Leurre et malheur du transhumanisme – Olivier Rey

EAN : 9782220095516

Présentation : Si c’est au nom d’un futur toujours meilleur que le monde a été transformé en un chantier permanent, nous sommes arrivés à un stade où le rapport entre les bénéfices du « développement » et ses nuisances s’avère de plus en plus défavorable. La perte de confiance dans le progrès doit alors être compensée par une inflation de ce qu’il est censé apporter : plus le monde va mal et menace de s’écrouler, plus il faut abreuver les populations de promesses exorbitantes.

Tel est le rôle du transhumanisme – et peu importe que ce qu’il annonce ne soit pas destiné à se réaliser. Lui accorder trop d’importance, c’est donc se laisser captiver par un leurre. Faudrait-il refuser d’y prêter attention ? Cela n’est pas si simple. Le transhumanisme nous trompe parce qu’il joue en nous sur des ressorts puissants. Se donner une chance de désamorcer la fascination qu’il exerce et le malheur qu’il propage, réclame de mettre au jour ce qui nous rend si vulnérables à ses illusions.

Olivier Rey est chercheur au CNRS, membre de l’Institut d’histoire et de philosophie des sciences et des techniques. Il a enseigné les mathématiques à l’École polytechnique et enseigne aujourd’hui la philosophie à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Olivier Rey : « Nous sommes entrés dans des temps apocalyptiques, et nous ne sommes pas prêts. »

Olivier Rey : « Le transhumanisme conduit inévitablement au posthumanisme »

Le posthumain : enfant prodige de l’empire cybernétique

La cybersécurité face au défi de la confiance

ISBN-2738143679

85% des dirigeants interrogés à travers le monde déclarent ne pas connaître précisément la façon dont leur entreprise est organisée pour faire face à la menace cyber. Un constat pour le moins surprenant à l’heure où de nombreuses attaques sont recensées et qui sert de point de départ à Philippe Trouchaud, expert en cybersécurité pour son second ouvrage « La cybersécurité face au défi de la confiance ». Ce dernier apporte un nouvel éclairage sur l’enjeu crucial qu’est aujourd’hui la cybersécurité. Si Philippe Trouchaud pointe l’immaturité des entreprises face au cyber-risque, il apporte, au gré d’exemples connus de tous et nourris par l’actualité, des réponses concrètes aux entreprises afin de relever ce défi. Surtout, l’auteur plaide en faveur d’une cybersécurité collective, raisonnée, résolument centrée sur l’humain.

Qui aurait imaginé qu’en quelques heures les géants de l’Internet puissent perdre l’équivalent de 220 milliards de dollars de leur capitalisation boursière ? Des interrogations sur la sécurité de l’un d’entre eux et sur l’utilisation des données personnelles de ses clients en étaient la cause.

Cet épisode survenu en mars 2018 rappelle combien l’entreprise doit savoir gérer sa cybersécurité pour préserver son capital de marque. Or on assiste aujourd’hui à l’explosion d’une délinquance cyberorganisée, inventive et sans frontières. Résultat : les incidents se multiplient et engendrent une perte massive de confiance des consommateurs.

La confiance, voilà donc la clé pour avancer sereinement dans le cybermonde. Celle-ci dépend, notamment, de la capacité des États et des entreprises à renforcer leur collaboration et à rendre attractive cette filière pour les meilleurs talents. Comment gérer les crises ? Comment valoriser les professionnels ? Comment édicter des règles communes ? Comment choisir ses partenaires ?

Autant de questions auxquelles ce livre répond concrètement.

Philippe Trouchaud est associé au sein du cabinet PwC où il est responsable des activités de cybersécurité pour la France et membre du comité de direction mondial dédié à cette activité. À ce titre, il conseille les directions de groupes internationaux et des entreprises du CAC40. Son précédent ouvrage La Cybersécurité au-delà de la technologie a reçu le prix du Forum international de la cybersécurité 2017.

Pascal Andrei, directeur de la sécurité du groupe Airbus, signe la préface de l’ouvrage.

Les droits de ce livre sont reversés à H’Up entrepreneurs qui accompagne les entrepreneurs en situation de handicap.

IA : dimensions socio-économiques, politiques et éthiques

L’avenir de l’humanité dans le monde de l’intelligence artificielle-biosynthétique

Dans quelques siècles ou peut-être quelques décennies, l’intelligence artificielle et l’ingénierie biosynthétique seront perfectionnées dans la mesure où les androïdes ressembleront étroitement aux humains et les humains conçus biosynthétiquement ressembleront aux androïdes. Malgré les cauchemars d’une telle perspective pour certains scientifiques, savants humanistes et théologiens, l’intelligence artificielle sera un rêve devenant réalité pour ceux qui épousent la philosophie Transhumaniste de Max More : un mouvement dont l’objectif est d’améliorer la condition humaine physiquement et intellectuellement grâce à l’application de moyens scientifiques et technologiques… Lire la suite

https://iatranshumanisme.com/transhumanisme/intelligence-artificielle-dimensions-socio-economiques-politiques-et-ethiques/

Le posthumain : enfant prodige de l’empire cybernétique

MULTIMED – Revue du Réseau Transméditerranéen de Recherche en Communication – Nº 04 (2016). – David Paquin, Ph. D, Professeur, Directeur du département en création et nouveaux médias, Université du Québec en Abitibi-Témiscaminque


Résumé : Cet article a pour objectif d’interroger le projet Posthumain, utopie pour certains, projet de virtualisation de l’homme déjà bien engagé pour d’autres. Il retracera plus spécifiquement les origines cybernétiques du projet Posthumain, il illustrera la façon dont ces origines eurent une profonde incidence sur sa déclinaison actuelle ainsi que sur les nombreux enjeux et problématiques qu’il soulève.


Introduction

Le corps fascine. Le rapport que nous établissons avec notre corps transcende la notion d’«intimité». Au fil des siècles, le corps est l’illustration des mutations qui s’opèrent socialement. Dès l’Antiquité, les Grecs ainsi que les Romains font la démonstration que le culte du corps est un moyen de penser le lien social et les systèmes politiques. Aphrodite et Vénus sont autant de divinités qui nous ramènent à la spécificité corporelle de la nature humaine. Il est difficile d’en saisir toute l’essence, toute la magie, ou ce que George Bataille appelle, dans son ouvrage L’Érotisme (BATAILLE, 1957), l’«informe du corps».

La volonté de dépasser les limites du corps, celle de créer le corps artificiel ou virtuel, hybridation de l’homme et de la machine, aussi prélude essentiel à la venue de l’ «ère posthumaine», est un vieux fantasme qui s’inscrit déjà dans la tradition gréco-latine avec le mythe de Galatée et la tradition judéo-chrétienne avec le Golem d’argile :

Le rêve d’une vie artificielle que réalise à sa façon l’informatique moderne prend ses racines très tôt dans le mythe. Les mythes, comme encore celui de Galatée, sont à l’origine d’une véritable rêverie métaphysique sur la nature humaine proprement dite comme si l’artificiel permettait de pénétrer le naturel. (CHAZAL, 1989, p.194.)

Aujourd’hui, après quelques siècles de désintéressement, les penseurs postmodernistes repositionnent le corps au centre de leurs préoccupations.

Depuis sa réforme au cours du Siècle des lumières, l’humanisme se présente comme une philosophie qui propose d’améliorer la condition humaine grâce à la raison et à la logique appliquée. Le posthumanisme (ou transthumanisme) se présente, quant à lui, comme un prolongement de l’humanisme et un nouveau mouvement social qui désire améliorer plus fondamentalement la condition humaine en encourageant le développement des technologies de pointe et en prônant une plus grande accessibilité à celles-ci. Les posthumanistes revendiquent le droit moral pour tous ceux qui désirent se servir de la technologie en vue d’accroître leurs capacités physiques, intellectuelles et reproductives, diminuer leurs souffrances et moduler leur état psychologique. Bref, ils désirent s’épanouir en transcendant les limites de leur corps et de la biologie actuelle. Ce nouveau modèle de réflexion sur l’avenir de l’humanité a été mis en place à l’initiative de certains chefs de file dans les domaines de l’informatique, de la réalité virtuelle, de la génomique, de l’intelligence artificielle, de la robotique, des nanotechnologies et à celle d’autres chercheurs à l’avant-garde des développements technologiques. Nombreux scientifiques remettent actuellement en cause la prémisse humaniste qui énonce que la nature humaine est et devrait rester essentiellement inaltérable. La posthumanité sonne le glas de la sélection naturelle darwinienne, l’homme se voit aujourd’hui confier de puissants outils qui lui permettront de reformuler le schème de son évolution.

Cet article a pour objectif d’interroger le projet Posthumain, utopie pour certains, projet de virtualisation de l’homme déjà bien engagé pour d’autres. Il retracera plus spécifiquement les origines cybernétiques du projet Posthumain, il illustrera la façon dont ces origines eurent une profonde incidence sur sa déclinaison actuelle ainsi que sur les nombreux enjeux et problématiques qu’il soulève.

Pour lire la suite, télécharger le PDF

…Or, comme le souligne Céline Lafontaine, nous aurions tort de minimiser la portée d’un pareil évolutionnisme, surtout « lorsqu’il est soutenu par autant de prix Nobel que par des philosophes de renommée internationale » (LAFONTAINE, 2204 p. 219). Jean-Michel Besnier ajoute que le projet posthumain « ne relève plus tout à fait de la science-fiction », mais s’apparente plutôt à un programme techno-scientifique sérieux adopté par un nombre important de chercheurs qui s’efforcent à chaque instant de faire reculer les frontières du possible (BESNIER, 2012, p. 18)…

Sommaire :

  1. Au commencement était la cybernétique
  2. Puis vint le culte du cybercorps
  3. Et enfin, vint le posthumain : enfant prodige de l’empire cybernétique

Total Contrôle – Arte

Bruno Fay Co-auteur avec Xavier Muntz de la soirée thématique “Tous Fichés” diffusée sur Arte en juin 2007 sur les nouvelles technologies de surveillance – Total Contrôle, 52 mn.

Déjà la cyber-surveillance est en marche et les milices du Net prolifèrent. Illusion sécuritaire ? Ce documentaire mesure les risques et paradoxes d’une fuite en avant technologique.

Des experts en nouvelles technologies dressent un panorama inquiétant des dispositifs de surveillance mis en œuvre à travers le monde, avec des outils de traçage et d’identification sans cesse plus perfectionnés et plus nombreux. La mode est aux virus et aux logiciels intrusifs qui prennent le contrôle des ordinateurs ou des webcams pour épier l’usager jusque dans son intimité, chez lui ou sur son lieu de travail.

Si le “contrôle total” existe déjà en matière d’informatique, la biométrie gagne aussi de plus en plus d’entreprises et de collectivités comme les hôpitaux, les écoles, les mairies.

Les syndicats dénoncent un “flicage” généralisé et relèvent l’apparition de nouvelles pathologies liées au stress et à la surveillance permanente. De son côté, la révolution RFID (identification par radiofréquences) est en marche : en Europe et en Amérique, les implants de puce dans le corps humain se multiplient. À Mexico, un millier de personnes ont sauté le pas, essentiellement pour des raisons médicales.

Un spécialiste de la géolocalisation évoque les applications prochaines où l’on combinera la puce avec un émetteur GPS pour localiser en temps réel un objet ou une personne…

Ce documentaire met efficacement en perspective la politique du tout sécuritaire et le prix que nous devrons payer pour cela pour cette soi-disant “sécurité” .

Partie 1 : Internet sous contrôle
Partie 2 : Biométrie, le corps fiché
Partie 3 : La révolution RFID, les premiers implants

Thema Arte -19/06/2007 – Total contrôle

Vidéo disponible aussi sur le blog de Bruno Fay

Le d’ébat sur le nouveau corps dans la cyberculture : le cas des Extropiens (PDF)

Antonio Casilli. Le débat sur le nouveau corps dans la cyberculture : le cas des Extropiens. Olivier Sirost (dir.). Le Corps Extrême dans les Sociétés Occidentales, L’Harmattan, pp.297-329, 2005. <hal-00667535>

Dans cet article il sera surtout question de ce fantasme postmoderne qu’il est convenu d’appeler « corps virtuel », comment et pourquoi il a été d’abord soutenu puis abandonné par les extropiens. En fait, à une époque les extropiens ont cru, en bons anticipateurs de tendances futures, à la possibilité véritable d’une vie dans un corps numérique désincarné – un avatar. L’objectif de notre propos sera de comprendre les raisons et le rôle de cette croyance dans le cadre d’ensemble de la pensée cyber. Notre exposé sera donc divisé en trois parties : une description des racines et des alliances culturelles du mouvement extropien ; une tentative d’en résumer les positions théoriques autour de notre sujet d’élection, le corps ; enfin, une spécification des orientations extropiennes à l’égard des notions d’humanisme, de transhumanisme et de posthumanisme.

Télécharger le PDF