Archives par mot-clé : Google

Google Archipelago : Le goulag numérique et la simulation de la liberté

Big Digital

Google Archipelago

Le nouveau livre de Michael Rectenwald entreprend une tâche audacieuse dès la lecture de son titre, en établissant une analogie entre l’état actuel de l’économie de l’internet et les conditions horribles endurées par Alexandre Soljenitsyne dans les goulags soviétiques. Son argument général, par ailleurs, est direct et potentiellement convaincant : en raison de la nature oligopolistique de l’internet moderne, Google, Facebook, Twitter, Instagram et Amazon contrôlant une si grande partie du trafic dans leurs sphères respectives, ces sociétés ont la possibilité de faire passer leurs propres programmes personnels, de gauche, auprès des consommateurs qui veulent simplement être en mesure d’accéder aux informations et aux produits pour lesquels ils sont devenus une passerelle essentielle.

À leur tour, ces entreprises, avec l’aide du gouvernement, utiliseront leur pouvoir monopolistique pour soumettre toute personne qui ne veut pas s’aligner sur le nouvel agenda “woke“.

Les préoccupations générales de Rectenwald concernant la censure privée et sociale, plutôt que gouvernementale, le placent en bonne compagnie. L’éminent philosophe libéral J.S. Mill a noté dans son ouvrage On Liberty (1859 ; 2011, Gutenberg Institute, p. 8) que la censure de la société civile “pratique [sic] une tyrannie sociale plus redoutable que de nombreux types d’oppression politique, car, bien qu’elle ne soit pas habituellement soutenue par des sanctions aussi extrêmes, elle laisse moins de moyens de s’échapper et pénètre beaucoup plus profondément dans les détails de la vie”.

Rectenwald note à juste titre (p. 78) que la Révolution culturelle chinoise, bien que dirigée par les élites politiques, a été entreprise par de simples citoyens qui, dans leur zèle, étaient prêts à détruire littéralement les moyens de subsistance de leurs compatriotes considérés comme insuffisamment fidèles au maoïsme.

Google Archipelago : The Digital Gulag and the Fate of Free Speech explore la portée, la pénétration, la puissance et l’impact du “Big Digital” – ou les méga gestionnaires d’information, les plateformes de médias sociaux, les développeurs d’intelligence artificielle, les fournisseurs d’autres applications et fonctionnalités web, et les architectes et promoteurs de l’Internet des objets à venir. Alphabet (Google, YouTube, etc.) Facebook et Instagram, Twitter, Yelp et Linkedin, ainsi que leurs nombreuses filiales et concurrents, constituent un collectif numérique – Big Digital – dont le domaine est mondial et dont le pouvoir idéologique et fonctionnel représente une force sans équivalent dans l’histoire.

Big Digital, une constellation non gouvernementale de sociétés de technologie numérique, préside désormais à la vie publique et privée à un point tel qu’elle rivalise, voire dépasse, la portée et la pénétration gouvernementales de plusieurs gouvernements nationaux réunis. Le Big Digital représente une nouvelle forme privée de gouvernement, ou une gouvernementalité, les moyens par lesquels les populations sont gouvernées, et les technologies qui permettent cette gouvernance.

Le principal moyen derrière les fonctions gouvernementales de Big Digital est l’idéologie. Et l’idéologie de Big Digital est résolument de gauche. J’appelle l’idéologie de Big Digital “gauchisme d’entreprise” – ou, pour emprunter et redéfinir une expression inventée par George Gilder, “le marxisme de Google”. Le gauchisme d’entreprise ou le marxisme de Google constituent l’ensemble des valeurs et des croyances que l’on retrouve aujourd’hui dans un nombre croissant d’entreprises américaines et autres corporations. Le gauchisme d’entreprise informe les politiques et les procédures de Big Digital.

Mais le gauchisme d’entreprise est également disséminé bien au-delà des cultures de travail du quartier général de Big Digital. Le gauchisme d’entreprise n’est pas une caractéristique subsidiaire ou un aspect accessoire de Big Digital. Le gauchisme est codé dans l’ADN même de la technologie du Big Digital et se réplique avec chaque ramification organisationnelle et chaque nouvelle technologie. L’idéologie gauchiste de Big Digital circule dans les profonds réseaux neuronaux du cyberespace et des autres sphères numériques. Le gauchisme corporatif est intrinsèque à la structure de l’internet, du ” Cloud “, des algorithmes, des applications, des bots d’IA, des services de médias sociaux, des systèmes software de tracking de la navigation web, des assistants virtuels, et plus encore.

Google Archipelago raconte comment les entreprises de technologie numérique de la Silicon Valley sont devenues des bastions du gauchisme – comment, pourquoi et à quelles fins le gauchisme d’entreprise a constitué et informé Big Digital, tout en continuant à promouvoir les objectifs commerciaux de ses conglomérats numériques mondiaux et en étendant leur portée en tant que gouvernementalité privée.

Le gauchisme d’entreprise de Big Digital est autoritaire jusqu’à la moelle – et la principale gouvernementalité dans le monde d’aujourd’hui est la constellation autoritaire gauchiste d’entreprise que j’appelle l’Archipel Google : Le goulag numérique et la simulation de la liberté. Rectenwald, Michael. (2019).

Le cocktail dangereux : Big Tech et idéologie de la justice sociale-Michael Rectenwald | American Thought Leaders

Le gouvernement de Google et le goulag numérique | Michael Rectenwald | The Glenn Beck Podcast | Ep 47

Extrait interview :

“Google Archipelago (ci-après GA) retrace la métastase de l’idéologie sociale dans le domaine numérique. Il peut être considéré comme le deuxième d’une série d’épisodes sur la justice sociale, une série que j’ai commencée dans Springtime for Snowflakes et que je poursuivrai peut-être dans un troisième livre, complétant ainsi une trilogie.

Ce livre représente une étude de la manifestation largement étendue et magnifiée de l’idéologie autoritaire-totalitaire gauchiste à mesure qu’elle s’étend dans le cyberespace, s’étend dans le corps cybersocial et pénètre les recoins les plus profonds de la vie sociale et politique. Dans GA, je relie la politique de Big Digital à ses technologies. Je soutiens et démontre que les technologies sont intrinsèquement gauchistes et autoritaires.

Pour des raisons que j’expose dans le livre, la seule façon de comprendre la politique d’organisations telles que Google, Facebook, Twitter, etc. et la façon dont cette politique se reflète dans ses technologies est de voir le Big Digital comme la pointe d’un conglomérat économique et gouvernemental qui vise à monopoliser la vie humaine à l’échelle mondiale.

L’ambition politique de Big Digital est d’établir un système à deux niveaux composé de monopoles mondiaux d’entreprise et d’État au sommet, avec un “socialisme existant” pour tous les autres. J’appelle ce système à deux niveaux “socialisme d’entreprise“, que je préfère au terme “techno-féodalisme”, utilisé par d’autres.

J’ai de très bonnes raisons d’adopter le nom de socialisme d’entreprise plutôt que celui de techno-féodalisme, dont la moindre n’est pas le penchant des monopolistes à utiliser la rhétorique et l’idéologie socialistes dans leurs tentatives de faire exister le système à deux vitesses.

Le socialisme d’entreprise a pour but d’arriver à un État unique, un seul monde, avec de vastes monopoles mondialistes contrôlant la production. Ces monopoles seraient mis en parallèle avec un socialisme ou une égalité réduisant les perspectives de tous les autres. Des dupes imprudents comme Bernie Sanders et Alexandria Ocasio-Cortez servent les socialistes d’entreprise en habituant les masses à cet état de fait. Les objectifs du socialisme d’entreprise sont introduits sous l’apparence d’une égalité économique et sociale, une égalité avec des perspectives réduites pour la grande majorité.

Les socialistes d’entreprise n’ont pas besoin d’égalité ; l’égalité s’applique strictement à la majorité destinée à vivre avec des perspectives réduites de “socialisme réellement existant” sur le terrain. En fin de compte, Big Digital tente de remplacer la réalité par une ou plusieurs simulations numériques, des simulacres se présentant comme des substituts de la réalité – pour introduire des réalités simulées et fausses ou des simulacres qui déplacent et remplacent le réel. Oubliez les Fake News. Essayez la Fake Reality (la fausse réalité)”.

Dr. Michael Rectenwald

Michael Rectenwald est l’auteur de onze ouvrages, dont Thought Criminal (2020), Beyond Woke (2020), Google Archipelago (2019), Springtime for Snowflakes (2018), Nineteenth-Century British Secularism (2016). Il a été professeur à l’université de New York de 2008 à 2019. Il a également enseigné à la Duke University, la North Carolina Central University, la Carnegie Mellon University et la Case Western Reserve University. Il est un expert et un défenseur de la liberté d’expression contre toutes les formes d’autoritarisme et de totalitarisme, y compris le socialisme-communisme, la “justice sociale”, le fascisme et le politiquement correct.

Il est titulaire d’un doctorat en études littéraires et culturelles de l’université Carnegie Mellon, d’une maîtrise en littérature anglaise de l’université Case Western Reserve et d’une licence en littérature anglaise de l’université de Pittsburgh. (voir son C.V. pour plus de détails). Ses essais universitaires et académiques sont parus dans le Quarterly Journal of Austrian Economics, Academic Questions, Endeavour, le British Journal for the History of Science, College Composition and Communication, International Philosophical Quarterly, les anthologies De Gruyter (Organized Secularism in the United States), etc.

Les publications de Michael destinées au grand public sont apparues sur le fil de Mises Institute, The Epoch Times, RT.com, Campus Reform, The New English Review, The International Business Times, The American Conservative, Quillette, The Washington Post, The Pittsburgh Post-Gazette, entre autres. Le Dr Rectenwald a participé à de nombreux talk-shows politiques et autres sur les grands réseaux (Tucker Carlson Tonight, Fox & Friends, Fox & Friends First, Varney & Company, The Glenn Beck Show), à des émissions de radio syndiquées (Glenn Beck et bien d’autres), ainsi qu’à des émissions et podcasts.

Voir aussi :

Qu’est-ce que le Grand Reset ? Espoirs réduits et Bio-techno-féodalisme
Le socialisme d’entreprise
Le capitalisme aux caractéristiques chinoises
Capitalisme des parties prenantes vs. néolibéralisme
L’idéologie Woke

Apple et Google lancent une app pour traquer le coronavirus

L’application vous avertira si vous avez côtoyé quelqu’un qui a été testé positif.

Apple et Google s’associent officiellement pour développer une application de suivi du coronavirus conçue pour vous dire si vous avez récemment été exposé à une personne dont le test COVID-19 s’est révélé positif.

L’idée est de tirer parti de la vaste portée commerciale des deux méga-entreprises pour suivre la propagation du coronavirus. L’application est centrée sur l’idée de “traçage de contacts”, qui consiste essentiellement à garder un œil sur qui est porteur du virus et à qui le virus aurait pu être transmis.

La technologie Bluetooth permet aux appareils de mesurer la proximité d’autres appareils. Comme le coronavirus peut être transmis en étant proche de ceux qui en sont atteints, les applications utilisant cette technologie pourraient indiquer si une personne a été en contact étroit avec quelqu’un qui s’est précédemment auto-enregistré comme ayant été testé positif au COVID-19.

Selon le communiqué de presse, les deux entreprises prévoient de lancer des interfaces de programmation d’applications (API) en mai qui permettront à l’application de fonctionner sur les plateformes et appareils mobiles Apple iOS et Google Android.

Les applications des autorités de santé publique utiliseront le logiciel pour commencer à collecter des données – et potentiellement informer les utilisateurs s’ils sont en danger.

Selon un communiqué, une véritable plateforme de recherche de contacts basée sur le Bluetooth sera mise en service dans les prochains mois.

Afin de préserver l’anonymat de ceux qui utilisent l’application, Google et Apple affirment que les informations envoyées seront traitées de manière à protéger la vie privée.

“La liste des personnes avec lesquelles vous avez été en contact ne quitte jamais votre téléphone”, selon la documentation officielle. L’application nécessitera également un “consentement explicite de l’utilisateur”.

The Verge

Honeywell affirme avoir construit le meilleur ordinateur quantique du monde

Le secret le mieux gardé de l’informatique quantique

Honeywell, une entreprise américaine surtout connue pour ses thermostats domestiques, a annoncé qu’elle avait construit l’ordinateur quantique le plus puissant du monde. Alors que tous les yeux étaient tournés vers IBM et Google, qui l’année dernière ont renversé la suprématie quantique, Honeywell a travaillé discrètement sur la technologie quantique qu’elle prévoit de mettre à la disposition de ses clients via Internet dans les trois prochains mois.

La plupart des ordinateurs quantiques, y compris ceux développés par IBM et Google, sont construits autour de qubits supraconducteurs, qui utilisent des circuits sur-refroidis. L’ordinateur quantique d’Honeywell utilise une technologie différente, appelée piège à ions, qui maintient les ions – les qubits de l’ordinateur – en place grâce à des champs électromagnétiques. Les puces quantiques supraconductrices sont plus rapides, mais les pièges à ions sont plus précis et conservent leur état quantique plus longtemps.

Honeywell indique également qu’il peut marquer une pause sur un calcul quantique, lire l’état d’un qubit, puis redémarrer le calcul sur un chemin différent en fonction du résultat. Cela permettrait d’exécuter quelque chose comme une instruction «if» à mi-calcul – une partie fondamentale des langages de codage.

Honeywell a publié les détails sur le fonctionnement de son système dans le référentiel de pré-impression arXiv. La société affirme que son ordinateur sera deux fois plus puissant que la machine IBM, Q System One, lorsqu’elle sera lancée, bien que cette revendication soit susceptible d’être contestée.

Honeywell a aussi conclu des partenariats avec JPMorgan Chase et Microsoft, qui fourniront des algorithmes d’informatique quantique et un savoir-faire général en informatique, ainsi que des investissements dans de plus petits groupes de spécialistes en informatique quantique.

Honeywell peut sembler être un outsider dans ce domaine, mais c’est une entreprise de grande envergure qui possède un savoir-faire industriel qui va bien au-delà des thermostats, notamment dans de nombreux secteurs de haute précision comme la défense et l’aérospatiale. Son expérience dans le domaine du vide et de la cryogénie ont probablement joué un grand rôle dans ses efforts pour construire un ordinateur quantique, qui fait appel à beaucoup plus de domaines d’ingénierie qu’un ordinateur ordinaire. Cela suggère que la smart money pour les technologies quantiques de la prochaine génération devrait aller aux conglomérats industriels comme Honeywell tout autant qu’aux géants technologiques traditionnels comme IBM et Google.

Mais pour le moment, il ne s’agit que d’une annonce. Nous devrons attendre encore quelques mois pour voir ce que l’ordinateur quantique d’Honeywell peut réellement faire.

Techcrunch, Wall Street Journal

Google va proposer des comptes bancaires

Certaines des plus grandes sociétés de technologie au monde, dont Apple, ont essayé de pénétrer dans l’espace bancaire personnel en offrant des cartes de crédit et des comptes chèques à leurs clients.

Aujourd’hui, selon un rapport exclusif du Wall Street Journal, Google se joint à ceux-là avec un plan pour commencer à proposer des comptes chèques à ses milliards d’utilisateurs.

Google a signé un accord le mois dernier avec Citigroup et Stanford Federal Credit Union pour développer un compte chèque qui sera lié à Google Pay dès l’année prochaine – la même application qui permet aux clients de payer leurs achats à l’aide de leur smartphone Android. Jusqu’à présent, le service compte près de 100 millions d’utilisateurs.

Mais il y a un obstacle majeur que Google devra inévitablement franchir pour faire de ses services bancaires un véritable choix pour les consommateurs : il devra les convaincre que leurs données personnelles sont en sécurité.

En effet, la nouvelle du “projet Cache” est arrivée juste un jour après qu’un dénonciateur ait révélé l’existence du projet Nightingale, un partenariat de Google avec Ascension, un géant de la santé. Ce projet controversé pourrait permettre à Google d’accéder aux données médicales personnelles d’environ 50 millions d’Américains.

Google a accès à des millions de données personnelles sur la santé des Américains

Wall Street Journal, CNBC, MIT Technology Review

Google a accès à des millions de données personnelles sur la santé des Américains

Google a signé un accord avec Ascension, le deuxième plus grand système hospitalier des États-Unis, pour collecter et analyser des millions de données personnelles sur la santé des Américains, selon le Wall Street Journal. Ascension opère dans 150 hôpitaux dans 21 états.

A terme, les données de tous les patients (dates de naissance, résultats de laboratoire, diagnostics et dossiers d’hospitalisation par exemple) pourraient être téléchargées dans les systèmes informatiques cloud de Google, afin d’utiliser l’intelligence artificielle pour scanner des dossiers électroniques ou diagnostiquer ou identifier des problèmes médicaux. Le projet, baptisé “Projet Nightingale”, a débuté en secret l’année dernière, rapporte le WSJ. Ni les patients ni les médecins n’ont été informés.

Un sujet délicat

Inévitablement, il y a des inquiétudes. L’entreprise a pris le contrôle de la division de la santé de son unité d’IA, DeepMind, en novembre 2018, et les gens de l’époque ont averti qu’elle pourrait ouvrir la voie à Google pour accéder aux données privées et identifiables sur la santé des gens. Les employés d’Ascension ont soulevé des préoccupations sur la façon dont les données seront recueillies et partagées, tant sur le plan technologique qu’éthique, selon les rapports du WSJ.

https://iatranshumanisme.com/transhumanisme/les-plus-grandes-acquisitions-de-google/

Un domaine compétitif

Amazon, Uber et Apple se présentent tous comme des acteurs du monde lucratif de la santé. Cependant, Ascension est le plus gros client du cloud computing de Google dans le domaine de la santé jusqu’à présent et cet accord les placera en tête du peloton.

Google Cloud, Ascension, BBC, Financial Times

C’est officiel : Google a atteint la suprématie quantique

Des rumeurs circulent depuis des semaines selon lesquelles la mégacorporation technologique Google a atteint la suprématie quantique, ce qui signifie qu’elle utilise un ordinateur quantique expérimental pour effectuer un calcul beaucoup plus rapidement qu’un ordinateur binaire ordinaire.

Et cela nous amène à aujourd’hui, lorsque Google a officiellement publié le document dans la prestigieuse revue Nature. Google affirme que son ordinateur quantique Sycamore a effectué un calcul lié à un générateur de nombres aléatoires en seulement 200 secondes – une tâche qui prendrait 10 000 ans au supercalculateur le plus puissant du monde, selon le géant de la technologie.

La mégacorporation est clairement très fier de sa réalisation. Sundar Pichai, PDG de Google, l’a même comparé au premier vol des frères Wright en 1903, lors d’une interview avec le MIT Technology Review.

L’informatique quantique va changer le monde

Le plus grand concurrent de Google dans le domaine de l’informatique quantique, IBM a publié un article où il a fait remarquer que la vitrine de Google ne “tenait pas compte de l’abondance de stockage sur disque” et d’autres méthodes d’optimisation.

Par conséquent, “l’expérience de Google est une excellente démonstration des progrès de l’informatique quantique basée sur la supraconductivité”, ont écrit les chercheurs d’IBM, mais elle ne devrait pas “être considérée comme une preuve que les ordinateurs quantiques sont “suprêmes” par rapport aux ordinateurs classiques.”

The Verge, Nature

Google : Sundar Pichai à propos de la suprématie quantique

Dans une interview exclusive avec MIT Technology Review, Pichai explique au rédacteur en chef Gideon Lichfield pourquoi l’informatique quantique pourrait être aussi importante pour Google que l’Intelligence Artificielle.

Des chercheurs de Google ont publié dans Nature un article dans lequel ils affirment avoir atteint la “suprématie quantique”. Il leur a fallu 200 secondes pour que leur ordinateur quantique 53 bits effectue un calcul qui, selon Google, aurait nécessité 10 000 ans au supercalculateur le plus rapide du monde. (Un draft du document a été divulgué en ligne le mois dernier.)

Google prétend avoir obtenu la suprématie quantique

Pichai a comparé la percée aux frères Wright. “Le premier avion n’a volé que 12 secondes, et il n’y a donc aucune application pratique à cela. Mais cela a montré la possibilité qu’un avion puisse voler.” Il a suggéré que l’informatique quantique pourrait un jour aider à la découverte de médicaments ou à la réduction de la consommation de carbone dans l’industrie des engrais.

L’informatique quantique va changer le monde

Pichai a supposé que ce genre d’applications seraient disponible d’ici une dizaine d’années. Mais lorsque cela arrivera, il prédit que l’informatique quantique s’avérera être une percée technologique aussi importante que l’intelligence artificielle.

Lisez l’interview dans son intégralité. MIT Technology Review

IBM réfute les prétentions de suprématie quantique de Google

 

IBM réfute les prétentions de suprématie quantique de Google

IBM a critiqué la récente affirmation selon laquelle Google aurait atteint la «suprématie quantique» lorsque son processeur de 53 bits aurait pris quelques minutes pour résoudre un problème qui nécessiterait 10 000 ans d’utilisation d’un supercalculateur (The Register).

Dans un article, IBM, lui-même un leader de l’informatique quantique, affirme qu’une simulation idéale de la même tâche peut être effectuée sur un système classique en 2,5 jours et avec une fidélité bien plus grande.

The Register

Google prétend avoir obtenu la suprématie quantique

Rencontrez le nouveau géant militaire américain : Amazon

L’accord controversé du Pentagone sur le cloud computing JEDI (Joint Enterprise Defense Infrastructure), d’une valeur de 10 milliards de dollars, est l’un des contrats de défense les plus lucratifs jamais conclus. Amazon est en pole position pour gagner – et son entrée dans l’armée a été longue à venir.

En juillet, alors que le président Donald Trump était dans le Bureau ovale avec le premier ministre néerlandais, il a pris quelques instants pour répondre aux questions des journalistes. Ses commentaires, d’une manière typique, couvraient des sujets disparates – de la création d’emplois à l’escouade des femmes du Congrès qu’il attaque régulièrement en passant par les sanctions contre la Turquie. Puis un journaliste lui a posé des questions sur un obscur contrat du Pentagone appelé JEDI et lui a demandé s’il avait l’intention d’intervenir.

“Lequel est-ce ?” Demanda Trump. “Amazon ?”

Le journaliste faisait référence à un contrat lucratif et bientôt attribué pour fournir des services de cloud computing au ministère de la Défense. Il vaut jusqu’à 10 milliards de dollars, et Amazon a longtemps été considéré comme le chef de file. Mais l’accord a fait l’objet d’un examen minutieux de la part de ses rivaux qui ont déclaré que le processus d’appel d’offres était biaisé en faveur du géant du commerce électronique.

“C’est un très gros contrat”, a déclaré Trump. “L’un des plus gros jamais vu concernant le cloud et beaucoup d’autres choses. Et nous recevons beaucoup de plaintes de la part de nombreuses autres entreprises, et de grandes entreprises. Certaines des plus grandes entreprises du monde s’en plaignent.”

“Microsoft, Oracle et IBM”, a-t-il poursuivi, “étaient tous hérissés”.

“Alors on va y jeter un coup d’œil. Nous allons y jeter un coup d’œil très attentif.”

Peu de temps après, le Pentagone a fait une annonce : le contrat a été suspendu jusqu’à ce que le processus d’appel d’offres ait fait l’objet d’un examen approfondi.

Beaucoup l’ont vu comme un autre coup de poing de Trump chez son ennemi juré Jeff Bezos, le PDG d’Amazon et propriétaire du Washington Post. Depuis son arrivée à la Maison-Blanche, Trump s’en prend régulièrement à Bezos sur Twitter, lui reprochant une couverture médiatique négative, critiquant les affaires fiscales d’Amazon, et même l’impact de l’entreprise sur le service postal américain.

Après tout, jusqu’à il y a quelques mois à peine, la plupart des Américains n’avaient jamais entendu parler de JEDI et s’en souciaient encore moins. Comparativement aux efforts de construction de gros avions de chasse ou de missiles hypersoniques – le genre de projets militaires dont nous avons l’habitude d’entendre parler -, le programme Joint Enterprise Defense Infrastructure semblait carrément ennuyeux. Ses dispositions les plus intéressantes comprennent les centres de données hors site, les systèmes informatiques et les applications Web.

C’est peut-être tout aussi banal qu’Amazon soit en lice pour un tel contrat. Après tout, c’est le premier fournisseur mondial de cloud computing ; sa division Amazon Web Services (AWS) a généré plus de 25 milliards de dollars de revenus en 2018.

Mais la diatribe de Trump ne concernait pas seulement une guerre contractuelle entre une poignée d’entreprises technologiques. Il mettait en lumière la nature changeante d’Amazon et son rôle dans la sécurité nationale et la politique. L’entreprise a passé la dernière décennie à travailler avec soin vers le cœur de Washington, et aujourd’hui – non content d’être le plus grand détaillant en ligne du monde – elle est sur le point de devenir l’un des plus grands entrepreneurs de la défense des États-Unis.

Qui a besoin de la démocratie quand on a des données ?

Retour sur le JEDI

Le Sheraton Hotel à Pentagon City, un quartier adjacent du ministère de la Défense, est loin de l’esprit de la Silicon Valley et de sa culture de startup. En mars 2018, la salle de bal de 1 000 places de cet hôtel des années 1970 regorgeait de fournisseurs intéressés à faire une offre sur le JEDI. Alors que les participants étaient assis dans des fauteuils de style Louis XIV, un défilé de responsables du Pentagone en uniforme a parlé de la stratégie d’approvisionnement.

Pour les soumissionnaires habituels du Beltway, ce spectacle était familier jusqu’à ce que Chris Lynch monte sur scène. Lynch, décrit par une publication de la défense comme le “gourou du numérique du Pentagone vêtu d’un sweat à capuche”, portait des lunettes de soleil à monture rouge sur le front et un t-shirt Star Wars portant l’emblème “Cloud City”.

Il était arrivé au Pentagone trois ans plus tôt pour rafraîchir la bureaucratie militaire moribonde. Entrepreneur en série travaillant dans les domaines de l’ingénierie et du marketing à Seattle, il a rapidement gagné l’hostilité des entrepreneurs fédéraux méfiants à l’égard de ce que le Pentagone avait l’intention de faire. Certains ont pris sa tenue décontractée comme un ricanement délibéré à la communauté boutonnée de Beltway.

“Il y a une place pour cela et ce n’est pas dans le Pentagone”, déclare John Weiler, directeur exécutif du Conseil consultatif sur l’acquisition des technologies de l’information (IT Acquisition Advisory Council), une association industrielle qui compte parmi ses membres des sociétés souhaitant soumissionner pour JEDI. “Je suis désolé de porter un sweat à capuche et toutes ces choses stupides. [Il porte] un genre d’uniforme pour déclarer en quelque sorte qu’il est un geek, mais en réalité, il ne l’est pas.”

Même ceux qui n’ont pas été offensés pensaient que Lynch avait clairement indiqué où se situaient ses préférences – et ce n’était pas avec les entrepreneurs fédéraux traditionnels.

“Et si nous devions tirer parti de toutes ces solutions incroyables qui ont été développées et conduites par des personnes qui n’ont rien à voir avec le gouvernement fédéral ?” A-t-il demandé lors de son discours devant la salle bondée. “Et si nous devions débloquer ces capacités pour accomplir la mission de défense nationale ? Et si nous tirions parti des marketplaces à longue traîne qui se sont développés dans les industries du cloud commercial ? C’est ce que JEDI est.”

Le Pentagone avait certainement décidé de prendre des mesures non conventionnelles avec ce contrat. Tout cela a été confié à un seul contractant, selon un calendrier accéléré, qui permettrait d’attribuer le contrat d’ici quelques mois. De nombreux membres du public ont déduit que l’accord était signé pour Amazon.

M. Weiler affirme que le contrat comporte de “grands défauts” et que l’approche du Pentagone finira par faire perdre de la rentabilité potentielle. Au lieu d’avoir plusieurs entreprises en concurrence pour réduire les coûts, il n’y aura qu’un cloud unique provenant d’un seul fournisseur.

Cette approche unique n’a pas fonctionné pour la CIA, – qui a annoncé son intention de faire appel à plusieurs fournisseurs plus tôt cette année, – et elle ne fonctionnera pas pour le ministère de la Défense, a-t-il déclaré. Et il ajoute que cet accord signifie que toutes les applications existantes devront migrer vers le cloud, que cela soit approprié ou non. “Certaines choses n’ont rien à y faire”, dit-il. “Certaines choses n’étaient pas conçues pour en tirer profit.”

En août 2018, Oracle a déposé une réclamation auprès du Government Accountability Office, affirmant que le contrat était “conçu autour d’un service cloud particulier”. (IBM a emboîté le pas peu de temps après.) Le même mois, la publication Defence One révélait que RosettiStarr, une firme d’enquêteur de Washington, préparait un dossier avec des reporters affirmant que Sally Donnelly, haut responsable du Pentagone et ancien consultant externe d’Amazon, avait tenté de favoriser la société de commerce électronique. RosettiStarr a refusé d’identifier le client qui a payé pour son travail.

Le logiciel de reconnaissance faciale en cloud de l’entreprise, qui permet de détecter l’âge, le sexe et certaines émotions ainsi que d’identifier les visages, est déjà utilisé par certains services de police, et en 2018 Amazon a acheté Ring, qui fait des sonnettes intelligentes qui capturent des vidéos.

Le FBI teste la biométrie faciale Amazon

Le drame a continué. En décembre 2018, Oracle, qui n’a pas été retenu pour l’étape finale de l’appel d’offres, a déposé de nouveaux documents alléguant un conflit d’intérêts. Deap Ubhi, qui travaillait avec Lynch au bureau des services numériques de défense du Pentagone, avait négocié un emploi avec Amazon alors qu’il travaillait pour JEDI, selon Oracle.

Des questions ont également été soulevées au sujet d’une visite de James Mattis, alors secrétaire à la Défense, sur la côte Ouest en 2017, qui comprenait une visite dans la Silicon Valley et une visite au siège d’Amazon à Seattle. En chemin, Mattis s’est déclaré “un grand admirateur de ce qu’ils font là-bas”, et il a ensuite été photographié marchant côte à côte avec Bezos.

(L’admiration de Mattis pour l’innovation n’a pas toujours été égalée par son discernement; jusqu’en 2017, il siégeait au conseil d’administration de Theranos, la firme de diagnostic du sang présentée comme une fraude).

Amazon et le Pentagone ont nié toute allégation de comportement abusif et ont reçu en juillet le soutien d’un juge fédéral, qui avait estimé que la société n’avait pas influencé indûment le contrat. C’était avant que le président Trump n’intervienne.

“Dès le premier jour, nous avons concouru pour JEDI en raison de l’ampleur et de la profondeur de nos services et sur le niveau de sécurité et de performance opérationnelle correspondant”, a déclaré un porte-parole d’AWS à MIT Technology Review.

Quel que soit le résultat de la révision de JEDI, il est clair que la dépendance du Pentagone à l’égard de la Silicon Valley augmente.

L’une des raisons pourrait être liée aux priorités du ministère de la Défense lui-même. Autrefois, elle a ouvert la voie à la science informatique – bon nombre des technologies qui ont rendu possible le cloud computing, y compris l’Internet lui-même, provenaient de la recherche commanditée par l’armée. Aujourd’hui, cependant, l’argent que les grandes entreprises de technologie apportent à la technologie de l’information est inférieur à ce que le Pentagone dépense pour la recherche informatique. DARPA, qui a financé la création de l’Arpanet (le précurseur de l’Internet) à partir des années 1960, est toujours impliqué dans le science informatique, mais quand il s’agit de cloud computing, il ne construit pas sa propre version.

Jonathan Smith, un responsable de programme DARPA, a déclaré que le travail de l’agence sur le cloud se concentre aujourd’hui sur le développement de prototypes sécurisés et open-source pouvant être adoptés par quiconque, qu’il s’agisse de gouvernements, d’un milieu universitaire ou de sociétés commerciales, comme Amazon.

Une force se réveille

Il s’agit d’un revirement rapide par rapport à il y a un peu plus d’une décennie, lorsque Amazon avait obtenu une assignation à comparaître devant le gouvernement pour obtenir les dossiers de quelque 24 000 livres dans le cadre d’une affaire de fraude. “Les rumeurs, fondées ou non, d’une enquête criminelle fédérale orwellienne sur les habitudes de lecture des clients d’Amazon pourraient effrayer d’innombrables clients potentiels en les dissuadant d’annuler des achats de livres en ligne”, a écrit le juge dans son jugement de 2007 en faveur d’Amazon. Ceux qui connaissaient bien la culture organisationnelle à l’époque disent qu’elle était généralement hostile à l’idée de travailler avec le gouvernement. Contrairement à Larry Ellison, qui s’est ouvertement vanté que la CIA était le client de lancement d’Oracle, Bezos faisait partie d’une deuxième vague de magnats de la technologie qui se méfiaient des liens avec les autorités fédérales.

Pourtant, l’entreprise faisait déjà ses premiers pas dans les services de cloud computing, ce qui en ferait un partenaire gouvernemental évident. En 2003, deux employés, Benjamin Black et Chris Pinkham, ont rédigé un article décrivant un système de serveur virtuel normalisé pour fournir puissance de calcul, stockage de données et infrastructure sur demande. Si Amazon trouvait ce système utile, ont-ils suggéré, d’autres entreprises le feraient aussi. Un jour, ceux qui ne voulaient pas exploiter leurs propres serveurs n’auraient plus à le faire : ils pourraient simplement les louer.

Le duo a présenté l’idée à Bezos, qui leur a dit de la suivre. Lancé publiquement en mars 2006, bien avant des services concurrents comme Microsoft Azure et Google Cloud, AWS domine désormais le marché. Les services cloud ont fourni à Amazon 13 % de son activité globale en 2018 et une part disproportionnée de ses bénéfices. AWS compte des millions de clients, dont Netflix, Airbnb et GE.

Le fait de fournir une infrastructure à d’autres entreprises a ouvert la porte aux organismes gouvernementaux. En 2013, AWS a remporté une victoire surprise en devenant le fournisseur de cloud computing de la CIA. Cet accord, d’une valeur de 600 millions de dollars, a fait d’Amazon un important entrepreneur en matière de sécurité nationale du jour au lendemain.

Depuis, les choses se sont accélérées. Amazon a investi massivement dans de nouveaux centres de données en Virginie du Nord, et en février 2019, après un concours très médiatisé, la société a annoncé qu’elle avait choisi Crystal City, en Virginie – une banlieue de Washington, DC, à moins d’un mile du Pentagone – comme site pour son deuxième siège social. (New York a également été choisie comme ville gagnante, mais Amazon a par la suite abandonné ses projets à la suite de l’opposition du public aux allégements fiscaux que la ville avait accordés à la société).

Tout cela s’est déroulé sans grande friction, alors que d’autres géants de la technologie ont eu des relations chaotiques avec l’appareil de la sécurité nationale. En 2015, Apple a publiquement défié le FBI lorsqu’on lui a demandé d’entrer par effraction dans un téléphone appartenant à l’un des auteurs d’une fusillade de masse à San Bernardino, en Californie (le FBI a retiré sa demande après avoir versé près de 1 million de dollars à des hackers pour pouvoir y accéder). Et Google s’est retiré de l’appel d’offres pour JEDI l’année dernière après qu’un employé se soit révolté à propos de son travail sur un contrat d’intelligence artificielle du Pentagone, Project Maven.

Le Pentagone cache des informations des travaux de Google sur les drones militaires

Amazon n’a pas connu le même type de réaction de la part du personnel – peut-être parce qu’il est notoire pour une approche dure des négociations de travail. Et même lorsque ses employés sont devenus agités, ce n’était pas à cause des liens d’Amazon avec la CIA ou le Pentagone, mais parce qu’elle vendait des services Web à Palantir, la société d’analyse de données qui collabore avec Immigration and Customs Enforcement. Les employés d’Amazon ont écrit une lettre ouverte à Bezos pour protester contre la “politique immorale des États-Unis”, mais cela n’a guère eu d’effet.

Microsoft et Amazon sous le feu de la technologie de reconnaissance faciale

Et ce serait une surprise si cela se produisait. Il est difficile d’imaginer qu’après plus de cinq années consacrées à fournir la base informatique à la CIA, alors qu’elle menait des frappes de drones dans le monde entier, Amazon hésiterait soudainement à travailler à la lutte contre la fraude en matière d’immigration.

L’Empire contre-attaque

Alors pourquoi Amazon s’est-elle lancée dans la sécurité nationale ? Beaucoup pensent qu’il s’agit d’argent sale. Stephen E. Arnold, spécialiste des logiciels de renseignement et d’application de la loi, a utilisé une série de vidéos en ligne pour retracer l’évolution d’Amazon depuis 2007, alors qu’elle n’avait “en fait aucune présence” dans le gouvernement IT, jusqu’à aujourd’hui, où elle semble destinée à dominer. “Amazon veut neutraliser puis déplacer les fournisseurs traditionnels du Département de la Défense et devenir l’IBM du 21ème siècle pour le gouvernement américain”, dit-il.

Trey Hodgkins est d’accord. “Le gagnant du contrat [JEDI] va contrôler une partie importante des clouds dans l’ensemble du gouvernement fédéral”, a déclaré Hodgkins, qui était jusqu’à récemment vice-président principal de l’Alliance de la technologie de l’information pour le secteur public, une association d’entrepreneurs en IT. L’alliance s’est dissoute en 2018 après avoir soulevé des préoccupations au sujet du JEDI, après quoi Amazon, l’un de ses membres, a quitté et formé sa propre association. Les agences civiles, dit-il, se tournent vers le Pentagone et disent : “Vous savez quoi ? Si c’est assez bon et assez substantiel pour eux – à l’échelle – alors ça va probablement aller pour nous.”

“Et si nous tirions parti de toutes ces solutions incroyables qui ont été développées et conduites par des personnes qui n’ont rien à voir avec le gouvernement fédéral ?”

Mais Arnold croit qu’Amazon est en train de s’engager davantage dans le commerce mondial du maintien de l’ordre public et de la sécurité. Le logiciel de reconnaissance faciale en cloud de l’entreprise, Rekognition, qui permet de détecter l’âge, le sexe et certaines émotions ainsi que d’identifier les visages, est déjà utilisé par certains services de police, et en 2018 Amazon a acheté Ring, qui fait des sonnettes intelligentes qui capturent la vidéo.

Le FBI teste la biométrie faciale Amazon

Ring pourrait sembler être un bon investissement en tant que consommateur, mais selon Arnold, la société crée une technologie qui peut exploiter son trésor de données relatives aux consommateurs, aux finances et au maintien de l’ordre. “Amazon souhaite devenir le fournisseur privilégié du gouvernement fédéral, des États, des comtés et des collectivités locales lorsque des solutions en matière de police et de renseignement sont nécessaires”, a-t-il déclaré. Cet été, Vice News a révélé que Ring aidait à fournir une vidéo aux services de police locaux.

Mais ce n’est que le début. Arnold prédit qu’Amazon ira au-delà des marchés américains du renseignement et du maintien de l’ordre et se tournera vers le monde. Cela, prédit-il, vaut des dizaines de milliards de dollars.

Le résultat net n’est pas la seule préoccupation, cependant : il y a aussi l’influence. Un ancien responsable du renseignement avec qui j’ai parlé m’a dit que les contrats du gouvernement et l’achat du Washington Post ne sont pas deux mesures distinctes pour Bezos, mais font partie d’une poussée plus large dans la capitale. Loin d’une conspiration, dit-il, c’est ce que les capitaines d’industrie ont toujours fait. “Il n’y a rien de tordu là-dedans”, a dit l’ancien fonctionnaire. “Bezos ne fait que défendre ses intérêts.”

Et peut-être que l’objectif ultime n’est pas seulement d’augmenter le nombre de contrats gouvernementaux, mais aussi d’influencer les réglementations qui pourraient affecter Amazon. Aujourd’hui, certaines de ses plus grandes menaces ne sont pas des concurrents, mais des législateurs et des politiciens qui défendent les mesures antitrust contre les géants de la technologie. (Ou, peut-être, un président soutenant qu’il devrait payer plus d’impôts.) Et Bezos comprend clairement qu’opérer à Washington nécessite d’avoir accès à qui que ce soit à la Maison-Blanche et d’exercer une influence sur lui ; en 2015, il a engagé Jay Carney, l’ancien attaché de presse du président Obama, comme cadre supérieur, et plus tôt cette année AWS a engagé Jeff Miller, un collecteur de fonds, pour faire pression en son nom.

Amazon a déclaré au MIT Technology Review que l’accent mis sur la sécurité nationale s’inscrit dans le cadre d’un mouvement plus large vers le secteur public.

“Nous sommes convaincus que les milieux de la défense, du renseignement et de la sécurité nationale méritent d’avoir accès à la meilleure technologie au monde”, a déclaré un porte-parole. “Et nous nous engageons à soutenir leurs missions essentielles de protection de nos citoyens et de défense de notre pays.”

Tout le monde n’est pas d’accord. Steve Aftergood, qui dirige le Project on Government Secrecy à la Federation of American Scientists, suit les dépenses en matière de renseignement et les questions de protection de la vie privée depuis des décennies. Je lui ai demandé s’il s’inquiétait de l’expansion rapide d’Amazon dans le domaine de la sécurité nationale. “Nous semblons courir vers une nouvelle configuration du gouvernement et de l’industrie sans avoir bien réfléchi à toutes les implications. Et certaines de ces implications ne sont peut-être pas entièrement prévisibles”, a-t-il écrit dans un courriel. “Mais chaque fois que vous établissez une nouvelle concentration de pouvoir et d’influence, vous devez également créer une structure compensatoire qui aura l’autorité et la capacité d’exercer une surveillance efficace. Jusqu’à présent, cette structure de surveillance ne semble pas recevoir l’attention qu’elle mérite.”

Si les observateurs et les critiques ont raison, le contrat JEDI du Pentagone n’est qu’un tremplin pour qu’Amazon qui finira par prendre le contrôle de l’ensemble du cloud gouvernemental, servant de centre de stockage de données pour tout, des casiers judiciaires aux audits fiscaux. Si cela concerne certains de l’extérieur qui regardent, c’est comme à l’habitude pour ceux qui se trouvent à l’intérieur du Beltway, où le gouvernement a toujours été le client le plus important et le plus lucratif.

“Bezos est malin d’arriver au début”, dit l’ancien responsable du renseignement. “Il a vu qu’il y avait de l’or dans ces collines”.

MIT Technology Review, Nextgov

Sharon Weinberger est chef du bureau de Washington pour Yahoo News et l’auteur de The Imagineers of War: The Untold Story of DARPA, the Pentagon Agency That Changed the World. Imagineers of War est une histoire fascinante et révolutionnaire dans laquelle la science, la technologie et la politique se rencontrent.