Skip to content

Le mea culpa de la revue Nature pour la promotion de l’eugénisme

Au début de l’année, la principale revue scientifique mondiale, Nature, et les revues qui l’accompagnent ont lancé une campagne visant à éliminer de leurs pages les discriminations et les inégalités de toutes sortes. Un certain nombre d’éditoriaux ont été publiés pour expliquer comment le nouvel accent mis sur la diversité, l’équité et l’inclusion fonctionnera sans porter atteinte à l’érudition et à la liberté d’expression.

Dans le dernier numéro, Nature s’excuse d’avoir publié de nombreux articles nuisibles et blessants, notamment des articles de Francis Galton, le père intellectuel de l’eugénisme moderne.

« Parmi ces éléments nuisibles, les articles de Galton se distinguent. Bien que Nature ne soit pas son principal éditeur, c’est un éditeur important qui a diffusé et légitimé ses idées. Galton soutenait que l’humanité pouvait être améliorée par la reproduction sélective de ce qu’il appelait les personnes les plus dignes, intelligentes et talentueuses. En 1904, Nature a publié un article dans lequel il prétendait évaluer la « distribution des succès et des aptitudes naturelles » chez les membres des familles des membres de l’UK Royal Society, et concluait que « des familles exceptionnellement douées doivent exister, dont la race est un atout précieux pour la nation ».

L’eugénisme est le dernier cri en matière de science et de politique publique à la fin du 19e et au début du 20e siècle. Son deuxième rédacteur en chef, Richard Gregory, qui a dirigé la revue de 1919 à 1939, était un ardent partisan de l’eugénisme et croyait fermement à la supériorité de la culture occidentale. Dans un éditorial écrit en 1921, il déclare que « les races hautement civilisées d’Europe et d’Amérique ont des siècles de développement derrière elles » et que « les races moins avancées, même dans certaines parties de l’Europe, comme la péninsule des Balkans, ne sont pas susceptibles d’assimiler ces idéaux avant un certain temps ».

Sir Francis Galton 1822-1911 explorateur statisticien fondateur de l’eugénisme a vécu ici pendant cinquante ans. Plaque de marbre érigée par un particulier vers 1931 au 42 Rutland Gate, Knightsbridge, London SW7 1PD, City of Westminster. Adoptée par le London County Council en 1959. (CC BY-SA 4.0)

Nature exprime également ses regrets pour ses anciens « impéritie, impérialisme, sexisme et racisme ». Elle affirme qu' »il existe de nombreux autres exemples dans lesquels Nature a publié des points de vue offensants, injurieux et destructeurs, sous le voile de la science » – même de l’antisémitisme.

En 2017, Nature a publié un article offensant qui démontrait combien son personnel avait à apprendre. Il contenait des phrases aussi tendancieuses que celles-ci :

« Les défenseurs des personnages historiques controversés soutiennent qu’ils doivent être jugés sur leurs réalisations plutôt que sur les normes modernes. »

« Effacer les noms, cependant, fait courir le risque de blanchir l’histoire. »

« Cette expérience a mis en lumière des problèmes systémiques au sein de Nature que nous nous efforçons de corriger, notamment le manque de diversité parmi nos rédacteurs et l’incapacité à reconnaître le rôle de la revue dans le racisme. L’éditorial que vous lisez fait partie de notre tentative de reconnaître et de tirer les leçons de notre passé récent et profond, de comprendre les racines de l’injustice et de travailler pour y remédier, dans le but de rendre l’entreprise scientifique ouverte et accueillante pour tous. »

Se faire battre le cœur pour ses péchés passés est une expérience profondément cathartique. Cependant, le présent devient vite le passé. La question la plus intéressante est de savoir si Nature aura à s’excuser pour l’une ou l’autre de ses attitudes actuelles. L’impéritie n’est pas un défaut qui s’éradique aussi facilement que l’eugénisme.

BioEdge (CC BY 4.0)

1 Comment »

Laisser un commentaire Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%%footer%%