Skip to content

Des scientifiques suppriment le HIV-1 du génome des cellules immunitaires humaines

While many patients benefits greatly from antiretroviral drugs, once they are stopped, HIV in T-cells start replicating and increasing viral load again. Scientists say this could be preventable by editing patients’ DNA, based on a recent study. Photo by RAJ CREATIONZS/Shutterstock

En utilisant la méthode d’édition du génome CRISPR/Cas9, des scientifiques ont démontré qu’ils pouvaient modifier le VIH depuis l’extérieur des cellules du système immunitaire de l’ADN. Et en le faisant, ils ont également démontré qu’ils pouvaient empêcher la réinfection des cellules non-modifiées.

En usant de cette technique, les chercheurs de Temple University ont réussi à éliminer VIH1 à partir de l’ADN des génomes de cellules T cultivés en laboratoire. Quand ces cellules furent exposées ultérieurement au virus, elles ont été protégées de la réinfection.

« Les résultats sont importants à plusieurs niveaux », déclare le directeur de recherche Khamel Khalili. « Ils démontrent l’efficacité de notre système d’édition de gêne pour éliminer le VIH à partir de l’ADN des cellules T CD4 et, en introduisant des mutations dans le génome du virus, désactive en permanence sa reproduction ».

« De plus », rajoute-t-il, « les résultats démontrent que le système peut protéger les cellules de la réinfection et que la technologie est sans danger pour les cellules, sans effets toxiques. »

Bien que les techniques d’édition du génome pour contrecarrer le VIH aient été testées auparavant, c’est la première fois que les scientifiques ont compris comment empêcher des infections a posteriori, ce qui est crucial pour le succès d’un traitement offrant une meilleure protection que le traitement  antirétroviral actuel. Dès qu’on arrête de le prendre, le VIH recommence à infecter les lymphocytes T.

« Les médicaments antirétroviraux sont très bons pour contrôler l’infection du virus VIH. » explique Khalili. «Mais les patients sous traitement antirétroviral qui arrêtent de prendre les médicaments subissent un rebond rapide de la réplication du VIH.

Il reste beaucoup de travail à faire pour que cette technique soit prête pour quelque chose de plus avancé que des cellules humaines dans une boîte de Pétri – en particulier lorsqu’on parle de précision parfaite dans le « processus de coupe » – mais c’est une première étape passionnante.

Les résultats ont été publiés dans la revue Scientific Reports.


traduction Benjamin Prissé, Master 2 Economie Politique Publique et Développement à l’université Toulouse 1 Capitole – Toulouse School of Economics (TSE)

3 Comments »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :