Le gouvernement américain interroge Zuckerberg sur ses plans en matière cryptomonnaie

Mark Zuckerberg a tenté d’expliquer et de justifier les plans de Facebook pour sa cryptomonnaie Libra devant un Congrès américain hostile (The Verge). Maxine Waters, présidente de la Commission des services financiers de la Chambre des représentants, ainsi que de nombreux autres législateurs, ont exprimé des doutes quant à la légitimité et à la fiabilité de Facebook, déclarant à Zuckerberg que “nous sommes très préoccupés par votre projet de créer une monnaie numérique mondiale qui menacerait le dollar américain.

La crypto-monnaie de Facebook s’effondre devant nos yeux

Les critiques disent que la Libra de Facebook menace le pouvoir américain. Zuck dit qu’ils ont tout faux.

Comme l’écrit Mike Orcutt, le PDG de Facebook a une nouvelle stratégie visant à recueillir le soutien des politiciens américains pour son projet de lancement d’une monnaie numérique : faire appel à leur patriotisme. Plutôt qu’un rival du dollar, les régulateurs devraient considérer la Libra comme un instrument du pouvoir géopolitique américain, a déclaré Mark Zuckerberg à plusieurs reprises lors d’une audition de six heures devant le comité du House Financial Services, mercredi.

MIT Technology Review

La crypto-monnaie de Facebook s’effondre devant nos yeux

Les plans de Facebook pour établir la Libra, sa crypto-monnaie, s’effondrent en temps réel.

Après avoir été confrontés à une forte réaction de la part des gouvernements du monde entier, bon nombre des 28 entreprises ayant apporté leur soutien initial ont quitté le navire.

Les partenaires étaient censés aider Facebook à créer un réseau puissant et à propager la Libra dans le monde entier. Mais la semaine dernière, PayPal a démissionné de la Libra Association, l’organe destiné à superviser la création et le déploiement de la Libra. Et maintenant, Visa, MasterCard, Stripe et eBay ont également abandonné ce projet en ruine.

Les plans de Facebook pour sa crypto-monnaie ont suscité des critiques et un examen minutieux de la part des organismes de réglementation. Leur raisonnement : une plate-forme technologique de deux milliards d’utilisateurs pourrait finir par saper et menacer les économies locales en privatisant les interactions financières.

L’image de Facebook avait déjà été ternie de manière significative à la lumière d’une enquête antitrust en cours menée par le ministère américain de la Justice. La candidate à la présidence Elizabeth Warren s’est également jointe à la bataille en annonçant des plans visant à démanteler des mégacorporations technologiques, dont Facebook.

L’Europe est également en feu : Facebook et la Libra Association sont confrontés à un échec de la part des régulateurs de l’Union européenne.

La Libra pourrait-elle être la perte de Facebook, comme certains experts l’ont prédit ? Il est trop tôt pour le dire.

Néanmoins, la Libra Association va de l’avant. “Nous attendons avec impatience la réunion inaugurale du Conseil de la Libra Association et l’annonce des premiers membres”, a déclaré Dante Disparte, responsable de la politique de la Libra, à The Verge.

Le groupe a nommé cinq membres du conseil d’administration – dont Wences Casares, PDG de Xapo, Andreessen Horowitz, associé et responsable de la chaîne de distribution Katie Haun, et David Marcus, directeur de Facebook, qui a été le visage principal du projet jusqu’ici.

“Compte tenu de l’ampleur et de l’ambition du projet, il reste encore un certain nombre de défis à relever”, a déclaré Haun dans un communiqué, “y compris la conformité réglementaire”.

Au sein de l’association Libra, un seul processeur de paiement reste impliqué : PayU, une société néerlandaise spécialisée dans les paiements mobiles et sur le Web sur le marché européen. PayU a refusé de commenter à la suite des départs précédents, mais a affirmé son engagement envers le projet lors de la réunion inaugurale de lundi. “La mission de l’association”, a déclaré PayU dans un communiqué, “correspond parfaitement à la vision de PayU de créer un monde sans frontières financières, dans lequel tout le monde peut prospérer”.

The Verge, The Verge

Le gouvernement français prévient Facebook : Libra n’est pas la bienvenue

Le ministre français de l’Economie et des Finances vient d’avertir que Libra, la crypto-monnaie controversée de Facebook, ne sera pas autorisée en France si elle est lancée comme prévu l’an prochain.

Le ministre, Bruno Le Maire, a protesté contre la Libra lors d’une conférence sur la crypto jeudi, selon Vice News. Il a déclaré qu’il ferait tout son possible pour empêcher non seulement le développement du Libra sur le sol français, mais également son utilisation dans le pays s’il est lancé.

Le Maire a déclaré que la Libra menaçait de miner l’euro et de déstabiliser l’ensemble de l’économie française. Il a également partagé les préoccupations selon lesquelles, si l’économie en pâtissait, les gens pourraient aggraver la situation en abandonnant les devises approuvées par le gouvernement au profit du Libra de Facebook, rapporte Vice.

“La souveraineté monétaire des pays est en jeu du fait d’une éventuelle privatisation de la monnaie par un acteur unique comptant plus de 2 milliards d’utilisateurs sur la planète”, a déclaré Le Maire, selon Vice News. “Toutes ces préoccupations autour du Libra sont sérieuses. Je tiens donc à dire ceci avec beaucoup de clarté : dans ces conditions, nous ne pouvons pas autoriser le développement du Libra sur le sol européen.”

Vice News, Yahoo

La monnaie Libra de Facebook ne remplacera pas votre argent

La cryptomonnaie Libra de Facebook a été dévoilée, mais il reste encore à voir s’il s’agit de l’avenir de la monnaie, alors que les régulateurs se profilent et que des questions se posent quant à savoir pour qui la cryptomonnaie est en fait conçue à aider. Selon Facebook, qui présente ses plans pour la cryptomonnaie dans un livre blanc de 12 pages, Libra permettra des paiements numériques sans frais pour toute personne insatisfaite des transactions existantes ou qui ne peuvent pas prétendre à un compte bancaire.

Mais la cryptomonnaie ne sera lancée que l’année prochaine. Cela signifie qu’à partir de 2020, il sera peut-être possible de payer pour les trajets Uber avec la monnaie numérique. Les abonnements de Spotify et les paiements de contrat de téléphonie mobile pourraient également être disponibles via Libra. Le résultat fournirait une monnaie disponible n’importe où.

Le nouveau jeton numérique sera construit sur la blockchain et pourra non seulement être utilisé pour envoyer des fonds instantanément via Facebook – et ses filiales WhatsApp et Messenger – mais également pour effectuer des achats en ligne sur des sites de vente au détail tels que eBay et Booking.com, moyennant des frais inférieurs à ceux offerts par les banques standard et les services de cartes de crédit.

Jusqu’à présent, 28 entreprises financières, de commerce électronique et autres, ainsi que des investisseurs en capital-risque – y compris PayPal, eBay, Uber, Spotify et Vodafone – se sont engagés à verser 10 millions de dollars chacun pour rejoindre un organisme indépendant appelé Libra Association, qui sera basé en Suisse et régira le jeton numérique. Cette initiative vise à encourager la confiance dans le système de paiement des régulateurs financiers et des utilisateurs, qui contrôlent de plus en plus le pouvoir et le manque de responsabilité de Facebook.

L’implication de grandes sociétés financières telles que Visa et Mastercard peut sembler surprenante au premier abord, car les cryptomonnaies sont généralement considérées comme une alternative moins chère à ces réseaux de paiement. Toutefois, leur implication peut être une tentative de suivi de la devise de Facebook – et d’avoir leur part du gâteau si la devise décolle avec les 2,38 milliards d’utilisateurs actifs mensuels de Facebook.

Google travaille sur sa propre technologie liée à la blockchain

« C’est l’une des questions à laquelle nous n’avons malheureusement pas assez de réponses pour le moment : pourquoi utiliser Libra? », déclare Garrick Hileman, responsable de la recherche à la société de crypto Blockchain et chercheur associé à la London School of Economics.

C’est l’un des nombreux défis que doit relever Libra. Ceux qui ont un compte bancaire peuvent déjà payer avec une carte ou un téléphone, bien que des technologies comme les contrats intelligents et les paiements par messagerie électronique puissent accroître l’attrait. Ceux qui n’ont pas de compte bancaire sont confrontés à des obstacles qu’une blockchain ne résout pas. Et ce, avant même que les organismes de réglementation n’interviennent. Est-ce que Libra survivra jusqu’à son lancement prévu l’an prochain ?

A qui s’adresse Libra ? Facebook ne se contente pas d’être un fournisseur de services de paiement semblable à PayPal, mais veut aussi “permettre une monnaie mondiale simple et une infrastructure financière qui donne du pouvoir à des milliards de personnes”. En termes simples, les gens achèteront des Libra avec une devise existante et l’Association Libra conservera votre argent dans une réserve qui se compose en partie de titres gouvernementaux couvrant une gamme de devises historiquement stables. Les intérêts de ces titres iront à la Libra Association elle-même, les dividendes étant versés aux membres une fois les coûts payés.

Bien que Libra soit une cryptomonnaie, elle diffère du bitcoin en ce sens que c’est un stable coin (litt. « monnaies stables »); sa valeur est liée à celle d’autres devises afin de réduire la volatilité, nécessaire si les détaillants veulent l’accepter. L’année dernière, la société de paiement Stripe a abandonné Bitcoin parce que la valeur de la cryptomonnaie fluctue énormément d’un jour à l’autre.

Même si Facebook parvient à convaincre suffisamment d’entreprises pour accepter Libra, et convaincre assez de gens, d’autres défis demeurent.

Une nouvelle cryptomonnaie lancée par Goldman Sachs

En effet, tous les pays n’exploitent pas les banques de la même façon. “Ce n’est pas une industrie à l’emporte-pièce, déclare Hileman. “Chaque pays a ses propres règles. Il faut avoir une relation bancaire dans chaque pays, en général, pour faire des paiements.” Pour cette raison, il suggère que le déploiement de Libra dans le monde entier d’un seul coup “semble improbable”.

Les régulateurs se plaignent déjà. Le ministre français des Finances, Bruno Le Marie, a déclaré que seuls les gouvernements pouvaient proposer des devises et que cela s’accompagnait de responsabilités. “Nous exigerons des garanties que de telles transactions ne pourront pas être détournées, par exemple pour financer le terrorisme”. De telles plaintes viennent même des États-Unis. Maxine Waters, membre du Congrès démocrate, a déclaré que le lancement de Libra devrait être suspendu afin de donner au Congrès le temps d’examiner les plans. Le gouverneur de la Banque d’Angleterre a déclaré lors d’une conférence que, même s’il était «ouvert d’esprit» vis-à-vis de Libra, celle-ci devrait toujours respecter les «normes les plus élevées» si elle devait être lancée au Royaume-Uni.

Compte tenu de tels défis, Hileman prédit que Libra pourrait même ne jamais démarrer. “Il se peut qu’il y ait des interdictions catégoriques de Libra dans certains pays – c’est l’une des grandes questions, où se fera le lancement et quelles approbations seront nécessaires”. “Il y a une chance non nulle que ça ne marche pas du tout, vu le climat politique.”

Wired, Libra, Wired

Crédit Agricole lance une carte biométrique

Le Crédit Agricole a annoncé le lancement d’une expérimentation de cartes de paiement biométriques incorporant des capteurs d’empreintes digitales dans ses banques régionales de Touraine et du Poitou, et envisage de commercialiser ces cartes à partir en 2020.

Les cartes sont fabriquées et personnalisées par G+D Mobile Security, et NXP Semiconductors fournissant le module électronique tout-en-un et le logiciel embarqué, et Mastercard fournissant les spécifications biométriques et le support. Fingerprint Cards et NXP Semiconductors ont formé un partenariat pour développer des cartes biométriques en 2017. Annonçant sa participation à cette expérimentation, Fingerprint Cards indique qu’il y a maintenant 20 projets pilotes de cartes biométriques sans contact utilisant ses capteurs d’empreintes digitales dans le monde.

“Il s’agit d’une étape clé pour nous et la dynamique grandit rapidement”, commente Thomas Rex, vice-président de Smartcards chez Fingerprints. “La sensibilisation grandit à mesure que les banques, les détaillants et les consommateurs reconnaissent la valeur que peut offrir la biométrie. Les banques peuvent réduire la fraude et développer la confiance pour fidéliser et attirer les clients, tandis que les détaillants peuvent optimiser le débit et réduire les abandons, ce qui augmente les revenus. Plus important encore, les consommateurs ne doivent plus compromettre la sécurité au nom de la commodité”.

Société Générale expérimente la carte bancaire biométrique

“Cela fait partie de la stratégie du groupe Crédit Agricole, qui vient de dévoiler son plan à moyen terme”, explique Bertrand Chevallier, Directeur général de Crédit Agricole Payment Services, “La carte biométrique vise à répondre parfaitement aux besoins de nos clients en combinant facilité d’utilisation et sécurité.”

Cette expérimentation est prévue pour une période de six mois. La carte n’aura pas de limite de montant de transaction, comme le font généralement les cartes sans contact, mais les clients pourront également les utiliser comme ils le faisaient auparavant, avec un code PIN.

“Ces tests sont essentiels pour le succès de la technologie”, ajoute Thomas. “C’est l’occasion de peaufiner les cartes biométriques en tenant compte des commentaires des personnes qui les utiliseront, et c’est aussi une étape importante dans le processus de certification. Nous sommes maintenant dans les phases finales avant un déploiement plus large, il est donc extrêmement intéressant de constater que chaque essai de carte de paiement sans contact biométrique annoncé à ce jour dans le monde entier intègre notre technologie”.

Biohacking : implant de puce sur scène pour créer un cyborg humain

Le Biohacking Live Human Chip Implant a eu lieu au 4YFN Barcelone 2019 avec Edgar Pons de Nanoboost et Ghislaine Boddington de body>data>space.

Un homme s’est porté volontaire pour se faire implanter une puce sous sa peau sur scène et un autre homme, qui avait déjà subi la procédure, a montré comment il pouvait effectuer un paiement en utilisant son smartphone.

Edgar Pons a déclaré avoir décidé de se faire implanter une puce RFID, car elle contenait des informations d’identification lui permettant d’ouvrir la porte de sa maison.

Lors de la présentation au Mobile World Congress, organisé par la banque espagnole Sabadell, un homme nommé Pau, déjà équipé d’une puce, a effectué un paiement en plaçant son smartphone sur la peau recouvrant la puce.

“Ce que nous voyons aujourd’hui, c’est ce qui pourrait être l’avenir des paiements“, a déclaré Anna Puigoriol, directrice des services financiers chez Sabadell.

C’est l’heure du Biohacking ! L’avenir de l’espèce humaine est ici. Joignez-vous à nous pour créer un “cyborg” humain sous vos yeux ! Nous implanterons une puce RFID dans la main d’un sujet volontaire et testerons sa fonctionnalité ! Nous parlerons de l’avenir du biohacking et de la modification humaine et de la façon dont cela affectera nos vies à long terme. Que se passe-t-il dans le monde du biohacking en ce moment ? Que pouvez-vous faire pour vous biohacker ? En quoi consiste l’avenir du biohacking ?

Chine : Auchan Minute le magasin sans personnel

Le détaillant français Auchan a ouvert son premier magasin de proximité miniature ‘Auchan Box’ à Shanghai, en Chine, rapporte LSA (07/2017). Le nouveau magasin, ouvert 24 heures sur 24, sept jours sur sept, ne mesure que 13 mètres carrés, mais propose plus de 500 gammes de produits, y compris des boissons, des collations et des produits non alimentaires quotidiens.

La principale caractéristique du magasin est qu’il est complètement numérique. Il n’y a aucun membre du personnel et tous les paiements sont effectués via un smartphone. De plus, le magasin est installé sur roues et peut donc être déplacé.

Le client ouvre la porte d’entrée avec son téléphone via l’application Auchan ou WeChat Pay. Ils placent des produits sur un lecteur RFID qui les ajoute dans un panier virtuel. Le paiement est ensuite complété avec l’application AliPay ou WeChat Pay. Si une assistance est requise, un consultant peut être appelé sur un écran.

Auchan Box compte environ 300 clients par jour depuis son lancement.

Auchan possède déjà 700 magasins sans caisse ni employé en Chine. Le premier magasin sans personnel arrivera en France en mars 2019.

Franceinfo, LSA

Société Générale expérimente la carte bancaire biométrique

Identité Augmentée

La Société Générale expérimente la première carte de paiement biométrique, en collaboration avec IDEMIA, utilisant le module de capteur d’empreintes digitales T-Shape de Fingerprint Cards.

La banque envisage de supprimer le plafond des paiements sans contact, actuellement fixé à 30 € en France, sur la base de l’authentification client renforcée et fournie par un capteur d’empreinte digitale, selon le communiqué. Goode Intelligence a noté dans un rapport récent que la possibilité d’utiliser des cartes sans contact pour des transactions de plus grande valeur est l’un des facteurs potentiels qui, selon elle, entraînera l’utilisation de la biométrie pour les paiements de 2,6 milliards de personnes d’ici 2023.

Le module T-Shape, qui fait partie de la série FPC1300 (capteurs tactiles ultra-minces optimisés pour une intégration dans les cartes à puce), indique que sa consommation énergétique est extrêmement basse et que ses performances biométriques sont supérieures, grâce à des terminaux de paiement sans contact standard.

La Société Générale a également ouvert un compte biométrique en ligne (avec reconnaissance faciale biométrique et selfie dynamique). Cette nouvelle annonce est la première pour IDEMIA depuis que Yann Delabrière a été nommé en remplacement de Didier Lamouche en tant que PDG.

Les cartes à puce sans contact constituent l’un des trois segments du marché. Les cartes à empreinte digitale ont été identifiées comme zones cibles depuis son apparition au Mobile World Congress de 2018 à Shanghai. Les capteurs de la série FPC1300 et la solution F.CODE d’IDEMIA ont été utilisés lors du premier essai de carte de paiement biométrique au Japon, qui a été lancé plus tôt cette année.

Société Générale, Biometricupdate

Vers une société sans espèces, à l’image de la Suède

Selon le rapport du comité Action publique 2022, la 16e proposition préconise une société « zéro cash » pour simplifier les paiements tout en luttant mieux contre la fraude fiscale”.

Les réformes préconisées :

– supprimer les espèces, les chèques et les timbres pour les paiements fiscaux et sociaux d’ici deux ans. Afin d’accompagner en particulier les publics les plus fragiles, des solutions intermédiaires pourraient être envisagées (par exemple utilisation d’une carte sans contact) ;
– rendre obligatoire l’acceptation des paiements dématérialisés (carte bancaire, téléphone, virement) pour tous les achats, sans montant minimum, et développer une application par laquelle les consommateurs pourraient aisément signaler des difficultés ;
– réduire progressivement la circulation d’espèces vers une extinction complète. On pourrait commencer à court terme par mettre fin à la circulation des pièces de 1 et 2 centimes, comme cela a été fait en Irlande, en Finlande et en Belgique par exemple.

Vers une économie sans argent liquide

L’Inde numérise tout, de l’argent à l’identification du citoyen

Expérience de Bitcoin avec une puce NFC : une clé privée implantée