Nos cerveaux resteront-ils humains ?

Nos cerveaux resteront-ils humains ?
ISBN : 978-2-7465-1776-9

Cerveau : les espoirs. Les fantasmes.
La réalité.

Depuis la découverte des possibilités de remodelage du cerveau, chez l’enfant mais aussi chez l’adulte, nombreux sont les chercheurs à s’être penchés sur les fascinants phénomènes de la plasticité cérébrale. Aujourd’hui, à l’heure où abondent les images de cerveau « super ordinateur » et les promesses d’hybridation transhumanistes, les espoirs suscités par cette formidable faculté du cerveau à se réinventer sans cesse se sont transformés en fantasmes.

Qu’est-ce qui est, aujourd’hui, réellement faisable ? Et demain ? Il ne s’agit pas seulement de faire le point, mais aussi de réfléchir à ce qui est souhaitable, afin que l’humain pensant d’aujourd’hui continue à cogiter par lui-même demain…

Neurobiologiste, très impliquée dans la vulgarisation du savoir scientifique, Catherine Vidal est directrice de recherche honoraire à l’Institut Pasteur de Paris et membre du comité d’Ethique de l’Inserm. Ses recherches portent sur les mécanismes fondamentaux du fonctionnement du cerveau en lien avec les maladies neuro-dégénératives. Elle travaille actuellement au sein du comité d’Ethique de l’Inserm et co-dirige le groupe “Genre et Recherches en Santé”. Son intérêt porte sur les enjeux éthiques des neurosciences, le déterminisme en biologie, le cerveau et le sexe.

La pensée n’est pas dans le cerveau !

Dans l’expression « intelligence artificielle », le mot « intelligence » n’est qu’une métaphore. Car, si sa capacité calculatoire dépasse celle de l’homme, l’intelligence artificielle est incapable de donner une signification à ses propres calculs. Pour le philosophe et psychanalyste argentin Miguel Benasayag, réduire toute la complexité du vivant à un code informatique est illusoire, tout comme l’idée qu’une machine peut se substituer à l’homme est absurde.

Miguel Benasayag répond aux questions de Régis Meyran

Qu’est-ce qui distingue l’intelligence humaine de l’artificielle ?

L’intelligence vivante n’est pas une machine à calculer. C’est un processus qui articule l’affectivité, la corporéité, l’erreur. Elle suppose la présence du désir et d’une conscience chez l’être humain de sa propre histoire sur le long terme. L’intelligence humaine n’est pas pensable en dehors de tous les autres processus cérébraux et corporels.

Contrairement à l’homme, ou à l’animal, qui pense à l’aide d’un cerveau situé dans un corps, lui-même inscrit dans un environnement, la machine produit des calculs et des prédictions sans être capable de leur donner une signification. La question de savoir si une machine peut se substituer à l’homme, est en réalité absurde. C’est le vivant qui crée du sens, pas le calcul. Nombre de chercheurs en IA sont convaincus que la différence entre intelligence vivante et intelligence artificielle est quantitative, alors qu’elle est qualitative.

Deux ordinateurs du programme Google Brain seraient parvenus à communiquer entre eux dans une « langue » qu’ils auraient eux-mêmes créée et qui serait indéchiffrable pour l’homme… Qu’en pensez-vous ?

Cela n’a tout simplement aucun sens. En réalité, à chaque fois qu’on lance ces deux machines, elles répètent systématiquement la même séquence d’échange d’informations. Et cela n’a rien d’une langue, cela ne communique pas. C’est une mauvaise métaphore, comme celle consistant à dire que la serrure « reconnaît » la clé.

Dans le même ordre d’idées, certaines personnes disent qu’elles sont « amies » avec un robot. Il existe même des applications pour smartphone qui sont supposées vous permettre de « dialoguer » avec un robot. Voyez le film Her, de Spike Jonze (2013) : après une série de questions posées à un homme, qui permettent de cartographier son cerveau, une machine fabrique une voix et des réponses qui déclenchent un sentiment amoureux chez cet homme.

Mais peut-on avoir une relation amoureuse avec un robot ? Non, car l’amour et l’amitié ne se réduisent pas à un ensemble de transmissions neuronales dans le cerveau.

L’amour et l’amitié existent au-delà de l’individu, au-delà même de l’interaction entre deux personnes. Quand je parle, je participe à quelque chose que nous avons en commun, la langue. Il en va de même pour l’amour, l’amitié et la pensée : ce sont des processus symboliques auxquels les humains participent. Personne ne pense en soi. Un cerveau donne son énergie pour participer à la pensée.

À ceux qui croient que la machine peut penser, nous devons répondre : ce serait étonnant qu’une machine pense, puisque même le cerveau ne pense pas !

Selon vous, le fait de réduire le vivant à un code constitue le défaut principal de l’intelligence artificielle.

En effet, certains spécialistes de l’intelligence artificielle sont tellement éblouis par leurs prouesses techniques, un peu comme des petits garçons fascinés par leur jeu de construction, qu’ils perdent la vue d’ensemble. Ils tombent dans le piège du réductionnisme.

Le mathématicien américain et père de la cybernétique Norbert Wiener écrivait en 1950, dans The Human Use of Human Beings (Cybernétique et société), qu’on pourra un jour « télégraphier un homme ». Quatre décennies plus tard, l’idée transhumaniste du mind uploading est élaborée sur le même fantasme, selon lequel le monde réel tout entier peut être réduit à des unités d’information transmissibles d’un hardware à un autre.

L’idée que le vivant peut être modélisé en unités d’information se retrouve aussi chez le biologiste français Pierre-Henri Gouyon, par exemple, avec qui j’ai publié un livre d’entretiens, Fabriquer le vivant ? (2012). Il voit dans l’acide désoxyribonucléique (ADN) le support d’un code qu’on peut déplacer sur d’autres supports. Mais quand on estime que le vivant peut être modélisé en unités d’information, on oublie que la somme d’unités d’information n’est pas la chose vivante, et on ne s’inquiète pas de faire des recherches sur le non-modélisable.

La prise en compte du non-modélisable ne renvoie pas à l’idée de Dieu, ni à l’obscurantisme, quoi qu’en pensent certains. Les principes d’imprédictibilité et d’incertitude sont présents dans toutes les sciences exactes. C’est pourquoi l’aspiration à la connaissance totale des transhumanistes s’inscrit dans un discours technolâtre, parfaitement irrationnel. Si elle connaît un grand succès, c’est qu’elle est capable d’étancher la soif de métaphysique de nos contemporains. Les transhumanistes rêvent d’une vie dans laquelle ils auraient chassé toute incertitude. Or, dans le quotidien, comme dans la recherche, il faut bien se coltiner les incertitudes, l’aléatoire…

L’immortalité humaine pourrait être acquise grâce à l’intelligence artificielle

Selon la théorie transhumaniste, nous serons un jour capables d’atteindre l’immortalité grâce à l’intelligence artificielle.

Dans le bouleversement postmoderne actuel, où la relation entre les choses n’est plus pensée, où le réductionnisme et l’individualisme dominent, la promesse transhumaniste prend la place de la caverne de Platon.

Pour le philosophe grec, la vraie vie n’était pas dans le monde physique, elle était dans les idées. Pour les transhumanistes, vingt-quatre siècles plus tard, la vraie vie n’est pas dans le corps, elle est dans les algorithmes. Le corps n’est pour eux qu’un simulacre : il faut en extraire un ensemble d’informations utiles, et se débarrasser de ses défauts naturels. C’est ainsi qu’ils entendent atteindre l’immortalité.

J’ai eu l’occasion, lors de colloques scientifiques, de rencontrer plusieurs membres de l’Université de la Singularité [à orientation transhumaniste] qui portaient un médaillon autour du cou, pour signifier qu’en cas de décès, leur tête sera cryogénisée.

J’y vois l’émergence d’une nouvelle forme de conservatisme, alors même que c’est moi qui passe pour un bioconservateur, car je m’oppose à la philosophie transhumaniste. Mais lorsque mes adversaires me traitent de réactionnaire, ils utilisent le même type d’arguments que les hommes politiques qui prétendent moderniser ou réformer, pendant qu’ils détruisent les droits sociaux d’un pays et qu’ils taxent de conservateurs ceux qui veulent conserver leurs droits !

L’hybridation entre l’homme et la machine est déjà une réalité. C’est aussi un idéal transhumaniste.

Tout reste à faire pour comprendre le vivant et l’hybridation, car le monde de la technique biologique ignore aujourd’hui encore presque tout de la vie, qui ne se réduit pas aux seuls processus physicochimiques modélisables. Cela dit, le vivant est déjà hybridé avec la machine et il le sera certainement encore davantage avec les produits issus des nouvelles technologies.

Il existe de nombreuses machines, avec lesquelles nous travaillons et auxquelles nous déléguons un certain nombre de fonctions. Sont-elles toutes nécessaires ? C’est toute la question. J’ai travaillé sur l’implant cochléaire et la culture sourde : il existe des millions de sourds qui revendiquent leur propre culture – qui n’est pas assez respectée – et refusent l’implant cochléaire car ils préfèrent s’exprimer dans la langue des signes. Cette innovation, qui pourrait écraser la culture des sourds, constitue-t-elle un progrès ? La réponse ne va pas de soi.

Avant tout, nous devons veiller à ce que l’hybridation se fasse dans le respect de la vie. Or, ce à quoi nous assistons aujourd’hui n’est pas tant l’hybridation que la colonisation du vivant par la machine. À force d’externaliser, de nombreuses personnes ne se rappellent plus de rien. Elles ont des problèmes de mémoire qui ne résultent pas de pathologies dégénératives.

Prenez le cas du GPS : on a observé des chauffeurs de taxi à Paris et à Londres, deux villes labyrinthiques. Alors que les Londoniens conduisaient en s’orientant eux-mêmes, les Parisiens utilisaient systématiquement leur GPS. Au bout de trois ans, des tests psychologiques ont montré que les noyaux sous-corticaux qui s’occupent de cartographier le temps et l’espace étaient atrophiés chez ces derniers (des atrophies certainement réversibles si la personne abandonne cette pratique). Ils étaient affectés d’une sorte de dyslexie qui les empêchait de se repérer dans le temps et dans l’espace. C’est cela la colonisation : la zone est atrophiée car la fonction est déléguée sans être remplacée par quoi que ce soit.

https://iatranshumanisme.com/transhumanisme/les-technologies-emergentes/le-rapport-nbic/

Qu’est-ce qui vous inquiète le plus?

Je suis inquiet du succès démesuré de la logique d’innovation. La notion de progrès a fait long feu. Elle a été remplacée par l’idée d’innovation, qui est bien différente : elle ne contient ni point de départ, ni point d’arrivée, elle n’est ni bonne, ni mauvaise. Il faut donc la questionner de façon critique. Le traitement de texte sur ordinateurs est bien plus performant que la machine à écrire Olivetti que j’utilisais dans les années 1970 : pour moi, c’est un progrès. Mais, à l’inverse, tout smartphone contient plusieurs dizaines d’applications, et peu de gens se posent la question de combien parmi elles leurs sont vraiment nécessaires. La sagesse consiste à rester à distance de la fascination que provoquent le divertissement et l’efficacité des nouvelles technologies.

Par ailleurs, dans une société déboussolée, qui a perdu ses grands récits, le discours transhumaniste est très inquiétant : il infantilise les humains, et ne prend aucune distance avec la promesse technologique. En Occident, la technique a toujours renvoyé à l’idée de dépassement des limites. Déjà au XVII e siècle, le philosophe français René Descartes, pour qui le corps était une machine, avait imaginé la possibilité d’une pensée hors du corps. C’est une tentation humaine que de rêver que, par la science, on va se libérer de notre corps et de ses limites – ce que le transhumanisme pense enfin pouvoir réaliser.

Mais le rêve d’un homme post-organique tout-puissant et hors-limite a des conséquences en tous genres sur la société. Il me semble qu’il devrait même être analysé dans un rapport spéculaire avec la montée des fondamentalismes religieux, qui se recroquevillent sur les supposées valeurs naturelles de l’humain. Je les vois comme deux intégrismes irrationnels en guerre.

Philosophe et psychanalyste argentin. Miguel Benasayag est un ancien résistant guévariste au péronisme, il réussit à fuir l’Argentine en 1978 après y avoir été emprisonné et torturé, et réside désormais à Paris, en France. Il a publié récemment Cerveau augmenté, homme diminué (2016) et La singularité du vivant (2017).

Le Courrier de l’UNESCO • juillet-septembre

L’humain augmenté – CNRS Éditions

Augmenter l’humain, devenir plus fort, plus rapide, plus intelligent, plus connecté, vivre plus vieux et en meilleure santé, repousser les limites de la souffrance et de la mort. Le développement technologique porte la promesse d’un être meilleur. Mais cet amour de l’homme du futur ne cache-t-il pas une haine de l’homme du présent, de ses limites et de sa finitude ? Quelles conceptions du corps et de l’esprit sont sous-tendues par les discours transhumanistes ? Donner des clés pour comprendre le rapport d’attraction-répulsion qu’entretient l’être humain avec les technologies qu’il crée, cristallisé autour de la notion d’homme augmenté, constitue l’objet de ce numéro des Essentiels d’Hermès.

Présentation de l’éditeur

Si l’humain augmenté est le dernier avatar de l’utopie technique, il exacerbe la vision purement informationnelle de l’homme et de son rapport à l’autre. Lorsqu’on parle d’humain augmenté, on sous-entend en général un individu plus fort, plus intelligent, à la longévité plus longue, etc. Autrement dit, on pense à une augmentation de ses capacités. Dès lors, l’individu se trouve réduit à un ensemble de fonctions motrices, cognitives, etc.

L’altérité disparaît. Il n’y a plus de rupture entre l’homme et la machine, la pensée elle-même étant conceptualisée comme une propriété émergente des interactions au sein d’un substrat matériel biologique ou électronique. Les mouvements “transhumanistes” militent pour une utilisation des technologies d’augmentation afin de dépasser l’être humain et sa finitude : si la science nous permet de vivre mieux, pourquoi devrions-nous nous en garder ? Le présupposé communicationnel est que, si nous augmentons nos capacités d’émettre des signaux, de les recevoir et de les traiter, il serait logique que nous parvenions à mieux communiquer, donc à mieux nous comprendre et vivre ensemble…

→ Lire l’introduction (pdf)

Issu d’une rencontre tenue en 2012 à Paris sous l’égide de l’Institut des sciences de la communication du CNRS, cet ouvrage entend présenter une synthèse didactique des problématiques actuelles touchant à la question de « l’augmentation humaine ». Face à la multiplication des travaux consacrés à cette thématique et à l’urgence d’une réflexion éthique qui s’en dégage, ses auteurs souhaitent, comme le précise Édouard Kleinpeter dans sa présentation générale, interroger les enjeux et les controverses en cours autour de la figure de l’humain augmenté, en évitant l’« exaltation sensationnaliste » ou le « pessimisme désabusé » (p. 15) qui déterminent habituellement les débats à ce propos. Le volume rassemble donc des interventions de différents spécialistes (historiens, philosophes, sociologues, psychologues, ingénieurs, spécialistes de la communication, et responsables associatifs) organisées autour de trois pôles d’interrogation principaux que sont le sens et les enjeux de la notion d’augmentation, la transformation de notre rapport identitaire au corps, ainsi que la problématique du transhumanisme et du futur qu’il dessine…

→ lire la suite : Alexandre Klein, « Édouard Kleinpeter (dir.), L’Humain Augmenté », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 02 décembre 2013, consulté le 23 mars 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/12835

Conférence CNAM : de l’humain augmenté au transhumain. Que devient l’Homme face à ses technologies ?

Sommaire
Présentation générale
L’homme face à ses technologies : augmentation, hybridation, (trans)humanisme, Édouard Kleinpeter
De part et d’autre de l’Atlantique : enhancement, amélioration et augmentation de l’humain, Simone Bateman et Jean Gayon
Le corps artefact. Archéologie de l’hybridation et de l’augmentation, Jacques Perriault
Invariants et variations de l’augmentation humaine, l’expérience grecque, François Dingremont
Homme augmenté et augmentation de l’humain, Bernard Claverie et Benoît Le Blanc
Augmentation de l’humain : les fonctions cognitives cachées de l’homme augmenté, Célestin Sedogbo et Benoît Le Blanc
De l’humain réparé à l’humain augmenté : naissance de l’anthropotechnie, Jérôme Goffette
Perception de soi, perception par les autres : la fonction sociale de la prothèse chez les agénésiques, Benoît Walther
L’homme hybridé : mixités corporelles et troubles identitaires, Bernard Andrieu
Oscar Pistorius ou une catégorie sportive impossible à penser, Damien Issanchou et Éric de Léséleuc
L’homme étendu. Explorations terminologiques, Colin T. Schmidt
Un autre transhumanisme est possible, Marc Roux
La technique au prisme du mythe : l’exemple du Golem, Brigitte Munier
Transhumanisme : une religiosité pour humanité défaite, Jean-Michel Besnier
Entretien avec Édouard Kleinpeter
Bibliographie sélective
Glossaire
Les auteurs
Table des matières

Transhumanisme, Homme augmenté. Quelles limites, thérapeutiques, techniques, éthiques ?

Transhumanisme : penser une troisième voie

Notre Club Politique Indépendant des Vendredis de la Colline a officiellement publié, le 15 novembre dernier, son rapport “Transhumanisme : penser une troisième voie”. Dans ce document, nous proposons une réflexion sur l’impact des nouvelles technologies sur ce qui fonde notre humanité, à mi-chemin des positions bio-conservatrice et techno-progressiste. Nous énonçons notamment quelques principes forts pour que jamais l’Homme ne se mutile en espérant “s’augmenter”.

Ci-dessous l’esprit général donné à notre rapport tel que décrit en introduction de celui-ci.

Le décalage est patent. Si, d’un côté, une multitude d’articles catastrophistes annonciateurs de l’avènement d’une intelligence artificielle prédatrice alimente l’effervescence de sentiments contradictoires, de l’autre, pareils questionnements peinent à s’imposer comme enjeux incontournables auprès du grand public. La remise du rapport France IA en mars 2017 au gouvernement participe à la sensibilisation – indispensable – de nos représentants politiques aux thèmes liés à la problématique transhumaniste.

Le docteur Laurent Alexandre, fondateur de Doctissimo, souligne l’incompétence technique de la classe politique sur ces sujets afin d’en expliquer leur délaissement dans nos grands débats de société. Le message qui est le sien, largement repris dans la presse, est alors le suivant : la France – et plus largement l’Europe – accuse un profond retard, certes d’un point de vue technologique, mais essentiellement dans la prise de conscience du tsunami à venir de la part de nos élites. « Dans un siècle, on a Matrix », alerte-t-il le Sénat lors d’une audition publique le 19 janvier 2017.

Déjà déplore-t-il le « bio-conservatisme » de la société française et exhorte-t-il à entrer dans la course au plus vite. Aux Etats-Unis, Elon Musk, fondateur d’OpenAI, tient un raisonnement d’un alarmisme similaire, duquel il tire des conclusions radicales : la puissance cognitive de l’intelligence artificielle va bientôt dépasser celle de l’Homme.

Autant d’appels à un accompagnement d’une hybridation rapide de l’Homme – jusqu’à envisager une greffe cérébrale de composants électroniques – pour lui permettre de développer ses facultés psychiques et motrices.

Le raisonnement, fataliste, prévoit qu’il nous sera impossible d’échapper à cette révolution ; le scénario catastrophe, selon celui-ci, serait pour la France de se retrouver déclassée si elle n’accepte pas de prendre part pleinement à cette escalade technologique, quitte à consentir à des sacrifices éthiques sur l’autel du moindre mal. Pourtant, réduire la problématique à la seule fracture entre le transhumanisme et le bio-conservatisme restreint, considérablement, le champ des possibles dans un esprit d’affrontement dogmatique et a fortiori de défaitisme.

En sus du manque parfois de connaissances scientifiques sur le sujet, une autre raison semble expliquer l’absence du transhumanisme dans l’essentiel des discours politiques : l’indifférence. La montée en puissance d’idéologies technophiles serait un non-évènement. En effet, le développement technique est constitutif de l’hominisation, et son accélération dans le cadre du « progrès » n’est en rien une nouveauté. Plus encore, elle serait même souhaitable selon les chantres des technologies NBIC (nanotechnologies, biotechnologies, informatique et sciences cognitives), dont les prises de position irriguent une logique d’acceptation tacite et, de facto, de participation à la construction du monde post-humain qui se profile à l’horizon.

Toute l’efficacité de l’idéologie transhumaniste repose sur ce double phénomène de résignation et de soumission à la croyance selon laquelle l’humanité n’échappera pas à sa technicisation. Cette domination idéologique s’appuie sur des axiomes culturels et scientifiques très largement acceptés, y compris dans les milieux décisionnels. Or, comme tout système de pensée efficace, le transhumanisme réactualise les présupposés culturels qui permettent son émergence, et par là-même les rend invisibles jusqu’à ce qu’ils soient progressivement acceptés par tous comme des évidences incontestables, selon le mécanisme du biais cognitif – autrement appelé angle mort de polarisation par Emily Pronin et Matthew B. Kugler.

Il ne s’agit pas de refuser le progrès technique dans une ultime convulsion réactionnaire. Il convient, au contraire, d’imaginer une troisième voie qui fasse des technologies NBIC un moyen au service du bien-être humain, et non une fin au service d’une idéologie de dépassement de la nature humaine. Il ne s’agit pas de choisir entre les multiples utopies et dystopies promises par les techno-prophètes en guise d’avenir, mais de prendre suffisamment de recul sur nos conditionnements présents pour éviter de mutiler notre humanité en pensant « l’augmenter ».

Les Utopiales Maçonniques 2017 – Devenir : Ethique et Transhumanisme

La 4e édition des Utopiales Maçonniques s’est déroulée les samedi 8 et dimanche 9 avril au siège du Grand Orient de France, à Paris.

Table ronde 5 : Devenir : Éthique et Transhumanisme

Michel Lévy-Provençal est un entrepreneur emblématique français. Ingénieur de formation, il est l’un des fondateurs du site d’informations Rue89 et fut directeur du studio multimédia et chargé du développement digital de la chaîne d’information France 24 de mai 2007 à novembre 2010. En mars 2008, à cause d’un désaccord sur la ligne éditoriale du journal et la stratégie adoptée par la direction, il décide de céder ses parts et quitter Rue89. En mai 2009, il fonde TEDx Paris (la conférence française sous licence TED). Il quitte France 24 en novembre 2010 pour créer Joshfire, une agence dédiée au développement d’objets connectés. En 2012, il crée avec plusieurs membres de l’équipe TEDxParis, l’agence éditoriale Brightness spécialisée dans le coaching d’intervenants et l’accompagnement des entreprises dans leur démarche de transformation. En 2014, il lance L’échappée volée, un do-tank, spin-off de TEDxParis, consacré à l’innovation au service du bien commun.

Désirs de data. Le trans et post humanisme comme horizons du plissement numérique du monde

Maryse Carmes, Jean-Max Noyer. Désirs de data. Le trans et post humanisme comme horizons du plissement numérique du monde. 2014. <sic_01152497>

Télécharger le PDF

Résumé : Dans cet article, la prolifération de data est examinée dans le cadre du processus d’artificialisation du monde et comme effet d’une sémiotique générale pour assurer la permanence et la transformation de la fabrique de nous-mêmes et de notre milieu associé. Cette prolifération de data est réglée sur les mouvements, intensités, des régimes de désirs et sur les processus de subjectivation qui lui sont immanents. Mais elle active en même temps de nouveaux états du Virtuel qui les enveloppent. On prend comme exemples l’urbanisation et le marketing en insistant sur certains aspects de la transformation des intelligences collectives. Ce faisant est esquissée une perspective sur le « trans et post humaniste », expression et exprimé de ces désirs.

La perfectibilité hybride. Vers une autosanté inhumaine ou citoyenne ?

Bernard Andrieu. La perfectibilité hybride, Vers une autosanté inhumaine ou citoyenne ? Champ psychosomatique, Médecine, Psychanalyse anthropologie, 2009, p. 111-121. <hal-00447940>.

Télécharger le PDF

Résumé : Entre la déconstruction du corps naturel et la cyborgisation du post-humanisme, l’hybridation bio-technologique est une voie moyenne et classique depuis les Métamorphoses d’Ovide, au moins. La déconstruction de la catégorie monstre par les disabilities studies a rendu nécessaire la critique du handicap comme limitation de l’humain. Non que, ce que Catherine Malabou appelle les accidents de plasticité n’existeraient plus, la condition incarnée du corps suffirait à le rappeler. Le corps humain, même si les limites de la mort seront encore reculées , engage le sujet dans le vécu de son vivant. Corriger les difformités de la nature est devenu une possibilité même de sélectionner les nouveaux nés ou, ce qui est très différent, de réparer par la chirurgie, même du visage les accidents corporels. Comme l’indique Jacques Testart, « la pulsion d’accaparement du plus petit de notre espèce pourrait ainsi relever d’une exigence de consommation cannibale ». La réparation du corps modifie son fonctionnement et le vécu du sujet. Les progrès des prothèses, implants et nanobiologie définissent un corps démonstruisé mais remastérisé par des compléments de soi qui procure une nouvelle clôture d’un moi peau reconstitué. La technique fait performer le corps dans l’actualisation de potentialités inexploités jusque là, comme les cellules souches, ou dans la complémentation de procédés technologiques qui prolongent la vie et ses conditions d’exercices. L’obstacle de la dégénérescence immunitaire ou nerveuse exige que la technique pense encore davantage l’interaction entre le médicament et le vivant comme l’atteste la nanobiotique, la bionique ou le génie génétique.

Exposition sur le Post Humain à Paris

Robot à la rose
Crédit : Thierry Mutin
https://www.mutin.xyz/

« La meilleure façon de prédire le Futur est de l’inventer »

Le Printemps 2017 marque le lancement d’une exposition d’avant-garde à la Galerie Mickael Marciano, 190 Rue de Rivoli, Paris 1er .

L’artiste Thierry Mutin est une des figures du Post Human Art, un courant artistique à la frontière des Sciences et des Arts, né aux USA en réaction aux perspectives Trans Humanistes de mutation de la société et de l’homme en général. Visionnaire, Thierry Mutin nous transporte dans un monde nouveau, le futur de l’Homme augmenté (H+), aussi fascinant que complexe auquel il nous fait accéder grâce à son art de peintre digital, transformant chaque tableau en véritable scène de film.

Trans Humanisme, Post Humanisme, Romantisme 2.0, les peintures de Thierry Mutin nous invitent à une réflexion sur l’évolution de notre espèce Sapiens, son hybridation avec les Machines et les nouveaux pouvoirs nés de nos futurs sens augmentés. Témoignage artistique d’une puissance émotionnelle exceptionnelle, le travail de Thierry Mutin est un message d’espoir et de renouveau, visions d’un monde futur ou le Sapiens transcende sa biologie pour accéder à une conscience universelle portée en germe, en ce début de troisième millénaire, par l’info-sphère digitale et le méta-data…

Sommes nous arrivés à la fin d’une ère ? L’Homme et la Machine pourraient ils ne faire qu’un ? Quel sera notre monde de demain?
Thierry Mutin nous livre les résultats de ses recherches à travers un travail de création et de passion hors du commun.

Nous vous invitons à venir découvrir ses œuvres à partir du 15 Mars 2017 à la Galerie Marciano, 190 Rue de Rivoli, Paris 1er .

« Robots in Love et le Post Human Art : une volonté artistique engagée »

Crédit : Thierry Mutin
https://www.mutin.xyz/

Fortes de près de 30 années d’expérience dans l’art classique et contemporain, les galeries Mickael Marciano ont toujours fait le choix de l’innovation artistique. Les collections présentées par les Galeries Mickael Marciano sont éclectiques et variées. De grandes signatures classiques côtoient de jeunes talents, toujours dans une grande harmonie stylistique, qui est l’empreinte des Galeries.

Sans cesse à la recherche de nouveaux courants artistiques, les Galeries Mickael Marciano n’ont eu de cesse depuis leur création d’initier de nouveaux genres, en se plaçant dans une positon de pionnier en la matière. Parfois même à l’avant-garde des techniques et des styles artistiques, et ce, depuis leur création.

Lovers
Crédit : Thierry Mutin
https://www.mutin.xyz/

2017 marquera un nouveau pas en avant dans cette démarche d’engagement artistique avec l’exposition Robots in Love.

Un art nouveau, encore peu représenté en Europe, sera dévoilé à la Galerie Mickael Marciano – Rivoli à partir du 15 mars 2017. Cette exposition met en avant, sur le thème central du Trans et Post Humanisme les œuvres de Thierry Mutin qui questionnent sur nos futures relations avec les robots et nos mutations à venir. Thierry Mutin sublime l’art digital par sa maîtrise du dessin, de la lumière et de la couleur qui rappelle les grandes œuvres romantiques du XIXème siècle.

Thierry Mutin est un artiste et un chercheur dans le domaine des Sciences Physiques et des Sciences Humaines et chacune de ses peintures est un univers onirique complet, témoignage bouleversant de la confrontation du Sapiens avec son avenir d’Homme augmenté.

Crédit : Thierry Mutin
https://www.mutin.xyz/

En faisant le pari de proposer pour la première fois en Europe un artiste représentant majeur du Post Human Art, les galeries Mickael Marciano souhaitent faire passer un message fort et plein d’espoir quant au rôle des artistes et de l’Art dans l’évolution de notre société.

Elles souhaitent aussi, sensibiliser les amateurs et collectionneurs d’arts contemporain à la force de l’Art Digital qui, associé aux nouvelles technologies, sera sans nul doute une grande source d’inspiration au moment ou nous avons besoin, plus que jamais, d’inventer notre futur.

Mickael Marciano

Liens
http://www.mutin.xyz
http://galerie-marciano.com

Post Human Nativity
Crédit : Thierry Mutin
https://www.mutin.xyz/

Robots in Love – Galerie Mickael Marciano – 190 Rue de Rivoli – Paris 1er – +33 (0)1 84 83 18 18

L’histoire de la superintelligence et la question de l’éthique des machines

Publié in Marianne Celka et Fabio La Rocca (dir.), Transmutations, Esprit Critique, Revue internationale de sociologie et sciences sociales, vol. 24, n° 1, été 2016, p. 43-57. Par Vincent Guérin, Docteur en histoire contemporaine.

Résumé : Ce texte a pour objet d’analyser, chez les transhumanistes, le couplage de l’éthique des machines avec les risques inhérents à la superintelligence. La première favorisant l’émergence de la seconde. Par ce biais, nous observons une accentuation du rapprochement de l’homme et de la machine, initié par le paradigme informationnel ; un renversement même avec une machine considérée comme « smarter than us ».

Introduction

En 2014, l’informaticien et cofondateur de Skype Jaan Tallinn a créé The Future of Life Institute (FLI) avec entre autres les cosmologistes Anthony Aguirre (Université de Californie) et Max Tegmark (MIT). Dans le comité scientifique se trouve une constellation de personnalités célèbres comme Stephen Hawking, des auteurs à succès comme Erik Brynjolfsson (MIT Center for Digital Business), mais aussi l’acteur Morgan Freeman (film Transcendance de Wally Pfister, 2015) et l’inventeur et chef d’entreprise Elon Musk. Jaan Tallinn était déjà à l’initiative du Centre For The Study Of Existential Risk (CSER) ou Terminator studies en 2012 à l’Université de Cambridge avec le cosmologiste Martin Rees. Ces deux institutions ont pour ambition, entre autres, d’anticiper les risques majeurs qui menacent l’humanité, notamment ceux inhérents à l’intelligence artificielle (IA).

Dernièrement, Bill Gates, fondateur de Microsoft, lui-même, se dit préoccupé par l’IA. Ces deux institutions et Bill Gates ont un dénominateur commun : Nick Boström. l’auteur de Superintelligence, Paths, Dangers, Strategies (2014), qui a impressionné Bill Gates, est membre du comité scientifique de la FLE et du CSER. Il est professeur à la faculté de philosophie de la prestigieuse Université d’Oxford et fondateur de la Future of humanity Institute (FHI) qui a pour objet d’anticiper les risques majeurs qui menacent l’humanité (existential risks). Ses recherches portent sur l’augmentation de l’homme, le transhumanisme, les risques anthropiques et spécifiquement celui de la superintelligence. En 2008, il a codirigé avec Milan M. Ćirković Global Catastrophic Risks (Boström, Ćirković, 2008). Cet ouvrage dénombre dix risques catastrophiques au sens d’un bouleversement radical qui menacerait l’humanité (anthropiques ou non) 1 . Parmi les risques anthropiques recensés, Eliezer S. Yudkowsky (1979-), chercheur au Machine Intelligence Research Institute à Berkeley (MIRI), développe le chapitre sur l’IA (Yudkowsky, 2008).

Nick Boström et Eliezer Yudkowsky sont transhumanistes, un courant de pensée qui conçoit l’humain, l’humanité comme imparfaits et prône une prise en main de leur évolution par la technologie. En 1998, Nick Boström a fondé avec David Pearce la World Transhumanist Association (WTA) et l’Institute for Ethics & Emerging Technologies (IEET) avec James Hughes.

Plusieurs objectifs irriguent le transhumanisme, dont le devenir postbiologique (posthumain), la superintelligence et l’amortalité (une immortalité relative). Parmi les NBIC, deux technologies ont leur faveur. La première, la nanotechnologie (une construction à partir du bas à l’échelle du nanomètre soit un milliardième de mètre) est en devenir, et la seconde, l’intelligence artificielle générale (IAG) reste un fantasme. Nick Boström et Eliezer Yudkowsky pensent que l’IA favorisera la nanotechnologie, elle-même porteuse d’inquiétude (Drexler, 1986). Eric Drexler, transhumaniste et membre du FHI, a créé en 1986, le Foresight Institute afin de prévenir les risques technologiques et favoriser un usage bénéfique de la nanotechnologie. Qu’est-ce-que la (super) intelligence artificielle ? Quelles sont les corrélations entre le transhumanisme et cette inquiétude montante vis-à-vis de l’IA, ou plus exactement la superintelligence ? Comment et quand pourrait-elle émerger ? Comment s‟articule le complexe dit de Frankenstein et l’éthique des machines ?

pour lire la suite, télécharger le PDF


Sommaire :

Introduction
La (super) intelligence artificielle
Le complexe dit de Frankenstein et l’éthique des machines
Épilogue
Références bibliographiques