parties prenantes

Partie IV Grand Reset, Capitalisme des parties prenantes vs néolibéralisme

Qu’est-ce que le Grand Reset ? Partie IV : Capitalisme des parties prenantes vs. néolibéralisme

Toute discussion sur le “capitalisme des parties prenantes” doit commencer par la constatation d’un paradoxe : à l’instar du “néolibéralisme”, son ennemi juré, le “capitalisme des parties prenantes” n’existe pas en tant que tel. Il n’existe pas de système économique tel que le “capitalisme des parties prenantes”, tout comme il n’existe pas de système économique tel que le “néolibéralisme”. Les deux jumeaux antipathiques sont des fantômes imaginaires qui s’affrontent dans une lutte frénétique et sans fin.

Au lieu du capitalisme des parties prenantes et du néolibéralisme, il y a des auteurs qui écrivent sur le capitalisme des parties prenantes et le néolibéralisme et les entreprises qui souscrivent plus ou moins à l’idée que les entreprises ont des obligations envers les parties prenantes en plus des actionnaires. Mais si Klaus Schwab et le Forum économique mondial (WEF) parviennent à leurs fins, il y aura des gouvernements qui inciteront, par des réglementations et la menace d’une fiscalité lourde, les entreprises à souscrire à la redistribution des parties prenantes.

Les parties prenantes sont “les clients, les fournisseurs, les employés et les communautés locales”1, en plus des actionnaires. Mais pour Klaus Schwab et le WEF, le cadre du capitalisme des parties prenantes doit être mondialisé. Une partie prenante est toute personne ou tout groupe qui risque de bénéficier ou de perdre d’un comportement d’une entreprise – à l’exception des concurrents, on peut le supposer. Puisque le prétexte principal du Grand Reset est le changement climatique mondial, n’importe qui dans le monde peut être considéré comme une partie prenante dans la gouvernance d’entreprise (ou gouvernement d’entreprise) de n’importe quelle grande entreprise. Et les partenariats fédéraux avec des sociétés qui ne “servent” pas leurs parties prenantes, comme le projet Keystone Pipeline, par exemple, doivent être abandonnés. L'”équité” raciale, la promotion des agendas des transgenres et d’autres politiques identitaires de ce type seront également injectées dans les systèmes de partage des entreprises.

En fait, le capitalisme des parties prenantes représente un ver consommateur qui s’enfonce dans les entreprises et les vide de l’intérieur, dans la mesure où l’idéologie et la pratique trouvent des hôtes dans les organes de l’entreprise. Il s’agit d’un moyen de liquidation socialiste des richesses au sein même des organisations capitalistes, en utilisant un certain nombre de critères de redistribution des bénéfices et des “externalités”.

Capitalisme des parties prenantes. Dans quelle direction allez-vous orienter votre entreprise ? Credit: AbsolutVision sur Unsplash.com

Mais ne me croyez pas sur parole. Prenez un certain David Campbell, un socialiste britannique (bien que non marxiste) et auteur de The Failure of Marxism (1996). Après avoir déclaré que le marxisme avait échoué, Campbell a commencé à préconiser le capitalisme des parties prenantes comme moyen d’arriver aux mêmes fins. Son conflit avec le marxiste orthodoxe britannique de Paddy Ireland représente une querelle intestine sur les meilleurs moyens de réaliser le socialisme, tout en offrant un regard sur l’esprit des socialistes déterminés à essayer d’autres méthodes, vraisemblablement non violentes2.

Campbell a fustigé Ireland pour son rejet du capitalisme participatif. Ireland soutenait – à tort, selon Campbell – que le capitalisme participatif était en fin de compte impossible. Rien ne peut interférer, pendant très longtemps, avec l’inexorable demande de profit du marché. Les forces du marché écraseront inévitablement toute considération éthique telle que les intérêts des parties prenantes.

Le marxisme plus radical que tout de Paddy Ireland a laissé Campbell perplexe. Ireland ne se rendait-il pas compte que son déterminisme du marché était exactement ce que les défenseurs du “néolibéralisme” affirmaient comme étant l’inévitable et le seul moyen sûr pour la distribution du bien-être social ? Le marxisme, a noté Campbell à juste titre, “peut être identifié à la dérision de la “réforme sociale” comme ne représentant pas, ou même comme faisant obstacle à la “révolution”. Comme tant de marxistes antiréformistes, Paddy Ireland n’a pas su reconnaître que “les réformes sociales dont il se moquait sont la révolution”3. Le socialisme n’est rien d’autre qu’un mouvement dans lequel “la prétendue nécessité naturelle représentée par les impératifs “économiques” est remplacée par des décisions politiques conscientes concernant l’allocation des ressources” (c’est moi qui le souligne)4. Ce socialisme politique, par opposition aux épigones orthodoxes de Marx, est ce que Marx entendait réellement par socialisme, suggère Campbell. Le capitalisme des parties prenantes n’est que cela : du socialisme.

Ireland et Campbell s’accordent à dire que l’idée même du capitalisme des parties prenantes découle du fait que les entreprises sont devenues relativement autonomes par rapport à leurs actionnaires. L’idée de l’indépendance managériale et donc de l’autonomie de l’entreprise ou de la société a été traitée pour la première fois par Adolf A. Berle et Gardiner C. Means dans The Modern Corporation and Private Property (1932) et, après eux, dans The Managerial Revolution (1962) de James Burnham.

Dans “Corporate Governance, Stakeholding, and the Company : Towards a Less Degenerate Capitalism“, Ireland écrit à propos de cette autonomie putative : L’idée d’une entreprise des parties prenantes est ancrée dans l’autonomie de “l’entreprise” par rapport à ses actionnaires ; son argument est que cette autonomie… peut être exploitée pour garantir que les entreprises ne fonctionnent pas exclusivement dans l’intérêt de leurs actionnaires”5.

Selon Paddy Ireland, cette autonomie apparente de l’entreprise est apparue non pas avec l’incorporation ou des changements juridiques à la structure de la société, mais avec la croissance du capitalisme industriel à grande échelle. L’augmentation du nombre d’actions et l’avènement du marché boursier ont permis de vendre facilement les actions. Les actions sont devenues du “capital monétaire”, des titres facilement échangeables contre un pourcentage des bénéfices, et non des créances sur les actifs de l’entreprise. C’est à ce moment-là que les actions ont acquis une autonomie apparente par rapport à l’entreprise et l’entreprise par rapport à ses actionnaires.

« De plus, avec l’émergence de ce marché, les actions ont développé une valeur autonome propre tout à fait indépendante, et souvent différente, de la valeur des actifs de l’entreprise. Apparaissant comme ce que Marx appelait le capital fictif, ils ont été redéfinis en droit comme une forme autonome de propriété indépendante des actifs de l’entreprise. Ils n’étaient plus conceptualisés comme des intérêts équitables dans les biens de l’entreprise, mais comme des droits au profit ayant une valeur propre, droits qui pouvaient être librement et facilement achetés et vendus sur le marché…

En acquérant leur indépendance par rapport aux actifs des sociétés, les actions sont devenues des objets juridiques à part entière, doublant apparemment le capital des sociétés par actions. Les actifs appartiennent désormais à la société et à elle seule, soit par le biais d’une société par actions, soit, dans le cas des sociétés non constituées, par le biais de fiduciaires. Le capital social immatériel de la société, en revanche, était devenu la seule propriété de l’actionnaire. Ce sont désormais deux formes de propriété bien distinctes. En outre, avec la constitution juridique de l’action en tant que forme de propriété entièrement autonome, l’externalisation de l’actionnaire par rapport à la société a été achevée d’une manière qui n’était pas possible auparavant.6 »

Ainsi, selon Ireland, une différence d’intérêts est apparue entre les détenteurs du capital industriel et les détenteurs du capital monétaire, ou entre la société et l’actionnaire.

Néanmoins, selon Ireland, l’autonomie de l’entreprise est limitée par la nécessité pour le capital industriel de produire des bénéfices. La valeur des actions est en fin de compte déterminée par la rentabilité des actifs utilisés par la société. “L’entreprise est, et sera toujours, la personnification du capital industriel et, en tant que telle, soumise aux impératifs de rentabilité et d’accumulation. Ceux-ci ne sont pas imposés de l’extérieur à une entité par ailleurs neutre et sans direction, mais lui sont, au contraire, intrinsèques, se trouvant au cœur même de son existence.” Cette nécessité, selon Paddy, définit les limites du capitalisme des parties prenantes et son incapacité à se maintenir. “La nature de l’entreprise est telle, par conséquent, qu’elle suggère qu'[il] existe des limites strictes à la mesure dans laquelle son autonomie vis-à-vis des actionnaires peut être exploitée au profit des travailleurs ou, en fait, d’autres parties prenantes7.”

Voilà un point sur lequel le “néolibéral” Milton Friedman et le marxiste Paddy Ireland auraient été d’accord, même si ce dernier insiste sur le fait que l’extraction de la “plus-value” au point de production en est la cause. Et cet accord entre Friedman et Ireland est exactement la raison pour laquelle Campbell a rejeté l’argument de Ireland. Un tel déterminisme du marché n’est nécessaire que sous le capitalisme, affirme Campbell. Les prédictions sur le comportement des entreprises dans le contexte des marchés ne sont valables que dans les conditions actuelles du marché. Modifier les règles de l’entreprise de telle sorte que la rentabilité soit mise en danger, même si, ou surtout, de l’intérieur, est la définition même du socialisme. Changer le comportement des entreprises dans le sens d’un capitalisme participatif est révolutionnaire en se.

Malgré cette impasse “néolibérale”/marxiste insurmontable, la notion de capitalisme des parties prenantes a au moins cinquante ans. Les débats sur l’efficacité du capitalisme des parties prenantes remontent aux années 1980. Ils ont été attisés par le rejet par Friedman de la “soulful corporation“, qui a atteint son apogée avec “The Social Significance of the Modern Corporation” de Carl Kaysen en 1957. Kaysen considérait l’entreprise comme une institution sociale qui doit mettre en balance la rentabilité avec un large éventail croissant de responsabilités sociales : “Il n’y a pas de démonstration de cupidité ou d’avidité ; il n’y a pas de tentative de rejeter sur les travailleurs ou la communauté une grande partie des coûts sociaux de l’entreprise. L’entreprise moderne a un esprit d’entreprise8.” Ainsi, chez Kaysen, nous voyons des indices de la notion ultérieure de capitalisme des parties prenantes.

Il est probable que le capitalisme des parties prenantes remonte, même si ce n’est pas en ligne droite, à l'”idéalisme commercial9” de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle, lorsque Edward Bellamy et King Camp Gillette, entre autres, ont envisagé des utopies socialistes d’entreprise via l’incorporation10. Pour ces socialistes d’entreprise, le principal moyen d’établir le socialisme était l’incorporation continue de tous les facteurs de production. Avec l’incorporation, une série de fusions et d’acquisitions devait se produire jusqu’à ce que la formation d’un monopole mondial unique, dans lequel tous “les gens” ont des parts égales, soit achevée. Dans “World Corporation“, Gillette a déclaré que “l’esprit entraîné des affaires et de la finance ne voit pas d’arrêt à l’absorption et à la croissance des entreprises, sauf l’absorption finale de tous les biens matériels du monde dans une seule société, sous le contrôle direct d’un seul esprit d’entreprise11“. Un tel monopole mondial singulier deviendrait socialiste à la suite d’une distribution égale des parts parmi la population. Le capitalisme des parties prenantes n’atteint pas cette répartition égale des parts, mais il la contourne en distribuant la valeur sur la base de la pression sociale et politique.

Il est intéressant de noter que Campbell termine son argumentation, de manière plutôt non dogmatique, en déclarant sans équivoque que si Friedman avait raison et “si ces comparaisons [entre le capitalisme actionnarial et le capitalisme des parties prenantes] tendent à montrer que la maximisation exclusive de la valeur actionnariale est le moyen optimal de maximiser le bien-être”, alors “on devrait renoncer à être socialiste12“. Si, après tout, la maximisation du bien-être humain est vraiment l’objet, et que le “capitalisme actionnarial” (ou “néolibéralisme”) s’avère être le meilleur moyen d’y parvenir, alors le socialisme lui-même, y compris le capitalisme des parties prenantes, doit nécessairement être abandonné.

Michael Rectenwald

Michael Rectenwald est l’auteur de onze ouvrages, dont Thought Criminal (2020), Beyond Woke (2020), Google Archipelago (2019), Springtime for Snowflakes (2018), Nineteenth-Century British Secularism (2016). Il a été professeur à l’université de New York de 2008 à 2019. Il a également enseigné à la Duke University, la North Carolina Central University, la Carnegie Mellon University et la Case Western Reserve University. Il est un expert et un défenseur de la liberté d’expression contre toutes les formes d’autoritarisme et de totalitarisme, y compris le socialisme-communisme, la “justice sociale”, le fascisme et le politiquement correct.

Il est titulaire d’un doctorat en études littéraires et culturelles de l’université Carnegie Mellon, d’une maîtrise en littérature anglaise de l’université Case Western Reserve et d’une licence en littérature anglaise de l’université de Pittsburgh. (voir son C.V. pour plus de détails). Ses essais universitaires et académiques sont parus dans le Quarterly Journal of Austrian Economics, Academic Questions, Endeavour, le British Journal for the History of Science, College Composition and Communication, International Philosophical Quarterly, les anthologies De Gruyter (Organized Secularism in the United States), etc.

Les publications de Michael destinées au grand public sont apparues sur le fil de Mises Institute, The Epoch Times, RT.com, Campus Reform, The New English Review, The International Business Times, The American Conservative, Quillette, The Washington Post, The Pittsburgh Post-Gazette, entre autres. Le Dr Rectenwald a participé à de nombreux talk-shows politiques et autres sur les grands réseaux (Tucker Carlson Tonight, Fox & Friends, Fox & Friends First, Varney & Company, The Glenn Beck Show), à des émissions de radio syndiquées (Glenn Beck et bien d’autres), ainsi qu’à des émissions et podcasts.

– Partie I : Qu’est-ce que le Grand Reset ? Espoirs réduits et Bio-techno-féodalisme
– Partie II : le socialisme d’entreprise
– Partie III : Le capitalisme aux caractéristiques chinoises
– Partie IV : Capitalisme des parties prenantes vs. néolibéralisme
– Partie V : L’idéologie Woke


Notes : 

1Neil Kokemuller, “Does a Corporation Have Other Stakeholders Other Than Its Shareholders?,” Chron.com, Oct. 26, 2016, https://smallbusiness.chron.com/corporation-other-stakeholders-other-its-shareholders-63538.html.

2David Campbell, “Towards a Less Irrelevant Socialism: Stakeholding as a ‘Reform’ of the Capitalist Economy,” Journal of Law and Society 24, no. 1 (1997): 65–84.

3Campbell, “Toward a Less Irrelevant Socialism,” 75 and 76, emphasis in original.

4Campbell, “Toward a Less Irrelevant Socialism,” 76.

5Paddy Ireland, “Corporate Governance, Stakeholding, and the Company: Towards a Less Degenerate Capitalism?,” Journal of Law and Society 23, no. 3 (September 1996): 287–320, esp. 288.

6Paddy, “Corporate Governance, Stakeholding, and the Company,” 303.

7Paddy, “Corporate Governance, Stakeholding, and the Company,” 304 (both quotes).

8Carl Kaysen, “The Social Significance of the Modern Corporation,” in “Papers and Proceedings of the Sixty-Eighth Annual Meeting of the American Economic Association,” ed. James Washington Bell and Gertrude Tait, special issue, American Economic Review 47, no. 2 (May 1957): 311–19, 314.

9Gib Prettyman, “Advertising, Utopia, and Commercial Idealism: The Case of King Gillette,” Prospects 24 (January 1999): 231–48.

10Gib Prettyman, “Gilded Age Utopias of Incorporation,” Utopian Studies 12, no. 1 (2001): 19–40; Michael Rectenwald, “Libertarianism(s) versus Postmodernism and ‘Social Justice’ Ideology,” Quarterly Journal of Austrian Economics 22, no. 2 (2019): 122–38, https://doi.org/10.35297/qjae.010009.

11King Camp Gillette, “World Corporation” (Boston: New England News, 1910), p. 4.

12Campbell, “Toward a Less Irrelevant Socialism,” 81.

3 réflexions sur « Partie IV Grand Reset, Capitalisme des parties prenantes vs néolibéralisme »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.