Humains virtuels : le futur des interventions chirurgicales

Avatar numérique

Imaginez que vous ayez une opération risquée à venir et que la procédure puisse d’abord être testée sur votre double virtuel – une reproduction informatisée de votre corps – pour voir comment votre métabolisme pourrait réagir.

Il s’agirait d’une sorte d’avatar numérique, non pas fait de chair et d’os, mais de bits et d’octets. L’avatar reflèterait tout, de la façon dont votre cœur bat et dont vos poumons fonctionnent, jusqu’à votre code ADN. Il pourrait aider à minimiser les risques avant l’opération et à anticiper toute réaction ou complication inattendue.

Un groupe de chercheurs travaille justement sur un tel projet – et pense que les humains virtuels qu’ils construisent pourraient avoir un profond impact sur la médecine et finir par révolutionner les soins de santé.

Le centre d’excellence CompBioMed, financé par l’Union européenne, est dirigé par le professeur Peter Coveney à l’University College de Londres.

Donner vie à des organes virtuels

Le projet combine des données spécifiques aux organes, telles que les rayons X, les IRM et les CAT scans, avec des données génomiques et d’autres informations, qui aident à créer l’avatar virtuel personnalisé.

Pour donner vie à des organes comme le cœur virtuel, les scientifiques ont mis au point de nombreux programmes et algorithmes spécialisés. Selon le professeur Coveney, chaque organe individuel peut être adapté pour être exactement comme celui du sujet :

“Un cœur virtuel capture tous les détails du cœur de la personne que nous regardons. Il peut ensuite être utilisé avant l’opération en cas de problème d’arythmie et de crise cardiaque, afin que le chirurgien puisse planifier une opération et en tirer le meilleur parti. Je pense que l’homme virtuel est un principe d’organisation de la médecine au XXIe siècle et au-delà.”

Virtualiser quelque chose d’aussi compliqué qu’un corps humain nécessite une énorme puissance de calcul. Certaines des simulations informatiques de pointe sont réalisées au Leibniz Supercomputing Centre (LRZ) de l’Académie des sciences de Bavière (Bavarian Academy of Sciences), à l’aide du SuperMUC-NG – le supercalculateur le plus puissant d’Allemagne.

Le professeur Dieter Kranzmüller, président du conseil d’administration du centre, affirme qu’une énorme quantité de données est impliquée :

“Les supercalculateurs sont utilisés pour de très grandes modélisations et simulations. La puissance de calcul dont dispose aujourd’hui notre SuperMUC, nous l’aurons probablement dans nos Ipads ou Smartphones dans 10 ou 20 ans ! Nous essayons de simuler aujourd’hui ce dont nous aurons besoin dans 15 ou 20 ans pour une médecine personnalisée sur le terrain dans les hôpitaux.”

Identifier les problèmes potentiels

Le flux de globules rouges dans nos veines est l’un des systèmes que les scientifiques sont désormais capables de visualiser grâce aux superordinateurs. Gerald Mathias, le responsable support d’application du centre, déclare que cela aide à identifier les problèmes potentiels :

“Nous avons de grands modèles d’artères où l’on observe comment les cellules sanguines y circulent et où il peut y avoir des sténoses. Il est toujours important que les données que vous obtenez à partir des calculs soient illustrées et visualisées”.

Le projet “virtual human” vise à s’attaquer à tous les problèmes de santé humaine, y compris la COVID-19, le cancer et d’autres affections graves. Il s’agit également d’aider les gens à avoir un impact positif sur leur mode de vie.

L’équipe est convaincue que l’objectif de construire un avatar numérique, qui donne vie à l’homme virtuel dans son intégralité, motivera les scientifiques dans le futur.

CompBioMed, Euronews

Une mère retrouve son enfant décédé en RV

Souhaitez-vous revoir un être cher décédé – dans un monde virtuel ?

En 2016, Nayeon, la fille de sept ans de Jang Ji-sung, est morte d’une maladie incurable. Trois ans plus tard, la mère sud-coréenne a retrouvé Nayeon – en quelque sorte – dans un monde virtuel créé pour un documentaire télévisé.

La Munhwa Broadcasting Corporation a diffusé sur sa page YouTube un extrait du documentaire spécial intitulé “I Met You”, dont les images se situent entre le “monde réel” et le monde virtuel.

Dans un premier temps, Jang se tient devant un écran vert massif tout en portant à la fois un casque VR et ce qui semble être une sorte de gants haptiques. Puis, elle et sa fille discutent, se tiennent la main et organisent même une fête d’anniversaire avec un gâteau.

La rencontre avec la réalité virtuelle est, comme on peut s’y attendre, extrêmement émouvante. Jang semble se mettre à pleurer dès qu’elle voit sa fille virtuelle, tandis que le reste de la famille – le père, le frère et la sœur de Nayeon – regarde les retrouvailles se dérouler avec des expressions plus sombres et quelques larmes occasionnelles.

“Peut-être que c’est le vrai paradis”, a déclaré Jang à propos des retrouvailles en RV, selon l’Aju Business Daily. “J’ai retrouvé Nayeon, qui m’a appelée avec un sourire, pendant une très courte durée, mais c’est un moment très joyeux. Je crois que j’ai réalisé le rêve que j’ai toujours souhaité”.

Selon Aju Business Daily, l’équipe de production a passé huit mois sur le projet. Ils ont conçu le parc virtuel d’après celui visité par la mère et la fille dans le monde réel, et ont utilisé la technologie de capture de mouvement pour enregistrer les mouvements d’un enfant acteur qu’ils pourraient ensuite utiliser comme modèle pour représenter leur Nayeon virtuel.

Tout cela pour dire que le processus n’est peut-être pas si simple et que le produit final n’est probablement pas parfait, mais nous disposons maintenant de la technologie nécessaire pour recréer les morts en RV – de manière suffisamment convaincante pour émouvoir leurs proches jusqu’aux larmes.

Les implications sont impossibles à prévoir. Quel type d’impact cela aura-t-il sur le processus de deuil ? Le fait de voir un être cher en RV aidera-t-il les gens à tourner la page et à aller de l’avant après un décès ? Certaines personnes deviendront-elles dépendantes de ce monde virtuel, en y passant de plus en plus de temps et de moins en moins dans le monde réel ? Et cela s’arrêtera-t-il avec la RV ? Ou est-ce seulement la première étape vers des androïdes conçus pour imiter nos proches décédés, tant dans leur apparence que dans leur personnalité ?

Plusieurs startups préparent le terrain pour ce futur, en compilant des données sur les personnes vivantes et décédées afin de pouvoir créer des “avatars numériques” de ces personnes. D’autres entreprises construisent déjà des clones robotisés de personnes réelles.

Aju Business Daily, DailyMail

Intelligence Artificielle Mimétique – I.AM par Grégory Aimar

Le transhumanisme : une nouvelle religion ?

Année 2025. Damian Goodwill est un homme partagé. Partagé entre ses sentiments et sa raison, entre ses rêves et ses peurs, entre son passé et son avenir.

Le transhumanisme lui offre l’espoir de trouver la paix intérieure : mémoire illimitée, intelligence augmentée, prothèses synthétiques, mondes virtuels… Grâce à la puce implantée dans son cerveau, et à sa connexion permanente avec MAÏA, l’intelligence artificielle centrale, Damian découvre un univers à la puissance vertigineuse. Malgré les réticences de ses amis et de sa compagne, rien ne semble pouvoir empêcher Damian de prêter allégeance à cette nouvelle religion… Sa ferveur et sa loyauté en font même le porte-parole du mouvement post-humaniste.

Mais alors que Damian croit avoir trouvé en Nephila, la fascinante muse du parti, les réponses à toutes ses errances existentielles, des questions le hantent : comment transférer la conscience humaine dans une machine ? Peut-on réellement vaincre la mort ? Surtout : où est la place de l’âme dans cette nouvelle humanité ?

Un roman d’anticipation sur les conséquences du transhumanisme sur nos vies et la société.

I.AM extrait à télécharger

Après un essai philosophique et deux recueils de nouvelles, Grégory Aimar nous livre ici son premier roman sur un thème qui lui tient particulièrement à cœur : le transhumanisme. Ce roman est une réflexion sur l’âme, sur ce qui définit un être humain et sur le lien qui unit son esprit et son corps. La question que pose le transhumanisme, cette idéologie prétendant offrir l’éternité aux êtres humains grâce à la technologie, est proprement existentielle : quelle éternité ? Celle de notre corps ? De notre personnalité ? De notre âme ? (…) Riche d’un parcours professionnel très éclectique, l’auteur exploite ici ses connaissances dans de nombreux domaines comme les médias, la communication, l’économie, la technologie ou encore la psychologie, tout en jouant à faire des prédictions sur l’avenir de l’humanité.

Un simulateur de vol de réalité augmentée pour drones

Epson Moverio – Le simulateur de vol AR d’Epson met un drone holographique dans votre salon!

Epson annonce le lancement d’un simulateur de vol à réalité augmentée qui vous permettra de piloter un drone virtuel à travers l’espace physique autour de vous. Il fonctionne avec les lunettes Moverio AR et le drone Mavic Pro de DJI. Une fois que vous liez les deux appareils, les lunettes afficheront un drone holographique que vous pourrez guider avec la télécommande Mavic.

La réalité augmentée va transformer votre vie

La réalité augmentée va transformer votre vie

Beaucoup de grandes sociétés de technologie, y compris les leaders Apple, Facebook, Google et Microsoft, pensent que la réalité augmentée (AR) sera la prochaine grande révolution. Mark Zuckerberg, par exemple, pense que l’AR remplacera l’ensemble des technologies avec des écrans; des smartphones aux télévisions – pourquoi auriez-vous besoin d’un smartphone si vous pouvez voir vos documents, vos appels, vos textes et vos courriels dans votre champ de vision immédiat ? Quoi qu’il en soit, les plus grandes entreprises de technologie travaillent sur leur plan de réalité augmentée. Cependant, cette technologie est déjà utilisée sur le lieu de travail.

Credit: NEXTConf/Flickr

ThyssenKrupp, une société allemande, utilise HoloLens et Skype pour communiquer avec des experts lors d’une réparation. La caméra de HoloLens permet à ceux qui sont hors-site de voir exactement ce que les salariés voient et de les conseiller en conséquence. Stryker utilise l’AR pour concevoir les salles d’opération de demain. L’utilisation de HoloLens permet aux hôpitaux d’envisager exactement ce dont ils auront besoin dans leurs salles d’opération pour s’assurer que la conception répond à leurs spécifications. Cela permet également de visualiser différentes possibilités en 3D et de les comparer en temps réel. Ce processus permet d’économiser du temps et de l’argent, et il est plus probable que les installations fonctionnent correctement. Des entreprises comme GE testent la technologie AR dans des endroits comme les centrales électriques. GE crée des répliques exactes de ses machines industrielles qu’il appelle des «jumeaux numériques», qui intègre toutes les données réelles, permettant aux techniciens hors site de les examiner virtuellement. Lorsque les techniciens visitent le site, ils peuvent également utiliser leur expérience avec les jumeaux pour identifier les dysfonctionnements sur les machines réelles. Même les détaillants expérimentent l’AR, reconnaissant son potentiel d’utilisation dans un environnement de vente au détail. Par exemple, Lowe’s utilise la technologie pour aider les acheteurs à visualiser la disposition des meubles dans leurs maisons. Il faudra probablement des années avant que l’AR soit largement adopté sur le lieu de travail.

Il semble probable que nous continuerons à voir des développements importants dans la technologie AR au cours des prochaines années, dont beaucoup seront liés à l’utilisation de la technologie sur le lieu de travail. L’ARkit d’Apple, qui permet aux développeurs de créer des applications AR pour iPhone et iPad, peut être une source importante d’innovation dans ce domaine. Pour chaque jeu AR développé, nous sommes tout aussi susceptibles de voir une application de productivité ou de créativité créée avec des applications sur le lieu de travail, ce qui nous rapprochera un peu plus de l’intégration de l’AR comme faisant partie intégrante du lieu de travail.

Business Insider, Microsoft Blog, Forbes

 

Désirs de data. Le trans et post humanisme comme horizons du plissement numérique du monde

Maryse Carmes, Jean-Max Noyer. Désirs de data. Le trans et post humanisme comme horizons du plissement numérique du monde. 2014. <sic_01152497>

Télécharger le PDF

Résumé : Dans cet article, la prolifération de data est examinée dans le cadre du processus d’artificialisation du monde et comme effet d’une sémiotique générale pour assurer la permanence et la transformation de la fabrique de nous-mêmes et de notre milieu associé. Cette prolifération de data est réglée sur les mouvements, intensités, des régimes de désirs et sur les processus de subjectivation qui lui sont immanents. Mais elle active en même temps de nouveaux états du Virtuel qui les enveloppent. On prend comme exemples l’urbanisation et le marketing en insistant sur certains aspects de la transformation des intelligences collectives. Ce faisant est esquissée une perspective sur le « trans et post humaniste », expression et exprimé de ces désirs.

Intel introduit la réalité fusionnée

Intel développe un casque de réalité virtuelle basé sur la “réalité fusionnée”, où l’utilisateur est capable de voir le monde réel, même avec un casque intégral VR, mêlant réalité augmentée et réalité virtuelle, permettant à l’utilisateur de manipuler des objets virtuels dans le monde réel, en temps réel. Le “Project Alloy”, équipé de caméras RealSense 3D, vise à offrir une expérience VR sans avoir besoin d’attacher le casque à un système informatique.

Intel.com/vr