Global Trends : Les tendances mondiales 2040

7e éd. du rapport des tendances mondiales 2040 du National Intelligence Council

Global Trends

Global Trends évalue les principales tendances et incertitudes qui façonneront l’environnement stratégique des États-Unis au cours des deux prochaines décennies.

Cette analyse est présentée avec humilité, sachant que l’avenir se déroulera invariablement d’une manière qui n’aura pas été prévue. Bien que Global Trends soit nécessairement plus spéculatif que la plupart des évaluations du renseignement, ils s’appuient sur les principes fondamentaux de leur métier d’analyste : il envisagent des hypothèses alternatives et la façon dont ils pourraient se tromper ; et ils ne défendent pas de positions ou de préférences politiques. Global Trends reflète le point de vue du National Intelligence Council sur ces tendances futures ; il ne représente pas le point de vue officiel et coordonné de la US Intelligence Community ni la politique américaine.

Ce rapport se compose de trois sections générales.

Tout d’abord, il examine les forces structurelles dans quatre domaines essentiels : la démographie, l’environnement, l’économie et la technologie. La deuxième section examine comment ces forces structurelles interagissent et se croisent avec d’autres facteurs pour affecter les dynamiques émergentes à trois niveaux d’analyse : les individus et la société, les États et le système international. Enfin, la troisième section identifie plusieurs incertitudes clés et les utilise pour créer cinq scénarios futurs pour le monde en 2040. Ces scénarios n’ont pas vocation à être des prédictions mais à élargir l’éventail des possibilités, en explorant diverses combinaisons de la manière dont les forces structurelles, les dynamiques émergentes et les incertitudes clés pourraient se manifester.

LES FORCES STRUCTURELLES : DÉFINITION DES PARAMÈTRES

Les tendances en matière de démographie et de développement humain, d’environnement, d’économie et de technologie jettent les bases et construisent les limites de notre monde futur. Dans certaines régions, ces tendances s’intensifient, comme les changements climatiques, la concentration de la population dans les zones urbaines et l’émergence de nouvelles technologies.

Dans d’autres domaines, les tendances sont plus incertaines : les progrès en matière de développement humain et de croissance économique devraient ralentir, voire s’inverser dans certaines régions, mais un ensemble de facteurs pourrait modifier cette trajectoire. La convergence de ces tendances offrira des possibilités d’innovation, mais certaines communautés et certains États auront du mal à faire face et à s’adapter.

Même les progrès apparents, tels que les technologies nouvelles et avancées, perturberont la vie et les moyens de subsistance de nombreuses personnes, qui se sentiront en insécurité et devront s’adapter.

Les tendances les plus certaines au cours des 20 prochaines années seront des changements démographiques majeurs, la croissance de la population mondiale ralentissant et le monde vieillissant rapidement.

Certaines économies développées et émergentes, notamment en Europe et en Asie de l’Est, vieilliront plus rapidement et seront confrontées à une contraction de leur population, ce qui pèsera sur la croissance économique.

À l’inverse, certains pays en développement d’Amérique latine, d’Asie du Sud, du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord bénéficient d’une population en âge de travailler plus nombreuse, ce qui offre des possibilités de dividende démographique si cela s’accompagne d’améliorations des infrastructures et des compétences.

Le développement humain, notamment la santé, l’éducation et la prospérité des ménages, a connu des améliorations historiques dans toutes les régions au cours des dernières décennies. De nombreux pays auront du mal à tirer parti de ces réussites, voire à les pérenniser.

Les améliorations passées se sont concentrées sur les éléments fondamentaux que sont la santé, l’éducation et la réduction de la pauvreté, mais les prochains niveaux de développement sont plus difficiles et doivent faire face aux vents contraires de la pandémie de COVID-19, d’une croissance économique mondiale potentiellement plus lente, du vieillissement des populations et des effets des conflits et du climat.

Ces facteurs mettront les gouvernements au défi de fournir l’éducation et l’infrastructure nécessaires pour améliorer la productivité de leurs classes moyennes urbaines croissantes dans une économie du XXIe siècle. Alors que certains pays relèvent ces défis et que d’autres n’y parviennent pas, il est presque certain que l’évolution des tendances démographiques mondiales aggravera les disparités en termes d’opportunités économiques au sein des pays et entre eux au cours des deux prochaines décennies, tout en créant davantage de pressions et de conflits liés à la migration.

Dans le domaine de l’environnement, les effets physiques du changement climatique devraient s’intensifier au cours des deux prochaines décennies, en particulier dans les années 2030. Des tempêtes, des sécheresses et des inondations plus extrêmes, la fonte des glaciers et des calottes glaciaires et l’élévation du niveau des mers accompagneront la hausse des températures.

L’impact se fera sentir de manière disproportionnée sur le monde en développement et les régions les plus pauvres et se conjuguera avec la dégradation de l’environnement pour créer de nouvelles vulnérabilités et exacerber les risques existants pour la prospérité économique, l’alimentation, l’eau, la santé et la sécurité énergétique.

Les gouvernements, les sociétés et le secteur privé vont probablement développer les mesures d’adaptation et de résilience pour gérer les menaces existantes, mais il est peu probable que ces mesures soient réparties uniformément, laissant certaines populations à la traîne. Les débats se multiplieront sur la manière et la rapidité avec laquelle il convient d’atteindre le niveau zéro d’émissions de gaz à effet de serre.

Au cours des deux prochaines décennies, plusieurs tendances économiques mondiales, notamment l’augmentation de la dette nationale, un environnement commercial plus complexe et fragmenté, une réorientation des échanges et de nouvelles perturbations de l’emploi, sont susceptibles de façonner les conditions au sein et entre les États. De nombreux gouvernements risquent de voir leur marge de manœuvre réduite alors qu’ils doivent faire face à une dette plus lourde, à des règles commerciales diverses et à un éventail plus large de puissants acteurs étatiques et privés exerçant une influence.

Les grandes sociétés dotées de plates-formes – qui offrent des marchés en ligne à un grand nombre d’acheteurs et de vendeurs – pourraient favoriser la poursuite de la mondialisation des échanges et aider les petites entreprises à se développer et à accéder aux marchés internationaux. Ces entreprises puissantes sont susceptibles d’essayer d’exercer une influence dans les arènes politiques et sociales, ce qui pourraient amener les gouvernements à imposer de nouvelles restrictions.

Les économies asiatiques semblent prêtes à poursuivre des décennies de croissance au moins jusqu’en 2030, bien que cela puisse être plus lent. Il est peu probable qu’elles atteignent le produit intérieur brut (PIB) par habitant ou l’influence économique des économies avancées actuelles, notamment les États-Unis et l’Europe. La croissance de la productivité reste une variable clé ; une augmentation du taux de croissance pourrait atténuer de nombreux problèmes économiques, de développement humain et autres défis.

La technologie offrira la possibilité d’atténuer les problèmes, comme le changement climatique et les maladies, et de créer de nouveaux défis, comme la délocalisation des emplois. Les technologies sont inventées, utilisées, diffusées, puis abandonnées à une vitesse toujours plus grande dans le monde entier, et de nouveaux centres d’innovation apparaissent.

Au cours des deux prochaines décennies, le rythme et la portée des développements technologiques devraient s’accélérer encore, transformant toute une série d’expériences et de capacités humaines tout en créant de nouvelles tensions et perturbations au sein et entre les sociétés, les industries et les États. Des rivaux étatiques et non étatiques se disputeront le leadership et la domination dans le domaine de la science et de la technologie, avec des risques et des implications en cascade pour la sécurité économique, militaire et sociétale.

LA TECHNOLOGIE

Principaux points à retenir

Au cours des deux prochaines décennies, le rythme et l’impact des évolutions technologiques devraient s’accélérer, transformant et améliorant les expériences et les capacités humaines. Ces évolutions offriront la possibilité de relever des défis tels que le vieillissement, le changement climatique et la faible croissance de la productivité. De nouvelles tensions et perturbations vont se créer au sein et entre les sociétés, les industries les États.

Les prochaines décennies verront s’intensifier la concurrence mondiale pour les éléments essentiels de la suprématie technologique, tels que le talent, la connaissance et les marchés, ce qui pourrait donner naissance à de nouveaux leaders ou hégémonies technologiques.

La course à la domination technologique est inextricablement liée à l’évolution de la géopolitique et à la rivalité plus large entre les États-Unis et la Chine. Mais l’avantage technologique sera renforcé par les entreprises qui ont une vision à long terme, des ressources et une portée mondiale.

Les technologies et les applications dérivées seront disponibles pour une adoption rapide. Ce qui permettra aux pays en développement de tirer parti des dernières avancées fondamentales, de développer des applications mondiales dans des domaines de niche et de contribuer aux chaînes d’approvisionnement mondiales.

DYNAMIQUES ÉMERGENTES

Ces forces structurelles, ainsi que d’autres facteurs, se croiseront et interagiront au niveau des sociétés, des États et du système international, créant des opportunités et des défis pour les communautés, les institutions, les entreprises et les gouvernements.

Ces interactions sont également susceptibles de produire une contestation plus importante à tous les niveaux que celle observée depuis la fin de la guerre froide, reflétant des idéologies différentes ainsi que des points de vue contrastés sur la manière la plus efficace d’organiser la société et de relever les nouveaux défis.

Au sein des sociétés, on observe une fragmentation et une contestation croissantes des questions économiques, culturelles et politiques. Des décennies de gains constants en termes de prospérité et d’autres aspects du développement humain ont amélioré les conditions de vie dans toutes les régions et suscité l’espoir d’un avenir meilleur. Alors que ces tendances se stabilisent et se combinent à des changements sociaux et technologiques rapides, de larges pans de la population mondiale se méfient des institutions et des gouvernements qu’ils considèrent comme peu désireux ou incapables de répondre à leurs besoins.

Les manifestations, comme ici en Algérie, se sont multipliées dans le monde entier au cours de la dernière décennie, reflétant le mécontentement de la population sur toute une série de sujets tels que les inégalités, la répression politique, la corruption et le changement climatique. Credit: Amine M’Siouri / Pexels

Les gens se tournent vers des groupes familiers et partageant les mêmes idées pour assurer leur communauté et leur sécurité, notamment les identités ethniques, religieuses et culturelles, ainsi que les groupements autour d’intérêts et de causes, comme l’environnementalisme. La combinaison d’allégeances identitaires nouvelles et diverses et d’un environnement d’information plus cloisonné met en évidence et aggrave les lignes de fracture au sein des États, sape le nationalisme civique et accroît la volatilité.

Au niveau de l’État, les relations entre les sociétés et leurs gouvernements dans toutes les régions risquent de connaître des tensions persistantes en raison d’un décalage croissant entre les besoins et les attentes des populations et ce que les gouvernements peuvent et veulent offrir. Dans chaque région, les populations disposent de plus en plus d’outils, de capacités et d’incitations pour faire pression en faveur de leurs objectifs sociaux et politiques préférés et pour exiger davantage de leurs gouvernements afin de trouver des solutions.

Alors que les populations sont de plus en plus autonomes et exigent davantage, les gouvernements sont soumis à une pression accrue en raison de nouveaux défis et de ressources plus limitées. Ce fossé grandissant laisse présager une plus grande volatilité politique, une dégradation de la démocratie et un élargissement du rôle des autres prestataires de services de gouvernance. Avec le temps, cette dynamique pourrait ouvrir la porte à des changements plus importants dans la façon dont les gens gouvernent.

Dans le système international, il est probable qu’aucun État ne sera en mesure de dominer toutes les régions ou tous les domaines, et qu’un plus grand nombre d’acteurs se feront concurrence pour façonner le système international et atteindre des objectifs plus précis.

L’accélération de l’évolution de la puissance militaire, de la démographie, de la croissance économique, des conditions environnementales et de la technologie, ainsi que le durcissement des divisions sur les modèles de gouvernance, sont susceptibles de renforcer la concurrence entre la Chine et une coalition occidentale dirigée par les États-Unis.

Des puissances rivales vont se bousculer pour façonner les normes, les règles et les institutions mondiales, tandis que des puissances régionales et des acteurs non étatiques pourraient exercer une plus grande influence et prendre des initiatives sur des questions laissées en suspens par les grandes puissances. Ces interactions très variées sont susceptibles de produire un environnement géopolitique plus enclin aux conflits et plus volatil, de miner le multilatéralisme mondial et d’élargir l’inadéquation entre les défis transnationaux et les arrangements institutionnels pour les relever.

SCÉNARIOS ALTERNATIFS POUR 2040

Les réponses de l’homme à ces moteurs essentiels et à ces dynamiques émergentes détermineront la manière dont le monde évoluera au cours des deux prochaines décennies.

Parmi les nombreuses incertitudes qui planent sur l’avenir, le rapport a exploré trois questions clés concernant les conditions régnant dans des régions et des pays spécifiques et les choix politiques des populations et des dirigeants qui façonneront l’environnement mondial.

À partir de ces questions, le rapport a élaboré cinq scénarios pour des mondes alternatifs en 2040.

– Quelle est le degré de difficulté des défis mondiaux à venir ?
– Comment les États et les acteurs non étatiques s’engagent-ils dans le monde, y compris l’orientation et le type d’engagement ?
– Enfin, quelles sont les priorités des États pour l’avenir ?

Dans la Renaissance des démocraties, le monde est au cœur d’une résurgence de démocraties ouvertes menées par les États-Unis et leurs alliés. Les progrès technologiques rapides favorisés par les partenariats public-privé aux États-Unis et dans d’autres sociétés démocratiques transforment l’économie mondiale, augmentent les revenus et améliorent la qualité de vie de millions de personnes dans le monde. La marée montante de la croissance économique et des réalisations technologiques permet de répondre aux défis mondiaux, d’atténuer les divisions sociétales et de renouveler la confiance du public dans les institutions démocratiques. En revanche, des années de contrôles et de surveillance sociétales croissantes en Chine et en Russie ont étouffé l’innovation, alors que des scientifiques et des entrepreneurs de premier plan ont cherché asile aux États-Unis et en Europe.

Dans Un monde à la dérive, le système international est sans direction, chaotique et instable car les règles et les institutions internationales sont largement ignorées par les grandes puissances comme la Chine, les acteurs régionaux et les acteurs non étatiques. Les pays de l’OCDE sont en proie à une croissance économique plus lente, à des divisions sociétales croissantes et à une paralysie politique. La Chine profite des difficultés de l’Occident pour étendre son influence internationale, en particulier en Asie, mais Pékin n’a ni la volonté ni la puissance militaire nécessaires pour assumer le leadership mondial, laissant de nombreux défis mondiaux, tels que le changement climatique et l’instabilité dans les pays en développement, largement sans réponse.

Dans le cadre de la coexistence compétitive, les États-Unis et la Chine ont donné la priorité à la croissance économique et ont rétabli une relation commerciale solide, mais cette interdépendance économique existe parallèlement à la concurrence pour l’influence politique, les modèles de gouvernance, la domination technologique et l’avantage stratégique. Le risque de guerre majeure est faible, et la coopération internationale et l’innovation technologique rendent les problèmes mondiaux gérables à court terme pour les économies avancées, mais les défis climatiques à plus long terme demeurent.

Dans des silos séparés, le monde est fragmenté en plusieurs blocs économiques et de sécurité de taille et de force variables, centrés sur les États-Unis, la Chine, l’Union européenne (UE), la Russie et quelques puissances régionales ; ces blocs sont axés sur l’autosuffisance, la résilience et la défense. Les informations circulent dans des enclaves cyber-souveraines distinctes, les chaînes d’approvisionnement sont réorientées et le commerce international est perturbé. Les pays en développement vulnérables sont pris entre deux feux, certains étant sur le point de devenir des États en faillite. Les problèmes mondiaux, notamment le changement climatique, sont traités de façon sporadique, voire pas du tout.

Dans le cadre d’une tragédie et d’une mobilisation, une coalition mondiale, dirigée par l’UE et la Chine et travaillant avec des organisations non gouvernementales et des institutions multilatérales revitalisées, met en œuvre des changements de grande ampleur destinés à lutter contre le changement climatique, l’épuisement des ressources et la pauvreté à la suite d’une catastrophe alimentaire mondiale causée par les événements climatiques et la dégradation de l’environnement. Les pays les plus riches s’efforcent d’aider les pays les plus pauvres à gérer la crise, puis à passer à des économies à faible émission de carbone par le biais de vastes programmes d’aide et de transferts de technologies énergétiques avancées, en reconnaissant la rapidité avec laquelle ces défis mondiaux s’étendent au-delà des frontières.

⇒ Télécharger au format PDF Global Trends 2040 A More Contested World

Les interfaces cérébrales nous permettront de modifier nos sentiments

Le PDG de la société de jeux américaine Valve Corporation, Gabe Newell, déclare que son entreprise travaille sur un casque d’interface cerveau-ordinateur (BCI) qui pourrait rendre les jeux vidéo plus immersifs que jamais.

Dans une interview avec New Zealand 1 News, Newell a fait savoir que « l’expérience visuelle, la fidélité visuelle que nous serons capables de créer – le monde réel cessera d’être la métrique que nous appliquons à la meilleure fidélité visuelle possible – le monde réel semblera plat, incolore, flou par rapport aux expériences que vous pourrez créer dans le cerveau des gens. »

Valve collabore avec OpenBCI, une société spécialisée dans les biocapteurs, sur ce que Newell a appelé un “projet open source pour que tout le monde puisse disposer de technologies de lecture haute résolution [signal cérébral] intégrées dans les casques”.

« Là où ça devient bizarre, c’est quand ce que vous êtes devient modifiable via une interface neuronale directe”, a déclaré Newell. “Notre capacité à créer des expériences dans le cerveau des gens, qui ne sont pas transmises par leurs périphériques de chair, dépasseront tout ce qui est possible”.

La technologie pourrait permettre aux utilisateurs de modifier non seulement ce qu’ils voient, mais aussi leurs sentiments et leurs émotions. Par exemple, Newell a affirmé qu’un tel casque pourrait améliorer le sommeil. Plus tard, d’autres sentiments non désirés pourraient être supprimés ou totalement éliminés, une forme de thérapie digne de la science-fiction.

Pour finir, Newell ne pense pas que les BCI vont inonder le marché du jour au lendemain – notamment pour des raisons de sécurité – et il faudra encore de nombreuses années avant qu’un dispositif commercialisable n’émerge, même pour Valve.

Une mère retrouve son enfant décédé en RV

Souhaitez-vous revoir un être cher décédé – dans un monde virtuel ?

En 2016, Nayeon, la fille de sept ans de Jang Ji-sung, est morte d’une maladie incurable. Trois ans plus tard, la mère sud-coréenne a retrouvé Nayeon – en quelque sorte – dans un monde virtuel créé pour un documentaire télévisé.

La Munhwa Broadcasting Corporation a diffusé sur sa page YouTube un extrait du documentaire spécial intitulé “I Met You”, dont les images se situent entre le “monde réel” et le monde virtuel.

Dans un premier temps, Jang se tient devant un écran vert massif tout en portant à la fois un casque VR et ce qui semble être une sorte de gants haptiques. Puis, elle et sa fille discutent, se tiennent la main et organisent même une fête d’anniversaire avec un gâteau.

La rencontre avec la réalité virtuelle est, comme on peut s’y attendre, extrêmement émouvante. Jang semble se mettre à pleurer dès qu’elle voit sa fille virtuelle, tandis que le reste de la famille – le père, le frère et la sœur de Nayeon – regarde les retrouvailles se dérouler avec des expressions plus sombres et quelques larmes occasionnelles.

“Peut-être que c’est le vrai paradis”, a déclaré Jang à propos des retrouvailles en RV, selon l’Aju Business Daily. “J’ai retrouvé Nayeon, qui m’a appelée avec un sourire, pendant une très courte durée, mais c’est un moment très joyeux. Je crois que j’ai réalisé le rêve que j’ai toujours souhaité”.

Selon Aju Business Daily, l’équipe de production a passé huit mois sur le projet. Ils ont conçu le parc virtuel d’après celui visité par la mère et la fille dans le monde réel, et ont utilisé la technologie de capture de mouvement pour enregistrer les mouvements d’un enfant acteur qu’ils pourraient ensuite utiliser comme modèle pour représenter leur Nayeon virtuel.

Tout cela pour dire que le processus n’est peut-être pas si simple et que le produit final n’est probablement pas parfait, mais nous disposons maintenant de la technologie nécessaire pour recréer les morts en RV – de manière suffisamment convaincante pour émouvoir leurs proches jusqu’aux larmes.

Les implications sont impossibles à prévoir. Quel type d’impact cela aura-t-il sur le processus de deuil ? Le fait de voir un être cher en RV aidera-t-il les gens à tourner la page et à aller de l’avant après un décès ? Certaines personnes deviendront-elles dépendantes de ce monde virtuel, en y passant de plus en plus de temps et de moins en moins dans le monde réel ? Et cela s’arrêtera-t-il avec la RV ? Ou est-ce seulement la première étape vers des androïdes conçus pour imiter nos proches décédés, tant dans leur apparence que dans leur personnalité ?

Plusieurs startups préparent le terrain pour ce futur, en compilant des données sur les personnes vivantes et décédées afin de pouvoir créer des “avatars numériques” de ces personnes. D’autres entreprises construisent déjà des clones robotisés de personnes réelles.

Aju Business Daily, DailyMail

Tendances technologiques pour les PME françaises en 2020-2021

Les entreprises acquièrent et investissent de plus en plus dans les nouvelles technologies. Ces changements de comportement et de pratiques pour les PME, notamment au niveau des investissements et de la diversification des budgets, sont dus à l’évolution constante des nouvelles technologies dans le monde du travail.

En décembre 2019, Gartner a mené l’enquête auprès de 248 personnes travaillant dans des PME en France. L’objectif de l’étude est de proposer une vue d’ensemble des intentions d’investissement et les prédictions d’impact des nouvelles technologies sur les entreprises d’ici 2021.

L’étude indique les technologies les plus utilisées actuellement, celles qui ont un potentiel de croissance significatif et celles pour lesquelles les PME prévoient un budget.

Actuellement, les technologies les plus utilisées en France sont les logiciels de sécurité des données et de l’information (68%). En effet, les cyberattaques, fuites et vols de données de ces dernières années, poussent les entreprises à investir dans la sécurité des données. Les logiciels de finance et de comptabilité arrivent en seconde position. Ces technologies sont les premiers outils comme ayant un impact sur les PME aujourd’hui.

Les technologies ayant le plus fort potentiel de croissance d’ici 2021 sont : la réalité virtuelle et augmentée, les chatbots, l’intelligence artificielle et le machine learning. Les chatbots de plus en plus précis grâce au machine learning et l’Internet des objets font partie des technologies qui auront un impact sur les entreprises d’ici 2021.

Mais étrangement, les prévisions d’investissement en France d’ici 2021 ne concernent pas dans l’immédiat les technologies ayant le plus d’impact. En effet, se sont les logiciels RH qui arrivent en tête avec 32 % des répondants pour un budget moyen de 22 700 $. En ce qui concerne la sécurité des données, elle n’est citée que par 29 % des répondants. Il n’y a que 16 % des entreprises interrogées qui ont prévu un budget moyen de 51 900 $ pour l’intelligence artificielle et le machine learning et 51 900 $ pour les véhicules autonomes.

Les principales motivations d’investissement dans les nouvelles technologies pour les PME interrogées, viennent surtout des requêtes de clients (63 %) puis de l’amélioration de la productivité (58 %). Et ce, malgré certains obstacles, plus ou moins tangibles comme le financement de l’investissement en question cité par 45 % des entreprises interrogées. Mais également les compétences internes à adapter et les changements dans les pratiques de l’entreprise.

Les PME doivent miser sur l’innovation et le développement de nouvelles technologies pour conserver leur avantage concurrentiel, et l’adoption de nouvelles solutions est essentielle à leur l’essor.

L’étude a été menée par l’analyste Caroline Rousseau de chez Capterra, une entreprise Gartner.

L’ère du sexe pour la reproduction touche à sa fin

Henry T. Greely est directeur du Center for Law and Biosciences de l’Université de Stanford, ainsi que de son programme sur les neurosciences et la société. Manifestement, le type en sait quelque chose sur la technologie et sur son rôle dans la vie des gens – et il prédit maintenant que les progrès technologiques feront un jour du sexe à des fins de reproduction une chose du passé.

“Ma prédiction la plus forte est que dans l’avenir, les gens auront toujours des rapports sexuels – mais plus rarement dans le but de faire des bébés”, a déclaré Greely, qui a publié un livre intitulé “The End of Sex and the Future of Human Reproduction”, à la BBC. “Dans 20 à 40 ans, la plupart des gens dans le monde qui auront une bonne couverture médicale choisiront de concevoir en laboratoire.”

Sommes-nous à vingt années des bébés personnalisés ?

Au cours des quatre décennies qui ont suivi la naissance du premier “bébé éprouvette”, plus de 8 millions de personnes sont nées par fécondation in vitro.

Aujourd’hui, les parents qui produisent certains de ces enfants choisissent de soumettre leurs embryons fécondés à un diagnostic génétique préimplantatoire (DPI) avant leur transfert dans l’utérus. Il s’agit de prélever des cellules sur les embryons pour voir si un enfant hériterait de gènes problématiques de ses parents.

Le DPI permet aux parents de n’utiliser que des embryons sans problème pour la FIV et, selon Greely, une fois qu’ils seront plus abordables et disponibles, de nombreux parents choisiront le DPI plutôt que de recourir au mode traditionnel de la reproduction.

“Comme la plupart des sujets, il y aura d’abord une certaine quantité de réactions viscérales négatives”, a-t-il dit à la BBC, avant d’ajouter que l’acceptation par le public interviendrait dès que les parents se rendront compte que les enfants nés avec le DPI ne naissent pas avec “deux têtes et une queue”.

BBC

L’avenir du sexe : comment se transforme l’intimité

Une lentille cornéenne intelligente pourrait donner aux soldats des super-pouvoirs

L’homme augmenté – Le soldat augmenté

Est-ce la lentille de contact intelligente que DARPA recherche depuis au moins une décennie ?

L’école d’ingénieurs IMT Atlantique a dévoilé ce qu’elle appelle “la première lentille de contact autonome avec une micro batterie flexible” au début du mois.

Et, notamment, elle a attiré l’attention de l’armée américaine : la DARPA serait intéressée par la lentille de contact pour augmenter les capacités visuelles des troupes sur le terrain, selon Task and Purpose – ce qui signifie que l’oculomètre embarqué pourrait représenter la lentille de contact renforcée que la DARPA a cherché pendant une décennie.

Le plus grand défi que les ingénieurs d’IMT Atlantique ont eu à relever a été de réduire la taille de la batterie. Mais grâce à une micro-pile flexible nouvellement développée, ils ont trouvé un moyen d’alimenter en continu une source lumineuse LED (une diode électroluminescente) pendant “plusieurs heures”, selon le communiqué de presse.

Le communiqué suggère également que “l’électronique flexible à base de graphène” pourrait encore améliorer les capacités des lentilles de contact intelligentes. Les applications pourraient aller de l’assistance aux chirurgiens en salle d’opération à l’aide aux conducteurs sur la route.

“Cette première réalisation s’inscrit dans le cadre d’un projet plus vaste et très ambitieux qui vise la création d’une nouvelle génération d’oculomètre liés à l’émergence des casques de réalité augmentée qui ont suscité de nouveaux usages (interface homme-machine, analyse de la charge cognitive etc.), ouvrant des marchés colossaux, tout en imposant de nouvelles contraintes de précision et d’intégration” a déclaré Jean-Louis Bougrenet de la Tocnaye, directeur du département d’optique de l’IMT Atlantique.

Et maintenant, les militaires veulent aussi participer au projet. Le magazine économique français L’Usine Nouvelle écrit que la DARPA s’intéresse à cette technologie. Même le géant de la technologie Microsoft est prêt à investir deux millions d’euros, selon le magazine – ce qui est remarquable, compte tenu du récent contrat HoloLens de l’entreprise technologique avec l’armée américaine.

“Nous sommes à l’aube d’une révolution dont peu de gens ont conscience. Le smartphone, qui représente aujourd’hui le summum de la mobilité et de la connectivité, va disparaître. Dans quelques années, il sera remplacé par des casques de réalité virtuelle et augmentée liés à des implants connectés. C’est sur ce coup d’après que tous les Gafam se positionnent aujourd’hui”, affirme Jean-Louis de Bougrenet de la Tocnaye.

“Tous les éléments sont prêts. Nous devrions l’intégrer en octobre 2019 et espérons démarrer les tests en 2020. Ensuite nous pourrons passer aux tests cliniques de qualification.”

The National Interest

Démonstration du prototype militaire HoloLens 2 de Microsoft

Il y a quelques mois, Microsoft avait remporté un contrat de 480 millions de dollars pour fournir plus de 100 000 casques de réalité augmentée HoloLens à l’armée américaine.

CNBC a pu voir ce que Microsoft a préparé sous la forme d’un HoloLens 2 modifié et, bien qu’il semble qu’il s’agisse davantage d’une démo haut de gamme que d’une démonstration raffinée, il semble que les militaires obtiennent ce qu’ils veulent, ce que craignaient les employés de Microsoft qui avaient signé une lettre en février 2019 contre le projet.

Les employés de Microsoft appellent à la fin du projet militaire de réalité augmentée

Plus de 100 employés de Microsoft ont signé une lettre appelant les dirigeants, Satya Nadella et Brad Smith, à annuler le contrat de l’entreprise pour le développement de sa technologie de casque de réalité augmentée HoloLens pour l’armée américaine.

Les employés de Microsoft écrivent : “Bien que l’entreprise ait déjà octroyé une licence de technologie à l’armée américaine, elle n’a jamais franchi le pas en matière de développement d’armes. Avec ce contrat, elle le fait.”

Cette lettre a été publiée peu de temps avant que Microsoft ne dévoile son casque amélioré HoloLens 2 au salon de MWC de Barcelone.

TechCrunch

Les soldats américains porteront les casques de réalité augmentée HoloLens Microsoft au combat

Homo digitalis : le transhumanisme

L’Homo sapiens est-il en passe de franchir une nouvelle étape dans son évolution ? C’est en tout cas la vision des adeptes du transhumanisme, qui en appellent aux progrès de la science et rêvent de prothèses et d’implants pour décupler les performances et la longévité humaines.

Les présentateurs de “Xenius” rencontrent des militants du transhumanisme à Berlin. Que pensent-ils de l’utopie d’un homme nouveau ? Sommes-nous à l’aube de la première évolution artificielle de l’humanité ?

Homo digitalis : La réalité virtuelle

La réalité virtuelle et la réalité augmentée promettent de réaliser nos rêves les plus fous ! Au Centre de recherche scientifique sur les technologies et les usages de la réalité virtuelle (Cerv), créé par l’École nationale d’ingénieurs de Brest, les présentateurs de “Xenius” partent à la rencontre de ces nouveaux mondes. Grâce à l’utilisation ludique du numérique, nous pouvons être virtuellement surpuissants, capables aussi bien de voler que de combattre des extraterrestres, mais également de soigner nos phobies ou d’apprendre plus rapidement.

Homo digitalis : Vers une nouvelle espèce d’humains ?

Les technologies numériques et l’accélération de l’innovation ouvrent-ils la voie à une nouvelle humanité ? Aurons-nous un jour des amis et amants virtuels ? Préférerons-nous faire l’amour avec des robots qu’avec des êtres de chair et d’os ? Nos bébés pourront-ils se passer de contact charnel ? Pourrons-nous pirater notre propre corps ? Dernier volet d’un projet constitué de la websérie du même nom et d’une étude interactive menée par l’institut scientifique allemand Fraunhofer, ce documentaire poursuit l’exploration des possibles de notre humanité connectée.

Homo digitalis : Le cerveau augmenté

Notre corps, et en particulier notre cerveau, pourraient un jour être équipés techniquement pour augmenter leurs performances et rester à la hauteur des machines de plus en plus intelligentes. Avec une puce implantée dans le cerveau, on pourra augmenter considérablement nos capacités intellectuelles. Une évolution qui pourrait bien rendre floues les frontières entre l’humain et la machine. Dans cet épisode d’Homo Digitalis, Helen Fares va tester ce dont son cerveau est capable.