Un projet de loi en Inde emprisonnerait toute personne utilisant la cryptomonnaie

Le gouvernement indien envisage un nouveau projet de loi qui punirait de dix ans d’emprisonnement quiconque fait le commerce, exploite ou détient de la cryptomonnaie (Bitcoin, Ethereum et Cashcoin).

Le “projet de loi 2019 sur l’interdiction de la cryptomonnaie et la réglementation de la monnaie numérique officielle”, s’il est adopté, empêcherait également toute personne arrêtée pour une infraction liée à la crypto de sortir de prison, selon le Economic Times. Selon le gouvernement indien, il s’agit d’une répression extrêmement sévère contre la technologie, qui est souvent utilisée pour le blanchiment d’argent et d’autres crimes financiers.

Les représentants du gouvernement indien travaillent sur ce projet de loi depuis un certain temps. Dans le même temps, de nombreuses organisations gouvernementales qui s’occupent des impôts ont préconisé une interdiction des cryptomonnaies, selon les rapports de l’Economic Times.

Cependant, le gouvernement ne prendra pas de décision finale avant d’avoir consulté la Reserve Bank of India, qui selon CoinDesk a pris ses distances avec le projet de loi.

Mais ce projet n’est pas si surprenant, étant donné que l’Inde envisage de lancer sa propre monnaie numérique approuvée par l’État. Dans ce contexte, un marché ouvert de cryptocurrences constituerait une concurrence.

The Economic Times

L’Inde vient d’assermenter son premier robot policier

L’Inde vient d’assermenter son premier officier de police robotique, nommé KP-Bot.

La machine d’aspect animatronique a obtenu le grade de sous-inspecteur et opérera à la réception du siège de la police de Thiruvananthapuram, selon India Today.

Le robot a été accueilli avec un salut de Pinarayi Vijayan, le ministre en chef du Kerala. India Today rapporte que le robot a ” répondu par un salut parfait “.

Hormis le geste symbolique d’intégrer la robotique dans la police, KP-Bot ne fait pas grand-chose. À l’heure actuelle, il peut s’asseoir derrière la réception d’un poste de police pour enregistrer les plaintes et diriger les visiteurs vers le bon service selon les besoins.

Il peut également saluer les officiers supérieurs, selon India Today. À l’avenir, il pourrait être équipé d’un logiciel de reconnaissance faciale ou être capable de détecter des bombes.

Le KP-Bot est également sexué, le député adjoint de la police Manoj Abraham déclarant explicitement que le robot est une femme.

“L’autonomisation des femmes et l’égalité des sexes ont été prises en compte lors de la décision sur le sexe du premier robot”, a déclaré Loknath Behra, le directeur général de la police. “Nous avons également pris en compte le fait que la plupart des emplois de front office sont gérés par des femmes.”

India Today

La Chine pourrait devenir le leader mondial des recherches sur l’IA

La Chine dépassera l’Europe en termes de production de documents de recherche sur l’intelligence artificielle dans les quatre prochaines années si les tendances actuelles se maintiennent, selon un rapport publié par Elsevier.

Le rapport révèle que les États-Unis, qui abritent des géants de la technologie tels que Google, Amazon et Facebook, ont réussi à attirer les meilleurs talents en intelligence artificielle. Il montre également que la recherche aux États-Unis est en train de passer des milieux universitaires aux opérations de recherche au sein de grandes entreprises technologiques.

La Chine a commencé à dépasser les recherches américaines en nombre de documents publiés en 2004, a indiqué le rapport.

“La Chine aspire à devenir le leader mondial en matière d’intelligence artificielle et s’appuie sur des politiques nationales ambitieuses”, indique le rapport. « Les chercheurs chinois en intelligence artificielle pensent que l’environnement de recherche est attrayant. L’Intelligence artificielle chinoise se concentre sur la vision par ordinateur et ne dispose pas d’un traitement du langage naturel dédié et pôle de représentation des connaissances, y compris la reconnaissance vocale, peut-être parce que ce type de recherche en Chine est réalisée par des sociétés qui ne peuvent pas publier autant d’articles scientifiques.

Outre des recherches de plus en plus nombreuses menées par des entreprises telles que Baidu et Tencent, la Chine abrite certaines des sociétés d’IA les mieux financées sur la planète.

Plus tôt cette semaine, par exemple, il a été annoncé que la société mère de Face ++, Megvii, chercherait à lever 500 millions de dollars supplémentaires pour une valorisation de 3,5 milliards de dollars.

En plus des rapports du Future Today Institute et du rapport annuel sur les tendances Internet qui décrivent la domination croissante de l’intelligence artificielle en Chine, des sommités technologiques telles que le Dr Kai-Fu Lee et l’ancien chef des opérations de Baidu, Qi Lu – qui ont occupé des postes de direction dans les plus grandes entreprises de technologie aux États-Unis et en Chine – ont prédit que les initiatives d’intelligence artificielle chinoises dépasseraient celles d’autres régions du monde dans les années à venir.

La Chine, prochaine superpuissance de l’intelligence artificielle?

Malgré le nombre total d’articles publiés, les travaux de recherche sur l’IA en Chine n’ont pas vu autant de citations parmi leurs pairs, une tendance qui pourrait être un symptôme de portée régionale plutôt que mondiale, révèle le rapport.

Globalement, le nombre d’articles de recherche sur l’intelligence artificielle publiés a augmenté de 12,9% au cours des cinq dernières années, tandis que les pré-impressions d’Arxiv dans des domaines clés de l’intelligence artificielle, tels que le traitement du langage naturel et la vision par ordinateur, ont augmenté de 37% au cours des cinq dernières années.

L’Inde figure actuellement au troisième rang des publications de recherche sur l’IA, derrière les États-Unis et la Chine. L’Allemagne et le Japon se classent aux cinquième et sixième rangs mondiaux pour la production de documents de recherche sur l’IA, tandis que l’Iran, au neuvième rang, se classe aux côtés de pays comme la France et le Canada.

Les catégories de publications qui ont connu la plus forte croissance au cours de cette période comprennent le machine learning et le raisonnement probabiliste, la vision par ordinateur et les réseaux de neurones.

L’Europe occupe actuellement la première place mondiale en matière de publications scientifiques sur l’intelligence artificielle, selon le rapport.

Le rapport annuel sur l’état des technologies européennes, publié l’année dernière par la société de capital-risque Atomico, préconisait de resserrer les liens entre le secteur des technologies de la région et les instituts de recherche afin de concurrencer la Chine et les États-Unis.

Venturebeat

L’Inde numérise tout, de l’argent à l’identification du citoyen

En novembre dernier, dans le cadre d’un plan directeur controversé pour faire de l’Inde une société sans numéraire et numérisée, le Premier Ministre Narendra Modi a annoncé que les billets de Rs500 et Rs1000 devaient être démonétisés, ce qui enlevât efficacement 86 % de la valeur des espèces en circulation.

La mesure a été l’une des dernières étapes du plan, après que les travaux préliminaires ont été posés en introduisant la base de données biométriques Aadhaar, qui a donné à 95 % de la population une preuve d’identité numérique en 2016. Aadhaar s’est accru près d’India Stack, ce qui a permis aux gens de stocker et de partager des informations telles que les adresses, les relevés bancaires, les dossiers d’emploi, et les déclarations fiscales – par le système Aadhaar qui ont tous été ratifiés.

L’aspect clé d’India Stack donnait à tout le monde l’accès à l’une des 11 banques de paiement pouvant gérer les paiements et les transferts mais pas les prêts. L’élimination de l’argent obligeait les individus à adopter cette nouvelle infrastructure numérique, ce qui a amené 270 millions de personnes à ouvrir des comptes bancaires et de 10 milliards de dollars à déposer au cours des trois premières années – cela a généré une dynamique pour ce qui pourrait évoluer vers la première société sans numéraire dans le monde.

Vers une économie sans argent liquide

La décision a des conséquences importantes non seulement pour l’Inde, mais aussi pour le reste du monde. Pour l’Inde, il y aura des frictions initialement en raison de la prééminence des transferts en espèces dans la société : il a été estimé plus tôt cette année que 78 pour cent des transactions dans le pays utilisaient toujours du cash.

Ceci pourrait être justifié, cependant, par les gains de long terme. La mesure pourrait infléchir la corruption et “l’argent au noir” en Inde ainsi qu’introduire un système fiscal plus efficace et robuste. Cela pourrait également faire des paiements une affaire complètement sécurisée – amenant une bureaucratie moderne et une formalité sans précédent à l’économie Indienne.

Les ramifications mondiales de la numérisation de l’Inde sont également sérieuses. Raoul Pal, ancien gérant de GLG Global Macro Fund, a écrit dans un éditorial pour Mauldin Economics, “Cela pourrait bien être le tueur du bitcoin ou au mieux fournir le cadre sur la manière d’appliquer la technologie blockchain dans le monde réel”.

Même si cela n’annonce pas la fin du bitcoin, la mesure se révélera une expérience intéressante à observer pour d’autres pays cherchant à être sans numéraire, comme la Suède, qui a vu une une réduction de 40 pour cent de l’encaisse et des pièces en circulation.

traduction Benjamin Prissé

Business Insider, Financial Times, Mauldin Economics

La biométrie dans les pays en développement

Avec un peu plus de 12 ans pour atteindre l’objectif de développement durable de l’ONU, l’objectif 16.91, de fournir une identité juridique universelle d’ici 2030, la technologie conçue pour les pays en développement amène l’ambition à portée de main. Cependant, le marché de la biométrie pour le monde en développement est distinct de celui du monde développé à certains égards importants et le marché mondial en développement devra mûrir pour profiter pleinement de ces technologies de pointe et pour que les bonnes intentions soient atteintes.

En reconnaissant que les systèmes d’identité insuffisants ne sont pas seulement un symptôme, mais en fait un facteur contribuant au sous-développement, l’accès à l’investissement dans les systèmes d’identité et la biométrie a augmenté dans le monde en développement. Le nombre de personnes à l’échelle mondiale sans identité légale diminue rapidement, passant de 1,5 milliard en 2016 à 1,1 milliard en 2017, selon les estimations de la Banque mondiale, car les systèmes d’identification électronique (eID – electronic IDentity) soutenus par la biométrie sont mis en œuvre dans les pays en développement, notamment en Inde avec le programme Aadhaar.

Le dernier milliard de personnes à enregistrer dans les systèmes d’identité juridique, cependant, sera le plus difficile. Les enjeux sont élevés, pour ces personnes, leurs gouvernements et, par extension, toutes les sociétés dans lesquelles ils résident.

« S’ils n’existent pas officiellement, ils ne peuvent pas avoir un intérêt dans la société et, en conséquence, c’est une priorité à laquelle il faut remédier. C’est une priorité pour les agences de développement en raison de l’opportunité d’habiliter les indicateurs de développement », déclare le Président de ID4Africa, le Dr Joseph Atick, en mettant l’accent sur la portée du problème tout au long des efforts des individus et des efforts mondiaux.

Alors que le marché de la biométrie dans les économies les plus développées au monde a évolué à l’origine par l’application de la loi, par le contrôle des frontières, pour une utilisation plus large, la technologie est introduite dans la plupart des pays en développement comme un véhicule pour la prestation de services. « Le concept original de la biométrie, qui était d’amener les méchants, évolue rapidement pour aider les bons », observe Steve Thies, CEO d’Integrated Biometrics.

La plupart des sociétés biométriques les plus importantes au monde sont basées dans les pays les plus riches du monde, tout comme la plupart de leurs clients, et la plupart des revenus de l’industrie proviennent de ces mêmes pays. Les produits et les solutions, par conséquent, ont tendance à répondre à des besoins significativement différents, souvent dans des circonstances très différentes.

Le développement des systèmes d’identité mondiaux nécessitent souvent des programmes d’inscription effectués dans des environnements difficiles, sans l’infrastructure sociale ou technique qui permet la biométrie dans le monde développé. Ils nécessitent également des décisions difficiles, de l’approvisionnement au déploiement, qui sont rendues encore plus difficiles par l’immaturité du marché.

L’importance de l’identité numérique forte pour le développement et l’Agenda mondial 2030 a été reconnue, et la possibilité de poursuivre pour l’identité juridique universelle est déjà en train de frapper.

La biométrie dans le monde en développement

Un aspect des marchés contrastés est une association différente du grand public. Étant donné que les programmes d’identité dans les pays en développement ont tendance à être influencés par les services publics, tels que l’éducation et les soins de santé, le public est moins méfiant à l’égard de l’enrôlement biométrique et souvent plus désireux de participer.

« Leurs points de vue sont très différents », a déclaré le CEO et Président de Credence ID Bruce Hanson à Biometric Update. « Ils veulent s’inscrire. Ils ne veulent pas passer autant de temps à attendre en ligne, alors qu’un administrateur regarde ce document qui est supposé être un diplôme, c’est vraiment plus un morceau de papier qui s’est désintégré dans leur poche. La queue s’étale sur un kilomètre, et le gouvernement dit ‘Attendez une minute, nous ne savons pas qui est cette personne, si elle est admissible’ ».

Un autre programme nigérian, mis en œuvre par la société locale Data Infosec Consult, suit le temps et la fréquentation des enseignants dans le système scolaire public. Ce programme promet une diminution des coûts pour les gouvernements locaux qui gèrent les écoles publiques, mais bénéficie également aux étudiants qui fréquentent ces écoles et, par extension, à toute la société, soutient le CEO de Data Infosec, Harold Monu.

« Outre l’épargne et la réduction du gaspillage, il y a l’avantage social de l’enseignant d’être en classe », a déclaré Monu. « Lorsque le professeur n’est pas dans la salle de classe, même si les enfants sont là, ils n’apprennent pas, puis quelques années plus tard, aucun d’entre eux ne sera parti. Donc maintenant, les enseignants savent, si vous n’êtes pas à l’heure, vous ne serez pas payé, et la présence s’est vraiment améliorée. Nous changeons la façon dont les gens travaillent ».

Le programme se déroule dans les 25 premiers des 774 gouvernements locaux du pays, et déjà des discussions ont commencé pour l’étendre aux écoles secondaires, qui sont dirigées à un autre niveau du gouvernement. Le succès du programme est en partie dû à la capacité de faire respecter la conformité, selon Monu – les enseignants veulent être payés, de sorte qu’ils s’inscrivent. Cependant, le degré de conformité n’a pas été présent pour tous les programmes, car les programmes qui ne motivent pas toutes les parties prenantes sont facilement accessibles.

Le gouvernement nigérian envisage également comment exploiter efficacement l’identité biométrique pour le secteur de la santé. Le succès spectaculaire du programme Aadhaar, qui est en soi responsable de la majeure partie de la réduction du nombre de personnes ayant une identité juridique au cours de la dernière année, est un modèle qui peut servir d’inspiration à d’autres pays en développement, mais ne peut pas être copié trait pour trait. Les différences économiques, gouvernementales et environnementales entre les nations signifient qu’aucun projet ne fait face à la même série de défis.

Les méthodes pour relever tous les défis semblent être disponibles. Réunissant le développement durable des Nations Unies l’objectif 16.9 nécessitera une nouvelle évolution du marché de la biométrie dans les pays en développement, afin d’identifier et de mettre en œuvre les méthodes, les pratiques et les technologies appropriées pour chaque situation.

La technologie

Les défis géographiques et d’infrastructure signifient que l’enrôlement dans les pays en développement doit souvent avoir lieu pour les communautés rurales sur des appareils mobiles, apportés aux gens. Ils doivent pouvoir fonctionner sous tension et hors ligne, se synchronisant avec les bases de données de projet lorsqu’ils peuvent se connecter au réseau. « La technologie doit venir à l’individu », explique Thies. « Le smartphone compatible WiFi est évidemment l’outil de choix pour le monde, comme en témoigne la croissance de la population dans les smartphones ». Les dispositifs d’inscription doivent non seulement être mobiles et alimentés par batterie, mais aussi durables.

Les défis liés aux infrastructures et à l’éloignement dans les pays en développement ne sont pas uniformes, mais même dans leurs technologies actuelles les plus extrêmes sont égaux. En Indonésie, où la quatrième population mondiale est répartie sur des milliers d’îles, avec des conditions climatiques souvent exigeantes, la population a été inscrite à un rythme encore plus rapide que l’Inde avec son programme Aadhaar, selon Hanson.

Les défis environnementaux courants pour les programmes d’inscription comprennent des conditions de température et de poussière extrêmes peuvent causer des problèmes pour les périphériques et la lumière directe du soleil peut empêcher la capture d’image d’empreinte digitale. Pour que les appareils soient vraiment mobiles, ils doivent être léger, ce que souligne Thies, afin de les rendre plus adaptables aux températures extrêmes. En outre, les capteurs d’empreintes digitales émettant des signaux lumineux (LES – light emitting sensor : capteur à luminescence) sont imperméables à la lumière directe du soleil, ce qui les rendent utilisables dans des conditions dans lesquelles il serait nécessaire de trouver un emplacement différent et suffisamment ombragé.

De même, le film électroluminescent est approprié pour l’enrôlement en masse sans avoir à effacer la surface après chaque individu, car il ne collecte pas d’empreintes latentes. Le nouveau dispositif mobile et les technologies biométriques comme celles-ci se combinent pour fournir des capacités qui permettent des programmes précédemment infructueux ou irréalistes.

Parallèlement aux progrès réalisés dans les smartphones et autres appareils mobiles, la technologie back-end a également progressé pour permettre la collecte des données sur un périphérique et ensuite synchronisé avec une base de données centrale via le cloud. Cela facilite non seulement l’inscription, mais aussi permet de rendre l’identité enregistrée portable à d’autres sites à l’aide de la base de données, et potentiellement même à d’autres programmes.

Les parties prenantes semblent presque unanimes dans la conviction que les progrès nécessaires dans la technologie de collecte de données biométriques réalisés au cours des dernières années suffisent à inscrire le milliard de personnes sans identité juridique.

« Nous devons renforcer la capacité en Afrique pour que nous puissions satisfaire aux exigences de 2030 », souligne le Dr Atick. « La technologie est là, l’argent est là, mais les gens – il n’y en a pas assez ».

« La technologie est mature, mais les facteurs politiques et la formation au niveau local sont un défie », estime Monu. « Cependant, nous avons la main-d’œuvre, qui peut être formée, ce qui le rend très réalisable dans un court laps de temps ».

Le développement du marché

La difficulté qui doit être abordée si l’Objectif 16.9 du développement durable de l’ONU doit être atteint n’est donc pas tant une capacité technologique que l’une des capacités en pratique. Cette capacité nécessite un investissement de temps, d’énergie, d’expertise et de ressources. Selon l’économiste principal de la Banque mondiale Robert Palacios, ainsi que le Dr Atick, le mécanisme de sa livraison sera le développement du marché en constante évolution de l’identité mondiale.

[…]

Le projet de fournir une identité juridique forte, numérique et individuelle à 1,1 milliard de personnes est une opportunité avec un potentiel énorme pour les entreprises biométriques. Il existe un grand potentiel de recettes provenant des contrats. Chaque contrat, si le projet qu’il soutient, réussit, pourrait également représenter un marché sur un marché national ou local. En outre, l’amélioration de la couverture, de la prestation et de la durabilité des programmes de prestations sociales, tout en permettant une planification plus efficace des programmes aura un impact majeur sur la vie de plusieurs millions de personnes mal desservies.

Cela peut entraîner un changement positif dans les perceptions publiques mondiales de la biométrie, en équilibrant les associations populaires de l’Ouest avec des drames de la police de la télévision avec de nouvelles images de services publics et des avantages à être livrés avec succès dans de nouveaux endroits, aux personnes qui ne les ont jamais reçues auparavant. Faire de ces images une partie des futurs bonnes nouvelles du monde en développement est un rôle à la disposition des entreprises biométrique si elles choisissent de saisir l’opportunité.

BiometricUpdate


Note :

1 […] L’identité juridique fait partie intégrante des Objectifs de développement durable (ODD) pour l’après-2015 : l’objectif 16.9 presse les États d’offrir à leurs citoyens un accès universel et gratuit (ou peu coûteux) à des informations d’identification solides et reconnues. La communauté internationale devrait unir ses forces dans le but d’atteindre cet objectif car il constitue un élément essentiel pour de nombreux autres ODD. Aujourd’hui, on compte environ 2,4 milliards de personnes dépourvues de toute identité officielle, notamment des enfants de moins de 14 ans dont la naissance n’a jamais été enregistrée et de nombreuses femmes des régions rurales pauvres d’Afrique et d’Asie. Plus précisément, l’objectif 16.9 des ODD a pour but de « fournir une identité juridique à tous les citoyens d’ici 2030, notamment en enregistrant toutes les naissances » : c’est la première fois que le sujet de l’identité est officiellement stipulé en tant qu’objectif de développement à l’échelle mondiale. […]. Les « papiers » d’identité traditionnels sont en règle générale difficiles à étendre aux populations pauvres et isolées. Toutefois, dans les pays en développement, des progrès considérables pourraient être accomplis en élargissant à tous l’accès aux services et aux opportunités grâce à de nouvelles méthodes, consistant par exemple à tirer parti des plateformes mobiles numériques pour permettre aux gens d’obtenir une identité juridique en s’inscrivant en ligne (voir note 13 de la série Connections, « Des ID numériques pour le développement »). […]. L’année dernière, le Groupe de la Banque mondiale a lancé son programme d’identification pour le développement (ID4D) qui vise à répondre à l’objectif 16.9 des ODD avec une approche plurisectorielle et mieux intégrée. Ce programme vise à forger de nouvelles alliances et à réorganiser les stratégies de développement existantes. […] Source : La Banque Mondiale, sept. 2015 – L’identité, objectif du programme de développement pour l’après-2015. Il s’agit de la note n° 19 de la série Connections. Vous pouvez télécharger la version PDF de cette note ici « The Identity Target in the Post-2015 Development Agenda ». Pour en savoir plus sur ce sujet : The Role of Identification in the Post-2015 Development Agenda, World Bank and Center for Global Development, Banque mondiale et Center for Global Development, juillet 2015. La révolution biométrique : Identification for Development: The Biometrics Revolution – Working Paper 315.

Vers une économie sans argent liquide

Les citoyens les plus vulnérables de la société ne peuvent pas survivre dans un monde sans argent

Les transactions en espèces disparaissent dans le monde à mesure que de nouveaux réseaux s’adaptent aux mobiles tactiles et la technologie des cartes sans contact. Certaines entreprises n’acceptent plus d’argent liquide alors que l’économie monétaire glisse en statut à sa disparition. Diverses villes du monde entier font pression pour des économies entièrement numériques. Au fur et à mesure qu’ils progressent vers ce but, cela signifie que la petite monnaie jetée dans des boîtes de dons, remis aux gens dans la rue et offerts comme pourboire, disparaîtront.

Que signifie l’économie sans numéraire pour les personnes les plus pauvres de la société ?

Nous déplaçons-nous vers une stratification de classe qui est encore plus fortement divisée, avec ceux aux échelons les plus bas de nos villes exclues de la vie commerciale et d’une existence traditionnelle due à leur incapacité de participer numériquement ?

En novembre 2016, le Premier ministre de l’Inde, Narendra Modi, a annoncé que les 500 et 1000 roupies seraient supprimées de la circulation (500 roupies équivalaient à environ 7,75 $ US). Ce mouvement visait à forcer la démonétisation du pays, le poussant vers une économie sans numéraire et à forcer la corruption non taxée de l’économie générée par le travail au noir dans la lumière. Le mouvement a également involontairement déplacé la question de permettre l’accès au monde numérisé du consumérisme pour les pauvres au sommet de la file d’attente.

Une partie de la réponse pour Modi est la création de villes intelligentes et connectées avec des services publics numérisés, des paiements électroniques pour les factures de services publics et des services achetés numériquement tels que les billets de train. Cela fonctionne bien quand vous achetez de la part du gouvernement, mais quand vous êtes un petit vendeur dans l’espoir de vendre vos marchandises, c’est plus délicat. Les lecteurs de carte sont une dépense que certains ne peuvent pas se permettre, et l’utilisation de téléphones mobiles pour opérer des transferts de paiement Paytm se révèle difficile pour beaucoup.

La révolution sans numéraire est beaucoup plus animée dans l’UE, où 9 des 15 pays les plus grands sont les plus prêts à l’emploi, selon un rapport de Fung Global Retail & Technology. Le rapport cite que la Suède occupe la pole position – la plus susceptible d’être totalement sans argent, peut-être d’ici 2030 – a déclaré Niklas Arvidsson, du KTH Royal Institute of Technology, à The Guardian. Cependant, les écarts démographiques persistent même en Suède, où les personnes rurales plus âgées sont moins susceptibles d’être à bord.

Partout dans le monde, les citadins des classes moyennes et supérieures préfèrent les options de paiement numériques et évitent de plus en plus les options de consommation qui sont moins pratiques. Pendant ce temps, ceux qui sont «bloqués» dans l’économie de l’argent restent là. La richesse est, et a été, le facteur de contrôle qui s’installe dans l’économie numérique en évolution – et qui est laissée derrière.

Indépendamment du pays, l’écart entre les riches et les pauvres s’élargit alors que l’économie de l’argent souffle sur son lit de mort. A Amsterdam, le magazine de rue Z! – qui est vendu par les sans-abri de la ville – est également sur son lit de mort, car les vendeurs ont du mal à trouver des clients avec des espèces. Bien que les lecteurs de cartes iZettle ont été testés en 2013, les paiements par carte ne fonctionnaient pas pour eux; en grande partie en raison de leur complexité. Ils devaient porter leurs magazines, leurs téléphones portables et leur lecteur de cartes – un défi pour de nombreuses petites entreprises, néanmoins celles qui fonctionnent entièrement dans les rues. Cependant, cette limitation est déjà surmontée par des technologies plus récentes: les fournisseurs pourraient facilement utiliser des codes ID sur des badges avec des cordons pour des ventes mains libres. L’accès est le véritable problème – comme c’est généralement le cas pour les pauvres.

Les citoyens kenyans utilisent un système sans numéraire relié à des appareils mobiles bon marché appelés m-Pesa. Le système permet aux gens de stocker des fonds numériquement et de transférer de l’argent en envoyant des messages texte; Tous sans ouvrir et maintenir un compte bancaire conventionnel. EcoCash, un service similaire basé sur le texte, prospère au Zimbabwe.

Le directeur de l’innovation d’Hyperion, Dave Birch, a déclaré à The Guardian que la défense de l’économie monétaire pour le compte des pauvres n’aide personne. “Si vous gardez des personnes piégées dans une économie de cash, vous les laissez payer des prix plus élevés pour tout, vous les laissez en difficulté pour accéder au crédit et plus vulnérables au vol”, dit-il. “Nous allons remplacer l’argent par des plateformes électroniques”, ajoute Birch.

“Je ne pense pas que la pauvreté ou le fait d’être non bancaire est nécessairement une barrière, car tout le monde a un téléphone. Compte tenu de la technologie que nous avons, nous pouvons développer de nouvelles façons de transférer les liquidités numériques, même sur les téléphones les plus simples. “

Le véritable obstacle est de s’assurer que les plates-formes évoluant avec les initiatives de la ville intelligente et de l’économie sans numéraire sont inclusives. Non seulement cela, mais ils doivent être connectés de manière à les rendre accessibles à tous – ce qui signifie trouver un écosystème de paiement commun qui soit réalisable.

Le Bitcoin et d’autres monnaies numériques basées sur la technologie blockchain fournissent une solution de stockage et de dépenses de l’argent viable pour les personnes qui n’ont pas de comptes bancaires. La vision des économies monétaires étant centrale et universelle est en fait une première généralisation mondiale; Dans de nombreuses régions du monde, l’économie de l’argent et de la monnaie n’a jamais été aussi forte ou omniprésente que celle des États-Unis. Ce sont d’excellentes nouvelles, car cela suggère qu’une fois que nous le réalisons, les économies sont plus souples que nous ne le pensons. En fin de compte, il existe plusieurs options à notre disposition.

“L’argent fonctionne déjà assez bien en Amérique et en Europe”, a déclaré Jed McCaleb à Wired le penseur bitcoin et l’innovateur de la monnaie numérique. “Aujourd’hui, la promesse de ces monnaies numériques est plus visible dans le monde en développement”.

Des réseaux comme les institutions de micro-financement Stellar Connect (IMF) de McCaleb fournissent numériquement des services bancaires, y compris des prêts, et permettent le transfert et la réception de l’argent. Ces services sont particulièrement nécessaires pour les personnes sans accès aux banques. Des entreprises comme Stellar offrent des infrastructures numériques pour échanger des fonds et ne doivent pas nécessairement être des devises. La prochaine étape consiste à exploiter la puissance de la technologie blockchain pour permettre aux gens de s’engager dans ces transactions sans avoir besoin des IMF, ce qui peut entraîner des coûts pour le processus sans ajouter de valeur réelle.

Le fondateur et PDG de l’application blockchain BanQu, Ashish Gadnis, souligne à Devex Newswire qu’il est coûteux d’être pauvre dans le monde en développement. Dans l’état actuel, il y a des milliards de personnes qui vivent dans l’extrême pauvreté. Pour Gadnis, c’est parce que, «plusieurs organisations interagissent avec les pauvres en vase clos». En d ‘autres termes, même une personne qui est le bénéficiaire désigné pour plusieurs organisations non gouvernementales, des organisations internationales et des entreprises sociales ne peut pas briser le cycle, en raison du manque d’accès.

Les agriculteurs qui vivent dans la pauvreté dans le monde en développement ne possèdent pas leur propre identité en ce qui concerne les organisations et les institutions avec lesquelles ils interagissent. Ils peuvent obtenir des subventions de semences du gouvernement sous une forme, participer au renforcement des capacités dans un autre, utiliser m-Pesa et leur téléphone pour acheter des fournitures, et avoir à juger les investisseurs sur leur propre terrain financier. Le résultat est de multiples silos de données et le manque d’accès.

Pour Gadnis, la solution à ce problème est de remettre le levier et l’accès aux mains des gens en faisant en sorte que les gouvernements, les ONG, les organisations sociales, les institutions financières et d’autres opèrent à l’aide d’une chaîne de blocs – qui donne aux gens une identité économique qui est transférable dans tous les systèmes et qu’ils contrôlent. Gadnis considère cela comme la clé de la résilience économique en un temps de changement tumultueux.

Bien que la technologie blockchain pousse la numérisation et la sortie de l’argent liquide, elle offre également des possibilités d’accès amélioré. Aller complètement sans numéraire sans permettre ce type de solutions élargira l’écart entre les riches et les autres. Nous devons trouver un moyen de garantir que personne n’est laissé pour compte.

par Karla Lant

The Guardian, Wired, Devex Newswire, Futurism

Microsoft prêt à mettre à jour Skype pour l’authentification Aadhaar

Microsoft a présenté plusieurs scénarios au gouvernement indien concernant l’utilisation de Skype pour l’authentification d’identité basée sur le système Aadhaar.

Aadhaar est un code d’identification unique composé de 12 chiffres décerné par le gouvernement indien à chaque personne résidant en Inde. Le projet vise à fournir un identifiant unique, qui capture tous les détails démographiques et biométriques de chaque résident indien. Actuellement, Aadhaar a généré 900 millions de numéros d’identification qui ont été attribués à 850 millions de personnes. L’objectif final est d’inscrire 1,28 milliard de personnes.

Les banques indiennes testent la blockchain, l’IA, la biométrie, les API ouvertes et les paiements

Le programme, piloté par l’Unique Identification Authority of India (UIDAI), est déjà employé pour sécuriser la distribution de services sociaux tels que l’accès à l’école, les subventions pour le gaz naturel accordé aux populations rurales pauvres ou bien le paiement direct des salaires sur les comptes bancaires. Le système permet également aux personnes nées sans certificat de naissance de bénéficier d’une identité.

D’après plusieurs rapports publiés, l’UIDAI négocie avec Microsoft afin d’intégrer cette technologie d’identification aux smartphones. Plutôt ce mois-ci, BiometricUpdate.com a rapporté que les responsables gouvernementaux indiens ont invité les dirigeants d’Apple Inc., Microsoft Corp., Samsung Electronics Co. et Google Alphabet pour discuter de l’intégration du protocole Aadhaar à leurs technologies mobiles.

Si Apple a refusé la proposition, Microsoft semble avoir montré son intérêt pour collaborer avec le gouvernement indien sur Aadhaar ainsi que d’autres projets d’authentification.

Le président de la filiale indienne de Microsoft, Bhaskar Pramanik a indiqué aux médias: “Nous avons présenté plusieurs scénarios sur la façon dont Skype peut-être utilisé. Nous soutenons déjà l’identification de l’iris sur Windows 10. Désormais, l’évolution du projet dépend de leur volonté.”

D’après certaines sources, le géant mondial a déjà établi un partenariat avec le gouvernement de l’État d’Andhra Pradesh, pour le test d’un projet innovant destiné à réduire le taux de décrochage scolaire. Grâce à l’analyse de données, le système prédit combien d’élèves vont abandonner l’école, permettant ainsi aux enseignants à prendre de meilleures décisions pour limiter le phénomène. Microsoft compte étendre le programme au Pendjab et est également en discussion pour l’étendre à travers l’Inde.

Microsoft est également impliqué dans un autre projet pilote destiné à aider les agriculteurs à obtenir des notifications SMS indiquant le meilleur moment pour semer des graines, de sorte qu’ils puissent obtenir de meilleurs rendements.

En prenant la décision de travailler avec les gouvernements centraux et de l’État, Microsoft est bien positionné pour participer dans les projets associés à Aadhaar estimés à plusieurs milliards de dollars.

Traduction Benjamin B.

3 octobre 2016, par Rawlson King, BiometricUpdate

Les banques indiennes testent la blockchain, l’IA, la biométrie, les API ouvertes et les paiements

D’après un rapport de Live Mint, plusieurs banques indiennes expérimentent et lancent de nouvelles technologies telles que la blockchain, l’intelligence artificielle, la biométrie, les API ouvertes ainsi que les paiements tant dans les banques de détail que d’affaires. Les banques étudient ces technologies de manière indépendante ou bien en coopération avec les sociétés FinTech.

En juillet, la Banque de réserve de l’Inde (RBI) a mis en place un groupe de travail interinstitutionnel afin d’étudier les problématiques liées à la FinTech, la digitalisation bancaire et d’acquérir une meilleure compréhension des innovations relatives à la FinTech ainsi que des nouveaux canaux, produits et technologies adoptées par les marchés en Inde.

Axis Bank Ltd, ICICI Bank Ltd et Kotak Mahindra Bank Ltd testent actuellement la technologie blockchain afin de l’employer dans le financement du commerce international et pour les versements. “Nous considérons la possibilité d’utiliser la blockchain dans les versements internationaux et les transferts de fonds. Nous sommes en ce moment même en phase de test”,  affirme Deepak Sharma, Chief Digital Officer à la Kotak Mahindra Bank. L’utilisation d’applications basées sur la technologie blockchain par les banques indiennes ne devrait pas se répandre rapidement puisque cette technologie requiert un réseau et est donc incompatible avec un développement indépendant.

Un nombre croissant de banques indiennes expérimentent également les chatbots. Il s’agit de programmes qui emploient l’intelligence artificielle pour générer des conversations naturelles avec les utilisateurs. Des banques, comme HDFC Bank Ltd et Kotak Mahindra Bank, projettent de mettre à profit ces chatbots dans la gestion de la relation client afin d’offrir une expérience plus authentique. En avril, DBS Bank Ltd a lancé une application bancaire en Inde intégrant une intelligence artificielle. Tandis que les entreprises de FinTech, telles que niki.ai, développent des chatbots construits sur le même procédé et destinés aux banques.

La biométrie constitue peut-être une des technologies les plus populaires puisque certaines banques indiennes emploient la reconnaissance d’empreinte digitale, la reconnaissance vocale et la reconnaissance de l’iris à des fins d’identification. De grandes banques commerciales telles qu’ICICI Bank, HDFC Bank ou Kotak Mahindra Bank sont en train de tester des éléments d’identification biométriques, tandis que des banques d’envergure plus modeste telle que DCB Bank Ltd ont déjà déployé des distributeurs de billets dotés de lecteurs d’empreintes digitales grâce à la plate-forme Aadhaar. Les API ouvertes gagnent de plus en plus d’intérêt dans le secteur bancaire à la faveur de la politique du gouvernement indien sur ces interfaces appliquée à cinq programmes : Aadhaar, e-KYC (Know Your Customer), e-Sign (signature électronique), le partage de la confidentialité des données protégées et l’interface de paiement unifié (privacy-protected data sharing and the Unified Payments Interface (UPI)).

De nombreuses banques commerciales sont à différents stades d’utilisation d’Aadhaar et d’e-KYC et offrent des produits associés à ces technologies tels que l’usage de l’authentification biométrique compatible avec Aadhaar afin d’accéder aux comptes bancaires. Le National Payments Corp. of India (NPCI) propose également l’UPI pour la transaction, ce qui élimine la nécessité d’échange de données sensibles telles que les numéros de comptes bancaires lors d’une transaction financière.

Finalement, ces dernières années ont vu une augmentation dans les banques et les sociétés de portefeuille électronique (e-wallet) mettant l’accent sur les technologies de paiement numériques afin de faciliter les transactions. Le secteur bancaire continue de tester ces nouvelles technologies, y compris les cartes virtuelles, les ondes sonores, les QR codes et le NFC (communication en champ proche). Le système d’authentification biométrique Aadhaar a servi de base pour au moins neuf startups qui capitalisent sur le système pour développer différentes technologies incluant des bases de données ou des solutions de paiement.

traduction Benjamin B.

Biometric Update

Projet ReAnima : des morts pourraient être ramenés à la vie

credit : ReAnima Advanced Biosciences

Un projet souhaite voir s’il est possible de régénérer le cerveau des personnes mortes, avec l’approbation des organismes de surveillance de la santé.

Bioquark, une société de biotechnologie aux Etats-Unis, a reçu l’autorisation éthique de recruter 20 patients qui ont été déclarés cliniquement morts d’un traumatisme crânien, pour vérifier si une partie de leur système nerveux central peut être ramené à la vie.

Les scientifiques utiliseront une combinaison de thérapies, qui comprennent l’injection du cerveau avec des cellules-souches et un cocktail de peptides, ainsi que le déploiement de lasers et de techniques de stimulation nerveuse qui ont été montrées pour amener les patients hors des comas.

Les participants à l’essai ont été certifiés morts et seulement maintenus en vie grâce à des machines d’assistances. Ils seront surveillés pendant plusieurs mois à l’aide d’appareils d’imagerie du cerveau pour chercher des signes de régénération, en particulier dans la moelle épinière supérieure – la plus basse région du tronc cérébral qui contrôle la respiration et le rythme cardiaque.

L’équipe croit que les cellules-souches du cerveau peuvent être en mesure d’effacer leur histoire et de remettre en marche la vie encore une fois, basée sur leurs tissus environnants – un processus vu dans le règne animal comme les salamandres qui peuvent faire repousser des membres entiers.

Docteur Ira Pastor, PDG de Bioquark Inc a déclaré : “il s’agit du premier essai de ce genre et une nouvelle étape vers l’annulation éventuelle de la mort au cours de notre vie.

“Nous venons de recevoir l’approbation pour nos 20 premiers sujets et nous espérons commencer le recrutement des patients immédiatement à partir de ce premier site – nous travaillons en collaboration avec l’hôpital pour identifier les familles où il peut y avoir un obstacle religieux ou médical pour le don d’organes.

Pour entreprendre une telle initiative complexe, nous combinons des outils de médecine régénératrice biologique avec d’autres dispositifs médicaux existants, généralement utilisés pour la stimulation du système nerveux central, chez les patients atteints d’autres troubles graves de la conscience.

Nous espérons voir des résultats dans les deux ou trois mois. »

Le projet ReAnima vient de recevoir l’approche de l’Institutional Review Board à la National Institutes of Health aux États-Unis et en Inde, et l’équipe prévoit de commencer à recruter des patients immédiatement.

La première étape, nommée “First In Human Neuro-Regeneration & Neuro-Reanimation” sera un groupe non-randomisé (qui n’est pas aléatoire), un groupe unique de la « preuve du concept » et aura lieu à l’hôpital Anupam Rudrapur, Uttarakhand Inde.

Les peptides seront administrés dans la moelle épinière quotidiennement via une pompe, avec les cellules-souches données toutes les deux semaines, au cours d’une période de six semaines.

Dr Pastor a ajouté : « C’est une vision à long terme qu’est la nôtre qu’un rétablissement complet chez ces patients est une possibilité, bien que ce ne soit pas l’objectif de cette première étude – mais c’est un pont à cette éventualité. »

La mort encéphalique (mort cérébrale) est lorsqu’une personne n’a plus aucune fonction du tronc cérébral et a définitivement perdu le potentiel de la conscience et la capacité à respirer. Une personne est confirmée comme étant morte quand la fonction du tronc cérébral est définitivement perdue.

Cependant, le corps peut encore souvent faire circuler le sang, digérer les aliments, excréter les déchets, équilibrer des hormones, se développer (grandir), atteindre la maturité sexuelle, cicatriser des plaies, supprimer une fièvre, être en gestation et accoucher d’un bébé.

Des études récentes ont suggéré qu’une certaine activité électrique et de flux sanguin se poursuit après la mort des cellules cérébrales, mais pas suffisamment pour permettre à l’ensemble du corps de  fonctionner.

Tandis que les êtres humains n’ont pas les capacités régénératrices substantielles du système nerveux central, de nombreuses espèces non-humaines, telles que les amphibiens et les poissons, peuvent réparer, régénérer et remodeler des parties importantes de leur cerveau et tronc cérébral, même après un traumatisme critique.

“Grâce à notre étude, nous allons avoir un aperçu unique sur l’état de mort cérébrale humaine, qui aura des liens importants pour le futur développement thérapeutique pour d’autres troubles graves de la conscience, tels que le coma et les états végétatifs et peu conscients, ainsi qu’un éventail de maladies dégénératives du système nerveux central, notamment Alzheimer et la maladie de Parkinson”, a ajouté le Dr Sergei Paylian, fondateur, président et directeur scientifique de Bioquark Inc.

Le Dr Dean Burnett, un neuroscientifique du Centre de l’Université de Cardiff pour l’éducation médicale a déclaré : « … l’idée que la mort cérébrale pourrait être facilement inversée semble très tirée par les cheveux, compte tenu de nos capacités et de la compréhension des neurosciences actuelles. Sauver les parties individuelles peut s’avérer utile, mais c’est un long chemin de vouloir ressusciter un cerveau entier et dans un état fonctionnel intact. »

The Telegraph