Archives par mot-clé : casque de réalité augmentée

Microsoft va équiper les soldats américains de casques de réalité augmentée

Microsoft et l’armée américaine ont annoncé que le système intégré de renforcement visuel (IVAS – Integrated Visual Augmentation System), une version militaire améliorée du dispositif de réalité augmentée HoloLens, allait passer du stade du prototypage à celui de la production.

Dans une annonce datée du 31 mars, le Program Executive Office – Soldier (PEO Soldier) de l’armée de terre a annoncé “un accord de production à prix fixe pour la fabrication” d’IVAS, ajoutant que le contrat “fait passer IVAS à la production et à la mise en service rapide”.

Alex Kipman, membre technique de Microsoft, a publié sur son blog : Nous apprécions le partenariat avec l’armée américaine et nous sommes reconnaissants de la confiance qu’elle nous accorde pour faire passer IVAS du prototypage rapide à la mise en service rapide.

IVAS réalité augmentée Courtney Bacon / Soldat PEO

L’IVAS ajoute des capteurs de vision nocturne et d’imagerie thermique à l’habituel affichage tête haute HoloLens, et est renforcé pour un usage militaire. En plus de permettre aux soldats de voir dans l’obscurité et en vision thermique, il est destiné à leur permettre de visualiser et de comprendre facilement des informations provenant de nombreuses sources.

La position des autres soldats, signalée par les systèmes GPS de leurs propres IVAS, apparaîtrait sur l’affichage tête haute. Il en va de même pour les ennemis, détectés par les drones ou les avions qui les survolent, ou trouvés par d’autres soldats. Il serait possible de projeter un viseur de canon sur l’écran IVAS, afin de montrer où l’arme d’un soldat est dirigée, même si celui-ci ne regarde pas dans le viseur. Naturellement, le système peut être utilisé pour appeler des cartes et d’autres informations utiles.

D’autres applications pourraient permettre aux soldats de voir à travers les murs, par exemple lorsqu’ils sont assis à l’arrière d’un véhicule blindé et qu’ils peuvent simplement tourner la tête pour voir ce qui se trouve à l’extérieur en important les données des systèmes de caméras omnidirectionnelles du véhicule.

Les troupes peuvent également avoir accès à des cartes en 3D de la ville ou des bâtiments, ce qui leur permet de savoir ce qui les attend avant de franchir une porte ou de prendre un virage.

Le président de Microsoft, Brad Smith, a même suggéré que l’IVAS pourrait intégrer la technologie de reconnaissance faciale, en signalant dans la base de données des informations sur les personnes qu’il a détectées devant un soldat.

Microsoft a audacieusement déclaré à l’AP que l’IVAS pourrait désormais valoir “jusqu’à” 21,88 milliards de dollars au cours des dix prochaines années. Cependant, seulement 1,12 milliard de dollars ont été budgétés pour le projet dans l’exercice 2021, et le Congrès a réduit ce montant à 897 millions de dollars en décembre.

Si IVAS réussit, il sera probablement le sauveur de HoloLens. À l’origine, Microsoft, comme d’autres entreprises technologiques, espérait que les lunettes de VR/AR pourraient être vendues aux joueurs, mais ces espoirs sont maintenant largement morts. HoloLens 2, la version civile actuelle, est désormais présentée comme un appareil de travail destiné aux chirurgiens, aux ingénieurs de maintenance, etc.

Guerres et soldats du futur (conférence en ligne)

Dans l’imaginaire collectif, les soldats du futur sont perçus comme augmentés par la technologie, tels des Robocops. Mais quelle est la réalité des évolutions en cours dans le domaine ? Et quelle en serait la véritable utilité ? Cette visioconférence, présentée par Michel Goya, militaire chevronné et historien spécialiste de l’innovation militaire, nous permettra d’y voir beaucoup plus clair. Elle répondra également à des questions essentielles : Qu’est-ce qu’un soldat ? Comment vit-il le combat ? Comment peut-il le gagner ? Et enfin, comment les guerres sont-elles en train de changer ?

Cette conférence d’une heure trente (en comptant les échanges entre le conférencier et le public) aura lieu en ligne. Il est nécessaire de s’inscrire afin d’obtenir le lien pour se connecter. Une fois votre billet pris, nous vous enverrons par mail toutes les informations liées à la connexion un peu avant l’événement.

Michel Goya est spécialiste de l’innovation militaire, de l’analyse des conflits, et du comportement au combat. Ancien colonel des troupes de marine, il a été déployé sur de nombreux théâtres d’opérations (Sarajevo, Rwanda, Centrafrique…) et a également été membre du cabinet du chef d’État-Major des armées. Par ailleurs docteur en histoire, il a beaucoup enseigné, notamment comme titulaire de la chaire d’histoire militaire de l’École de Guerre. Enfin, il a écrit de nombreux ouvrages tels que Sous le feu : la mort comme hypothèse de travail ou encore S’adapter pour vaincre : Comment les armées évoluent.

Détails
Date : 14 avril
Heure : 19 h 00 min – 20 h 30 min
Prix : Gratuit à 7€
Présenté par : Michel Goya
Inscription nécessaire pour obtenir le lien de connexion

Le bracelet neuronal de Facebook : l’avenir de la réalité augmentée ?

Facebook fabrique un bracelet qui vous permet de contrôler les ordinateurs avec votre cerveau

L’appareil vous permettrait d’interagir avec les prochaines lunettes de réalité augmentée de Facebook simplement par la pensée

Facebook affirme avoir créé un bracelet qui traduit les signaux moteurs de votre cerveau afin que vous puissiez déplacer un objet numérique simplement par la pensée. Le bracelet utilise des capteurs pour détecter les mouvements que vous avez l’intention de faire (données neuronales). Il utilise l’électromyographie (EMG) pour interpréter l’activité électrique des nerfs moteurs lorsqu’ils envoient des informations du cerveau à la main.

Selon la société, l’appareil vous permettrait de naviguer dans des menus de réalité augmentée en pensant simplement à bouger votre doigt pour les faire défiler. On ne sait pas encore quand il sera commercialisé ni combien cela coûtera. Le produit est encore en phase de recherche et de développement dans les laboratoires internes de Facebook.

Lors de l’avant-première, Thomas Reardon, directeur des interfaces neuromotrices chez Facebook Reality Labs, a déclaré que le dispositif n’était “pas un moyen de contrôle mental”. Il a ajouté : “Cela vient de la partie du cerveau qui contrôle les informations motrices, pas la pensée.”

L’expérience la plus réussie en matière de réalité augmentée a été Pokémon Go, qui a pris le monde d’assaut en 2016. Cette promesse initiale s’est toutefois estompée au cours des années qui ont suivi, car les entreprises ont eu du mal à traduire cette technologie en quelque chose de réellement utile. Le fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, a investi de manière agressive dans la réalité augmentée et virtuelle, reconnaissant que des produits comme ceux-ci peuvent donner accès à d’innombrables sources de données précieuses. Est-ce que Facebook va percer ?

Tech@Facebook, Wired

Les interfaces cérébrales nous permettront de modifier nos sentiments

Le PDG de la société de jeux américaine Valve Corporation, Gabe Newell, déclare que son entreprise travaille sur un casque d’interface cerveau-ordinateur (BCI) qui pourrait rendre les jeux vidéo plus immersifs que jamais.

Dans une interview avec New Zealand 1 News, Newell a fait savoir que « l’expérience visuelle, la fidélité visuelle que nous serons capables de créer – le monde réel cessera d’être la métrique que nous appliquons à la meilleure fidélité visuelle possible – le monde réel semblera plat, incolore, flou par rapport aux expériences que vous pourrez créer dans le cerveau des gens. »

Valve collabore avec OpenBCI, une société spécialisée dans les biocapteurs, sur ce que Newell a appelé un “projet open source pour que tout le monde puisse disposer de technologies de lecture haute résolution [signal cérébral] intégrées dans les casques”.

« Là où ça devient bizarre, c’est quand ce que vous êtes devient modifiable via une interface neuronale directe”, a déclaré Newell. “Notre capacité à créer des expériences dans le cerveau des gens, qui ne sont pas transmises par leurs périphériques de chair, dépasseront tout ce qui est possible”.

La technologie pourrait permettre aux utilisateurs de modifier non seulement ce qu’ils voient, mais aussi leurs sentiments et leurs émotions. Par exemple, Newell a affirmé qu’un tel casque pourrait améliorer le sommeil. Plus tard, d’autres sentiments non désirés pourraient être supprimés ou totalement éliminés, une forme de thérapie digne de la science-fiction.

Pour finir, Newell ne pense pas que les BCI vont inonder le marché du jour au lendemain – notamment pour des raisons de sécurité – et il faudra encore de nombreuses années avant qu’un dispositif commercialisable n’émerge, même pour Valve.

La France va débuter les recherches sur le soldat augmenté

Un comité d’éthique du ministère de la défense a rendu un rapport qui autorise les forces armées françaises à lancer des recherches sur le thème du soldat augmenté. Créé à la demande de la ministre des Armées à la fin de l’année 2019, le Comité d’éthique de la défense est chargé d’apporter des éclairages sur les questions éthiques soulevées par les innovations scientifiques, techniques et leurs éventuelles applications militaires.

Le rapport examine les traitements médicaux, les prothèses et les implants corporels qui améliorent les capacités physiques, cognitives, perceptives et psychologiques, et pourraient permettre le suivi de la géolocalisation ou la connectivité à un système d’armes où à d’autres soldats. Où encore qui permettent d’améliorer les capacités cérébrales par stimulation cérébrale profonde.

Parmi les autres interventions possibles envisagées par le comité d’éthique figurent des traitements médicaux visant à prévenir ou à diminuer la douleur, le stress et la fatigue, ainsi que des substances qui amélioreraient la résistance mentale si un soldat était fait prisonnier.

Le comité a déclaré que la France doit maintenir “la supériorité opérationnelle de ses forces armées dans un contexte stratégique difficile” tout en respectant les règles régissant le droit militaire, le droit humanitaire et les “valeurs fondamentales de notre société”.

En conséquence, on a interdit toute modification dont on estime qu’elle est de nature à diminuer la maîtrise de l’emploi de la force, ou à provoquer une perte d’humanité ou encore qu’elle serait contraire au principe de respect de la dignité de la personne humaine. D’autres exemples de modifications interdites sont les implants cognitifs qui porteraient atteinte au libre arbitre d’un soldat, ou les changements qui affecteraient sa réintégration dans la vie civile.

La ministre des Armées, Florence Parly, a déclaré que les augmentations “invasives” telles que les implants ne font actuellement pas partie des plans militaires.

« Mais il nous faut être lucide, tout le monde n’a pas nos scrupules et c’est un futur auquel il nous faut nous préparer », a déclaré la ministre dans un communiqué de presse. « C’est un avis qui n’est pas gravé dans le marbre et qui sera régulièrement reconsidéré à l’aune des prochaines évolutions. »

La publication de ce rapport fait suite à une colonne d’opinion de John Ratcliffe, directeur du renseignement national des États-Unis, dans le Wall Street Journal, dans laquelle il a fait part de ses inquiétudes quant à la menace que représente la Chine pour les États-Unis et la démocratie mondiale, ainsi qu’à ses projets en matière de technologie militaire.

“Les renseignements américains indiquent que la Chine a déjà effectué des tests humains sur des militaires dans l’espoir de développer des soldats aux capacités biologiques améliorées”, a déclaré Ratcliffe.

Une mère retrouve son enfant décédé en RV

Souhaitez-vous revoir un être cher décédé – dans un monde virtuel ?

En 2016, Nayeon, la fille de sept ans de Jang Ji-sung, est morte d’une maladie incurable. Trois ans plus tard, la mère sud-coréenne a retrouvé Nayeon – en quelque sorte – dans un monde virtuel créé pour un documentaire télévisé.

La Munhwa Broadcasting Corporation a diffusé sur sa page YouTube un extrait du documentaire spécial intitulé “I Met You”, dont les images se situent entre le “monde réel” et le monde virtuel.

Dans un premier temps, Jang se tient devant un écran vert massif tout en portant à la fois un casque VR et ce qui semble être une sorte de gants haptiques. Puis, elle et sa fille discutent, se tiennent la main et organisent même une fête d’anniversaire avec un gâteau.

La rencontre avec la réalité virtuelle est, comme on peut s’y attendre, extrêmement émouvante. Jang semble se mettre à pleurer dès qu’elle voit sa fille virtuelle, tandis que le reste de la famille – le père, le frère et la sœur de Nayeon – regarde les retrouvailles se dérouler avec des expressions plus sombres et quelques larmes occasionnelles.

“Peut-être que c’est le vrai paradis”, a déclaré Jang à propos des retrouvailles en RV, selon l’Aju Business Daily. “J’ai retrouvé Nayeon, qui m’a appelée avec un sourire, pendant une très courte durée, mais c’est un moment très joyeux. Je crois que j’ai réalisé le rêve que j’ai toujours souhaité”.

Selon Aju Business Daily, l’équipe de production a passé huit mois sur le projet. Ils ont conçu le parc virtuel d’après celui visité par la mère et la fille dans le monde réel, et ont utilisé la technologie de capture de mouvement pour enregistrer les mouvements d’un enfant acteur qu’ils pourraient ensuite utiliser comme modèle pour représenter leur Nayeon virtuel.

Tout cela pour dire que le processus n’est peut-être pas si simple et que le produit final n’est probablement pas parfait, mais nous disposons maintenant de la technologie nécessaire pour recréer les morts en RV – de manière suffisamment convaincante pour émouvoir leurs proches jusqu’aux larmes.

Les implications sont impossibles à prévoir. Quel type d’impact cela aura-t-il sur le processus de deuil ? Le fait de voir un être cher en RV aidera-t-il les gens à tourner la page et à aller de l’avant après un décès ? Certaines personnes deviendront-elles dépendantes de ce monde virtuel, en y passant de plus en plus de temps et de moins en moins dans le monde réel ? Et cela s’arrêtera-t-il avec la RV ? Ou est-ce seulement la première étape vers des androïdes conçus pour imiter nos proches décédés, tant dans leur apparence que dans leur personnalité ?

Plusieurs startups préparent le terrain pour ce futur, en compilant des données sur les personnes vivantes et décédées afin de pouvoir créer des “avatars numériques” de ces personnes. D’autres entreprises construisent déjà des clones robotisés de personnes réelles.

Aju Business Daily, DailyMail

Tendances technologiques pour les PME françaises en 2020-2021

Les entreprises acquièrent et investissent de plus en plus dans les nouvelles technologies. Ces changements de comportement et de pratiques pour les PME, notamment au niveau des investissements et de la diversification des budgets, sont dus à l’évolution constante des nouvelles technologies dans le monde du travail.

En décembre 2019, Gartner a mené l’enquête auprès de 248 personnes travaillant dans des PME en France. L’objectif de l’étude est de proposer une vue d’ensemble des intentions d’investissement et les prédictions d’impact des nouvelles technologies sur les entreprises d’ici 2021.

L’étude indique les technologies les plus utilisées actuellement, celles qui ont un potentiel de croissance significatif et celles pour lesquelles les PME prévoient un budget.

Actuellement, les technologies les plus utilisées en France sont les logiciels de sécurité des données et de l’information (68%). En effet, les cyberattaques, fuites et vols de données de ces dernières années, poussent les entreprises à investir dans la sécurité des données. Les logiciels de finance et de comptabilité arrivent en seconde position. Ces technologies sont les premiers outils comme ayant un impact sur les PME aujourd’hui.

Les technologies ayant le plus fort potentiel de croissance d’ici 2021 sont : la réalité virtuelle et augmentée, les chatbots, l’intelligence artificielle et le machine learning. Les chatbots de plus en plus précis grâce au machine learning et l’Internet des objets font partie des technologies qui auront un impact sur les entreprises d’ici 2021.

Mais étrangement, les prévisions d’investissement en France d’ici 2021 ne concernent pas dans l’immédiat les technologies ayant le plus d’impact. En effet, se sont les logiciels RH qui arrivent en tête avec 32 % des répondants pour un budget moyen de 22 700 $. En ce qui concerne la sécurité des données, elle n’est citée que par 29 % des répondants. Il n’y a que 16 % des entreprises interrogées qui ont prévu un budget moyen de 51 900 $ pour l’intelligence artificielle et le machine learning et 51 900 $ pour les véhicules autonomes.

Les principales motivations d’investissement dans les nouvelles technologies pour les PME interrogées, viennent surtout des requêtes de clients (63 %) puis de l’amélioration de la productivité (58 %). Et ce, malgré certains obstacles, plus ou moins tangibles comme le financement de l’investissement en question cité par 45 % des entreprises interrogées. Mais également les compétences internes à adapter et les changements dans les pratiques de l’entreprise.

Les PME doivent miser sur l’innovation et le développement de nouvelles technologies pour conserver leur avantage concurrentiel, et l’adoption de nouvelles solutions est essentielle à leur l’essor.

L’étude a été menée par l’analyste Caroline Rousseau de chez Capterra, une entreprise Gartner.

Démonstration du prototype militaire HoloLens 2 de Microsoft

Il y a quelques mois, Microsoft avait remporté un contrat de 480 millions de dollars pour fournir plus de 100 000 casques de réalité augmentée HoloLens à l’armée américaine.

CNBC a pu voir ce que Microsoft a préparé sous la forme d’un HoloLens 2 modifié et, bien qu’il semble qu’il s’agisse davantage d’une démo haut de gamme que d’une démonstration raffinée, il semble que les militaires obtiennent ce qu’ils veulent, ce que craignaient les employés de Microsoft qui avaient signé une lettre en février 2019 contre le projet.

Les employés de Microsoft appellent à la fin du projet militaire de réalité augmentée

Plus de 100 employés de Microsoft ont signé une lettre appelant les dirigeants, Satya Nadella et Brad Smith, à annuler le contrat de l’entreprise pour le développement de sa technologie de casque de réalité augmentée HoloLens pour l’armée américaine.

Les employés de Microsoft écrivent : “Bien que l’entreprise ait déjà octroyé une licence de technologie à l’armée américaine, elle n’a jamais franchi le pas en matière de développement d’armes. Avec ce contrat, elle le fait.”

Cette lettre a été publiée peu de temps avant que Microsoft ne dévoile son casque amélioré HoloLens 2 au salon de MWC de Barcelone.

TechCrunch

Les soldats américains porteront les casques de réalité augmentée HoloLens Microsoft au combat