Archives par mot-clé : soldat

Le THOR de l’Air Force martèle des drones dans une nouvelle animation vidéo

Le laboratoire de recherche de l’armée de l’air américaine (AFRL) a créé une nouvelle animation vidéo qui montre de manière réaliste le THOR (Tactical High-power Operational Responder) détruisant des essaims de drones ennemis dans un scénario de défense de base. Dans le but de contrer la menace croissante que représentent les drones ennemis et d’autres menaces aériennes, l’Air Force a développé THOR.

THOR est un prototype d’arme à énergie dirigée (AED) utilisé pour désactiver l’électronique des drones, et a été spécifiquement conçu pour contrer des cibles multiples – comme un essaim de drones – avec des résultats rapides.

Les lasers à haute énergie tuent une cible à la fois, et les micro-ondes à haute puissance peuvent tuer des groupes ou des essaims, ce qui est l’une des raisons pour lesquelles THOR offre une capacité unique.

“Le système produit de puissantes salves d’ondes radio, qui offrent une plus grande portée d’engagement que les balles ou les filets, et ses effets sont silencieux et instantanés”, a déclaré Amber Anderson, responsable du programme THOR.

Anderson a poursuivi en expliquant que THOR est logé dans une unité d’expédition de 20 pieds, qui peut être transportée dans un avion cargo militaire, et assemblée par deux personnes seulement.

“Les drones représentent une menace émergente pour les bases militaires, le personnel et les infrastructures des États-Unis, et c’est la mission de THOR de les garder en sécurité, à courte et à longue distance”, a déclaré Anderson.

Pour voir THOR en action

Le laboratoire de recherche de l’Air Force (AFRL) est le principal centre de recherche scientifique et de développement du département de l’Air Force. L’AFRL joue un rôle essentiel dans la découverte, le développement et l’intégration de technologies de combat abordables pour les forces aériennes, spatiales et cybernétiques. Avec un effectif de plus de 11 500 personnes réparties dans neuf domaines technologiques et 40 autres opérations dans le monde, l’AFRL fournit un portefeuille diversifié de sciences et de technologies allant de la recherche fondamentale à la recherche avancée et au développement technologique.

Air Force Research Laboratory’s THOR (Tactical High-Power Operational Responder) is a portable counter-UAS system, capable of destroying swarms of drones at speed-of-light, at long range, in its base defense mission. (AFRL graphic/courtesy)

Microsoft va équiper les soldats américains de casques de réalité augmentée

Microsoft et l’armée américaine ont annoncé que le système intégré de renforcement visuel (IVAS – Integrated Visual Augmentation System), une version militaire améliorée du dispositif de réalité augmentée HoloLens, allait passer du stade du prototypage à celui de la production.

Dans une annonce datée du 31 mars, le Program Executive Office – Soldier (PEO Soldier) de l’armée de terre a annoncé “un accord de production à prix fixe pour la fabrication” d’IVAS, ajoutant que le contrat “fait passer IVAS à la production et à la mise en service rapide”.

Alex Kipman, membre technique de Microsoft, a publié sur son blog : Nous apprécions le partenariat avec l’armée américaine et nous sommes reconnaissants de la confiance qu’elle nous accorde pour faire passer IVAS du prototypage rapide à la mise en service rapide.

IVAS réalité augmentée Courtney Bacon / Soldat PEO

L’IVAS ajoute des capteurs de vision nocturne et d’imagerie thermique à l’habituel affichage tête haute HoloLens, et est renforcé pour un usage militaire. En plus de permettre aux soldats de voir dans l’obscurité et en vision thermique, il est destiné à leur permettre de visualiser et de comprendre facilement des informations provenant de nombreuses sources.

La position des autres soldats, signalée par les systèmes GPS de leurs propres IVAS, apparaîtrait sur l’affichage tête haute. Il en va de même pour les ennemis, détectés par les drones ou les avions qui les survolent, ou trouvés par d’autres soldats. Il serait possible de projeter un viseur de canon sur l’écran IVAS, afin de montrer où l’arme d’un soldat est dirigée, même si celui-ci ne regarde pas dans le viseur. Naturellement, le système peut être utilisé pour appeler des cartes et d’autres informations utiles.

D’autres applications pourraient permettre aux soldats de voir à travers les murs, par exemple lorsqu’ils sont assis à l’arrière d’un véhicule blindé et qu’ils peuvent simplement tourner la tête pour voir ce qui se trouve à l’extérieur en important les données des systèmes de caméras omnidirectionnelles du véhicule.

Les troupes peuvent également avoir accès à des cartes en 3D de la ville ou des bâtiments, ce qui leur permet de savoir ce qui les attend avant de franchir une porte ou de prendre un virage.

Le président de Microsoft, Brad Smith, a même suggéré que l’IVAS pourrait intégrer la technologie de reconnaissance faciale, en signalant dans la base de données des informations sur les personnes qu’il a détectées devant un soldat.

Microsoft a audacieusement déclaré à l’AP que l’IVAS pourrait désormais valoir “jusqu’à” 21,88 milliards de dollars au cours des dix prochaines années. Cependant, seulement 1,12 milliard de dollars ont été budgétés pour le projet dans l’exercice 2021, et le Congrès a réduit ce montant à 897 millions de dollars en décembre.

Si IVAS réussit, il sera probablement le sauveur de HoloLens. À l’origine, Microsoft, comme d’autres entreprises technologiques, espérait que les lunettes de VR/AR pourraient être vendues aux joueurs, mais ces espoirs sont maintenant largement morts. HoloLens 2, la version civile actuelle, est désormais présentée comme un appareil de travail destiné aux chirurgiens, aux ingénieurs de maintenance, etc.

Guerres et soldats du futur (conférence en ligne)

Dans l’imaginaire collectif, les soldats du futur sont perçus comme augmentés par la technologie, tels des Robocops. Mais quelle est la réalité des évolutions en cours dans le domaine ? Et quelle en serait la véritable utilité ? Cette visioconférence, présentée par Michel Goya, militaire chevronné et historien spécialiste de l’innovation militaire, nous permettra d’y voir beaucoup plus clair. Elle répondra également à des questions essentielles : Qu’est-ce qu’un soldat ? Comment vit-il le combat ? Comment peut-il le gagner ? Et enfin, comment les guerres sont-elles en train de changer ?

Cette conférence d’une heure trente (en comptant les échanges entre le conférencier et le public) aura lieu en ligne. Il est nécessaire de s’inscrire afin d’obtenir le lien pour se connecter. Une fois votre billet pris, nous vous enverrons par mail toutes les informations liées à la connexion un peu avant l’événement.

Michel Goya est spécialiste de l’innovation militaire, de l’analyse des conflits, et du comportement au combat. Ancien colonel des troupes de marine, il a été déployé sur de nombreux théâtres d’opérations (Sarajevo, Rwanda, Centrafrique…) et a également été membre du cabinet du chef d’État-Major des armées. Par ailleurs docteur en histoire, il a beaucoup enseigné, notamment comme titulaire de la chaire d’histoire militaire de l’École de Guerre. Enfin, il a écrit de nombreux ouvrages tels que Sous le feu : la mort comme hypothèse de travail ou encore S’adapter pour vaincre : Comment les armées évoluent.

Détails
Date : 14 avril
Heure : 19 h 00 min – 20 h 30 min
Prix : Gratuit à 7€
Présenté par : Michel Goya
Inscription nécessaire pour obtenir le lien de connexion

DARPA finance des nanoparticules qui pénètrent dans le cerveau pour lire les signaux neuronaux

L’armée les réclame déjà pour une nouvelle technologie d’interface cerveau-ordinateur

Au lieu de se faire poser des implants neuronaux invasifs dans le cerveau, les médecins pourraient un jour inonder votre tête de millions de nanoparticules capables de lire vos signaux neuronaux de l’intérieur et de les transmettre à un ordinateur proche.

C’est du moins l’avenir qu’espère l’ingénieur Sakhrat Khizroev de l’université de Miami. Selon un communiqué, il a mis au point des nanoparticules magnétoélectriques (MENPs) capables de voyager dans le système sanguin, de pénétrer dans le cerveau et de lire les signaux neuronaux d’une manière pouvant être captée par un casque spécialisé.

En bref, il s’agit d’un outil qui pourrait changer radicalement la façon dont les scientifiques abordent les technologies d’interface cerveau-ordinateur en éliminant les capteurs invasifs et localisés et en les remplaçant par des millions de particules injectées comme n’importe quelle autre piqûre et pouvant couvrir l’ensemble du cerveau – et qui suscite déjà l’intérêt des militaires.

“Pour l’instant, nous ne faisons qu’effleurer la surface”, a déclaré Khizroev. “Nous ne pouvons qu’imaginer comment notre vie quotidienne va changer avec une telle technologie”.

D’une part, Khizroev a des objectifs médicaux ambitieux. Cartographier l’activité de l’ensemble du cerveau avec ses MENP, pourrait donner aux chercheurs les outils et les informations dont ils ont besoin pour traiter des maladies neurologiques complexes comme la maladie de Parkinson, la maladie d’Alzheimer et la dépression.

Et, sans grande surprise, l’armée américaine s’y intéresse également. La DARPA a lancé le projet BRainSTORMS (Next-Generation Nonsurgical Neurotechnology (N3)) pour tester la technologie dans l’espoir qu’elle permette aux soldats auxquels on a injecté les nanoparticules de communiquer avec les systèmes militaires par la pensée.

La France va débuter les recherches sur le soldat augmenté

Un comité d’éthique du ministère de la défense a rendu un rapport qui autorise les forces armées françaises à lancer des recherches sur le thème du soldat augmenté. Créé à la demande de la ministre des Armées à la fin de l’année 2019, le Comité d’éthique de la défense est chargé d’apporter des éclairages sur les questions éthiques soulevées par les innovations scientifiques, techniques et leurs éventuelles applications militaires.

Le rapport examine les traitements médicaux, les prothèses et les implants corporels qui améliorent les capacités physiques, cognitives, perceptives et psychologiques, et pourraient permettre le suivi de la géolocalisation ou la connectivité à un système d’armes où à d’autres soldats. Où encore qui permettent d’améliorer les capacités cérébrales par stimulation cérébrale profonde.

Parmi les autres interventions possibles envisagées par le comité d’éthique figurent des traitements médicaux visant à prévenir ou à diminuer la douleur, le stress et la fatigue, ainsi que des substances qui amélioreraient la résistance mentale si un soldat était fait prisonnier.

Le comité a déclaré que la France doit maintenir “la supériorité opérationnelle de ses forces armées dans un contexte stratégique difficile” tout en respectant les règles régissant le droit militaire, le droit humanitaire et les “valeurs fondamentales de notre société”.

En conséquence, on a interdit toute modification dont on estime qu’elle est de nature à diminuer la maîtrise de l’emploi de la force, ou à provoquer une perte d’humanité ou encore qu’elle serait contraire au principe de respect de la dignité de la personne humaine. D’autres exemples de modifications interdites sont les implants cognitifs qui porteraient atteinte au libre arbitre d’un soldat, ou les changements qui affecteraient sa réintégration dans la vie civile.

La ministre des Armées, Florence Parly, a déclaré que les augmentations “invasives” telles que les implants ne font actuellement pas partie des plans militaires.

« Mais il nous faut être lucide, tout le monde n’a pas nos scrupules et c’est un futur auquel il nous faut nous préparer », a déclaré la ministre dans un communiqué de presse. « C’est un avis qui n’est pas gravé dans le marbre et qui sera régulièrement reconsidéré à l’aune des prochaines évolutions. »

La publication de ce rapport fait suite à une colonne d’opinion de John Ratcliffe, directeur du renseignement national des États-Unis, dans le Wall Street Journal, dans laquelle il a fait part de ses inquiétudes quant à la menace que représente la Chine pour les États-Unis et la démocratie mondiale, ainsi qu’à ses projets en matière de technologie militaire.

“Les renseignements américains indiquent que la Chine a déjà effectué des tests humains sur des militaires dans l’espoir de développer des soldats aux capacités biologiques améliorées”, a déclaré Ratcliffe.

L’armée américaine développe une technologie qui va lire dans les pensées des soldats

L’armée américaine consacre des fonds à la recherche en neurosciences, afin d’essayer de décoder la signification de différents signaux cérébraux.

Le but ultime est de construire un système qui permettrait aux soldats de communiquer avec rien d’autre que leurs pensées, selon C4IsrNet. C’est une initiative audacieuse qui met en évidence les moyens surprenants par lesquels la technologie pourrait changer la nature même de la guerre et des soldats eux-mêmes.

Le Army Research Office (ARO) s’est engagé à consacrer 6,25 millions de dollars à ce projet pour les cinq prochaines années. Il s’agit là d’une somme dérisoire, évidemment, et la réalité est que l’armée est encore loin de déployer des troupes de cyborgs télépathes au combat.

Pour l’instant, les neuroscientifiques de l’ARO disent avoir appris à décoder et à analyser les signaux neuronaux qui dirigent le comportement du reste du cerveau. Ce n’est pas vraiment de la lecture de pensées, mais c’est un premier pas important vers la compréhension réelle des différents signaux cérébraux.

“Ici, nous ne mesurons pas seulement les signaux, mais nous les interprétons”, a déclaré Hamid Krim, directeur du programme ARO.

L’étape suivante consiste à décoder d’autres catégories de signaux cérébraux afin qu’un ordinateur puisse éventuellement interpréter les pensées d’un soldat. “Vous pouvez lire tout ce que vous voulez ; cela ne veut pas dire que vous le comprenez”, a indiqué Krim. “L’étape suivante est d’être capable de le comprendre”.

L’Homme augmenté, réflexions sociologiques pour le militaire
Éthique sur le champ de bataille dans un futur proche
Augmentation des performances humaines avec les nouvelles technologies : Quelles implications pour la défense et la sécurité ?

L’armée US commande un système de reconnaissance faciale binoculaire

La société biométrique-binoculaire, StereoVision Imaging Inc. (SVI) a obtenu du gouvernement américain un bon de commande supplémentaire concernant la nouvelle génération de son système portable de reconnaissance faciale binoculaire (FRBS Facial Recognition Binocular System).

SVI est un fournisseur exclusif de ces équipements dans le cadre d’un processus de déclaration conjointe de besoins opérationnels urgents (JUONS Joint Urgent Operational Need Statements) du CENTCOM (Commandement central des États-Unis). Le JUONS a été créé en 2004 pour faciliter le suivi et répondre aux besoins du commandement interarmées.

Sa technologie est la plus précise pour la sécurité biométrique 4D, en plus de la reconnaissance faciale et de la reconnaissance d’objets, selon un communiqué de la société.

Le montant total de la commande est évalué à 4,5 millions de dollars, et le FRBS sera utilisé par l’armée américaine dans le cadre de missions d’un Unifed Combatant Command (COCOM – Commandement de combat unifié) qui impliquent la surveillance, l’identité et la lutte contre le terrorisme, entre autres. Les unités devraient être livrées au cours du premier trimestre 2021 et seront mises à la disposition des forces américaines et de la coalition.

Le fondateur et président de SVI, Gregory Steinthal, décrit cette technologie comme “inégalée” dans ses capacités. La dernière génération de jumelles intègre un balayage de reconnaissance faciale en 2D, 3D/4D dans des conditions difficiles ou imparfaites. Les jumelles utilisent également la technologie de télédétection et des algorithmes de correspondance des visages (deep learning) pour une identification rapide d’une personne d’intérêt. Cela permet au personnel de l’armée de prendre des décisions en temps réel.

Le soldat augmenté – Regards croisés sur l’augmentation des performances du soldat

Depuis l’aube de l’humanité, l’homme cherche à s’affranchir des limites de sa condition humaine et à dépasser ses limites biologiques. Depuis la philosophie des Lumières, la société professe sa foi dans le progrès, avec en toile de fond la volonté d’arracher l’homme à toute forme d’hétéronomie, qu’il s’agisse par exemple de la religion ou de la nature, et passer d’un monde subi à un monde voulu dans lequel le refus de toute dépendance s’exprime par l’apologie de l’autonomie. Elle trouve pour cela dans la technologie une réponse aux barrières physiologiques qui contraignent l’homme, afin de l’adapter au mieux à son environnement ou à ses conditions de travail, voire pour qu’il vive mieux tout simplement.

Le soldat, de son côté, se bat pour la nation et risque sa vie pour une cause et un intérêt qui lui sont supérieurs. Les armées l’entraînent pour qu’il soit au meilleur de sa condition physique et opérationnelle. Ce qui passe avant tout par l’entraînement. Mais si les armées suivent une logique d’efficacité, elles ont aussi l’obligation morale d’assurer sa protection et de le préparer au mieux pour leur mission, ce qui peut passer par une augmentation des performances du soldat en vue de faire face aux ennemis qu’il affronte.

Cet ouvrage regroupe les actes du colloque « Le soldat augmenté, regards croisés sur l’augmentation des performances du soldat » du 15 janvier 2019. Il entend analyser les ressorts de cette (r)évolution sociétale en puissance qui pourrait être celle d’une société de personnes qui choisiraient elles-mêmes de s’augmenter et, par extension, de militaires eux-mêmes acteurs de leur augmentation. Il cherche à identifier et à mesurer les conséquences sociologiques pouvant impacter durablement les armées mais aussi les enjeux en découlant pour l’éthique militaire.

par les Écoles de Saint-Cyr Coëtquidan, Fondation pour l’innovation politique

Télécharger en PDF

Une cape d’invisibilité conçue pour un usage militaire

La biotechnologie canadienne Hyperstealth Biotechnology fabrique déjà des uniformes de camouflage pour les forces armées du monde entier.

Mais à présent, la société a breveté un nouveau matériau “Quantum Stealth” qui camoufle les soldats – ou même des chars, avions et navires – en rendant invisible tout ce qui se cache derrière lui.

Plus tôt en octobre, Hyperstealth a déposé un brevet pour le matériau, qui ne nécessite pas de source d’énergie. Il est à la fois mince et peu coûteux – autant de caractéristiques qui pourraient le rendre attrayant pour une utilisation sur le champ de bataille.

Selon un communiqué de presse, cela fonctionne en courbant la lumière autour d’une cible pour la faire disparaître. Cette lumière peut être dans le spectre visible, ou ultraviolette, infrarouge ou infrarouge à ondes courtes, Hyperstealth appelle ce matériau “cape d’invisibilité à large bande”.

En plus de l’annonce de la demande de brevet, Hyperstealth a diffusé plus de 100 minutes d’images décrivant et démontrant le contenu. Si le communiqué de presse n’indique pas clairement que l’armée est le client cible de la société, la vidéo le sera certainement.

Dans un segment, Hyperstealth montre comment masquer une version réduite d’un réservoir en plaçant une feuille du matériau au-dessus de celui-ci. Dans un autre, il rend un petit jet invisible en le plaçant derrière le matériau “Quantum Stealth”.

Maintenant que Hyperstealth a atteint le stade de la demande de brevet avec le matériel, il ne faudra peut-être pas attendre plus longtemps pour que celle-ci réponde aux ordres de militaires souhaitant garder leurs actifs sous contrôle.

The Telegraph, Dailymail