Skip to content

Le bonheur posthumain ? La promesse manquée du transhumanisme

Un examen approfondi et détaillé des pièges liés au transhumanisme qui nous permet de redécouvrir ce que signifie de vivre bien.

Posthuman Bliss Oxford University PressLes livres sur le transhumanisme semblent se diviser en deux catégories : ceux qui brillent d’enthousiasme et ceux qui brillent d’indignation. Posthuman Bliss? The Failed Promise of Transhumanism, Oxford University Press, de Susan B. Levin, experte en philosophie classique au Smith College, appartient à ce dernier camp.

Les partisans du transhumanisme, ou de l’amélioration « radicale », nous invitent à poursuivre l’amélioration biotechnologique de certaines capacités – avant tout, les capacités cognitives – bien au-delà de toute limite humaine, de telle sorte que les êtres dotés de ces capacités existeraient sur un plan ontologique supérieur. Certains pensent même que l’auto-transcendance de l’humanité par le biais des progrès de la science et de la technologie pourrait même être moralement requise. Par conséquent, selon Levin, les enjeux de notre réponse au transhumanisme sont incommensurablement élevés.

Susan B. Levin conteste les engagements globaux des transhumanistes concernant l’esprit et le cerveau, l’éthique, la démocratie libérale, la connaissance et la réalité, montrant que leur notion de l’auto-transcendance de l’humanité dans la « posthumanité » n’est guère plus que de la fantaisie.

En unissant les arguments philosophiques et scientifiques, Levin remet en question l’affirmation des transhumanistes selon laquelle la science et la technologie soutiennent leur vision de la posthumanité. Dans un style clair et engageant, elle démantèle les affirmations des transhumanistes selon lesquelles les posthumains émergeront si nous n’allouons pas suffisamment de ressources à cette fin.

Loin d’offrir une « preuve de concept » théorique et pratique pour la vision qu’ils nous proposent, explique Levin, les transhumanistes s’engagent de manière inadéquate dans la psychologie cognitive, la biologie et les neurosciences, s’appuyant souvent sur des points de vue douteux ou obsolètes dans ces domaines.

A ne pas manquer !  Colloque : Sciences de la vie, sciences de l'information

Elle soutient aussi que le transhumanisme va miner la démocratie libérale, promouvoir l’eugénisme et saper l’autonomie personnelle – des revendications qui sont fortement contestées par les transhumanistes.

Le transhumanisme est légitimement critiqué parce que ses partisans insistent sur le fait que rien de moins que l’auto-transcendance de l’humanité est un objectif rationnel … Dans une démocratie libérale, la promotion de la santé et du bien-être publics sans mettre en péril le pilier de la liberté individuelle exige une navigation et une réflexion permanentes.

Ayant montré en profondeur pourquoi le transhumanisme doit être rejeté, Levin plaide avec force pour une perspective holistique du bien-vivre qui est enracinée dans l’éthique de la vertu d’Aristote tout en étant adaptée à la démocratie libérale. Ce holisme est tout à fait humain, dans le meilleur des sens : Il nous incite à envisager des fins valables pour nous en tant qu’êtres humains et à accomplir le travail irremplaçable qui consiste à nous comprendre nous-mêmes plutôt que de compter sur la technologie et la science pour notre salut.

⇒ Un article inintéressant plus détaillé de Susan B. Levin : « Playing to lose: transhumanism, autonomy, and liberal democracy ».

Revues éditoriales

« Les transhumanistes affirment que pour que les êtres humains puissent survivre à l’avenir, et encore moins s’épanouir, nous devons réviser technologiquement nos natures évoluées. Dans sa critique vigoureuse, érudite, claire et pénétrante, Susan Levin montre que l’argument transhumaniste repose sur une compréhension philosophique superficielle de ce que signifie être humain et sur une compréhension scientifique tout aussi superficielle de ce que signifie être un organisme. Au-delà de la critique, elle offre une vision alternative de l’épanouissement qui s’enracine dans la compréhension d’Aristote, est améliorée par les fondateurs américains et s’incarne dans la vie de Martin Luther King. Ce livre sera d’un intérêt énorme pour tous ceux qui se soucient de réfléchir à ce que signifie être humain à une époque où les problèmes de notre existence commune peuvent sembler si terribles que les seules solutions qui restent sont technologiques ». – Erik Parens, The Hastings Center.

A ne pas manquer !  L’affective computing

« La critique de Susan Levin sur la littérature philosophique qui défend des formes radicales d’amélioration cognitive et morale est très raisonnée, bien documentée et délicieusement pimentée. En remettant en question de manière soutenue les hypothèses scientifiques et philosophiques de ses interlocuteurs, elle établit effectivement le programme du prochain chapitre de la recherche sur nos obligations envers les futurs humains. » – Eric T. Juengst, University of North Carolina, Chapel Hill.

« Ancré dans une vision optimiste des capacités humaines et s’appuyant sur de solides arguments philosophiques et scientifiques, le livre de Susan Levin, à la fois perspicace et bienvenu, révèle les promesses tentantes des transhumanistes, mais qui, en fin de compte, n’ont pas été tenues ». – Inmaculada de Melo-Martín, Weill Cornell Medicine.

« Les pandémies mondiales, le changement climatique, les conflits géopolitiques imminents pour l’eau douce et la nourriture… il semble que plus nous devons apprendre à changer le comportement des humains dans la nature, plus nous reculons et essayons de trouver une issue en changeant plutôt la nature chez les humains. L’un de ces reculs est le transhumanisme. Posthuman Bliss propose une critique approfondie de la fabrication biotechnologique de la pensée et des émotions humaines au niveau moléculaire. Bienvenue à la pensée bioéthique qui est critique et non apologétique. Bienvenue à la perspective interdisciplinaire de la philosophe classique Susan B. Levin sur les limites du biopouvoir ». – Bruce Jennings, Vanderbilt University.

1 Comment »

  1. Je partagerais les livres sur le tranhumanisme en quatre catégories:
    1° Les livres très enthousiastes qui ne donnent pas forcément une image juste du transhumanisme:
    2° Les livres réalistes, émanant ou non de transhumaniste, qui ne critiquent pas le transhumanisme et s’intéresse à la question des droits dans une société transhumaniste: c’est par exemple l’essai Technoprog.
    3° Les livres anti-transhumanistes qui en donnent une image fausse du transhumanisme ou y assimilent des choses qui n’ont pas de rapport avec le transhumanisme: les GAFAM, le singularisme, la mondialisation ultralibérale, etc…
    4° Les livres qui le critiquent à mot couvert en donnant une image relativement honnête du transhumanisme du monde anglosaxon.

    Alors que les transhumanistes étaient couverts de critiques, leurs contempteurs ne parlaient qu’assez peu de l’automatisation, sauf pour prêter aux transhumanistes la volonté de créer une ASI…

    Je remarque qu’aujourd’hui les entreprises s’interrogent sur l’intégration de l’anthropotechnie salariale dans l’entreprise, que les Etats engagent des programmes d’augmentation des soldats, que l’Union européenne et différentes entreprises ont engagé des programmes de recherche en neurotechnologie visant au développement d’exocortex et d’IA centaure. Ce ne sont pas des transhumanistes.

    Par contre, des vrais transhumanistes, notamment ceux de l’Association française de transhumanisme, ont engagé un débat sur la défense des droits fondamentaux des particuliers face aux progrès de l’anthropotechnie: garantie d’accès aux technologies et droit de ne pas y recourir, droits des individus augmentés ou non augmentés, droits de groupes sociaux discriminés dont les non transhumanistes parlent peu. En outre, les transhumanistes technoprogressistes s’interrogent sur le volet social et écologique d’une société où l’anthropotechnie se serait généralisée.

    Sans être convaincue par les stratégies des transhumanistes, j’apprécie leur ouverture d’esprit et je considère que les menaces que fait peser l’anthropotechnie sur notre société émane de dirigeants et grands entrepreneurs sans rapport avec leur mouvance.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recommandé
Après l’institut Pasteur, c’est au tour de Merck d’annoncé l’arrêt…
Défiler vers le haut