Archives par mot-clé : ordinateur quantique

Davos : intervention du Président Emmanuel Macron avec Klaus Schwab

Intervention du Président Emmanuel Macron avec Klaus Schwab, président-fondateur du Forum Economique Mondial dans le cadre de l’Agenda de Davos (25—29 Janvier 2021), sur le thème de la « Grande Réinitialisation » du monde après la pandémie de la COVID-19.

Davos est une réunion annuelle, à laquelle participent plus de 1500 leaders mondiaux, dont 25 chefs de gouvernement et d’État et plus de 500 PDG.

Les sujets abordés, entre autres, ont été le “new normal”, la quatrième révolution industrielle, le Grand Reset, l’intelligence artificielle, les technologies quantiques et les impacts en termes démocratiques qui sont massifs.

Mardi 26 janvier 2021, extrait :

Pr. Klaus SCHWAB
Monsieur le Président, si on prend tous ces changements, est-ce que ça signifie aussi un nouveau mode de mondialisation ? Est-ce c’est aussi, comme on dit, un « new normal » pour la mondialisation ?

Le Président de la République
Alors complètement. Je vais vous dire, tout ce qu’on est en train de se dire converge pour moi vers trois éléments. Le premier, on doit bâtir un nouveau consensus. Le 11 novembre dernier, lors du Forum de Paris pour la paix, on a essayé de réunir des chefs d’Etat et de gouvernement, des ONG, des organisations internationales, des intellectuels pour essayer de réfléchir à ce qu’on a appelé très immodestement le consensus de Paris. C’est le consensus de partout, qu’importe, mais de se dire plusieurs décennies après le consensus de Washington, il nous faut bâtir un nouveau consensus dont les règles ne sont pas la réduction de l’État, la baisse du secteur public et la création de valeur uniquement pour justement l’actionnaire. Et donc on doit bâtir, et c’est exactement la discussion qu’on a depuis tout à l’heure ensemble, un nouveau consensus qui intègre tout cela et qu’il remet au cœur du modèle. Deuxième point, il faut trouver un nouveau mode de coopération entre les États, c’est-à-dire retrouver un multilatéralisme efficace. C’est ce à quoi je crois depuis des années. Il était bloqué, en effet, par une administration américaine qui n’y croyait pas. Je nourris beaucoup d’espoirs en ce début d’année avec un partenaire américain, je l’espère, qui va se réengager, et donc nous devons construire un multilatéralisme efficace qui permettra de répondre et de mettre en œuvre ce nouveau consensus. Et puis, troisième chose, on a besoin de bâtir ces nouvelles coalitions, celles-là même qu’on a essayé de construire dans le cadre des One Planet Summit. C’est-à-dire qu’au fond, pour répondre à ces défis, le « new normal » dont vous parlez est une interaction et je salue à cet égard le caractère très innovant de votre forum, depuis des décennies, vous avez pensé ça, c’est-à-dire la coopération, mais au concret entre les États, les ONG, les entreprises, les investisseurs. C’est-à-dire que ce « new normal » dont on parle, la mise en scène du consensus, ce n’est pas qu’un multilatéralisme intergouvernemental, ce sont des coalitions d’acteurs hétérogènes qui se donnent les mêmes objectifs pour avoir des résultats.

Pr. Klaus SCHWAB
Monsieur le Président, ça me donne justement une raison de vous demander : je sais votre intérêt pour toutes les nouvelles technologies, pour ce qu’on appelle la quatrième révolution industrielle, mais dans toute sa conception, disons, le numérique joue un très grand rôle.
Comment voyez-vous l’impact de la puissance de l’écosystème numérique sur tout ce que vous avez dit ?

Le Président de la République
Je pense qu’il y en a plusieurs. Le premier, c’est que nous sommes en effet en train de multiplier les révolutions, quand on parle de numérique. Il y a plusieurs révolutions en une. Nous sommes au début de plusieurs révolutions technologiques qui nous font complètement changer de dimension. On a la révolution de l’intelligence artificielle, qui va totalement changer la productivité et même aller au-delà du pensable dans énormément de verticaux, de l’industrie à la santé en passant à l’espace. À côté de la révolution de l’intelligence artificielle, il y en a une deuxième qui, pour moi, est totalement fondamentale, qui est celle du quantique, qui va là aussi, par la puissance de calcul et la capacité d’innovation, profondément changer notre industrie, en changeant l’industrie des capteurs et donc ce qu’on peut faire dans l’aéronautique, ce qu’on peut faire dans le civil, changer totalement la réalité du cyber, par exemple ; et notre puissance de calcul, ce qui veut dire aussi la capacité qu’on a à résoudre des problèmes. Je prends l’épidémie que nous sommes en train de vivre, l’intelligence artificielle et le quantique sont des instruments de gestion, de transformation de gestion de l’épidémie. C’est-à-dire que vous pourrez régler des problèmes qui aujourd’hui prennent des semaines, en un jour. Vous pourrez régler des problèmes de diagnostic, peut-être en quelques secondes, grâce au croisement de l’imagerie médicale et de l’intelligence artificielle. Et donc dans la grande famille de ce qu’on appelle le numérique, on a en fait une convergence entre des innovations, celles du numérique, qui est au fond, quand on appelle ça génériquement, des réseaux sociaux et d’une hyper connectivité avec celle de l’intelligence artificielle et des technologies quantiques.

Le mariage de tout ça fait que nous allons rentrer dans une ère d’accélération de l’innovation, de rupture très profonde d’innovation et donc de capacités à commoditiser certaines industries et créer de la valeur très vite. Par rapport à ce que j’ai dit, qu’est-ce que cela a comme impact ? Un, on va continuer à innover et à accélérer. C’est sûr. Deux, il y aura des impacts en termes d’ajustement sociaux et il nous faut les penser dès maintenant. C’est-à-dire que le sujet des inégalités sociales va être encore plus prégnant dans un monde comme celui que je viens d’évoquer parce que nous aurons des impacts, des ajustements qui seront réels et qui sont à penser dès maintenant. Trois, tout cela a des impacts en termes démocratiques qui sont massifs. Et donc si vous voulez, pour moi, ces innovations vont être des accélérateurs de nos problèmes sur le plan social et démocratique. L’expérience américaine des dernières semaines l’a montré sur le plan démocratique, si besoin était. Quatre, la bonne nouvelle c’est que je pense que sur la résilience de nos systèmes et la réponse à la crise climatique, on a sans doute sous-estimé l’apport de l’innovation et je pense aussi que toutes ces technologies vont nous permettre, beaucoup plus vite, de répondre aux défis climatiques.

Et donc si je regarde, que je prends deux pas de recul par rapport à tout ce qu’on est en train de se dire, je pense que nos économies vont devoir de plus en plus investir dans ces innovations et il faut y aller à fond. Je pense que si on s’y prend bien et qu’on coopère entre nous, ces innovations vont nous permettre de créer de la valeur, de répondre aux défis économiques. Elles vont nous permettre, je l’espère, je le crois possible, de répondre plus vite aux défis climatiques. Et c’est aussi pour ça que moi je crois à ce que j’appelle l’économie du mieux, la réponse climatique par l’innovation plutôt que par l’arrêt des activités. Mais elles vont nous poser des problèmes sur lesquels nous n’avons pas assez réfléchi en termes démocratiques, en termes de libertés publiques et d’augmentation des inégalités sociales dans nos différentes nations.

La Chine prétend avoir atteint la suprématie quantique

Une équipe de chercheurs de l’Université des sciences et des technologies de Chine vient de revendiquer la suprématie quantique, rapporte Wired.

Google a été le premier à revendiquer la suprématie quantique en octobre 2019 avec son ordinateur quantique Sycamore qui a effectué un calcul lié à la génération de nombres aléatoires en seulement 200 secondes – une tâche qui aurait pris 10 000 ans au plus puissant superordinateur du monde, selon le géant de la technologie.

Selon l’article publié dans la revue Science, l’équipe chinoise affirme que son système, appelé Jiuzhang, a réalisé en trois minutes un calcule qui aurait pris deux milliards d’années à un puissant superordinateur.

L’équipe chinoise était dirigée par Jian-Wei Pan, dont l’importante équipe de recherche a bénéficié d’un plan du gouvernement chinois visant à renforcer sa position dans le domaine de la technologie quantique. Leurs réalisations comprennent la démonstration de l’utilisation du cryptage quantique sur des distances record, notamment l’utilisation d’un satellite spécialement conçu pour les communications quantiques afin de sécuriser un appel vidéo entre la Chine et l’Autriche. Le cryptage fondé sur la mécanique quantique est théoriquement inviolable, bien qu’en pratique on puisse encore le subvertir.

A photo of the Jiuzhang light-based quantum computer prototype Photo: courtesy of University of Science and Technology of China

Il existe des différences frappantes entre les deux systèmes quantiques.

Le processeur Sycamore de Google utilise des circuits quantiques qui comprennent des métaux supraconducteurs qui doivent être cryogénisés à des températures extrêmement basses.

Tandis que le processeur de l’équipe chinoise manipule des photons, des particules de lumière qui ne nécessite pas de surrefroidissement. Cela introduit des limites : le prototype photonique n’est pas facilement reprogrammable pour effectuer des calculs différents. Ses paramètres ont en effet été codés en dur dans ses circuits optiques. Ce qui signifie que le système a été conçu dès le départ pour effectuer ce calcul particulier.

L’informatique quantique n’en est qu’à ses débuts. Les ingénieurs n’ont pas encore trouvé d’utilisation pratique et utile. Et les ordinateurs quantiques sont aussi très instables et fragiles.

Mais le fait de se lancer dans des calcules qui dépassent les capacités des ordinateurs conventionnels et avec des architectures radicalement différentes est prometteur.

Honeywell affirme avoir construit le meilleur ordinateur quantique du monde

Le secret le mieux gardé de l’informatique quantique

Honeywell, une entreprise américaine surtout connue pour ses thermostats domestiques, a annoncé qu’elle avait construit l’ordinateur quantique le plus puissant du monde. Alors que tous les yeux étaient tournés vers IBM et Google, qui l’année dernière ont renversé la suprématie quantique, Honeywell a travaillé discrètement sur la technologie quantique qu’elle prévoit de mettre à la disposition de ses clients via Internet dans les trois prochains mois.

La plupart des ordinateurs quantiques, y compris ceux développés par IBM et Google, sont construits autour de qubits supraconducteurs, qui utilisent des circuits sur-refroidis. L’ordinateur quantique d’Honeywell utilise une technologie différente, appelée piège à ions, qui maintient les ions – les qubits de l’ordinateur – en place grâce à des champs électromagnétiques. Les puces quantiques supraconductrices sont plus rapides, mais les pièges à ions sont plus précis et conservent leur état quantique plus longtemps.

Honeywell indique également qu’il peut marquer une pause sur un calcul quantique, lire l’état d’un qubit, puis redémarrer le calcul sur un chemin différent en fonction du résultat. Cela permettrait d’exécuter quelque chose comme une instruction «if» à mi-calcul – une partie fondamentale des langages de codage.

Honeywell a publié les détails sur le fonctionnement de son système dans le référentiel de pré-impression arXiv. La société affirme que son ordinateur sera deux fois plus puissant que la machine IBM, Q System One, lorsqu’elle sera lancée, bien que cette revendication soit susceptible d’être contestée.

Honeywell a aussi conclu des partenariats avec JPMorgan Chase et Microsoft, qui fourniront des algorithmes d’informatique quantique et un savoir-faire général en informatique, ainsi que des investissements dans de plus petits groupes de spécialistes en informatique quantique.

Honeywell peut sembler être un outsider dans ce domaine, mais c’est une entreprise de grande envergure qui possède un savoir-faire industriel qui va bien au-delà des thermostats, notamment dans de nombreux secteurs de haute précision comme la défense et l’aérospatiale. Son expérience dans le domaine du vide et de la cryogénie ont probablement joué un grand rôle dans ses efforts pour construire un ordinateur quantique, qui fait appel à beaucoup plus de domaines d’ingénierie qu’un ordinateur ordinaire. Cela suggère que la smart money pour les technologies quantiques de la prochaine génération devrait aller aux conglomérats industriels comme Honeywell tout autant qu’aux géants technologiques traditionnels comme IBM et Google.

Mais pour le moment, il ne s’agit que d’une annonce. Nous devrons attendre encore quelques mois pour voir ce que l’ordinateur quantique d’Honeywell peut réellement faire.

Techcrunch, Wall Street Journal

C’est officiel : Google a atteint la suprématie quantique

Des rumeurs circulent depuis des semaines selon lesquelles la mégacorporation technologique Google a atteint la suprématie quantique, ce qui signifie qu’elle utilise un ordinateur quantique expérimental pour effectuer un calcul beaucoup plus rapidement qu’un ordinateur binaire ordinaire.

Et cela nous amène à aujourd’hui, lorsque Google a officiellement publié le document dans la prestigieuse revue Nature. Google affirme que son ordinateur quantique Sycamore a effectué un calcul lié à un générateur de nombres aléatoires en seulement 200 secondes – une tâche qui prendrait 10 000 ans au supercalculateur le plus puissant du monde, selon le géant de la technologie.

La mégacorporation est clairement très fier de sa réalisation. Sundar Pichai, PDG de Google, l’a même comparé au premier vol des frères Wright en 1903, lors d’une interview avec le MIT Technology Review.

L’informatique quantique va changer le monde

Le plus grand concurrent de Google dans le domaine de l’informatique quantique, IBM a publié un article où il a fait remarquer que la vitrine de Google ne “tenait pas compte de l’abondance de stockage sur disque” et d’autres méthodes d’optimisation.

Par conséquent, “l’expérience de Google est une excellente démonstration des progrès de l’informatique quantique basée sur la supraconductivité”, ont écrit les chercheurs d’IBM, mais elle ne devrait pas “être considérée comme une preuve que les ordinateurs quantiques sont “suprêmes” par rapport aux ordinateurs classiques.”

The Verge, Nature

Google : Sundar Pichai à propos de la suprématie quantique

Dans une interview exclusive avec MIT Technology Review, Pichai explique au rédacteur en chef Gideon Lichfield pourquoi l’informatique quantique pourrait être aussi importante pour Google que l’Intelligence Artificielle.

Des chercheurs de Google ont publié dans Nature un article dans lequel ils affirment avoir atteint la “suprématie quantique”. Il leur a fallu 200 secondes pour que leur ordinateur quantique 53 bits effectue un calcul qui, selon Google, aurait nécessité 10 000 ans au supercalculateur le plus rapide du monde. (Un draft du document a été divulgué en ligne le mois dernier.)

Google prétend avoir obtenu la suprématie quantique

Pichai a comparé la percée aux frères Wright. “Le premier avion n’a volé que 12 secondes, et il n’y a donc aucune application pratique à cela. Mais cela a montré la possibilité qu’un avion puisse voler.” Il a suggéré que l’informatique quantique pourrait un jour aider à la découverte de médicaments ou à la réduction de la consommation de carbone dans l’industrie des engrais.

L’informatique quantique va changer le monde

Pichai a supposé que ce genre d’applications seraient disponible d’ici une dizaine d’années. Mais lorsque cela arrivera, il prédit que l’informatique quantique s’avérera être une percée technologique aussi importante que l’intelligence artificielle.

Lisez l’interview dans son intégralité. MIT Technology Review

IBM réfute les prétentions de suprématie quantique de Google

 

IBM réfute les prétentions de suprématie quantique de Google

IBM a critiqué la récente affirmation selon laquelle Google aurait atteint la «suprématie quantique» lorsque son processeur de 53 bits aurait pris quelques minutes pour résoudre un problème qui nécessiterait 10 000 ans d’utilisation d’un supercalculateur (The Register).

Dans un article, IBM, lui-même un leader de l’informatique quantique, affirme qu’une simulation idéale de la même tâche peut être effectuée sur un système classique en 2,5 jours et avec une fidélité bien plus grande.

The Register

Google prétend avoir obtenu la suprématie quantique

Google prétend avoir obtenu la suprématie quantique

Selon un article (supprimé depuis) repéré par le Financial Times la semaine dernière sur le serveur de rapports techniques de la NASA, les chercheurs de Google auraient atteint la “suprématie quantique” – autrement dit, leur ordinateur quantique aurait réussi à effectuer une tâche de calcul plus rapidement qu’un processeur classique. Le document a été rapidement supprimé et Google n’a pas encore confirmé cette réussite.

“À notre connaissance, cette expérience marque le premier calcul qui ne peut être effectué que sur un processeur quantique”, peut-on lire dans le document qui circule toujours.

La course entre l’ordinateur quantique et l’ordinateur traditionnel n’était même pas proche : selon le document, le processeur supraconducteur “Sycamore” de Google, doté de 53 qubits, a rapidement résolu un problème qui aurait pris 10 000 ans à un ordinateur classique.

L’informatique quantique va changer le monde

Après l’annonce de cet événement, le candidat démocrate à la présidence, Andrew Yang, a averti sur Twitter que les ordinateurs de Google pourraient être utilisés pour casser le cryptage des ordinateurs d’aujourd’hui. Mais les experts pensent que la résolution des problèmes de chiffrement avec des ordinateurs quantiques est encore loin d’être une réalité, rapporte Wired.

Le problème résolu par l’ordinateur quantique de Google ne sera pas particulièrement utile dans le monde réel, comme le note Physics World, car il s’agissait de vérifier le caractère aléatoire des nombres binaires – ce qui n’a pas une tonne de cas d’utilisation.

Mais c’est toujours une preuve de concept impressionnante pour la puissance de l’informatique quantique.

Les États-Unis travaillent à la construction de réseaux quantiques inaltérables

Physics World, MIT Technology Review, Financial Times, Wired

L’ère post-numérique approche : êtes-vous prêts ?

Le rythme de l’évolution technologique qui balaie hardiment les entreprises et la société est époustouflant – et il nous fait passer de l’ère numérique à une nouvelle réalité, une nouvelle ère qui sera celle de l’ère post-numérique.

Pourquoi le post-numérique ? Pensez à où nous en sommes aujourd’hui. Selon l’International Data Corporation (IDC), 1,25 trillion de dollars seront consacrés à la transformation numérique à l’échelle mondiale en 2019, et ce chiffre montera en flèche pour atteindre 1,97 trillion de dollars en 2022. Et plus de 60 % du PIB mondial sera numérisé, et la croissance de chaque secteur sera stimulée par des offres, des opérations et des relations améliorées par le numérique.

Qu’est-ce que cela signifie ?

Les entreprises se trouvent à un tournant décisif. Dans un environnement où tout le monde dit qu’il passe au numérique, nous aurons besoin d’un nouvel ensemble de règles pour réussir. Le numérique est certes encore important, mais c’est maintenant simplement le prix d’entrée pour faire des affaires – ce n’est plus un avantage de différenciation. Quel est le secret pour créer un avantage concurrentiel dans ce monde post-numérique ? C’est ce qui est au cœur de la nouvelle vision technologique 2019 d’Accenture, le nouveau rapport des principales tendances technologiques mondiales au cours des trois prochaines années et au-delà. Le rapport explore cette ère post-numérique et les implications et impératifs stratégiques pour les entreprises.

Dans le monde post-numérique, la différenciation vient de l’application numérique de nouvelles méthodes puissantes. Les technologies nécessaires pour innover et se différencier vont au-delà de l’adoption fondamentale des outils et concepts numériques. C’est une époque où l’établissement d’une relation de confiance avec les clients, les employés, les partenaires d’affaires et les communautés grâce à une approche responsable de la technologie est la priorité absolue pour tous les dirigeants de C-suite qui veulent croître et réussir.

À quoi ressemblera cette ère post-numérique ?

Un monde où l’individualisation et les capacités instantanées à la demande permettront aux entreprises de saisir et de livrer sur des marchés ponctuels.

La prochaine vague de technologie permettra de personnaliser en profondeur les produits, les services et même l’environnement des gens – ce qu’Accenture appelle l’”individualisation” – et de les diffuser instantanément à la demande. Les entreprises pourront mieux que jamais comprendre les consommateurs, les employés, les partenaires d’affaires et leurs objectifs, et elles auront l’agilité nécessaire pour se rapprocher encore plus et agir “dans l’immédiat” pour répondre aux besoins des personnes.

En combinant l’individualisation avec des capacités instantanées à la demande, les entreprises seront en mesure de répondre aux besoins et attentes des individus dans tous les aspects de leur vie, de leur carrière ou de leurs relations d’affaires, façonnant ainsi leur réalité. Pour ce faire, les organisations devront à la fois comprendre les gens à un niveau holistique et répondre à l’évolution des besoins en un clin d’œil.

Le rythme de l’innovation ne sera jamais plus lent qu’aujourd’hui. Parce qu’il faut l’admettre, le monde est complexe et rapide comme l’éclair : 94 % des dirigeants d’entreprises et des responsables informatiques interrogés ont déclaré que le rythme de l’innovation dans leurs organisations s’était accéléré au cours des trois dernières années en raison des technologies émergentes. La loi de Moore approche de ses limites et de nouveaux types de calcul apparaissent, la technologie s’intéresse de plus en plus à tous les aspects de la vie et des expériences de travail des gens.

Bon nombre de ces progrès technologiques sont positifs. Nous avons vu des écrans éblouissants dans le diagnostic des soins de santé utilisant l’intelligence artificielle, la réalité virtuelle et la technologie numérique double. Plus de la moitié (3,9 billion) de la population mondiale est maintenant en ligne et utilise Internet, ce qui représente une société mondiale de l’information plus inclusive. Et les gens appliquent la technologie à bon escient, de l’adoption de la blockchain pour les efforts humanitaires à l’amélioration des pratiques agricoles et à la réduction des déchets dans la chaîne d’approvisionnement alimentaire mondiale.

Mais certains impacts de la technologie ont un inconvénient qui motive le “techlash”. Il suffit d’observer le positionnement géopolitique des superpuissances de l’intelligence artificielle, ainsi que la montée de l’opinion publique exigeant des entreprises qu’elles rendent compte de ce qu’elles construisent et lancent sur le marché. La technologie s’étend même à des domaines complexes, comme l’édition génétique et le capitalisme de surveillance, qui soulèvent de nouvelles questions éthiques pour la société.

Alors que vous tracez la voie à suivre pour exploiter les innombrables possibilités qui s’offrent à votre entreprise pour prendre de nouvelles directions dans l’ère post-numérique, il est impératif que le principe directeur soit l’innovation ciblée dont le but est de créer des retombées et impacts commerciaux précieux, tout en gérant les opportunités avec responsabilité.

Tech Vision 2019, “The Post-Digital Era Is Upon Us: Are You Ready for What’s Next?” donne un aperçu du nouveau monde avec des idées novatrices, des tendances bien documentées, des résultats d’enquêtes mondiales et des points de décision sur ce qu’il faudra faire pour naviguer dans l’avenir.

Les cinq tendances sont les suivantes :

1. DARQ Power : Comprendre l’ADN du DARQ

Les nouvelles technologies sont des catalyseurs du changement, offrant aux entreprises de nouvelles capacités extraordinaires. La technologie du grand livre distribué, l’intelligence artificielle, la réalité étendue et l’informatique quantique seront le prochain ensemble de nouvelles technologies pour déclencher un changement radical, permettant aux entreprises de réimaginer des industries entières.

2. Apprenez à me connaître : Déverrouiller des consommateurs uniques et des opportunités uniques

Les interactions axées sur la technologie créent une identité technologique en expansion pour chaque consommateur. Cette base vivante de connaissances sera essentielle non seulement pour comprendre la prochaine génération de consommateurs, mais aussi pour établir des relations riches, individualisées et fondées sur l’expérience à l’ère post-numérique.

3. Humain+ Travailleur : Changer le lieu de travail ou entraver la main-d’œuvre.

Les effectifs deviennent humains+ : chaque individu est responsabilisé par ses compétences et ses connaissances ainsi que par un nouvel ensemble de capacités, en constante augmentation, rendu possible par la technologie. Désormais, les entreprises doivent adapter les stratégies technologiques qui ont permis de créer avec succès cette main-d’œuvre de la prochaine génération pour soutenir une nouvelle façon de travailler à l’ère post-numérique.

4. Sécurisez-nous pour me sécuriser : Les entreprises ne sont pas des victimes, elles sont des vecteurs.

Bien que les entreprises axées sur les écosystèmes dépendent de l’interconnectivité, ces connexions augmentent l’exposition des entreprises aux risques. Les grandes entreprises reconnaissent que, tout comme elles collaborent déjà avec des écosystèmes entiers pour offrir les meilleurs produits, services et expériences de leur catégorie, il est temps que la sécurité se joigne également à cet effort.

5. MyMarkets : Répondre aux besoins des consommateurs à la vitesse de l’éclair

La technologie crée un monde d’expériences intensément personnalisées et à la demande, et les entreprises doivent réinventer leurs organisations pour trouver et saisir ces opportunités au fur et à mesure qu’elles se présentent. Cela signifie qu’il faut considérer chaque occasion comme s’il s’agissait d’un marché individuel – un marché momentané.

Là où opportunités et responsabilités se rencontrent.

L’ère post-numérique perturbera et remodèlera les entreprises et les industries, apportant de nouvelles capacités et possibilités puissantes. Mais cela ne veut pas dire que le numérique n’est pas terminé, bien au contraire, car la plus grande partie du chemin est encore à parcourir, mais le post-numérique exige de nouvelles règles.

Comme chaque entreprise devient effectivement une entreprise numérique, le leadership dépendra de la vitesse à laquelle votre entreprise pourra continuer à maîtriser l’intelligence artificielle, la réalité étendue, la technologie des grands livres distribués, l’informatique quantique et plus encore.

L’ère post-numérique offre aux entreprises une formidable opportunité d’innover et de faire croître leurs activités, ainsi qu’un mandat sans précédent et urgent de se concentrer sur l’instauration d’un climat de confiance et d’une innovation responsable. Il est primordial de tenir compte de la protection de la vie privée, de la sécurité, de l’éthique et de la gouvernance associées à ce niveau d’accès fondé sur la technologie.

Le chemin vers l’ère post-numérique nous attend. Le rapport invite à franchir une nouvelle étape dans la transformation numérique de votre entreprise en appliquant les nouvelles technologies, en investissant dans vos talents et votre organisation pour développer des compétences post-numériques et en renforçant les relations fondées sur la confiance afin d’accroître votre succès.

Rapport Accenture Technology Vision 2019
[su_document url=”https://iatranshumanisme.com/wp-content/uploads/2019/03/Accenture-TechVision-2019-Tech-Trends-Report.pdf” width=”640″]

Accenture

Protéger la blockchain des hackers quantiques

Pour préserver le grand livre inviolable des hackers quantiques, les deux technologies vont unir leurs forces. S’ils ne le font pas, les données sont en danger.

Il y a un débat acharné entre les défenseurs de la blockchain qui croient qu’elle est sécurisée et ceux qui pensent qu’elle pourrait être détériorée par les nouveaux ordinateurs quantiques.

Grâce à la construction inviolable de son grand livre, la Blockchain est intégrée dans tous les domaines, de l’assurance à l’immigration, et constitue la base des cryptomonnaies telles que Bitcoin. Mais sa nature ouverte et polyvalente pourrait entraîner sa perte – en 2019, l’informatique quantique pourrait briser la blockchain.

Les ordinateurs quantiques peuvent stocker plus d’informations en utilisant moins d’énergie que les ordinateurs traditionnels, ce qui signifie qu’ils peuvent effectuer rapidement des calculs complexes. Là où un ordinateur normal résoudrait un labyrinthe complexe en suivant un chemin à la fois, les machines quantiques peuvent suivre plusieurs chemins simultanément.

L’informatique quantique va changer le monde

En conséquence, la technologie quantique est estimée à des dizaines de milliers, voire des millions de fois plus rapide que les ordinateurs actuels – et plus de puissance signifie que des tâches telles que la rupture du cryptage deviennent énormément plus faciles, exposant potentiellement les dossiers financiers, les données personnelles et autres informations sensibles. En 2016, des scientifiques du MIT et de l’Université d’Innsbruck ont réussi à construire un ordinateur quantique qui, selon eux, pourrait – s’il était déployé avec succès – casser le cryptage RSA, un algorithme largement utilisé qui sécurise tout, des messages texte aux achats en ligne.

La blockchain est particulièrement vulnérable car elle a un point de défaillance unique – tous les blocs sont librement à la disposition des organisations criminelles ou agents de surveillance. Pour le moment, ils ne peuvent rien faire avec eux car ils sont cryptés, mais lorsque l’informatique quantique deviendra suffisamment bon marché, il pourrait y avoir d’énormes fuites de données de la chaîne de blocs potentiellement stockées.

C’est comme si vous gardiez vos objets de valeur dans une boîte verrouillée, mais que vous les laissiez ensuite dans la rue. La capacité d’enchevêtrement quantique (ou intrication quantique) lui permet de faire des sauts logiques que des ordinateurs classiques ne pourraient jamais faire. Cela pourrait combler les lacunes entre les données recueillies à partir de quelques blocs seulement.

Nous sommes passés de la théorie et du prototype à l’informatique quantique commerciale en quelques années seulement. En mars 2018, Google a dévoilé Bristlecone, une puce de 72 qubits qui, selon la société, pourrait bientôt atteindre la «suprématie quantique», mettant sur le marché des ordinateurs quantiques fabriqués en série. La technologie est en train d’être perfectionnée pour créer des processeurs qubit stables, et les machines méga-qubit sont proches.

Les puces neuromorphiques pourraient être l’avenir de l’informatique

L’industrie est concernée. Chaque année, les chercheurs des gouvernements et des géants informatiques dont Intel, Microsoft et Cisco se rencontrent avec les meilleurs chercheurs dans les domaines de la cybersécurité et des mathématiques lors d’atelier sur le chiffrage quantique (QSC : Quantum-Safe Cryptography – cryptographie sécurisée quantique) afin de discuter des solutions potentielles à la menace.

La technologie de défense contre les attaques quantiques existe déjà sous la forme de précurseurs de la cryptographie quantiquei, tels que la cryptographie basée sur le hachageii, la cryptographie basée sur le codeiii, la cryptographie basée sur le réseauiv, la cryptographie à plusieurs variablesv et la cryptographie d’isogénie à courbe elliptique supersingulairevi, chacune améliorant les itérations précédentes.

Face aux attaques croissantes sur nos données personnelles, telles que le piratage de British Airways de septembre 2018, nous devons faire pression pour une collaboration entre ces technologies apparemment concurrentes. Bien que l’informatique quantique semble porter atteinte à la sécurité de la blockchain, la solution pourrait consister à combiner les deux technologies et à créer un meilleur ensemble.

Les États-Unis travaillent à la construction de réseaux quantiques inaltérables

Wired