Les entreprises britanniques implantent des micropuces à leurs employés

Le défi de la puce

La société de technologie britannique BioTeq s’est taillée une place inhabituelle : implanter des micropuces dans les mains des travailleurs d’autres entreprises.

Selon un récent article paru dans le Guardian, BioTeq est l’une des nombreuses entreprises embauchées par des entreprises du Royaume-Uni pour implanter des micropuces RFID chez leurs employés. Les employés peuvent ensuite utiliser les puces pour accéder aux bâtiments de l’entreprise et stocker des informations.

Mettez la puce en moi

Le fondateur de BioTeq, Steven Northam, a déclaré au Guardian que la majeure partie du travail de la société était destinée aux personnes qui souhaitaient utiliser les puces pour accéder à leur maison et à leur voiture. Cependant, il a également implanté des puces RFID dans les mains des travailleurs des secteurs financier et technique, bien que la procédure soit volontaire. La société a également expédié des puces dans d’autres pays, notamment en Espagne, en France, en Allemagne, au Japon et en Chine.

Une autre entreprise, Biohax of Sweden, pourrait bientôt fournir des services similaires au Royaume-Uni.

Les micropuces passent sous la peau des Suédois technophiles

Droits du travail

Au Royaume-Uni, les groupes de défense des droits des travailleurs protestent contre la tendance à l’implantation de micropuces sur les travailleurs, ce qui, selon eux, donnera aux employeurs de nouveaux outils pour surveiller les employés.

La micropuce donnerait aux employeurs encore plus de pouvoir et de contrôle sur leurs salariés“, a déclaré Frances O’Grady, secrétaire générale du Trades Union Congress, dans un entretien avec le Guardian. “Il y a des risques évidents en jeu, et les employeurs ne doivent pas les écarter, ni faire pression sur le personnel pour qu’il soit pucé.”

Guardian, Telegraph, The Independent

Rappel : « Ces dispositifs n’ont pas été testés ou certifiés par un organisme de réglementation pour l’implantation ou l’utilisation sur ou dans le corps humain ».

En 2015, un député demandait au gouvernement d’interdire purement et simplement la pose de puces NFC sous la peau au travers d’une question écrite parue au Journal officiel, faisant suite à une  « implant party » qui a eu lieu le 13 juin 2015, dans le cadre du festival Futur en Seine 2015, sur le plateau média de la Gaîté lyrique.

Implants, puces et transhumains

Les micropuces passent sous la peau des Suédois technophiles

Il est de la taille d’un grain de riz, mais pourrait détenir la clé de nombreux aspects de votre vie. Une minuscule micropuce insérée sous la peau peut remplacer la nécessité de transporter des clés, des cartes de crédit et des billets de train. Cela pourrait ressembler à un cauchemar orwellien pour certains, mais en Suède, il s’agit d’une réalité bienvenue pour un nombre croissant de personnes qui privilégie la commodité par rapport à d’éventuelles violations des données personnelles. Mais un scientifique a averti que les avantages acquis lors de la procédure par les soi-disant «body-hackers» ne l’emportent pas sur les risques pour leurs données privées.

Les petits implants ont été utilisés pour la première fois en 2015 en Suède – d’abord confidentiellement – et dans plusieurs autres pays. Les Suédois ont continué à être très actifs dans le microchiping, avec un faible débat sur les questions entourant son utilisation, dans un pays passionné par les nouvelles technologies et où le partage d’informations personnelles est brandi comme le signe d’une société transparente.

Ulrika Celsing, vingt-huit ans, est l’une des 3000 Suédoises à s’être injecté une micropuce dans la main pour essayer un nouveau mode de vie. Pour entrer sur son lieu de travail, l’agence de médias Mindshare, elle fait simplement signe de la main sur une petite boîte et tape un code avant que les portes s’ouvrent. “C’était amusant d’essayer quelque chose de nouveau et de voir ce que l’on pourrait utiliser pour rendre la vie plus facile à l’avenir”, a-t-elle déclaré à l’AFP.

L’année dernière, la puce est devenue une sorte de sac à main électronique et a même remplacé sa carte de gym, a-t-elle dit. Si elle le voulait, elle pourrait également l’utiliser pour réserver des billets de train. La compagnie ferroviaire nationale suédoise SJ Rail a conquis plus de 130 utilisateurs pour son service de réservation de puces électroniques en un an. Les conducteurs examinent les passagers après avoir réservé leurs billets en ligne et les enregistrer sur leur puce.

Swedish nationals are part of a study that embeds microchips under the skin on the back of a person’s hand. SJ Rail, a Swedish rail operator, uses the chips to allow customers to pay for tickets (pictured). It has won over 130 users to its microchip reservation service in a year.
Credit: SJ Rail

La Suède a fait ses preuves en matière de partage de renseignements personnels, ce qui a peut-être contribué à faciliter l’acceptation de la micropuce parmi la population de 10 millions d’habitants des pays nordiques. Les citoyens acceptent depuis longtemps le partage de leurs données personnelles, enregistrées par le système de sécurité sociale, avec d’autres organismes administratifs, tandis que les gens peuvent connaître les salaires des uns et des autres en téléphonant rapidement à l’administration fiscale.

Les implants utilisent la technologie Near Field Communication (NFC), également utilisée dans les cartes de crédit sans contact ou les paiements mobiles. Lorsqu’il est activé par un lecteur situé à quelques centimètres de distance, une petite quantité de données circule entre les deux appareils via des ondes électromagnétiques. Les implants sont “passifs”, ce qui signifie qu’ils contiennent des données et des informations que d’autres appareils peuvent lire, mais ne peuvent pas lire eux-mêmes les informations. Bien qu’ils soient limités, ils ont la capacité de détenir des billets de train, des codes de passe d’entrée ainsi que l’accès à certains distributeurs automatiques et imprimantes, selon les promoteurs.

Lorsque la société de médias de Celsing a organisé un événement où les employés pouvaient obtenir les implants, elle a suivi la foule. Elle a dit qu’elle n’a ressenti qu’une légère piqûre lorsque la seringue a inséré la puce dans sa main gauche, qu’elle utilise maintenant presque quotidiennement et ne craint pas le piratage ou la surveillance possible. “Je ne pense pas que la technologie actuelle soit suffisante pour pirater les puces”, dit-elle. “Mais je pourrais y penser à l’avenir, je pourrais toujours l’enlever”, ajoute-t-elle.

Une société américaine propose des implants sous-cutanés à leurs employés

Cependant, pour Ben Libberton, un microbiologiste travaillant pour le laboratoire MAX IV dans la ville de Lund, dans le sud du pays, qui fournit des rayons X pour la recherche, le danger est réel. Les implants de puce pourraient provoquer des “infections ou des réactions du système immunitaire”, a-t-il averti. Mais le plus grand risque, a-t-il ajouté, était autour des données contenues dans la puce.

“Pour le moment, les données recueillies et partagées par les implants sont limités, mais il est probable que cela va augmenter”, a déclaré le chercheur. La vraie question, a-t-il ajouté, est de savoir quelles données sont collectées et qui les partage. “Si une puce peut un jour détecter un problème médical, qui découvre et quand ?”. Libberton s’inquiète du fait que “plus il y a de données stockées dans un seul endroit, comme cela pourrait arriver avec une puce, plus il y a de risque qu’elles puissent être utilisées contre nous”.

Mais Jowan Osterlund, spécialiste du piercing et champion autoproclamé de l’implantation de puces, élimine les craintes d’abus de données et de théories du complot. Il défend le point de vue opposé, en faisant valoir que si nous portons toutes nos données personnelles sur nous, nous aurions un meilleur contrôle de leur utilisation.

Malgré les questions sans réponse sur la façon dont la technologie va progresser, l’attrait de faire partie d’une expérience futuriste est un attrait important pour certains utilisateurs.

“En Suède, les gens sont très à l’aise avec la technologie et je dirais qu’il y a moins de résistance aux nouvelles technologies ici que dans la plupart des autres endroits”, a déclaré Libberton.

Lors d’une “implant party” organisée par Osterlund à Stockholm, Anders Brannfors, 59 ans, se distingue avec ses cheveux poivre et sel parmi les curieux hipsters de 30 ans. Ravi d’être devenu une version 2.0 de lui-même, il lui reste cependant à trouver une utilisation pour sa puce plusieurs semaines après l’implantation.

Mais les experts affirment que les dilemmes éthiques vont s’aggraver au fur et à mesure que les puces électroniques deviendront plus sophistiquées. Et comme pour la plupart des nouvelles technologies, cela soulève des problèmes de sécurité et de confidentialité. Contrairement aux cartes magnétiques d’entreprise ou aux smartphones, qui peuvent générer les mêmes données, une personne ne peut pas facilement se séparer de la puce.

Ces dispositifs n’ont pas été testés ou certifiés par un organisme de réglementation pour l’implantation ou l’utilisation sur ou dans le corps humain.

Expérience de Bitcoin avec une puce NFC : une clé privée implantée

DailyMail

Dans la disruption. Comment ne pas devenir fou ?

Pourquoi notre monde est-il en train de devenir fou ? Bernard Stiegler commet ici son livre fondamental sur les ressorts d’une société au bord de l’effondrement.

Avec la connexion planétaire des ordinateurs, des smartphones et des foules que tout cela forme, les organisations sociales et les individus qui tentent de s’approprier l’évolution foudroyante de la technologie arrivent toujours trop tard. C’est ce que l’on appelle la disruption. Cette immense puissance installe un immense sentiment d’impuissance qui rend fou.

Dans la disruption, les organisations sociales se désintègrent. Or les individus psychiques ne peuvent pas vivre raisonnablement hors des processus d’individuation collective qui forment les systèmes sociaux. Il résulte de cet état de fait un désordre mental qui incline au délire de mille manières – sur un fond de désespoir où prolifèrent des types extraordinairement violents et meurtriers de folie. C’est ce dont la France découvre à présent la terrible réalité.

Ces sombres évolutions radicalisent les contradictions de l’Anthropocène, où ne cesse de s’aggraver le retard structurel des systèmes sociaux sur le système technique qui, en les désintégrant, désinhibe systémiquement les pulsions. Avec la réticulation numérique, le système technique qui s’est totalement planétarisé porte ainsi l’épreuve que Nietzsche annonçait sous le nom de nihilisme à son acmé.

La question de la folie est l’épreuve de l’hybris (ὕϐρις), qui est toujours elle-même la conséquence de la technicité des êtres non-inhumains, et dont la disruption, comme dernière période de l’Anthropocène, est la radicalisation.

Pour la première fois, le philosophe livre quelques éléments biographiques – notamment sur ses années d’incarcération pour braquage – pour alimenter son propos sur la prison comme vecteur de radicalisation et de haine.

Un diagnostic d’une très grande lucidité.

Une interview (PDF) du philosophe Bernard Stiegler autour de la disruption technologique et de la façon dont elle nourrit la folie contemporaine.

Une grande discussion avec le philosophe Bernard Stiegler autour de la disruption technologique actuelle, portée par l’esprit de la Silicon Valley, et de la nécessité d’en inventer une autre.

https://www.culturemobile.net/system/files/sons/culture_mobile_vision_stiegler_02_podcast_20160912.mp3?_=1

Êtes-vous prêts pour les micropuces sous-cutanées ?

Expérience de Bitcoin avec une puce NFC : une clé privée implantée
Traquer vos enfants via une micropuce
Itélé : bientôt une mini-puce implantée sous la peau
Des gens s’implantent des puces électroniques sous la peau


Des puces et des hommes

L’homme amélioré par la technologie, c’est maintenant. En Suisse, des bio-hackers vivent avec une puce dans la main. Nouvo les a rencontré à « implant party » organisée pendant le LUFF à Lausanne au mois d’octobre.
Un reportage de l’émission Nouvo, une émission de la Radio Télévision Suisse, vendredi 18 novembre 2016.

Une femme a des micropuces implantées dans chacune de ses mains

Une australienne de 27 ans, Shanti Korporaal, futuriste et entrepreneur (a créé sa propre boutique en ligne ChipMyLife), c’est implantée des micropuces dans chacune de ses mains (micropuce RFID – technologie NFC) pour déverrouiller des portes, régler ses achats, sans sortir son portefeuille, son trousseau de clé ou même son smartphone… lire l’article sur BFMTV.

“Ces dispositifs n’ont pas été testés ou certifiés par un organisme de réglementation pour l’implantation ou l’utilisation sur ou dans le corps humain”.

En juin dernier, un député demandait au gouvernement d’interdire purement et simplement la pose de puces NFC sous la peau au travers d’une question écrite parue au Journal officiel, faisant suite à une  « implant party » qui a eu lieu le 13 juin 2015, dans le cadre du festival Futur en Seine 2015, sur le plateau média de la Gaîté lyrique.

Thanks to the RFID chip embedded in one hand, Korporaal can unlock her office’s garage with a back-handed bump to a scanner as she zips into work on her Vespa. On the other hand in the same spot, the fleshy space between her thumb and forefinger, sits a near-field communication chip that stores her health and contact data. She can feel a chip’s hard lump if she probes with a finger; otherwise, she’s used to them by now… lire l’article sur The Washington Post

Expérience de Bitcoin avec une puce NFC : une clé privée implantée
Des dispositifs implantables et des lentilles de contact pour communiquer avec les Smartphones
CBS Pittsburgh : Des gens s’implantent des puces électroniques sous la peau
Implants, puces et transhumainsFrance Info : Les implants NFC arrive en France

Comment la technologie pourrait faciliter et détruire l’immigration légale

Par Zoltan Istvan, 7 juillet 2016

L’immigration – c’est l’un des sujets brûlants de l’élection de 2016. Le Républicain Donald Trump veut construire un mur immense entre les États-Unis et le Mexique. La Démocrate Hillary Clinton veut rendre plus simple la venue des immigrants en Amérique. Les opinions des candidats présidentiels sur l’immigration et ses effets en Amérique sont diamétralement opposées.

Malgré cela, ni Trump ni Clinton ne parlent de la question qui pourrait redéfinir l’immigration plus que n’importe quoi d’autre dans le prochain quart de siècle : la technologie. La technologie de surveillance, les programmes de reconnaissance faciale, les drones, les implants sous-cutanés de puces sont tous là – et se banalisent. Leurs utilisations dans, qui nous laisserons entrer en Amérique – et comment nous le permettrons – jouera un grand rôle pour l’immigration dans le futur.

J’ai suggéré que nous ayons une discussion sur le puçage des réfugiés adultes venant de nations reconnues comme terroristes pendant les trois premières années de leur séjour en Amérique pour mieux les surveiller. De cette façon, nous pouvons dissiper les préoccupations sur le terrorisme, et nous assurer que les réfugiées complètent la vie américaine – plutôt que de la nuire.

Les implants sous-cutanés de puce (dans la main), par exemple, prennent quelques secondes à installer et tout autant à désinstaller. Et ils peuvent être utilisés pour une multitude de choses, comme faire ses paiements par carte de crédit*, transporter des informations importantes, démarrer une voiture sans les clés, et à des fins de traçage.

Bien que certains pensent que c’est autoritaire, je crois que la moitié des américains recevront un implant ou une puce tatouée pour simplifier les fonctionnalités technologiques de leur vie dans la prochaine décennie. Faire avancer les choses avec des réfugiées de pays reconnus comme terroristes n’est donc pas si exagéré que ça – surtout si cela rend les membres du Congrès plus compatissants pour les laisser venir en Amérique. Et c’est la raison principale du puçage des réfugiés – que cela soit la carotte dont les membres du Congrès Démocrates et Républicains aient besoin pour passer des lois et en  sauvant des centaines de milliers de vies en acceptant aux États-Unis des réfugiés déchirés par la guerre. Si nous ne créons pas de scénario bipartisan acceptable dans lequel nous laissons venir les réfugiés, alors des millions d’êtres humains innocents continueront d’être tués et menacés dans des villes entièrement détruites et des zones de guerre.

Une idée, que je soutiens avec attention, est une meilleure coopération des gouvernements nationaux. Malgré le choc du Brexit, une forme relâchée de gouvernement mondial démocratique est probablement inévitable sur le long terme. La technologie fera en sorte que la mondialisation soit la façon optimale de gouverner, et non le nationalisme.

Whatever happens, the way we look at immigration is about to undergo major changes because of technology.

Curieusement, il est même possible que la technologie puisse un jour être du côté receveur de l’immigration, où des robots et des intelligences artificielles (éventuellement avec des droits à la personnalité) en provenance de Chine et d’Allemagne doivent se soumettre à des autorisations d’immigration afin d’être en mesure d’opérer en Amérique. Et certaines de ces technologies pourraient être si sophistiquées (ou si pauvres en performance) qu’elles ne seraient pas autorisées du tout – parce qu’elles créeraient une disruption économique ressentie dans l’économie et le statu quo.

Quoi qu’il arrive, la façon dont nous regardons l’immigration est sur le point de subir des changements majeurs en raison de la technologie. A travers tout cela, nous devons maintenir à la fois un sentiment de compassion pour les individus en quête d’avoir une vie meilleure, et une sens de la rationalité pour les décisions économiques et sécuritaires des gouvernements nationaux qui tentent de faire face à la situation épineuse des nouveaux arrivants (et les nouvelles technologies) entrant en permanence dans leurs sociétés.

* Notes:

Trexit ? Transnationalisme et Transhumanisme et pourquoi ils sont les véritables enjeux de 2016

Expérience de Bitcoin avec une puce NFC : une clé privée implantée

Le système de reconnaissance faciale du FBI a accès à 411 millions de photos

Traquer vos enfants via une micropuce

Est-ce que l’US Navy planifie d’implanter des micro-puces ?

Une micropuce devient obligatoire au Royaume-Uni pour les chiens

Total Contrôle – Arte

Patrouille du futur : plutôt cop ou Robocop ?

Itélé : bientôt une mini-puce implantée sous la peau

Implants, puces et transhumains

Traduction Thomas Jousse

Motherboard

Google développe un bracelet contre le cancer

Le géant américain veut mettre au point un accessoire capable de détruire les cellules cancéreuses.

Comment ça marche ? Ce dispositif, pour l’instant baptisé “Nanoparticle Phoresis”, serait capable de cibler, de marquer et de détruire les cellules cancéreuses du système sanguin, avance la description du brevet technologique déposé par Google. Il ne s’agit encore que d’un projet et plusieurs pistes sont encore envisagées pour lui permettre d’aboutir : les radiofréquences, les champs magnétiques, les pulsations acoustiques ou encore les ondes infrarouges. “L’énergie est générée par l’appareil connecté qui est capable de la diriger vers la système vasculaire du porteur de l’appareil”, détaille Google. Ainsi, le système mis en place permettrait de “diminuer la propagation du cancer”.

lire la suite sur europe1