’armée et à la tête des trains à grande vitesse

Les travailleurs en Chine sont connectés à des appareils de lecture de cerveau qui transmettent des informations sur leurs humeurs à leurs employeurs, ce qui soulève des inquiétudes quant à la confidentialité des émotions les plus élémentaires. Les systèmes pourraient représenter un “tout nouveau niveau” d’abus de la vie privée.

Les capteurs électroniques intégrés aux chapeaux et aux casques sont utilisés en Chine sur une échelle sans précédent pour lire les émotions des employés, rapporte le South China Morning Post, dans ce que les entreprises disent faire partie de l’amélioration de l’efficacité et de la productivité.

Bien que les détails sur le fonctionnement de la technologie ne soient pas clairs, les rapports suggèrent que les appareils utilisent des capteurs légers et des algorithmes d’intelligence artificielle pour surveiller les ondes cérébrales et détecter les pics d’émotions tels que la rage, l’anxiété et la dépression. Ils peuvent être dissimulés dans des casques de sécurité ou des chapeaux uniformes, et transmettre des données à des ordinateurs auxquels les employeurs ont accès.

Credit The Telegraph

Les scientifiques décodent les pensées, lisent l’esprit des personnes en temps réel

Certaines entreprises ont indiqué qu’elles utilisaient cette technologie pour surveiller les niveaux de stress des travailleurs afin qu’ils puissent ajuster leurs rythmes de production, les flux de travail et la durée des temps de pause en conséquence, en augmentant l’efficacité et en améliorant potentiellement les moyens de subsistance de leur personnel. L’idée est que le système donne aux entreprises l’occasion de stimuler le moral des travailleurs avant que la détresse émotionnelle puisse causer un problème, pas après.

“Lorsque le système émet un avertissement, le manager demande au travailleur de prendre un jour de congé ou de passer à un poste moins critique”, a déclaré Jin Jia, professeur agrégé de sciences du cerveau et de psychologie cognitive à l’Université de Ningbo, où l’un des projets de surveillance du cerveau a eu lieu. “Certains emplois exigent une forte concentration. Il n’y a pas de place pour une erreur.”

Le machine-learning peut lire votre électroencéphalographie (EEG) et découvrir vos habitudes

Cheng Jingzhou, un responsable du système de surveillance de la State Grid Zhejiang Electric Power à Hangzhou, dans la province orientale du Zhejiang, a déclaré que le système avait connu un énorme succès. Cheng a déclaré que son entreprise, qui compte 40 000 employés, a vu ses bénéfices augmenter d’environ deux milliards de yuans (315 millions de dollars) après le déploiement du système en 2014. “Il n’y a aucun doute sur son effet”, a-t-il ajouté.

Et si vous pouviez « voir » directement dans le cerveau d’une autre personne ?

Les travailleurs qui utilisent l’équipement de balayage cérébral ont montré qu’ils craignaient une atteinte à la vie privée encore plus envahissante. Jia Jia a déclaré que certains utilisateurs pensaient que nous pouvions lire dans leurs pensées. Cela a causé un certain inconfort et une certaine résistance au début.

Qiao Zhian, professeur de psychologie de gestion à l’Université de Beijing, a déclaré que le manque de réglementation de la technologie mettait en péril la vie privée des utilisateurs. “L’employeur peut être fortement incité à utiliser la technologie pour augmenter ses profits, et les employés sont généralement dans une position trop faible pour dire non”.

Il a ajouté : “La vente des données de Facebook est assez mauvaise. La surveillance du cerveau peut porter l’abus de la vie privée à un tout autre niveau.”

Les Chinois sont, sans doute, parmi les personnes les plus surveillées sur Terre. Le gouvernement équipe de nombreuses caméras avec reconnaissance faciale, surveille le revenu des citoyens et leur activité sociale afin de déterminer leur pointage de crédit social. Un score inférieur peut affecter les opportunités d’emploi, les options de voyage et bien plus encore.

The South China Morning Post (SCMP), The Telegraph, MIT Tech Review

Fujitsu étend sa plate-forme biométrique multimodale en tant que service à l’Australie

La plate-forme biométrique multimodale de Fujitsu est maintenant disponible en Australie grâce à un accord de partenariat avec ImageWare Systems suite à des collaborations réussies en Europe et en Amérique du Nord. La solution basée sur le cloud permettra aux entreprises australiennes de déployer et de gérer l’authentification biométrique centralisée et de prendre en charge l’authentification biométrique multimodale via des appareils mobiles tels que les smartphones, les tablettes et les ordinateurs portables.

En tirant parti d’une architecture centralisée, la solution permet de vérifier les nouvelles informations biométriques par rapport aux bases de données biométriques existantes d’une organisation afin de réduire la fraude, ce qui n’est pas possible avec les solutions de jumelage. Selon l’annonce, les organisations tirant parti des solutions d’authentification unique (SSOSingle Sign-On) et d’accès à distance peuvent désormais améliorer la sécurité de tous les utilisateurs grâce à ce service d’authentification multifacteur.

«Grâce à cet accord avec ImageWare Systems, nos clients ont accès à un portefeuille amélioré de solutions de sécurité biométriques qui réduisent les obstacles au déploiement d’une authentification biométrique hautement sécurisée», a commenté Mike Foster, directeur général de Fujitsu Australie et de Nouvelle-Zélande.

Jim Miller, Président et CEO d’ImageWare Systems, a ajouté: « Cet accord étend nos activités de marketing et de vente avec Fujitsu à de nouvelles régions en vue d’une offre véritablement mondiale. La capacité mondiale de Fujitsu étend la portée de la technologie biométrique multimodale brevetée d’ImageWare en tant qu’élément central du portefeuille de cybersécurité de Fujitsu à travers le monde. »

pour en savoir plus à propos de la solution biométrique en tant que service « Biometrics-as-a-Service (BIOaaS )
Plate-forme cloud mondiale Fujitsu

Visa annonce un projet pilote pour les cartes de paiement biométriques

Visa a annoncé des projets pilotes pour la mise en place d’une nouvelle carte de paiement EMV biométrique à double interface pour des transactions avec et sans contact, en partenariat avec Mountain America Credit Union et Bank of Cyprus. Ces projets vont tester l’utilisation de la reconnaissance d’empreintes digitales comme alternatives au PIN ou à la signature pour authentifier le détenteur de la carte.

Les mots de passe disparaîtront progressivement d’ici 2025

Les cartes de paiement sont équipées de capteurs intégrés de la série FPC1300 de Fingerprint Cards. La technologie biométrique fournie par Gemalto est utilisée dans le cadre du projet pilote de Bank of Cyprus, tandis que le projet de Mountain America Credit Union utilise la solution de Precise Biometrics, une solution algorithmique de lecture d’empreintes digitales basé sur Precise BioMatch Embedded, ainsi que la technologie fournie par Kona-I.

« Je suis heureux que nous fassions partie des premiers essais sur le marché américain pour les cartes de paiement biométriques à double interface d’un fournisseur mondial de solutions de paiement. L’intérêt pour les cartes de paiement biométriques est élevé et Precise Biometrics est à l’avant-garde dans ce domaine », note Torgny Hellström, président du conseil d’administration de Precise Biometrics.

Zwipe a annoncé plus tôt ce mois-ci qu’il collaborerait avec Gemalto pour fournir sa capacité de récupération d’énergie et son moteur biométrique pour le projet pilote de Bank of Cyprus, tandis que Precise Biometrics et Kona-I ont déjà établi des partenariats avec Fingerprint Cards.

« La collaboration est essentielle dans l’écosystème des cartes à puce et des paiements. Nous sommes fiers de participer à ces essais de marché inédits avec Visa, le leader mondial des paiements numériques. Cela signifie que nous entrons dans la phase suivante de l’exécution de notre stratégie pour les cartes de paiement biométriques à double interface », déclare Thomas Rex, Vice-président principal chez Fingerprint Cards.

Le projet pilote a été annoncé à l’occasion du NRF Big Show 2018 de la National Retail Federation et sera géré par le programme Visa Ready for Biometrics, qui, selon la société, est un nouveau programme vertical destiné à répondre à la demande croissante d’authentification biométrique.

Un système de lecture labiale automatique pourrait mettre fin aux mots de passe tels que nous les connaissons

« Le monde se dirige rapidement vers un avenir sans mots de passe, car les consommateurs réalisent à quel point les technologies biométriques peuvent leur faciliter la vie », explique Jack Forestell, responsable des solutions commerciales mondiales chez Visa Inc..

Alors que les paiements électroniques augmentent considérablement dans le monde, Visa s’engage à développer et à investir dans des capacités émergentes offrant une expérience de paiement meilleure et plus sécurisée.

HSBC a publié un nouveau rapport de recherche intitulé « Faire confiance à la technologie »

La carte authentifie les utilisateurs en faisant correspondre une empreinte digitale prise au point de vente d’une agence bancaire, les données de référence des empreintes digitales sont stockées directement sur la puce sécurisée de la carte. Elle est équipée de voyants verts et rouges pour indiquer le succès ou l’échec de l’authentification, et est compatible avec les terminaux de paiement avec ou sans contact existants.

Les projets pilotes de Mountain America Credit Union et de Bank of Cyprus débuteront au début de 2018.

traduction Thomas Jousse

Visa Inc., Gemalto, Business Wire, Reuters, BiometricUpdate

EyeLock a déposé trois nouveaux brevets aux États-Unis

L’Office américain des brevets et des marques (USPTO) a délivré trois nouveaux brevets américains à EyeLock LLC. Les brevets numéros 9 792 498, 9 792 499 et 9 792 497 portent sur des innovations technologiques concernant la facilité et la rapidité de l’appariement biométrique, la validation de l’iris et des images faciales ; et un guidage visuel pour l’alignement du regard.

« Nous ne pourrions pas être plus enthousiastes par ces derniers brevets qui démontrent l’expertise technique et le leadership d’EyeLock dans le développement de capacités uniques pour un déploiement efficace de la biométrie multimodale », a déclaré Jeff Carter, CTO d’EyeLock. « Nous continuons de réaliser des percées technologiques importantes qui ont constitué des obstacles importants à l’adoption de la technologie d’authentification de l’iris à l’échelle du marché. »

Technavio publie un rapport sur la sécurité global des paiements mobiles pour 2016-2020

Eyelock a obtenu un brevet pour sa plate-forme d’identité mobile, qui facilite et accroît la rapidité de l’appariement biométrique pour une meilleure expérience utilisateur. Le système acquiert une séquence d’images en temps réel et sélectionne un nombre limité d’images ayant la meilleure qualité d’iris pour une gestion efficace. Il ne nécessite pas de fonctions de mise au point automatique et prend en charge les applications mobiles ou autres dans lesquelles l’acquisition biométrique peut coïncider avec le clignement des yeux ou être sensible au flou dû au mouvement de l’utilisateur ou lorsque la mémoire de l’appareil disponible pour stocker des images est limitée.

Le second brevet couvre des méthodes pour valider que l’iris et les images faciales sont obtenues en temps réel à partir de la même personne, en tant que mécanisme de lutte contre la fraude – même si les images sont capturées par différentes caméras utilisant des paramètres différents – ainsi qu’un moyen efficace pour le recours de l’utilisateur dans une transaction autorisée via la biométrie. Les avancées de la plate-forme incluent une authentification plus forte, multifactorielle et continue d’un utilisateur, lorsque des images de l’iris et du visage sont utilisées, et la non-répudiation des données biométriques en capturant et en conservant une image faciale correspondante et reconnaissable pour une transaction qui peut être récupérée si nécessaire.

Le troisième brevet porte sur le nouveau mécanisme de reconnaissance de l’iris de la société pour orienter le regard d’un utilisateur. Cette capacité de guidage permet à l’utilisateur d’aligner facilement et de manière optimale son regard par rapport à un capteur d’acquisition biométrique. La combinaison d’un dispositif de limitation de la visibilité et d’un dispositif d’attention de l’utilisateur oriente le guidage visuel vers un alignement du regard. De plus, un guidage directionnel intuitif via le dispositif de limitation de la visibilité dirige rapidement et facilement le regard de l’utilisateur vers un emplacement favori. Ce système de reconnaissance unique permet de positionner automatiquement l’utilisateur à une distance prédéfinie du dispositif d’acquisition biométrique. Il convient également aux utilisateurs de différentes tailles, ainsi qu’aux utilisateurs qui s’approchent de différents angles vers le dispositif d’acquisition biométrique.

Biométrie : pour le meilleur ou pour le pire ?

Carter poursuit : « Le monde de la biométrie évolue rapidement, et ces nouveaux brevets permettent à EyeLock de capitaliser sur sa stratégie visant à fournir des plateformes d’authentification multiformes et prenant en compte toutes les industries. Nous demeurons déterminés à investir dans nos capacités de R&D et notre expertise technique afin d’offrir un support encore plus poussé sur le marché dans les années à venir. »

Eyelock a obtenu un total de 54 brevets à ce jour.

Les mots de passe disparaîtront progressivement d’ici 2025

traduction Thomas Jousse

Eyelock, Yahoo Finance

Le nouvel iPhone, une machine à calculer mais pas seulement

La “grand-messe” célébrant les 10 ans du lancement du 1er iPhone a donc eu lieu. De manière symbolique, elle a pris place dans le tout nouvel amphithéâtre baptisé du nom du co-fondateur emblématique d’Apple, Steve Jobs, situé au sein du nouveau siège gigantesque de la marque à la pomme, dont la structure en rond avait déjà été parodiée au cinéma, bien avant son inauguration, dans le film vigoureusement anti-technologique, The Circle.

Le produit révélé aujourd’hui (celui appelé “X”, les deux autres modèles n’étant à peu de choses près que des mises à jour du précédent) était fermement attendu par les fans du monde entier. Cet iPhone anniversaire n’avait pas le droit de décevoir. De fuites plus ou moins orchestrées, en photos et vidéos volées sur les chaînes de montage asiatiques en passant par les nombreux rendus visuels d’artistes, ce modèle avait tenu en haleine la communauté des aficionados de technologie tout l’été. Il fut question un temps d’un lecteur d’empreinte intégré sous l’écran, puis d’un lecteur sur le bouton placé sur la tranche, puis d’un lecteur au dos de l’appareil, puis de la disparition pure et simple de ce lecteur au profit d’un unique système de reconnaissance 3D du visage… Nous savons maintenant ce qu’il en est, le nouveau système baptisé Face ID a bien vocation à remplacer totalement la lecture d’empreinte (et tous les autres téléphones s’y mettront certainement eux aussi, petit à petit). Il fut question également de son prix. Dépasserait-il la barre symbolique des mille dollars ou au contraire resterait-il en dessous du prix excessif de son plus fameux concurrent, le Samsung Galaxy Note 8 sorti récemment? Nous savons désormais qu’il faut débourser pour s’offrir ce bijou au minimum 1159 euros. Ce n’est pas rien.

Parmi la flopée des analyses techniques et commerciales à paraître sur le nouveau “flagship” (selon le terme aujourd’hui consacré) de la marque californienne, il est peut-être cependant possible d’envisager, quelques instants, une autre manière de présenter l’objet, d’aller un peu plus en profondeur. C’est ce que je vais tenter ici brièvement.

Dans un article publié il y a quelques jours, le magazine Usbek et Rica (bien connu des geeks et autres curieux de tous poils), entamait cette approche quelque peu philosophique en affirmant audacieusement : il y aura forcément un peu de Blaise Pascal dans le prochain iPhone!

En résumé, l’auteur de l’article nous invitait à réfléchir à ce qu’est un iPhone (et un smartphone en général), à ce qui constitue en quelque sorte son essence. Et l’idée défendue dans l’article était de dire : un téléphone dit intelligent comme l’iPhone est au fond un lointain descendant de la machine à calculer inventée par le philosophe Blaise Pascal, que l’on peut voir ci-dessous.

Une pascaline, signée par Pascal en 1652, visible au musée des arts et métiers du Conservatoire national des arts et métiers à Paris. CC BY-SA 3.0 fr

Saisissons-nous de cet article pour faire un petit exercice de philosophie pratique (puisqu’on cite Pascal). La thèse de la machine à calculer est intéressante et apparemment convaincante, il y a effectivement du calcul dans ce type d’appareils. Mais on peut aller plus loin.

D’abord, premier point à noter, il existe déjà une thèse philosophique concernant les téléphones portables. On la doit au philosophe italien Maurizio Ferraris dans son livre Où es-tu? Ontologie du téléphone mobile (Albin Michel, 2006).

Contrairement à l’article vu précédemment, Ferraris propose de penser plutôt le téléphone portable non comme une machine à calculer mais plutôt comme une machine à écrire. Pourquoi cette thèse? En réalité selon Ferraris, ce qui compte dans les téléphones portables, c’est que tout ce qui s’y passe est noté quelque part, le programme est écrit, les messages, musiques et vidéo sont stockés sous forme de lignes de code et d’impulsions électriques, etc. Cela nous ramène donc selon lui plutôt à l’écrit qu’au calcul, le portable ne serait pas le lointain descendant de la Pascaline, mais plutôt le lointain descendant des tablettes d’écriture sumériennes.

Crédit : cflou.com

Pour appuyer sa thèse, Ferraris propose une preuve décisive. Regardez bien, dit-il, les téléphones portables ont tous un clavier, et si ce clavier sert bien à appeler des numéros, il est aussi doté de lettres en dessous qui permettent d’écrire, des textos par exemple. C’est donc bien en définitive une machine à écrire. Comme on peut le voir sur ce clavier.

La thèse de Ferraris paraît judicieuse. Pourtant, si l’on est très attentif, elle est fausse. Et ce qui l’a invalidée c’est précisément l’arrivée de l’iPhone de Steve Jobs et des téléphones qui l’ont suivi (l’iPhone étant apparu précisément un an après la publication en France du livre de Ferraris). En effet, la thèse du philosophe italien ne fonctionne que pour les téléphones antérieurs à l’iPhone, sur lesquels on pouvait utiliser le clavier alphanumérique aussi bien pour numéroter que pour écrire des textos.

Crédit : .commentcamarche.net

L’iPhone a bien, lui aussi, un clavier de type alphanumérique lorsqu’on l’utilise pour téléphoner, mais les lettres sur ce clavier sont fictives : on ne peut pas écrire avec, elles sont juste là pour faire beau et rappeler les anciens claviers. Les chiffres l’emportent sur les lettres, qui ne sont plus là que pour le décor, invalidant la thèse de Ferraris qui ramenait tout au final à la fonction d’écriture.

En regardant les choses de près on voit donc (cette démonstration n’étant qu’un exemple) que les téléphones portables modernes sont certainement plus des machines à calculer que des machines à écrire, malgré la beauté poétique de la thèse de Ferraris.

Mais sont-ils pour autant des descendants de la machine inventée par le philosophe Pascal, comme le pensait l’auteur de l’article d’Usbek et Rica?

A bien y regarder, ce n’est pas possible non plus. Car cette machine n’est que mécanique, elle ne peut servir qu’à une seule tâche, or un téléphone comme l’iPhone est par nature multitâches. La Pascaline est en fait la descendante des bouliers chinois, ce sont des machines à calculer mécaniques, mais l’iPhone n’est pas le descendant du boulier chinois.

Qu’est-ce qu’il est, quelle est son essence alors? Le plus plausible est de considérer que l’iPhone est bien une machine à calculer, mais une machine d’un genre particulier : la machine à calculer électronique programmable, c’est-à-dire l’ordinateur, inventée pour la première fois à Manchester le 21 Juin 1948. Tous les iPhones, tous les produits principaux fabriqués par Apple (de sa montre portable à ses Macbook), et en général tous les objets électroniques modernes dit intelligents sont de fait des lointains descendants de l’énorme machine de 1948. C’est ce que l’on peut appeler leur nature, leur essence, ce qui fait qu’ils sont des incarnations infiniment variées d’une unique réalité nouvelle apparue dans le monde au milieu du 20ème Siècle, et qui n’a, autant que l’on puisse en juger, jamais existé avant.

Vincent Billard
Philosophe singulier, proche du transhumanisme, qui ne voit pas uniquement dans la technologie moderne un objet d’angoisse et de malheurs possibles. Plus qu’une simple bienveillance à son égard, il revendique même une sorte de fascination réfléchie pour le merveilleux inédit qu’elle incarne à notre époque. Il a publié sur le sujet trois ouvrages : iPhilosophie, réflexion sur la pensée liée à la marque Apple, Geek philosophie, sur les passionnés de technologie et de mondes imaginaires. Éloge de ma fille bionique, philosophie du handicap, humanisme et transhumanisme.