Menace sur l’espèce humaine ou démocratiser le génie génétique

Vandelac, L. (2001). Menace sur l’espèce humaine, ou, Démocratiser le génie génétique. Classiques Des Sciences Sociales. https://doi.org/10.1522/24912245

L’art de se boucler soi-même… « Désormais il n’y a plus de discipline scientifique qui ne soit dans la nécessité de maîtriser sa propre maîtrise », il importe donc « de devenir non pas les maîtres du monde ou les maîtres et possesseurs de la Nature, mais les sages de notre maîtrise ». (Serres, 1995) Cela est particulièrement vrai pour ce projet de maîtrise, d’emprise et de remodelage généralisé du vivant auquel nous convie le génie génétique. D’où la nécessité de dénouer ce qui s’y joue, ce qui nous met en jeu… et nous met en joue, et ce qui risque de nous mettre bientôt littéralement hors-jeu…

Un scientifique veut hacker des humains hybrides pour survivre sur Mars

Voyager sur Mars est trop dangereux pour les humains et le restera à moins que les scientifiques ne sachent comment protéger correctement les astronautes de l’assaut mortel du rayonnement cosmique.

Habituellement, les propositions visant à protéger les astronautes au cours d’un voyage aller-retour d’un an impliquent un meilleur blindage à bord des engins spatiaux. Mais Space.com rapporte que le généticien Chris Mason, de l’Université Weill Cornell, a une idée différente : hacker les humains avec l’ADN des tardigrades qui permet aux petites créatures bizarres de survivre à un rayonnement intense.

C’est une idée inhabituelle et spéculative, mais qui pourrait aussi illustrer l’étrange avenir de la biotechnologie et des voyages spatiaux.

Mason a longtemps fait des recherches sur les effets des voyages spatiaux sur le corps humain. Puisque les tardigrades sont capables de survivre aux horreurs infinies de l’espace, leur génome pourrait potentiellement rendre les cellules humaines plus résistantes.

Mais Mason admet que tout piratage de gène humain-tardigrade est encore pour des décennies.

“D’ici 20 ans, j’espère que nous pourrons en être au stade où nous pourrons dire que nous pouvons créer un humain qui pourrait mieux survivre sur Mars.”

Stephen Hawking : “Je suis convaincu que les humains doivent quitter la Terre”

Human Nature : de la science-fiction vers la réalité scientifique

CRISPR : le film

Et si la plus grande révolution technologique du XXIe siècle était biologique ? De la guérison de maladies à la transformation de la biosphère, les applications de CRISPR-Cas9 donnent un contrôle sans précédent sur les éléments de notre environnement. Quelles conséquences ont-elles sur notre relation à la nature ?

Lorsque Adam Bolt, lauréat d’un Oscar et d’un Emmy, réalise un documentaire en collaboration avec une équipe d’écrivains et de scientifiques de renommée mondiale et que l’icône des médias Dan Rather soutient le projet en tant que producteur exécutif, vous pouvez être presque certain qu’il y a une histoire à raconter – une histoire importante aux implications profondes, et qui est bien documentée.

Le documentaire Human Nature est une exploration provocante de CRISPR, la percée scientifique qui nous a permis d’exercer un contrôle sans précédent sur les fondements de la vie.

Human Nature examine CRISPR du point de vue des scientifiques qui l’ont découvert, des familles qu’il touche et des bio-ingénieurs qui mettent à l’épreuve ses limites. Le génie génétique ouvre la porte à la guérison des maladies, à la transformation de la biosphère et à la conception de nos propres enfants. En quoi ce nouveau pouvoir changera-t-il notre relation avec la nature ? Qu’est-ce que cela signifiera pour l’évolution humaine ? Cette intervention humaine est-elle une bonne chose ou comporte-t-elle des risques scientifiques ou éthiques inhérents ? Jusqu’où l’homme peut-il aller moralement ? Où est la limite que nous ne pouvons pas dépasser et qui la définit ?

Pour commencer à répondre à ces questions, nous devons regarder des milliards d’années en arrière et regarder vers un avenir incertain.

Mais tout d’abord, qu’est-ce que CRISPR, en termes simples ?

D’un point de vue non scientifique, CRISPR (Clustered Regularly Interspaced Short Palindromic Repeats) est une protéine qui est souvent décrite comme des “ciseaux moléculaires”, ou un “software” qui peut être programmé pour retrouver une séquence très précise dans un ADN et pour le couper. L’ADN humain contient plus de 3 milliards de lettres dans chaque cellule et se renouvelle et se répare en permanence. Au cours de ce processus, des erreurs de copie peuvent se produire. CRISPR-Cas9 est une protéine qui permet aux scientifiques d’effectuer des changements très précis exactement là où ils sont nécessaires. Mais comment pouvez-vous faire cela avec quelque chose qui est 40 000 fois plus petit qu’un cheveu humain ?

CRISPR est en fait un processus naturel que les humains ont appris à maîtriser en étudiant comment les micro-organismes l’utilisent pour désactiver les virus d’une manière très précise. “Il est devenu un mot courant à la fin de 2012 et au début de 2013, après qu’une série d’articles aient montré qu’il pouvait être utilisé pour modifier avec précision l’ADN des humains, des cultures, des animaux, des insectes, etc. Il s’est avéré être un outil presque universel pour l’édition génétique. Et puis les choses ont commencé à aller très vite. En moins d’un an, quelqu’un avait utilisé CRISPR pour éditer des embryons de singes, et il est devenu évident qu’il serait bientôt possible de le faire aussi chez l’homme“, explique Adam Bolt, le réalisateur du documentaire.

Pourquoi le système CRISPR/Cas9 est-il révolutionnaire ?

Et cela a de profondes implications. Jusqu’à très récemment, le génie génétique chez l’homme se limitait à ce que l’on appelle les “cellules somatiques”. La plupart des cellules de votre corps sont des cellules somatiques – cellules cutanées, cellules sanguines, cellules du cerveau, etc. Si l’ADN de ces cellules est modifié, ce changement est limité à ce tissu particulier. Mais si l’ADN des spermatozoïdes, des ovules ou des cellules embryonnaires sont modifiés, ce changement est transmis aux générations futures. C’est ce qu’on appelle l’édition de la lignée germinale, et cela n’avait jamais été possible chez l’homme avant CRISPR.

CRISPR est l’histoire scientifique la plus importante que le grand public ne connaît pas. CRISPR permet une manipulation rapide, peu coûteuse et précise de l’ADN, la molécule qui contient le modèle chimique de toute vie sur Terre. CRISPR déclenche déjà une révolution en biotechnologie et en génétique. Les scientifiques le comparent souvent à la révolution de l’Internet en termes de portée et d’importance, CRISPR a un rôle comparable à celui de l’ordinateur personnel ou du smartphone” – Adam Bolt

Le fait que le “piratage de l’ADN” ou “hacking de l’ADN”, comme certains l’appellent, est technologiquement faisable n’est plus une question. Mais ces dernières années, la communauté scientifique est passée du potentiel à la possibilité dans un scénario sans précédent du Meilleur des mondes dans des eaux inexplorées. Human Nature examine de près les ramifications. Prenons par exemple le cas de David Sanchez, un adolescent atteint de drépanocytose. Un remède est déjà en cours de développement, qui apportera de l’aide à des centaines de milliers de personnes… Qu’en est-il de l’enfant de 11 ans atteint d’OCA2, une forme d’albinisme ? De telles conditions devraient-elles être éliminées de nos génomes avant la naissance ? Où tracer la frontière entre la maladie et la diversité ?

Il y a des applications cliniques justifiées où la technologie est une bénédiction, ou du moins un terrain pour un discours social constructif.

Mais que se passe-t-il si les parents demandent simplement que leur progéniture soit beaucoup plus grande qu’eux ou qu’elle ait des capacités spécifiques ? Peut-être que les employeurs veulent conditionner leur personnel à ne jamais avoir besoin d’une pause, ou les exigences militaires pour rendre leurs soldats immunisés contre la peur et la douleur ? Quand Vladimir Poutine est montré dans le documentaire discutant de l’ingénierie de parfaits musiciens ou mathématiciens et termine ses remarques par “Ce que j’ai dit est peut-être plus terrifiant qu’une bombe nucléaire”, cela pourrait donner lieu à une pause en effet.

Le documentaire d’Adam Bolt examine ces questions sans préjugés et non sans humour. Ce qui pourrait être un sujet plutôt ennuyeux pour n’importe quel non-scientifique, prend soudainement vie à travers des cas et des récits. Mais comme le souligne Human Nature, nous sommes à la fin du commencement, pour le meilleur ou pour le pire.

CRISPR est le résultat de la découverte de Jennifer Doudna, biochimiste américaine et professeure à l’Université de Berkeley et d’Emmanuelle Charpentier, microbiologiste française, deux scientifiques remarquables qui ont mis au point cet outil biotechnologique révolutionnaire. L’équipe de recherche autour de ces femmes formidables est composée de chercheurs internationaux, dont certains sont originaires de pays qui subissent les récentes restrictions actuellement en vigueur concernant les voyages aux États-Unis. Un entretien entre Jennifer Doudna et Dan Rather, l’un des journalistes les plus connus au monde depuis un demi-siècle, évoque des questions scientifiques, mais aussi philosophiques, religieuses et même politiques :

Dan Rather a également apporté son soutien au documentaire en tant que l’un des trois producteurs exécutifs. Toujours aussi aiguisé, cet homme de 87 ans adore les sciences et est conscient qu’il est essentiel de raconter les histoires scientifiques pour susciter des conversations sur ces sujets importants. Dans une entrevue accordée au CBC/Radio-Canada, il déclare : “J’ai eu beaucoup de chance et, en tant que journaliste, j’ai couvert ma part d’événements importants. Je ne pense pas avoir jamais couvert quelque chose qui ait le potentiel d’avoir une portée et une conséquence aussi importantes que cette percée scientifique en matière d’édition génétique.”

La technologie n’en est encore qu’à ses balbutiements et a beaucoup de potentiel pour faire le bien, mais elle comporte un risque inhérent si elle est entre de mauvaises mains, a déclaré Rather. “Nous savons littéralement, en théorie, comment concevoir des bébés – nous avons maintenant la percée biologique qui permettra à quelqu’un de le faire.” Les gens doivent commencer à poser des questions critiques, dit-il, et il faut qu’il y ait une réglementation. Mais “…. si elle doit être réglementée, qui doit la réglementer – est-ce l’ONU, les gouvernements individuels ? Et comment faites-vous cela ? C’est la conversation que nous devons avoir avec nous-mêmes en ce moment.”

Le réalisateur Adam Bolt mérite d’être félicité pour sa façon sensible et délicate de traiter une question brûlante.

Il s’est lancé dans le projet avec un esprit ouvert, mais il a rapidement été frappé par l’ampleur du débat au sein de la communauté scientifique sur la manière d’aborder CRISPR. “Par exemple, de nombreux scientifiques sont vraiment troublés par l’idée que nous pourrions concevoir nos propres enfants et pensent que modifier les générations futures est une ligne que nous ne devrions jamais franchir. Mais d’autres ne voient pas autant de différence entre CRISPR et d’autres technologies (voyages dans l’espace, médecine moderne et même agriculture) qui, d’une certaine manière, ont “changé ce que cela signifie d’être humain”. C’est un domaine où il n’y a pas de réponses faciles, même pour ceux qui comprennent le mieux la science.”

La société à l’origine de ce documentaire, Wonder Collaborative, rassemble des conteurs novateurs et une communauté scientifique mondiale dans un esprit d’expérimentation et de collaboration pour révolutionner le cinéma scientifique en produisant merveille, émerveillement et diversité des découvertes.

Les scientifiques ont tendance à être prudents. Ils se méfient du battage médiatique et ne sont pas connus pour faire des allégations farfelues. C’était donc vraiment frappant quand j’entendais sans cesse des chercheurs éminents dire ces choses extraordinaires à propos de CRISPR : qu’il pourrait nous permettre de remodeler la biosphère, de guérir des maladies incurables et de concevoir nos propres enfants. Ils en ont parlé comme d’une technologie qui pourrait changer l’avenir d’une manière gigantesque et inconnaissable. De plus, CRISPR a semblé exploser de nulle part, si soudainement que des choses que tout le monde pensait être à des décennies de distance se produisent littéralement en ce moment.” – Adam Bolt

Nature

Les futures armes biologiques pourraient tuer des personnes ayant un ADN spécifique

Dans le futur, nous devrons peut-être faire face à des armes biologiques qui ciblent des groupes spécifiques de personnes.

C’est ce qu’indique un nouveau rapport du Centre for the Study of Existential Risk de l’Université de Cambridge publié par The Telegraph. Les chercheurs de Cambridge affirment que les gouvernements du monde n’ont pas réussi à préparer des armes futuristes basées sur des technologies avancées comme l’intelligence artificielle et la manipulation génétique – ou même un pathogène tueur conçu pour tuer uniquement des personnes d’une race particulière.

Le rapport appelle spécifiquement à la création de groupes indépendants pour évaluer les risques de diverses technologies futures et de faire le tri parmi les protocoles déjà en place pour protéger les personnes, selon The Telegraph.

“La technologie devient de plus en plus sophistiquée à des prix de plus en plus bas, démocratisant la capacité de nuire plus rapidement et de façon plus meurtrière”, écrivent les auteurs du rapport. “Dans un cas particulièrement grave, une arme biologique pourrait être construite pour cibler un groupe ethnique spécifique en fonction de son profil génomique.”

Le rapport avertit également que l’intelligence artificielle pourrait devenir “extrêmement dommageable et potentiellement irréversible”. Des entreprises comme Google DeepMind ont mis au point des programmes d’intelligence artificielle qui montrent déjà des signes d’intuition humaine.

En fin de compte, concluent les chercheurs, nous ne pouvons pas nous permettre d’attendre que ces armes deviennent réalité, nous devons faire quelque chose pour y remédier.

The Telegraph, University of Cambridge

Pour en savoir plus sur les armes biologiques : National Academies of Sciences, Engineering, and Medicine. 2018. Biodefense in the Age of Synthetic Biology. Washington, DC: The National Academies Press. https://doi.org/10.17226/24890.

Cinq couples acceptent de recourir à CRISPR pour éviter la surdité de leurs bébés

Les avantages de l’audition valent-ils les risques de la modification génétique ?

Denis Rebrikov veut utiliser CRISPR pour créer plus de bébés génétiquement modifiés – et il sait déjà qui sont leurs parents.

En juin, le biologiste russe a annoncé à Nature qu’il envisageait de modifier génétiquement des embryons humains, puis de les mener à terme. Jusqu’à présent, une seule personne – le scientifique chinois He Jiankui – a déjà produit des bébés modifiés, en affirmant que les modifications empêcheraient les bébés d’hériter du VIH de leur père.

Un biologiste russe va créer d’autres bébés modifiés avec CRISPR

Début juillet, Rebrikov a déclaré à New Scientist qu’il avait cinq couples russes désireux de le laisser modifier les gènes de leurs embryons pour une raison différente et socialement chargée : empêcher la progéniture d’hériter de la surdité de leurs parents.

Rebrikov a déclaré au New Scientist que chaque parent intéressé par son étude est sourd à cause de mutations de son gène GJB2. Lorsque deux personnes atteintes de ces mutations se reproduisent, l’enfant est assuré d’être sourd à la naissance.

En utilisant CRISPR pour modifier une copie du gène GJB2 dans un embryon fécondé, Rebrikov pense qu’il sera en mesure d’exaucer le souhait des parents d’avoir un enfant biologique qui ne soit pas sourd.

Si Rebrikov veut utiliser CRISPR sur des embryons humains – et il semble que personne en dehors de la Russie ne puisse faire quoi que ce soit pour l’arrêter – cette utilisation de CRISPR est potentiellement plus justifiable que les tentatives inutiles de He Jiankui pour prévenir le VIH.

“C’est clair et compréhensible pour les gens ordinaires”, a-t-il déclaré au New Scientist. “Chaque nouveau bébé serait sourd sans l’édition de la mutation génique.”

Contrairement à He Jiankui, qui a agi sans consulter au préalable les autorités chinoises, Rebrikov envisage de contacter le gouvernement russe dans quelques semaines pour demander la permission avant de commencer son expérience controversée CRISPR.

L’utilisation de CRISPR par Rebrikov serait peut-être plus justifiable sur le plan médical que celle de Jiankui, mais cela ne signifie pas pour autant qu’elle n’est toujours pas très controversée.

Pour commencer, certains ne pensent pas que la surdité soit une condition qui doit être traitée. Ils soutiennent que la surdité est une culture qui devrait être adoptée et non un handicap. En fait, certains voient les chirurgies ou les appareils médicaux conçus pour donner aux personnes sourdes la capacité d’entendre comme une forme de “génocide” contre un groupe minoritaire.

Beaucoup de ces personnes – ainsi que d’autres dont la surdité ne peut être traitée par des interventions médicales – mènent une vie remplie et saine sans être capables d’entendre. Et à ce stade précoce de la recherche CRISPR, certains scientifiques pensent que nous ne devrions pas prendre le risque d’expérimenter la technologie sur les humains à moins que cela ne soit nécessaire pour sauver leur vie.

“Les premiers essais sur l’homme devraient commencer avec des embryons ou des nourrissons n’ayant rien à perdre, avec des conditions mortelles», a déclaré le bio-éthicien de l’Université d’Oxford, Julian Savulescu, à New Scientist. “Vous ne devriez pas commencer avec un embryon susceptible de mener une vie normale.”

New Scientist

Un biologiste russe va créer d’autres bébés modifiés avec CRISPR

Lorsque le chercheur chinois He Jiankui a annoncé qu’il avait édité des embryons humains et les avait menés à terme, donnant ainsi naissance aux premiers humains dotées de gènes modifiés, les scientifiques du monde entier ont rapidement condamné son expérience controversée.

Mais le biologiste russe Denis Rebrikov était apparemment inspiré par le travail de He. Plus tôt en juin, il avait confié à Nature qu’il espérait créer ses propres bébés CRISPR, probablement avant la fin de 2019. Les dirigeants de la communauté scientifique mondiale affirment désormais qu’ils ne peuvent rien faire pour l’arrêter.

Naissance imminente d’un troisième bébé génétiquement modifié

Malgré le soutien de la puissante Organisation des Nations Unies, le comité consultatif de l’Organisation mondiale de la santé sur l’édition du génome humain est impuissant pour stopper Rebrikov, a déclaré Margaret Hamburg, co-présidente du comité.

« Je ne sais pas où nous trouverons les moyens de faire une partie de ce qui doit être fait en fin de compte pour réagir dans de telles situations », a-t-elle dit, notant plus tard que Rebrikov « a été très explicite, mais que nous ne sommes pas en mesure de faire appliquer ou même d’évaluer la nature du travail et la façon dont il va progresser ».

Victor Dzau, président de l’Académie nationale de médecine américaine, a également fait part de ses préoccupations concernant le projet de Rebrikov de créer des bébés CRISPR.

“C’est fou, et cela m’inquiète énormément”, a-t-il déclaré, “mais je ne sais pas ce que nous pouvons faire pour l’arrêter.” “Chaque pays a sa propre souveraineté”, a-t-il ajouté, ce qui signifie qu’il appartient maintenant à la Russie de mettre un terme ou non à l’expérience controversée.

STAT

Les Etats-Unis ont officiellement commencé à utiliser CRISPR sur les humains

Naissance imminente d’un troisième bébé génétiquement modifié

Quand le scientifique chinois He Jiankui, aujourd’hui célèbre pour avoir amené dans le monde les bébés génétiquement modifiés, la communauté scientifique et les gouvernements du monde entier ont condamné ses recherches et insisté pour que des mesures de protection plus strictes soient mises en place afin que cela ne se reproduise plus.

Aujourd’hui, CNBC rapporte que le prochain bébé génétiquement modifié doit naître cet été – et les scientifiques s’efforcent de comprendre ce que cela signifie pour l’humanité et la science.

En janvier, William Hurlbut, bioéthicien à Stanford, avait prévenu le monde qu’un troisième bébé génétiquement modifié était probablement attendu pour juin.

Une deuxième grossesse CRISPR est peut-être déjà en cours

S’exprimant lors d’une conférence parrainée par CNBC, Hurlbut a suggéré que les scientifiques doivent accepter le fait que la boîte de Pandore de l’homme génétiquement modifié a été ouverte.

“En tant qu’espèce, nous devons faire face à cette situation”, a déclaré M. Hurlbut. “Pour la première fois dans l’histoire de la vie, nous pouvons influencer l’avenir de notre évolution.”

Même si cela est fait avec des intentions bienveillantes, telles que la façon dont il prétend avoir immunisé les bébés contre le VIH, le piratage génétique d’un embryon humain soulève des dilemmes éthiques autour de l’idée de consentement médical.

“Comment s’assurer que l’on peut aligner la personne qui consent et celle qui prend le risque”, a demandé Paul Dabrowski, PDG de Synthego, une société d’ingénierie du génome, lors de la conférence.

Genetics, CRISPR and Medical Ethics at the CNBC Healthy Returns conference in New York on May 21, 2019.

CNBC

L’IA va-t-elle aussi tuer la démocratie ?

ISBN-10: 2709664046

Deux textes, deux mises en gardes urgents : l’IA va-t-elle dynamiter la politique ?

Pour Laurent Alexandre les effets de l’irrésistible progression de l’intelligence artificielle vont tout bouleverser. À l’origine on pensait qu’Internet deviendrait le principal outil de la promotion de la démocratie, au contraire le web est devenu un outil majeur de désinformation et de contrôle policier, allié des régimes les plus autoritaires. Le pouvoir est désormais tout entier dans une poignée de mains : Washington et ses GAFA, le parti communiste chinois et ses BATX.

Le capitalisme cognitif – c’est-à-dire l’économie de la connaissance, de l’intelligence artificielle et du big data va modifier radicalement la hiérarchie des nations. L’Europe est en péril, la France ne réagit pas, le politique est coupable !

Jean François Copé, dans un second texte, répond aux inquiétudes et anathèmes de Laurent Alexandre. La politique doit devenir plus importante que jamais pour réguler notre pouvoir démiurgique sur la nature et nous-même et donc décider de l’avenir de l’Humanité. Des initiatives précises sont à prendre à tous les niveaux : manipulations génétiques, sélection embryonnaire, intelligence artificielle, la fusion neurone – transistor… Il faut sauver la politique pour sauver l’homme.

Les premiers résultats de l’édition génétique appliquée à des embryons humains viables ont été publiés

L’une des avancées les plus fascinante et prometteuse en génétique est la technique d’édition du génome CRISPR. Pour faire simple, CRISPR est un mécanisme au moyen duquel les généticiens peuvent traiter une maladie en perturbant le code génétique par l’insertion d’une mutation, ou en réparant les gènes en réalisant une épissure au niveau des mutations qu’on remplace alors par une séquence génétique saine.

En Chine, des chercheurs du Third Affiliated Hospital de la Guangzhou Medical University ont réussi, pour la première fois, à éditer des mutations génétiques dans des embryons humains viables et ont publié les résultats dans la revue Molecular Genetics and Genomics. Habituellement, pour éviter les problèmes d’éthique, les chercheurs réalisent ce type de manipulation sur des embryons non viables (ne donnant pas naissance à un bébé).

Des recherches précédentes, utilisant ces embryons non viables, n’ont pas abouti à des résultats intéressants. La toute première tentative de réparer des gènes chez des embryons humains a été réalisée sur ces embryons anormaux. L’étude a fourni des résultats consternants, avec moins de 10% de cellules réparées. Une autre étude, publiée l’an passé, avait également un taux de réussite assez bas, montrant que la technique nécessitait encore de nombreuses années de travaux avant de devenir un outil médical fiable.

Ainsi, après avoir obtenus des résultats similaires en utilisant toujours les embryons anormaux, les scientifiques ont voulu voir s’ils s’en tireraient mieux avec des embryons viables. L’équipe a collecté des ovules immatures de donneuses traitées pour des FIV. Dans des conditions normales, ces cellules sont détruites puisqu’elles ont peu de chance de se développer correctement. Les ovules ont été maturés et fertilisés avec du sperme d’hommes porteurs de maladies héréditaires.

Certaines maladies ont trouvé leurs francs-tireurs

Alors que les résultats de cette série d’études n’étaient pas concluants, ils s’avéraient bien plus prometteurs que les études précédentes réalisées avec des embryons non viables. L’équipe a utilisé six embryons, trois d’entre eux présentant des mutations à l’origine du favisme (ndt. Le favisme est un déficit en glucose-6-phosphate déshydrogénase, ou déficit en G6PD. Cette maladie engendre une destruction des globules rouges en réponse à certains stimuli) et d’autres atteints d’une mutation responsable de la maladie du sang appelée béta-thalassémie (ndt. La béta-thalassémie se traduit par une anémie plus ou moins importante associée à divers symptômes).

Les chercheurs ont réussi à corriger deux des embryons atteints de favisme. Dans les autres embryons, la mutation a juste été stoppée du fait qu’une partie seulement des cellules avaient pu être corrigées. Cela signifie que la mutation a pu être inhibée, mais pas éliminée. Ce qui a été créé s’appelle une mosaïque. Dans l’autre série, la mutation n’a pas été complètement corrigée dans l’un des embryons, et seulement quelques cellules ont pu être corrigées chez les deux autres.

Ces résultats ne sont pas parfaits, mais les experts y voient malgré tout un potentiel. « Cela paraît vraiment plus prometteur que ce qui a été publié dans d’anciens articles » confie Fredrik Lanner du Karolinska Institute. Quoi qu’il en soit, les experts sont parfaitement conscients que les résultats obtenus à partir d’un échantillon de six embryons est loin d’être totalement concluant.

L’édition de gènes par CRISPR détient réellement le potentiel de révolutionner la médecine. Rien qu’en regardant les applications en terme de traitements contre des maladies, et non pas les possibles autres utilisations obscures qu’on pourrait en tirer, c’est une réussite vraiment passionnante.

Non seulement CRISPR pourrait aider à éradiquer des maladies héréditaires, mais c’est également un outil qui pourrait aider à combattre des maladies telles que la malaria (paludisme). Le chemin sera long à la fois pour la communauté scientifique mais aussi au regard des aspects éthiques de cette technique. Mais quoi qu’il en soit, les bénéfices possibles sont bien trop importants pour abandonner maintenant.

DOI: 10.1007/s00438-017-1299-z

traduction Virginie Bouetel

New Scientist – Home, Popular Mechanics