cerveau-en-bocal brain

Les scientifiques craignent que les cerveaux humains développés en laboratoire soient sensibles

Dernière mise à jour le 26/10/2019

Certains neuroscientifiques, travaillant avec des “mini-cerveaux” humains développés en laboratoire, craignent qu’ils pourraient éprouver et vivre une horreur sans fin, avec une existence consciente sans corps.

Du moins, c’est l’avertissement qu’un groupe de chercheurs du Green Neuroscience Lab envisage de tenir lors d’une réunion nationale pour la Society for Neuroscience, selon The Guardian. Bien qu’il n’ait jamais été démontré qu’un mini-cerveau est devenu conscient ou sensible, les chercheurs estiment que le risque est trop grand pour continuer à les utiliser.

Les mini-cerveaux permettent aux scientifiques d’étudier le développement et les conditions neurologiques chez un modèle plus humain qu’un modèle animal. Bien qu’ils n’approchent pas la complexité d’un cerveau humain, les scientifiques ont été en mesure de fabriquer des mini-cerveaux de plus en plus complexes pour leur travail.

“Nous observons déjà une activité dans les organoïdes qui rappelle l’activité biologique chez les animaux en développement”, a déclaré à The Guardian Elan Ohayon, directeur du Green Neuroscience Laboratory.

C’est cette avancée qui préoccupe les neuroscientifiques.

“S’il y a une possibilité que l’organoïde soit sensible, nous pourrions franchir cette ligne, a déclaré Ohayon. Nous ne voulons pas que les gens fassent des recherches là où il y a un risque de souffrir.”

The Guardian

Publié par

Jaesa

iatranshumanisme.com est rapidement devenu le site de référence sur le thème du transhumanisme et de l'intelligence artificielle. C'est un lieu d’échanges et de discussions sur les préoccupations du monde d’aujourd’hui et de demain – de craintes pour les uns, d'espoirs pour les autres. Nous bâtissons un espace porteur de réflexions. Afficher tous les articles par Jaesa

Une réflexion sur « Les scientifiques craignent que les cerveaux humains développés en laboratoire soient sensibles »

  1. C’est curieux: ne sait-on pas mesurer la douleur? N’a-t-on pas vérifié que le cerveau en question n’en ressentant pas? En faisant abstraction des impératifs éthiques, est-ce que la douleur, si elle est effectivement présente, ne modifie pas les résultats des expériences?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.