Le pass sanitaire est 100% compatible avec le Grand Reset

Vers une surveillance de masse ?

Ancien élève de l’ENA, Éric Verhaeghe a quitté l’administration en 2007. Entrepreneur et essayiste, il est notamment le fondateur du site Le Courrier des Stratèges, qui propose chaque jour une série d’articles en lien avec l’actualité politique et économique.

Dans son dernier ouvrage, Le Great Reset : mythes et réalités publié aux éditions Culture et Racines, Éric Verhaeghe décortique le contenu du livre Covid-19 : The Great Reset écrit par Klaus Schwab, fondateur du Forum de Davos, et Thierry Malleret, ancien collaborateur de Michel Rocard devenu consultant.

Si le livre de K. Schwab et T. Malleret, paru en juillet 2020, a fait couler beaucoup d’encre, Éric Verhaeghe s’est efforcé de faire la part des choses et de décrypter le projet porté par les auteurs à travers une lecture et une interprétation littérales.

Près d’un an après la parution du livre de K. Schwab et T. Malleret, Epoch Times a recueilli le point de vue d’Éric Verhaeghe sur les mesures politiques prises ces derniers mois en France, en Europe ou aux États-Unis afin de comprendre si elles s’inscrivaient dans le cadre idéologique du Grand Reset et si les recommandations formulées par le Forum économique mondial trouvaient un écho auprès des dirigeants occidentaux.

voir aussi : Covid-19 : Un rapport préconise la collecte de données personnelles

Microsoft et Improbable s’associent pour améliorer les capacités de sécurité nationale

Microsoft et Improbable annoncent un partenariat mondial pour le secteur de la défense et de la sécurité nationale

Improbable Worlds Limited, une société spécialisée dans les technologies d’environnement synthétique, annonce un partenariat avec la division Défense et renseignement de Microsoft afin d’aider les gouvernements à améliorer leurs résultats en matière de sécurité nationale.

Ce partenariat transformera la capacité des gouvernements et de leurs fournisseurs de solutions à fournir des environnements synthétiques multi-domaines pour la défense et la sécurité nationale.

L’activité de défense d’Improbable, basée principalement à Londres et à Washington DC, s’appuie sur la base de la technologie innovante pour les jeux et le divertissement numérique, combinée à une expertise spécifique en modélisation informatique, IA, analyse de données et autres compétences et connaissances pertinentes pour les applications de défense et de sécurité nationale.

La plateforme d’environnement synthétique d’Improbable est une plateforme de simulation puissante, flexible et sécurisée, adaptée aux besoins de la communauté de la défense et capable de prendre en charge les simulations militaires et les environnements synthétiques les plus sophistiqués jamais expérimentés.

Improbable travaille au sein de l’alliance de l’OTAN et avec une série de partenaires industriels pour transformer la planification, la formation et l’aide à la décision au sein des communautés gouvernementales, de la défense et de la sécurité.

La plateforme d’environnement synthétique d’Improbable sera disponible sur les services Azure en local, dans le cloud et cloud-to-edge.

La combinaison de leurs outils transformerait les capacités, notamment la planification opérationnelle, la conception des politiques, la formation collective, la résilience nationale et l’expérimentation en matière de défense.

Dans le cadre de ce partenariat, les organisations utilisant Microsoft Azure pourront proposer des produits tels que des modèles, des ensembles de données et des applications d’intelligence artificielle par le biais de la plateforme d’Improbable.

Les deux entreprises ont déclaré que cela renforcerait l’innovation dans le développement de l’environnement synthétique et faciliterait l’accès des clients de la défense aux capacités fournies par l’industrie, le gouvernement et les universités.

Gus MacGregor-Millar, directeur général de Microsoft Defence & Intelligence, a déclaré : “Nous sommes fiers d’annoncer que la plateforme d’environnement synthétique d’Improbable est désormais disponible sur le cloud Microsoft Azure et l’offre Azure Stack.”

“Nous sommes ravis de combiner nos forces complémentaires et d’offrir à nos clients du secteur de la défense et du renseignement le potentiel de transformation des environnements synthétiques alimentés par des calculs sécurisés et fiables dans le cloud.”

Microsoft et Improbable ont déclaré que la combinaison de la plate-forme d’environnement synthétique et des services professionnels, ainsi que des “écosystèmes de partenaires communs”, permettrait de “développer, valider, déployer et adapter plus rapidement et plus facilement des solutions d’environnement synthétique” conçues pour répondre à de plus nombreux défis en matière de défense et de sécurité.

Le Great Reset : mythes et réalités

Le Great Reset est l’idée à la mode des élites mondialisées qui gravitent autour du Forum de Davos. Mais que signifie-t-il au juste ? S’agit-il, comme on le lit parfois, du dernier projet néo-libéral destiné à balayer nos services publics ? Ou bien est-il le complot pour une domination du monde dont parlent certains ? Ce projet mérite d’être analysé et compris, car il risque d’avoir un vrai impact sur notre vie quotidienne dans les années à venir.

Le Great Reset, c’est l’appel officiel à utiliser la pandémie et les confinements pour changer les comportements sociaux et sociétaux, une occasion historique d’accélérer la quatrième révolution industrielle, celle de la digitalisation. C’est aussi un éloge de l’intervention de l’État pour imposer la transition écologique et l’économie circulaire. C’est encore une justification à la surveillance de tous les individus grâce à Internet et à la reconnaissance faciale.

Loin des fantasmes, cet opuscule propose une lecture littérale du livre de Klaus Schwab, fondateur du Forum de Davos, co-écrit avec Thierry Malleret (ancien conseiller de Michel Rocard), « COVID-19 : La grande réinitialisation » publié en juillet 2020 et en donne une interprétation conforme à sa lettre : ni complot, ni parole en l’air, le Great Reset formalise une aspiration profonde, à la fois étatiste et écologiste, qui structure la pensée dominante d’aujourd’hui.

Éric Verhaeghe, 52 ans, est ancien élève de l’ENA. Il a quitté l’administration en 2007 pour exercer diverses fonctions patronales. Il a créé plusieurs entreprises, dont Tripalio, spécialisée dans le droit des conventions collectives. Il assume ses prises de position libertariennes et anime « Le Courrier des Stratèges ».

Les articles les plus lus en 2019

Palmarès des articles les plus lus cette année. Retour sur un an d’actualités.

Anthropocène, écologie, crise écologique, environnement, augmentation humaine, automatisation, intelligence artificielle, machine learning, biotechnologies, cerveau augmenté, informatique cognitive, wearable, gouvernance algorithmique, Chine, chômage technologique, emplois automatisables, bioéthique, ectogenèse, grossesse extracorporelle, utérus artificiel, informatique quantique, biohackers, biohacking, convergence NBIC, implant sous-cutané, puce NFC, TIC, Transhumanisme…

La civilisation humaine va probablement s’effondrer d’ici 2050

Les 10 principales tendances technologiques pour 2020

La surveillance totale est le seul moyen de sauver l’humanité

L’IA remplacera 40% des emplois en 15 ans

Nous allons faire grandir des bébés dans des utérus artificiels

C’est officiel : Google a atteint la suprématie quantique

Amazon a utilisé une IA pour licencier automatiquement des travailleurs peu productifs

Les puces sous-cutanées ouvrent la voie au transhumanisme

Les Etats-Unis ont officiellement commencé à utiliser CRISPR sur les humains

Pourquoi nous vivons dans une matrice ?

L’avenir, c’est l’IA qui sait quand vous mourrez

Le Best

Chine : naissance des premiers bébés génétiquement modifiés

Quelle forme de complicité a rendu Facebook possible ?

L’exemple de Facebook1 permet de remonter à la racine d’une « responsabilité du clic » associant le réflexe corporel – celui de cliquer, commun à toute l’économie du net – et le succès fulgurant d’une révolution globale non pas tant numérique (comme on se plaît à le dire) que politique. Facebook peut être considéré comme un exemple princeps de ce que Foucault nommait les « techniques du corps », exemple dont la valeur repose ici sur sa portée contre-intuitive, puisque l’Internet est réputé réaliser le triomphe de « l’immatériel ». Ainsi, la mystification est totale. La focalisation imaginaire sur la production des biens physiques – telles une voiture ou une paire de chaussures – fait volontiers oublier aux militants écologistes combien les réseaux ont accaparé un potentiel de croissance économique exponentielle qu’eux-mêmes hésitent à intégrer dans leur critique, en raison d’un désir de propager leur propre audience par ces moyens-là, désormais déclarés incontournables. Cette croissance est destinée à devenir ubiquitaire avec l’implantation du réseau 5G (de cinquième génération) et la généralisation de l’Internet des objets, ce qui montre à rebours que le capitalisme n’a pas dit son dernier mot sur les objets matériels : il s’agit par là de créer de toutes pièces une nouvelle phase d’accumulation qui ne laissera aucun geste quotidien en dehors de son emprise jusqu’à s’implanter dans le corps humain. Il s’agit de coloniser sans reste toute chose et tout être, et même les flux de pensée, avec notre consentement imperceptible, au nom de l’argument selon lequel il n’y a rien de mal à promouvoir des technologies si pratiques et si rapides. La croissance économique se présente ainsi sous les espèces d’une communication inoffensive, qu’il convient seulement de « faciliter » dans l’intérêt de tous, au service de bonnes causes, alors qu’elle vise à absorber l’ensemble des sphères non économiques dans sa progression dévorante. Ce faisant, elle parachève l’intégration de toute critique dans l’escarcelle de sa propre valorisation. Elle réussit à éliminer son propre dehors en contribuant à l’inanité de toute opposition politique – ceci dans la mesure même où elle prétend faciliter la diffusion de causes politiques. L’argument selon lequel on doit à Facebook (et d’autres réseaux sociaux) le départ et la diffusion de contestations sociales doit être analysé à l’aune de la croissance de Facebook lui-même, qui, pendant qu’on poussait les représentants de l’État à la démission, engrangeait les bénéfices cachés de ces révoltes : nous avons insensiblement changé de maîtres. La critique de la croissance peut ainsi en rester à la critique fétichiste des objets physiques en éludant les progrès d’une infrastructure de la communication prétendument acceptée pour la bonne cause. Ce faisant, elle nourrit un capitalisme à qui elle demande en même temps de décroître ou de disparaître. Cela démontre par les faits l’inconséquence d’une critique qui ne va pas jusqu’à considérer sérieusement l’affirmation de MacLuhan sur l’identité du message et du média. Que ne faut-il de naïveté ou d’idéologie pour penser qu’une bonne idée se suffit tellement à elle-même qu’elle n’a pas à s’interroger sur ses voies de médiatisation !

Facebook offre un cas d’espèce qui permet de définir un certain type d’enrôlement subjectif et d’éclairer la nature de certains compromis apparemment sans retour. La rumeur qui parlait d’une candidature de Zuckerberg aux élections américaines est à prendre au sérieux, même si la réputation de l’entreprise est désormais entachée : nous savons que le scénario d’un président milliardaire sans expérience politique est possible, aussi le scénario d’un milliardaire de la Silicon Valley président des États-Unis n’est pas à exclure. Comme chacun sait, Mark Zuckerberg a dû répondre en 2018 devant le Sénat américain et le Parlement européen du scandale de la vente des données personnelles à Cambridge Analytica, c’est-à-dire pour avoir transgressé le respect de la vie privée des utilisateurs et avoir permis que soient influencés les résultats des présidentielles Américaines. Mais la dénonciation aussi irrégulière qu’inefficace du monopole des GAFAM2 semble incapable de mener à une poursuite juridique à l’aide des seules lois antitrust américaines, en raison de l’intérêt pour le bien commun dont se targuent les géants du monde numérique : investissement dans la recherche scientifique (qui est cependant bien davantage qu’une recherche désintéressée puisqu’elle porte un vaste projet de société) et accession des particuliers à une multitude de services « gratuits ». Ces lois américaines qui surent dans le passé conduire au démantèlement d’entreprises aussi influentes que la Standard Oil ne s’appliquent plus à la situation actuelle. C’est pourquoi un auteur libéral comme Luc Ferry n’a rien de mieux à proposer aux Européens que de créer leur propre GAFAM. Leur monopole et leur ascension politique a déjà réussi la paralysie du monde politique, au point que la seule « alternative » aux GAFAM américains serait des équivalents européens, ce que les Chinois ont bien compris avant tout le monde avec leurs BATX3. L’arrogance européenne consistant à considérer par provision l’Europe comme naturellement porteuse de valeurs plus hautes – capable de transcender les horreurs américaines et chinoises – est une fois encore sans limites. Mais la menace que font peser les GAFAM sur l’économie et la politique elles-mêmes est la raison pour laquelle ces entreprises sont désormais dans le viseur de tout le spectre politique de droite comme de gauche, y compris américain : elles sont déclarées contrevenir aux règles minimales du libre-échange et inquiètent donc non pas tant pour leurs vertus capitalistes que pour leur nature anticapitaliste4, comme un tricheur à qui on rappelle les règles du jeu, sauf que c’est désormais le tricheur qui fait les règles. Il n’est donc pas étonnant qu’une libérale comme Margrethe Vestager, commissaire européenne à la concurrence (et, depuis le 1er décembre 2019, vice-présidente de la commission européenne en charge du numérique), ait fait de la lutte contre les GAFAM son plus grand défi. Comment en sommes-nous arrivés à une situation où des entreprises en situation de monopole mondial sont devenues à ce point capables de dicter les règles du jeu politique ? Il est possible d’étudier toute la stratégie commerciale de ces firmes pour en tirer des conclusions sur leurs ambitions politiques, dont le transhumanisme est le fleuron idéologique. Mais cette approche ne suffit pas : elle n’explique pas la protestation persistante des utilisateurs même les plus gauchistes et les plus anticapitalistes en faveur de Facebook « malgré leur répugnance », et ceci en dépit des nombreux signaux d’une modification sournoise et fondamentale de la vie politique que Facebook et d’autres ont déjà enclenchée et bientôt remportée. Il n’est que de voir le nombre de lieux qui se disent anticapitalistes et alternatifs, dont le compte Facebook est mieux mis à jour que leur site Internet : ce qui contribue de fait soit à forcer le sympathisant à ouvrir un compte Facebook pour accéder aux contenus, soit à l’exclure de ces mêmes contenus s’il persiste à refuser de se joindre à la communauté Facebook. On conviendra que c’est là un comble pour toute pensée critique. Qu’on en juge par les propos sans fards de Peter Thiel, fondateur de PayPal, actionnaire de Facebook, transhumaniste, libertarien élitiste et adversaire résolu de la démocratie : « Nous sommes engagés dans une course à mort entre la politique et la technologie. Le sort de notre monde dépend d’un seul individu, d’une personne, qui sera capable de bâtir et diffuser des outils technologiques favorisant la liberté et permettant un monde plus sûr pour l’épanouissement du capitalisme5. » Les États, pour rester dans la course, sont sur une pente glissante : la France des droits de l’homme n’a pas craint de faire passer sans débat parlementaire en 2016 un méga-fichier (Titres électroniques sécurisés) qui centralise les informations personnelles et biométriques de tous les Français. L’Europe met à l’essai « à des fins de recherche » un système de contrôle aux frontières européennes (iBorderCtrl) financé par la Commission européenne, qui utilise les technologies de reconnaissance faciale, un détecteur de mensonges et le recueil des données – tout ceci au nom du confort des usagers et de la sécurité collective qui seront les critères décisifs pour l’éventuelle adoption ultérieure de ce système de contrôle. Nous sommes insensiblement, une étape après l’autre, dépossédés du droit de ne pas être traçabilisés et personne ne sait à quoi peut servir dans un avenir incertain la constitution de tels fichiers (dont l’exemple de la Chine donne un certain avant-goût). Il n’y a aucune raison de penser qu’ils ne vont pas continuer de s’étendre en volume et en applications, toujours pour la bonne cause. « On vous protège », affirme désormais péremptoirement le métro parisien pour justifier les caméras de surveillance. Le progrès technologique est vu ici comme un développement autonome, naturel, cosmique en somme, contre lequel seules des interdictions puissantes auraient peut-être une chance de nous sauver du désastre. Il n’y a pas de choix ; il n’y a que des permissions ou des interdictions, des évitements ou des facilitations d’un phénomène qui, pour ainsi dire, se passe sans nous (dans la droite continuation du fétichisme du progrès). Pendant ce temps, nous continuons de nous enfoncer mollement dans la consommation numérique comme dans un sommeil de nos facultés critiques. Je prie le lecteur d’imaginer sur quelle pente nous mène ce faisceau de tendances qui concourent, mises ensemble, à transformer la planète en lieu invivable et sans échappatoire et l’humanité à un troupeau d’enfants qu’on dresse, qu’on surveille, qu’on protège et qu’on évalue.

Or tout se passe ainsi comme si nous avions (presque) tous voté pour Facebook et que nous considérions cette dictature d’un genre nouveau (sans doute difficile à décrypter aux habitudes héritées de l’histoire des dictatures) comme la seule option possible, rapportée à une inoffensive évolution des pratiques – du moins aussi longtemps que quelqu’un d’en haut ne nous en aura pas libérés, comme des enfants pris au piège. C’est dans ce contexte qu’il convient de replacer la demande répétée aux institutions européennes de nous libérer des GAFAM. Se peut-il que tout le monde s’en serve, mais que personne n’en veuille ? Voulons-nous ce que nous désirons, pour reprendre une formule de Lacan ? Personne ne se risque à dire sur quel modèle économique l’Europe pourrait sortir des GAFAM, étant donné qu’une version européenne des GAFAM fondée sur le même modèle économique n’aurait évidemment rien d’émancipateur, sauf à supposer qu’un label européen serait naturellement plus moral qu’un label étranger, comme tend à le croire le vieux chauvinisme européen. Quoi qu’il en soit, les politiques nationales et européennes sont dans l’impasse et leurs représentants sont détestés à la mesure de l’attente exorbitante à leur endroit. Que dire ici des utilisateurs de Facebook ? Ils ne semblent à tout le moins pas faire grand cas ni de leurs données personnelles, ni des projets qu’elles permettent de financer, ni des influences qu’on exerce sur eux. Pourquoi en effet poursuivre les entreprises si le public en redemande ? La même personne qui ne se déclare pas prête à quitter Facebook peut à la fois critiquer la viduité de la plus grande partie des communications échangées sur Facebook, jouer tout de même les « infiltrés » et en appeler à la lutte active contre les GAFAM6. De manière caractéristique, cette argumentation manie soumission et fausse critique sans rien trancher sur le fond. À côté de l’argument pratique, il se développe en particulier une série de « justification par l’infiltration » : être présent sur Facebook permettrait justement d’observer Facebook, voire permettrait de répandre à grande échelle des informations critiques, de lancer des mouvements ou d’accéder soi-même à des informations inaccessibles ailleurs (alors même que tant d’informations sont notoirement des fake news et que tant d’autres sont censurées). Voyons plutôt ce que déclarait l’une des collaboratrices de Facebook au souvenir de l’introduction des News Feed en 2006 :

« Nous nous sommes réveillés avec des centaines de milliers de gens indignés. Pendant la nuit, des groupes Facebook comme “je déteste newsfeed”, “Ruchi [la collaboratrice en question] est le diable” s’étaient constitués. Des reporters journalistiques et des étudiants étaient campés devant les bureaux. Nous avons dû nous faufiler discrètement par la sortie arrière pour quitter le bureau. Des tas de gens nous demandaient de fermer définitivement News Feed. Et la plupart des autres entreprises auraient exactement fait cela, en particulier si 10 % de leurs usagers menaçaient de boycotter le produit. Mais nous ne l’avons pas fait… En fait, News Feed a marché. Au milieu de tout ce bazar, de toute cette indignation, nous avons remarqué quelque chose d’inhabituel. Bien que chacun prétendait le détester, l’activité avait doublé7. »

La mesure de l’action plutôt que celle de l’opinion aura ici été déterminante : non pas ce que vous dîtes, mais ce que vous faites. C’est bien le coup de clic qui aura été décisif, cette sorte de réflexe inscrit dans la peau des utilisateurs de l’ère numérique. Cela porte un nom en théorie néoclassique : ce sont les préférences révélées8. L’écart entre l’indignation affichée des utilisateurs et le succès réel de la chose (« News Feed a marché… l’activité avait doublé ») justifie la poursuite de l’entreprise, ressort ultime de son ascension. Le compromis passé à ce moment-là ouvre une voie qui, semble-t-il, est sans retour : une fois que ce cap fut franchi, Facebook devint en quelques années toujours plus puissant et politiquement hors d’atteinte. Les conditions d’installation initiales furent comme frappées de refoulement. Le compromis originel devient illisible dans ce que Freud nomme les phénomènes de déplacement ou de condensation : le destin du compromis est d’avoir effacé ses propres traces. Il n’empêche que le monde numérique est plein de repentis, tel le fondateur de WhatsApp qui, après avoir revendu l’application à Facebook investit désormais dans la protection des données, laquelle ne change rien au modèle économique de Facebook : elle renforce au contraire sa légitimité écornée. L’opinion d’une gauche imbue d’elle-même selon laquelle nous ne voulons pas de ce modèle de société est contredite par l’ascension arrogante de ce même modèle assise sur une complicité généralisée. Se peut-il alors que les gens ne reçoivent pas autre chose en fait que ce qu’ils veulent vraiment ? Leur véritable désir est-il celui, pur, qui précèderait le moment de corruption, ou bien celui révélé par l’offre qu’ils acceptent gracieusement ? Cette spirale rétroactive ne se ferme sur aucune ontologie subjective susceptible d’endosser l’entière responsabilité du circuit de l’offre et de la demande. Leur vrai désir n’est certainement ni l’un ni l’autre : le désir n’a pas de substance. Lacan a dit que le désir de l’homme, c’est le désir de l’Autre : toutes les gesticulations sur mon désir insatisfait ne valent pas un instant de considération si mon adresse constitue un ralliement secret à cet Autre incarné dans le discours du moment – en attendant le prochain discours. À charge donc pour le critique d’incarner un autre discours. Le moment fictif de corruption (celui où un utilisateur se met à agir d’une manière qu’il réprouve ou prétend réprouver) est lui-même ce point évanouissant d’une subjectivité impossible à objectiver à la fin autrement que dans la somme de ses actes. L’autre sujet, celui de l’inconscient, celui qui articule la structure « je sais bien, mais quand même… », n’est justement pas lisible dans l’ordre du monde algorithmique. Que vous ayez un doute, une mauvaise conscience ou un repentir ne compte pas pour les big data, qui ne font que totaliser des actes. Il s’ensuit que ce réseau social est probablement l’entreprise la plus populiste au monde, à savoir qu’il accorde une certaine fonction politique à la multitude dont il révèle ou façonne une préférence en supplantant imperceptiblement dans son creuset algorithmique toutes les formes connues d’organisation politique.

Mark Zuckerberg ne cesse de protester ingénument (lui aussi) du fait qu’il n’avait aucune autre intention que celle de lancer un réseau efficace et enrichissant pour les utilisateurs. Il nous semble décidément n’avoir à faire qu’à une humanité exclusivement soucieuse de générosité et de partage. Mais l’histoire de Facebook montre que la bonne intention dérape à un endroit de sa collusion obscure avec l’Autre au cours de son processus de multiplication. N’est-ce pas à juste raison que Zuckerberg ne manque jamais de remercier les utilisateurs de l’avancement de son grand projet universel ?

« À un moment, il [Mark Zuckerberg] décida que le principe universel qui vaut ici, c’est celui de l’acte d’engagement. Ce à quoi nous devrions vraiment prêter attention, ce dont il s’assurera que nous y prêtions attention, ce sont les choses qui génèrent de l’engagement. […] Le behaviourisme est ancré dans Facebook. Facebook n’en a pas fait mystère. Facebook est constamment en train d’ajuster ses algorithmes pour essayer de commuter nos états émotionnels positifs, qu’on appelle habituellement le bonheur. C’est l’une des raisons pour lesquelles Facebook mesure le bonheur du mieux qu’il peut, ou du moins c’est ce que pensent ses administrateurs. Voilà pourquoi ils ont conduit des études sur le changement de l’humeur (et cela leur causa des problèmes). C’est le genre d’ingénierie sociale qu’ils veulent mettre en place. C’est l’une des raisons pour lesquelles ils essayent d’appliquer le principe de mesure hédoniste à toutes les espèces9. »

Or Zuckerberg n’a pas mieux à promettre que ses investissements dans le domaine de la connexion télépathique universelle et la disparition de toutes les maladies de la terre, projets qui en d’autres temps seraient passés pour ceux d’un dangereux psychopathe. Lorsqu’il dévoile son projet d’interface cerveau-ordinateur, qui serait capable de transformer le flux des pensées en données partageables et en interaction directe avec les objets connectés, il n’a aucune raison de douter qu’une telle technologie trouvera des utilisateurs, conformément aux principes qui ont fait leurs preuves jusqu’à présent : « Je suppose que ce serait quelque chose que quelqu’un choisirait d’utiliser comme produit10. » Le fantasme de symbiose technologique tire son ressort de la promesse de surmonter la division du sujet par la fusion de l’environnement et de l’individu – en quoi notre civilisation s’avance dangereusement au bord de l’abîme de la responsabilité. Ceci dit indépendamment de la faisabilité de ce projet, qui reste bien sûr incertaine.

Et tandis que la seule solution, mais la plus improbable d’après certains critiques, serait de quitter massivement Facebook, on argue en face qu’il est peine perdue de quitter Facebook (les données étant récoltées partout ailleurs, autant dire qu’il est trop tard) et qu’on ne voit pas comment garder contact avec famille et amis, organiser un événement d’envergure ou lancer un mouvement contestataire sans un service équivalent à celui de Facebook11. Si une étude déplorait un quart de fermeture de comptes Facebook par les utilisateurs américains lors du deuxième trimestre 2018 (mais seulement environ 1 % de baisse d’utilisation active en Europe), Facebook n’est pas menacé et détient suffisamment d’autres services par ailleurs. Chacun sait que lorsque les utilisateurs sont lassés d’un service, il suffit – c’est de bonne guerre capitaliste – d’en proposer un nouveau. Ce point de fuite est caractéristique d’une incapacité croissante des peuples et des individus à dire non, le refus ponctuel étant de toute façon immédiatement réorienté vers une nouvelle offre. Il faut donc le dire : Mark Zuckerberg a dû répondre des opérations de son entreprise, mais les utilisateurs sont à la fin lavés de toute responsabilité. Eux n’ont que de bonnes raisons, ludiques ou sérieuses, et toujours déclarées « pratiques », de rester utilisateurs d’un réseau qui, en vérité produit une accumulation capitaliste exponentielle grâce à leurs données personnelles et met en œuvre une révolution politique. Or ce n’est pas le règlement général sur la protection des données (RGPD) qui change quoi que ce soit à cette politique ; ce dernier parachève la perversion en permettant la récolte des données… avec votre consentement obligatoire, même si celui-ci est obtenu en un clic négligeant. Même si la case cochée par défaut n’est plus légale, on peut se demander quel utilisateur lit à chaque fois l’intégralité des conditions d’utilisation et s’embête d’un long détour pour refuser son accord. De plus le RGPD ne s’applique qu’en cas d’identification personnelle des données, mais ne s’applique pas à leur recueil anonyme à des fins statistiques (certains types de cookies), ce qui égare l’utilisateur. Il s’ajoute à cela un certain nombre de détournements des conditions d’utilisation qui ont été dénoncées en France par l’association la Quadrature du Net. La tactique du plus malin caractérise le recueil du consentement qui n’est pas du tout aussi « univoque » que le prétend le RGPD. En pratique, c’est une demande fastidieuse répétée à chaque nouveau site, renouvelable régulièrement, soumise à des conditions d’utilisation et à des paramétrages qui n’intéressent pas le profane. Le consentement s’obtient en harassant l’utilisateur par une demande répétée faîte dans des conditions qui dérangent sa navigation. Or le consentement obtenu de cette manière est d’ores et déjà l’argument imparable de Facebook dans les plus récentes accusations de collecte de données qui se poursuivent en contournant le règlement européen par le biais d’applications mobiles, faisant de l’utilisateur un « complice12 » par sa négligence même à vérifier les conditions d’utilisation au moment de l’installation d’une application. Nous retrouvons au cœur de la question de la responsabilité la notion de consentement qui est tout sauf « univoque », contrairement à ce que prétend le RGDP. C’est plutôt en se fondant sur une équivoque fondamentale du consentement que Facebook peut continuer à déployer son modèle commercial. Comment Facebook cesserait-il, du reste, de collecter des données, puisque tout son modèle politique et commercial est bâti là-dessus ? Pourquoi fait-on mine tous les quatre matins de redécouvrir la même chose et de s’en offusquer ? Seule l’interdiction pure et simple de l’utilisation commerciale des données mettrait en péril le monopole, voire l’existence de Facebook. Au risque d’avoir un tiers de l’humanité en révolte pour défendre leur réseau social ?

Le mythe d’un Facebook générateur de rassemblement horizontal et de révolutions sociales (printemps arabes, gilets jaunes) oublie que ces révolutions sont retombées comme des crêpes, débouchant ici sur de nouvelles dictatures, là sur des réclamations populistes qui ne démontrent aucunement la capacité des citoyens à concevoir et organiser une nouvelle société, car une nouvelle organisation demande, comme disaient les surréalistes, de changer la vie et non pas seulement de répandre des mots d’ordre sur les réseaux. On ne pourra changer la vie qu’en reprenant la main sur les circuits de production et de décision politique. La « communauté globale » que promeut Facebook pour faire face aux défis globaux (tels le terrorisme, la crise des réfugiés ou le changement climatique13) ne démontre que l’ambition de son fondateur, pas seulement de renvoyer à la société son miroir supposé, mais aussi d’être à la source d’un changement mégalomane de société auquel chacun de nous a renoncé à toute petite échelle (à l’échelle de changer la vie). C’est ainsi qu’un enchaînement d’effets de masse conduit un fantasme ordinaire (qui ne voudrait sauver le monde ?) mais réprimé vers un effroyable degré de réalisation parfaitement combiné à l’apathie générale. Il repose sur la réorientation de toute activité de changement politique vers une émotion cliquée.

Chacun s’émut d’apprendre que « la démocratie est menacée » lorsqu’une frange d’électeurs fut subrepticement influencée pendant la campagne politique de Donald Trump : mais qui met en doute la psychologie behavioriste rudimentaire qui fonde cette affaire, selon laquelle il suffit d’envoyer un message ciblé à la bonne frange d’électeurs et au bon moment pour faire tourner le vent politique ? L’idée fondamentale est que les électeurs, comme les consommateurs, sont des sortes d’animaux manipulables à volonté, et non des sujets responsables de leur vote, quelque légère ou versatile que soit leur opinion. C’est une vision qui n’est ici pas un instant mise en doute : l’homme est un animal qui répond à des signaux. Il n’est donc pas responsable de ce qu’il fait et il convient uniquement de s’assurer de lui trouver un maître pas trop mauvais ou de vérifier les signaux qui lui sont envoyés, au cas où ils seraient malveillants, racistes, sexistes ou encore simplement faux. Il faut protéger la petite tête influençable du citoyen. Il y a beaucoup plus de souci à se faire sur cette définition animalière de l’homme réagissant au premier stimulus venu (comme si rien ne venait de lui et qu’il n’avait aucune responsabilité dans sa réponse) que sur les politiques d’un Trump ou d’un Zuckerberg qui du reste ont été portés au sommet par les peuples – l’un par le vote politique, l’autre par le vote économique. Deux formes de choix social qui ont bien en commun certains principes et certains paradoxes, notamment celui de ne jamais pouvoir refléter le désir supposé de l’individu, et donc de pouvoir donner lieu à des résultats collectifs aberrants, qui relancent, à rebours, l’insondable question de leur rapport à l’individu. Ce dernier évitera ainsi de se demander ce qu’il a à voir avec un résultat collectif dont il croyait ne pas vouloir. L’individu, citoyen ou utilisateur, préférera rejeter en bloc les élites et les représentants, accusés d’avoir menti sur la marchandise, plutôt que de remonter à la racine du compromis passé avec les forces qui le dépossèdent de son pouvoir d’agir. L’exemple de Facebook et d’autres plateformes à l’ascension fulgurante met en évidence par quel compromis imperceptible nous mettons le pied dans un engrenage qui ne tarde pas à apparaître ensuite comme une machine écrasante sur laquelle l’individu n’a plus aucune emprise. Facebook représente en ce sens le récapitulatif fulgurant de toute l’histoire du capitalisme.


Notes :

1Cet article correspond au treizième chapitre de l’ouvrage paru le 5 décembre 2019, reproduit ici avec de légères modifications avec l’accord de l’éditeur : Sandrine Aumercier, Tous écoresponsables ? Capitalisme vert et responsabilité inconsciente, Libre & Solidaire, 2019.

2Google, Amazon, Facebook, Apple, Microsoft

3Baidu, Alibaba, Tencent, Xiaomi.

4Larry Elliott, « Is it Time to Break Up the Tech Giants Such as Facebook ? », The Guardian, 25 mars 2018.

5Fabien Benoit, « Peter Thiel, l’homme qui voulait achever la démocratie », Usbek et Rica, 17 juin 2018.

6 Olivier Erztscheid, « Pourquoi je ne quitte pas (encore) Facebook », Libération, 24 avril 2018.

7 Ruchi Sanghvi, post Facebook, 06 septembre 2016, cité par Andrea Huspeni, « Mark Zuckerberg Reveals the 5 Strategies that Helped Facebook Grow at an Insane Rate », Entrepreneur, 25 mai 2017.

8Olivier Mongin, « Les préférences révélées et la formation de la théorie du consommateur », in Revue économique, vol. 51, n° 5, septembre 2000.

9Alexis C. Madrigal, « Were We Destined to Live in Facebook’s World ? », Entretien avec Siva Vaidhyanathan, The Atlantic, 24 juillet 2018.

11Brian X. Cjen, « Want to #DeleteFacebook ? You Can Try », New York Times, 21 mars 2018.

12Hatim Boumhaouad, « Exploitation des données personnelles par Facebook : l’usager est-il complice ? », The Conversation, 7 avril 2019.

13Alexis C. Madrigal, « The Education of Mark Zuckerberg », in The Atlantic, 20 novembre 2017.

Microsoft a battu Amazon pour le contrat de $10 milliards du Pentagone

Vendredi, le ministère de la Défense a annoncé qu’il accordera à Microsoft un contrat de 10 milliards de dollars sur 10 ans pour transformer ses systèmes de cloud computing.

Amazon avait été considérée comme le chef de file de l’opération pendant une grande partie des 15 mois du processus d’appel d’offres. Oracle et Google ont également soumis des offres.

Rencontrez le nouveau géant militaire américain : Amazon

Le président Donald Trump a publiquement minimisé à plusieurs reprises les perspectives d’Amazon, et un rédacteur de discours pour l’ancien ministre de la Défense Jim Mattis a déclaré au Washington Post que Trump était intervenu pour mettre l’entreprise hors contrat.

L’intention est de mettre à jour la panoplie technologique du ministère de la Défense en remplaçant ses réseaux informatiques complexes, vieux de plusieurs décennies, par un unique système de cloud computing. C’est un coup de force pour l’entreprise, bien qu’il soit susceptible de causer des tensions parmi le personnel de Microsoft.

Compte tenu de certaines allégations concernant une intervention politique potentielle dans le processus d’appel d’offres et de l’énorme valeur financière du contrat, Amazon pourrait choisir de poursuivre le ministère de la Défense en justice. Il a un peu plus d’une semaine pour se prononcer.

Dans un communiqué, un porte-parole d’Amazon Web Services (AWS) a déclaré que l’entreprise était “surprise par cette conclusion”.

MIT Technology Review, Reuters

Rencontrez le nouveau géant militaire américain : Amazon

L’accord controversé du Pentagone sur le cloud computing JEDI (Joint Enterprise Defense Infrastructure), d’une valeur de 10 milliards de dollars, est l’un des contrats de défense les plus lucratifs jamais conclus. Amazon est en pole position pour gagner – et son entrée dans l’armée a été longue à venir.

En juillet, alors que le président Donald Trump était dans le Bureau ovale avec le premier ministre néerlandais, il a pris quelques instants pour répondre aux questions des journalistes. Ses commentaires, d’une manière typique, couvraient des sujets disparates – de la création d’emplois à l’escouade des femmes du Congrès qu’il attaque régulièrement en passant par les sanctions contre la Turquie. Puis un journaliste lui a posé des questions sur un obscur contrat du Pentagone appelé JEDI et lui a demandé s’il avait l’intention d’intervenir.

“Lequel est-ce ?” Demanda Trump. “Amazon ?”

Le journaliste faisait référence à un contrat lucratif et bientôt attribué pour fournir des services de cloud computing au ministère de la Défense. Il vaut jusqu’à 10 milliards de dollars, et Amazon a longtemps été considéré comme le chef de file. Mais l’accord a fait l’objet d’un examen minutieux de la part de ses rivaux qui ont déclaré que le processus d’appel d’offres était biaisé en faveur du géant du commerce électronique.

“C’est un très gros contrat”, a déclaré Trump. “L’un des plus gros jamais vu concernant le cloud et beaucoup d’autres choses. Et nous recevons beaucoup de plaintes de la part de nombreuses autres entreprises, et de grandes entreprises. Certaines des plus grandes entreprises du monde s’en plaignent.”

“Microsoft, Oracle et IBM”, a-t-il poursuivi, “étaient tous hérissés”.

“Alors on va y jeter un coup d’œil. Nous allons y jeter un coup d’œil très attentif.”

Peu de temps après, le Pentagone a fait une annonce : le contrat a été suspendu jusqu’à ce que le processus d’appel d’offres ait fait l’objet d’un examen approfondi.

Beaucoup l’ont vu comme un autre coup de poing de Trump chez son ennemi juré Jeff Bezos, le PDG d’Amazon et propriétaire du Washington Post. Depuis son arrivée à la Maison-Blanche, Trump s’en prend régulièrement à Bezos sur Twitter, lui reprochant une couverture médiatique négative, critiquant les affaires fiscales d’Amazon, et même l’impact de l’entreprise sur le service postal américain.

Après tout, jusqu’à il y a quelques mois à peine, la plupart des Américains n’avaient jamais entendu parler de JEDI et s’en souciaient encore moins. Comparativement aux efforts de construction de gros avions de chasse ou de missiles hypersoniques – le genre de projets militaires dont nous avons l’habitude d’entendre parler -, le programme Joint Enterprise Defense Infrastructure semblait carrément ennuyeux. Ses dispositions les plus intéressantes comprennent les centres de données hors site, les systèmes informatiques et les applications Web.

C’est peut-être tout aussi banal qu’Amazon soit en lice pour un tel contrat. Après tout, c’est le premier fournisseur mondial de cloud computing ; sa division Amazon Web Services (AWS) a généré plus de 25 milliards de dollars de revenus en 2018.

Mais la diatribe de Trump ne concernait pas seulement une guerre contractuelle entre une poignée d’entreprises technologiques. Il mettait en lumière la nature changeante d’Amazon et son rôle dans la sécurité nationale et la politique. L’entreprise a passé la dernière décennie à travailler avec soin vers le cœur de Washington, et aujourd’hui – non content d’être le plus grand détaillant en ligne du monde – elle est sur le point de devenir l’un des plus grands entrepreneurs de la défense des États-Unis.

Qui a besoin de la démocratie quand on a des données ?

Retour sur le JEDI

Le Sheraton Hotel à Pentagon City, un quartier adjacent du ministère de la Défense, est loin de l’esprit de la Silicon Valley et de sa culture de startup. En mars 2018, la salle de bal de 1 000 places de cet hôtel des années 1970 regorgeait de fournisseurs intéressés à faire une offre sur le JEDI. Alors que les participants étaient assis dans des fauteuils de style Louis XIV, un défilé de responsables du Pentagone en uniforme a parlé de la stratégie d’approvisionnement.

Pour les soumissionnaires habituels du Beltway, ce spectacle était familier jusqu’à ce que Chris Lynch monte sur scène. Lynch, décrit par une publication de la défense comme le “gourou du numérique du Pentagone vêtu d’un sweat à capuche”, portait des lunettes de soleil à monture rouge sur le front et un t-shirt Star Wars portant l’emblème “Cloud City”.

Il était arrivé au Pentagone trois ans plus tôt pour rafraîchir la bureaucratie militaire moribonde. Entrepreneur en série travaillant dans les domaines de l’ingénierie et du marketing à Seattle, il a rapidement gagné l’hostilité des entrepreneurs fédéraux méfiants à l’égard de ce que le Pentagone avait l’intention de faire. Certains ont pris sa tenue décontractée comme un ricanement délibéré à la communauté boutonnée de Beltway.

“Il y a une place pour cela et ce n’est pas dans le Pentagone”, déclare John Weiler, directeur exécutif du Conseil consultatif sur l’acquisition des technologies de l’information (IT Acquisition Advisory Council), une association industrielle qui compte parmi ses membres des sociétés souhaitant soumissionner pour JEDI. “Je suis désolé de porter un sweat à capuche et toutes ces choses stupides. [Il porte] un genre d’uniforme pour déclarer en quelque sorte qu’il est un geek, mais en réalité, il ne l’est pas.”

Même ceux qui n’ont pas été offensés pensaient que Lynch avait clairement indiqué où se situaient ses préférences – et ce n’était pas avec les entrepreneurs fédéraux traditionnels.

“Et si nous devions tirer parti de toutes ces solutions incroyables qui ont été développées et conduites par des personnes qui n’ont rien à voir avec le gouvernement fédéral ?” A-t-il demandé lors de son discours devant la salle bondée. “Et si nous devions débloquer ces capacités pour accomplir la mission de défense nationale ? Et si nous tirions parti des marketplaces à longue traîne qui se sont développés dans les industries du cloud commercial ? C’est ce que JEDI est.”

Le Pentagone avait certainement décidé de prendre des mesures non conventionnelles avec ce contrat. Tout cela a été confié à un seul contractant, selon un calendrier accéléré, qui permettrait d’attribuer le contrat d’ici quelques mois. De nombreux membres du public ont déduit que l’accord était signé pour Amazon.

M. Weiler affirme que le contrat comporte de “grands défauts” et que l’approche du Pentagone finira par faire perdre de la rentabilité potentielle. Au lieu d’avoir plusieurs entreprises en concurrence pour réduire les coûts, il n’y aura qu’un cloud unique provenant d’un seul fournisseur.

Cette approche unique n’a pas fonctionné pour la CIA, – qui a annoncé son intention de faire appel à plusieurs fournisseurs plus tôt cette année, – et elle ne fonctionnera pas pour le ministère de la Défense, a-t-il déclaré. Et il ajoute que cet accord signifie que toutes les applications existantes devront migrer vers le cloud, que cela soit approprié ou non. “Certaines choses n’ont rien à y faire”, dit-il. “Certaines choses n’étaient pas conçues pour en tirer profit.”

En août 2018, Oracle a déposé une réclamation auprès du Government Accountability Office, affirmant que le contrat était “conçu autour d’un service cloud particulier”. (IBM a emboîté le pas peu de temps après.) Le même mois, la publication Defence One révélait que RosettiStarr, une firme d’enquêteur de Washington, préparait un dossier avec des reporters affirmant que Sally Donnelly, haut responsable du Pentagone et ancien consultant externe d’Amazon, avait tenté de favoriser la société de commerce électronique. RosettiStarr a refusé d’identifier le client qui a payé pour son travail.

Le logiciel de reconnaissance faciale en cloud de l’entreprise, qui permet de détecter l’âge, le sexe et certaines émotions ainsi que d’identifier les visages, est déjà utilisé par certains services de police, et en 2018 Amazon a acheté Ring, qui fait des sonnettes intelligentes qui capturent des vidéos.

Le FBI teste la biométrie faciale Amazon

Le drame a continué. En décembre 2018, Oracle, qui n’a pas été retenu pour l’étape finale de l’appel d’offres, a déposé de nouveaux documents alléguant un conflit d’intérêts. Deap Ubhi, qui travaillait avec Lynch au bureau des services numériques de défense du Pentagone, avait négocié un emploi avec Amazon alors qu’il travaillait pour JEDI, selon Oracle.

Des questions ont également été soulevées au sujet d’une visite de James Mattis, alors secrétaire à la Défense, sur la côte Ouest en 2017, qui comprenait une visite dans la Silicon Valley et une visite au siège d’Amazon à Seattle. En chemin, Mattis s’est déclaré “un grand admirateur de ce qu’ils font là-bas”, et il a ensuite été photographié marchant côte à côte avec Bezos.

(L’admiration de Mattis pour l’innovation n’a pas toujours été égalée par son discernement; jusqu’en 2017, il siégeait au conseil d’administration de Theranos, la firme de diagnostic du sang présentée comme une fraude).

Amazon et le Pentagone ont nié toute allégation de comportement abusif et ont reçu en juillet le soutien d’un juge fédéral, qui avait estimé que la société n’avait pas influencé indûment le contrat. C’était avant que le président Trump n’intervienne.

“Dès le premier jour, nous avons concouru pour JEDI en raison de l’ampleur et de la profondeur de nos services et sur le niveau de sécurité et de performance opérationnelle correspondant”, a déclaré un porte-parole d’AWS à MIT Technology Review.

Quel que soit le résultat de la révision de JEDI, il est clair que la dépendance du Pentagone à l’égard de la Silicon Valley augmente.

L’une des raisons pourrait être liée aux priorités du ministère de la Défense lui-même. Autrefois, elle a ouvert la voie à la science informatique – bon nombre des technologies qui ont rendu possible le cloud computing, y compris l’Internet lui-même, provenaient de la recherche commanditée par l’armée. Aujourd’hui, cependant, l’argent que les grandes entreprises de technologie apportent à la technologie de l’information est inférieur à ce que le Pentagone dépense pour la recherche informatique. DARPA, qui a financé la création de l’Arpanet (le précurseur de l’Internet) à partir des années 1960, est toujours impliqué dans le science informatique, mais quand il s’agit de cloud computing, il ne construit pas sa propre version.

Jonathan Smith, un responsable de programme DARPA, a déclaré que le travail de l’agence sur le cloud se concentre aujourd’hui sur le développement de prototypes sécurisés et open-source pouvant être adoptés par quiconque, qu’il s’agisse de gouvernements, d’un milieu universitaire ou de sociétés commerciales, comme Amazon.

Une force se réveille

Il s’agit d’un revirement rapide par rapport à il y a un peu plus d’une décennie, lorsque Amazon avait obtenu une assignation à comparaître devant le gouvernement pour obtenir les dossiers de quelque 24 000 livres dans le cadre d’une affaire de fraude. “Les rumeurs, fondées ou non, d’une enquête criminelle fédérale orwellienne sur les habitudes de lecture des clients d’Amazon pourraient effrayer d’innombrables clients potentiels en les dissuadant d’annuler des achats de livres en ligne”, a écrit le juge dans son jugement de 2007 en faveur d’Amazon. Ceux qui connaissaient bien la culture organisationnelle à l’époque disent qu’elle était généralement hostile à l’idée de travailler avec le gouvernement. Contrairement à Larry Ellison, qui s’est ouvertement vanté que la CIA était le client de lancement d’Oracle, Bezos faisait partie d’une deuxième vague de magnats de la technologie qui se méfiaient des liens avec les autorités fédérales.

Pourtant, l’entreprise faisait déjà ses premiers pas dans les services de cloud computing, ce qui en ferait un partenaire gouvernemental évident. En 2003, deux employés, Benjamin Black et Chris Pinkham, ont rédigé un article décrivant un système de serveur virtuel normalisé pour fournir puissance de calcul, stockage de données et infrastructure sur demande. Si Amazon trouvait ce système utile, ont-ils suggéré, d’autres entreprises le feraient aussi. Un jour, ceux qui ne voulaient pas exploiter leurs propres serveurs n’auraient plus à le faire : ils pourraient simplement les louer.

Le duo a présenté l’idée à Bezos, qui leur a dit de la suivre. Lancé publiquement en mars 2006, bien avant des services concurrents comme Microsoft Azure et Google Cloud, AWS domine désormais le marché. Les services cloud ont fourni à Amazon 13 % de son activité globale en 2018 et une part disproportionnée de ses bénéfices. AWS compte des millions de clients, dont Netflix, Airbnb et GE.

Le fait de fournir une infrastructure à d’autres entreprises a ouvert la porte aux organismes gouvernementaux. En 2013, AWS a remporté une victoire surprise en devenant le fournisseur de cloud computing de la CIA. Cet accord, d’une valeur de 600 millions de dollars, a fait d’Amazon un important entrepreneur en matière de sécurité nationale du jour au lendemain.

Depuis, les choses se sont accélérées. Amazon a investi massivement dans de nouveaux centres de données en Virginie du Nord, et en février 2019, après un concours très médiatisé, la société a annoncé qu’elle avait choisi Crystal City, en Virginie – une banlieue de Washington, DC, à moins d’un mile du Pentagone – comme site pour son deuxième siège social. (New York a également été choisie comme ville gagnante, mais Amazon a par la suite abandonné ses projets à la suite de l’opposition du public aux allégements fiscaux que la ville avait accordés à la société).

Tout cela s’est déroulé sans grande friction, alors que d’autres géants de la technologie ont eu des relations chaotiques avec l’appareil de la sécurité nationale. En 2015, Apple a publiquement défié le FBI lorsqu’on lui a demandé d’entrer par effraction dans un téléphone appartenant à l’un des auteurs d’une fusillade de masse à San Bernardino, en Californie (le FBI a retiré sa demande après avoir versé près de 1 million de dollars à des hackers pour pouvoir y accéder). Et Google s’est retiré de l’appel d’offres pour JEDI l’année dernière après qu’un employé se soit révolté à propos de son travail sur un contrat d’intelligence artificielle du Pentagone, Project Maven.

Le Pentagone cache des informations des travaux de Google sur les drones militaires

Amazon n’a pas connu le même type de réaction de la part du personnel – peut-être parce qu’il est notoire pour une approche dure des négociations de travail. Et même lorsque ses employés sont devenus agités, ce n’était pas à cause des liens d’Amazon avec la CIA ou le Pentagone, mais parce qu’elle vendait des services Web à Palantir, la société d’analyse de données qui collabore avec Immigration and Customs Enforcement. Les employés d’Amazon ont écrit une lettre ouverte à Bezos pour protester contre la “politique immorale des États-Unis”, mais cela n’a guère eu d’effet.

Microsoft et Amazon sous le feu de la technologie de reconnaissance faciale

Et ce serait une surprise si cela se produisait. Il est difficile d’imaginer qu’après plus de cinq années consacrées à fournir la base informatique à la CIA, alors qu’elle menait des frappes de drones dans le monde entier, Amazon hésiterait soudainement à travailler à la lutte contre la fraude en matière d’immigration.

L’Empire contre-attaque

Alors pourquoi Amazon s’est-elle lancée dans la sécurité nationale ? Beaucoup pensent qu’il s’agit d’argent sale. Stephen E. Arnold, spécialiste des logiciels de renseignement et d’application de la loi, a utilisé une série de vidéos en ligne pour retracer l’évolution d’Amazon depuis 2007, alors qu’elle n’avait “en fait aucune présence” dans le gouvernement IT, jusqu’à aujourd’hui, où elle semble destinée à dominer. “Amazon veut neutraliser puis déplacer les fournisseurs traditionnels du Département de la Défense et devenir l’IBM du 21ème siècle pour le gouvernement américain”, dit-il.

Trey Hodgkins est d’accord. “Le gagnant du contrat [JEDI] va contrôler une partie importante des clouds dans l’ensemble du gouvernement fédéral”, a déclaré Hodgkins, qui était jusqu’à récemment vice-président principal de l’Alliance de la technologie de l’information pour le secteur public, une association d’entrepreneurs en IT. L’alliance s’est dissoute en 2018 après avoir soulevé des préoccupations au sujet du JEDI, après quoi Amazon, l’un de ses membres, a quitté et formé sa propre association. Les agences civiles, dit-il, se tournent vers le Pentagone et disent : “Vous savez quoi ? Si c’est assez bon et assez substantiel pour eux – à l’échelle – alors ça va probablement aller pour nous.”

“Et si nous tirions parti de toutes ces solutions incroyables qui ont été développées et conduites par des personnes qui n’ont rien à voir avec le gouvernement fédéral ?”

Mais Arnold croit qu’Amazon est en train de s’engager davantage dans le commerce mondial du maintien de l’ordre public et de la sécurité. Le logiciel de reconnaissance faciale en cloud de l’entreprise, Rekognition, qui permet de détecter l’âge, le sexe et certaines émotions ainsi que d’identifier les visages, est déjà utilisé par certains services de police, et en 2018 Amazon a acheté Ring, qui fait des sonnettes intelligentes qui capturent la vidéo.

Le FBI teste la biométrie faciale Amazon

Ring pourrait sembler être un bon investissement en tant que consommateur, mais selon Arnold, la société crée une technologie qui peut exploiter son trésor de données relatives aux consommateurs, aux finances et au maintien de l’ordre. “Amazon souhaite devenir le fournisseur privilégié du gouvernement fédéral, des États, des comtés et des collectivités locales lorsque des solutions en matière de police et de renseignement sont nécessaires”, a-t-il déclaré. Cet été, Vice News a révélé que Ring aidait à fournir une vidéo aux services de police locaux.

Mais ce n’est que le début. Arnold prédit qu’Amazon ira au-delà des marchés américains du renseignement et du maintien de l’ordre et se tournera vers le monde. Cela, prédit-il, vaut des dizaines de milliards de dollars.

Le résultat net n’est pas la seule préoccupation, cependant : il y a aussi l’influence. Un ancien responsable du renseignement avec qui j’ai parlé m’a dit que les contrats du gouvernement et l’achat du Washington Post ne sont pas deux mesures distinctes pour Bezos, mais font partie d’une poussée plus large dans la capitale. Loin d’une conspiration, dit-il, c’est ce que les capitaines d’industrie ont toujours fait. “Il n’y a rien de tordu là-dedans”, a dit l’ancien fonctionnaire. “Bezos ne fait que défendre ses intérêts.”

Et peut-être que l’objectif ultime n’est pas seulement d’augmenter le nombre de contrats gouvernementaux, mais aussi d’influencer les réglementations qui pourraient affecter Amazon. Aujourd’hui, certaines de ses plus grandes menaces ne sont pas des concurrents, mais des législateurs et des politiciens qui défendent les mesures antitrust contre les géants de la technologie. (Ou, peut-être, un président soutenant qu’il devrait payer plus d’impôts.) Et Bezos comprend clairement qu’opérer à Washington nécessite d’avoir accès à qui que ce soit à la Maison-Blanche et d’exercer une influence sur lui ; en 2015, il a engagé Jay Carney, l’ancien attaché de presse du président Obama, comme cadre supérieur, et plus tôt cette année AWS a engagé Jeff Miller, un collecteur de fonds, pour faire pression en son nom.

Amazon a déclaré au MIT Technology Review que l’accent mis sur la sécurité nationale s’inscrit dans le cadre d’un mouvement plus large vers le secteur public.

“Nous sommes convaincus que les milieux de la défense, du renseignement et de la sécurité nationale méritent d’avoir accès à la meilleure technologie au monde”, a déclaré un porte-parole. “Et nous nous engageons à soutenir leurs missions essentielles de protection de nos citoyens et de défense de notre pays.”

Tout le monde n’est pas d’accord. Steve Aftergood, qui dirige le Project on Government Secrecy à la Federation of American Scientists, suit les dépenses en matière de renseignement et les questions de protection de la vie privée depuis des décennies. Je lui ai demandé s’il s’inquiétait de l’expansion rapide d’Amazon dans le domaine de la sécurité nationale. “Nous semblons courir vers une nouvelle configuration du gouvernement et de l’industrie sans avoir bien réfléchi à toutes les implications. Et certaines de ces implications ne sont peut-être pas entièrement prévisibles”, a-t-il écrit dans un courriel. “Mais chaque fois que vous établissez une nouvelle concentration de pouvoir et d’influence, vous devez également créer une structure compensatoire qui aura l’autorité et la capacité d’exercer une surveillance efficace. Jusqu’à présent, cette structure de surveillance ne semble pas recevoir l’attention qu’elle mérite.”

Si les observateurs et les critiques ont raison, le contrat JEDI du Pentagone n’est qu’un tremplin pour qu’Amazon qui finira par prendre le contrôle de l’ensemble du cloud gouvernemental, servant de centre de stockage de données pour tout, des casiers judiciaires aux audits fiscaux. Si cela concerne certains de l’extérieur qui regardent, c’est comme à l’habitude pour ceux qui se trouvent à l’intérieur du Beltway, où le gouvernement a toujours été le client le plus important et le plus lucratif.

“Bezos est malin d’arriver au début”, dit l’ancien responsable du renseignement. “Il a vu qu’il y avait de l’or dans ces collines”.

MIT Technology Review, Nextgov

Sharon Weinberger est chef du bureau de Washington pour Yahoo News et l’auteur de The Imagineers of War: The Untold Story of DARPA, the Pentagon Agency That Changed the World. Imagineers of War est une histoire fascinante et révolutionnaire dans laquelle la science, la technologie et la politique se rencontrent.

La surveillance totale est le seul moyen de sauver l’humanité

Nick Bostrom, l’auteur de “The Simulation Argument” déclare qu’une mauvaise technologie pourrait détruire l’humanité – et le seul moyen de l’empêcher est une surveillance de masse et une gouvernance mondiale.

Le philosophe d’Oxford qui affirmait il y a 15 ans que nous vivions peut-être dans une matrice a une autre théorie, cette fois sur l’avenir de l’humanité – et elle n’est pas vraiment optimiste.

Mercredi 17 avril, Nick Bostrom est monté sur scène lors d’une conférence TED à Vancouver, au Canada, pour partager quelques-unes des idées issues de son dernier travail, “The Vulnerable World Hypothesis”.

Dans son article, Bostrom soutient qu’une surveillance mondialisée sera nécessaire pour empêcher une technologie de notre propre création de détruire l’humanité – une idée radicalement dystopique de l’un des philosophes les plus éminents de cette génération.

Bostrom cadre son argument en terme d’une urne géante remplie de balles. Chaque balle représente une idée différente ou une technologie possible, et elles sont de couleurs différentes : blanche (bénéfique), grise (modérément nocif), ou noir (destruction de civilisation).

L’humanité tire constamment des balles de cette urne, selon le modèle de Bostom – et heureusement, personne n’a encore sorti une balle noire. L’accent est mis sur “encore”.

“Si la recherche scientifique et technologique continue, écrit Bostrom, nous finirons par l’atteindre et l’extraire.”

Pour éviter que cela ne se produise, Bostrom affirme que nous avons besoin d’un gouvernement mondial plus efficace – un gouvernement qui pourrait rapidement interdire toute technologie potentiellement destructrice pour la civilisation.

Il suggère également que nous nous appuyions sur la surveillance de masse par le gouvernement, en équipant chaque personne de “balises de liberté” ressemblant à des colliers qui peuvent entendre et voir ce qu’elles font à tout moment.

Ces balises seraient introduites dans des “stations de surveillance des patriotes”, ou “centres de liberté”, où des intelligences artificielles surveillent les données, amenant les “agents de la liberté” humains dans la boucle s’ils détectent des signes d’une boule noire.

Nous avons déjà vu des gens abuser des systèmes de surveillance de masse, et ces systèmes sont beaucoup moins exhaustifs que ce que propose Bostrom.

Néanmoins, s’il s’agit de choisir entre l’observation et la surveillance de chacun de nos mouvements ou la fin de la civilisation, Bostrom semble penser que le premier choix est une meilleure option que le second.

“De toute évidence, la surveillance de masse et la gouvernance mondiale comportent d’énormes inconvénients, voire des risques énormes”, a-t-il déclaré à la foule lors de la conférence TED, selon Inverse. “Je fais juste remarquer que si on a de la chance, le monde pourrait être tel que ce serait le seul moyen de survivre à une balle noire.”

Business Insider, Inverse

Le Pentagone cache des informations des travaux de Google sur les drones militaires

Les 5 000 pages de documents du projet ont été jugées trop sensibles pour être divulguées.

Neuf mois après les protestations internes et le tollé général du public qui ont poussé Google à cesser de développer l’IA pour les drones militaires, le Département de la Défense garde secret tous les dossiers du mystérieux projet Maven, de l’intelligence artificielle avancée pour une guerre algorithmique – également appelé Algorithmic Warfare Cross-Functional Team (AWCFT).

Maven a pour mission “d’accélérer l’intégration du Big Data et du Machine Learning au Département de la Défense”. Au total, le Département de la Défense a dépensé 7,4 milliards de dollars dans des domaines liés à l’intelligence artificielle en 2017, a rapporté le Wall Street Journal.

“Les personnes et les ordinateurs travailleront en symbiose pour augmenter la capacité des systèmes d’armes à détecter des objets”, a déclaré le colonel Drew Cukor, chef du corps des marines et du AWCFT. “Nous espérons qu’un analyste sera capable de faire deux fois plus de travail, voire trois fois plus, qu’il le fait actuellement. C’est notre objectif.”

“Nous sommes dans une course aux armements d’intelligence artificielle”, a déclaré Cukor. “… C’est ce qui se passe dans l’industrie et les cinq grandes sociétés Internet s’y emploient activement.”

Il y a plus d’un an, le journaliste de The Intercept, Sam Biddle, a essayé d’utiliser le droit de l’information publique pour en savoir plus sur les drones. Biddle écrit que le Département de la Défense a identifié 5 000 pages de documents et de dossiers pertinents – mais a jugé que chaque phrase était trop sensible pour être divulguée au public.

The Intercept rapporte que le Département de la Défense a affirmé que chaque enregistrement de la participation de Google dans le projet Maven, qui a depuis lors changé de mains de Google à la société de défense Anduril Industries, contient des “informations critiques sur la sécurité des infrastructures”.

Le Département de la Défense a envoyé à The Intercept une note de service de Lisa Hershman, Chief Management Officer, qui a écrit que la divulgation des archives du Projet Maven “fournirait à un adversaire des informations pour perturber, détruire ou endommager la technologie, les opérations et les installations militaires du DoD et mettre en danger la vie de son personnel”.

Malheureusement pour les journalistes, le gouvernement a recours à une série d’astuces un peu obscurs pour refuser les demandes de documents publics. Dans ce cas, les lois qui protègent les informations sur les ” infrastructures critiques” ont été rédigées pour protéger les usines de produits chimiques ou les installations de stockage d’explosifs – et non un logiciel d’IA permettant de guider les drones.

Biddle écrit que l’équipe juridique de The Intercept a l’intention de combattre le Département de la Défense parce qu’il a refusé l’accès aux archives de manière trop agressive, de sorte qu’il y a une chance que nous puissions bientôt en apprendre davantage sur les recherches militaires insaisissables.

The Intercept, Gizmodo