Un implant rachidien aide 3 personnes paralysées à marcher à nouveau

Pour certaines personnes atteintes de paralysie liée à des lésions nerveuses, un implant rachidien pourrait restaurer la capacité de marcher lorsque d’autres traitements et thérapies ont échoué.

Une nouvelle étude publiée dans la revue Nature détaille un nouveau dispositif médical qui stimule les signaux neuronaux lorsqu’ils se déplacent le long de la colonne vertébrale, facilitant ainsi la transmission de messages aux membres coupés par une lésion de la moelle épinière.

Après quelques mois d’utilisation de l’appareil, trois participants à la recherche ont pu marcher à l’aide de muscles précédemment déclarés paralysés, selon BBC News. Et ils pourraient le faire sans avoir besoin d’impulsions électriques pour stimuler leurs muscles, une approche commune de la technologie de réadaptation.

À l’heure actuelle, les scientifiques s’emploient à obtenir l’approbation des autorités de réglementation pour lancer des essais plus vastes et plus rigoureux aux États-Unis et en Europe d’ici trois ans.

Bien que le système coûte actuellement très cher et puisse devenir inconfortable avec le temps, les chercheurs espèrent le voir s’appliquer aux marchés après de nouvelles recherches.

BBC News, DOI https://doi.org/10.1038/s41586-018-0649-2

Une prothèse de bras permet de contrôler chaque doigt individuellement

The arm has an ultrasound sensor, allowing it to watch the muscles as they move.
Credit: Georgia Tech

Jason Barnes a perdu son bras droit en 2012, et par conséquent sa capacité à jouer de la batterie et du piano. En 2014, Georgia Tech a créé un bras prothétique qui lui a permis de jouer de la batterie. Maintenant, en 2017, cela lui a donné les moyens de jouer à nouveau du piano.

Lorsque Jason Barnes a été électrocuté en 2012, les médecins ont été contraints d’amputer son bras à partir du coude. En tant que musicien, la perte de son bras droit l’a très certainement traumatisé et attristé bien au-delà de la simple réparation.

Deux ans plus tard, Gil Weinberg, un professeur du Georgia Tech College of Design, et son laboratoire ont développé une nouvelle prothèse bionique pour Barnes qui lui a permis de jouer d‘un de ses instruments préférés : la batterie. La prothèse bionique était équipée d’une paire de baguettes – une contrôlée par Barnes lui-même, tandis que l’autre bougeait de son propre chef et improvisait ses mouvements en fonction de la musique entendue à proximité.

Barnes jouait aussi du piano, mais la majorité des bras prothétiques disponibles sont encore incapables de fournir le niveau de dextérité requis pour jouer d’un instrument aussi complexe. Weinberg entreprit de créer un autre dispositif qui permettrait à Barnes de jouer à nouveau du piano, et il s’inspira du membre robotique de Luke Skywalker. Une source dont s’inspire également la DARPA.

Malgré l’amputation de son bras, Barnes avait encore les muscles nécessaires pour contrôler ses doigts. Le problème était que les capteurs d’électromyogramme (EMG) utilisés dans la plupart des prothèses étaient inexacts, ce qui signifiait que Weinberg et son équipe devaient trouver une autre approche.

Viktoria Modesta, la première artiste pop amputée du monde

« Nous avons essayé d’améliorer la détection de modèle de l‘EMG pour Jason, mais nous n’avons pas pu obtenir de contrôle pour chaque doigt », explique Weinberg. C’est à ce moment-là que l’équipe a intégré une échographe à laquelle elle a attaché une sonde à ultrasons au bras prothétique quotidien de Barnes – en collaboration avec d’autres professeurs de Georgia Tech – Minoru Shinohara, Chris Fink et Levent Degertekin.

Comme l’explique Georgia Tech, les mouvements musculaires observés lorsque Barnes tente de bouger son annulaire amputé sont différents de ceux observés lorsqu’il essaie de bouger un autre doigt. À l’aide de cette information, Weinberg et son équipe ont alimenté les mouvements musculaires uniques de chaque doigt dans un algorithme capable de déterminer quel doigt Barnes veut bouger. Utilisés en combinaison, les signaux ultrasonores et le machine learning peuvent détecter les mouvements de chaque doigt ainsi que la force qu’il veut utiliser.

Aujourd’hui, 5 ans plus tard, il est en mesure de jouer à nouveau du piano.

« C’est époustouflant », a déclaré Barnes. « Ce nouveau bras me permet de faire ce que je veux, à la volée, sans changer de mode ni appuyer sur un bouton. Je n’ai jamais pensé que nous serions capables de faire cela. »

traduction Thomas Jousse

Georgia Tech, Engadget

Un bras bionique à contrôle mental aide à ressentir la sensation du touché

Un plan de 100 millions $ pour mettre fin à la paralysie avec une moelle épinière synthétique

Certains disent que l’expérience est le meilleur enseignement, et pour Hugh Herr, c’est certainement le cas. Son expérience en matière de handicap et son besoin subséquent de prothèses l’ont contraint à développer ce qui pourrait être le modèle bionique le plus avancé au monde.

Aujourd’hui, le chercheur et expert bionique est le co-directeur du Center for Extreme Bionics au Massachusetts Institute of Technology (MIT) – un laboratoire de recherche unique qui a commencé avec l’idée de faire progresser les prothèses au niveau supérieur.

Depuis sa création en 2014, le centre s’est donné pour objectif de traiter un large éventail de handicaps par le développement de la bionique avancée. Maintenant, le centre travaille sur un projet quinquennal de 100 millions de dollars axé sur le traitement de la paralysie, de la dépression, de l’amputation, de l’épilepsie et de la maladie de Parkinson grâce au développement de technologies bioniques.

Alors que les prothèses d’aujourd’hui sont utiles et peuvent donner aux amputés un moyen de retrouver les fonctions motrices perdues, Herr et ses collègues pensent pouvoir améliorer ces dispositifs en les combinant avec des implants neuronaux avancés. Cela donne aux nerfs et aux muscles d’une personne un moyen de parler à une prothèse, ce qui facilite le contrôle de l’appareil et son fonctionnement comme un membre biologique.

L’équipe du MIT considère que les implants neuronaux sont bien plus utiles que pour des prothèses. La technologie pourrait également être utilisée pour modifier les fonctions cérébrales afin de traiter les troubles neurologiques ou mentaux.

Pendant ce temps, un système nerveux numérique (DNS) alimenté par l’optogénétique – une technique qui utilise la lumière pour contrôler les cellules – pourrait permettre aux chercheurs de traiter la paralysie et la maladie de Parkinson en remplaçant essentiellement le système nerveux biologique. Finalement, les chercheurs pensent qu’ils sont capables d’engendrer des cellules et des tissus pour cultiver des organes capables de réparer ou de remplacer des structures biologiques.

L’Organisation Mondiale de la Santé estime 40 à 80 cas de paralysie par million d’habitants, et ce n’est là qu’une des pathologies sur lesquelles se concentre le Center for Extreme Bionics. Si les chercheurs du centre sont en mesure de trouver des moyens d’utiliser la technologie pour aider toutes ces personnes, le rêve de Herr d’un monde dans lequel le handicap n’est plus, pourrait se concrétiser.

traduction Thomas Jousse

Business Insider, Center for Extreme Bionics, Wired

Éloge de ma fille bionique. Philosophie du handicap, humanisme et transhumanisme

Étrangement, même si les personnes handicapées ont toujours existé dans l’histoire de l’humanité, bien peu de réflexions leur ont été consacrées. La philosophie est quasiment muette sur le sujet. Le temps paraît venu de proposer une véritable pensée du handicap. Les sciences sociales l’ont entreprise, en s’opposant à la conception médicale qui considérait spontanément le handicap comme une infirmité, une chose purement négative. Les handicapés eux-mêmes nous ont appris à revenir sur cette vision simpliste, certains (en particulier les sourds) rejetant complètement le terme de handicap pour les qualifier. Il est sans doute possible aujourd’hui d’aller plus loin, en élargissant radicalement cette notion. Ne sommes-nous pas tous, au fond, valides ou invalides, des handicapés d’une certaine manière à l’égard de l’existence ?

L’homme présumé ” diminué ” par le handicap apparaît également, de nos jours, opposé en tous points à l’homme supposé ” augmenté ” dont parle ce courant de pensée contemporain, le transhumanisme. Mais cette confrontation est-elle justifiée ? N’y a-t-il pas plutôt, dans la réconciliation entre pensée du handicap et transhumanisme, une occasion nouvelle et originale de repenser la vieille question du sens de la vie ? C’est ce que cet essai tentera de démontrer.

Vincent Billard est un philosophe singulier qui ne voit pas uniquement dans la technologie moderne un objet d’angoisse et de malheurs possibles. Plus qu’une simple bienveillance à son égard, il revendique même une sorte de fascination réfléchie pour le merveilleux inédit qu’elle incarne à notre époque. Il a publié sur le sujet deux ouvrages : iPhilosophie, réflexion sur la pensée liée à la marque Apple, et Geek philosophie, sur les passionnés de technologie et de mondes imaginaires.

Lire un extrait

Vers un corps high-tech ?, Entrevue avec Vincent Billard, Émission L’oeil et la main, FranceTV

La perfectibilité hybride. Vers une autosanté inhumaine ou citoyenne ?

Bernard Andrieu. La perfectibilité hybride, Vers une autosanté inhumaine ou citoyenne ? Champ psychosomatique, Médecine, Psychanalyse anthropologie, 2009, p. 111-121. <hal-00447940>.

Télécharger le PDF

Résumé : Entre la déconstruction du corps naturel et la cyborgisation du post-humanisme, l’hybridation bio-technologique est une voie moyenne et classique depuis les Métamorphoses d’Ovide, au moins. La déconstruction de la catégorie monstre par les disabilities studies a rendu nécessaire la critique du handicap comme limitation de l’humain. Non que, ce que Catherine Malabou appelle les accidents de plasticité n’existeraient plus, la condition incarnée du corps suffirait à le rappeler. Le corps humain, même si les limites de la mort seront encore reculées , engage le sujet dans le vécu de son vivant. Corriger les difformités de la nature est devenu une possibilité même de sélectionner les nouveaux nés ou, ce qui est très différent, de réparer par la chirurgie, même du visage les accidents corporels. Comme l’indique Jacques Testart, « la pulsion d’accaparement du plus petit de notre espèce pourrait ainsi relever d’une exigence de consommation cannibale ». La réparation du corps modifie son fonctionnement et le vécu du sujet. Les progrès des prothèses, implants et nanobiologie définissent un corps démonstruisé mais remastérisé par des compléments de soi qui procure une nouvelle clôture d’un moi peau reconstitué. La technique fait performer le corps dans l’actualisation de potentialités inexploités jusque là, comme les cellules souches, ou dans la complémentation de procédés technologiques qui prolongent la vie et ses conditions d’exercices. L’obstacle de la dégénérescence immunitaire ou nerveuse exige que la technique pense encore davantage l’interaction entre le médicament et le vivant comme l’atteste la nanobiotique, la bionique ou le génie génétique.

Viktoria Modesta, la première artiste pop amputée du monde

Née en Russie, Viktoria Modesta est artiste, modèle, et femme bionique. Après que nombreuses tentatives pour corriger sa jambe gauche disloquée et sa hanche dont elle souffrait depuis la naissance, à l’âge de 20, elle subit une chirurgie volontaire pour amputer sa jambe au-dessous du genou. À l’aide de prothèses avancées, Viktoria a transformé son handicap en un symbole personnel, contestant la perception moderne de la société sur la beauté physique.

http://www.viktoriamodesta.com/

Enregistrer

Arrêté du 19 février 2016 portant inscription des implants cochléaires et des implants du tronc cérébral

pour en savoir plus, Haute autorité de Santé HAS : Avis de la Commission Nationale d’Evaluation des Dispositifs Médicaux et des Technologies de Santé (CNEDiMTS) Mi1200 SYNCHRONY et Mi1200 SYNCHRONY PIN, implants cochléaires et SONNET, SONNET EAS, processeurs de son.


JO n° 54 du 4 mars 2016

Ministère des affaires sociales et de la santé
Arrêté du 19 février 2016 portant inscription des implants cochléaires SYNCHRONY et SYNCHRONY PIN, des implants du tronc cérébral SYNCHRONY ABI et SYNCHRONY PIN ABI et des processeurs SONNET et SONNET EAS de la société Vibrant MED-EL Hearing Technology au titre III de la liste des produits et prestations remboursables prévue à l’article L. 165-1 du code de la sécurité sociale
NOR : AFSS1605264A

Le ministre des finances et des comptes publics et la ministre des affaires sociales et de la santé,

Vu le code de la santé publique ;

Vu le code de sécurité sociale et notamment ses articles L. 165-1 à L.165-5 et R. 165-1 à R. 165-30 ;

Vu les avis de la Commission nationale d’évaluation des dispositifs médicaux et des technologies de santé,

Arrêtent :

Art. 1er.

Au titre III de la liste des produits et prestations remboursables, chapitre 4, section 12, sous-section 1, dans la rubrique « Société Vibrant MED-EL Hearing Technology (Vibrant MED-EL) », est ajouté un nouvel implant cochléaire comme suit :

CODENOMENCLATURE
3401188Implant coch, Vibrant MED-EL, SYNCHRONY.

Cet implant est composé d’un boîtier titane avec un porte-électrodes (Standard, Medium, FLEX20, FLEX24, FLEX28, FLEXsoft, Compressed, FORM 19 et FORM 24).

SYNCHRONY est compatible avec la réalisation d’imagerie par résonance magnétique (IRM) 3 Tesla.

Cet implant est compatible avec toutes les références du processeur de la gamme SONNET et SONNET EAS prises en charge sous le code 3404608.

Références prises en charge de l’implant avec son porte électrode
SYNCHRONY + Standard – 09395 référence : 31084

SYNCHRONY + Medium – 09398 référence : 31087

SYNCHRONY + FLEX20 – 07880 référence : 31113

SYNCHRONY + FLEX24 – 09400 référence : 31089

SYNCHRONY + FLEX28 – 09404 référence : 31093

SYNCHRONY + FLEXsoft – 09402 référence : 31091

SYNCHRONY + Compressed – 09408 référence : 31097

SYNCHRONY +FORM19 – 30892 référence : 31098

SYNCHRONY +FORM24 – 30894 référence : 31100

Indication supplémentaire
L’implantation cochléaire bilatérale chez l’enfant est également prise en charge pour les surdités neurosensorielles (surdités de perception) bilatérales profondes, après échec ou inefficacité d’un appareillage acoustique conventionnel.

Date de fin de prise en charge : 28 février 2021.

3434609Implant coch, Vibrant MED-EL, SYNCHRONY PIN.

Cet implant est composé d’un boîtier titane avec un porte-électrodes (Standard, Medium, FLEX20, FLEX24, FLEX28, FLEXsoft, Compressed, FORM 19 et FORM 24).

SYNCHRONY PIN comporte deux petits picots en titane (longueur 1,4 mm et diamètre 1mm) sur la face plate inférieure du boîtier en titane et est compatible avec la réalisation d’imagerie par résonance magnétique (IRM) 3 Tesla.

Cet implant est compatible avec toutes les références du processeur de la gamme SONNET et SONNET EAS prises en charge sous le code 3404608.

Références prises en charge de l’implant avec son porte électrode
SYNCHRONY PIN + Standard – 09396 référence : 31085

SYNCHRONY PIN + Medium – 09399 référence : 31088

SYNCHRONY PIN + FLEX20 – 07882 référence : 31114

SYNCHRONY PIN + FLEX24 – 09401 référence : 31090

SYNCHRONY PIN + FLEX28 – 09405 référence : 31094

SYNCHRONY PIN+ FLEXsoft – 09403 référence : 31092

SYNCHRONY PIN + Compressed – 09397 référence : 31086

SYNCHRONY PIN + FORM19 – 30893 référence : 31099

SYNCHRONY PIN + FORM24 – 30895 référence : 31101

Indication supplémentaire
L’implantation cochléaire bilatérale chez l’enfant est également prise en charge pour les surdités neurosensorielles (surdités de perception) bilatérales profondes, après échec ou inefficacité d’un appareillage acoustique conventionnel.

Date de fin de prise en charge : 28 février 2021.

Art. 2.

Au titre III de la liste des produits et prestations remboursables, chapitre 4, section 12, sous-section 2, dans la rubrique « Société Vibrant MED-EL Hearing Technology (Vibrant MED-EL) », est ajouté un nouvel implant du tronc cérébral comme suit :

CODENOMENCLATURE
3437909Implant tronc cérébral, Vibrant MED-EL, SYNCHRONY ABI – 09406.

Cet implant est composé d’un boîtier titane avec un porte-électrodes ABI.

SYNCHRONY ABI est compatible avec la réalisation d’imagerie par résonance magnétique (IRM) 0,2, 1,0 et 1,5 Tesla sans seconde intervention.

Cet implant est compatible avec toutes les références des processeurs OPUS 2, RONDO et SONNET et SONNET EAS prises en charge sous les codes 3471600 et 3404608.

Date de fin de prise en charge : 28 février 2021.

Référence prise en charge : 31095
3494965Implant tronc cérébral, Vibrant MED-EL, SYNCHRONY PIN ABI – 09407.

Cet implant est composé d’un boîtier titane avec un porte-électrodes ABI.

SYNCHRONY PIN ABI comporte deux petits picots en titane (longueur 1,4mm et diamètre 1mm) sur la face plate inférieure du boîtier en titane et est compatible avec la réalisation d’imagerie par résonance magnétique (IRM) 0,2, 1,0 et 1,5 Tesla sans seconde intervention.

Cet implant est compatible avec toutes les références des processeurs OPUS 2, RONDO et SONNET et SONNET EAS prises en charge sous les codes 3471600 et 3404608.

Référence prise en charge : 31096
Date de fin de prise en charge : 28 février 2021.
Art. 3.

Au titre III de la liste des produits et prestations remboursables, chapitre 4, section 12, sous-section 3, dans la rubrique « Société Vibrant MED-EL Hearing Technology (Vibrant MED-EL) », est ajouté un nouveau processeur pour implant cochléaire ou du tronc cérébral comme suit :

CODENOMENCLATURE
3404608Implant coch ou tronc cérébral, processeur, Vibrant MED-EL, SONNET.

Processeurs SONNET et SONNET EAS pour implants cochléaires CONCERTO, CONCERTO PIN, SYNCHRONY et SYNCHRONY PIN et pour implants du tronc cérébral CONCERTO ABI 06277, CONCERTO ABI PIN 06278, SYNCHRONY ABI – 09406 et SYNCHRONY PIN ABI – 09407 de la société Vibrant MED-EL Hearing Technologie.

Références prises en charge
Processeur SONNET kit patient : 07378, 31350, 31351, 31352, 31353, 31354.

Processeur SONNET EAS kit patient : 07746, 31355, 31356, 31357, 31358, 31359.

Date de fin de prise en charge : 28 février 2021

Art. 4.

Le présent arrêté prend effet à compter du treizième jour suivant la date de sa publication au Journal officiel.

Art. 5.

Le directeur général de la santé et le directeur de la sécurité sociale, sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l’exécution du présent arrêté, qui sera publié au Journal officiel de la République française.

Fait le 19 février 2016.

La ministre des affaires sociales et de la santé,

Pour la ministre et par délégation :

La sous-directrice de la politique des produits de santé et de la qualité des pratiques et des soins,

C. Choma

Le sous-directeur du financement du système de soins,

T. Wanecq

Le ministre des finances et des comptes publics,

Pour le ministre et par délégation :

Le sous-directeur du financement du système de soins,

T. Wanecq

LexisNexis

Leçon de vie : Nick Vujicic n’a ni bras, ni jambes, il est un modèle de courage

Il y a 32 ans, Nick Vujicic naissait sans bras, ni jambes. Mais après avoir traversé toutes les épreuves possibles et imaginables, cet Australien rayonne aujourd’hui partout dans le monde. Pour beaucoup, il est devenu un exemple d’optimisme, de volonté et de courage. A tel point que les gens se pressent par milliers pour écouter son incroyable histoire…

Des images étonnantes, spectaculaires et, forcément, inspirantes…

On a souvent l’impression qu’il nous manque quelque chose d’essentiel. Nick Vujicic, lui, n’a ni bras ni jambes,… mais n’a besoin de rien ! Nick Vujicic n’a pas besoin du transhumanisme pour se révéler et être heureux. De quoi faire réfléchir à notre condition.

 

Est-on plus heureux grâce à la technologie ?