Le THOR de l’Air Force martèle des drones dans une nouvelle animation vidéo

Le laboratoire de recherche de l’armée de l’air américaine (AFRL) a créé une nouvelle animation vidéo qui montre de manière réaliste le THOR (Tactical High-power Operational Responder) détruisant des essaims de drones ennemis dans un scénario de défense de base. Dans le but de contrer la menace croissante que représentent les drones ennemis et d’autres menaces aériennes, l’Air Force a développé THOR.

THOR est un prototype d’arme à énergie dirigée (AED) utilisé pour désactiver l’électronique des drones, et a été spécifiquement conçu pour contrer des cibles multiples – comme un essaim de drones – avec des résultats rapides.

Les lasers à haute énergie tuent une cible à la fois, et les micro-ondes à haute puissance peuvent tuer des groupes ou des essaims, ce qui est l’une des raisons pour lesquelles THOR offre une capacité unique.

“Le système produit de puissantes salves d’ondes radio, qui offrent une plus grande portée d’engagement que les balles ou les filets, et ses effets sont silencieux et instantanés”, a déclaré Amber Anderson, responsable du programme THOR.

Anderson a poursuivi en expliquant que THOR est logé dans une unité d’expédition de 20 pieds, qui peut être transportée dans un avion cargo militaire, et assemblée par deux personnes seulement.

“Les drones représentent une menace émergente pour les bases militaires, le personnel et les infrastructures des États-Unis, et c’est la mission de THOR de les garder en sécurité, à courte et à longue distance”, a déclaré Anderson.

Pour voir THOR en action

Le laboratoire de recherche de l’Air Force (AFRL) est le principal centre de recherche scientifique et de développement du département de l’Air Force. L’AFRL joue un rôle essentiel dans la découverte, le développement et l’intégration de technologies de combat abordables pour les forces aériennes, spatiales et cybernétiques. Avec un effectif de plus de 11 500 personnes réparties dans neuf domaines technologiques et 40 autres opérations dans le monde, l’AFRL fournit un portefeuille diversifié de sciences et de technologies allant de la recherche fondamentale à la recherche avancée et au développement technologique.

Air Force Research Laboratory’s THOR (Tactical High-Power Operational Responder) is a portable counter-UAS system, capable of destroying swarms of drones at speed-of-light, at long range, in its base defense mission. (AFRL graphic/courtesy)

Le temps du Grand Reset

Le Grand Reset post COVID-19 et la Quatrième révolution industrielle

Les confinements de COVID-19 peuvent se réduire progressivement, mais l’anxiété concernant les perspectives sociales et économiques du monde ne fait que s’intensifier. Il y a de bonnes raisons de s’inquiéter : un fort ralentissement économique a déjà commencé, et nous pourrions être confrontés à la pire dépression depuis les années 30. Mais, si cette issue est probable, elle n’est pas inévitable.

Pour parvenir à un meilleur résultat, le monde doit agir conjointement et rapidement pour réorganiser tous les aspects de nos sociétés et de nos économies, de l’éducation aux contrats sociaux et aux conditions de travail. Tous les pays, des États-Unis à la Chine, doivent y participer, et toutes les industries, du pétrole et du gaz à la technologie, doivent être transformées. En bref, nous avons besoin d’un “grand reset” du capitalisme.

Il existe de nombreuses raisons de poursuivre un Grand Reset, mais la plus urgente est la COVID-19. Ayant déjà entraîné des centaines de milliers de décès, cette pandémie représente l’une des pires crises de santé publique de l’histoire récente. Et comme le nombre de victimes continue d’augmenter dans de nombreuses régions du monde, elle est loin d’être terminée.

Cela aura de graves conséquences à long terme sur la croissance économique, la dette publique, l’emploi et le bien-être humain. Selon le Financial Times, la dette publique mondiale a déjà atteint son niveau le plus élevé en temps de paix.

Le programme du Grand Reset a trois composantes principales. Le premier volet consiste à orienter le marché vers des résultats plus équitables. À cette fin, les gouvernements doivent améliorer la coordination (par exemple, en matière de politique fiscale, réglementaire et budgétaire), moderniser les accords commerciaux et créer les conditions d’une “économie participative”. À une époque où les assiettes fiscales diminuent et où la dette publique explose, les gouvernements sont fortement incités à prendre de telles mesures.

En outre, les gouvernements doivent mettre en œuvre des réformes attendues depuis longtemps qui favorisent des résultats plus équitables. Selon les pays, il peut s’agir de modifications de l’impôt sur la fortune, du retrait des subventions aux combustibles fossiles et de nouvelles règles régissant la propriété intellectuelle, le commerce et la concurrence.

La deuxième composante de l’agenda du Grand Reset permet de s’assurer que les investissements font progresser les objectifs communs, tels que l’égalité et la durabilité. À cet égard, les programmes de dépenses à grande échelle que de nombreux gouvernements mettent en œuvre représentent une opportunité majeure de progrès. La Commission européenne, par exemple, a dévoilé des plans pour un fonds de relance de 750 milliards d’euros. Les États-Unis, la Chine et le Japon ont également des plans de relance économique ambitieux.

Plutôt que d’utiliser ces fonds, ainsi que les investissements des entités privées et des fonds de pension, pour combler les fissures de l’ancien système, il convient de les utiliser pour en créer un nouveau qui soit plus résilient, plus équitable et plus durable à long terme. Cela implique, par exemple, de construire des infrastructures urbaines “vertes” et d’inciter les entreprises à améliorer leurs résultats en matière de mesures environnementales, sociales et de gouvernance (ESG).

La troisième et dernière priorité du programme du Grand Reset est d’exploiter les innovations de la Quatrième révolution industrielle pour soutenir le bien public, notamment en relevant les défis sanitaires et sociaux. Pendant la crise du COVID-19, des entreprises, des universités et d’autres acteurs ont uni leurs forces pour mettre au point des diagnostics, des traitements et des vaccins, établir des centres de dépistage, créer des mécanismes de traçage des infections et fournir des services de télémédecine. Imaginez ce qui serait possible si des efforts concertés similaires étaient déployés dans tous les secteurs.

La crise du COVID-19 affecte tous les aspects de la vie des gens dans tous les coins du monde. Mais la tragédie ne doit pas être son seul héritage. Au contraire, la pandémie représente une occasion rare mais étroite de réfléchir, de réimaginer et de réinitialiser notre monde pour créer un avenir plus sain, plus équitable et plus prospère.

The Great Reset: Resetting the World by The World Economic Forum

WEF

Réglementation de la biométrie : Approches globales et questions urgentes

L’AI Now Institute a publié un recueil d’études de cas sur les approches réglementaires de la technologie de reconnaissance biométrique, les leçons tirées et les futures actions de sensibilisation

Dans un contexte de surveillance publique accrue, l’intérêt pour la réglementation des technologies biométriques telles que la reconnaissance faciale et vocale s’est considérablement accru dans le monde entier, sous l’impulsion de la recherche et de la défense des intérêts des communautés. Il se dégage de ce moment un sentiment croissant que des technologies comme la reconnaissance faciale ne sont pas inévitables, et peut-être même pas nécessaires ou utiles.

“Regulating Biometrics: Global approaches and urgent questions”, par Amba Kak, présente huit études de cas détaillées d’universitaires, avocats et experts politiques qui examinent les tentatives actuelles de réglementation des technologies biométriques et donnent un aperçu des promesses et des limites de ces approches. Dans quels domaines la réglementation est-elle capable de déterminer si et comment les technologies biométriques sont utilisées, et dans quels domaines est-elle insuffisante ? En examinant ces questions, ces auteurs experts éclairent les domaines d’engagement, de défense et de réglementation futurs.

Ces essais brossent un tableau du paysage mondial complexe de la réglementation de la biométrie, en mettant en évidence les nombreuses approches adoptées par les partisans de la biométrie, qui réclament un contrôle accru de ces technologies, ainsi que la manière dont les gouvernements ont utilisé la loi comme outil pour étendre ou consolider l’utilisation de la biométrie.

Projet de loi australien sur les services de rapprochement des identités (p.44)

Jake Goldenfein (Faculté de droit de Melbourne) et Monique Mann (Université Deakin) suivent les manœuvres institutionnelles et politiques qui ont conduit l’Australie à créer une grande base de données centralisée de reconnaissance faciale (“The Capability”) à l’usage de divers acteurs gouvernementaux. Ils examinent les échecs de la réglementation pour remettre en cause de manière significative la construction de ce système, voire pour façonner son architecture technique ou institutionnelle.

L’économie (et la pratique réglementaire) que la biométrie inspire : Une étude du projet Aadhaar (p.52)

Nayantara Ranganathan (avocate et chercheuse indépendante, Inde) explique comment le droit et la politique autour du projet indien d’identification biométrique (“Aadhaar”) ont finalement servi à construire des données biométriques comme ressource pour l’extraction de données de valeur par des entreprises privées. Elle explore comment la réglementation a été influencée par les logiques et les cultures du projet qu’elle cherchait à réglementer.

Une première tentative de réglementation des données biométriques dans l’Union européenne (p.62)

Els Kindt (KU Leuven) fournit un compte-rendu détaillé de l’approche du Règlement général sur la protection des données (RGPD) de l’Union européenne en matière de réglementation des données biométriques. Comme de nombreux pays sont sur le point de mettre en œuvre des lois nationales rédigées de manière similaire, elle identifie les lacunes potentielles et souligne les domaines clés pour la réforme.

Réflexion sur la politique biométrique du Comité international de la Croix-Rouge : Réduire au minimum les bases de données centralisées (p.70)

Ben Hayes (Agence AWO, conseiller juridique consultant auprès du Comité international de la Croix-Rouge [CICR]) et Massimo Marelli (chef du Bureau de la protection des données du CICR) expliquent le processus décisionnel du CICR pour formuler sa première politique en matière de biométrie, qui visait à éviter la création de bases de données et à minimiser les risques pour les populations vulnérables dans les contextes humanitaires.

Utilisation par la police de la reconnaissance faciale en live au Royaume-Uni (p.78)

Peter Fussey (Université d’Essex) et Daragh Murray (Université d’Essex), principaux auteurs de l’étude empirique indépendante du procès de la police métropolitaine de Londres sur la reconnaissance faciale en live (LFR-Live Facial Recognition), expliquent comment les normes juridiques et les outils de régulation existants n’ont pas réussi à empêcher la prolifération d’un système dont les effets néfastes ont été démontrés. Ils tirent ainsi des enseignements plus larges pour la réglementation de la LFR au Royaume-Uni et des technologies similaires ailleurs.

Une taxonomie des approches législatives pour la reconnaissance faciale aux États-Unis (p.86)

Jameson Spivack et Clare Garvie (Georgetown Center on Privacy and Technology) écrivent sur les dizaines de lois d’interdiction et de moratoires sur l’utilisation de la reconnaissance faciale par la police aux États-Unis, la plupart d’entre elles menées par des avocats et des organisations communautaires. Les auteurs fournissent une taxonomie détaillée qui va au-delà des grandes catégories d’interdiction et de moratoire, et réfléchissent aux leçons tirées de leur mise en œuvre.

BIPA : La plus importante loi biométrique sur la protection de la vie privée aux États-Unis ? (p.96)

Woodrow Hartzog (Northeastern University) explore les promesses et les pièges de la loi sur la confidentialité des informations biométriques (BIPA) de l’État de l’Illinois et, plus largement, du droit des particuliers à engager leurs propres actions contre des entreprises privées. Il s’interroge sur les limites inévitables d’une loi centrée sur le “consentement éclairé”, un système qui donne l’illusion d’un contrôle tout en justifiant des pratiques douteuses que les gens n’ont pas assez de temps ou de ressources pour comprendre et agir.

Réglementation biométrique ascendante : La réponse de la Communauté à l’utilisation de la surveillance faciale dans les écoles (p.104)

Stefanie Coyle (NYCLU) et Rashida Richardson (Rutgers Law School ; AI Now Institute, NYU) examinent la décision controversée d’un district scolaire de Lockport, New York, de mettre en place un système de reconnaissance faciale et d’objets pour surveiller les élèves. Elles mettent en lumière la réponse de la communauté qui a suscité un débat national et a conduit à une législation à l’échelle de l’État réglementant l’utilisation des technologies biométriques dans les écoles.

Lire le rapport complet (PDF)

BNP Paribas va lancer une CB biométrique en France

Selon Le Parisien, BNP Paribas devrait lancer une nouvelle carte bancaire biométrique incluant les technologies de Fingerprint Cards et Thales. Les détenteurs de cette carte n’auront plus besoin de taper leur code. La carte de paiement biométrique sera proposée aux détenteurs des cartes Premier ou Gold de la banque.

Jean-Marie Dragon, responsable monétique et paiements innovants chez BNP Paribas, a déclaré au Parisien qu’un premier lot de 10 000 à 15 000 cartes biométriques Visa Premier sera proposé cet automne. Le coût des cartes n’a pas été divulgué.

crédit: Le Parisien

D’autres banques française se lancent dans l’aventure de la carte bancaire biométrique : le Crédit Agricole Touraine et Poitou prévoit de lancer des cartes de paiement à empreintes digitales avant la fin de l’année et des tests sont toujours en cours à la Société Générale.

Les paiements par carte représentent 60 % de toutes les transactions en France selon l’Observatoire CB du Groupement Cartes bancaires, et la demande pour la technologie sans contact n’a fait qu’augmenter avec les inquiétudes concernant la transmission du COVID-19 à travers les surfaces partagées.

Johan Carlström, président du conseil d’administration et ancien PDG de Fingerprint Cards, a déclaré que le rapport Nilson prévoit que 29 milliards de cartes de paiement seront en circulation d’ici la fin 2023. Avec un délai de remplacement de deux à trois ans, cela signifie que le marché potentiel des cartes de paiement biométriques pourrait dépasser les 10 milliards par an, et Carlström affirme que la plupart, sinon la totalité, des cartes de paiement utiliseront la biométrie à terme.

L’intelligence artificielle perturbera davantage les cols blancs

Selon la sagesse populaire, la robotique, l’intelligence artificielle et l’automatisation modifieront radicalement le travail des cols bleus et des employés d’usine. En fait, les emplois des cols blancs seront davantage touchés, selon une nouvelle analyse de la Brookings Institution.

Les chercheurs ont examiné le texte du brevet sur l’intelligence artificielle et les descriptions d’emploi, et ont quantifié le chevauchement afin de déterminer les types de tâches et de professions susceptibles d’être touchées.

L’analyse indique que l’intelligence artificielle sera un facteur déterminant dans la vie professionnelle future des managers, des superviseurs et des analystes, en bouleversant toutes sortes d’emplois de cols blancs, allant des cabinets juridiques, aux fonctions marketing, en passant par les éditeurs et la programmation informatique.

Bien que les cols blancs soient susceptibles de supporter une part importante des perturbations causées par l’IA et l’automatisation, ils peuvent avoir plus de facilité à se recycler ou à trouver d’autres débouchés, car ils sont plus susceptibles de vivre en ville ou d’avoir un diplôme universitaire.

L’intelligence artificielle n’est pas encore largement adoptée par les entreprises, malgré l’énorme battage médiatique qui l’entoure. Et bien qu’il y ait eu beaucoup de discussions sur l’impact de l’IA sur l’emploi, on ne sait pas exactement quel en sera l’impact. Nous avons tout vu, des prévisions d’un abattage désastreux de 47 % des emplois aux États-Unis aux affirmations selon lesquelles, en fait, l’IA créera autant d’emplois qu’elle en détruit, sinon plus.

Par conséquent, il est judicieux de considérer cette dernière analyse comme une contribution dans un domaine brûlant plutôt que comme le dernier mot sur le sujet.

Pour aller plus loin :
Comment l’automatisation et l’IA bouleversent l’emploi
Ginni Rometty sur l’avenir du travail et de l’IA
L’IA remplacera 40% des emplois en 15 ans
L’avenir des emplois selon le Forum économique mondial
Comment la technologie affecte les emplois en Asie
Le travail en 2030. L’effet Winner Take All
Quel sera l’impact de l’automatisation sur l’emploi ?
De nombreux emplois menacés par l’IA et les robots d’ici cinq ans
Selon Mark Cuban, l’IA sera à l’origine de la plus grande rupture de ces 30 dernières années dans le monde du travail
Bill Gates : le robot qui prend votre travail devrait payer des impôts
Stephen Hawking : l’automatisation et l’IA vont décimer les emplois de la classe moyenne
Vinod Khosla : « 80% des emplois informatiques peuvent être remplacés par l’automatisation
Rapport de l’ONU : les robots vont remplacer les deux tiers des emplois dans les pays en développement
850 000 emplois supplémentaires vont être automatisés d’ici 2030 au Royaume-Uni
L’intelligence artificielle et l’automatisation : seulement 1,5 % des emplois perdus pourraient être remplacés par les emplois créés
ING Focus Belgique – les emplois les plus « robotisables » (PDF)
L’évolution de l’intelligence artificielle pourrait sonner le glas de nombreuses professions
La Banque d’Angleterre et Bank of America Merrill Lynch annoncent une apocalypse de l’emploi
Des robots pour remplacer les juges ?
Ross, le premier avocat Robot du monde
Automatisation : environ 114.000 emplois juridiques seront perdus soit 39% des emplois dans le secteur

Le gouvernement américain interroge Zuckerberg sur ses plans en matière cryptomonnaie

Mark Zuckerberg a tenté d’expliquer et de justifier les plans de Facebook pour sa cryptomonnaie Libra devant un Congrès américain hostile (The Verge). Maxine Waters, présidente de la Commission des services financiers de la Chambre des représentants, ainsi que de nombreux autres législateurs, ont exprimé des doutes quant à la légitimité et à la fiabilité de Facebook, déclarant à Zuckerberg que “nous sommes très préoccupés par votre projet de créer une monnaie numérique mondiale qui menacerait le dollar américain.

La crypto-monnaie de Facebook s’effondre devant nos yeux

Les critiques disent que la Libra de Facebook menace le pouvoir américain. Zuck dit qu’ils ont tout faux.

Comme l’écrit Mike Orcutt, le PDG de Facebook a une nouvelle stratégie visant à recueillir le soutien des politiciens américains pour son projet de lancement d’une monnaie numérique : faire appel à leur patriotisme. Plutôt qu’un rival du dollar, les régulateurs devraient considérer la Libra comme un instrument du pouvoir géopolitique américain, a déclaré Mark Zuckerberg à plusieurs reprises lors d’une audition de six heures devant le comité du House Financial Services, mercredi.

MIT Technology Review

La France lance un programme national d’identification faciale à l’échelle nationale

La France est sur le point de devenir le premier pays européen à utiliser la technologie de reconnaissance faciale pour donner aux citoyens une identité numérique sécurisée, qu’ils le souhaitent ou non.

Le gouvernement du président Emmanuel Macron, qui dit vouloir rendre l’État plus efficace, fait avancer le projet de déploiement d’un programme d’identification, baptisé Alicem “Authentification en ligne certifiée sur mobile”. Il sera déployée en novembre. Le régulateur des données du pays affirme que le programme viole la règle européenne du consentement et qu’un groupe de protection de la vie privée le conteste devant la plus haute juridiction administrative de France. Il a fallu un peu plus d’une heure à un pirate informatique pour pirater une application de messagerie “sécurisée” du gouvernement cette année, ce qui soulève des inquiétudes quant aux normes de sécurité de l’État.

Rien de tout cela ne décourage le ministère de l’intérieur français.

“Le gouvernement veut amener les gens à utiliser Alicem et la reconnaissance faciale”, a déclaré Martin Drago, un avocat membre du groupe de protection de la vie privée La Quadrature du Net qui a porté plainte contre l’État. “Nous nous dirigeons vers une utilisation massive de la reconnaissance faciale. Peu d’intérêt pour l’importance du consentement et du choix.” L’affaire, déposée en juillet, ne suspendra pas Alicem.

Identités numériques

La France rejoindra ainsi les Etats du monde entier qui s’empressent de créer des “identités numériques” pour donner aux citoyens un accès sécurisé à tout, de leurs impôts et de leurs banques aux factures de sécurité sociale et de services publics. Singapour utilise la reconnaissance faciale et a signé un accord pour aider le Royaume-Uni à préparer son propre système d’identification. L’Inde utilise la balayage de l’iris.

La France affirme que le système d’identification ne sera pas utilisé pour surveiller les résidents. Contrairement à la Chine et à Singapour, le pays n’intégrera pas la biométrie de reconnaissance faciale dans les bases de données d’identité des citoyens. En fait, le ministère de l’Intérieur, qui a développé l’application Alicem, affirme que les données de reconnaissance faciale recueillies seront supprimées lorsque le processus d’inscription sera terminé. Cela n’a pas empêché les gens de s’inquiéter de son utilisation abusive potentielle.

“Se lancer dans la reconnaissance faciale à ce stade est un risque majeur” en raison des incertitudes sur son utilisation finale, a déclaré Didier Baichere, un législateur du parti au pouvoir qui siège à la commission “technologies du futur” du Parlement et qui est l’auteur d’un rapport sur ce sujet en juillet. Permettre l’utilisation de masse avant de mettre en place des freins et contrepoids appropriés est “ridicule”, a-t-il déclaré.

Image publicitaire du ministère de l’Intérieur pour Alicem.

Sans consentement

L’application exclusivement Android et portant le blason de la République française, que Bloomberg a pu consulter, sera le seul moyen pour les résidents de créer une identité numérique légale et la reconnaissance faciale en sera l’unique catalyseur. Un identifiant sera créé par le biais d’une inscription unique qui consiste à comparer la photo de l’utilisateur figurant dans son passeport biométrique à une vidéo selfie prise sur l’application qui capturera les expressions, les mouvements et les angles. Le téléphone et le passeport communiqueront via leurs puces intégrées.

Les opposants affirment que l’application enfreint potentiellement le règlement général européen sur la protection des données, qui rend obligatoire le libre choix. Emilie Seruga-Cau, qui dirige le service des affaires régaliennes à la CNIL, le régulateur indépendant du pays pour la protection de la vie privée, a déclaré que ses préoccupations étaient “très claires”.

La sécurité est une autre préoccupation. Les autorités disent que la sécurité d’Alicem est au “plus haut niveau de l’Etat”. Pourtant, en avril, Robert Baptiste, un pirate informatique qui se fait appeler Elliot Alderson sur Twitter, a pu accéder en 75 minutes à l’une des applications “hautement sécurisées” du gouvernement, ce qui soulève des questions sur la résilience de la sécurité en ligne de l’État.

“Le gouvernement ne devrait pas se vanter que son système est sécurisé, mais accepter d’être contesté”, a déclaré Baptiste.” Ils pourraient débloquer des primes pour la découverte de bugs critiques avant de commencer, parce que ce serait grave si des failles étaient découvertes après que les gens commencent à l’utiliser, ou pire si l’application est piratée lors de l’inscription, lorsque les données de reconnaissance faciale sont recueillies”.

Fuite d’une base de données de reconnaissance faciale en Chine

Les législateurs de l’opposition s’inquiètent de l’intégration de la reconnaissance faciale dans les lois permettant de suivre les manifestants violents, comme lors des manifestations du gilet jaune. Drago, qui conteste les projets du gouvernement sur les questions de confidentialité et de consentement, a déclaré que l’absence de débat “permet à l’État d’aller de l’avant, sans entraves”.

Pendant ce temps, les tests de reconnaissance faciale se multiplient. La surveillance par caméra en direct dans les rues du Pays de Galles a été jugée légale ce mois-ci par un tribunal de Londres. L’Allemagne, les Pays-Bas et l’Italie l’utilisent pour accélérer les contrôles aux frontières. En août, l’autorité suédoise de protection des données a infligé une amende à la municipalité de Skelleftea pour avoir testé la reconnaissance faciale d’élèves du secondaire afin de mesurer leur fréquentation. Apple Inc. a banalisé l’utilisation de la biométrie pour déverrouiller les téléphones portables.

La nouvelle Commission de l’UE, dont le mandat débute en novembre, a notamment pour objectif la construction d’une “Europe digne de l’ère numérique”. Un document de politique interne de la Commission décrivait en détail les mesures que l’UE devrait prendre pour maîtriser les technologies de l’intelligence artificielle, y compris la reconnaissance faciale.

“L’utilisation généralisée d’un équivalent de l’ADN public est un défi pour les régulateurs”, a déclaré Patrick Van Eecke, spécialiste de la vie privée et des données chez DLA Piper à Bruxelles. “L’utilisation par la France de la reconnaissance faciale pour l’identité numérique peut être envisagée de deux façons : elle va trop loin en termes de respect de la vie privée, ou elle utilise la nouvelle technologie la plus sûre.

Bloomberg, Numerama

La crypto-monnaie de Facebook s’effondre devant nos yeux

Les plans de Facebook pour établir la Libra, sa crypto-monnaie, s’effondrent en temps réel.

Après avoir été confrontés à une forte réaction de la part des gouvernements du monde entier, bon nombre des 28 entreprises ayant apporté leur soutien initial ont quitté le navire.

Les partenaires étaient censés aider Facebook à créer un réseau puissant et à propager la Libra dans le monde entier. Mais la semaine dernière, PayPal a démissionné de la Libra Association, l’organe destiné à superviser la création et le déploiement de la Libra. Et maintenant, Visa, MasterCard, Stripe et eBay ont également abandonné ce projet en ruine.

Les plans de Facebook pour sa crypto-monnaie ont suscité des critiques et un examen minutieux de la part des organismes de réglementation. Leur raisonnement : une plate-forme technologique de deux milliards d’utilisateurs pourrait finir par saper et menacer les économies locales en privatisant les interactions financières.

L’image de Facebook avait déjà été ternie de manière significative à la lumière d’une enquête antitrust en cours menée par le ministère américain de la Justice. La candidate à la présidence Elizabeth Warren s’est également jointe à la bataille en annonçant des plans visant à démanteler des mégacorporations technologiques, dont Facebook.

L’Europe est également en feu : Facebook et la Libra Association sont confrontés à un échec de la part des régulateurs de l’Union européenne.

La Libra pourrait-elle être la perte de Facebook, comme certains experts l’ont prédit ? Il est trop tôt pour le dire.

Néanmoins, la Libra Association va de l’avant. “Nous attendons avec impatience la réunion inaugurale du Conseil de la Libra Association et l’annonce des premiers membres”, a déclaré Dante Disparte, responsable de la politique de la Libra, à The Verge.

Le groupe a nommé cinq membres du conseil d’administration – dont Wences Casares, PDG de Xapo, Andreessen Horowitz, associé et responsable de la chaîne de distribution Katie Haun, et David Marcus, directeur de Facebook, qui a été le visage principal du projet jusqu’ici.

“Compte tenu de l’ampleur et de l’ambition du projet, il reste encore un certain nombre de défis à relever”, a déclaré Haun dans un communiqué, “y compris la conformité réglementaire”.

Au sein de l’association Libra, un seul processeur de paiement reste impliqué : PayU, une société néerlandaise spécialisée dans les paiements mobiles et sur le Web sur le marché européen. PayU a refusé de commenter à la suite des départs précédents, mais a affirmé son engagement envers le projet lors de la réunion inaugurale de lundi. “La mission de l’association”, a déclaré PayU dans un communiqué, “correspond parfaitement à la vision de PayU de créer un monde sans frontières financières, dans lequel tout le monde peut prospérer”.

The Verge, The Verge

Le gouvernement français prévient Facebook : Libra n’est pas la bienvenue

Le ministre français de l’Economie et des Finances vient d’avertir que Libra, la crypto-monnaie controversée de Facebook, ne sera pas autorisée en France si elle est lancée comme prévu l’an prochain.

Le ministre, Bruno Le Maire, a protesté contre la Libra lors d’une conférence sur la crypto jeudi, selon Vice News. Il a déclaré qu’il ferait tout son possible pour empêcher non seulement le développement du Libra sur le sol français, mais également son utilisation dans le pays s’il est lancé.

Le Maire a déclaré que la Libra menaçait de miner l’euro et de déstabiliser l’ensemble de l’économie française. Il a également partagé les préoccupations selon lesquelles, si l’économie en pâtissait, les gens pourraient aggraver la situation en abandonnant les devises approuvées par le gouvernement au profit du Libra de Facebook, rapporte Vice.

“La souveraineté monétaire des pays est en jeu du fait d’une éventuelle privatisation de la monnaie par un acteur unique comptant plus de 2 milliards d’utilisateurs sur la planète”, a déclaré Le Maire, selon Vice News. “Toutes ces préoccupations autour du Libra sont sérieuses. Je tiens donc à dire ceci avec beaucoup de clarté : dans ces conditions, nous ne pouvons pas autoriser le développement du Libra sur le sol européen.”

Vice News, Yahoo