Skip to content

Sommes-nous des Hommes-Machines ?

Sommes-nous en train de perdre notre humanité au contact de la machine ? Comment la machine a-t-elle modifié nos comportements ? La parole se fait plus courte, plus incisive, plus efficace, notre patience faiblit, notre capacité d’empathie décroit… Selon Philip K. Dick, nous serions même devenus « des machines réflexes dépourvues de vie réelle », mais qu’en est-il réellement ?

Une soirée dans les mondes de Philip K. Dick. Mardi des Bernardins du 16 février 2016 au Collège des Bernardins

Les Mondes de Philip K. Dick est une plongée dans la vie et les écrits d’un extraordinaire écrivain de science-fiction, dont l’œuvre a anticipé comme aucune autre le monde paranoïaque et technologique de notre XXIème siècle, et dont les visions sont une formidable matière adaptée par le cinéma hollywoodien, de Blade Runner à Minority Report. En lien avec la Chaire des Bernardins, L’humain au défi du numérique, ce documentaire interroge le rôle de l’homme dans une société sans cesse poussée dans ses derniers retranchements par un progrès technologique fulgurant. Cette incertitude ressentie face au réel, éternelle remise en question de la place de la machine dans les différents aspects de notre environnement, se retrouve illustrée dans des univers inquiétants où les frontières entre virtuel et réalité se dissipent.

Intervenants : Milad Doueihi Co-titulaire de la Chaire des Bernardins « L’homme au défi du numérique«  – Titulaire de la Chaire d’Humanisme numérique à l’université Paris IV (Sorbonne). Catherine Dufour auteure de science-fiction. Ariel Kyrou Co-scénariste du documentaire Les Mondes de Philip K. Dick. Pascal Picq Paléoanthropologue, maître de conférences au Collège de France. Mardi des Bernardins animé par David Abiker.

mercredi 02 mars à 22h40 (56 min)

L’oeuvre de K. Dick est souvent comparée à celle de Kafka, Orwell et Asimov, mais plus de trente ans après sa disparition, l’écrivain semble être le plus visionnaire de l’ère digitale. Figure de la contre-culture, mais méconnu de son vivant, il fait partie de ces auteurs dont le nom est devenu un adjectif : « dickien ». Il existe un sentiment dickien de l’existence, fait de doutes et d’angoisses sur la nature du réel, mais aussi de questionnements sur la notion d’humanité.

Agoraphobe, il n’a quasiment jamais quitté sa banlieue californienne, mais a voyagé en esprit à travers un nombre incalculable d’univers – souvent avec l’aide d’amphétamines. Il décrit nombre des thèmes qui hantent nos vies aujourd’hui : les mondes virtuels, les sociétés totalitaires, les technologies asservissantes ou les désastres écologiques.

Prophète parano

Yann Coquart et Ariel Kyrou s’appuient sur les témoignages de ceux qui l’ont connu, dont ceux de sa veuve et de son biographe, pour fouiller la personnalité de l’écrivain, révélant un personnage aussi fascinant que tourmenté : paranoïaque, persuadé de se souvenir du futur, attiré par les femmes « mourantes, malades ou abîmées », selon les mots de son psychothérapeute. « Sa vie était un fouillis, une succession de crises sans fin. » Grâce aussi aux archives rares de l’auteur, à la présence de l’acteur Rutger Hauer et d’autres témoins, le film révèle toute la puissance et la folie d’un visionnaire de génie considéré comme l’un des plus grands auteurs de science-fiction.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :