Archives par mot-clé : autorisation

France : Reconnaissance faciale dans des lieux publics

Dans un entretien au Parisien, mardi 24 décembre, le secrétaire d’Etat au Numérique a exprimé le souhait de lancer une expérimentation de la reconnaissance faciale en temps réel sur des images de vidéosurveillance. Cette phase devrait durer de six mois à un an, “sous la supervision de la société civile et de chercheurs”, précise le membre du gouvernement.

Francetvinfo, Les Echos

La France lance un programme national d’identification faciale à l’échelle nationale

La France lance un programme national d’identification faciale à l’échelle nationale

La France est sur le point de devenir le premier pays européen à utiliser la technologie de reconnaissance faciale pour donner aux citoyens une identité numérique sécurisée, qu’ils le souhaitent ou non.

Le gouvernement du président Emmanuel Macron, qui dit vouloir rendre l’État plus efficace, fait avancer le projet de déploiement d’un programme d’identification, baptisé Alicem “Authentification en ligne certifiée sur mobile”. Il sera déployée en novembre. Le régulateur des données du pays affirme que le programme viole la règle européenne du consentement et qu’un groupe de protection de la vie privée le conteste devant la plus haute juridiction administrative de France. Il a fallu un peu plus d’une heure à un pirate informatique pour pirater une application de messagerie “sécurisée” du gouvernement cette année, ce qui soulève des inquiétudes quant aux normes de sécurité de l’État.

Rien de tout cela ne décourage le ministère de l’intérieur français.

“Le gouvernement veut amener les gens à utiliser Alicem et la reconnaissance faciale”, a déclaré Martin Drago, un avocat membre du groupe de protection de la vie privée La Quadrature du Net qui a porté plainte contre l’État. “Nous nous dirigeons vers une utilisation massive de la reconnaissance faciale. Peu d’intérêt pour l’importance du consentement et du choix.” L’affaire, déposée en juillet, ne suspendra pas Alicem.

Identités numériques

La France rejoindra ainsi les Etats du monde entier qui s’empressent de créer des “identités numériques” pour donner aux citoyens un accès sécurisé à tout, de leurs impôts et de leurs banques aux factures de sécurité sociale et de services publics. Singapour utilise la reconnaissance faciale et a signé un accord pour aider le Royaume-Uni à préparer son propre système d’identification. L’Inde utilise la balayage de l’iris.

La France affirme que le système d’identification ne sera pas utilisé pour surveiller les résidents. Contrairement à la Chine et à Singapour, le pays n’intégrera pas la biométrie de reconnaissance faciale dans les bases de données d’identité des citoyens. En fait, le ministère de l’Intérieur, qui a développé l’application Alicem, affirme que les données de reconnaissance faciale recueillies seront supprimées lorsque le processus d’inscription sera terminé. Cela n’a pas empêché les gens de s’inquiéter de son utilisation abusive potentielle.

“Se lancer dans la reconnaissance faciale à ce stade est un risque majeur” en raison des incertitudes sur son utilisation finale, a déclaré Didier Baichere, un législateur du parti au pouvoir qui siège à la commission “technologies du futur” du Parlement et qui est l’auteur d’un rapport sur ce sujet en juillet. Permettre l’utilisation de masse avant de mettre en place des freins et contrepoids appropriés est “ridicule”, a-t-il déclaré.

Image publicitaire du ministère de l’Intérieur pour Alicem.

Sans consentement

L’application exclusivement Android et portant le blason de la République française, que Bloomberg a pu consulter, sera le seul moyen pour les résidents de créer une identité numérique légale et la reconnaissance faciale en sera l’unique catalyseur. Un identifiant sera créé par le biais d’une inscription unique qui consiste à comparer la photo de l’utilisateur figurant dans son passeport biométrique à une vidéo selfie prise sur l’application qui capturera les expressions, les mouvements et les angles. Le téléphone et le passeport communiqueront via leurs puces intégrées.

Les opposants affirment que l’application enfreint potentiellement le règlement général européen sur la protection des données, qui rend obligatoire le libre choix. Emilie Seruga-Cau, qui dirige le service des affaires régaliennes à la CNIL, le régulateur indépendant du pays pour la protection de la vie privée, a déclaré que ses préoccupations étaient “très claires”.

La sécurité est une autre préoccupation. Les autorités disent que la sécurité d’Alicem est au “plus haut niveau de l’Etat”. Pourtant, en avril, Robert Baptiste, un pirate informatique qui se fait appeler Elliot Alderson sur Twitter, a pu accéder en 75 minutes à l’une des applications “hautement sécurisées” du gouvernement, ce qui soulève des questions sur la résilience de la sécurité en ligne de l’État.

“Le gouvernement ne devrait pas se vanter que son système est sécurisé, mais accepter d’être contesté”, a déclaré Baptiste.” Ils pourraient débloquer des primes pour la découverte de bugs critiques avant de commencer, parce que ce serait grave si des failles étaient découvertes après que les gens commencent à l’utiliser, ou pire si l’application est piratée lors de l’inscription, lorsque les données de reconnaissance faciale sont recueillies”.

Fuite d’une base de données de reconnaissance faciale en Chine

Les législateurs de l’opposition s’inquiètent de l’intégration de la reconnaissance faciale dans les lois permettant de suivre les manifestants violents, comme lors des manifestations du gilet jaune. Drago, qui conteste les projets du gouvernement sur les questions de confidentialité et de consentement, a déclaré que l’absence de débat “permet à l’État d’aller de l’avant, sans entraves”.

Pendant ce temps, les tests de reconnaissance faciale se multiplient. La surveillance par caméra en direct dans les rues du Pays de Galles a été jugée légale ce mois-ci par un tribunal de Londres. L’Allemagne, les Pays-Bas et l’Italie l’utilisent pour accélérer les contrôles aux frontières. En août, l’autorité suédoise de protection des données a infligé une amende à la municipalité de Skelleftea pour avoir testé la reconnaissance faciale d’élèves du secondaire afin de mesurer leur fréquentation. Apple Inc. a banalisé l’utilisation de la biométrie pour déverrouiller les téléphones portables.

La nouvelle Commission de l’UE, dont le mandat débute en novembre, a notamment pour objectif la construction d’une “Europe digne de l’ère numérique”. Un document de politique interne de la Commission décrivait en détail les mesures que l’UE devrait prendre pour maîtriser les technologies de l’intelligence artificielle, y compris la reconnaissance faciale.

“L’utilisation généralisée d’un équivalent de l’ADN public est un défi pour les régulateurs”, a déclaré Patrick Van Eecke, spécialiste de la vie privée et des données chez DLA Piper à Bruxelles. “L’utilisation par la France de la reconnaissance faciale pour l’identité numérique peut être envisagée de deux façons : elle va trop loin en termes de respect de la vie privée, ou elle utilise la nouvelle technologie la plus sûre.

Bloomberg, Numerama

EyeLock a déposé trois nouveaux brevets aux États-Unis

L’Office américain des brevets et des marques (USPTO) a délivré trois nouveaux brevets américains à EyeLock LLC. Les brevets numéros 9 792 498, 9 792 499 et 9 792 497 portent sur des innovations technologiques concernant la facilité et la rapidité de l’appariement biométrique, la validation de l’iris et des images faciales ; et un guidage visuel pour l’alignement du regard.

« Nous ne pourrions pas être plus enthousiastes par ces derniers brevets qui démontrent l’expertise technique et le leadership d’EyeLock dans le développement de capacités uniques pour un déploiement efficace de la biométrie multimodale », a déclaré Jeff Carter, CTO d’EyeLock. « Nous continuons de réaliser des percées technologiques importantes qui ont constitué des obstacles importants à l’adoption de la technologie d’authentification de l’iris à l’échelle du marché. »

Technavio publie un rapport sur la sécurité global des paiements mobiles pour 2016-2020

Eyelock a obtenu un brevet pour sa plate-forme d’identité mobile, qui facilite et accroît la rapidité de l’appariement biométrique pour une meilleure expérience utilisateur. Le système acquiert une séquence d’images en temps réel et sélectionne un nombre limité d’images ayant la meilleure qualité d’iris pour une gestion efficace. Il ne nécessite pas de fonctions de mise au point automatique et prend en charge les applications mobiles ou autres dans lesquelles l’acquisition biométrique peut coïncider avec le clignement des yeux ou être sensible au flou dû au mouvement de l’utilisateur ou lorsque la mémoire de l’appareil disponible pour stocker des images est limitée.

Le second brevet couvre des méthodes pour valider que l’iris et les images faciales sont obtenues en temps réel à partir de la même personne, en tant que mécanisme de lutte contre la fraude – même si les images sont capturées par différentes caméras utilisant des paramètres différents – ainsi qu’un moyen efficace pour le recours de l’utilisateur dans une transaction autorisée via la biométrie. Les avancées de la plate-forme incluent une authentification plus forte, multifactorielle et continue d’un utilisateur, lorsque des images de l’iris et du visage sont utilisées, et la non-répudiation des données biométriques en capturant et en conservant une image faciale correspondante et reconnaissable pour une transaction qui peut être récupérée si nécessaire.

Le troisième brevet porte sur le nouveau mécanisme de reconnaissance de l’iris de la société pour orienter le regard d’un utilisateur. Cette capacité de guidage permet à l’utilisateur d’aligner facilement et de manière optimale son regard par rapport à un capteur d’acquisition biométrique. La combinaison d’un dispositif de limitation de la visibilité et d’un dispositif d’attention de l’utilisateur oriente le guidage visuel vers un alignement du regard. De plus, un guidage directionnel intuitif via le dispositif de limitation de la visibilité dirige rapidement et facilement le regard de l’utilisateur vers un emplacement favori. Ce système de reconnaissance unique permet de positionner automatiquement l’utilisateur à une distance prédéfinie du dispositif d’acquisition biométrique. Il convient également aux utilisateurs de différentes tailles, ainsi qu’aux utilisateurs qui s’approchent de différents angles vers le dispositif d’acquisition biométrique.

Biométrie : pour le meilleur ou pour le pire ?

Carter poursuit : « Le monde de la biométrie évolue rapidement, et ces nouveaux brevets permettent à EyeLock de capitaliser sur sa stratégie visant à fournir des plateformes d’authentification multiformes et prenant en compte toutes les industries. Nous demeurons déterminés à investir dans nos capacités de R&D et notre expertise technique afin d’offrir un support encore plus poussé sur le marché dans les années à venir. »

Eyelock a obtenu un total de 54 brevets à ce jour.

Les mots de passe disparaîtront progressivement d’ici 2025

traduction Thomas Jousse

Eyelock, Yahoo Finance

L’Inde numérise tout, de l’argent à l’identification du citoyen

En novembre dernier, dans le cadre d’un plan directeur controversé pour faire de l’Inde une société sans numéraire et numérisée, le Premier Ministre Narendra Modi a annoncé que les billets de Rs500 et Rs1000 devaient être démonétisés, ce qui enlevât efficacement 86 % de la valeur des espèces en circulation.

La mesure a été l’une des dernières étapes du plan, après que les travaux préliminaires ont été posés en introduisant la base de données biométriques Aadhaar, qui a donné à 95 % de la population une preuve d’identité numérique en 2016. Aadhaar s’est accru près d’India Stack, ce qui a permis aux gens de stocker et de partager des informations telles que les adresses, les relevés bancaires, les dossiers d’emploi, et les déclarations fiscales – par le système Aadhaar qui ont tous été ratifiés.

L’aspect clé d’India Stack donnait à tout le monde l’accès à l’une des 11 banques de paiement pouvant gérer les paiements et les transferts mais pas les prêts. L’élimination de l’argent obligeait les individus à adopter cette nouvelle infrastructure numérique, ce qui a amené 270 millions de personnes à ouvrir des comptes bancaires et de 10 milliards de dollars à déposer au cours des trois premières années – cela a généré une dynamique pour ce qui pourrait évoluer vers la première société sans numéraire dans le monde.

Vers une économie sans argent liquide

La décision a des conséquences importantes non seulement pour l’Inde, mais aussi pour le reste du monde. Pour l’Inde, il y aura des frictions initialement en raison de la prééminence des transferts en espèces dans la société : il a été estimé plus tôt cette année que 78 pour cent des transactions dans le pays utilisaient toujours du cash.

Ceci pourrait être justifié, cependant, par les gains de long terme. La mesure pourrait infléchir la corruption et “l’argent au noir” en Inde ainsi qu’introduire un système fiscal plus efficace et robuste. Cela pourrait également faire des paiements une affaire complètement sécurisée – amenant une bureaucratie moderne et une formalité sans précédent à l’économie Indienne.

Les ramifications mondiales de la numérisation de l’Inde sont également sérieuses. Raoul Pal, ancien gérant de GLG Global Macro Fund, a écrit dans un éditorial pour Mauldin Economics, “Cela pourrait bien être le tueur du bitcoin ou au mieux fournir le cadre sur la manière d’appliquer la technologie blockchain dans le monde réel”.

Même si cela n’annonce pas la fin du bitcoin, la mesure se révélera une expérience intéressante à observer pour d’autres pays cherchant à être sans numéraire, comme la Suède, qui a vu une une réduction de 40 pour cent de l’encaisse et des pièces en circulation.

traduction Benjamin Prissé

Business Insider, Financial Times, Mauldin Economics

La biométrie dans les pays en développement

Avec un peu plus de 12 ans pour atteindre l’objectif de développement durable de l’ONU, l’objectif 16.91, de fournir une identité juridique universelle d’ici 2030, la technologie conçue pour les pays en développement amène l’ambition à portée de main. Cependant, le marché de la biométrie pour le monde en développement est distinct de celui du monde développé à certains égards importants et le marché mondial en développement devra mûrir pour profiter pleinement de ces technologies de pointe et pour que les bonnes intentions soient atteintes.

En reconnaissant que les systèmes d’identité insuffisants ne sont pas seulement un symptôme, mais en fait un facteur contribuant au sous-développement, l’accès à l’investissement dans les systèmes d’identité et la biométrie a augmenté dans le monde en développement. Le nombre de personnes à l’échelle mondiale sans identité légale diminue rapidement, passant de 1,5 milliard en 2016 à 1,1 milliard en 2017, selon les estimations de la Banque mondiale, car les systèmes d’identification électronique (eID – electronic IDentity) soutenus par la biométrie sont mis en œuvre dans les pays en développement, notamment en Inde avec le programme Aadhaar.

Le dernier milliard de personnes à enregistrer dans les systèmes d’identité juridique, cependant, sera le plus difficile. Les enjeux sont élevés, pour ces personnes, leurs gouvernements et, par extension, toutes les sociétés dans lesquelles ils résident.

« S’ils n’existent pas officiellement, ils ne peuvent pas avoir un intérêt dans la société et, en conséquence, c’est une priorité à laquelle il faut remédier. C’est une priorité pour les agences de développement en raison de l’opportunité d’habiliter les indicateurs de développement », déclare le Président de ID4Africa, le Dr Joseph Atick, en mettant l’accent sur la portée du problème tout au long des efforts des individus et des efforts mondiaux.

Alors que le marché de la biométrie dans les économies les plus développées au monde a évolué à l’origine par l’application de la loi, par le contrôle des frontières, pour une utilisation plus large, la technologie est introduite dans la plupart des pays en développement comme un véhicule pour la prestation de services. « Le concept original de la biométrie, qui était d’amener les méchants, évolue rapidement pour aider les bons », observe Steve Thies, CEO d’Integrated Biometrics.

La plupart des sociétés biométriques les plus importantes au monde sont basées dans les pays les plus riches du monde, tout comme la plupart de leurs clients, et la plupart des revenus de l’industrie proviennent de ces mêmes pays. Les produits et les solutions, par conséquent, ont tendance à répondre à des besoins significativement différents, souvent dans des circonstances très différentes.

Le développement des systèmes d’identité mondiaux nécessitent souvent des programmes d’inscription effectués dans des environnements difficiles, sans l’infrastructure sociale ou technique qui permet la biométrie dans le monde développé. Ils nécessitent également des décisions difficiles, de l’approvisionnement au déploiement, qui sont rendues encore plus difficiles par l’immaturité du marché.

L’importance de l’identité numérique forte pour le développement et l’Agenda mondial 2030 a été reconnue, et la possibilité de poursuivre pour l’identité juridique universelle est déjà en train de frapper.

La biométrie dans le monde en développement

Un aspect des marchés contrastés est une association différente du grand public. Étant donné que les programmes d’identité dans les pays en développement ont tendance à être influencés par les services publics, tels que l’éducation et les soins de santé, le public est moins méfiant à l’égard de l’enrôlement biométrique et souvent plus désireux de participer.

« Leurs points de vue sont très différents », a déclaré le CEO et Président de Credence ID Bruce Hanson à Biometric Update. « Ils veulent s’inscrire. Ils ne veulent pas passer autant de temps à attendre en ligne, alors qu’un administrateur regarde ce document qui est supposé être un diplôme, c’est vraiment plus un morceau de papier qui s’est désintégré dans leur poche. La queue s’étale sur un kilomètre, et le gouvernement dit ‘Attendez une minute, nous ne savons pas qui est cette personne, si elle est admissible’ ».

Un autre programme nigérian, mis en œuvre par la société locale Data Infosec Consult, suit le temps et la fréquentation des enseignants dans le système scolaire public. Ce programme promet une diminution des coûts pour les gouvernements locaux qui gèrent les écoles publiques, mais bénéficie également aux étudiants qui fréquentent ces écoles et, par extension, à toute la société, soutient le CEO de Data Infosec, Harold Monu.

« Outre l’épargne et la réduction du gaspillage, il y a l’avantage social de l’enseignant d’être en classe », a déclaré Monu. « Lorsque le professeur n’est pas dans la salle de classe, même si les enfants sont là, ils n’apprennent pas, puis quelques années plus tard, aucun d’entre eux ne sera parti. Donc maintenant, les enseignants savent, si vous n’êtes pas à l’heure, vous ne serez pas payé, et la présence s’est vraiment améliorée. Nous changeons la façon dont les gens travaillent ».

Le programme se déroule dans les 25 premiers des 774 gouvernements locaux du pays, et déjà des discussions ont commencé pour l’étendre aux écoles secondaires, qui sont dirigées à un autre niveau du gouvernement. Le succès du programme est en partie dû à la capacité de faire respecter la conformité, selon Monu – les enseignants veulent être payés, de sorte qu’ils s’inscrivent. Cependant, le degré de conformité n’a pas été présent pour tous les programmes, car les programmes qui ne motivent pas toutes les parties prenantes sont facilement accessibles.

Le gouvernement nigérian envisage également comment exploiter efficacement l’identité biométrique pour le secteur de la santé. Le succès spectaculaire du programme Aadhaar, qui est en soi responsable de la majeure partie de la réduction du nombre de personnes ayant une identité juridique au cours de la dernière année, est un modèle qui peut servir d’inspiration à d’autres pays en développement, mais ne peut pas être copié trait pour trait. Les différences économiques, gouvernementales et environnementales entre les nations signifient qu’aucun projet ne fait face à la même série de défis.

Les méthodes pour relever tous les défis semblent être disponibles. Réunissant le développement durable des Nations Unies l’objectif 16.9 nécessitera une nouvelle évolution du marché de la biométrie dans les pays en développement, afin d’identifier et de mettre en œuvre les méthodes, les pratiques et les technologies appropriées pour chaque situation.

La technologie

Les défis géographiques et d’infrastructure signifient que l’enrôlement dans les pays en développement doit souvent avoir lieu pour les communautés rurales sur des appareils mobiles, apportés aux gens. Ils doivent pouvoir fonctionner sous tension et hors ligne, se synchronisant avec les bases de données de projet lorsqu’ils peuvent se connecter au réseau. « La technologie doit venir à l’individu », explique Thies. « Le smartphone compatible WiFi est évidemment l’outil de choix pour le monde, comme en témoigne la croissance de la population dans les smartphones ». Les dispositifs d’inscription doivent non seulement être mobiles et alimentés par batterie, mais aussi durables.

Les défis liés aux infrastructures et à l’éloignement dans les pays en développement ne sont pas uniformes, mais même dans leurs technologies actuelles les plus extrêmes sont égaux. En Indonésie, où la quatrième population mondiale est répartie sur des milliers d’îles, avec des conditions climatiques souvent exigeantes, la population a été inscrite à un rythme encore plus rapide que l’Inde avec son programme Aadhaar, selon Hanson.

Les défis environnementaux courants pour les programmes d’inscription comprennent des conditions de température et de poussière extrêmes peuvent causer des problèmes pour les périphériques et la lumière directe du soleil peut empêcher la capture d’image d’empreinte digitale. Pour que les appareils soient vraiment mobiles, ils doivent être léger, ce que souligne Thies, afin de les rendre plus adaptables aux températures extrêmes. En outre, les capteurs d’empreintes digitales émettant des signaux lumineux (LES – light emitting sensor : capteur à luminescence) sont imperméables à la lumière directe du soleil, ce qui les rendent utilisables dans des conditions dans lesquelles il serait nécessaire de trouver un emplacement différent et suffisamment ombragé.

De même, le film électroluminescent est approprié pour l’enrôlement en masse sans avoir à effacer la surface après chaque individu, car il ne collecte pas d’empreintes latentes. Le nouveau dispositif mobile et les technologies biométriques comme celles-ci se combinent pour fournir des capacités qui permettent des programmes précédemment infructueux ou irréalistes.

Parallèlement aux progrès réalisés dans les smartphones et autres appareils mobiles, la technologie back-end a également progressé pour permettre la collecte des données sur un périphérique et ensuite synchronisé avec une base de données centrale via le cloud. Cela facilite non seulement l’inscription, mais aussi permet de rendre l’identité enregistrée portable à d’autres sites à l’aide de la base de données, et potentiellement même à d’autres programmes.

Les parties prenantes semblent presque unanimes dans la conviction que les progrès nécessaires dans la technologie de collecte de données biométriques réalisés au cours des dernières années suffisent à inscrire le milliard de personnes sans identité juridique.

« Nous devons renforcer la capacité en Afrique pour que nous puissions satisfaire aux exigences de 2030 », souligne le Dr Atick. « La technologie est là, l’argent est là, mais les gens – il n’y en a pas assez ».

« La technologie est mature, mais les facteurs politiques et la formation au niveau local sont un défie », estime Monu. « Cependant, nous avons la main-d’œuvre, qui peut être formée, ce qui le rend très réalisable dans un court laps de temps ».

Le développement du marché

La difficulté qui doit être abordée si l’Objectif 16.9 du développement durable de l’ONU doit être atteint n’est donc pas tant une capacité technologique que l’une des capacités en pratique. Cette capacité nécessite un investissement de temps, d’énergie, d’expertise et de ressources. Selon l’économiste principal de la Banque mondiale Robert Palacios, ainsi que le Dr Atick, le mécanisme de sa livraison sera le développement du marché en constante évolution de l’identité mondiale.

[…]

Le projet de fournir une identité juridique forte, numérique et individuelle à 1,1 milliard de personnes est une opportunité avec un potentiel énorme pour les entreprises biométriques. Il existe un grand potentiel de recettes provenant des contrats. Chaque contrat, si le projet qu’il soutient, réussit, pourrait également représenter un marché sur un marché national ou local. En outre, l’amélioration de la couverture, de la prestation et de la durabilité des programmes de prestations sociales, tout en permettant une planification plus efficace des programmes aura un impact majeur sur la vie de plusieurs millions de personnes mal desservies.

Cela peut entraîner un changement positif dans les perceptions publiques mondiales de la biométrie, en équilibrant les associations populaires de l’Ouest avec des drames de la police de la télévision avec de nouvelles images de services publics et des avantages à être livrés avec succès dans de nouveaux endroits, aux personnes qui ne les ont jamais reçues auparavant. Faire de ces images une partie des futurs bonnes nouvelles du monde en développement est un rôle à la disposition des entreprises biométrique si elles choisissent de saisir l’opportunité.

BiometricUpdate


Note :

1 […] L’identité juridique fait partie intégrante des Objectifs de développement durable (ODD) pour l’après-2015 : l’objectif 16.9 presse les États d’offrir à leurs citoyens un accès universel et gratuit (ou peu coûteux) à des informations d’identification solides et reconnues. La communauté internationale devrait unir ses forces dans le but d’atteindre cet objectif car il constitue un élément essentiel pour de nombreux autres ODD. Aujourd’hui, on compte environ 2,4 milliards de personnes dépourvues de toute identité officielle, notamment des enfants de moins de 14 ans dont la naissance n’a jamais été enregistrée et de nombreuses femmes des régions rurales pauvres d’Afrique et d’Asie. Plus précisément, l’objectif 16.9 des ODD a pour but de « fournir une identité juridique à tous les citoyens d’ici 2030, notamment en enregistrant toutes les naissances » : c’est la première fois que le sujet de l’identité est officiellement stipulé en tant qu’objectif de développement à l’échelle mondiale. […]. Les « papiers » d’identité traditionnels sont en règle générale difficiles à étendre aux populations pauvres et isolées. Toutefois, dans les pays en développement, des progrès considérables pourraient être accomplis en élargissant à tous l’accès aux services et aux opportunités grâce à de nouvelles méthodes, consistant par exemple à tirer parti des plateformes mobiles numériques pour permettre aux gens d’obtenir une identité juridique en s’inscrivant en ligne (voir note 13 de la série Connections, « Des ID numériques pour le développement »). […]. L’année dernière, le Groupe de la Banque mondiale a lancé son programme d’identification pour le développement (ID4D) qui vise à répondre à l’objectif 16.9 des ODD avec une approche plurisectorielle et mieux intégrée. Ce programme vise à forger de nouvelles alliances et à réorganiser les stratégies de développement existantes. […] Source : La Banque Mondiale, sept. 2015 – L’identité, objectif du programme de développement pour l’après-2015. Il s’agit de la note n° 19 de la série Connections. Vous pouvez télécharger la version PDF de cette note ici « The Identity Target in the Post-2015 Development Agenda ». Pour en savoir plus sur ce sujet : The Role of Identification in the Post-2015 Development Agenda, World Bank and Center for Global Development, Banque mondiale et Center for Global Development, juillet 2015. La révolution biométrique : Identification for Development: The Biometrics Revolution – Working Paper 315.

Barack Obama signe un projet de loi du Sénat qui protège les victimes de l’eugénisme

Par Richard Craver, Winston-Salem Journal, 7 octobre 2016

Le président Barack Obama a signé vendredi un projet de loi du Sénat qui protège les victimes de stérilisation recevant des indemnités compensatoires en raison de compressions dans les prestations fédérales en raison de ces paiements.

Le projet de loi a été rédigé conjointement par Sens. Thom Tillis, R-N.C., et Tom Carper, D-Del. Le projet de loi a été promulgué – avec 13 autres projets de loi de la Chambre et du Sénat – sans commentaires de la part du président.

La Loi sur le traitement de certains paiements en cas d’indemnisations eugéniques couvre les programmes fédéraux de protection sociale, comme Medicaid, le programme d’aide alimentaire complémentaire (Food Stamps), le revenu de sécurité supplément (Supplemental Security Income – SSI) et SSI-handicapés.

«Sans cette loi, les victimes de l’eugénisme qui reçoivent des indemnités compensatoires pourraient voir leurs prestations fédérales réduites ou même avoir leur éligibilité éliminée», ont déclaré les sénateurs dans un communiqué.

Le projet de loi, Sénat 1698, a été co-parrainé par les sénateurs Richard Burr, R-N.C., Mark Warner, D-Va., et Tim Kaine, D-Va., le candidat démocrate au poste de vice-président.

Tillis a dit qu’il a choisi de co-écrire le projet de loi comme une continuation de son travail en tant que porte-parole dans l’histoire sombre de la Caroline du Nord qui soutenait une loi d’État sur l’eugénisme et la stérilisation obligatoire qui a victimisé plus de 7,600 hommes, femmes et enfants de 1929 à 1974.

L’eugénisme était plus qu’une question de la Caroline du Nord. Il y avait plus de 60 000 victimes documentées dans 33 États. Les individus ont souvent été jugés mentalement ou physiquement inaptes de se reproduire, souvent sur un raisonnement peu solide. Les gouvernements des États ont ciblé des groupes spécifiques pour la stérilisation, y compris les femmes non mariées, les Afro-Américains et les enfants issus des familles pauvres. ↓

Le « philosophe » et homme d’affaires transhumaniste Zoltan Istvan propose que les pouvoirs publics « soumettent leurs citoyens » à une série de tests élémentaires qu’il faudrait réussir pour « obtenir le feu vert » pour procréer. Ce « permis », envisage-t-il dans une tribune publiée jeudi dernier par Wired.com, pourrait être refusé à ceux qui n’en seraient pas jugés « dignes » : les sans domicile fixe, les auteurs de crimes et délits, les pauvres… → L’eugénisme transhumaniste passe par les puces

«Les victimes du programme eugéniste de la Caroline du Nord ont déjà tant enduré toute leur vie, et cette loi aidera à les protéger en veillant à ce que leurs paiements de restitution ne nuisent pas à leur admissibilité aux avantages de sécurité fédéral», a déclaré Tillis. «Nous sommes meilleurs en tant que peuple, état et nation pour avoir reconnu les péchés du passé et la lutte pour la justice en faveur des victimes».

Le Winston-Salem Journal a récompensé la série sur l’eugénisme en 2012, intitulée «Against Their Will» (Contre leur volonté), a permis de sensibiliser l’ensemble de l’État au programme.

En 2013, Tillis et Rep. N. Larry Womble, D-Forsyth, ont garanti l’adoption d’un projet de loi qui a fait de la Caroline du Nord le premier État à payer une indemnisation aux victimes de l’eugénisme.

Plus de 200 bénéficiaires sont en attente d’un troisième et dernier contrôle qui devrait amener leur montant total d’indemnisation à un peu plus de 45 000 $. La Virginie est devenue en 2105 le deuxième État à adopter une loi indemnisant les victimes d’un programme eugéniste dirigé par l’État. La Virginie accordera 25 000 $ à chaque individu qui a été stérilisé involontairement et encore en vie à compter du 1er février 2015.

pour en savoir plus :

Kim Severson, pour The New York Times : « Thousands Sterilized, a State Weighs Restitution »

→ Un quotient intellectuel de 70 ou inférieur signifie que la stérilisation est considérée comme appropriée en Caroline du Nord : Ann Doss and Tomlinson, Tommy Helms, « Wallace Kuralt’s era of sterilization: Mecklenburg’s impoverished had few, if any, rights in the 1950s and 1960s as he oversaw one of the most aggressive efforts to sterilize certain populations »

Eugénisme aux États-Unis

Les politiques eugénistes aux États-Unis dans la première moitié du XXe siècle ». Dominique Aubert-Marson, M/S : médecine sciences, vol. 21, n° 3, 2005, p. 320-323.

Microsoft prêt à mettre à jour Skype pour l’authentification Aadhaar

Microsoft a présenté plusieurs scénarios au gouvernement indien concernant l’utilisation de Skype pour l’authentification d’identité basée sur le système Aadhaar.

Aadhaar est un code d’identification unique composé de 12 chiffres décerné par le gouvernement indien à chaque personne résidant en Inde. Le projet vise à fournir un identifiant unique, qui capture tous les détails démographiques et biométriques de chaque résident indien. Actuellement, Aadhaar a généré 900 millions de numéros d’identification qui ont été attribués à 850 millions de personnes. L’objectif final est d’inscrire 1,28 milliard de personnes.

Les banques indiennes testent la blockchain, l’IA, la biométrie, les API ouvertes et les paiements

Le programme, piloté par l’Unique Identification Authority of India (UIDAI), est déjà employé pour sécuriser la distribution de services sociaux tels que l’accès à l’école, les subventions pour le gaz naturel accordé aux populations rurales pauvres ou bien le paiement direct des salaires sur les comptes bancaires. Le système permet également aux personnes nées sans certificat de naissance de bénéficier d’une identité.

D’après plusieurs rapports publiés, l’UIDAI négocie avec Microsoft afin d’intégrer cette technologie d’identification aux smartphones. Plutôt ce mois-ci, BiometricUpdate.com a rapporté que les responsables gouvernementaux indiens ont invité les dirigeants d’Apple Inc., Microsoft Corp., Samsung Electronics Co. et Google Alphabet pour discuter de l’intégration du protocole Aadhaar à leurs technologies mobiles.

Si Apple a refusé la proposition, Microsoft semble avoir montré son intérêt pour collaborer avec le gouvernement indien sur Aadhaar ainsi que d’autres projets d’authentification.

Le président de la filiale indienne de Microsoft, Bhaskar Pramanik a indiqué aux médias: “Nous avons présenté plusieurs scénarios sur la façon dont Skype peut-être utilisé. Nous soutenons déjà l’identification de l’iris sur Windows 10. Désormais, l’évolution du projet dépend de leur volonté.”

D’après certaines sources, le géant mondial a déjà établi un partenariat avec le gouvernement de l’État d’Andhra Pradesh, pour le test d’un projet innovant destiné à réduire le taux de décrochage scolaire. Grâce à l’analyse de données, le système prédit combien d’élèves vont abandonner l’école, permettant ainsi aux enseignants à prendre de meilleures décisions pour limiter le phénomène. Microsoft compte étendre le programme au Pendjab et est également en discussion pour l’étendre à travers l’Inde.

Microsoft est également impliqué dans un autre projet pilote destiné à aider les agriculteurs à obtenir des notifications SMS indiquant le meilleur moment pour semer des graines, de sorte qu’ils puissent obtenir de meilleurs rendements.

En prenant la décision de travailler avec les gouvernements centraux et de l’État, Microsoft est bien positionné pour participer dans les projets associés à Aadhaar estimés à plusieurs milliards de dollars.

Traduction Benjamin B.

3 octobre 2016, par Rawlson King, BiometricUpdate

Les banques indiennes testent la blockchain, l’IA, la biométrie, les API ouvertes et les paiements

D’après un rapport de Live Mint, plusieurs banques indiennes expérimentent et lancent de nouvelles technologies telles que la blockchain, l’intelligence artificielle, la biométrie, les API ouvertes ainsi que les paiements tant dans les banques de détail que d’affaires. Les banques étudient ces technologies de manière indépendante ou bien en coopération avec les sociétés FinTech.

En juillet, la Banque de réserve de l’Inde (RBI) a mis en place un groupe de travail interinstitutionnel afin d’étudier les problématiques liées à la FinTech, la digitalisation bancaire et d’acquérir une meilleure compréhension des innovations relatives à la FinTech ainsi que des nouveaux canaux, produits et technologies adoptées par les marchés en Inde.

Axis Bank Ltd, ICICI Bank Ltd et Kotak Mahindra Bank Ltd testent actuellement la technologie blockchain afin de l’employer dans le financement du commerce international et pour les versements. “Nous considérons la possibilité d’utiliser la blockchain dans les versements internationaux et les transferts de fonds. Nous sommes en ce moment même en phase de test”,  affirme Deepak Sharma, Chief Digital Officer à la Kotak Mahindra Bank. L’utilisation d’applications basées sur la technologie blockchain par les banques indiennes ne devrait pas se répandre rapidement puisque cette technologie requiert un réseau et est donc incompatible avec un développement indépendant.

Un nombre croissant de banques indiennes expérimentent également les chatbots. Il s’agit de programmes qui emploient l’intelligence artificielle pour générer des conversations naturelles avec les utilisateurs. Des banques, comme HDFC Bank Ltd et Kotak Mahindra Bank, projettent de mettre à profit ces chatbots dans la gestion de la relation client afin d’offrir une expérience plus authentique. En avril, DBS Bank Ltd a lancé une application bancaire en Inde intégrant une intelligence artificielle. Tandis que les entreprises de FinTech, telles que niki.ai, développent des chatbots construits sur le même procédé et destinés aux banques.

La biométrie constitue peut-être une des technologies les plus populaires puisque certaines banques indiennes emploient la reconnaissance d’empreinte digitale, la reconnaissance vocale et la reconnaissance de l’iris à des fins d’identification. De grandes banques commerciales telles qu’ICICI Bank, HDFC Bank ou Kotak Mahindra Bank sont en train de tester des éléments d’identification biométriques, tandis que des banques d’envergure plus modeste telle que DCB Bank Ltd ont déjà déployé des distributeurs de billets dotés de lecteurs d’empreintes digitales grâce à la plate-forme Aadhaar. Les API ouvertes gagnent de plus en plus d’intérêt dans le secteur bancaire à la faveur de la politique du gouvernement indien sur ces interfaces appliquée à cinq programmes : Aadhaar, e-KYC (Know Your Customer), e-Sign (signature électronique), le partage de la confidentialité des données protégées et l’interface de paiement unifié (privacy-protected data sharing and the Unified Payments Interface (UPI)).

De nombreuses banques commerciales sont à différents stades d’utilisation d’Aadhaar et d’e-KYC et offrent des produits associés à ces technologies tels que l’usage de l’authentification biométrique compatible avec Aadhaar afin d’accéder aux comptes bancaires. Le National Payments Corp. of India (NPCI) propose également l’UPI pour la transaction, ce qui élimine la nécessité d’échange de données sensibles telles que les numéros de comptes bancaires lors d’une transaction financière.

Finalement, ces dernières années ont vu une augmentation dans les banques et les sociétés de portefeuille électronique (e-wallet) mettant l’accent sur les technologies de paiement numériques afin de faciliter les transactions. Le secteur bancaire continue de tester ces nouvelles technologies, y compris les cartes virtuelles, les ondes sonores, les QR codes et le NFC (communication en champ proche). Le système d’authentification biométrique Aadhaar a servi de base pour au moins neuf startups qui capitalisent sur le système pour développer différentes technologies incluant des bases de données ou des solutions de paiement.

traduction Benjamin B.

Biometric Update

Technavio publie un rapport sur la sécurité global des paiements mobiles pour 2016-2020

9 août 2016 – Technavio a publié un nouveau rapport sur le marché mondial des logiciels de sécurité des paiements mobiles, qui analyse les tendances clés qui devraient influer sur les perspectives du marché à partir de 2016-2020.

Dans le rapport, les analystes de recherche de Technavio sur les TIC, identifient les trois principales tendances émergentes qui conduisent le marché mondial des logiciels de sécurité des paiements mobiles comme l’introduction de la biométrie mobile, le développement d’authentification à facteurs multiples (multi-facteurs) et l’adoption accrue de la biométrie multimodale.

Application de la loi du marché mondial de la biométrie
Biometrics Research Group, Inc. publie un rapport sur marché de la biométrie mobile
Les mots de passe disparaîtront progressivement d’ici 2025
Biométrie : Une nouvelle vague d’authentification bancaire

L’analyste en chef de Technavio, Amrita Choudhury, explique que les occurrences croissantes du vol de données financières privées a conduit de plus en plus de clients à adopter des logiciels de sécurité de paiements mobiles pour les Smartphones.

La mise en place de ces mesures de sécurité freinera les fraudeurs de violer les informations des cartes de crédit et de débit puisque « toute la transaction de paiement nécessite une autorisation entre l’acquéreur et la banque émettrice du commerçant. »

« Avec une augmentation de l’utilisation des périphériques mobiles pour effectuer des transactions financières et de commerces électroniques, la sécurité des données personnelles est devenue une préoccupation majeure, » a déclaré Choudhury. « Un certain nombre de technologies biométriques comme la reconnaissance des empreintes digitales, la reconnaissance vocale, la reconnaissance de l’iris, la reconnaissance de la signature, la reconnaissance de frappe et la reconnaissance faciale, sont intégrées dans les appareils mobiles, qui assureront un accès autorisé aux données personnelles transmises par le biais du réseau sans fil. Elles vont assurer la sécurité des données et empêcher (prévenir) les activités frauduleuses. »

Dans le secteur de la vente au détail, l’intégration des technologies biométriques dans les appareils mobiles permet de reconnaître les clients enregistrés et à autoriser les transactions sur leur carte de crédit ou de débiter un compte, selon le rapport.

Par exemple, la biométrie mobile est utilisée pour un certain nombre d’applications de PDV (point de vente) pour authentifier les utilisateurs finaux.

Le rapport souligne également que la biométrie mobile est utilisée pour les transactions bancaires à autoriser les particuliers, comme la Royal Bank of Scotland, permettant à ses clients d’utiliser le capteur tactile d’empreintes digitales d’Apple (Touch ID) pour se connecter à leurs comptes bancaires.

Biometric News