Skip to content

Domaines de recherche de l’Université d’Oxford, le Future of Humanity Institute

Composante du département de philosophie de la prestigieuse Université d’Oxford, le Future of Humanity Institute (FHI) est le premier centre de recherche qui étudie les changements technologiques exponentiels de façon transversale, multidisciplinaire et exhaustive.

L’approche du FHI utilise l’outillage mathématique qu’elle intègre à la philosophie des sciences pour explorer les risques et les opportunités qu’offrent aujourd’hui les mutations technologiques NBIC (Nanotechnologie, Biotechnologie, Informatique, sciences Cognitives).

Le FHI cherche avant tout à évaluer les priorités mondiales, à mettre en lumière les dilemmes éthiques qui accompagnent les progrès NBIC et finalement à clarifier les choix auxquels l’humanité est confrontée dans son ascension technologique.

La production de recherche du FHI vient d’être évaluée de façon très positive par plusieurs commissions extérieures. Les conclusions de l’évaluation ont insisté sur les caractères pionniers et stratégiques des missions de l’Institut.

L’équipe de recherche dirigée par le professeur Nick Bostrom oriente ses études sur des questions qui sont :

  • d’une importance cruciale pour l’humanité (les grands défis des trente prochaines années),
  • souvent négligées par la recherche jusqu’à présent,
  • pour lesquelles une réponse originale et une approche inédite peuvent être construites par l’équipe.

La démarche s’appuie sur un ensemble diversifié d’outils méthodologiques (théorie des données scientifiques, probabilités – statistiques, philosophie analytique).

L’approche multidisciplinaire est renforcée par des collaborations avec des expertises extérieures.

L’activité de recherche du FHI couvre quatre grands domaines :

1 – Les risques de catastrophes globales

2 – L’épistémologie appliquée

3 – L’homme augmenté, amélioré

4 – Les technologies du futur

L’ADN du FHI est finalement très proche de l’Université de la Singularité créée il y a cinq ans par Google, Cisco, la Nasa et d’autres partenaires influents sur le sol américain.

Des structures de recherche équivalentes se développent également en Corée du sud, en Russie et en Chine avec bien entendu, des spécificités d’approche des grandes questions d’évolution humaines, propres à chaque culture. Ces laboratoires optent tous pour une prise en compte globale et transversale des mutations technologiques et des turbulences qu’elles induisent.

4 Comments »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :