La société de l’amélioration

La perfectibilité humaine des Lumières au transhumanisme

Du dopage sportif à l’usage de psychotropes pour accroître les capacités intellectuelles ou mieux contrôler les émotions, du recours aux nouvelles technologies reproductives permettant une maîtrise croissante des naissances, au développement d’une médecine anti-âge qui œuvre à l’effacement de toute trace du vieillissement, jamais il n’a été autant question d’améliorer l’être humain et ses performances par le biais des avancées technoscientifiques et biomédicales.

L’ambition de ce livre est de montrer que cette aspiration contemporaine à un homme amélioré marque le renversement complet de l’idéal humaniste et politique de la perfectibilité humaine formulé au dix-huitième siècle. Il ne s’agit en effet désormais plus tant d’améliorer l’être humain dans et par la société que de l’adapter en le modifiant techniquement, avec tout ce que cela implique de désinvestissement politique.

Comment un tel renversement et une telle dépolitisation de la perfectibilité ont-ils pu avoir lieu ? C’est ce que tente d’éclairer cette étude à travers un vaste parcours socio-historique, des Lumières au transhumanisme.

Mais pourquoi souhaitons-nous tant augmenter nos capacités, au point de vouloir entièrement dépasser ce que nous sommes ?

Nicolas Le Dévédec est docteur en sociologie et science politique et enseigne au département de sociologie de l’Université de Montréal.

Table des matières

Chapitre 1 : Les Lumières et la quête de la perfectibilité
● Aux origines d’une conception
● Jean-Jacques Rousseau et la quête politique de la perfectibilité
● Perfectibilité et progrès
Chapitre 2 : De la quête de la perfectibilité au culte du progrès
● Réorganiser scientifiquement la société : Auguste Comte
● Karl Marx et la nécessité de fer du progrès
Chapitre 3 : Sous le signe de l’évolution : du darwinisme à l’eugénisme
● Charles Darwin et la perfectibilité des espèces
● Herbert Spencer et le darwinisme social
● L’eugénisme ou l’amélioration par la sélection : Francis Galton
Chapitre 4 : L’avènement de l’homme machine
● La matrice cybernétique : Norbert Wiener
● Pierre Teilhard de Chardin, prophète du posthumain
● De l’anthropologie à l’anthropotechnie : André Leroi-Gourhan
Chapitre 5 : L’horizon (dé)constructiviste postmoderne
● Le Manifeste cyborg : Donna Haraway
● « Nous n’avons jamais été humains » : Bruno Latour
● Règles cyniques pour le parc humain : Peter Sloterdijk
● De la lutte des classes à l’humain déclassé : Michael Hardt et Toni Negri
Chapitre 6 : Devenir plus qu’humain ?
● Devenir plus qu’humain : le transhumanisme
● Rester humain : le bioconservatisme
● Réguler l’amélioration : la bioéthique minimale

La perfectibilité humaine, des Lumières au transhumanisme

Leurre et malheur du transhumanisme – Olivier Rey

EAN : 9782220095516

Présentation : Si c’est au nom d’un futur toujours meilleur que le monde a été transformé en un chantier permanent, nous sommes arrivés à un stade où le rapport entre les bénéfices du « développement » et ses nuisances s’avère de plus en plus défavorable. La perte de confiance dans le progrès doit alors être compensée par une inflation de ce qu’il est censé apporter : plus le monde va mal et menace de s’écrouler, plus il faut abreuver les populations de promesses exorbitantes.

Tel est le rôle du transhumanisme – et peu importe que ce qu’il annonce ne soit pas destiné à se réaliser. Lui accorder trop d’importance, c’est donc se laisser captiver par un leurre. Faudrait-il refuser d’y prêter attention ? Cela n’est pas si simple. Le transhumanisme nous trompe parce qu’il joue en nous sur des ressorts puissants. Se donner une chance de désamorcer la fascination qu’il exerce et le malheur qu’il propage, réclame de mettre au jour ce qui nous rend si vulnérables à ses illusions.

Olivier Rey est chercheur au CNRS, membre de l’Institut d’histoire et de philosophie des sciences et des techniques. Il a enseigné les mathématiques à l’École polytechnique et enseigne aujourd’hui la philosophie à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Olivier Rey : « Nous sommes entrés dans des temps apocalyptiques, et nous ne sommes pas prêts. »

Olivier Rey : « Le transhumanisme conduit inévitablement au posthumanisme »

Le posthumain : enfant prodige de l’empire cybernétique

Le transhumanisme comme régression, Olivier Rey

Deuxième rencontre Philanthropos, du 13 décembre 2014 au Collège des Bernardins. Échange autour du thème : Le transhumanisme, une idée chrétienne devenue folle ? Avec Olivier Rey entre autres.

Olivier Rey est diplômé de l’École polytechnique, docteur en mathématiques, chargé de recherche au CNRS (Institut d’histoire et de philosophie des sciences et des techniques, Paris) et il enseigne à l’Université Paris I Panthéon-­Sorbonne. Essayiste et romancier, il est notamment l’auteur d’Une folle solitude : le fantasme de l’homme auto-­ construit (éd. Seuil, 2006), ainsi que du Testament de Melville : Penser le bien et le mal avec Billy Budd (éd. Gallimard, 2011). Il est membre du comité de rédaction de la revue Conférence.

Olivier Rey, « Le transhumanisme comme régression »

[su_document url=”https://iatranshumanisme.com/wp-content/uploads/2018/06/transhumanisme-comme-régression.pdf” width=”780″]

Présentation de la conférence :

Réfléchir sur un tel sujet pourrait paraître anecdotique : il ne s’agit, semble-t-il, que d’une idéologie revendiquée par une minorité qui rêve de faire un homme génétiquement modifié, un cyborg truffé de nanotechnologies.

Mais si l’on se souvient que le terme, dans son acception moderne, fut forgé, et son idée, défendue, par le premier directeur de l’UNESCO, Julian Huxley (frère d’Aldous, l’auteur du Meilleur des mondes), lequel avait désormais honte de promouvoir la chose en employant le mot « eugénisme » ; si l’on constate simplement que nous vivons à l’ère de la technoscience, que nous sommes déjà partout connectés, accouplés à des machines, ou que l’on a libéralisé un peu partout les OGM et le séquençage du génome humain, on peut soupçonner qu’il y va là d’une vague plus vaste et même d’une vague de fond.

Peut-être même qu’après l’humanisme athée, puis l’antihumanisme structural, le transhumanisme est le marqueur exact d’une époque où se sont effondrées les utopies progressistes, qu’elles soient libérales ou totalitaires. Comme le remarque Rémi Brague, la question aujourd’hui n’est plus : Comment promouvoir l’humain ? mais : Pourquoi promouvoir l’humain encore ? Pourquoi ne pas passer à autre chose, au nom de la double célébration du surhomme et du bonobo ?

Mais l’échec de l’humanisme et la bêtise du transhumanisme nous laissent entendre une autre vérité, rappelée par Pascal et chantée par Dante. Le premier disait que « l’homme passe infiniment l’homme », et le second inventait, dans son Paradis, le verbe « transumanar ». C’est la reprise du thème paulinien de « l’homme nouveau ». Et si le transhumanisme n’était qu’une idée chrétienne devenue folle ?

Le transhumanisme, c’est quoi ? L’idée défendue par la philosophie transhumaniste est d’utiliser les sciences et les techniques pour améliorer l’être humain. Les fragilités de l’être humain, comme le handicap, le vieillissement et finalement la mort, seraient progressivement gommées grâce aux progrès des biotechnologies et de la médecine. Or, si cette idéologie marginale n’est ouvertement revendiquée que par une poignée d’intellectuels, elle imprègne notre société, selon l’Institut Philanthropos : « Nous vivons à l’ère de la technoscience, nous sommes déjà partout connectés, accouplés à des machines, où l’on a libéralisé un peu partout les OGM et le séquençage du génome humain ».

Philantropos : « aimer l’homme ». Il y a toute sortes de tentations anti-humaines, selon l’Institut Philantropos : « Celle du transhumanisme, qui cherche le salut dans des humains technologiquement modifiés ; celle de l’écologisme, qui estime que l’homme doit céder la place au bonobo ; celle du fondamentalisme religieux, qui voudrait sacrifier l’humain à une divinité écrasante ». Contre toutes ces tentations qui ont en commun la haine de l’humain tel qu’il est, il faudrait redécouvrir la joie d’être un homme ou une femme.

Programme
16h30 – 18h00 Échange autour du thème avec Jean-Claude Guillebaud, Olivier Rey et Fabrice Hadjadj
18h30 – 19h30 Rencontre avec Jean Vioulac sur le thème « technique et apocalypse »
20h30 – 22h15 Soirée théâtre « Jeanne et les post-humains », la dernière pièce de F. Hadjadj

Recension : Le manifeste des chimpanzés du futur

Le Manifeste des chimpanzés du futur1 est écrit par le groupe grenoblois Pièces et main d’œuvre, groupe qui s’est illustré les dernières années dans l’activisme et la critique radicale des nouvelles technologies, en particulier des nanotechnologies. Le titre se réfère à une phrase du cybernéticien Kevin Warwick, auteur du livre Moi, le Cyborg et premier homme à s’être fait implanter dans le bras des électrodes reliées à son système nerveux. Citons ce dernier in extenso : « Au train où vont les choses, c’est bientôt lui [l’ordinateur] qui prendra les décisions, pas nous. Si nous voulons conserver notre avantage, nous devons progresser au même rythme que lui. La technologie risque de se retourner contre nous. Sauf si nous fusionnons avec elle. Ceux qui décideront de rester humains et refuseront de s’améliorer auront un sérieux handicap. Ils constitueront une sous-espèce et formeront les chimpanzés du futur2. » Que ces affirmations soient délirantes ou visionnaires, le Manifeste des chimpanzés du futur leur adresse une réponse en compilant une somme de faits accablants sur la progression du transhumanisme dans la recherche et sa banalisation dans la vie sociale. Mais si ces faits doivent être absolument portés à la connaissance, la stratégie du Manifeste dessert à maints endroits la cause qu’elle prétend défendre. Le ton acrimonieux et les amalgames sans nuance de ce texte transforment l’opposition au transhumanisme en une sorte de harangue agitatrice qui donne aux transhumanistes une occasion trop facile de pouvoir l’ignorer d’un revers de main.

1) Le rejet en bloc des artistes futuristes, des utopies sociales, du post-structuralisme, et jusqu’à Lacan (présenté comme un marchepied du transhumanisme à la faveur d’une petite citation sur la machine et l’inconscient) est pour le moins léger et irresponsable, s’il n’est pas simplement un témoignage d’inculture. De même, la condamnation unilatérale du Manifeste cyborg par Donna Haraway, même s’il faut convenir que les transhumanistes ne ratent pas une occasion de s’y référer. Cette dernière a dit et répété qu’elle proposait un usage ironique du cyborg et elle a d’ailleurs fini par abandonner la référence au cyborg devant l’abondance des malentendus suscités par son manifeste. Il est vrai que Donna Haraway manie systématiquement l’ambiguïté, mais il s’agit pour elle d’une stratégie réfléchie qu’on peut, certes, trouver discutable, mais non simplifier. Elle rend compte d’une incertitude irréductible sur la définition de la nature humaine, nonobstant l’emphase moderne des Droits de l’homme. La même remarque vaut pour la présentation du post-structuralisme par les Chimpanzés du futur. Personne n’est forcé de suivre et d’encenser le post-structuralisme, mais il est indubitablement un témoin précieux, un thermomètre si l’on veut, des évolutions du monde ; prétendre s’y attaquer exige de se mettre sur son terrain et d’entrer dans son discours au lieu de le surplomber et de prétendre l’assommer en trois coups de cuiller à pot. Les Chimpanzés du futur cultivent ainsi à leur corps défendant un relent de posture plus postmoderne que les auteurs postmodernes, dans la mesure où sont jetées en vrac des citations sorties de toutes les époques et de tous les courants sans considération pour leur construction historique, leur contexte et les multiples strates de réception des textes incriminés. Peut-être n’est-ce pas le rôle d’un manifeste. Mais cette présentation décrédibilise le propos.

2) C’est avec raison que sont dévoilées au fil des pages les projets des tenants du transhumanisme et de tous ceux politiques et scientifiques, qui, de manière avouée ou non, les suivent dans cette entreprise. Mais ces faits ne justifient pas de cultiver un anathème paranoïaque. D’ailleurs, les transhumanistes sont multiples et on gagne à distinguer leurs courants ; différentes rhétoriques appuient sur différents nerfs, qui ne sont (encore) que bien trop humains… Ce ne sont pas seulement « eux », les technocrates, qui s’apprêtent à détruire l’humain. Ce ne sont pas seulement « eux » qui fomentent leurs projets hégémoniques à l’écart de toute publicité. En réalité, les transhumanistes ne cachent ni leurs projets, ni leurs avancées, ni même leurs doutes. Ils sont fascinés par l’apocalypse et ils semblent bien toucher par là en nous une fibre religieuse fondamentale, inaccessible à la rationalité. Les avertissements d’Elon Musk ressemblent plutôt à des rengaines sur la fin du monde, dont tout le monde a les oreilles rebattues depuis des siècles, qu’à un complot contre l’humanité fourbi en secret. Le transhumanisme joue au vu et au su de tous à la roulette russe. Nick Bostrom, fondateur de la World Transhumanist Association, fut même invité à l’ONU en 2015 pour faire part de son expertise sur les risques de catastrophes à venir liées aux nouvelles technologies. C’est nous-mêmes, citoyens et humains ordinaires, qui n’en voulons rien savoir. Il est évident que les nouvelles technologies ont conquis la quasi totalité de l’humanité et que les moyens exorbitants dont disposent les grands noms de la recherche transhumaniste sont ceux que nous-mêmes, utilisateurs et consommateurs, leur avons donné et continuons de leur donner tous les jours. Personne n’est obligé d’ouvrir un compte Facebook, de commander sur Amazon ou de surfer sur Google. Il y a tout de même d’autres possibilités ! Le manifeste ne fait que mentionner ce fait essentiel, qui relève à lui seul de l’anthropologie fondamentale. Le succès des nouvelles technologies ne peut pas être expliqué uniquement par la mauvaise influence des méchants transhumanistes ; elle se conjugue à une démission des citoyens. Il y a peut-être plus de raisons d’être préoccupé de l’apathie générale que des discours d’illuminés, qui ne doivent leur monopole qu’à notre consentement collectif, désormais d’envergure mondiale. La question des formes encore possibles de participation sociale reste cruciale.

3) Le Manifeste des Chimpanzés du futur ne cesse d’opérer un rapprochement entre le transhumanisme et le nazisme. Pourtant, il donne aussi des arguments pour les distinguer, et il serait appréciable que nuance soit faîte. Le transhumanisme est un ami qui vous veut du bien ; il s’adresse à tous et veut l’amélioration pour tous, selon la thèse utilitariste de la maximalisation du bonheur. Lorsque certains transhumanistes promettent aux récalcitrants de devenir les arriérés du futur, la rhétorique n’est pas proprement nazie, puisque la menace relève du chantage concurrentiel : ceux qui ne veulent pas marcher là-dedans seront non seulement les perdants – et ce sera bien fait pour eux – mais plus encore, ils auront le statut d’une étape arriérée dans l’évolution des espèces. Le Manifeste expose la nouveauté de ce darwinisme social impliquant une forme inédite d’animalisation et de domestication de l’humain. Il ne s’agit plus tant de traiter certains hommes, groupes d’hommes ou ethnies comme des Untermenschen ou encore des « cafards » (comme c’était par exemple le cas dans le génocide du Rwanda) mais d’imputer aux sous-hommes du futur la responsabilité de leur misère : ils l’auront bien voulu. Qu’on mesure l’intimidation de cette rhétorique : elle entraine perfidement l’entrée dans la compétition de tous ceux qui, selon l’allégation bien connu, « seraient contre, si…» mais marchent avec « pour ne pas rester sur le bas-côté» ou « pour ne pas défavoriser leurs enfants » (en effet, personne ne souhaite que ses enfants soient les sous-hommes de l’avenir !). Ainsi Laurent Alexandre, cité dans le Manifeste : « 28% des Américains sont d’accord pour sélectionner un bébé plus intelligent et les autres ne tiendront pas longtemps s’ils ne veulent pas que leurs enfants soient les domestiques des premiers3. » Cet argument, comme une piqûre sédative, court-circuite la délibération aussi bien individuelle que collective, et semble donner automatiquement raison à n’importe quelle « innovation ». Il ne s’agit que de ne jamais manquer le train, peu importe lequel : une façon comme une autre d’enrôler tous les acteurs (de l’entrepreneur au décideur politique en passant par le consommateur) en s’épargnant le détour d’une réflexion de fond. Il revient à la critique du transhumanisme de démonter cette forme d’enrôlement, ce que fait le Manifeste des chimpanzés du futur, mais en le noyant dans des sarcasmes technophobes qui correspondent à un tout autre registre de critique. Il conviendrait en outre de ne pas oublier qu’Hitler, qui n’avait pas réussi à accéder au pouvoir par les élections, a été plébiscité plusieurs fois une fois qu’il eut été nommé chancelier et une fois qu’il eut commencé à mettre en œuvre la politique qu’il avait promise de longue date – autrement dit, Hitler a davantage convaincu par ses actions que par ses idées. S’il y a un enseignement à en tirer, c’est peut-être celui-ci : que le transhumanisme comme toute autre idéologie fasciste, populiste ou terroriste, s’appuie moins sur des idées – qui sont labiles – que sur des actes dotés d’une puissance de fascination et d’enrôlement, qui, semble-t-il, renverse toutes les résistances et abolit tout discernement. Le meilleur argument de campagne de Donald Trump n’était-il pas son succès dans les affaires ? Le transhumanisme achète le consentement moins avec ses idées qu’avec ses gadgets.

Dans le contexte actuel, seule une organisation supranationale de l’envergure de Greenpeace ou de Amnesty International pourrait, semble-t-il, agir sur l’irrésistible ascension du transhumanisme. Or une telle organisation n’aurait une chance de se montrer à la hauteur politique des enjeux, que si elle renonçait à une rhétorique du genre : la poésie contre la technologie, la nature contre l’artifice, les fleurs des champs contre le smartphone, ou encore les charmes du passé contre ceux du progrès et de la science-fiction. Chacun est libre de ses préférences en la matière : une affaire de goût ne constitue pas un argument. Il est politiquement beaucoup plus pertinent d’insister sur la domination totale et irréversible que constitue le projet transhumaniste (la domination par la collecte des données, par les algorithmes « intelligents » ou par ceux qui savent les programmer), à l’encontre des idéaux de liberté et de félicité avec lesquels il se vend. Cette domination-là ne ressemble pas à une dictature du passé. Il n’y a pas d’ennemi à abattre. Votre ennemi, c’est vous-mêmes.

1 Manifeste des chimpanzés du futur – Contre le transhumanisme, Editions Service compris, 2017.
2 Christophe Boltanski, « Kevin Warwick, l’Homo Machinus », Libération, 11 Mai 2002.
3 Colloque Transvision, Paris, septembre 2014, cité par le Manifeste des Chimpanzés du futur, p. 44.

L’ingénierie de neuroprothèses réactives et adaptables de demain

De nombreuses découvertes illustrent le progrès rapide en matière de prothèses de mains et de jambes, ainsi que des yeux, mais également des interfaces cerveau-machine.

WASHINGTON, DC 14-Nov-2017 – Si l’on en croit les études présentées aujourd’hui à Neuroscience 2017, la réunion annuelle de la Society for Neuroscience et la plus importante source mondiale d’informations émergentes relatives aux sciences du cerveau et de la santé, des prothèses perfectionnées de membres et des yeux ainsi que des interfaces cerveau-machine exploitent des circuits neuronaux existant afin d’améliorer la qualité de vie des personnes présentant ayant une déficience sensorielle.

Des millions de personnes à travers le monde sont incapables d’utiliser pleinement leurs corps ou leurs sens en raison d’une maladie, d’une blessure ou d’une amputation. Au mieux, les thérapies modernes et les prothèses ne rétablissent que partiellement la fonction. Au cours de ces 20 dernières années, les progrès de l’ingénierie biomédicale ont conduit au développement d’interfaces entres les dispositifs prothétiques, le système nerveux et les tissus humains, qui améliorent l’efficacité des dispositifs biomédicaux.

Les nouvelles découvertes d’aujourd’hui montrent que :

Les signaux neuronaux d’une moelle épinière extraite d’un rongeur peuvent contrôler les fibres musculaires disposées dans une boîte de Pétri, fournissant une nouvelle technique pour étudier comment le système nerveux dirige le mouvement (Collin Kaufman, résumé 781.11 voir le résumé ci-joint)

Un patient tétraplégique peut apprendre à adapter son activité neurale afin de maintenir le contrôle d’une interface cerveau-machine face à des défis techniques (Sofia Sakellaridi, résumé 777.06 voir le résumé ci-joint).

La restauration du sens du toucher par le biais d’une prothèse de main sur un membre amputé améliore la motricité, réduit la douleur du membre fantôme, et procure un sentiment d’appropriation de la main (Jacob Anthony George, résumé 642.04 voir le résumé ci-joint).

D’autres résultats récents abordés montrent que:

Une prothèse rétinienne entièrement organique, faite de couches de polymères photosensibles et de soie, a entraîné une activité cérébrale et un comportement associés à la vision chez des rats aveugles (Jose Fernando Maya-Vetencourt, 683.02 voir le résumé ci-joint).

Des implants cérébraux conçus pour fondre et ne laisser aucune trace

« Contrairement à de nombreuses thérapies pharmacologiques ou biologiques visant à aider les personnes souffrant de lésions ou de maladies neurologiques, les solutions d’ingénierie ont le potentiel pour une restauration immédiate et parfois de manière impressionnante » explique le modérateur de conférence de presse Leigh Hochberg du Massachusetts General Hospital, Brown University, et du Providence VA Medical Center, également expert en neurotechnologies. « C’est vraiment passionnant de voir l’avancement de la recherche en neuroscience fondamentale et en neuro-ingénierie au cours des dernières années, qui mène à la création de technologies qui aideront à réduire le fardeau des maladies neurologiques et psychiatriques ».

Cette recherche a été soutenue par des organismes de financement nationaux tels que les National Institutes of Health, ainsi que d’autres organisations publiques, privées et philanthropiques dans le monde entier. Pour en savoir plus sur les neuroprothèses et l’interface cerveau-machine, visiter le site BrainFacts.org.

La Society for Neuroscience (SfN) est une organisation qui réunit environ 37 000 scientifiques et cliniciens qui étudient le cerveau et le système nerveux.

Lire le communiqué de presse complet et étudier les résumés

Et si vous pouviez « voir » directement dans le cerveau d’une autre personne ?

traduction Virginie Bouetel

EurekAlert, Society for Neuroscience

Manifeste des chimpanzés du futur contre le transhumanisme

Luttant activement contre le pouvoir des technosciences dans le capitalisme industriel contemporain, le collectif Pièces et main d’oeuvre propose une analyse de ce que pourrait devenir le futur contrôlé par des hommes-machines issus du transhumanisme.

Nous sommes ces chimpanzés – ces humains qui ne fusionneront pas avec la machine. Nous ne trafiquerons pas notre génome pour devenir plus performants. Nous refusons la vie synthétique mise au point dans les laboratoires.

Un manifeste pour oser rester humain !

Frères humains, sœurs humaines, vous avez entendu parler du transhumanisme et des transhumanistes ; d’une mystérieuse menace, groupe fanatique, société de savants et d’industriels dont l’activisme impérieux et l’objectif affiché consistent à liquider l’espèce humaine pour lui substituer l’espèce supérieure, « augmentée », des hommes-machines. Une espèce résultant de l’automachination par ingénierie génétique et hybridation électro-mécanique. Vous avez entendu l’ultimatum cynique et provocant de ce chercheur en cybernétique : « Il y aura des gens implantés, hybridés, et ceux-ci domineront le monde. Les autres qui ne le seront pas, ne seront pas plus utiles que nos vaches actuelles au pré. » Et encore, « ceux qui décideront de rester humains et refuseront de s’améliorer auront un sérieux handicap. Ils constitueront une sous-espèce et formeront les chimpanzés du futur. ». Nous sommes les chimpanzés du futur et nous vous appelons à la résistance contre ce nouvel eugénisme surgi des laboratoires.

Pour commander le livre, envoyer un chèque de 20 € à l’ordre de Service compris avec vos coordonnées à :

Service compris
BP 27
38172 Seyssinet-Pariset cedex

Sommaire du livre

La Déclaration des chimpanzés du futur

Histoire d’un livre

Voici une lettre publique de leur part, informant du contexte idéologique qui prévaut dans le milieu des éditeurs de sciences “humaines” parisiens, et qui les a contraints à s’auto-éditer, alors que l’ouvrage devait être publié par Le Seuil.

Bonjour,

Le “Manifeste des Chimpanzés du futur contre le transhumanisme”, de Pièces et main d’œuvre, dont la parution était prévue aux éditions du Seuil (sortie le 14/09/17), est finalement publié par les éditions Service compris. Voici pourquoi.

En octobre 2016, nous croisons un ami universitaire, de passage à Grenoble, avec qui nous avons au fil des années des échanges cordiaux quoique sporadiques. Déjeuner. Au dessert, nous lui proposons d’écrire, si cela lui dit, un papier sur le site de Pièces et main d’œuvre. Dérobade enjouée de l’ami. « – Ouhlala, non, j’ai pas autant de c… (NdA, de coquilles peut-être ?) que vous, moi !… Je ne peux pas dire ce que vous dites ! C’est mieux que je vous cite en revue ou dans des séminaires… Si je vous disais ! J’ai même entendu une épistémologue célèbre dire en réunion, “Ça, il faut reconnaître… sans Pièces et main d’œuvre, on n’aurait pas tant parlé des nanotechnologies.” Mais pourquoi vous ne faîtes pas un livre sur le transhumanisme ? Vous en parlez depuis des années !… Je suis sûr que ça intéresserait Christophe Bonneuil. C’est lui qui dirige la collection Anthropocène au Seuil… etc.”

Sceptiques, réticents, mais pas bêcheurs, nous écrivons à l’éditeur pour lui demander confirmation de son intérêt. Certes, il a réédité, environ 90 ans plus tard, un recueil d’Ellul & Charbonneau (Nous sommes des révolutionnaires malgré nous, 2014), mais on sait qu’il est plus facile à un notaire de publier les testaments des radicaux morts ou lointains (américains par exemple) que les critiques sur le vif de leurs successeurs.
L’éditeur nous confirme son intérêt, nous confie son estime pour notre réflexion, et sa dette de pensée pour l’avoir « radicalisé et consolidé », se réjouit de nous rencontrer, se déclare « honoré » que nous l’ayons contacté, bref, l’habituel frou-frou entre auteurs et éditeurs potentiels.
La seule chose qui nous importe, c’est sa garantie réitérée de notre liberté d’expression. D’éventuelles suggestions, soit, mais nous, PMO, conservons le dernier mot sur nos écrits.
À vrai dire, nous n’avons jamais envisagé autre chose – qu’un éditeur, par exemple, puisse s’imaginer avoir notre signature au bas d’un autre discours que le nôtre.

On s’engage et on voit. Nous œuvrons d’arrache-pied pendant huit mois, en sus de nos activités, déplacements et publications. Nous recevons de vifs éloges et répétés de l’éditeur (« Super !… Excellent ! ») pour les divers états de l’ouvrage en cours. Nous sommes en train de faire « un livre de référence », nous allons être publiés en « Point Seuil », etc. Nous intégrons quelques suggestions utiles de l’éditeur, nous rejetons les autres, oiseuses ou nocives. Nous discutons des façons d’utiliser cette publication pour stimuler la critique du transhumanisme (réunions publiques, etc.).

Que croyez-vous qu’il arriva ?

Au moment ultime, après les corrections de ponctuation, notes en bas de page, etc., alors que le Manifeste des Chimpanzés du futur était prêt pour l’imprimerie et annoncé sur les sites des librairies, notre éditeur nous cribla soudain d’un feu croissant d’exigences – coupes, réécritures – plus ineptes et insolentes les unes que les autres.
Il ne fallait pas employer des mots comme « veulerie » ou « sainte-nitouche » par exemple. Pas plus sans doute qu’il ne faut parler de corde dans la maison du pendu.
Il ne fallait pas employer un langage « désuet », « à la Brassens », mais la novlangue de la police post-humaniste, afin de proscrire les crimes de pensée.
Il ne fallait pas évoquer les « traîtres à l’espèce », les « nuisibles », ni « les rats qui fuient le navire », il ne fallait pas employer de termes péjoratifs (!) ni « animaliser les gens », « parce qu’on sait où ça mène ». – Eh quoi ? Fallait-il donc les « végétaliser » ? (Patate ! Navet ! Grosse courge !), ou les « chosifier » ? (Robot ! Serpillière ! Manche à balai !) ? Et nous dire ça à nous ! Animaux politiques et chimpanzés revendiqués !
Il ne fallait pas froisser tel potentat universitaire, fort susceptible, et capable de rétorsions contre le directeur de collection. Ni tel auteur maison, supposément prestigieux et lucratif pour Le Seuil. Enfin, il ne fallait pas nommer les personnes qui nous attaquent, qui attaquent l’humain et les défenseurs de l’humain, mais seulement « leurs idées ».

Pour notre éditeur, voyez-vous (mais aussi pour ses pareils), les idées tombent du ciel et se promènent seules dans les rues sur leurs pattes, à l’affût des proies qu’elles assaillent.
L’écueil est qu’étant radicaux – et non pas extrémistes – nous argumentons souvent ad hominem. Marx en a donné la raison : « La théorie est capable de saisir les masses, dès qu’elle argumente ad hominem, et elle argumente ad hominem dès qu’elle devient radicale. Être radical, c’est saisir les choses à la racine, mais la racine, pour l’homme, c’est l’homme lui-même. » (cf. Pour une critique de la philosophie du droit de Hegel. Karl Marx, dans Philosophie, Maximilien Rubel, Ed. Gallimard, coll. « Folio », 1982, p. 99)

Ça tombe bien, justement nous défendons l’homme contre les inhumains.

Ainsi fûmes-nous contraints, le 24 juillet dernier, d’envoyer à Olivier Bétourné, PDG du Seuil, la lettre suivante.

« Monsieur,

Votre collaborateur, Christophe Bonneuil, nous a fait part des alarmes et des oppositions que suscitait dans votre maison, la publication de notre Manifeste des Chimpanzés du futur contre le transhumanisme.
Nous avons consenti par esprit de conciliation à supprimer certaines pointes et à reformuler certaines phrases, tant que le sens de notre critique n’était ni émoussé ni dénaturé.
Notre projet n’est pas publicitaire. Il ne vise pas la promotion de l’enseigne Pièces et main d’œuvre, mais l’expression d’une résistance irréductible à l’avènement d’une espèce supérieure de cybernanthropes « augmentés », asservissant et/ou éliminant l’humanité commune considérée comme une sous-espèce de « chimpanzés du futur », selon le mot d’un scientifique « transhumaniste ».
Notre discours et notre signature sont connus. Il serait insensé de vouloir l’une sans l’autre. Après des garanties de liberté répétées, des éloges considérables de notre action et des divers états de l’ouvrage en cours ; après huit mois de dur labeur de notre part ; M. Bonneuil, se faisant, dit-il, le porte-parole de « sa chef », « du patron du Seuil », « du Seuil » (et aussi un peu de lui-même), nous soumet au dernier moment à un feu croissant de censures et d’exigences de modifications qui en disent parfois plus long sur leurs auteurs que sur notre discours. Que ces falsifications se parent d’excuses juridiques, rhétoriques ou mondaines. Elles peuvent se lire en marge des deux dernières versions électroniques de notre ouvrage que nous avons reçues.
Nous ne sommes pas des singes si stupides que nous ne sachions reconnaître un ultimatum, même voilé. Et nous ne sommes pas si éprouvés par ces mois et ces années d’activité critique qu’on puisse espérer nous faire céder de guerre lasse.
Dans ses messages du 21 et 23 juillet 2017, et dans notre dernière conversation téléphonique, M. Bonneuil ne nous a pas caché l’hostilité que rencontrait notre Manifeste chez certains de vos collaborateurs, ni l’ampleur de ses efforts pour éviter tout « blocage » ou « rupture » de la part du Seuil.
C’est-à-dire qu’il y a blocage et rupture, et tout d’abord du contrat moral que nous avions passé en novembre 2016 avec M. Bonneuil. De son propre aveu, il « n’avait pas véritablement anticipé, il y a quelques mois, qu’il se retrouverait effectivement à nous demander des modifications ». Disons qu’il a eu les yeux plus gros que le ventre et n’en parlons plus. (…) »

C’était il y a un mois.
Ce mois, nous l’avons employé à finir la fabrication de notre Manifeste et à lui trouver un imprimeur.
Nous le publions nous-mêmes.
Nous le diffusons nous-mêmes.
Nous le défendrons nous-mêmes.

Le transhumanisme est à la fois l’idéologie de la technocratie et le stade actuel du capitalisme, de la croissance, de l’industrialisme et de l’artificialisation.
Nombre d’amis nous ont demandé à maintes reprises « ce qu’ils pouvaient faire pour nous soutenir ». Que si vous voulez répandre la critique radicale du transhumanisme, lisez et faites lire le Manifeste des Chimpanzés du futur.
Achetez-le, vendez-le, offrez-le.

Organisez des débats, avec ou sans nous.
Formez partout des groupes de Chimpanzés du futur.
Surveillez les médias et les activités transhumanistes et alertez les humains.
Contestez partout et par tous les moyens de la critique (textes, films, dessins, actions, etc.), les manifestations ouvertes et occultes du transhumanisme, dans les médias, les universités, les milieux professionnels, politiques, associatifs, artistiques, culturels, etc.

Pour rester libres et humains, vidons les laboratoires !
Le temps perdu pour la recherche est du temps gagné pour l’humanité !

Salutations simiesques,

Pièces et main d’œuvre
Grenoble, le 28 août 2017

L’éthique du futur et le défi des technologies du vivant

Thèse :  Kokou Sename Amegatsevi, 2013 – Université Laval & Université Paris-Descartes

Résumé : Ce travail vise à mettre en avant une éthique du futur à l’ère des technologies du vivant à partir de la biologie philosophique de Hans Jonas en passant au crible a priori les fondements des technosciences. Jonas estime que le problème n’est pas la technique elle-même qui soit en cause mais l’identité qu’elle accorde à l’homme dans cette logique instrumentale envahissante, en d’autres termes, le matérialisme réductionniste. Le problème aussi n’est pas les effets visibles inquiétants et désastreux de la technique mais l’ontologie qu’elle inspire. Outre les manifestations réelles de destruction qu’elle génère, c’est l’être qu’elle confère ou plus exactement dont elle prive l’homme qui est catastrophique. L’homme finit par se considérer comme un fond exploitable. Il s’agira donc de formuler une éthique qui a pour soubassement une biologie philosophique qui récuse une anthropologie mécaniste d’inspiration matérialiste, une ontologie du pas-encore qui fonde les sciences modernes. Réduire l’homme à des lois physico-chimiques, c’est violer notre individualité. Le métabolisme est la preuve de notre individuation. Dans la matière, gît l’esprit. Au-delà de l’anthropomorphisme qui se dégage, l’homme est le seul animal symbolisant doué d’une conscience réflexive. Une responsabilité politique s’impose pour protéger l’intégrité et l’image de l’homme à l’ère des technologies du vivant qui espèrent améliorer ou modifier l’espèce humaine. Mais cette responsabilité politique qui promeut « un marxisme désenchanté » ne tardera pas à renforcer voire devenir une rationalité instrumentale et idéologique à l’image du lyssenkisme. Une autre responsabilité s’impose : une responsabilité scientifique formulée par Charles De Koninck qui interpelle et invite les scientifiques à ne pas sacrifier l’être humain par leurs recherches sur l’autel des subventions financières, du dualisme au relent matérialiste. La science, dans son élan est invitée à tenir compte du facteur « humain ». Cette responsabilité scientifique va au-delà des règles de bonnes pratiques et déontologiques des comités et des expertises scientifiques. Elle nécessite une éducation scientifique pour une science citoyenne pour éviter une science aveugle et idéologique. Bref, à partir de ces paradigmes, nous voulons montrer que les rêves de l’amélioration, de l’augmentation des performances de l’espèce humaine sont des chimères.

Télécharger le PDF

Langue:  Français
Mots clés:  Philosophie

Henri Atlan : La science est-elle inhumaine ?

Henri Atlan est biologiste et philosophe. Il a été membre du Comité consultatif national d’éthique pour les sciences de la vie et de la santé. Il est aussi professeur émérite de biophysique et directeur du centre de recherche en biologie de l’hôpital universitaire d’Hadassah, à Jérusalem, et directeur d’études à l’EHESS. Il est l’auteur entre autres de Les étincelles de hasard, L’utérus artificiel et De la fraude (Seuil).

Il y a dix ans, Henri Atlan résumait dans ce petit livre les convictions qui étaient devenues siennes tout au long de ses recherches en biologie. La liberté ne doit pas être entendue au sens d’un libre arbitre grâce auquel nous serions seuls à décider de nos actes mais au sens d’une libre nécessité, reposant sur la connaissance des déterminismes. La science devenait alors, contre les accusations croissantes d’une partie de l’opinion, un facteur massif d’émancipation. Depuis, les sujets polémiques se sont multipliés, pointant la menace de techniques débridées et la domination d’une science déshumanisée. C’est justement sur l’un des sujets les plus controversés et les plus brûlants qu’Henri Atlan a décidé de revenir dans une nouvelle préface : le désir d’enfant et la procréation médicalement assistée. A quel moment ce désir légitime devient-il aliénant et surtout pourquoi ? Que recoupe la notion d’enfant naturel au moment où la PMA est une réalité partagée par de nombreux couples ? La liberté apparaît bien encore du côté de la reconnaissance des limites et d’obstacles insurmontables, plutôt que de l’acharnement thérapeutique.

Par Idir Benard : “Henri Atlan plaide pour un approfondissement de la philosophie comme pratique de pensée et de vie. La place prépondérante que prennent les technosciences dans la construction de nos vies au quotidien en fait en effet un besoin impérieux, et que cela soit le clonage, l’utérus artificiel ou le transhumanisme, les possibilités offertes par la science se doivent d’être considérées avec recul dans un débat où les savoirs, en particulier techniques, sont le plus largement diffusés.”

Le transhumanisme en question – Radio Courtoisie

12:00 Libre Journal de la liberté politique du 24 février 2016 : “Le transhumanisme en question”.

François Billot de Lochner, assisté d’Anne-Sophie Hongre-Boyeldieu, recevait Jean-Marie Le Méné, président de la Fondation Jérôme Lejeune, et Guy Pagès, prêtre.

La marchandisation de la vie humaine à l’ère de la bioéconomie
Les nouveaux marchés cannibales, mondialisation et marchandisation du corps humain
Le marché de la stérilité et l’industrie de la procréation artificielle
L’utérus artificiel
De l’incapacité du principe de précaution à appréhender la question du devenir même de notre humanité sous la pression de technologies nouvelles (NBIC) et de la nécessaire extension du principe de précaution
Les organismes auxquels prennent part les transhumanistes et les principales personnalités transhumanistes
Les technologies émergentes