Les taxis japonais utilisent la reconnaissance faciale pour cibler les publicités

Les caméras situées sur la banquette arrière déterminent votre âge et votre sexe – et les utilisent ensuite pour vous servir avec des publicités ciblées.

Si vous avez pris un taxi au Japon cette année, vous vous êtes peut-être retrouvé face à face avec une tablette qui vous a scanné le visage pour connaître votre sexe, votre âge et d’autres caractéristiques – et qui a utilisé ces données pour vous cibler avec des publicités pertinentes.

Le système de reconnaissance faciale a circulé sur Twitter après que Rosa Golijan, ingénieure en politique de la protection de la vie privée chez Google, ait publié une photo de la tablette, expliquant qu’elle était utilisée dans les taxis japonais pour déterminer le sexe afin de fournir le meilleur contenu – un aperçu intéressant de la façon dont des publicités personnalisées et envahissantes pourraient un jour se déployer ailleurs dans le monde.

Un autre tweet posté en réponse à Golijan indique plus de détails, notamment sur la manière dont les données sont collectées et utilisées. Un QR code dans cette image renvoie au site Web du développeur japonais de la plate-forme de commerce électronique DeNA Co Ltd – vers la page “Trust & Safety” du service “Premium Taxi Vision” de la société.

Premium Taxi Vision, déployé pour la première fois en janvier, est destiné à rendre la conduite d’un taxi plus confortable et plus pratique, selon une page Web de DeNA. Vraisemblablement, ce confort et cette commodité signifient que nous évitons à nos clients de regarder une publicité destinée à un sexe ou à un groupe d’âge différent.

Le site Web DeNA explique que la vidéo des passagers est utilisée pour générer un profil de passager – âge, genre, nombre de passagers – qui est envoyé à l’agence de publicité Geniee Inc, qui envoie ensuite une publicité ciblée.

Cela signifie que Geniee ne voit pas les images. Dans le cas de Golijan, il aurait simplement su qu’une femme adulte montait dans le taxi. La séquence réelle, qui est revendiquée par DeNA, est immédiatement supprimée et le logiciel de reconnaissance faciale ne quitte jamais la tablette.

Daily Mail

Apple acquiert des brevets pour l’authentification biométrique continue

La propriété intellectuelle qui appartenait auparavant à la société Lighthouse, une société spécialisée dans les caméras de sécurité pour la maison, a été réaffectée à Apple par le U.S. Patent and Trademark Office après que le géant de la technologie ait acheté huit brevets qui, selon BGR Media, pourraient être utilisés pour une authentification passive et constante des utilisateurs basée sur l’IA et la reconnaissance faciale.

AppleInsider identifie les brevets pour un “système de sécurité basé sur la vision par ordinateur utilisant une caméra de profondeur” (US Patent No. 9,396,400), une “méthode et un système d’authentification visuelle” (US Patent No. 9,965,612 ), ainsi que d’autres brevets délivrés ou en instance concernant le traitement des environnements à faible luminosité (US Patent No. 10,009,554 ), une interface vocale avec un système de surveillance basé sur la vision et un système de notification des incidents. Le premier de ces brevets fait référence à l’exécution répétée d’étapes pour une sécurité continue.

Lighthouse a proposé un appareil photo au prix de 300 $ assorti de fonctionnalités supplémentaires d’intelligence artificielle sur abonnement, jusqu’à ce que l’entreprise ferme ses portes fin 2018. Apple a récupéré les brevets à peu près au même moment, mais on ne s’attend pas à ce qu’Apple se lance sur le marché des caméras de sécurité domestiques pour lesquelles Ring, Nest, Arlo, Wyze et d’autres entreprises se battent.

Les futurs iPhones devraient comporter des mises à niveau de Face ID, ainsi que d’une caméra 3D de détection de profondeur orientée vers l’arrière, ce qui ouvre la voie à différents cas d’utilisation potentiels pour les brevets.

BGR Media, The Verge, Fortune

Vous possédez vos pensées. Mais peut-être pas pour longtemps

Imaginez que vous ayez une interface cérébrale capable de lire toutes vos pensées, conscientes et subconscientes. Qui posséderait ces données ? À qui donneriez-vous accès ? Qui pourrait faire de l’argent dessus ?

Étant donné que nous construisons la technologie d’interfaçage du cerveau chez Kernel, et que d’autres construisent aussi cette technologie, c’est un exercice de réflexion important qui a pesé lourdement sur mon esprit.

Nos vies sont capturées numériquement; historique de recherche, ce que nous lisons / écrivons, où nous allons, ce que nous faisons, à quelle vitesse nous marchons, ce que nous achetons, où nous vivons, les habitudes, les préférences, la religion, la politique, et des milliers de détails plus intimes. Facebook, Google et d’autres ont miné, monétisé et profité de cette information. Il est troublant de penser que nos données cérébrales brutes pourraient être traitées de la même manière.

Aujourd’hui, vos pensées sont votre domaine privé. Vous êtes la seule personne à avoir accès à votre cerveau. Ce sont les seules données que vous contrôlez toujours. Mais à moins de faire de gros changements, ce ne sera bientôt plus le cas.

Les implications sont plus sérieuses que d’entendre la conversation de quelqu’un.

Il y a quelques mois, #DeleteFacebook était à la pointe de la mauvaise gestion imprudente de nos informations et j’ai écrit Your Data is Your Property pour étoffer cet argument. Malgré le bouleversement public, la capitalisation boursière de FB est en hausse de 100 milliards de dollars et la conversation sur les données a progressé. Heureusement, The Economist et d’autres ont poursuivi leur examen de la propriété des données avec de nouveaux articles publiés cette semaine.

Il est essentiel que nous réglions correctement ce problème, non seulement pour mettre un terme à l’intrusion dans la vie privée ou l’exploitation des données personnelles par les entreprises, mais aussi parce que cela est essentiel pour l’avenir de la race humaine.

Voici pourquoi ce problème est sensible au temps MAINTENANT : nous avons accéléré le chemin pour rendre les humains hors de propos. Nos systèmes économiques actuels sont parfaitement conçus pour mettre l’homme à la faillite. C’est simple : l’argent coule vers les investissements les plus rentables et, par cette mesure, il est plus rentable d’investir dans la technologie que chez les humains (l’écart s’élargit rapidement). Bientôt, il ne sera rentable que d’investir dans la technologie.

En fin de compte, nos données alimentent la technologie qui permet à l’intelligence numérique (comme celle qui alimente Facebook) de devenir plus intelligente, plus rapide et d’atteindre des revenus records. Et peut-être le plus important, ils l’obtiennent, gratuitement, et à nos frais.

Pour inverser ce chemin vers l’inadéquation, nous devons commencer à nous améliorer radicalement. Cela commence avec nous pour posséder nos données. Si nous ne commençons pas la quête pour nous améliorer radicalement, au-delà de ce que nous sommes actuellement capables, nous ne serons pas en mesure de nous prouver nous-mêmes de manière adéquate. C’est la réponse à l’avenir du travail / robots prenant nos emplois.

Nos données personnelles, qui incluent nos compétences, notre prise de décision, nos connaissances, nos préjugés, nos penchants et nos angles morts, constituent l’outil d’auto-amélioration le plus puissant et le plus précieux que nous puissions posséder.

En bref, l’avenir évolue, posséder nos pensées est un point de départ nécessaire. De là, nous devons reconfigurer nos incitations économiques et nos ambitions personnelles vers une amélioration humaine radicale.

Ces idées sont expliquées plus en détail dans Un plan pour l’humanité – passez à l’étape 3.

Bryan Johnson

Bryan Johnson est le fondateur de Kernel, OS Fund et Braintree. En 2016, il a fondé Kernel, investissant 100 millions de dollars pour construire des interfaces neurales avancées pour traiter les maladies et les dysfonctionnements, éclairer les mécanismes de l’intelligence et étendre la cognition. Kernel a pour mission d’améliorer considérablement notre qualité de vie au fur et à mesure que la durée de vie augmente. Il croit que le futur de l’humanité sera défini par la combinaison de l’humain et de l’intelligence artificielle (HI + AI). En 2014, Bryan a investi 100 millions de dollars pour lancer le OS Fund qui investit dans des entreprises scientifiques et technologiques qui commercialisent des découvertes révolutionnaires en génomique, en biologie synthétique, en intelligence artificielle, en automatisation de précision et en développement de nouveaux matériaux. En 2007, Bryan a fondé Braintree (acquiert Venmo en 2012) qu’il a vendu à PayPal en 2013 pour 800 M $.

Adrien Basdevant : Nos données valent de l’or

Quel est le point commun entre notre ordinateur, notre téléphone portable, notre carte de transport ou encore les réseaux sociaux ? Ils fournissent tous des données sur nous et sur nos habitudes. Le traitement des données, personnelles mais aussi industrielles et financières, est l’un des enjeux du siècle. Il existe même un marché secondaire de données, licite ou illicite.

L’Empire des données

L’Empire des données

Credit Don Quichotte

Essai sur la société, les algorithmes et la loi

Le numérique bouleverse nos manières d’être et d’agir, mais demeure un fait social rarement compris, souvent réduit à un optimisme béat ou à un pessimisme figeant. Cet essai pluridisciplinaire propose au contraire des pistes de réflexion.

Plus de données ont été créées en 2011 que depuis le début de l’histoire de l’humanité. Cette production double tous les deux ans, si bien que notre monde est désormais organisé et déterminé par cette nouvelle matière première, qualifiée de pétrole du XXIe siècle.

Vous souffrez d’une maladie apparemment indiagnostiquable ? En comparant votre information génétique aux vingt millions d’études oncologiques, le logiciel IBM Watson pourrait bien être votre sauveur. Vous recevez des réductions personnalisées pour des couches ? Pas d’inquiétude, le supermarché Target sait si vous êtes enceinte avant que vous ne l’annonciez à vos parents. L’un de vos amis a perdu son emploi ou est en retard sur ses échéances de paiement ? Attention, vos interactions sur les réseaux sociaux peuvent être utilisées comme critère pour vous octroyer votre prochain crédit.

Nos données sont collectées, traitées, vendues, chaque seconde. Par qui ? Comment fonctionne ce monde opaque dans lequel nous vivons ? Et existe-t-il un projet politique du Big data ? Les algorithmes des géants du numérique calculent nos moindres faits et gestes, anticipent nos désirs, profilent nos comportements. Ces nouveaux acteurs bouleversent tous les secteurs de la société, de l’agriculture à l’industrie des transports, et menacent la souveraineté des États et les missions traditionnelles qui leur sont dévolues en matière de santé, d’éducation, d’emploi, de recherche, de culture…

C’est officiel. Tout votre historique de navigation sur Internet est maintenant en vente

Ces mécanismes restent pourtant largement incompris des citoyens qui s’en remettent volontairement à eux pour suggérer qui inviter au restaurant, prédire les possibilités d’échec scolaire ou de récidive criminelle. Le droit cherche à se réapproprier ces enjeux, par une redéfinition de la propriété et de la concurrence, et par une réglementation européenne sur les données personnelles. Cela suffira-t-il ? Le rythme effréné de l’innovation nous pose une question plus que jamais cruciale : dans quelle société voulons-nous vivre demain ? L’urgence de notre choix n’est dès lors plus entre l’ancienne dichotomie du XXe siècle, l’État ou le marché, mais entre l’État de droit et la dictature des data.

Largement illustré, L’Empire des données retrace la grande histoire de cette collecte pour ouvrir à de nouvelles perspectives, et offre les clefs pour sortir de l’ornière catastrophiste aussi bien que d’une vision trop technophile.

Avocat spécialiste des enjeux numériques, Adrien Basdevant enseigne aussi à Sciences-Po et au sein du Master Data Science de l’ESSEC et de Centrale sur la gouvernance des données. Jean-Pierre Mignard, docteur en droit sur la cybercriminalité, est avocat, membre du Comité consultatif national d’éthique, et maître de conférences à l’École de journalisme et en Droit pénal des affaires à Sciences-Po Paris.

Extrait :

Le contentieux de données représente à n’en pas douter le contentieux du futur. Aujourd’hui peu maîtrisé, il deviendra notre quotidien de demain. La cybercriminalité va se démocratiser. Il est primordial de définir une politique pénale cohérente au sein de l’Union européenne dans la mesure où la cybercriminalité dépasse souvent et facilement les frontières, l’infraction étant commise à distance.

Juger les individus selon les statistiques collectives.

Que se passera-t-il, en effet, lorsque les données désigneront des criminels avant mêmes qu’ils n’aient commis leurs crimes ? Que restera-t-il de la présomption d’innocence pour celui qui présente les caractéristiques d’un multirécidiviste ? Il est certain qu’à l’heure où l’on écrit ces lignes, des laboratoires de recherche, des services de sécurité privés ou étatiques, réfléchissent aux vastes possibilités d’identification d’auteurs potentiels de crimes, grâce à l’exploitation de données massives. Il s’agirait alors de glisser insensiblement du commencement d’exécution à l’acte préparatoire, puis de l’acte préparatoire à la potentialité de commettre un crime. Indéniablement, cette piste ne peut être envisagée qu’avec intérêt par les organismes publics ou privés en charge de la sécurité, que ce soit pour des raisons de sécurité publique ou d’intérêt commercial. La plus neuve des technologies, par un extraordinaire raccourci, rejoindrait alors la plus vieille des criminologies. Les systèmes numériques prédictifs permettraient d’identifier le criminel en puissance. Tout comme, les caractéristiques morphologiques devaient permettre d’identifier le criminel-né, selon le père de la criminologie italienne, Cesare Lombroso.

Hitachi : une IA capable de prédire les crimes avant qu’ils se produisent
Des projets Chinois à la Minority Report utiliseront l’IA pour prédire des crimes

Conférence CNCPI – Quelle éthique pour les données ?

Maîtres Jean-Pierre Mignard et Adrien Basdevant, avocats du cabinet Lysias Partners, étaient invités par la CNCPI (Compagnie Nationale des Conseils en Propriété Industrielle) dans le cadre de la 2ème édition des Rendez-Vous de la Propriété Intellectuelle, pour une conférence autour du thème : “Quelle éthique pour les données ?” : Big data, algorithmes prédictifs : comment appréhender leurs enjeux ? L’accès et le partage des données prévalent-ils sur la propriété ? Une nouvelle gouvernance et un ordre juridique mondial pour réguler les données ? Cet événement s’est tenu le 14 juin 2016 au Théâtre de la Madeleine.

C’est officiel. Tout votre historique de navigation sur Internet est maintenant en vente

La technologie de reconnaissance faciale sera utilisée lors des JO 2020 de Tokyo

Les Jeux Olympiques et Paralympiques de Tokyo 2020 déploieront la technologie de reconnaissance faciale de NEC sur les sites de jeux afin de filmer les athlètes, le personnel et les journalistes, rapporte le Japan Times.

NEC lance un logiciel d’IA – NeoFace – avec une recherche individuelle spécifique

La technologie devrait accroître la sécurité en empêchant l’utilisation de cartes d’identité qui ont été empruntées, volées ou contrefaites, et peut-être aussi réduire les temps d’attente. Des sources sans nom ont déclaré au Times que le processus d’entrée des spectateurs sera le même que celui des Jeux olympiques précédents.

Le système a été testé au centre d’information de Japan House lors des Jeux olympiques de 2016 à Rio de Janeiro. Le rapport qualifie la technologie de NEC comme l’une des plus précises au monde, et capable de distinguer les jumeaux identiques et ceux qui ont subi une chirurgie esthétique.

Une résolution appelle à la collecte de données biométriques

La résolution du Conseil de sécurité des Nations Unies appelle à la collecte de données biométriques pour empêcher les déplacements de terroristes

4 janvier 2018 : Le Conseil de sécurité des Nations Unies a récemment adopté une résolution demandant aux pays de collecter des données biométriques auprès de terroristes présumés dans le cadre d’un effort visant à empêcher les terroristes de voyager. Les données biométriques seront compilées avec les données des dossiers passagers (PNR) et les informations passagers avancées (API) pour établir des listes de surveillance des terroristes connus et présumés.

La résolution 2396 (PDF) du Conseil de sécurité des Nations Unies sur les combattants terroristes étrangers évoque le risque que des ex-membres de l’Etat islamique commettent des attentats terroristes dans le monde après l’effondrement du pseudo-Etat, selon une déclaration du secrétaire d’Etat américain Rex Tillerson.

La résolution appelle également à des normes de sécurité aérienne plus strictes, qui pourraient inclure des contrôles biométriques, ainsi que le partage d’informations antiterroristes entre les États membres des Nations Unies.

La résolution a été adoptée à l’unanimité par le Conseil de sécurité et coparrainée par 66 pays.

Préparez-vous à vous faire relever les empreintes digitales pour vos futures vacances européennes

Biometric Update

Le marché de la biométrie militaire augmentera de plus de 7 % du taux croissance annuel (CAGR*) jusqu’en 2020

NEC apporte des solutions biométriques pour la police à l’Assemblée générale d’INTERPOL

NEC présentera ses solutions de cybersécurité et de biométrie pour la police lors de la 85ème exposition de l’Assemblée générale de l’OIPC-INTERPOL au Bali Nusa Dua Convention Center (BNDCC), en Indonésie, cette semaine.

La solution de cybersécurité de l’entreprise utilise une combinaison de technologies et de solutions de sécurité pour protéger les environnements TIC à grande échelle. La suite de la solution de médecine légale numérique (Digital Forensic Solution) aide les organismes chargés de faire appliquer la loi, à lutter contre la cybercriminalité et donne aux organisations des connaissances pour des domaines médico-légaux spécifiques, y compris : la médecine légale d’appareils mobiles ; médecines légales de disque ; médecines légales de Malware, et, médecines légales de mémoire. La suite comprend également une solution de sécurité de nouvelle génération pour contrer les menaces inconnues en utilisant une technologie heuristique progressive et d’autres développements dans une solution basée sur les analyses.

NEC expose également sa technologie biométrique de reconnaissance faciale et sa technologie d’appariement d’empreinte digitale incluant : NeoFace Watch, application de reconnaissance faciale pour la surveillance vidéo en temps réel, recherche de visuels hors ligne et recherche de visages à gros volumes; NeoFace Reveal, un poste de travail à face latente offrant la possibilité d’améliorer les images de visage latentes de mauvaise qualité, de rechercher des dépôts d’images et d’identifier des candidats potentiels; NeoFace Smart ID et NeoScan45, une application mobile équipée de capacités de capture multi-biométriques incluant des images faciales, des empreintes digitales et des voix en plus de données descriptives; SmartScan, une solution de capture multimodale avancée.

Juste la semaine dernière, NEC a lancé globalement NeoFace Image data mining (NeoFace Idm), un logiciel spécialisé qui utilise l’intelligence artificielle pour rechercher rapidement et précisément des séquences vidéo, comme le contenu des caméras de vidéosurveillance, pour des personnes spécifiques.

BiometricUpdate