Archives par mot-clé : piratage de données

Biohacking et transhumanisme : Un rapport sur l’augmentation humaine

Une étude révèle que beaucoup d’entre nous considèrent le biohacking comme passionnant, mais les craintes concernant le piratage et la vie privée demeurent.

L’augmentation humaine peut décrire beaucoup de choses. Les appareils auditifs, les stimulateurs cardiaques et les prothèses sont déjà utilisés, mais à l’avenir, nous pourrions utiliser ce terme pour désigner les implants qui améliorent les capacités cognitives ; les puces qui nous relient à nos appareils intelligents, ou les yeux bioniques qui peuvent restaurer la vue, et bien d’autres choses encore.

En ce qui concerne les applications futures, les pays du monde entier font avancer le développement de nouvelles technologies qui pourraient améliorer le corps humain.

Par exemple, le Japon a récemment mis un milliard de dollars sur la table pour les chercheurs désireux de se consacrer à tous les domaines, de l’augmentation de la population humaine à la longévité, en raison de la nécessité de s’attaquer au vieillissement de la population active et à la diminution de la population.

Kaspersky a publié un nouveau rapport, The Future of Human Augmentation 2020: Opportunity or Dangerous Dream?, ce rapport vise à clarifier les points de vue des citoyens de plusieurs pays sur la perspective du biohacking.

L’étude a révélé que 92 % des personnes interrogées ont déclaré qu’elles changeraient une caractéristique d’elles-mêmes si elles le pouvaient, 63 % ont déclaré qu’elles envisageraient une augmentation humaine à l’aide de la technologie. Le travail sur le terrain pour cette étude a été mené par Opinium Research qui a interrogé 14 500 personnes de 16 pays d’Europe et d’Afrique du Nord.

Les Italiens sont les plus nombreux à envisager le biohacking, soit 81 % au total. En revanche, les Britanniques sont plus prudents, avec seulement 33% qui disent qu’ils étudieraient l’augmentation humaine pour changer leurs propres caractéristiques. L’Espagne, le Portugal, la Grèce et le Maroc sont également ouverts à l’idée du biohacking.

Plus de la moitié des personnes interrogées, soit 53%, estiment que le biohacking améliorerait leur mode de vie. Cependant, 69% ont exprimé leur inquiétude quant au fait que le biohacking sera à l’avenir réservé aux riches.

Lors de la conférence de Kaspersky NEXT, cette opinion a également été exprimée par Julian Savulescu, professeur à l’université d’Oxford et titulaire de la chaire Uehiro d’éthique pratique : “L’augmentation humaine se développera grâce aux forces du marché en maximisant les profits des grandes entreprises multinationales”. En d’autres termes, l’économie et la demande des consommateurs pourraient stimuler les initiatives de biohacking, plutôt que toute quête d’un bien commun.

Zoltan Istvan, le fondateur du Parti Transhumaniste, a approuvé, notant que l’augmentation de la population humaine est susceptible d’être “contrôlée par le capitalisme dans une certaine mesure”, et que “l’économie sera un moteur, pour le meilleur ou pour le pire”. Istvan pense aussi que le biohacking est intrinsèquement la prochaine étape pour les humains “qui aspirent à être quelque chose de plus grand que ce que nous sommes”. “[Je suis] en fin de compte du côté du choix personnel, tant que cela ne nuit pas directement à quelqu’un d’autre”, a déclaré Istvan. “[…] Laissez les gens prendre ces décisions eux-mêmes et le marché suivra.”

Parmi les autres statistiques intéressantes publiées dans le rapport, on peut citer :

– 88% des personnes ont déclaré craindre que leur corps puisse être piraté par des cybercriminels
– 36% des femmes et 25% des hommes considèrent l’augmentation attrayante pour améliorer l’attractivité
– Les hommes sont plus intéressés par l’amélioration de leur force via le biohacking (23%) que les femmes (18%)
– 47% estiment que les gouvernements devraient réglementer l’augmentation humaine

“L’augmentation humaine est l’une des tendances technologiques les plus importantes aujourd’hui”, a commenté Marco Preuss, Directeur Europe de l’équipe de Recherche et analyse globales pour Kaspersky Europe. “Mais les gens ont raison de se méfier. Les adeptes de l’augmentation testent déjà les limites du possible, mais nous avons besoin de normes communes pour garantir que l’augmentation atteigne son plein potentiel tout en minimisant les risques”.

“Il est important d’en parler maintenant, d’avoir un aperçu de ces technologies maintenant, afin de conduire activement son développement”, a déclaré Preuss. “Nous avons tellement de romans et de films sur ce sujet. Il nous appartient maintenant de décider si nous voulons aller dans cette direction”.

CTech , Kaspersky, ZDNet

Registres distribués, l’évolution de la chaîne de blocs

L’Institut de gouvernance numérique dépose un livre blanc

Après plusieurs mois de travail, l’Institut de gouvernance numérique (IGN) dévoile aujourd’hui son livre blanc, Registres distribués, l’évolution de la chaîne de blocs entourés d’acteurs impliqués et concernés par cette innovation de rupture, dont le Scientifique en chef du Québec, M. Rémi Quirion. Les travaux de ce livre blanc ont été menés par un comité directeur composé d’universitaires, d’entrepreneurs, d’avocats et d’administrateurs publics.

Le livre blanc Registres distribués, l’évolution de la chaîne de blocs vise à éclairer les décideurs publics et la communauté d’affaires sur cette technologie transformatrice. Les registres distribués bouleversent le domaine de l’archivage et de l’échange sécuritaire des informations, des transactions électroniques, des identités numériques, des dossiers patients, etc. Ils amènent des innovations comme les “contrats intelligents” qui permettent d’automatiser des transactions générant des gains de productivité importants pour les organisations et facilitant la vie des consommateurs, membres, clients, citoyens; la technologie est aussi utilisée de plus en plus par des gouvernements et institutions pour la mise en place de mécanismes de votation électronique ou de consultation populaire.

“À l’heure où les vols de données sont un fléau à travers le monde, à la veille de l’arrivée de la connectivité 5G qui décuplera les données en circulation, au moment où s’amorce la révolution de l’intelligence artificielle, la technologie des registres distribués apparaît comme un élément incontournable. Elle devient un nouveau symbole de cette ère numérique qui fait des données une ressource, et de la sécurité des renseignements personnels, une condition de succès”, explique M. Rémi Quirion, Scientifique en chef du Québec et l’un des parrains du projet.

Les registres distribués permettent la décentralisation de la gestion de l’information d’une manière transparente, traçable et inviolable offrant aux États, aux entreprises et aux organisations les plus diverses un moyen d’assurer la sécurité des données et des échanges. “À brève échéance, les registres distribués pourraient devenir l’ossature technologique des transactions numériques à l’échelle mondiale avec un champ d’application illimité”, estime le professeur Kaiwen Zhang du département de génie logiciel de l’École de technologie supérieure.

Le potentiel est tel que l’une des études citées dans le livre blanc, émanant du Forum économique mondial, indique que 10 % du PIB mondial pourrait être stocké dans des registres distribués d’ici 2027.

Ce livre blanc se veut donc un premier pas afin d’aider le Québec à se positionner. Il a ainsi pour objectifs :

• De présenter cette technologie de manière simple;
• D’aider à la compréhension du potentiel transformateur et parfois perturbateur des applications qui en découlent;
• De cerner certains enjeux plus spécifiques au Québec en regard du développement et de l’utilisation des registres distribués;
• De décrire les forces et les faiblesses de l’écosystème québécois en la matière;
• De définir des pistes d’action adaptées à la réalité québécoise pour le développement de cet écosystème.

Le livre blanc recommande notamment au gouvernement du Québec de reconnaître le phénomène des registres distribués comme un enjeu économique et stratégique incontournable et d’agir en conséquence. Le comité directeur recommande ainsi au gouvernement de s’inspirer du modèle mis sur pied avec le Comité d’implantation de la grappe en intelligence artificielle, et de soutenir un groupe réunissant des experts, des entrepreneurs, des universitaires, des investisseurs pour l’aider à déterminer les meilleurs gestes à poser pour soutenir le développement de l’écosystème, développer les connaissances, stimuler l’innovation et lancer des projets pilotes.

Dans cette foulée, l’IGN propose une démarche d’appropriation des registres distribués crédible et concrète, soutenue par des experts, pour faciliter au moyen de cette technologie, la transformation numérique de l’État, de ses institutions et de l’économie. “Pour le Québec, qui est un leader de premier plan dans plusieurs technologies de pointe, qui compte une communauté d’entrepreneurs très dynamique dans les technologies numériques, la maîtrise des registres distribués devient un atout stratégique essentiel pour affirmer notre leadership dans les créneaux de la prochaine vague d’innovations”, soutient M. Jean-François Gauthier, président-directeur général de l’IGN.

Les travaux de ce livre blanc ont été menés par un comité directeur composé d’universitaires, d’entrepreneurs, d’avocats et d’administrateurs publics. L’Autorité des marchés financiers, Québec Blockchain, Catallaxy (une filiale de Raymond Chabot Grant Thornton), Bitfarms, l’Université Laval, l’École de technologie supérieure ainsi que La Capitale ont aussi contribué à l’exercice. Le Scientifique en chef du Québec, Hydro-Québec, le gouvernement du Québec, Finance Montréal et le Hub Saguenay–Lac-Saint-Jean ont rendu possible l’élaboration de ce livre blanc par leurs contributions financières respectives.

La Chine fera scanner les visages des citoyens pour s’inscrire à Internet

Selon Quartz, à partir de décembre, les entreprises chinoises de technologie vont scanner le visage de tous ceux qui s’inscrivent pour un service Internet ou un nouveau numéro de téléphone portable.

La législation a été présentée par le ministère chinois de l’Industrie et des Technologies de l’information en septembre pour prévenir la fraude et “protéger les droits et intérêts légitimes des citoyens dans le cyberespace”, a rapporté Quartz.

Ce changement n’est qu’une petite partie des efforts croissants de la Chine pour surveiller l’activité en ligne de ses résidents. L’Internet chinois reste un jardin clos étroitement contrôlé qui censure de nombreux sites Web et plates-formes de messagerie internationaux, dont Facebook et Twitter.

Les critiques soutiennent que les nouvelles règles sur les services Internet sont envahissantes, portent atteinte aux libertés individuelles et pourraient même contribuer à des fuites d’informations personnelles, selon Quartz.

Fuite d’une base de données de reconnaissance faciale en Chine

Bien que de nombreux autres pays exigent une pièce d’identité gouvernementale pour s’inscrire aux cartes SIM, c’est probablement la première fois qu’un scan du visage est requis.

Le gouvernement chinois n’est pas étranger au logiciel de reconnaissance faciale. Le “système de crédit social” du pays – une application orwellienne de la surveillance de masse aux yeux de l’Occident – a été mis en place au cours des deux dernières années pour veiller à ce que personne ne déroge à la règle. Les caméras de reconnaissance faciale peuvent désormais être repérées aux passages pour piétons pour s’assurer que personne ne traverse en dehors des clous.

Quartz

La Thaïlande approuve une loi controversée sur la cybersécurité

La Thaïlande adopte une loi permettant à l’État d’accéder aux communications privées

L’Assemblée législative nationale thaïlandaise a adopté une loi controversée sur la cybersécurité pour permettre à l’État de perquisitionner, saisir et infiltrer des données et du matériel informatique sans ordonnance judiciaire.

Un projet de loi sur la protection des données personnelles adopté plus tôt dans la même journée n’assurerait aucune protection, puisqu’il prévoit une exemption pour les demandes de données émanant d’un service de sécurité de l’État.

Phys.org

Fuite d’une base de données de reconnaissance faciale en Chine

La société de reconnaissance faciale SenseNets dévoile des données personnelles de 2,5 millions de citoyens chinois

SenseNets Technology, le fournisseur de biométrie basé à Shenzhen, n’a pas encore commenté la fuite des données exposant les informations personnelles de millions de personnes. Le site Web est hors ligne et la société effectue actuellement une enquête interne, a déclaré une source anonyme sur Caixin.

Victor Gevers, chercheur néerlandais en sécurité à GDI Foundation, a récemment découvert une base de données contenant plus de 2,5 millions d’enregistrements, comprenant les noms, numéros de carte d’identité, adresses personnelles, dates de naissance, informations sur l’emploi et lieux où la technologie biométrique de la société les avait identifiés au cours des 24 dernières heures, entre autres informations. La Fondation GDI avait averti l’entreprise en juillet, mais n’a jamais reçu de réponse.

SenseTime détenait auparavant une participation de 49 % dans SenseNets, rapporte Caixin, mais s’est retirée au moment où GDI a informé SenseNets de sa violation. SenseTime n’a pas fourni de raison pour son désinvestissement.

Forbes, Technadu, Caixin

Google, Apple, Facebook : les nouveaux maitres du monde

Ils s’appellent Bill Gates, Mark Zuckerberg, Sergey Brin ou encore Larry Page : ces Américains, dont certains n’ont pas encore 40 ans, comptent parmi les hommes les plus riches et les plus puissants de la planète. Leurs points communs ? Ils ont créé le monde d’aujourd’hui grâce à une révolution technologique sans précédent : Internet et les réseaux sociaux. Anciens ados visionnaires devenus les dirigeants des plus grandes entreprises du secteur – Google, Facebook, Apple, Microsoft –, ils possèdent aujourd’hui un pouvoir d’un genre nouveau. Celui de contrôler les communications de toute la planète et de stocker les informations privées de tout un chacun. Un pouvoir très convoité, qui a pu les entraîner parfois dans des liaisons dangereuses avec les services secrets ou les gouvernements, notamment américains.

Ce documentaire raconte l’épopée de ces hommes souvent en marge de leurs contemporains mais qui ont réussi à changer le monde à grands coups de projets dignes de la science-fiction et qui, aujourd’hui, sont devenus plus forts que les États. Jusqu’où va le pouvoir des géants du numérique ?


Protéger la blockchain des hackers quantiques

Pour préserver le grand livre inviolable des hackers quantiques, les deux technologies vont unir leurs forces. S’ils ne le font pas, les données sont en danger.

Il y a un débat acharné entre les défenseurs de la blockchain qui croient qu’elle est sécurisée et ceux qui pensent qu’elle pourrait être détériorée par les nouveaux ordinateurs quantiques.

Grâce à la construction inviolable de son grand livre, la Blockchain est intégrée dans tous les domaines, de l’assurance à l’immigration, et constitue la base des cryptomonnaies telles que Bitcoin. Mais sa nature ouverte et polyvalente pourrait entraîner sa perte – en 2019, l’informatique quantique pourrait briser la blockchain.

Les ordinateurs quantiques peuvent stocker plus d’informations en utilisant moins d’énergie que les ordinateurs traditionnels, ce qui signifie qu’ils peuvent effectuer rapidement des calculs complexes. Là où un ordinateur normal résoudrait un labyrinthe complexe en suivant un chemin à la fois, les machines quantiques peuvent suivre plusieurs chemins simultanément.

L’informatique quantique va changer le monde

En conséquence, la technologie quantique est estimée à des dizaines de milliers, voire des millions de fois plus rapide que les ordinateurs actuels – et plus de puissance signifie que des tâches telles que la rupture du cryptage deviennent énormément plus faciles, exposant potentiellement les dossiers financiers, les données personnelles et autres informations sensibles. En 2016, des scientifiques du MIT et de l’Université d’Innsbruck ont réussi à construire un ordinateur quantique qui, selon eux, pourrait – s’il était déployé avec succès – casser le cryptage RSA, un algorithme largement utilisé qui sécurise tout, des messages texte aux achats en ligne.

La blockchain est particulièrement vulnérable car elle a un point de défaillance unique – tous les blocs sont librement à la disposition des organisations criminelles ou agents de surveillance. Pour le moment, ils ne peuvent rien faire avec eux car ils sont cryptés, mais lorsque l’informatique quantique deviendra suffisamment bon marché, il pourrait y avoir d’énormes fuites de données de la chaîne de blocs potentiellement stockées.

C’est comme si vous gardiez vos objets de valeur dans une boîte verrouillée, mais que vous les laissiez ensuite dans la rue. La capacité d’enchevêtrement quantique (ou intrication quantique) lui permet de faire des sauts logiques que des ordinateurs classiques ne pourraient jamais faire. Cela pourrait combler les lacunes entre les données recueillies à partir de quelques blocs seulement.

Nous sommes passés de la théorie et du prototype à l’informatique quantique commerciale en quelques années seulement. En mars 2018, Google a dévoilé Bristlecone, une puce de 72 qubits qui, selon la société, pourrait bientôt atteindre la «suprématie quantique», mettant sur le marché des ordinateurs quantiques fabriqués en série. La technologie est en train d’être perfectionnée pour créer des processeurs qubit stables, et les machines méga-qubit sont proches.

Les puces neuromorphiques pourraient être l’avenir de l’informatique

L’industrie est concernée. Chaque année, les chercheurs des gouvernements et des géants informatiques dont Intel, Microsoft et Cisco se rencontrent avec les meilleurs chercheurs dans les domaines de la cybersécurité et des mathématiques lors d’atelier sur le chiffrage quantique (QSC : Quantum-Safe Cryptography – cryptographie sécurisée quantique) afin de discuter des solutions potentielles à la menace.

La technologie de défense contre les attaques quantiques existe déjà sous la forme de précurseurs de la cryptographie quantiquei, tels que la cryptographie basée sur le hachageii, la cryptographie basée sur le codeiii, la cryptographie basée sur le réseauiv, la cryptographie à plusieurs variablesv et la cryptographie d’isogénie à courbe elliptique supersingulairevi, chacune améliorant les itérations précédentes.

Face aux attaques croissantes sur nos données personnelles, telles que le piratage de British Airways de septembre 2018, nous devons faire pression pour une collaboration entre ces technologies apparemment concurrentes. Bien que l’informatique quantique semble porter atteinte à la sécurité de la blockchain, la solution pourrait consister à combiner les deux technologies et à créer un meilleur ensemble.

Les États-Unis travaillent à la construction de réseaux quantiques inaltérables

Wired


Les États-Unis travaillent à la construction de réseaux quantiques inaltérables

Deux projets visent à rendre les données Internet invulnérables au piratage

Les câbles à fibres optiques véhiculant des données sur Internet sont vulnérables. Deux initiatives américaines visent à résoudre ce problème en créant des transmissions quantiques super sécurisées.

Il y a quelques années, Edward Snowden, un contractant travaillant pour la NSA, a divulgué des documents montrant la manière dont les agences de renseignement espionnaient nos données. L’une des révélations les plus frappantes a été que des espions avaient exploité des câbles à fibres optiques pour surveiller la grande quantité d’informations qui les traversait.

Les révélations de Snowden ont suscité des efforts pour exploiter les propriétés presque mystiques de la science quantique afin de rendre ce piratage impossible. Il y a maintenant des signes de progrès.

Une start-up appelée Quantum Xchange a annoncé la conclusion d’un accord lui donnant accès à 805 kilomètres de câbles à fibres optiques longeant la côte Est des États-Unis afin de créer ce qui, selon elle, sera le premier réseau de distribution de clés quantiques du pays.

L’Université de Chicago, le Laboratoire national Argonne et le Laboratoire national des accélérateurs Fermi ont annoncé la création d’une entreprise commune afin de créer un banc d’essai permettant de sécuriser la communication de données par téléportation quantique.

L’informatique quantique va changer le monde

La méthode de distribution de clé quantique utilisée par Quantum Xchange fonctionne en envoyant un message codé en bits classiques, tandis que les clés pour le décoder sont envoyées sous forme de bits quantiques, ou qubits. Ce sont généralement des photons, qui se déplacent facilement le long de câbles à fibres optiques. La beauté de cette approche réside dans le fait que toute tentative d’espionnage sur un qubit détruit immédiatement son état quantique délicat, en effaçant les informations qu’il contient et en laissant un signe révélateur d’une intrusion.

La première étape du réseau, reliant la ville de New York au New Jersey, permettra aux banques et aux autres entreprises d’exporter des informations entre leurs bureaux situés à Manhattan, leurs centres de données et d’autres lieux situés en dehors de la ville.

Cependant, l’envoi de clés quantiques sur de longues distances nécessite des «nœuds de confiance», similaires aux répéteurs qui amplifient les signaux d’un câble de données standard. Quantum Xchange dit qu’il en aura 13 le long de son réseau complet. Au niveau des nœuds, les clés sont déchiffrées en bits classiques, puis renvoyées à un état quantique pour une transmission ultérieure. En théorie, un pirate informatique pourrait les voler alors qu’ils sont brièvement vulnérables.

La Chine a dévoilé le premier réseau informatique infalsifiable au monde

La téléportation quantique élimine ce risque en exploitant un phénomène appelé enchevêtrement. Cela implique la création d’une paire de qubits – encore une fois, généralement des photons – dans un seul état quantique. Un changement dans un photon influence immédiatement l’état du photon lié, même s’ils sont très éloignés les uns des autres. En théorie, la transmission de données basée sur ce phénomène est inattaquable, car la falsification de l’un des qubits détruit leur état quantique. (Pour une description plus détaillée de la téléportation quantique, voir « Au cœur de l’Europe: construire un Internet quantique inattaquable ».)

La mise en pratique de ce travail est un défi de taille et l’approche reste confinée aux laboratoires scientifiques. “Envoyer un photon dans un morceau de fibre n’est pas une grosse affaire”, déclare David Awschalom, professeur à l’Université de Chicago, “mais créer et maintenir un enchevêtrement est un véritable défi.” C’est particulièrement vrai pour les réseaux câblés longue distance.

Awschalom dirige l’initiative impliquant impliquant l’université et les laboratoires nationaux. L’objectif, dit-il, est de faire en sorte que le banc d’essai permette une approche «plug-and-play» qui permettra aux chercheurs d’évaluer diverses techniques pour emmêler et envoyer des qubits.

Le banc d’essai, sera construit avec plusieurs millions de dollars par le US Department of Energy et qui utilisera un câble de fibre optique de 30 miles parcourant les laboratoires, sera exploité par des membres du Chicago Quantum Exchange, qui réunit 70 scientifiques et ingénieurs des trois institutions.

L’Europe et la Chine expérimentent également des réseaux de communication quantiques. Awschalom pense qu’il est bon d’avoir une concurrence saine sur le terrain. «D’autres pays ont poussé de l’avant pour construire des infrastructures [quantiques]», a-t-il déclaré. “Maintenant, nous allons faire la même chose.”

MIT Technology Review

> Les Machines pour le Big Data : Vers une Informatique Quantique et Cognitive (PDF)

Pour une éthique de la recherche en IA à l’échelle mondiale

Ces dernières années les progrès ont été spectaculaires en matière d’intelligence artificielle et donnent lieu à des inventions qu’on n’aurait pas pensées possibles. Ordinateurs et robots sont capables d’apprendre à améliorer leur travail et même de prendre des décisions – ce qui se fait bien entendu par le truchement d’un algorithme et sans conscience individuelle. Mais, tout de même, on ne peut manquer de se poser des questions. Est-ce qu’une machine peut penser ?

De quoi est capable l’intelligence artificielle au stade actuel de son évolution ? Jusqu’où va son autonomie ? Qu’en est-il de la décision humaine ?

Plus qu’une quatrième révolution industrielle, l’intelligence artificielle est en train de provoquer une révolution culturelle. Elle est indéniablement appelée à transformer notre futur, mais nous ne savons pas encore de quelle façon. C’est pourquoi elle fascine et effraie.

Le Courrier a mené l’enquête et présente au lecteur ce qu’il faut retenir de ce nouvel objet de recherche qui se situe à la frontière de l’informatique, de l’ingénierie et de la philosophie. Au passage, il remet quelques pendules à l’heure. Car, soyons clairs, en l’état actuel des choses l’intelligence artificielle ne pense pas. Et nous sommes très loin de pouvoir télécharger toutes les composantes d’un être humain dans un ordinateur !

Un robot obéit à un ensemble de routines qui permettent son interaction avec nous autres humains mais, pour autant, en-dehors du cadre bien précis au sein duquel il est censé interagir, il ne peut pas nouer de véritable relation sociale.

Qui a besoin de la démocratie quand on a des données ?

Il n’empêche que, d’ores et déjà, certaines des applications de l’intelligence artificielle sont contestables : collecte de données qui empiètent sur la vie privée, algorithmes de reconnaissance faciale supposés identifier des comportements hostiles ou imprégnés de préjugés raciaux, drones militaires et armes létales autonomes… Les problèmes éthiques que l’intelligence artificielle soulève et ne manquera pas de poser demain – avec une gravité accrue – sont nombreux.

Tandis que la recherche avance à toute allure, pour ce qui est des aspects techniques de l’intelligence artificielle, elle piétine, quand il s’agit de ses aspects éthiques. Certes, de nombreux chercheurs s’en inquiètent et certains pays ont entamé une réflexion sérieuse sur la question, mais aucun cadre légal n’existe à ce jour pour orienter la recherche future à l’échelle mondiale.

« Il est de notre responsabilité de mener un débat universel et éclairé, afin d’entrer dans cette nouvelle ère les yeux grands ouverts, sans sacrifier les valeurs qui sont les nôtres, et permettre d’aboutir à un socle commun de principes éthiques », déclare dans ce numéro du Courrier la Directrice générale de l’UNESCO, Audrey Azoulay (voir pp. 36-39).

Un instrument normatif international est indispensable au développement responsable de l’intelligence artificielle : une tâche à laquelle l’UNESCO est en train de s’atteler et que ce numéro du Courrier s’efforce de soutenir, en proposant des pistes de réflexion.

Le Courrier de l’UNESCO • juillet-septembre 2018

Intelligence artificielle: promesses et menaces

[su_document url=”https://iatranshumanisme.com/wp-content/uploads/2018/10/265211f.pdf” width=”840″ height=”800″]