La quatrième révolution industrielle de Klaus Schwab

Intelligence artificielle et transhumanisme

Dans une émission de la Radio Télévision Suisse diffusée le 10 janvier 2016, Dairus Rochebin reçoit Klaus Schwab, président et fondateur du WEF, pour parler de son nouveau livre la quatrième révolution industrielle.

Il a déclaré que cette quatrième révolution industrielle conduira à une fusion des mondes physique, biologique et numérique.

Schwab se plaît à dire que le Covid et le Grand Reset annoncé par le Forum économique mondial en juillet de l’année dernière, obligeront les gens à interagir avec les machines de manière nouvelle et différente.

Klaus Schwab est un grand partisan du transhumanisme, il prévoit l’implantation de puces sur les vêtements puis sous la peau ou dans le cerveau d’ici 2026, pour établir une “communication directe entre notre cerveau et le monde digital”. Il défend et promeut l’avènement de l’intelligence artificielle. Il parle aussi de longévité. Tout un programme.

Dans son livre, il affirme que le moment est proche où les développements technologiques vont non seulement “changer la façon dont nous vivons et travaillons”, mais vont “même remettre en question les idées sur ce que signifie être humain.”

Biohacking et transhumanisme : Un rapport sur l’augmentation humaine

Une étude révèle que beaucoup d’entre nous considèrent le biohacking comme passionnant, mais les craintes concernant le piratage et la vie privée demeurent.

L’augmentation humaine peut décrire beaucoup de choses. Les appareils auditifs, les stimulateurs cardiaques et les prothèses sont déjà utilisés, mais à l’avenir, nous pourrions utiliser ce terme pour désigner les implants qui améliorent les capacités cognitives ; les puces qui nous relient à nos appareils intelligents, ou les yeux bioniques qui peuvent restaurer la vue, et bien d’autres choses encore.

En ce qui concerne les applications futures, les pays du monde entier font avancer le développement de nouvelles technologies qui pourraient améliorer le corps humain.

Par exemple, le Japon a récemment mis un milliard de dollars sur la table pour les chercheurs désireux de se consacrer à tous les domaines, de l’augmentation de la population humaine à la longévité, en raison de la nécessité de s’attaquer au vieillissement de la population active et à la diminution de la population.

Kaspersky a publié un nouveau rapport, The Future of Human Augmentation 2020: Opportunity or Dangerous Dream?, ce rapport vise à clarifier les points de vue des citoyens de plusieurs pays sur la perspective du biohacking.

L’étude a révélé que 92 % des personnes interrogées ont déclaré qu’elles changeraient une caractéristique d’elles-mêmes si elles le pouvaient, 63 % ont déclaré qu’elles envisageraient une augmentation humaine à l’aide de la technologie. Le travail sur le terrain pour cette étude a été mené par Opinium Research qui a interrogé 14 500 personnes de 16 pays d’Europe et d’Afrique du Nord.

Les Italiens sont les plus nombreux à envisager le biohacking, soit 81 % au total. En revanche, les Britanniques sont plus prudents, avec seulement 33% qui disent qu’ils étudieraient l’augmentation humaine pour changer leurs propres caractéristiques. L’Espagne, le Portugal, la Grèce et le Maroc sont également ouverts à l’idée du biohacking.

Plus de la moitié des personnes interrogées, soit 53%, estiment que le biohacking améliorerait leur mode de vie. Cependant, 69% ont exprimé leur inquiétude quant au fait que le biohacking sera à l’avenir réservé aux riches.

Lors de la conférence de Kaspersky NEXT, cette opinion a également été exprimée par Julian Savulescu, professeur à l’université d’Oxford et titulaire de la chaire Uehiro d’éthique pratique : “L’augmentation humaine se développera grâce aux forces du marché en maximisant les profits des grandes entreprises multinationales”. En d’autres termes, l’économie et la demande des consommateurs pourraient stimuler les initiatives de biohacking, plutôt que toute quête d’un bien commun.

Zoltan Istvan, le fondateur du Parti Transhumaniste, a approuvé, notant que l’augmentation de la population humaine est susceptible d’être “contrôlée par le capitalisme dans une certaine mesure”, et que “l’économie sera un moteur, pour le meilleur ou pour le pire”. Istvan pense aussi que le biohacking est intrinsèquement la prochaine étape pour les humains “qui aspirent à être quelque chose de plus grand que ce que nous sommes”. “[Je suis] en fin de compte du côté du choix personnel, tant que cela ne nuit pas directement à quelqu’un d’autre”, a déclaré Istvan. “[…] Laissez les gens prendre ces décisions eux-mêmes et le marché suivra.”

Parmi les autres statistiques intéressantes publiées dans le rapport, on peut citer :

– 88% des personnes ont déclaré craindre que leur corps puisse être piraté par des cybercriminels
– 36% des femmes et 25% des hommes considèrent l’augmentation attrayante pour améliorer l’attractivité
– Les hommes sont plus intéressés par l’amélioration de leur force via le biohacking (23%) que les femmes (18%)
– 47% estiment que les gouvernements devraient réglementer l’augmentation humaine

“L’augmentation humaine est l’une des tendances technologiques les plus importantes aujourd’hui”, a commenté Marco Preuss, Directeur Europe de l’équipe de Recherche et analyse globales pour Kaspersky Europe. “Mais les gens ont raison de se méfier. Les adeptes de l’augmentation testent déjà les limites du possible, mais nous avons besoin de normes communes pour garantir que l’augmentation atteigne son plein potentiel tout en minimisant les risques”.

“Il est important d’en parler maintenant, d’avoir un aperçu de ces technologies maintenant, afin de conduire activement son développement”, a déclaré Preuss. “Nous avons tellement de romans et de films sur ce sujet. Il nous appartient maintenant de décider si nous voulons aller dans cette direction”.

CTech , Kaspersky, ZDNet

Les geeks de la Silicon Valley transforment leurs enfants en cyborgs

Une neuroscientifique a admis avoir “transformé son enfant en un cyborg” – et dit vouloir contrôler ses émotions en utilisant des puces cérébrales.

Ce n’est qu’un exemple du mouvement transhumaniste en plein essor : utiliser la technologie pour nous transformer en super-humains.

Vivienne Ming est une neuroscientifique et une experte de renommée mondiale en intelligence artificielle. Et elle déclare que le double diagnostic de l’autisme et du diabète de son fils l’a inspirée à “le transformer en un cyborg”.

“Quand il a été diagnostiqué avec un diabète de type 1, j’ai piraté sa pompe à insuline et construit une IA qui a appris à adapter son insuline à ses émotions et activités.”

Une intelligence artificielle détecte le mensonge

Détecter les mensonges

Elle a également déclaré que le diagnostic de l’autisme l’avait incitée à créer un système intelligent pour attraper les menteurs.

Pendant ses études de premier cycle, Ming a travaillé sur un système d’apprentissage automatique (machine learning) qui reconnaît les expressions faciales dans une vidéo – dans le cadre de ce qu’elle appelle un “projet fou de la CIA”.

“Il a exploré chaque image de la vidéo, apprenant les mouvements des muscles du visage qui indiquaient le dégoût ou la colère. Il a même appris à distinguer les faux sourires des vrais, autrement appelés sourires duchenne.”

Puis, lorsque les lunettes intelligentes Google Glass sont sorties, Ming a décidé d’associer les deux technologies. En 2013, elle a lancé son concept SuperGlass capable de reconnaître les expressions d’un visage et d’afficher l’émotion à l’aide de Google Glass.

Ceci a été conçu pour aider une personne autiste à mieux comprendre quand une personne était heureuse, triste, en colère ou quelque chose d’autre.

“Mais plus j’ai expérimenté, plus j’ai réalisé que je ne voulais pas guérir l’autisme de mon fils”, a expliqué Ming. “Je ne voulais pas le perdre, lui et ses différences merveilleuses. SuperGlass est devenu un outil pour faire la différence entre son expérience et nous les neurotypiques (un terme scientifique qui signifie “ton cerveau est ennuyeux”). “Cela n’a pas nivelé le terrain de jeu – cela lui a simplement donné une autre batte pour jouer.”

Pirater le cerveau

Mais Ming pense également que l’avenir de l’humanité réside dans la neuroprothèse – des implants qui se connectent à votre cerveau. Beaucoup de ces implants existent déjà, y compris des implants rétiniens pour les aveugles et des neuroprothèses motrices pour traiter la paralysie. Certains implants sont même utilisés pour la “stimulation cérébrale profonde” afin de traiter des troubles tels que la maladie de Parkinson et la dépression.

Ming a également contribué à la création d’un implant cochléaire basé sur l’IA, conçu pour restaurer l’audition de certaines formes de surdité. L’IA a été formée pour “entendre” et mieux comprendre les sons.

“Nos expériences ont montré que l’algorithme améliorait considérablement la perception de la parole pour les utilisateurs d’implants”, a-t-elle déclaré.

Neuralink veut connecter votre cerveau à Internet

Améliorer la personnalité

Une partie du travail de Ming a également porté sur la modification de nos personnalités. L’un de ses projets est le wearable HUMM qui envoie des signaux électriques pour améliorer les connexions entre les parties du cerveau.

Cette stimulation favorise l’augmentation des performances multitâches, l’attention et la durée de la mémoire de travail. Lors d’une expérience récente, les adultes ont augmenté de 20% la durée d’une séquence de lumières et de sons dont ils pouvaient se souvenir avec régularité lorsqu’ils portaient l’appareil HUMM, par rapport à une stimulation factice.

Dans une autre expérience récente, une stimulation similaire a amélioré la mémoire chez les personnes âgées en déclin cognitif. Ming a déclaré que de véritables dispositifs d’amélioration des performances seraient bientôt disponibles – et qu’ils seraient comme des égaliseurs musicaux.

Interfaces cerveau-ordinateur : des fonds militaires pour contrôler les sentiments

Cependant, plutôt que de se connecter à un haut-parleur, le dispositif collecterait simplement un lien vers une puce dans votre cerveau pour stimuler votre attention ou freiner votre créativité.

“Ajoutez de la mémoire et vous êtes prêt pour un examen. Appuyez sur une date prédéfinie pour stimuler les émotions et la concentration tout en atténuant les facultés cognitives”.

Ces aptitudes pourraient devenir un cadeau de la part de parents hyper-compétitifs, ou être achetées dans les centres commerciaux de la Silicon Valley pour améliorer les performances.

La Silicon Valley entreprend même une quête de l’immortalité – avec des injections de cellules et des implants cérébraux. Peut-être qu’ils sont tous devenus fous, cependant : Les geeks de la Silicon Valley paient 1 000 £ par mois rien que pour dormir dans un lit superposé. Et un milliardaire de la Silicon Valley a même payé 10 000 $ pour être tué et voir son cerveau conservé numériquement.

Quartz, The Sun

Des scientifiques veulent choquer le cerveau des prisonniers pour combattre l’agressivité

Premier bras robotique non invasif contrôlé par l’esprit

Si vous voulez contrôler un robot avec votre esprit, vous avez actuellement deux options. Vous pouvez vous faire implanter un implant cérébral, auquel cas votre contrôle sur le robot sera régulier et continu. Ou vous pouvez également ignorer cette opération risquée et coûteuse en faveur d’un appareil qui détecte vos ondes cérébrales de l’extérieur de votre crâne – mais votre contrôle sur le robot sera saccadé et moins précis.

Maintenant, une équipe de l’Université Carnegie Mellon (CMU) réduit l’écart entre ces deux options, créant ainsi le premier bras robotique non invasif contrôlé par l’esprit qui présente le type de mouvement continu et fluide jusqu’ici réservé aux systèmes impliquant des implants cérébraux. C’est un pas de plus vers un avenir dans lequel nous pouvons tous utiliser notre esprit pour contrôler la technologie qui nous entoure.

Dans un article publié dans la revue Science Robotics, les chercheurs décrivent comment ils ont utilisé une combinaison de techniques de détection et d’apprentissage automatique pour créer une interface cerveau-ordinateur (BCI) capable de transmettre des signaux au plus profond du cerveau des participants portant des casques EEG.

Pour tester leur système, ils ont demandé aux participants de l’utiliser pour diriger un bras robotique de manière à pointer un curseur alors qu’il se déplaçait sur un écran d’ordinateur. Le bras robotique était capable de suivre en continu le curseur en temps réel, sans mouvements saccadés – une première pour un système BCI non invasif.

Un avenir contrôlé par l’esprit

Alors que les robots contrôlés par l’esprit sont principalement axés sur les personnes souffrant de troubles du mouvement ou de paralysie, le chercheur de la CMU, Bin He, envisage un avenir dans lequel la technologie est omniprésente et profite à l’ensemble de la population.

« Malgré les difficultés techniques liées à l’utilisation de signaux non invasifs, nous nous engageons pleinement à apporter cette technologie sûre et économique aux personnes qui peuvent en bénéficier », a-t-il déclaré dans un communiqué de presse. « Ce travail représente une étape importante dans les interfaces cerveau-ordinateur non invasives, une technologie qui pourrait un jour devenir une technologie d’assistance omniprésente aidant tout le monde, comme les smartphones ».

Carnegie Mellon University

Des scientifiques veulent choquer le cerveau des prisonniers pour combattre l’agressivité

Les prisons sont souvent en proie à la violence. Mais cela pourrait changer si une expérience à venir produisait l’effet souhaité – et si la société pouvait supporter les implications éthiques de bricoler le cerveau des détenus.

Des chercheurs de l’Université espagnole de Huelva ont déclaré à New Scientist qu’ils allaient bientôt lancer une étude pour voir s’ils pouvaient calmer les pulsions violentes des détenus de la prison de Huelva en les traitant par stimulation transcrânienne à courant continu (tDCS), c’est-à-dire en électrocutant le cerveau des détenus.

“L’étude visera à déterminer si le tDCS a un impact sur différentes évaluations de l’agressivité”, a déclaré Andrés Molero-Chamizo, responsable du projet, à New Scientist. “Ça pourrait aider à maintenir l’ordre dans une prison.”

Les chercheurs prévoient d’enrôler un minimum de 12 volontaires de sexe masculin purgeant des peines d’emprisonnement pour meurtre. Pendant trois jours consécutifs, ils attacheront des électrodes à la tête de chaque homme et allumeront un courant électrique pendant 15 minutes, un processus qu’ils disent indolore.

Au début et à la fin de l’expérience, chaque sujet répondra s’il est d’accord ou non avec une série d’énoncés, comme “de temps en temps, je ne peux pas contrôler l’envie de frapper une autre personne”.

En plus de cette auto-déclaration, l’équipe espère aussi collecter des échantillons de salive de chaque homme afin d’évaluer leur taux de cortisol et de déterminer si l’hormone de stress peut aider à comprendre l’agressivité du détenu.

Ce n’est pas la première fois que l’équipe de l’Université de Huelva teste la capacité de la stimulation électrique du cerveau pour freiner les tendances violentes des détenus. En janvier, elle a publié les résultats d’une autre étude portant sur un groupe de 41 détenus. Cette expérience s’est concentrée sur un autre type de tDCS, mais elle a donné des résultats prometteurs.

Cependant, certains remettent en question l’éthique de l’expérimentation sur des prisonniers.

“J’ai de grandes inquiétudes à ce sujet”, a déclaré Delaney Smith, psychiatre médico-légale, au New Scientist. “La prison est un environnement intrinsèquement coercitif. Les prisonniers pourraient toujours penser que cela pourrait leur être bénéfique à l’avenir.”

Néanmoins, si le tDCS est en mesure d’aider les détenus à freiner leurs pulsions violentes, cela pourrait être un moyen prometteur d’assurer la sécurité des détenus pendant qu’ils purgent leur peine derrière les barreaux.

Une étude similaire, publié en juillet 2018 conduite par des chercheurs de l’université de Pennsylvanie, a montré que des électrochocs rendraient les personnes moins susceptibles de commettre un acte violent. (Stimulation of the Prefrontal Cortex Reduces Intentions to Commit Aggression: A Randomized, Double-Blind, Placebo-Controlled, Stratified, Parallel-Group Trial.).

Dans un article d’avril 2002 sur Wired, il est question des différents usages et techniques de la stimulation magnétique transcrânienne (TMS). Le chercheur américain en neurosciences cognitives et professeur d’université Michael A. Persinger, avançait que la TMS pourrait être utilisée pour contrôler l’esprit, dans un article publié en 1995 dans Perceptual and Motor Skills Volume 80, Issue 3, June 1995: 791–799., titré « On the possibility of directly accessing every human brain by electromagnetic induction of fundamental algorithms ».

José Delgado, célèbre pour ses recherches sur le contrôle de l’esprit par la stimulation électrique du cerveau, a été accusé de mettre au point des dispositifs de contrôle de l’esprit « totalitaire », Dr José Delgado a entamé son enquête sur la douleur et le plaisir de la stimulation électrique en Espagne durant les années 1930. Il devient ensuite directeur de neuropsychiatrie à Yale University Medical School, où il a affiné la conception de son « stimulateur transdermique » commandée à distance (contrôle de l’esprit par la stimulation électrique du cerveau, utilisé pour stimuler les émotions et contrôler le comportement, susciter des réactions physiques spécifiques). Le Dr Delgado a découvert que toute une gamme d’émotions et de comportements peuvent être électriquement orchestrés chez les humains et les animaux. L’individu n’a pas la capacité de résister à un tel contrôle si stimulé. [Livre de José M. R. Delgado, M.D. (Harper & Row, NY, 1969) Physical Control of the Mind: Toward a Psychocivilized Society].

Les recherches sur les interfaces cerveau-ordinateur ne sont pas sans connotation de mauvais augures.

New Scientist

Un réseau de neurones connecté à un cerveau humain

À l’avenir, certains chercheurs espèrent que les personnes qui perdent l’utilisation de leurs membres pourront contrôler des prothèses robotiques à l’aide d’interfaces cerveau-ordinateur.

Le problème est que les signaux cérébraux sont difficiles à décoder, ce qui signifie que les interfaces cerveau-ordinateur existantes qui contrôlent les membres robotiques sont souvent lentes ou maladroites. Mais cela pourrait changer.

Une équipe de médecins et de neuroscientifiques a publié un article dans la revue Nature Medicine sur une interface cerveau-ordinateur utilisant un réseau de neurones pour décoder les signaux cérébraux en mouvements précis à l’aide d’un bras robotique réaliste et contrôlé par l’esprit.

Interfaces cerveau-ordinateur : des fonds militaires pour contrôler les sentiments

Décodeur de cerveau

Les chercheurs ont pris les données d’un homme tétraplégique âgé de 27 ans à qui on avait implanté un réseau de microélectrodes dans son cerveau et ils les ont introduites dans une série de réseaux de neurones, qui sont des systèmes d’intelligence artificielle calqués sur les circuits de notre cerveau et qui excellent pour trouver des modèles dans de grands ensembles d’informations.

Après près de deux ans et demi d’entraînement, les réseaux de neurones ont permis d’identifier les signaux cérébraux liés à des commandes musculaires spécifiques et de savoir comment les transmettre au membre robotique.

Non seulement le réseau neuronal a-t-il permis au patient de déplacer le bras robotique avec une meilleure précision et moins de retard que les systèmes existants, mais il a même été meilleur lorsque les chercheurs l’ont laissé s’entraîner lui-même. En d’autres termes, le réseau neuronal a pu apprendre par lui-même quels signaux du cerveau correspondaient aux mouvements des bras de manière plus efficace sans aucune indication des chercheurs.

Grâce au réseau neuronal, le volontaire participant à l’expérience a pu saisir et manipuler trois petits objets avec la main robotique – une capacité facile à prendre pour acquise mais qui échappe souvent à ceux qui dépendent de prothèses pour naviguer dans la vie quotidienne.

MedicalXpress

L’intelligence artificielle pourrait détourner les interfaces cerveau-machine

Communiquer par télépathie avec un essaim de drones

Mind Control. Contrôle de la pensée

Les militaires facilitent plus que jamais l’éloignement des soldats des conséquences de la guerre. Lorsque la guerre des drones a éclaté, les pilotes pouvaient, pour la première fois, s’asseoir dans un bureau aux États-Unis et larguer des bombes au Moyen-Orient. Maintenant, un pilote peut tout faire, simplement en se servant de son esprit – pas besoin de mains.

Au début du mois, la division de recherche militaire de DARPA, a dévoilé un projet sur lequel elle travaillait depuis 2015 : une technologie qui permet à une personne de piloter plusieurs avions et drones avec son esprit.

“À ce jour, les signaux provenant du cerveau peuvent être utilisés pour commander et contrôler… pas seulement un avion, mais trois types d’aéronefs simultanés”, a déclaré Justin Sanchez, directeur du Bureau des technologies biologiques de la DARPA.

DARPA et l’initiative cérébrale

Le porte-parole de la DARPA a déclaré que cette interface cerveau-ordinateur (BCI brain-computer interface) utilise des électrodes implantées dans et sur les cortex sensoriels et moteurs du cerveau, l’expérimentation a été limitée aux volontaires présentant divers degrés de paralysie. C’est-à-dire que les personnes qui dirigeaient ces avions simulés avaient déjà des électrodes cérébrales, ou du moins, avaient déjà des raisons de subir une intervention chirurgicale.

Pour essayer de trouver comment rendre cette technologie plus accessible et ne pas nécessiter la pose chirurgicale d’une sonde métallique dans le cerveau des personnes, la DARPA a récemment lancé le programme de neurotechnologie non chirurgicale N3 (NExt-Generation Nonsurgical Neurotechnology). Le but est de créer un appareil avec des fonctionnalités similaires, mais il ressemblera plus à un casque EEG que le pilote peut retirer une fois la mission terminée.

“Le système N3 envisagé serait un outil que l’utilisateur pourrait utiliser pendant la durée d’une tâche ou d’une mission, puis mis de côté”, a déclaré Al Emondi, responsable de N3, selon le porte-parole. “Je n’aime pas les comparaisons avec une manette de jeu ou un clavier, car elles ne reflètent pas tout le potentiel de la technologie N3, mais elles sont utiles pour transmettre la notion de base d’une interface avec des ordinateurs.”

Defense One, Engadget, DARPA

→ pour allez plus loin : Program Announcement for Artificial Intelligence Exploration (AIE) ; DARPA : Accelerating the Exploration of Promising Artificial Intelligence Concepts

L’Homme augmenté, réflexions sociologiques pour le militaire
Éthique sur le champ de bataille dans un futur proche
Augmentation des performances humaines avec les nouvelles technologies : Quelles implications pour la défense et la sécurité ?

Étude prospective à l’horizon 2030 : impacts des transformations et ruptures technologiques sur notre environnement stratégique et de sécurité.

Des électrochocs pourraient rendre moins violent

Une étude montre que choquer le cerveau d’une personne pourrait la rendre moins violente

Une étude conduite par des chercheurs de l’université de Pennsylvanie montre que des électrochocs rendraient les personnes moins susceptibles de commettre un acte violent. Ils pourraient aussi favoriser la perception du caractère moralement condamnable de la violence et de l’agression.

Les 81 adultes participant à l’étude, ont été divisés en 2 groupes : l’un a reçu pendant 20 minutes des électrochocs ciblés sur le cortex préfrontal, partie avant du cerveau essentielle aux processus de planification et de décision, l’autre n’a reçu aucun traitement. Deux scénarios d’agression physique et sexuelle ont ensuite été présentés à tous les participants, qu’ils aient reçus ou non des électrochocs. Il leur a alors été demandé d’évaluer, sur une échelle de 1 à 10, dans quelle mesure ils seraient susceptibles de commettre de tels actes.

Les résultats montrent que ceux qui ont reçu des électrochocs seraient moins susceptibles de perpétrer des agressions physiques ou sexuelles (respectivement -47% et -70%).

Il serait aisé (et irresponsable) d’en déduire que tous les coupables de violence doivent être soumis à des électrochocs. Néanmoins, l’étude n’ayant même pas tenté de déterminer quels pourraient être le nombre optimal de chocs à administrer, la durée du traitement, et le voltage adéquat, se précipiter vers une telle conclusion serait prématuré.

José Delgado et ses dispositifs de contrôle de l’esprit par la stimulation électrique du cerveau

Selon un communiqué de Stat News, même Olivia Choy, auteure principale de l’étude et professeure assistante en psychologie à l’université Nanyang de Singapour, insiste sur la nécessité de travaux complémentaires plus approfondis avant de conclure à l’efficacité de ce traitement pour réduire la violence.

Ainsi que comme l’a déclaré Roy Hamilton, un neurologue de la Perelman School of Medicine et auteur principal de l’étude, à PennToday, “La capacité de manipuler des aspects aussi complexes et fondamentaux de la cognition et du comportement de l’extérieur du corps a d’importantes implications sociales, éthiques et peut-être un jour juridiques.”

La stimulation magnétique transcrânienne pourrait être utilisée pour contrôler l’esprit

Bien que des recherches supplémentaires soient nécessaires, la possibilité de modifier le comportement par de l’électro stimulation ne semble pas si lointaine que cela. D’ores et déjà, les chocs électriques administrés selon la même technique, appelée stimulation transcrânienne à courant continu (tDSC), ont été utilisés pour traiter des conditions telles que la dépendance à la maladie d’Alzheimer et aux opioïdes, ou simplement pour stimuler la mémoire. Un jour, peut être, les aspects les plus violents de la société seront tempérés par un petit électrochoc. Ou comme le suggère Hamilton, ironiquement, “le secret pour être moins violent au plus profond de vous même est peut être d’avoir un esprit correctement stimulé”.

traduction Véronique Guiberteau

Stat News, Penn Today, Forbes, Journal of Neuroscience, EurekAlert

Philippe Boulanger : l’implant cérébral en 2061

Dans son talk Philippe Boulanger est en 2061 et a 100 ans. Pourtant il est en pleine forme. Comment cela est-il possible ? Il nous parle des nouvelles technologies et notamment de l’implant cérébral. Quelles ont été les étapes technologiques clés entre 2016 et 2061 pour atteindre ce niveau de performance, y compris quelques impacts sociaux pour finir par nous dévoiler quel sera son prochain implant.

Philippe Boulanger, PhD, est un conférencier international qui s’est passionné pour l’entrepreneuriat très tôt. Après avoir créé sa start-up à 15 ans, son parcours professionnel s’est poursuivi dans de grandes entreprises technologiques à travers le monde (IBM, Sagem, Apple, Sony, Neopost). Son parcours lui a apporté une telle richesse en pratique d’innovation qu’il à décidé d’en partager les fruits à travers des conférences impactantes toujours remplies d’optimisme et d’inspiration.