Reconnaissance faciale : Votre visage sera votre carte d’embarquement

Reconnaissance faciale – Embarquement biométrique

L’État de surveillance biosécuritaire poursuit sa marche effrénée vers l’enregistrement de nos allées et venues et de toutes les données relatives à nos vies. Ce futur “œil qui voit tout” exigera bientôt vos données biométriques sous la forme d’une reconnaissance faciale, d’un scan de l’iris et/ou d’empreintes digitales pour pouvoir voyager en avion et autres moyens de transport.

La pandémie de COVID-19 a été utilisée comme prétexte pour accélérer le développement de cette technologie pendant que les gens se concentraient, à juste titre, sur des questions graves telles que les fermetures, les obligations de vaccination, les effondrements sociétaux et la crise économique.

Pour alléger le fardeau de la vérification des tests COVID et/ou des exigences en matière de vaccination et lutter contre les séries de confinements, de pénuries de main-d’œuvre et d’annulations de vols, les compagnies aériennes se tournent vers la biométrie comme moyen d’automatiser les processus et de fournir un “meilleur” service à la clientèle.

Cette chaîne d’événements “provoquée par le COVID” facilite le passage rapide à un système de surveillance qui finira par aboutir à une véritable carte d’identité numérique (à commencer par les passeports vaccinaux) permettant de suivre tout ce que vous faites et partout où vous allez.

Dire que l’on n’accorde pas assez d’attention à cette question est un euphémisme. Une fois que ces technologies seront solidement implantées, il sera pratiquement impossible de les déraciner.

Cependant, comme il est de coutume, afin de commencer à préparer la population à ce changement monumental, les oligarques mondiaux révèlent leurs plans par le biais de l’un de leurs principaux canaux, le New York Times :

Si cela fait un an ou plus que vous n’avez pas voyagé, en particulier à l’étranger, vous remarquerez peut-être quelque chose de différent dans les aéroports des États-Unis : De plus en plus d’étapes – de l’enregistrement d’un sac au passage à la douane – sont automatisées grâce à la biométrie.

Les données biométriques sont des caractéristiques individuelles uniques, telles que les empreintes digitales, qui peuvent être utilisées pour automatiser et vérifier l’identité. Elles promettent à la fois plus de sécurité et d’efficacité dans le déplacement des voyageurs dans un aéroport où, aux étapes allant de l’enregistrement à l’embarquement, les passagers doivent normalement présenter une pièce d’identité avec une photo délivrée par le gouvernement.

Pendant l’interruption des voyages causée par la pandémie, de nombreux aéroports, compagnies aériennes, entreprises technologiques et agences gouvernementales telles que la Transportation Security Administration et l’United States Customs and Border Protection ont continué à investir dans les innovations biométriques. Le besoin de distanciation sociale et d’interactions sans contact n’a fait qu’ajouter à l’urgence.

“Les technologies sont devenues beaucoup plus sophistiquées et le taux de précision beaucoup plus élevé”, a déclaré Robert Tappan, directeur général du groupe commercial International Biometrics + Identity Association, qui a qualifié la volonté de désengorger les foules et de réduire les contacts grâce à ces instruments “accélérée par le COVID”.

La plupart des derniers développements biométriques utilisent la reconnaissance faciale, dont le National Institute of Standards and Technology a récemment constaté qu’elle était précise à au moins 99,5 %, plutôt que le balayage de l’iris ou les empreintes digitales.

Reconnaissance faciale – Embarquement biométrique

“Le balayage de l’iris a été présenté comme le plus infaillible”, a déclaré Sherry Stein, responsable de la technologie chez SITA, une société de technologie biométrique basée en Suisse. “Pour que la biométrie fonctionne, il faut pouvoir établir une correspondance avec une source de données connue et fiable, car on essaie de la comparer à un enregistrement dans un fichier. Le visage est le plus facile car tous les documents que nous utilisons pour prouver votre identité – permis de conduire, passeports, etc – reposent sur le visage.”

Peu après le 11 septembre 2001, le Congrès a imposé un système d’entrée et de sortie utilisant la technologie biométrique pour sécuriser les frontières américaines. Certains voyageurs ont exprimé des inquiétudes quant au respect de la vie privée et, bien que les entreprises et les agences utilisant cette technologie affirment qu’elles ne conservent pas les images, les systèmes reposent en grande partie sur des voyageurs volontaires qui acceptent de les utiliser.

“La confidentialité est une préoccupation majeure, comme il se doit, de sorte que la plupart de ces programmes seront opt-in, et le gouvernement essaie d’élargir ce public pré-qualifié”, a déclaré Jason Van Sice, vice-président de l’aviation dans la division Advanced Recognition Systems de NEC Corporation of America, qui travaille dans le domaine de la biométrie depuis 1971. Il ajoute que la perte d’activité pendant la pandémie a poussé les compagnies aériennes et les aéroports à s’automatiser par mesure d’économie. “Cela a vraiment stimulé une transformation numérique qui était déjà en cours”.

Certains signes indiquent que la pandémie pourrait faire progresser l’acceptation de la biométrie. Dans son enquête sur les passagers 2021 récemment publiée, la International Air Transport Association a constaté que 73 % des passagers sont prêts à partager leurs données biométriques pour améliorer les processus aéroportuaires, contre 46 % en 2019.

Un goulag numérique de type “Minority Report” est en train de se construire sous vos yeux. Plus vous acceptez et utilisez ces systèmes biométriques interconnectés pour des raisons de commodité, plus vous fournissez des données personnelles aux gouvernements, aux entreprises, à Big Pharma, à Big Tech, aux agences de renseignement et aux organisations criminelles qui peuvent pirater ces données.

Les risques qui accompagnent son utilisation généralisée signalent la fin de la vie privée telle que nous la connaissons.

Le pass sanitaire est 100% compatible avec le Grand Reset

Vers une surveillance de masse ?

Ancien élève de l’ENA, Éric Verhaeghe a quitté l’administration en 2007. Entrepreneur et essayiste, il est notamment le fondateur du site Le Courrier des Stratèges, qui propose chaque jour une série d’articles en lien avec l’actualité politique et économique.

Dans son dernier ouvrage, Le Great Reset : mythes et réalités publié aux éditions Culture et Racines, Éric Verhaeghe décortique le contenu du livre Covid-19 : The Great Reset écrit par Klaus Schwab, fondateur du Forum de Davos, et Thierry Malleret, ancien collaborateur de Michel Rocard devenu consultant.

Si le livre de K. Schwab et T. Malleret, paru en juillet 2020, a fait couler beaucoup d’encre, Éric Verhaeghe s’est efforcé de faire la part des choses et de décrypter le projet porté par les auteurs à travers une lecture et une interprétation littérales.

Près d’un an après la parution du livre de K. Schwab et T. Malleret, Epoch Times a recueilli le point de vue d’Éric Verhaeghe sur les mesures politiques prises ces derniers mois en France, en Europe ou aux États-Unis afin de comprendre si elles s’inscrivaient dans le cadre idéologique du Grand Reset et si les recommandations formulées par le Forum économique mondial trouvaient un écho auprès des dirigeants occidentaux.

voir aussi : Covid-19 : Un rapport préconise la collecte de données personnelles

Virus de destruction massive

Il arrive un moment dans l’introduction de chaque nouveau récit officiel où les gens ne se rappellent plus comment il a commencé.

Ou plutôt, ils se souviennent de la façon dont cela a commencé, mais pas de la propagande qui l’a déclenché.

Ou plutôt, ils se souviennent de tout cela (ou en sont capables, si on leur met la pression), mais cela ne fait plus aucune différence, car le récit officiel a supplanté la réalité.

Vous vous souvenez de ce point de la guerre contre la terreur, et plus particulièrement de l’occupation de l’Irak. Au second semestre 2004, la plupart des Occidentaux avaient complètement oublié la propagande qui avait lancé l’invasion, et considéraient donc la résistance irakienne comme des “terroristes”, malgré le fait que les États-Unis avaient envahi et occupaient leur pays sans aucune raison légitime.

À cette époque, il était tout à fait clair qu’il n’y avait pas d’ “armes de destruction massive” et que les États-Unis avaient envahi une nation qui ne l’avait pas attaquée et ne représentait aucune menace pour elle, et qu’ils menaient donc une guerre d’agression classique.

Ces faits n’avaient aucune importance, pas le moindre. À cette époque, les Occidentaux étaient totalement immergés dans le récit officiel de la guerre contre la terreur, qui avait supplanté la réalité objective. La mentalité de troupeau avait pris le dessus. Il est difficile de décrire comment cela fonctionne ; c’est un état de dissociation fonctionnelle. Ce n’est pas que les gens ne connaissaient pas les faits, ou qu’ils ne les comprenaient pas.

Ils savaient que les Irakiens n’étaient pas des “terroristes”. En même temps, ils savaient qu’ils étaient définitivement des “terroristes”, même s’ils savaient qu’ils ne l’étaient pas.

Ils savaient qu’il n’y avait pas d’ADM (arme de destruction massive), qu’il n’y avait jamais eu d’ADM, et ils étaient tout de même certains qu’il y avait des ADM, qui seraient trouvées, bien qu’elles n’existent manifestement pas.

La même chose s’est produite dans l’Allemagne nazie.

La majorité des Allemands n’ont jamais été des antisémites fanatiques comme les membres purs et durs du N.S.D.A.P. S’ils l’avaient été, il n’y aurait pas eu besoin de Goebbels et de sa monstrueuse machine de propagande.

Non, les Allemands pendant la période nazie, comme les Américains pendant la guerre contre la terreur, savaient que leurs victimes ne représentaient aucune menace pour eux, et en même temps ils croyaient exactement le contraire, et ne protestaient donc pas, car leurs voisins étaient arrachés à leurs maisons et envoyés dans des camps de la mort, des camps qui, dans leur état dissociatif, existaient et n’existaient pas simultanément.

Ce que je décris ressemble probablement à une psychose, mais, techniquement parlant, ce n’en est pas une… pas tout à fait. Ce n’est pas une rupture absolue avec la réalité. Les gens qui fonctionnent dans cet état savent que ce qu’ils croient n’est pas réel.

Néanmoins, ils sont obligés d’y croire (et d’y croire, en fait, littéralement, aussi impossible que cela puisse paraître), car les conséquences de ne pas y croire sont encore plus effrayantes que la dissonance cognitive de croire un récit qu’ils savent être une fiction.

Ne pas croire le récit officiel signifie l’excommunication de la “normalité”, la perte d’amis, de revenus, de statut et, dans de nombreux cas, des punitions bien pires.

Les animaux du troupeau, dans un état de panique, courent instinctivement vers le centre du troupeau. La séparation du troupeau en fait une proie facile pour la poursuite des prédateurs. C’est le même instinct primitif qui opère ici.

Le but de tout récit officiel est de générer ce type de mentalité de troupeau, non pas pour tromper ou duper le public, mais plutôt pour le confondre et le terroriser au point qu’il revienne à ses instincts primaires, et qu’il soit poussé par une peur purement existentielle, et que les faits et la vérité n’aient plus d’importance.

Une fois qu’un récit officiel atteint ce point, il est inattaquable par les faits et la raison. Il n’a plus besoin de faits pour le justifier. Il se justifie par sa propre existence. La raison ne peut pas la pénétrer. Il est inutile de se disputer avec ses adeptes. Ils savent qu’elle est irrationnelle. Ils ne s’en soucient tout simplement pas.

Nous arrivons à ce point avec le récit du coronavirus. Il est possible que nous l’ayons déjà atteint. Malgré le fait que nous ayons affaire à un virus qui, oui, est clairement mortel pour les personnes âgées et les personnes atteintes de maladies, mais qui n’est pas non plus une menace mortelle pour la majorité de l’espèce humaine, les gens se cachent dans leurs maisons comme si l’apocalypse des zombies avait enfin commencé.

Beaucoup semblent croire que ce virus est une sorte de grippe Alien-Terroriste mortelle (ou virus de destruction massive militarisé) qui vous tuera à la seconde où vous l’inhalez.

Cela n’est pas du tout surprenant, car, selon le récit officiel, ses pouvoirs destructeurs sont presque illimités. Non seulement il va détruire vos poumons et liquider tous vos autres organes principaux, et vous tuer avec des caillots de sang et des dommages intestinaux, mais il provoque maintenant des “accidents vasculaires cérébraux soudains chez les jeunes adultes”, et peut-être un cancer de la prostate spontané, et Dieu sait quelles autres horreurs médicales !

Selon tous les “scientifiques” et “experts médicaux” (c’est-à-dire ceux qui se conforment au récit officiel, pas tous les autres scientifiques et experts médicaux), il ne ressemble à aucun autre virus qui ait jamais existé dans l’histoire des virus.

Elle ne suit certainement pas le schéma typique qui consiste à se propager largement pendant une période limitée, puis à s’éteindre rapidement d’elle-même, quelles que soient les mesures prises pour la contrecarrer, comme cette étude israélienne semble l’indiquer.

De plus, “nous n’avons aucune immunité contre elle“, c’est pourquoi nous devons tous rester “enfermés” comme des détenus indisciplinés dans un pénitencier jusqu’à ce qu’un vaccin puisse être concocté et imposé à chaque personne vivante sur terre.

L’immunité au Covid-19 devrait durer des années

Apparemment, ce vaccin miracle nous rendra magiquement immunisés contre ce virus contre lequel nous n’avons aucune immunité (et sommes totalement incapables de développer une immunité), immunité qui sera certifiée sur nos “papiers d’immunité” obligatoires, dont nous aurons besoin pour voyager, trouver un emploi, envoyer nos enfants à l’école et, vous savez, pour les montrer à la police lorsqu’elle nous arrêtera dans la rue parce que nous aurons l’air d’être peut-être “infectés”.

L’Allemagne est bien en avance sur ce point. Selon le Süddeutsche Zeitung, le gouvernement fédéral prévoit d’introduire une “carte d’immunité” contre le coronavirus dans le cadre de sa “loi sur la protection contre les infections”, qui donnera aux autorités le pouvoir d’arrêter toute personne “soupçonnée d’être contagieuse” et de la mettre en “quarantaine”, et de lui interdire l’accès à certains lieux publics.

Les autorités malaisiennes ont renoncé à de telles subtilités et arrêtent les travailleurs migrants et les réfugiés dans les “zones rouges de Covid-19” et les emmènent Dieu sait où.

Oh, oui, et j’allais oublier… les chercheurs de la DARPA spécialisés dans la guerre bactériologique et chimique ont mis au point un nouveau type de test sanguin sophistiqué qui permettra d’identifier les “porteurs asymptomatiques*” (c’est-à-dire les personnes qui ne présentent aucun symptôme).

* Les asymptomatiques ne transmettent pas la Covid19, étude chinoise sur 10 MILLIONS DE PERSONNES! Post-lockdown SARS-CoV-2 nucleic acid screening in nearly ten million residents of Wuhan, China : https://www.nature.com/articles/s41467-020-19802-w

Cela sera donc probablement utile… surtout si les “suprémacistes blancs“, les “extrémistes rouge-brun” et les “théoriciens du complot” continuent de protester contre le verrouillage avec leurs femmes et leurs enfants !

Et ce ne sont là que les derniers ajouts à une liste d’exemples plutôt dystopiques de la “nouvelle norme” du récit officiel que GloboCap [Global capitalism, le capitalisme global] déploie, sous nos yeux (que les rédacteurs de l’OffGuardian ont rationalisé ici et ici). Tout est là, noir sur blanc.

Ils ne cachent pas le totalitarisme … ils n’ont pas à le faire. Parce que les gens le réclament. Ils exigent d’être “enfermés” dans leurs maisons, obligés de porter des masques et de se tenir à deux mètres les uns des autres, pour des raisons dont la plupart d’entre eux ne se souviennent plus.

Les barrières en plastique s’élèvent partout. Les flèches au sol vous indiquent le chemin à suivre. Des boîtes vous indiquent où vous tenir. Les Blockwarts paranoïaques mettent en place des panneaux menaçant quiconque ne porte pas de masque.

Des petits voyous fascistes hystériques dénoncent leurs voisins à la police pour avoir laissé leurs enfants jouer avec d’autres enfants. Des millions de personnes téléchargent volontairement des “applications de recherche de contacts” afin que les gouvernements et les entreprises mondiales puissent surveiller tous leurs mouvements.

En Espagne, ils ont javellisé une plage entière, tuant tout, jusqu’aux insectes, afin de protéger le public contre les “infections”.

L’Internet est devenu un chœur orwellien de voix criardes et moralisatrices qui intimident tout le monde pour qu’il se conforme à des tableaux, des graphiques et des culpabilités désespérées, dont peu ont un lien avec la réalité. Les entreprises et les gouvernements censurent la dissidence. Nous approchons d’un niveau d’hystérie de masse fabriquée et de mentalité de troupeau que même Goebbels n’aurait pas pu imaginer.

Pendant ce temps, ils frappent les “hôpitaux de campagne“, pour la plupart vides, et le “navire-hôpital” théâtral est maintenant parti, et malgré leurs tentatives de gonfler le nombre de morts du Covid-19 autant qu’il est humainement possible, les centaines de millions de morts prévues ne se sont pas matérialisées (loin s’en faut), et la Suède va bien, tout comme la plupart de l’humanité, et … tout comme il n’y avait pas d’ADM, il n’y a pas de virus de destruction massive.

Ce qu’il y a, c’est un nouveau récit officiel, la nouvelle “norme” pathologisée et paranoïaque. Comme la guerre contre la terreur, c’est un récit global. Un récit global, post-idéologique.

Ce n’est que le début, donc on ne sait pas encore à quel point cette série va devenir totalitaire, mais, étant donné la nature de l’épisode pilote, je redoute un peu le reste de la série.

CJ Hopkins

CJ Hopkins est un dramaturge, romancier et satiriste politique américain primé, basé à Berlin.

Tous surveillés – 7 milliards de suspects

Faut-il, pour stopper une pandémie ou éviter un attentat, accepter de renoncer à nos libertés individuelles ? A l’heure où de plus en plus d’États ont recours aux technologies de surveillance pour endiguer la propagation du coronavirus, cette enquête dresse un panorama mondial de l’obsession sécuritaire. Des caméras à reconnaissance faciale niçoises à la répression chinoise des Ouïghours, ce film dévoile la relation incestueuse entre les industriels de la sécurité et les grandes puissances, avec un constat glaçant : le totalitarisme numérique est pour demain.

Aujourd’hui, plus de 500 millions de caméras sur la planète offrent aux autorités la capacité de nous surveiller, à peu près partout et à chaque instant. Sous couvert de lutte contre le terrorisme ou la criminalité, les grandes puissances se sont lancées dans une dangereuse course aux technologies de surveillance. Dorénavant, l’incroyable perfectionnement de l’intelligence artificielle valide l’idée d’un regard total. Aux États-Unis, les forces de police utilisent la reconnaissance faciale pour identifier les suspects. En Chine, les caméras peuvent repérer les criminels de dos, à leur simple démarche. En France, la police utilise des caméras intelligentes qui analysent les émotions et les comportements des passants. Marquée par l’attentat au camion du 14 juillet 2016, qui a fait 86 morts, et s’est produit en dépit des 2 000 caméras scrutant la ville, Nice se situe désormais à l’avant-garde de l’expérimentation. Le centre de supervision et les zones dédiées à la reconnaissance faciale sont les chevaux de bataille du maire Christian Estrosi, qui veut faire de sa ville une safe city. Comme un virus, l’idéologie du tout sécuritaire se répand à la mesure d’une révolution numérique à la puissance exponentielle. Va-t-elle transformer notre monde en une planète habitée par 7 milliards de suspects ? Quel niveau de surveillance nos libertés individuelles peuvent-elles endurer ?

Dictature 3.0

On le surnomme le “marché de la peur”, estimé à 40 milliards de dollars par an. Colossaux, les enjeux de la surveillance intelligente aiguisent les appétits de sociétés prêtes à promouvoir le “modèle Big Brother” pour engranger les plus grands bénéfices. L’enquête internationale de Sylvain Louvet démonte les rouages de cette machine aux innombrables facettes et dévoile la relation incestueuse qui se noue entre les industriels et les pouvoirs publics. En Israël, elle souligne les liens entre l’armée, le Mossad et les start-up technologiques, soupçonnées de tester la reconnaissance faciale aux checkpoints. En France, elle met en lumière l’influence du secteur privé, dans les orientations choisies par le maire de Nice, Christian Estrosi. Aux États-Unis, l’enquête donne la parole à ceux qui dénoncent la faillibilité du logiciel de reconnaissance faciale d’Amazon couplé à un fichage biométrique généralisé. Le documentariste a également réussi à enquêter en Chine, pays où l’obsession sécuritaire est en passe de donner naissance à une nouvelle forme de régime : la dictature 3.0. Arrestations “préventives” arbitraires, mise en place d’un système de notation des citoyens, fichage ADN et persécution systématisée (allant jusqu’à l’apposition d’un QR code sur la porte des appartements) de la minorité musulmane des Ouïghours… L’arsenal de la répression connaît un degré de raffinement inédit dans l’histoire de l’humanité. Un camp du Goulag numérique : telle est la vision du futur dessinée par ce documentaire aussi percutant que glaçant.

Le prix Albert Londres 2020 de l’audiovisuel a été décerné à Sylvain Louvet pour le documentaire diffusé le 21 avril 2020 sur Arte. Cette prestigieuse distinction vient saluer une longue enquête internationale qui trouve une résonance particulière dans le contexte actuel .

HOLD-UP le documentaire censuré en version intégrale

https://tprod.fr/project/hold-up/

La pandémie de la Covid-19 a donné lieu à des échanges contradictoires entre médecins, spécialistes, professeurs, hommes politiques et experts, le tout orchestré et alimenté par le feu nourri des médias. Les scientifiques se sont ainsi retrouvés discrédités avec notamment l’affaire du Lancet. Le Conseil scientifique, censé piloter cette pandémie, est ouvertement accusé d’incompétence et d’arrogance, preuves à l’appui. Et nous dans tout ça ? Que penser ? Que faire avec toutes ces informations ? Qui croire ?

Ce sont les questions auxquelles le documentaire HOLD-UP tente de répondre en partant à la rencontre de soignants, chercheurs, experts, juristes offrant une autre lecture sur cette crise sans précédent et dénonçant une batterie de mesures gouvernementales jugées inefficaces pour la plupart.

La censure n’a pas sa place ici, nous assumons de publier ce documentaire qui permet de s’interroger et de se poser les bonnes questions. Ce documentaire montre également les enjeux et ce qui se joue ici et maintenant : Quel sera le monde après la COVID-19 ? Dans quel monde voulez-vous vivre demain ?

Nous nous dirigeons vers un bouleversement systémique du monde d’un ancien monde vers un monde nouveau, provenant de la combinaison d’une nouvelle révolution techno-scientifique. Un monde digital, mondialisé, aux connexions ultra rapides. Les technologies qui sont d’un intérêt particulier pour les transhumanistes comme l’intelligence artificielle, associées aux données de masse (big data), la biométrie (reconnaissance de l’iris, reconnaissance vocale, reconnaissance du réseau veineux, reconnaissance faciale), l’IoT, les nanotechnologies, la robotique, la blockchain, la cryptomonnaie…. préparent la quatrième révolution industrielle à l’aube du Grand Reset.

Cela fera bientôt 6 ans que nous publions sur ces technologies perturbatrices. La plupart des gens le prennent à la légère puisqu’ils pensent que cela ne les affecte pas, mais la vérité est toute autre. Ces technologies anéantissent totalement les marchés existants et les remplacent par de nouveaux, plus avancés technologiquement. Les gens semblent encore être totalement inconscients des dangers qui les attendent. La technologie de reconnaissance faciale est hors de contrôle et les implications sont profondes. Vous pensez sérieusement que le cybercontrôle en Chine et l’omni-surveillance de sa population pour écraser la dissidence restera en Chine ?

La pandémie COVID-19 a redéfini et reconfiguré la nature et la condition humaine.

Klaus Schwab du WEF a promu le Great Reset comme un moyen de “maîtriser la quatrième révolution industrielle”, un terme qu’il a inventé et qui, a-t-il déclaré en janvier 2016, “affectera l’essence même de notre expérience humaine”.

“The theme of the World Economic Forum Annual Meeting 2016 in Davos is Mastering the Fourth Industrial Revolution. The Fourth Industrial Revolution will bring change at a speed, scale and force unlike anything we’ve seen before. It will affect the very essence of our human experience”.

Schwab a alors décrit la quatrième révolution industrielle comme “une fusion des technologies qui brouille les lignes entre les sphères physique, numérique et biologique”.

Donc, on vous le rappelle, ces technologies comprennent le génie génétique comme l’édition du génome avec CRISPR, l’intelligence artificielle, la robotique, l’Internet des objets (IoT), l’impression 3D, l’informatique quantique…ect.

La quatrième révolution industrielle n’est rien d’autre que la mise en œuvre du transhumanisme au niveau mondial.

Il y a deux mois, nous avons publié le rapport Kaspersky qui visait à clarifier les points de vue des citoyens de plusieurs pays sur la perspective du biohacking (transhumanisme). Et l’année dernière, le rapport Gatner sur les 10 principales tendances technologiques pour 2020 comprenant l’augmentation humaine (le transhumanisme).

Nous sommes à la croisée des chemins.

Vous avez le droit de vous interroger. Vous avez le droit de vous posez des questions. Vous avez le droit d’être intelligent. Vous êtes à même de comprendre, ne remettez pas en cause votre propre capacité de compréhension. C’est ce que nous avons essayer de faire ici depuis 6 ans, en publiant une information accessible au plus grand nombre tout en fournissant plusieurs pistes de réflexion.

Chine : La surveillance biométrique s’intensifie

L’utilisation de la biométrie en Chine pour la surveillance ne cesse d’augmenter, selon un rapport de Chinafile, une organisation à but non lucratif, publié après l’analyse de plus de 76 000 documents du gouvernement chinois.

Ces documents détaillent la récente intensification du régime de surveillance de la Chine dans le contexte de la pandémie, visant à atteindre une couverture nationale à 100 % cette année. Cet objectif a été annoncé dans le cadre du projet Sharp Eyes, un programme de surveillance de masse mis en place par le gouvernement en 2018.

Les achats de technologies de reconnaissance faciale sont en hausse, rapporte Chinafile, tout comme les systèmes de vidéosurveillance. En 13 ans (2006-2019), les autorités du district de Xiqiao ont acheté 1 400 caméras, dont 300 à reconnaissance faciale, selon les documents.

Chinafile souligne que la surveillance gouvernementale traditionnellement secrète devient maintenant plus ouverte suite à la réponse du contrôle de la COVID-19. En effet, le système de traçage exige que les gens participent en fournissant des informations sur leurs activités quotidiennes, en fournissant volontairement plus de données que la surveillance vidéo ne pourrait en recueillir. Comme dans d’autres parties du monde, la Chine utilise des QR codes et d’autres moyens de localisation des citoyens pour surveiller la propagation du virus.

Le rapport décrit l’accent mis par les documents sur les menaces en plusieurs points. La région de Xiqiao cherche à identifier les menaces telles que le terrorisme, en mettant en place des caméras dans les zones touristiques, notamment 10 sur le seul mont Xiqiao, qui est fréquenté par 5 millions de personnes par an.

Actuellement, dans le comté de Luchuan au Guangxi, la police utilise la reconnaissance faciale pour détecter les fraudes à l’identité. Le Bureau de la sécurité publique avait recherché une technologie capable de discerner les dissimulations comme les chapeaux, les masques, les lunettes, les lunettes de soleil, les perruques et les fausses moustaches. Alors qu’au Xinjiang, les profils à risque des individus peuvent être établis à partir de la pilosité faciale, de la taille de la famille et du nom d’une personne. Les méthodes de suivi non biométriques utilisées comprennent l’obligation de présenter une carte d’identité pour le ravitaillement en carburant des véhicules.

Les documents révèlent que trois autres provinces ont également cherché une technologie de reconnaissance faciale qui peut déterminer spécifiquement l’ethnicité ; signalant la population ouïghoure comme étant un intérêt pour les autorités dans ce cas. Une caméra en mode de capture hybride permettrait d’établir un lien entre les images faciales et les véhicules enregistrés des individus. Un projet de déploiement de caméras à imagerie thermique a également été signalé.

Le rapport de Chinafile met en évidence les objectifs du gouvernement d’installer des caméras dans tous les aspects de la vie sociale, couvrant des domaines particuliers qui intéressent les autorités. Cependant, les détails du fonctionnement du réseau de surveillance national restent ambigus.

Le Financial Times rapporte qu’un centre de recherche basé à Pékin a constaté que deux tiers des personnes étaient “fortement d’accord” pour dire que l’imagerie faciale dans la société avait rendu les espaces publics plus sûrs ; 80 % s’inquiétaient de la sécurité de leurs informations personnelles.

Entre-temps, la première législation concernant l’utilisation des technologies de reconnaissance faciale sur les citoyens chinois a été promulguée dans la ville de Hangzhou. La nouvelle loi interdira aux autorités locales d’utiliser des caméras de reconnaissance faciale dans les zones résidentielles et la législation semble être en phase avec l’opinion publique, les réactions critiques à l’égard des déploiements de la reconnaissance faciale devenant de plus en plus fréquentes.

Un professeur d’université chinois poursuit quant à lui un parc animalier local de Hangzhou pour l’avoir obligé à se soumettre à une reconnaissance faciale biométrique pour entrer dans le parc, s’opposant pour des raisons de confidentialité et de sécurité des données, rapporte The Guardian.

Le parc a récemment remplacé son système d’entrée à empreintes digitales par l’imagerie faciale afin d’améliorer l’efficacité de l’entrée. Le professeur, Guo Bing, affirme que son action en justice est motivée par la lutte contre l’utilisation abusive de la reconnaissance faciale et estime que ses droits ont été violés.

Comparitech, un chercheur des services technologiques, rapporte que les caméras de surveillance chinoises représentent environ 56 caméras pour 1000 personnes. A titre de comparaison, Comparitech a publié des données de surveillance dans d’autres villes, notamment à Londres, où l’on compte 67,47 caméras pour 1 000 personnes.

iHuman – L’intelligence artificielle et nous

L’intelligence artificielle va-t-elle remplacer l’humanité ?

Credit : https://upnorthfilm.no/film/ihuman/

Ce documentaire prend la mesure de l’emprise des algorithmes sur nos vies.

“La création d’une intelligence artificielle serait le plus grand événement de l’histoire de l’humanité. Mais il pourrait être aussi le dernier”, disait Stephen Hawking. Le célèbre cosmologiste avait prévu la croissance infinie de l’informatique mais partageait avec certains pionniers la crainte qu’elle ne devienne incontrôlable. Aujourd’hui, l’IA promet d’aider à guérir des maladies, de faire face aux changements climatiques ou de combattre la pauvreté. Mais elle menace aussi d’influer insidieusement sur nos comportements, de mettre à mal l’idée même de sphère privée ou d’aider les dictatures à asseoir leur pouvoir. En proie à une surveillance algorithmique, notre identité peut dorénavant se réduire… à des données.

Toute-puissance

L’IA sera vite dépassée. On parle aujourd’hui d’une intelligence artificielle générale (IAG), capable de s’adapter et d’apprendre seule, qui égalerait, voire dépasserait les capacités humaines. De quoi allécher les firmes qui font commerce des données numériques (les célèbres GAFAM). Le documentaire dresse l’état des lieux de l’IA en donnant la parole à ceux qui en débattent (sociologues, avocats des droits de l’homme, scientifiques ou journalistes d’investigation) mais aussi à ceux qui l’inventent, comme Jürgen Schmidhuber et Ilya Sutskever, deux grands chercheurs et initiateurs, à la posture ambivalente : conscients de la toute-puissance de leur création mais déterminés à poursuivre leurs travaux.


Source

Réglementation de la biométrie : Approches globales et questions urgentes

L’AI Now Institute a publié un recueil d’études de cas sur les approches réglementaires de la technologie de reconnaissance biométrique, les leçons tirées et les futures actions de sensibilisation

Dans un contexte de surveillance publique accrue, l’intérêt pour la réglementation des technologies biométriques telles que la reconnaissance faciale et vocale s’est considérablement accru dans le monde entier, sous l’impulsion de la recherche et de la défense des intérêts des communautés. Il se dégage de ce moment un sentiment croissant que des technologies comme la reconnaissance faciale ne sont pas inévitables, et peut-être même pas nécessaires ou utiles.

“Regulating Biometrics: Global approaches and urgent questions”, par Amba Kak, présente huit études de cas détaillées d’universitaires, avocats et experts politiques qui examinent les tentatives actuelles de réglementation des technologies biométriques et donnent un aperçu des promesses et des limites de ces approches. Dans quels domaines la réglementation est-elle capable de déterminer si et comment les technologies biométriques sont utilisées, et dans quels domaines est-elle insuffisante ? En examinant ces questions, ces auteurs experts éclairent les domaines d’engagement, de défense et de réglementation futurs.

Ces essais brossent un tableau du paysage mondial complexe de la réglementation de la biométrie, en mettant en évidence les nombreuses approches adoptées par les partisans de la biométrie, qui réclament un contrôle accru de ces technologies, ainsi que la manière dont les gouvernements ont utilisé la loi comme outil pour étendre ou consolider l’utilisation de la biométrie.

Projet de loi australien sur les services de rapprochement des identités (p.44)

Jake Goldenfein (Faculté de droit de Melbourne) et Monique Mann (Université Deakin) suivent les manœuvres institutionnelles et politiques qui ont conduit l’Australie à créer une grande base de données centralisée de reconnaissance faciale (“The Capability”) à l’usage de divers acteurs gouvernementaux. Ils examinent les échecs de la réglementation pour remettre en cause de manière significative la construction de ce système, voire pour façonner son architecture technique ou institutionnelle.

L’économie (et la pratique réglementaire) que la biométrie inspire : Une étude du projet Aadhaar (p.52)

Nayantara Ranganathan (avocate et chercheuse indépendante, Inde) explique comment le droit et la politique autour du projet indien d’identification biométrique (“Aadhaar”) ont finalement servi à construire des données biométriques comme ressource pour l’extraction de données de valeur par des entreprises privées. Elle explore comment la réglementation a été influencée par les logiques et les cultures du projet qu’elle cherchait à réglementer.

Une première tentative de réglementation des données biométriques dans l’Union européenne (p.62)

Els Kindt (KU Leuven) fournit un compte-rendu détaillé de l’approche du Règlement général sur la protection des données (RGPD) de l’Union européenne en matière de réglementation des données biométriques. Comme de nombreux pays sont sur le point de mettre en œuvre des lois nationales rédigées de manière similaire, elle identifie les lacunes potentielles et souligne les domaines clés pour la réforme.

Réflexion sur la politique biométrique du Comité international de la Croix-Rouge : Réduire au minimum les bases de données centralisées (p.70)

Ben Hayes (Agence AWO, conseiller juridique consultant auprès du Comité international de la Croix-Rouge [CICR]) et Massimo Marelli (chef du Bureau de la protection des données du CICR) expliquent le processus décisionnel du CICR pour formuler sa première politique en matière de biométrie, qui visait à éviter la création de bases de données et à minimiser les risques pour les populations vulnérables dans les contextes humanitaires.

Utilisation par la police de la reconnaissance faciale en live au Royaume-Uni (p.78)

Peter Fussey (Université d’Essex) et Daragh Murray (Université d’Essex), principaux auteurs de l’étude empirique indépendante du procès de la police métropolitaine de Londres sur la reconnaissance faciale en live (LFR-Live Facial Recognition), expliquent comment les normes juridiques et les outils de régulation existants n’ont pas réussi à empêcher la prolifération d’un système dont les effets néfastes ont été démontrés. Ils tirent ainsi des enseignements plus larges pour la réglementation de la LFR au Royaume-Uni et des technologies similaires ailleurs.

Une taxonomie des approches législatives pour la reconnaissance faciale aux États-Unis (p.86)

Jameson Spivack et Clare Garvie (Georgetown Center on Privacy and Technology) écrivent sur les dizaines de lois d’interdiction et de moratoires sur l’utilisation de la reconnaissance faciale par la police aux États-Unis, la plupart d’entre elles menées par des avocats et des organisations communautaires. Les auteurs fournissent une taxonomie détaillée qui va au-delà des grandes catégories d’interdiction et de moratoire, et réfléchissent aux leçons tirées de leur mise en œuvre.

BIPA : La plus importante loi biométrique sur la protection de la vie privée aux États-Unis ? (p.96)

Woodrow Hartzog (Northeastern University) explore les promesses et les pièges de la loi sur la confidentialité des informations biométriques (BIPA) de l’État de l’Illinois et, plus largement, du droit des particuliers à engager leurs propres actions contre des entreprises privées. Il s’interroge sur les limites inévitables d’une loi centrée sur le “consentement éclairé”, un système qui donne l’illusion d’un contrôle tout en justifiant des pratiques douteuses que les gens n’ont pas assez de temps ou de ressources pour comprendre et agir.

Réglementation biométrique ascendante : La réponse de la Communauté à l’utilisation de la surveillance faciale dans les écoles (p.104)

Stefanie Coyle (NYCLU) et Rashida Richardson (Rutgers Law School ; AI Now Institute, NYU) examinent la décision controversée d’un district scolaire de Lockport, New York, de mettre en place un système de reconnaissance faciale et d’objets pour surveiller les élèves. Elles mettent en lumière la réponse de la communauté qui a suscité un débat national et a conduit à une législation à l’échelle de l’État réglementant l’utilisation des technologies biométriques dans les écoles.

Lire le rapport complet (PDF)

Un projet de loi américain vise à interdire l’utilisation de la reconnaissance faciale par la police

Les législateurs américains ont présenté un projet de loi, The Facial Recognition and Biometric Technology Moratorium Act, qui interdirait l’utilisation de la technologie de reconnaissance faciale par les agences fédérales de maintien de l’ordre.

Plus précisément, il rendrait illégal pour toute agence fédérale ou tout fonctionnaire “d’acquérir, de posséder, d’accéder ou d’utiliser” la technologie de surveillance biométrique aux États-Unis. Il exigerait également que les services de police des États et des collectivités locales instaurent des interdictions similaires afin de pouvoir bénéficier d’un financement fédéral.

La proposition de loi est arrivée à un stade où l’utilisation de la technologie de reconnaissance faciale par la police fait l’objet d’une attention accrue dans le cadre des protestations qui ont suivi l’assassinat de George Floyd fin mai. Des études ont montré à plusieurs reprises que la technologie est moins précise pour les Noirs, et au début de cette semaine, le New York Times a rapporté qu’un homme noir innocent du Michigan avait été arrêté après avoir été mal identifié par un logiciel de reconnaissance faciale.

L’activisme fonctionne

La décision de restreindre l’utilisation de la technologie de reconnaissance faciale est en partie due à la pression exercée par les entreprises technologiques elles-mêmes, après avoir été soumises au lobbying des militants pendant des années.

Il y a deux semaines, Amazon a annoncé qu’elle imposerait un moratoire d’un an sur l’utilisation par la police de son système de reconnaissance faciale, Rekognition, après qu’IBM ait décidé de mettre fin à son système de reconnaissance faciale à usage général. Le lendemain, Microsoft a annoncé qu’il cesserait de vendre son système aux services de police jusqu’à ce que la loi fédérale réglemente la technologie.

Il appartient maintenant aux législateurs de décider s’ils peuvent obtenir un soutien suffisant pour l’adopter.

On en sait plus sur les algorithmes de Palantir

UCIPT, CNET, Fortune, MIT