Les marchés de crypto-actifs

Canaux potentiels pour les implications futures sur la stabilité financière

Ce rapport présente l’analyse qui sous-tend l’évaluation proactive du Conseil de stabilité financière (CSF – Financial Stability Board (FSB)) des conséquences potentielles des actifs cryptographiques sur la stabilité financière. Le rapport fait suite à l’évaluation initiale énoncée dans la lettre du président du CSF de mars 2018 aux ministres des Finances et aux gouverneurs des banques centrales du G20, et au résumé des travaux du CSF et des organismes de normalisation sur les actifs cryptographiques que le CSF a publiés en juillet.

Le rapport du CSF comprend une évaluation des principaux risques liés aux actifs cryptographiques et à leurs marchés, tels que la faible liquidité, l’utilisation d’un effet de levier, les risques de marché liés à la volatilité et les risques opérationnels. Sur la base de ces caractéristiques, les actifs cryptographiques ne possèdent pas les attributs essentiels des devises souveraines et ne servent pas de moyen de paiement commun, de réserve de valeur stable ou d’unité de compte traditionnelle.

Sur la base des informations disponibles, les actifs cryptographiques ne posent pas de risque important pour la stabilité financière mondiale à l’heure actuelle. Cependant, une surveillance vigilante est nécessaire compte tenu de la rapidité des développements du marché. Si l’utilisation des actifs cryptographiques continuait d’évoluer, cela pourrait avoir des conséquences sur la stabilité financière à l’avenir.

Ces implications peuvent inclure :

– des effets de confiance et des risques de réputation pour les institutions financières et leurs régulateurs;
– les risques découlant des expositions directes ou indirectes d’institutions financières;
– les risques liés à l’utilisation généralisée des actifs cryptographiques dans les paiements et les règlements;
– et les risques liés à la capitalisation boursière et aux effets de richesse.

Les crypto-actifs soulèvent également plusieurs problèmes de politique plus vastes :

– tels que le besoin de protection des consommateurs et des investisseurs;
– protocoles d’intégrité du marché forts;
– la réglementation et la surveillance en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme, y compris la mise en œuvre de sanctions internationales;
– mesures réglementaires pour prévenir l’évasion fiscale;
– la nécessité d’éviter le contournement des contrôles de capitaux;
– et les préoccupations relatives à la facilitation des offres de valeurs mobilières illégales.

Ces risques font l’objet de travaux aux niveaux national et international et ne sont pas au centre des préoccupations du présent rapport.

Presque personne ne comprend vraiment la technologie blockchain

À ce jour, les membres du CSF ont pris toute une série de mesures de surveillance, de réglementation et d’application nationales liées aux actifs cryptographiques. Les autorités nationales et les organismes de normalisation ont mis en garde les investisseurs contre les risques liés aux actifs cryptographiques, ainsi que des déclarations soutenant le potentiel de la technologie de grand livre distribuée (DLT) sous-jacente sur laquelle elles s’appuient pour améliorer l’efficacité du système financier. Ces actions s’équilibrent entre la préservation des avantages de l’innovation et la maîtrise de divers risques, notamment ceux de la protection des consommateurs et des investisseurs et de l’intégrité du marché.

Source : Financial Stability Board

Vers une société sans espèces, à l’image de la Suède

Selon le rapport du comité Action publique 2022, la 16e proposition préconise une société « zéro cash » pour simplifier les paiements tout en luttant mieux contre la fraude fiscale”.

Les réformes préconisées :

– supprimer les espèces, les chèques et les timbres pour les paiements fiscaux et sociaux d’ici deux ans. Afin d’accompagner en particulier les publics les plus fragiles, des solutions intermédiaires pourraient être envisagées (par exemple utilisation d’une carte sans contact) ;
– rendre obligatoire l’acceptation des paiements dématérialisés (carte bancaire, téléphone, virement) pour tous les achats, sans montant minimum, et développer une application par laquelle les consommateurs pourraient aisément signaler des difficultés ;
– réduire progressivement la circulation d’espèces vers une extinction complète. On pourrait commencer à court terme par mettre fin à la circulation des pièces de 1 et 2 centimes, comme cela a été fait en Irlande, en Finlande et en Belgique par exemple.

Vers une économie sans argent liquide

L’Inde numérise tout, de l’argent à l’identification du citoyen

Expérience de Bitcoin avec une puce NFC : une clé privée implantée

Les cryptomonnaies, une rupture géoéconomique mondiale ?

A l’heure où les cryptomonnaies défrayent la chronique, en particulier le bitcoin, il est important d’en saisir les enjeux technologiques, de même que l’environnement global touchant le domaine. Ce dossier de Géopolitique Profonde est destiné aux investisseurs, à ceux qui veulent diversifier leur épargne ou simplement aux personnes voulant améliorer leur vision du sujet. Il propose un panorama des enjeux des cryptoactifs, des réactions et des oppositions des gouvernements et entreprises sur le sujet, des théories économiques sous-jacentes ou encore des problèmes de hacking liés à ces technologies.

Quelques bases
Blockchain vs hashgraph
Les théories économiques autour des cryptoactifs
Le bitcoin est-il biaisé de base ?
Les réactions du Système : critiques et récupérations
L’intégration des crypto dans les compagnies privées
Les crypto comme alternative au système financier mondial
Les activités malveillantes autour des cryptomonnaies
> Télécharger le PDF
[su_document url=”https://iatranshumanisme.com/wp-content/uploads/2018/07/Les-cryptomonnaies-une-rupture-géoéconomique-mondiale.pdf” width=”840″ height=”860″]

Une nouvelle cryptomonnaie lancée par Goldman Sachs

Circle, une start-up de paiement soutenue par Goldman Sachs, Baidu Inc. et China International Capital Corp à auteur d’environ 140 millions de dollars de capital-risque, a annoncé le lancement d’une nouvelle cryptomonnaie appelée Circle USD Coin. La nouvelle monnaie est essentiellement une version numérique du dollar que vous pourrez acheter en échangeant de l’argent réel.

L’USD Coin est la première cryptomonnaie mise en vente par une grande institution financière. Bien que ce type d’approche va à l’encontre des cryptomonnaies décentralisées et distribuées telles que bitcoin, Goldman Sachs et Circle espèrent apporter une certaine stabilité au marché de la cryptomonnaie, qui s’est effondré et a rebondi bon nombre de fois cette année.

Circle ne veut pas que l’USD Coin soit soumis à l’instabilité et à l’inflation inhérentes à d’autres cryptomonnaies non régulées, donc la cryptomonnaie sera indexée sur le dollar américain, selon CNBC. Encore une fois, cela va à l’encontre du but des cryptomonnaies, qui étaient à l’origine conçues pour présenter un marché financier transparent exempt de toute réglementation du gouvernement fédéral et de l’influence des grandes banques. Et bien qu’il semble de plus en plus probable que la réglementation et l’influence des entreprises joueront un plus grand rôle, certains, y compris Sam Altman, investisseur de la Silicon Valley, croient fermement que toute cryptomonnaie basée sur l’USD doit rester sous contrôle distribué.

Alors que d’autres cryptocurrences peuvent être extraites lorsque les utilisateurs prêtent une partie de la puissance de traitement de leur ordinateur pour maintenir le registre actualisé de toutes les transactions, il semble que la seule façon d’acquérir le nouveau USD Coin – qui fonctionnera sur la plate-forme Ethereum dans un avenir prévisible – est de les acheter. Donc, votre installation extensive ne vous aidera pas à obtenir l’USD Coin.

Comme vous devez donner à Circle un dollar à chaque fois que vous voulez un dollarcoin, il semble que cette version numérique du dollar servira plus comme une application de portefeuille numérique de type Venmo, où vous pouvez payer avec une cryptomonnaie numérique au lieu de payer avec une carte de débit ou de crédit.

Compte tenu des récents investissements de Goldman Sachs dans le domaine de la crypto et de l’annonce que la société allait ouvrir une opération de trading sur le Bitcoin pour le compte d’investisseurs, il est logique que le géant financier tente de contrôler le marché du mieux qu’il peut.

Pour l’instant, l’USD Coin ne semble avoir aucun but pratique au-delà de l’introduction d’une cryptomonnaie stable et accessible.

L’Inde numérise tout, de l’argent à l’identification du citoyen

En novembre dernier, dans le cadre d’un plan directeur controversé pour faire de l’Inde une société sans numéraire et numérisée, le Premier Ministre Narendra Modi a annoncé que les billets de Rs500 et Rs1000 devaient être démonétisés, ce qui enlevât efficacement 86 % de la valeur des espèces en circulation.

La mesure a été l’une des dernières étapes du plan, après que les travaux préliminaires ont été posés en introduisant la base de données biométriques Aadhaar, qui a donné à 95 % de la population une preuve d’identité numérique en 2016. Aadhaar s’est accru près d’India Stack, ce qui a permis aux gens de stocker et de partager des informations telles que les adresses, les relevés bancaires, les dossiers d’emploi, et les déclarations fiscales – par le système Aadhaar qui ont tous été ratifiés.

L’aspect clé d’India Stack donnait à tout le monde l’accès à l’une des 11 banques de paiement pouvant gérer les paiements et les transferts mais pas les prêts. L’élimination de l’argent obligeait les individus à adopter cette nouvelle infrastructure numérique, ce qui a amené 270 millions de personnes à ouvrir des comptes bancaires et de 10 milliards de dollars à déposer au cours des trois premières années – cela a généré une dynamique pour ce qui pourrait évoluer vers la première société sans numéraire dans le monde.

Vers une économie sans argent liquide

La décision a des conséquences importantes non seulement pour l’Inde, mais aussi pour le reste du monde. Pour l’Inde, il y aura des frictions initialement en raison de la prééminence des transferts en espèces dans la société : il a été estimé plus tôt cette année que 78 pour cent des transactions dans le pays utilisaient toujours du cash.

Ceci pourrait être justifié, cependant, par les gains de long terme. La mesure pourrait infléchir la corruption et “l’argent au noir” en Inde ainsi qu’introduire un système fiscal plus efficace et robuste. Cela pourrait également faire des paiements une affaire complètement sécurisée – amenant une bureaucratie moderne et une formalité sans précédent à l’économie Indienne.

Les ramifications mondiales de la numérisation de l’Inde sont également sérieuses. Raoul Pal, ancien gérant de GLG Global Macro Fund, a écrit dans un éditorial pour Mauldin Economics, “Cela pourrait bien être le tueur du bitcoin ou au mieux fournir le cadre sur la manière d’appliquer la technologie blockchain dans le monde réel”.

Même si cela n’annonce pas la fin du bitcoin, la mesure se révélera une expérience intéressante à observer pour d’autres pays cherchant à être sans numéraire, comme la Suède, qui a vu une une réduction de 40 pour cent de l’encaisse et des pièces en circulation.

traduction Benjamin Prissé

Business Insider, Financial Times, Mauldin Economics

Conférence-dédicace de William Mougayar sur le campus ECE et à la maison du Bitcoin

William Mougayar, auteur de “Business blockchain : Pratiques et applications professionnelles” est de passage à Paris et a fait une séance de dédicaces aujourd’hui à la maison du Bitcoin 35, rue du Caire à Paris.

Investisseur, chercheur, blogueur, l’auteur du livre Business Blockchain est l’une des figures les plus charismatique de l’industrie. William est connu pour ses participations en tant que conseiller sur des projets disruptifs tels qu’Ethereum, OpenBazaar, Coin Center et Bloq. Visionnaire, il a annoncé prochainement le Token Summit 2017, la première conférence dédiée aux ICO (Initial Coin Offering), une tendance qui pourrait exploser d’ici les 3 prochaines années à venir.

William Mougayar était hier sur le campus de l’école d’ingénieurs ECE où sa conférence a rencontré un grand succès et a suscité beaucoup de questions. La technologie blockchain occupe en effet le devant de la scène depuis quelque temps et le cours du Bitcoin qui s’appuie sur cette technologie s’envole : 23% de hausse en une semaine (depuis le samedi 6 mai)!

Mais si la technologie blockchain doit en bonne partie sa grande notoriété au Bitcoin, elle est en réalité une méta-technologie qui affecte d’autres technologies et qui est elle-même constituée de plusieurs technologies. De plus en plus, des applications blockchain sont développées dans le domaine financier mais aussi dans de nombreux autres domaines : la santé par exemple ou la notarisation des actes (contrat de mariage ou autre), l’enregistrement de noms de domaines, le crowdfunding, les jeux et paris, etc. Grâce à certaines de ses propriétés phares (enregistrement inaltérable des transactions, traçabilité des opérations illimitée dans le temps), la blockchain est la deuxième révolution Internet.

Riche de sa longue expérience dans le bain technologique nord-américain, l’auteur explique les concepts-clés nés avec cette technologie, décrit ses fonctionnalités de base, expose, schémas et exemples à l’appui, les avantages directs et indirects de l’implémentation d’une blockchain et les différentes stratégies que peuvent adopter les entreprises : partir de zéro pour développer une blockchain ou l’intégrer à leur système existant, nommer un tsar blockchain pour coordonner les actions en interne, etc. Quels problèmes résout-elle ? Quelles opportunités crée-t-elle ? Un livre incontournable pour les entreprises, pour les start-ups, les développeurs et toute personne désireuse de comprendre les enjeux de cette technologie en passe de bouleverser de nombreux métiers.

Vers une économie sans argent liquide

Les citoyens les plus vulnérables de la société ne peuvent pas survivre dans un monde sans argent

Les transactions en espèces disparaissent dans le monde à mesure que de nouveaux réseaux s’adaptent aux mobiles tactiles et la technologie des cartes sans contact. Certaines entreprises n’acceptent plus d’argent liquide alors que l’économie monétaire glisse en statut à sa disparition. Diverses villes du monde entier font pression pour des économies entièrement numériques. Au fur et à mesure qu’ils progressent vers ce but, cela signifie que la petite monnaie jetée dans des boîtes de dons, remis aux gens dans la rue et offerts comme pourboire, disparaîtront.

Que signifie l’économie sans numéraire pour les personnes les plus pauvres de la société ?

Nous déplaçons-nous vers une stratification de classe qui est encore plus fortement divisée, avec ceux aux échelons les plus bas de nos villes exclues de la vie commerciale et d’une existence traditionnelle due à leur incapacité de participer numériquement ?

En novembre 2016, le Premier ministre de l’Inde, Narendra Modi, a annoncé que les 500 et 1000 roupies seraient supprimées de la circulation (500 roupies équivalaient à environ 7,75 $ US). Ce mouvement visait à forcer la démonétisation du pays, le poussant vers une économie sans numéraire et à forcer la corruption non taxée de l’économie générée par le travail au noir dans la lumière. Le mouvement a également involontairement déplacé la question de permettre l’accès au monde numérisé du consumérisme pour les pauvres au sommet de la file d’attente.

Une partie de la réponse pour Modi est la création de villes intelligentes et connectées avec des services publics numérisés, des paiements électroniques pour les factures de services publics et des services achetés numériquement tels que les billets de train. Cela fonctionne bien quand vous achetez de la part du gouvernement, mais quand vous êtes un petit vendeur dans l’espoir de vendre vos marchandises, c’est plus délicat. Les lecteurs de carte sont une dépense que certains ne peuvent pas se permettre, et l’utilisation de téléphones mobiles pour opérer des transferts de paiement Paytm se révèle difficile pour beaucoup.

La révolution sans numéraire est beaucoup plus animée dans l’UE, où 9 des 15 pays les plus grands sont les plus prêts à l’emploi, selon un rapport de Fung Global Retail & Technology. Le rapport cite que la Suède occupe la pole position – la plus susceptible d’être totalement sans argent, peut-être d’ici 2030 – a déclaré Niklas Arvidsson, du KTH Royal Institute of Technology, à The Guardian. Cependant, les écarts démographiques persistent même en Suède, où les personnes rurales plus âgées sont moins susceptibles d’être à bord.

Partout dans le monde, les citadins des classes moyennes et supérieures préfèrent les options de paiement numériques et évitent de plus en plus les options de consommation qui sont moins pratiques. Pendant ce temps, ceux qui sont «bloqués» dans l’économie de l’argent restent là. La richesse est, et a été, le facteur de contrôle qui s’installe dans l’économie numérique en évolution – et qui est laissée derrière.

Indépendamment du pays, l’écart entre les riches et les pauvres s’élargit alors que l’économie de l’argent souffle sur son lit de mort. A Amsterdam, le magazine de rue Z! – qui est vendu par les sans-abri de la ville – est également sur son lit de mort, car les vendeurs ont du mal à trouver des clients avec des espèces. Bien que les lecteurs de cartes iZettle ont été testés en 2013, les paiements par carte ne fonctionnaient pas pour eux; en grande partie en raison de leur complexité. Ils devaient porter leurs magazines, leurs téléphones portables et leur lecteur de cartes – un défi pour de nombreuses petites entreprises, néanmoins celles qui fonctionnent entièrement dans les rues. Cependant, cette limitation est déjà surmontée par des technologies plus récentes: les fournisseurs pourraient facilement utiliser des codes ID sur des badges avec des cordons pour des ventes mains libres. L’accès est le véritable problème – comme c’est généralement le cas pour les pauvres.

Les citoyens kenyans utilisent un système sans numéraire relié à des appareils mobiles bon marché appelés m-Pesa. Le système permet aux gens de stocker des fonds numériquement et de transférer de l’argent en envoyant des messages texte; Tous sans ouvrir et maintenir un compte bancaire conventionnel. EcoCash, un service similaire basé sur le texte, prospère au Zimbabwe.

Le directeur de l’innovation d’Hyperion, Dave Birch, a déclaré à The Guardian que la défense de l’économie monétaire pour le compte des pauvres n’aide personne. “Si vous gardez des personnes piégées dans une économie de cash, vous les laissez payer des prix plus élevés pour tout, vous les laissez en difficulté pour accéder au crédit et plus vulnérables au vol”, dit-il. “Nous allons remplacer l’argent par des plateformes électroniques”, ajoute Birch.

“Je ne pense pas que la pauvreté ou le fait d’être non bancaire est nécessairement une barrière, car tout le monde a un téléphone. Compte tenu de la technologie que nous avons, nous pouvons développer de nouvelles façons de transférer les liquidités numériques, même sur les téléphones les plus simples. “

Le véritable obstacle est de s’assurer que les plates-formes évoluant avec les initiatives de la ville intelligente et de l’économie sans numéraire sont inclusives. Non seulement cela, mais ils doivent être connectés de manière à les rendre accessibles à tous – ce qui signifie trouver un écosystème de paiement commun qui soit réalisable.

Le Bitcoin et d’autres monnaies numériques basées sur la technologie blockchain fournissent une solution de stockage et de dépenses de l’argent viable pour les personnes qui n’ont pas de comptes bancaires. La vision des économies monétaires étant centrale et universelle est en fait une première généralisation mondiale; Dans de nombreuses régions du monde, l’économie de l’argent et de la monnaie n’a jamais été aussi forte ou omniprésente que celle des États-Unis. Ce sont d’excellentes nouvelles, car cela suggère qu’une fois que nous le réalisons, les économies sont plus souples que nous ne le pensons. En fin de compte, il existe plusieurs options à notre disposition.

“L’argent fonctionne déjà assez bien en Amérique et en Europe”, a déclaré Jed McCaleb à Wired le penseur bitcoin et l’innovateur de la monnaie numérique. “Aujourd’hui, la promesse de ces monnaies numériques est plus visible dans le monde en développement”.

Des réseaux comme les institutions de micro-financement Stellar Connect (IMF) de McCaleb fournissent numériquement des services bancaires, y compris des prêts, et permettent le transfert et la réception de l’argent. Ces services sont particulièrement nécessaires pour les personnes sans accès aux banques. Des entreprises comme Stellar offrent des infrastructures numériques pour échanger des fonds et ne doivent pas nécessairement être des devises. La prochaine étape consiste à exploiter la puissance de la technologie blockchain pour permettre aux gens de s’engager dans ces transactions sans avoir besoin des IMF, ce qui peut entraîner des coûts pour le processus sans ajouter de valeur réelle.

Le fondateur et PDG de l’application blockchain BanQu, Ashish Gadnis, souligne à Devex Newswire qu’il est coûteux d’être pauvre dans le monde en développement. Dans l’état actuel, il y a des milliards de personnes qui vivent dans l’extrême pauvreté. Pour Gadnis, c’est parce que, «plusieurs organisations interagissent avec les pauvres en vase clos». En d ‘autres termes, même une personne qui est le bénéficiaire désigné pour plusieurs organisations non gouvernementales, des organisations internationales et des entreprises sociales ne peut pas briser le cycle, en raison du manque d’accès.

Les agriculteurs qui vivent dans la pauvreté dans le monde en développement ne possèdent pas leur propre identité en ce qui concerne les organisations et les institutions avec lesquelles ils interagissent. Ils peuvent obtenir des subventions de semences du gouvernement sous une forme, participer au renforcement des capacités dans un autre, utiliser m-Pesa et leur téléphone pour acheter des fournitures, et avoir à juger les investisseurs sur leur propre terrain financier. Le résultat est de multiples silos de données et le manque d’accès.

Pour Gadnis, la solution à ce problème est de remettre le levier et l’accès aux mains des gens en faisant en sorte que les gouvernements, les ONG, les organisations sociales, les institutions financières et d’autres opèrent à l’aide d’une chaîne de blocs – qui donne aux gens une identité économique qui est transférable dans tous les systèmes et qu’ils contrôlent. Gadnis considère cela comme la clé de la résilience économique en un temps de changement tumultueux.

Bien que la technologie blockchain pousse la numérisation et la sortie de l’argent liquide, elle offre également des possibilités d’accès amélioré. Aller complètement sans numéraire sans permettre ce type de solutions élargira l’écart entre les riches et les autres. Nous devons trouver un moyen de garantir que personne n’est laissé pour compte.

par Karla Lant

The Guardian, Wired, Devex Newswire, Futurism

Des puces et des hommes

L’homme amélioré par la technologie, c’est maintenant. En Suisse, des bio-hackers vivent avec une puce dans la main. Nouvo les a rencontré à « implant party » organisée pendant le LUFF à Lausanne au mois d’octobre.
Un reportage de l’émission Nouvo, une émission de la Radio Télévision Suisse, vendredi 18 novembre 2016.

Une femme a des micropuces implantées dans chacune de ses mains

Une australienne de 27 ans, Shanti Korporaal, futuriste et entrepreneur (a créé sa propre boutique en ligne ChipMyLife), c’est implantée des micropuces dans chacune de ses mains (micropuce RFID – technologie NFC) pour déverrouiller des portes, régler ses achats, sans sortir son portefeuille, son trousseau de clé ou même son smartphone… lire l’article sur BFMTV.

“Ces dispositifs n’ont pas été testés ou certifiés par un organisme de réglementation pour l’implantation ou l’utilisation sur ou dans le corps humain”.

En juin dernier, un député demandait au gouvernement d’interdire purement et simplement la pose de puces NFC sous la peau au travers d’une question écrite parue au Journal officiel, faisant suite à une  « implant party » qui a eu lieu le 13 juin 2015, dans le cadre du festival Futur en Seine 2015, sur le plateau média de la Gaîté lyrique.

Thanks to the RFID chip embedded in one hand, Korporaal can unlock her office’s garage with a back-handed bump to a scanner as she zips into work on her Vespa. On the other hand in the same spot, the fleshy space between her thumb and forefinger, sits a near-field communication chip that stores her health and contact data. She can feel a chip’s hard lump if she probes with a finger; otherwise, she’s used to them by now… lire l’article sur The Washington Post

Expérience de Bitcoin avec une puce NFC : une clé privée implantée
Des dispositifs implantables et des lentilles de contact pour communiquer avec les Smartphones
CBS Pittsburgh : Des gens s’implantent des puces électroniques sous la peau
Implants, puces et transhumainsFrance Info : Les implants NFC arrive en France