Le gouvernement français prévient Facebook : Libra n’est pas la bienvenue

Le ministre français de l’Economie et des Finances vient d’avertir que Libra, la crypto-monnaie controversée de Facebook, ne sera pas autorisée en France si elle est lancée comme prévu l’an prochain.

Le ministre, Bruno Le Maire, a protesté contre la Libra lors d’une conférence sur la crypto jeudi, selon Vice News. Il a déclaré qu’il ferait tout son possible pour empêcher non seulement le développement du Libra sur le sol français, mais également son utilisation dans le pays s’il est lancé.

Le Maire a déclaré que la Libra menaçait de miner l’euro et de déstabiliser l’ensemble de l’économie française. Il a également partagé les préoccupations selon lesquelles, si l’économie en pâtissait, les gens pourraient aggraver la situation en abandonnant les devises approuvées par le gouvernement au profit du Libra de Facebook, rapporte Vice.

“La souveraineté monétaire des pays est en jeu du fait d’une éventuelle privatisation de la monnaie par un acteur unique comptant plus de 2 milliards d’utilisateurs sur la planète”, a déclaré Le Maire, selon Vice News. “Toutes ces préoccupations autour du Libra sont sérieuses. Je tiens donc à dire ceci avec beaucoup de clarté : dans ces conditions, nous ne pouvons pas autoriser le développement du Libra sur le sol européen.”

Vice News, Yahoo

La monnaie Libra de Facebook ne remplacera pas votre argent

La cryptomonnaie Libra de Facebook a été dévoilée, mais il reste encore à voir s’il s’agit de l’avenir de la monnaie, alors que les régulateurs se profilent et que des questions se posent quant à savoir pour qui la cryptomonnaie est en fait conçue à aider. Selon Facebook, qui présente ses plans pour la cryptomonnaie dans un livre blanc de 12 pages, Libra permettra des paiements numériques sans frais pour toute personne insatisfaite des transactions existantes ou qui ne peuvent pas prétendre à un compte bancaire.

Mais la cryptomonnaie ne sera lancée que l’année prochaine. Cela signifie qu’à partir de 2020, il sera peut-être possible de payer pour les trajets Uber avec la monnaie numérique. Les abonnements de Spotify et les paiements de contrat de téléphonie mobile pourraient également être disponibles via Libra. Le résultat fournirait une monnaie disponible n’importe où.

Le nouveau jeton numérique sera construit sur la blockchain et pourra non seulement être utilisé pour envoyer des fonds instantanément via Facebook – et ses filiales WhatsApp et Messenger – mais également pour effectuer des achats en ligne sur des sites de vente au détail tels que eBay et Booking.com, moyennant des frais inférieurs à ceux offerts par les banques standard et les services de cartes de crédit.

Jusqu’à présent, 28 entreprises financières, de commerce électronique et autres, ainsi que des investisseurs en capital-risque – y compris PayPal, eBay, Uber, Spotify et Vodafone – se sont engagés à verser 10 millions de dollars chacun pour rejoindre un organisme indépendant appelé Libra Association, qui sera basé en Suisse et régira le jeton numérique. Cette initiative vise à encourager la confiance dans le système de paiement des régulateurs financiers et des utilisateurs, qui contrôlent de plus en plus le pouvoir et le manque de responsabilité de Facebook.

L’implication de grandes sociétés financières telles que Visa et Mastercard peut sembler surprenante au premier abord, car les cryptomonnaies sont généralement considérées comme une alternative moins chère à ces réseaux de paiement. Toutefois, leur implication peut être une tentative de suivi de la devise de Facebook – et d’avoir leur part du gâteau si la devise décolle avec les 2,38 milliards d’utilisateurs actifs mensuels de Facebook.

Google travaille sur sa propre technologie liée à la blockchain

« C’est l’une des questions à laquelle nous n’avons malheureusement pas assez de réponses pour le moment : pourquoi utiliser Libra? », déclare Garrick Hileman, responsable de la recherche à la société de crypto Blockchain et chercheur associé à la London School of Economics.

C’est l’un des nombreux défis que doit relever Libra. Ceux qui ont un compte bancaire peuvent déjà payer avec une carte ou un téléphone, bien que des technologies comme les contrats intelligents et les paiements par messagerie électronique puissent accroître l’attrait. Ceux qui n’ont pas de compte bancaire sont confrontés à des obstacles qu’une blockchain ne résout pas. Et ce, avant même que les organismes de réglementation n’interviennent. Est-ce que Libra survivra jusqu’à son lancement prévu l’an prochain ?

A qui s’adresse Libra ? Facebook ne se contente pas d’être un fournisseur de services de paiement semblable à PayPal, mais veut aussi “permettre une monnaie mondiale simple et une infrastructure financière qui donne du pouvoir à des milliards de personnes”. En termes simples, les gens achèteront des Libra avec une devise existante et l’Association Libra conservera votre argent dans une réserve qui se compose en partie de titres gouvernementaux couvrant une gamme de devises historiquement stables. Les intérêts de ces titres iront à la Libra Association elle-même, les dividendes étant versés aux membres une fois les coûts payés.

Bien que Libra soit une cryptomonnaie, elle diffère du bitcoin en ce sens que c’est un stable coin (litt. « monnaies stables »); sa valeur est liée à celle d’autres devises afin de réduire la volatilité, nécessaire si les détaillants veulent l’accepter. L’année dernière, la société de paiement Stripe a abandonné Bitcoin parce que la valeur de la cryptomonnaie fluctue énormément d’un jour à l’autre.

Même si Facebook parvient à convaincre suffisamment d’entreprises pour accepter Libra, et convaincre assez de gens, d’autres défis demeurent.

Une nouvelle cryptomonnaie lancée par Goldman Sachs

En effet, tous les pays n’exploitent pas les banques de la même façon. “Ce n’est pas une industrie à l’emporte-pièce, déclare Hileman. “Chaque pays a ses propres règles. Il faut avoir une relation bancaire dans chaque pays, en général, pour faire des paiements.” Pour cette raison, il suggère que le déploiement de Libra dans le monde entier d’un seul coup “semble improbable”.

Les régulateurs se plaignent déjà. Le ministre français des Finances, Bruno Le Marie, a déclaré que seuls les gouvernements pouvaient proposer des devises et que cela s’accompagnait de responsabilités. “Nous exigerons des garanties que de telles transactions ne pourront pas être détournées, par exemple pour financer le terrorisme”. De telles plaintes viennent même des États-Unis. Maxine Waters, membre du Congrès démocrate, a déclaré que le lancement de Libra devrait être suspendu afin de donner au Congrès le temps d’examiner les plans. Le gouverneur de la Banque d’Angleterre a déclaré lors d’une conférence que, même s’il était «ouvert d’esprit» vis-à-vis de Libra, celle-ci devrait toujours respecter les «normes les plus élevées» si elle devait être lancée au Royaume-Uni.

Compte tenu de tels défis, Hileman prédit que Libra pourrait même ne jamais démarrer. “Il se peut qu’il y ait des interdictions catégoriques de Libra dans certains pays – c’est l’une des grandes questions, où se fera le lancement et quelles approbations seront nécessaires”. “Il y a une chance non nulle que ça ne marche pas du tout, vu le climat politique.”

Wired, Libra, Wired

Les marchés de crypto-actifs

Canaux potentiels pour les implications futures sur la stabilité financière

Ce rapport présente l’analyse qui sous-tend l’évaluation proactive du Conseil de stabilité financière (CSF – Financial Stability Board (FSB)) des conséquences potentielles des actifs cryptographiques sur la stabilité financière. Le rapport fait suite à l’évaluation initiale énoncée dans la lettre du président du CSF de mars 2018 aux ministres des Finances et aux gouverneurs des banques centrales du G20, et au résumé des travaux du CSF et des organismes de normalisation sur les actifs cryptographiques que le CSF a publiés en juillet.

Le rapport du CSF comprend une évaluation des principaux risques liés aux actifs cryptographiques et à leurs marchés, tels que la faible liquidité, l’utilisation d’un effet de levier, les risques de marché liés à la volatilité et les risques opérationnels. Sur la base de ces caractéristiques, les actifs cryptographiques ne possèdent pas les attributs essentiels des devises souveraines et ne servent pas de moyen de paiement commun, de réserve de valeur stable ou d’unité de compte traditionnelle.

Sur la base des informations disponibles, les actifs cryptographiques ne posent pas de risque important pour la stabilité financière mondiale à l’heure actuelle. Cependant, une surveillance vigilante est nécessaire compte tenu de la rapidité des développements du marché. Si l’utilisation des actifs cryptographiques continuait d’évoluer, cela pourrait avoir des conséquences sur la stabilité financière à l’avenir.

Ces implications peuvent inclure :

– des effets de confiance et des risques de réputation pour les institutions financières et leurs régulateurs;
– les risques découlant des expositions directes ou indirectes d’institutions financières;
– les risques liés à l’utilisation généralisée des actifs cryptographiques dans les paiements et les règlements;
– et les risques liés à la capitalisation boursière et aux effets de richesse.

Les crypto-actifs soulèvent également plusieurs problèmes de politique plus vastes :

– tels que le besoin de protection des consommateurs et des investisseurs;
– protocoles d’intégrité du marché forts;
– la réglementation et la surveillance en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme, y compris la mise en œuvre de sanctions internationales;
– mesures réglementaires pour prévenir l’évasion fiscale;
– la nécessité d’éviter le contournement des contrôles de capitaux;
– et les préoccupations relatives à la facilitation des offres de valeurs mobilières illégales.

Ces risques font l’objet de travaux aux niveaux national et international et ne sont pas au centre des préoccupations du présent rapport.

Presque personne ne comprend vraiment la technologie blockchain

À ce jour, les membres du CSF ont pris toute une série de mesures de surveillance, de réglementation et d’application nationales liées aux actifs cryptographiques. Les autorités nationales et les organismes de normalisation ont mis en garde les investisseurs contre les risques liés aux actifs cryptographiques, ainsi que des déclarations soutenant le potentiel de la technologie de grand livre distribuée (DLT) sous-jacente sur laquelle elles s’appuient pour améliorer l’efficacité du système financier. Ces actions s’équilibrent entre la préservation des avantages de l’innovation et la maîtrise de divers risques, notamment ceux de la protection des consommateurs et des investisseurs et de l’intégrité du marché.

Source : Financial Stability Board

Vers une société sans espèces, à l’image de la Suède

Selon le rapport du comité Action publique 2022, la 16e proposition préconise une société « zéro cash » pour simplifier les paiements tout en luttant mieux contre la fraude fiscale”.

Les réformes préconisées :

– supprimer les espèces, les chèques et les timbres pour les paiements fiscaux et sociaux d’ici deux ans. Afin d’accompagner en particulier les publics les plus fragiles, des solutions intermédiaires pourraient être envisagées (par exemple utilisation d’une carte sans contact) ;
– rendre obligatoire l’acceptation des paiements dématérialisés (carte bancaire, téléphone, virement) pour tous les achats, sans montant minimum, et développer une application par laquelle les consommateurs pourraient aisément signaler des difficultés ;
– réduire progressivement la circulation d’espèces vers une extinction complète. On pourrait commencer à court terme par mettre fin à la circulation des pièces de 1 et 2 centimes, comme cela a été fait en Irlande, en Finlande et en Belgique par exemple.

Vers une économie sans argent liquide

L’Inde numérise tout, de l’argent à l’identification du citoyen

Expérience de Bitcoin avec une puce NFC : une clé privée implantée

Les cryptomonnaies, une rupture géoéconomique mondiale ?

A l’heure où les cryptomonnaies défrayent la chronique, en particulier le bitcoin, il est important d’en saisir les enjeux technologiques, de même que l’environnement global touchant le domaine. Ce dossier de Géopolitique Profonde est destiné aux investisseurs, à ceux qui veulent diversifier leur épargne ou simplement aux personnes voulant améliorer leur vision du sujet. Il propose un panorama des enjeux des cryptoactifs, des réactions et des oppositions des gouvernements et entreprises sur le sujet, des théories économiques sous-jacentes ou encore des problèmes de hacking liés à ces technologies.

Quelques bases
Blockchain vs hashgraph
Les théories économiques autour des cryptoactifs
Le bitcoin est-il biaisé de base ?
Les réactions du Système : critiques et récupérations
L’intégration des crypto dans les compagnies privées
Les crypto comme alternative au système financier mondial
Les activités malveillantes autour des cryptomonnaies
> Télécharger le PDF
[su_document url=”https://iatranshumanisme.com/wp-content/uploads/2018/07/Les-cryptomonnaies-une-rupture-géoéconomique-mondiale.pdf” width=”840″ height=”860″]

Une nouvelle cryptomonnaie lancée par Goldman Sachs

Circle, une start-up de paiement soutenue par Goldman Sachs, Baidu Inc. et China International Capital Corp à auteur d’environ 140 millions de dollars de capital-risque, a annoncé le lancement d’une nouvelle cryptomonnaie appelée Circle USD Coin. La nouvelle monnaie est essentiellement une version numérique du dollar que vous pourrez acheter en échangeant de l’argent réel.

L’USD Coin est la première cryptomonnaie mise en vente par une grande institution financière. Bien que ce type d’approche va à l’encontre des cryptomonnaies décentralisées et distribuées telles que bitcoin, Goldman Sachs et Circle espèrent apporter une certaine stabilité au marché de la cryptomonnaie, qui s’est effondré et a rebondi bon nombre de fois cette année.

Circle ne veut pas que l’USD Coin soit soumis à l’instabilité et à l’inflation inhérentes à d’autres cryptomonnaies non régulées, donc la cryptomonnaie sera indexée sur le dollar américain, selon CNBC. Encore une fois, cela va à l’encontre du but des cryptomonnaies, qui étaient à l’origine conçues pour présenter un marché financier transparent exempt de toute réglementation du gouvernement fédéral et de l’influence des grandes banques. Et bien qu’il semble de plus en plus probable que la réglementation et l’influence des entreprises joueront un plus grand rôle, certains, y compris Sam Altman, investisseur de la Silicon Valley, croient fermement que toute cryptomonnaie basée sur l’USD doit rester sous contrôle distribué.

Alors que d’autres cryptocurrences peuvent être extraites lorsque les utilisateurs prêtent une partie de la puissance de traitement de leur ordinateur pour maintenir le registre actualisé de toutes les transactions, il semble que la seule façon d’acquérir le nouveau USD Coin – qui fonctionnera sur la plate-forme Ethereum dans un avenir prévisible – est de les acheter. Donc, votre installation extensive ne vous aidera pas à obtenir l’USD Coin.

Comme vous devez donner à Circle un dollar à chaque fois que vous voulez un dollarcoin, il semble que cette version numérique du dollar servira plus comme une application de portefeuille numérique de type Venmo, où vous pouvez payer avec une cryptomonnaie numérique au lieu de payer avec une carte de débit ou de crédit.

Compte tenu des récents investissements de Goldman Sachs dans le domaine de la crypto et de l’annonce que la société allait ouvrir une opération de trading sur le Bitcoin pour le compte d’investisseurs, il est logique que le géant financier tente de contrôler le marché du mieux qu’il peut.

Pour l’instant, l’USD Coin ne semble avoir aucun but pratique au-delà de l’introduction d’une cryptomonnaie stable et accessible.

Juan Zarate met en garde contre la guerre froide Blockchain

Blockchain, militarisée : Il est possible que des acteurs néfastes” essaient d’utiliser la technologie blockchain pour saper le système financier mondial, prévient Juan Zarate, un expert sur le financement du terrorisme et les crimes financiers au Centre d’études stratégiques et internationales (CSIS – Center for Strategic and International Studies). Il a déclaré à CoinDesk que nous devrions nous attendre à ce que “les États et les acteurs qui sont moins investis dans le système commercial financier mondial sont susceptibles de s’appuyer davantage sur des technologies ou des techniques qui leur donnent des capacités asymétriques pour menacer ce même système.”

“Nous devons être très conscients du fait qu’il y a des acteurs dans le système, à la fois étatiques et non étatiques, qui sont prêts à perturber ce système”, a déclaré Zarate. “Ils peuvent être disposés à utiliser les nouvelles technologies pour saper réellement ces mêmes systèmes qui affectent l’économie américaine et affecter d’autres économies, et même en tirer profit”.

Juan Zarate, l’ancien assistant adjoint du président américain George W. Bush et ancien conseiller adjoint à la sécurité nationale pour la lutte contre le terrorisme, a largement contribué à créer des outils de sanctions et des instruments financiers qui exercent des pressions sur les ennemis de l’État. Mais alors que la technologie blockchain commence à briser les frontières et à habiliter les personnes non bancarisées, Zarate est de plus en plus préoccupé par le fait qu’elle pourrait aussi être utilisé à des fins illicites.

Pour être clair, Zarate soutient l’idée que la blockchain et les crypto-monnaies pourraient donner une «plus grande autonomie» aux individus, tout en stimulant potentiellement «l’activité commerciale».

Il est catégorique, il doit y avoir plus de transparence sur la façon dont même les gouvernements pourraient utiliser la blockchain en raison de la nature géopolitique du système monétaire qu’elle pourrait aider à réinventer. Et bien qu’il s’identifie comme un défenseur de la blockchain, il décrit plusieurs exemples de la façon dont les acteurs étatiques expérimentent déjà la technologie à des fins illicites.

La société Chain et les entreprises financières mondiales dévoilent un standard ouvert pour la Blockchain

L’Inde numérise tout, de l’argent à l’identification du citoyen

En novembre dernier, dans le cadre d’un plan directeur controversé pour faire de l’Inde une société sans numéraire et numérisée, le Premier Ministre Narendra Modi a annoncé que les billets de Rs500 et Rs1000 devaient être démonétisés, ce qui enlevât efficacement 86 % de la valeur des espèces en circulation.

La mesure a été l’une des dernières étapes du plan, après que les travaux préliminaires ont été posés en introduisant la base de données biométriques Aadhaar, qui a donné à 95 % de la population une preuve d’identité numérique en 2016. Aadhaar s’est accru près d’India Stack, ce qui a permis aux gens de stocker et de partager des informations telles que les adresses, les relevés bancaires, les dossiers d’emploi, et les déclarations fiscales – par le système Aadhaar qui ont tous été ratifiés.

L’aspect clé d’India Stack donnait à tout le monde l’accès à l’une des 11 banques de paiement pouvant gérer les paiements et les transferts mais pas les prêts. L’élimination de l’argent obligeait les individus à adopter cette nouvelle infrastructure numérique, ce qui a amené 270 millions de personnes à ouvrir des comptes bancaires et de 10 milliards de dollars à déposer au cours des trois premières années – cela a généré une dynamique pour ce qui pourrait évoluer vers la première société sans numéraire dans le monde.

Vers une économie sans argent liquide

La décision a des conséquences importantes non seulement pour l’Inde, mais aussi pour le reste du monde. Pour l’Inde, il y aura des frictions initialement en raison de la prééminence des transferts en espèces dans la société : il a été estimé plus tôt cette année que 78 pour cent des transactions dans le pays utilisaient toujours du cash.

Ceci pourrait être justifié, cependant, par les gains de long terme. La mesure pourrait infléchir la corruption et “l’argent au noir” en Inde ainsi qu’introduire un système fiscal plus efficace et robuste. Cela pourrait également faire des paiements une affaire complètement sécurisée – amenant une bureaucratie moderne et une formalité sans précédent à l’économie Indienne.

Les ramifications mondiales de la numérisation de l’Inde sont également sérieuses. Raoul Pal, ancien gérant de GLG Global Macro Fund, a écrit dans un éditorial pour Mauldin Economics, “Cela pourrait bien être le tueur du bitcoin ou au mieux fournir le cadre sur la manière d’appliquer la technologie blockchain dans le monde réel”.

Même si cela n’annonce pas la fin du bitcoin, la mesure se révélera une expérience intéressante à observer pour d’autres pays cherchant à être sans numéraire, comme la Suède, qui a vu une une réduction de 40 pour cent de l’encaisse et des pièces en circulation.

traduction Benjamin Prissé

Business Insider, Financial Times, Mauldin Economics

Conférence-dédicace de William Mougayar sur le campus ECE et à la maison du Bitcoin

William Mougayar, auteur de “Business blockchain : Pratiques et applications professionnelles” est de passage à Paris et a fait une séance de dédicaces aujourd’hui à la maison du Bitcoin 35, rue du Caire à Paris.

Investisseur, chercheur, blogueur, l’auteur du livre Business Blockchain est l’une des figures les plus charismatique de l’industrie. William est connu pour ses participations en tant que conseiller sur des projets disruptifs tels qu’Ethereum, OpenBazaar, Coin Center et Bloq. Visionnaire, il a annoncé prochainement le Token Summit 2017, la première conférence dédiée aux ICO (Initial Coin Offering), une tendance qui pourrait exploser d’ici les 3 prochaines années à venir.

William Mougayar était hier sur le campus de l’école d’ingénieurs ECE où sa conférence a rencontré un grand succès et a suscité beaucoup de questions. La technologie blockchain occupe en effet le devant de la scène depuis quelque temps et le cours du Bitcoin qui s’appuie sur cette technologie s’envole : 23% de hausse en une semaine (depuis le samedi 6 mai)!

Mais si la technologie blockchain doit en bonne partie sa grande notoriété au Bitcoin, elle est en réalité une méta-technologie qui affecte d’autres technologies et qui est elle-même constituée de plusieurs technologies. De plus en plus, des applications blockchain sont développées dans le domaine financier mais aussi dans de nombreux autres domaines : la santé par exemple ou la notarisation des actes (contrat de mariage ou autre), l’enregistrement de noms de domaines, le crowdfunding, les jeux et paris, etc. Grâce à certaines de ses propriétés phares (enregistrement inaltérable des transactions, traçabilité des opérations illimitée dans le temps), la blockchain est la deuxième révolution Internet.

Riche de sa longue expérience dans le bain technologique nord-américain, l’auteur explique les concepts-clés nés avec cette technologie, décrit ses fonctionnalités de base, expose, schémas et exemples à l’appui, les avantages directs et indirects de l’implémentation d’une blockchain et les différentes stratégies que peuvent adopter les entreprises : partir de zéro pour développer une blockchain ou l’intégrer à leur système existant, nommer un tsar blockchain pour coordonner les actions en interne, etc. Quels problèmes résout-elle ? Quelles opportunités crée-t-elle ? Un livre incontournable pour les entreprises, pour les start-ups, les développeurs et toute personne désireuse de comprendre les enjeux de cette technologie en passe de bouleverser de nombreux métiers.