Le transhumanisme Podcast France Inter

Quel monde nous prépare le transhumanisme ? S’agit-il d’une rupture de civilisation ou de la poursuite logique du « progrès », en particulier de la médecine ? Qui impulse ces recherches et quelles seront les conséquences sociales et environnementales de ce processus ? Pourquoi est-il si difficile de penser l’irruption du transhumanisme dans nos vies ?
Avec Jacques Testart, biologiste, père scientifique du premier « bébé éprouvette » français né en 1982 et son dernier livre est : « Au péril de l’humain, les promesses suicidaires du transhumanisme » Ed du Seuil, et Marc Roux, Président de l’Association Française Transhumaniste.

https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/10212-01.03.2018-ITEMA_21602728-6.mp3?_=1

Au péril de l’humain. Les promesses suicidaires des transhumanistes

Life 3.0 : Être humain à l’ère de l’intelligence artificielle

Life 3.0: Being Human in the Age of Artificial Intelligence

Nous sommes au début d’une nouvelle ère. Ce qui était autrefois de la science-fiction, devient réalité, car l’intelligence artificielle transforme la guerre, le crime, la justice, les emplois et la société, et même notre sens de ce que signifie être humain.

Plus que toute autre technologie, l’intelligence artificielle a le potentiel de révolutionner notre avenir collectif – et personne n’est mieux situé ou qualifié pour explorer cet avenir que Max Tegmark, un professeur du MIT et cofondateur de Future of Life Institute, dont le travail a contribué à intégrer la recherche sur la façon de garder l’intelligence artificielle bénéfique.

Dans ce nouvel ouvrage profondément étudié et d’une importance vitale, Tegmark nous conduit au cœur de la pensée de l’intelligence artificielle et de la condition humaine, en nous confrontant aux questions essentielles de notre temps.

Comment pouvons-nous accroître notre prospérité grâce à l’automatisation, sans laisser les gens dépourvues de revenu ou de but ? Quels conseils de carrière devrions-nous donner aux enfants d’aujourd’hui ? Comment pouvons-nous nous assurer que les futurs systèmes d’intelligence artificielle vont faire ce que nous voulons sans dysfonctionner ou être piraté ? Devrions-nous craindre une course aux armements pour des armes autonomes mortelles ? Est-ce que l’intelligence artificielle nous aidera à nous épanouir dans la vie comme jamais auparavant ou nous donnera plus de pouvoir que nous ne pouvons gérer ?

Life 3.0 donne les outils pour entrer dans ce qui peut être la conversation la plus importante de notre temps, nous guider à travers les questions les plus controversées autour de l’intelligence artificielle – de la super-intelligence au sens, à la conscience et aux limites physiques ultimes de la vie dans le cosmos.

Quel avenir voulez-vous?

Future of Life Institute, Nature doi:10.1038/548520a

Lire un extrait

Dans la disruption. Comment ne pas devenir fou ?

Pourquoi notre monde est-il en train de devenir fou ? Bernard Stiegler commet ici son livre fondamental sur les ressorts d’une société au bord de l’effondrement.

Avec la connexion planétaire des ordinateurs, des smartphones et des foules que tout cela forme, les organisations sociales et les individus qui tentent de s’approprier l’évolution foudroyante de la technologie arrivent toujours trop tard. C’est ce que l’on appelle la disruption. Cette immense puissance installe un immense sentiment d’impuissance qui rend fou.

Dans la disruption, les organisations sociales se désintègrent. Or les individus psychiques ne peuvent pas vivre raisonnablement hors des processus d’individuation collective qui forment les systèmes sociaux. Il résulte de cet état de fait un désordre mental qui incline au délire de mille manières – sur un fond de désespoir où prolifèrent des types extraordinairement violents et meurtriers de folie. C’est ce dont la France découvre à présent la terrible réalité.

Ces sombres évolutions radicalisent les contradictions de l’Anthropocène, où ne cesse de s’aggraver le retard structurel des systèmes sociaux sur le système technique qui, en les désintégrant, désinhibe systémiquement les pulsions. Avec la réticulation numérique, le système technique qui s’est totalement planétarisé porte ainsi l’épreuve que Nietzsche annonçait sous le nom de nihilisme à son acmé.

La question de la folie est l’épreuve de l’hybris (ὕϐρις), qui est toujours elle-même la conséquence de la technicité des êtres non-inhumains, et dont la disruption, comme dernière période de l’Anthropocène, est la radicalisation.

Pour la première fois, le philosophe livre quelques éléments biographiques – notamment sur ses années d’incarcération pour braquage – pour alimenter son propos sur la prison comme vecteur de radicalisation et de haine.

Un diagnostic d’une très grande lucidité.

Une interview (PDF) du philosophe Bernard Stiegler autour de la disruption technologique et de la façon dont elle nourrit la folie contemporaine.

Une grande discussion avec le philosophe Bernard Stiegler autour de la disruption technologique actuelle, portée par l’esprit de la Silicon Valley, et de la nécessité d’en inventer une autre.

https://www.culturemobile.net/system/files/sons/culture_mobile_vision_stiegler_02_podcast_20160912.mp3?_=2

Intelligence artificielle : remplacer les banquiers par des robots ?

Votre conseiller bancaire sera-t-il un jour remplacé par une intelligence artificielle ? Les banques s’intéressent de plus en plus à cette technologie.
Franceinfo

https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/18998-21.04.2017-ITEMA_21299761-0.mp3?_=3

Une IA a réalisé 360 000 heures de travail en quelques secondes
IBM Watson au Crédit Mutuel

Les perspectives du transhumanisme – conférence d’Hervé Juvin

Hervé Juvin est essayiste et économiste français, au Parlement européen le 31 janvier 2017 pour l’Europe des Nations et des Libertés. “Qu’est-ce que le transhumanisme ?”; Durée : 1 h 30.

Description :

La condition politique repose sur la séparation des groupes humains qui assure leur diversité. Jusqu’ici cette séparation entre les hommes provenait de la langue, des mœurs, des lois et des cultures, et se traduisait par le phénomène universel de la frontière : on traçait des séparations matérielles entre «nous» et les «autres». Il s’agissait d’une séparation géographique, matérielle, et horizontale.

Depuis une trentaine d’années, on assiste à un phénomène nouveau, une forme de transgression qui se traduit par le « tout est possible » ou « le monde est à nous ». Tout cela est en train de faire naitre une nouvelle séparation qui bouleverse radicalement tout ce qui faisait société. Cet espoir un peu fou, c’est le transhumanisme : il propose de s’affranchir totalement de la condition humaine et veut en finir avec toutes les limites, toutes les déterminations de la nature.

Cette idéologie des « trans » vise à construire un homme hors-sol, délié de toute origine, et déterminé uniquement par sa propre volonté. C’est le retour du mythe de l’homme nouveau appuyé sur un délire scientiste qui voudrait que chacun soit à lui-même son petit Dieu auto-créateur, pur produit de son désir, de ses intérêts ou de sa volonté propre.

C’est cela, la « grande séparation » : la fabrique d’un homme sans origines, sans liens et sans foi, mais qui a chaque instant se choisit lui-même et choisit qui il est. Enquête sur le totalitarisme de demain.

https://www.ekouter.net/audio/Herve%20Juvin-Le%20transhumanisme-ENL-31.01.2017.mp3?_=4

 

La grande séparation constitue le troisième et dernier volet d’une trilogie entamée avec L’avènement du corps en 2005 et poursuivie avec Produire le monde en 2008. Hervé Juvin y soulève une question dérangeante, celle de «l’écologie humaine».

Un large accord existe désormais sur la nécessaire préservation de la biodiversité. Mais la diversité humaine ? La diversité des cultures ? Nous n’avons pas moins à nous préoccuper, plaide Hervé Juvin, de sauvegarder le trésor que représentent les différentes manières d’être homme, aujourd’hui laminées par la mondialisation, un développement économique aveugle et l’indifférenciation juridique.

Il y faut plus qu’une politique attentive à maintenir les conditions de survie des cultures et des civilisations dans leur originalité. Il y faut une redécouverte du vrai sens de la politique.

Améliorer son cerveau : oui, mais pas n’importe comment !

Présentation de l’éditeur : Chaque semaine ou presque, on nous explique qu’on peut recâbler, voire “libérer” son cerveau, augmenter sa mémoire ou stimuler sa concentration. Mais quels sont les vrais pouvoirs des neurosciences? Et comment procéder en pratique ? Vieux rêve de l’humanité, on sait maintenant qu’il est possible d’améliorer son cerveau… mais pas n’importe comment ! Apprendre plus vite, mieux dormir, modifier son humeur, prévenir les maladies neurodégénératives, méditer et se relaxer à l’aide d’un smartphone, etc. : ces pouvoirs inouïs sont à notre portée, avec à la clé de profonds bouleversements de notre société. Notre compréhension du cerveau a fait des progrès stupéfiants ces dernières années, consacrant un nouveau champ de recherche : la neuro-amélioration. En voici le fascinant récit par l’un des meilleurs spécialistes, qui a activement contribué à la diffusion de ces techniques en dehors des laboratoires. Une révolution est en marche : en serez-vous ?

Michel Le Van Quyen est chercheur en neurosciences à l’INSERM et dirige un groupe de recherche à l’Institut du cerveau et de la moelle épinière (hôpital de la Pitié-Salpêtrière).

Je rapporte dans ce livre une véritable révolution où des technologies utilisées des laboratoires de recherches commencent à en sortir et se diffusent dans le grand public. Ces dispositifs proposent tous d’agir sur le cerveau pour en améliorer le fonctionnement, c’est-à-dire augmenter la concentration ou la mémoire mais aussi le bien être, l’humeur ou le sommeil. Ici, pas de puce d’implanté dans le cerveau, ces systèmes sont des bandeaux ou des casques qui se portent comme un chapeau avec quelques capteurs (minuscules) à des points stratégiques sur le crâne et sont tous des objets connectés à des smartphones. Une vague d’innovations technologiques est sur le point de toucher notre quotidien. L’objectif de ce livre est de décrire en détail ces nouveaux dispositifs, leurs histoires et leurs effets, compte tenu de l’état actuel des connaissances scientifiques.

https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/10212-02.02.2017-ITEMA_21216971-0.mp3?_=5

France Inter, 2 février 2017 : Améliorer son cerveau, 54’30
Voir aussi sur Franceinfo : Michel Le Van Quyen présente un casque qui améliore les capacités cérébrales

De la fin de la vie privée au transhumanisme, le monde selon Google

Fin de la vie privée, transhumanisme, eugénisme, totalitarisme économique, voitures connectées autonomes, intelligence artificielle… Christine Kerdellant décrit le monde selon Google.

Aujourd’hui, quand vous faites une recherche sur Google, en 1/120.000è de seconde, votre profil est mis aux enchères: on vend à des annonceurs qui vous êtes, votre adresse, votre âge, votre catégorie socio-professionnelle… tout ce que Google sait sur vous.

Et l’annonceur prêt à débourser le plus d’argent remporte ces données vous concernant. Le livre de Christine Kerdellant fait froid dans le dos. Avec “Dans la Google du loup” (éd. Plon) la journaliste tente de “rendre concret” le monde que nous prépare Google. Après avoir écrit ce livre, elle a changé certaines de ses habitudes… → RCF radio

https://rcf.fr/sites/default/static.rcf.fr/diffusions/2017/02/07/RCFNational_TEMDIRE_20170207.mp3?_=6

“Google sera inclut dans le cerveau des gens. Vous aurez un implant et quand vous penserez à quelque chose, il vous donnera automatiquement la réponse.” Larry Page, confondateur de Google (2004)

Si vous faites des choses que vous ne voulez pas que les autres sachent, peut-être devriez-vous simplement ne pas les faire.Eric Schmidt, PDG de Google (2009)

Google se prend pour Dieu : il veut « augmenter » l’homme et tuer la mort… pour les plus riches. Les autres deviendront les « chimpanzés du futur ».

Google considère la vie privée comme une anomalie et la surveillance comme un désagrément inévitable. Google milite pour la viande sans viande et la voiture sans conducteur.

Google, champion des paradis fiscaux, exerce un pouvoir totalitaire : celui de faire vivre ou mourir les sites internet qui le concurrencent. Google est le leader de l’intelligence artificielle, qui pourra décréter un jour que l’homme est inutile.

De l’implant rétinien à la puce dans le cerveau, des médicaments bioélectroniques aux manipulations de l’ADN, de l’exploitation des données personnelles à la fin de la vie privée puis la disparition de l’homo sapiens…

Google-Alphabet prépare sa mutation de l’univers. Qui l’arrêtera ?

Nous voulons que Google soit la troisième moitié de votre cerveau.” Sergueï Brin, confondateur de Google (2010)


Christine Kerdellant est journaliste, directrice de la rédaction de L’Usine Nouvelle et de L’Usine digitale. Elle a déjà publié sept romans, dont Alexis, ou la vie aventureuse du comte de Tocqueville, La porte dérobée, ou J’ai bien aimé le soir aussi, ainsi que sept essais, parmi lesquels Les Ressuscités, Les Nouveaux Condottiere ou Ils se croyaient les meilleurs, histoire des grandes erreurs de management. Elle participe régulièrement à des débats télévisés et notamment à ” C dans l’air “.

Qui a besoin de la démocratie quand on a des données ?

CRISPR Cas9 la grande menace ?

Les « ciseaux à découper l’ADN » suscitent de grands espoirs de traitement de maladies incurables. Mais c’est un outil à ne pas mettre entre toutes les mains. Pourquoi cette nouvelle technologie pourrait-elle nous menacer ?

https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/13944-28.01.2017-ITEMA_21211778-1.mp3?_=7

La modification du génome est une arme de destruction massive selon James Clapper, directeur du renseignement US
.

https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/16799-27.01.2017-ITEMA_21211092-0.mp3?_=8

France inter : La manipulation du génome, arme de destruction massive ?

Lettre des conseillers scientifiques de Barack Obama sur CRISPR Cas9

France Inter

La silicolonisation du monde : l’irrésistible expansion du libéralisme numérique

https://www.mollat.com/Content/Upload/Audio/8c515daf-babd-4427-8e88-37904b855b47.mp3?_=9


Ecrivain et philosophe, Eric Sadin explique comment, grâce aux technologies numériques, à une certaine partie de la classe politique et par l’algorithmisation de la société, la mise en place d’un technolibéralisme prétend instaurer une marchandisation intégrale du vivant provoquant le dessaisissement du pouvoir de décision de l’individu.

Berceau des technologies numériques (Google, Apple, Facebook, Uber, Netflix, etc.), la Silicon Valley incarne l’insolente réussite industrielle de notre époque. Cette terre des chercheurs d’or, devenue après-guerre le coeur du développement de l’appareil militaire et de l’informatique, est aujourd’hui le lieu d’une frénésie innovatrice qui entend redéfinir de part en part nos existences à des fins privées, tout en déclarant oeuvrer au bien de l’humanité. Mais la Silicon Valley ne renvoie plus seulement à un territoire, c’est aussi et avant tout un esprit, en passe de coloniser le monde. Une colonisation d’un nouveau genre, portée par de nombreux missionnaires (industriels, universités, think tanks…), et par une classe politique qui encourage l’édification de valleys sur les cinq continents, sous la forme d’écosystèmes numériques et d’incubateurs de start-up. Au-delà d’un modèle économique, c’est un modèle civilisationnel qui s’instaure, fondé sur l’organisation algorithmique de la société, entraînant le dessaisissement de notre pouvoir de décision. C’est pour cela qu’il est urgent d’opposer à ce mouvement prétendument inexorable d’autres modalités d’existence, pleinement soucieuses du respect de l’intégrité et de la dignité humaines.