Covid-19 : Un rapport préconise la collecte de données personnelles

Dans un rapport présenté par la délégation sénatoriale à la prospective, les membres de la Haute assemblée défendent la mise en place d’une plateforme numérique de collecte de données pour prévenir de nouvelles épidémies.

Véronique Guillotin membre du Mouvement Radical
Christine Lavarde membre du parti Les Républicains
René-Paul Savary membre du parti Les Républicains

Le rapport « CRISES SANITAIRES ET OUTILS NUMÉRIQUES : RÉPONDRE AVEC EFFICACITÉ POUR RETROUVER NOS LIBERTÉS » est disponible ici (ou copie ici).

Les recommandations n’ont pas de valeur législative à ce jour et le rapport n’est donc pas un projet de loi adopté à ce jour. Mais, le contenu de ce rapport interroge.

Pour retrouver nos libertés il faut accepter une société de contrôle maximal, un contrôle numérique de l’intrusivité dans votre vie privée. Les seules réponses à une épidémie sont les restrictions de libertés.

https://www.publicsenat.fr/article/societe/covid-19-un-rapport-du-senat-preconise-la-collecte-de-donnees-personnelles-pour

p.10 http://www.senat.fr/fileadmin/Fichiers/Images/delegation/prospective/PRO_Rapport_numerique_pandemies.pdf
p.13-14
p.13-14
p.15
p.23
p.23-24
p.24
p.24-25
p.25
p.43-44
p.54
p.54
p.59
p.60
p.62
p.87
p.106
Source : Institut Montaigne, avril 2020
p.133
p.133 cdh
p.137
p.139
p.144
http://www.senat.fr/notice-rapport/2020/r20-673-notice.html

Partie III – Grand Reset, Le capitalisme aux caractéristiques chinoises

Qu’est-ce que le Grand Reset ? Partie III : Le capitalisme aux caractéristiques chinoises

Le titre de cet essai est un jeu de mots sur la description que fait le parti communiste chinois de son économie.

Il y a plusieurs décennies, lorsque le PCC ne pouvait plus nier de manière crédible la dépendance croissante de la Chine à l’égard des secteurs à but lucratif de son économie, ses dirigeants ont approuvé le slogan “socialisme aux caractéristiques chinoises” pour décrire le système économique chinois1. Formulée par Deng Xiaoping, cette phrase est devenue une composante essentielle de la tentative du PCC de rationaliser le développement capitaliste chinois dans le cadre d’un système politique socialiste-communiste.

Selon le parti, la privatisation croissante de l’économie chinoise ne devait être qu’une phase temporaire – pouvant durer jusqu’à cent ans selon certains dirigeants du parti – sur la voie d’une société sans classes du socialisme-communisme intégral. Les dirigeants du parti ont affirmé, et affirment toujours, que le socialisme aux caractéristiques chinoises était nécessaire dans le cas de la Chine parce que la Chine était un pays agraire “arriéré” lorsque le communisme a été introduit – trop tôt, a-t-on dit. La Chine avait besoin d’une piqûre de rappel capitaliste.

Avec ce slogan, le parti a pu faire valoir que la Chine avait été une exception à la position marxiste orthodoxe selon laquelle le socialisme n’arrive qu’après le développement du capitalisme – bien que Marx lui-même ait dévié de sa propre formule vers la fin de sa vie. En même temps, le slogan a permis au PCC de confirmer la position marxiste orthodoxe. La révolution communiste chinoise s’est produite avant le développement du capitalisme industriel – une exception au marxisme orthodoxe. Le capitalisme a donc été introduit plus tard dans le système économique de la Chine – une confirmation du marxisme orthodoxe.

Dépouillé de ses prétentions idéologiques socialistes, le socialisme aux caractéristiques chinoises, ou le système chinois lui-même, se résume à un État socialiste-communiste de plus en plus financé par le développement économique capitaliste. La différence entre l’ancienne Union soviétique et la Chine contemporaine est que, lorsqu’il est devenu évident que l’économie socialiste-communiste avait échoué, la première a abandonné ses prétentions économiques socialistes-communistes, alors que la seconde ne l’a pas fait.

Que les dirigeants du PCC croient ou non à leur propre rhétorique, la gymnastique idéologique déployée est néanmoins spectaculaire. À première vue, le slogan incorpore et dissimule une contradiction apparemment évidente dans une tentative de sanctifier ou de “recommunifier” le développement capitaliste chinois comme une condition préalable au socialisme-communisme intégral.

Cependant, le slogan chinois capture une vérité essentielle sur le communisme, une vérité qui est soit non reconnue ou non admise par le PCC et niée par les marxistes occidentaux. Contrairement aux affirmations des dirigeants et des adeptes du communisme, et même contrairement aux affirmations de beaucoup de ceux qui s’y opposent, le socialisme-communisme n’est pas essentiellement un système économique mais plutôt un système politique.

Une fois au pouvoir, les dirigeants socialistes-communistes reconnaissent qu’étant donné leur contrôle sur les ressources, ils sont effectivement devenus les nouveaux propriétaires des moyens de production (alors que, comme Ludwig von Mises l’a suggéré, les consommateurs détiennent effectivement le pouvoir de disposition économique dans les marchés libres2). En tentant de mettre en place une économie socialiste-communiste, ils reconnaissent qu’en l’absence de prix, la production industrielle à grande échelle nécessite une prise de décision sous surveillance. De même, la prise de décision n’est pas démocratique dans le sens promis par les idéologues socialistes-communistes. La prise de décision doit être centralisée, ou du moins bureaucratisée, dans une large mesure. La prise de décision démocratique est exclue par le fait que la production et la distribution appartiennent à l’État et sont contrôlées par lui.

Le socialisme-communisme est un système politique dans lequel l’allocation des ressources est commandée par l’État et donc effectivement contrôlée par les dirigeants de l’État, la véritable classe dirigeante. Ces derniers conservent le contrôle par l’idéologie et la force.

Par opposition à un système économique pleinement mis en œuvre, le socialisme-communisme n’est toujours qu’un arrangement politique. C’est pourquoi le socialisme-communisme peut être combiné au “capitalisme” sous des formes telles que le “capitalisme d’État3” ou le socialisme d’entreprise. Ses prétentions économiques seront abandonnées à mesure que le développement capitaliste sera introduit et habilement rationalisé, comme en Chine. Si de telles prétentions sont maintenues pendant longtemps, elles détruiront la société, comme dans l’ancienne Union soviétique. Dans les deux cas, les dirigeants socialistes-communistes apprendront que la production de richesses nécessite l’accumulation de capital privé – qu’ils comprennent ou non pourquoi.

Le Grand Reset, Le capitalisme avec des caractéristiques chinoises © Oliver Munday

Entrez dans le socialisme d’entreprise

Une version socialiste-communiste arrive bientôt près de chez vous. Certains des mêmes anciens protagonistes réapparaissent, tandis que de nouveaux ont rejoint le casting. Si l’idéologie et la rhétorique sont presque les mêmes, elles sont utilisées à des fins légèrement différentes. Cette fois-ci, les vieilles promesses sont en jeu, et un appât similaire mais non identique est brandi. Le socialisme promet la protection des personnes assiégées contre le “mal” économique et politique, la promotion des intérêts économiques de la sous-classe, le bannissement des personnes “dangereuses” des forums publics et de la vie civique, et une préoccupation primaire ou exclusive pour le “bien commun”. L’initiative chinoise “One Belt, One Road” (une ceinture, une route) peut suspendre ses bénéficiaires en Afrique et dans d’autres régions sous-développées comme s’il s’agissait d’un nœud coulant infrastructurel. Une autre variété de projets est prévue dans le monde développé, y compris aux États-Unis.

L’initiative chinoise “One Belt, One Road”4 (La nouvelle route de la soie, litt. “ceinture économique de la route de la soie” ou la ceinture et la route) peut suspendre ses bénéficiaires en Afrique et dans d’autres régions sous-développées comme s’il s’agissait d’un nœud coulant infrastructurel. Une autre variété de projets est prévue dans le monde développé, y compris aux États-Unis.

La variante contemporaine est le socialisme d’entreprise, ou un système à deux niveaux de “socialisme réellement existant5” sur le terrain, couplé à un ensemble parallèle de monopoles d’entreprise ou de monopoles potentiels au sommet. La différence entre le socialisme d’État et le socialisme d’entreprise est simplement qu’un groupe d’intérêt différent contrôle effectivement les moyens de production. Mais les deux dépendent du monopole, l’un de l’État et l’autre de l’entreprise qui monopolise l’économie. Et les deux dépendent de l’idéologie socialiste-communiste du socialisme démocratique, ou, dans une variante récente, de l’idéologie de la “justice sociale” ou du “woke”. Le socialisme d’entreprise est la fin souhaitée, tandis que le socialisme démocratique et le capitalisme sauvage font partie des moyens.

La Chine est le modèle du système économique et politique promu en Occident, et le Grand Reset est l’articulation la plus franche de ce système – bien que son articulation soit tout sauf parfaitement franche.

Le Grand Reset représente le développement du système chinois en Occident, mais à l’envers. Alors que l’élite politique chinoise a commencé par un système politique socialiste-communiste et a mis en œuvre le “capitalisme” par la suite, l’élite occidentale a commencé par le “capitalisme” et vise à mettre en œuvre un système politique socialiste-communiste maintenant. C’est comme si l’oligarchie occidentale regardait le “socialisme” affiché en Chine, et disait “oui, nous le voulons”.

Cela explique de nombreuses contradictions apparentes, dont la moindre n’est pas l’autoritarisme de gauche de Big Tech. Le Big Tech, et en particulier le Big Digital, est l’appareil de communication idéologique pour l’avancement du socialisme d’entreprise, ou capitalisme aux caractéristiques chinoises.

Les caractéristiques chinoises que le Grand Reset vise à reproduire en lien avec le capitalisme occidental ressembleraient au totalitarisme du PCC. Cela nécessiterait une grande restriction des droits individuels – y compris les droits de propriété, la liberté d’expression, la liberté de mouvement, la liberté d’association, la liberté de religion et le système de libre entreprise tel que nous le concevons.

Le Grand Reset mettrait en œuvre le système politique à peu près de la même manière que la Chine l’a fait – avec la surveillance des smart city par la 5G, l’équivalent des scores de crédit social, les passeports médicaux, l’emprisonnement politique et d’autres moyens de répression et de contrôle social et politique.

Au final, le socialisme aux caractéristiques chinoises et le capitalisme aux caractéristiques chinoises reviendraient au même.

Michael Rectenwald

Michael Rectenwald est l’auteur de onze ouvrages, dont Thought Criminal (2020), Beyond Woke (2020), Google Archipelago (2019), Springtime for Snowflakes (2018), Nineteenth-Century British Secularism (2016). Il a été professeur à l’université de New York de 2008 à 2019. Il a également enseigné à la Duke University, la North Carolina Central University, la Carnegie Mellon University et la Case Western Reserve University. Il est un expert et un défenseur de la liberté d’expression contre toutes les formes d’autoritarisme et de totalitarisme, y compris le socialisme-communisme, la “justice sociale”, le fascisme et le politiquement correct.

Il est titulaire d’un doctorat en études littéraires et culturelles de l’université Carnegie Mellon, d’une maîtrise en littérature anglaise de l’université Case Western Reserve et d’une licence en littérature anglaise de l’université de Pittsburgh. (voir son C.V. pour plus de détails). Ses essais universitaires et académiques sont parus dans le Quarterly Journal of Austrian Economics, Academic Questions, Endeavour, le British Journal for the History of Science, College Composition and Communication, International Philosophical Quarterly, les anthologies De Gruyter (Organized Secularism in the United States), etc.

Les publications de Michael destinées au grand public sont apparues sur le fil de Mises Institute, The Epoch Times, RT.com, Campus Reform, The New English Review, The International Business Times, The American Conservative, Quillette, The Washington Post, The Pittsburgh Post-Gazette, entre autres. Le Dr Rectenwald a participé à de nombreux talk-shows politiques et autres sur les grands réseaux (Tucker Carlson Tonight, Fox & Friends, Fox & Friends First, Varney & Company, The Glenn Beck Show), à des émissions de radio syndiquées (Glenn Beck et bien d’autres), ainsi qu’à des émissions et podcasts.


– Partie I : Qu’est-ce que le Grand Reset ? Espoirs réduits et Bio-techno-féodalisme
– Partie II : le socialisme d’entreprise
– Partie III : Le capitalisme aux caractéristiques chinoises
– Partie IV : Capitalisme des parties prenantes vs. néolibéralisme
– Partie V : L’idéologie Woke

Notes : 

1Ian Wilson, “Socialism with Chinese Characteristics: China and the Theory of the Initial Stage of Socialism,” Politics 24, no. 1 (September 2007): 77–84.

2Ludwig von Mises, Socialism: An Economic and Sociological Analysis, 3d ed. (New Haven, CT: Yale University Press, 1951), pp. 37–42.

3Western Marxists employ the term state capitalism to exclude the Soviet Union and China from the category of socialism-communism. They thereby reserve, in their own propaganda, at least, the hallowed terms social­ism and communism for the never present, always receding, and just-over-the-horizon ideal.

4Alexandra Ma, “The US Is Scrambling to Invest More in Asia to Counter China’s ‘Belt and Road’ Mega-Project. Here’s What China’s Plan to Connect the World through Infrastructure Is like.,” Business Insider, Nov. 11, 2019. https://www.businessinsider.com/what-is-belt-and-road-china-infrastructure-project-2018-1?IR=T.

5“Actually existing socialism” is a “[t]erm used in the former communist countries to describe them as they really were, rather than as the official theory required them to be. Its use was largely ironical, and more or less confined to the writings of dissidents.” Palgrave Macmillan Dictionary of Political Thought, by Roger Scruton, 3d ed. (New York: Macmillan Publishers, 2007), s.v. “Actually existing socialism.” Credo Reference. http://proxy.library.nyu.edu/login?url=https://search.credoreference.com/content/entry/macpt/actual¬ly_existing_socialism/0?institutionId=577.

People Analytics : La longue histoire de l’analyse des personnes

La Silicon Valley croit depuis longtemps qu’elle peut optimiser la société, comme le soutient Jill Lepore dans son nouveau livre If Then.

Si vous travaillez pour Bank of America ou l’armée américaine, vous avez peut-être utilisé une technologie développée par Humanyze. Cette société est issue des recherches menées au Media Lab du MIT et décrit ses produits comme “des analyses fondées sur la science pour favoriser l’adaptabilité”.

Si cela semble vague, c’est peut-être délibéré. Humanyze vend notamment aux entreprises des dispositifs permettant d’espionner les employés, tels que des badges d’identification avec des étiquettes RFID intégrées, des capteurs de communication en champ proche (NFC, Near Field Communication) et des microphones intégrés qui permettent de suivre dans les moindres détails le ton et le volume (mais pas les mots) des conversations des personnes tout au long de la journée. Humanyze a déposé son score de santé organisationnelle, qu’elle calcule sur la base des données des employés collectées par les badges et qu’elle promet être “une formule éprouvée pour accélérer le changement et favoriser l’amélioration”.

Ou alors vous travaillez pour l’une des entreprises du secteur de la santé, du commerce de détail ou des services financiers qui utilisent le logiciel développé par Receptiviti. La mission de cette entreprise basée à Toronto est d’aider les machines à comprendre les gens en scannant les courriels et les messages Slack à la recherche d’indices linguistiques de mécontentement. “Nous nous inquiétons de la perception de Big Brother”, a récemment déclaré Kreindler, le PDG de Receptiviti au Wall Street Journal. Il préfère qualifier la surveillance des employés de corporate mindfulness. (Orwell aurait également eu quelque chose à dire sur cet euphémisme).

De tels efforts dans ce que ses créateurs appellent “people analytics” sont généralement justifiés par l’amélioration de l’efficacité ou de l’expérience du client. Ces derniers mois, certains gouvernements et experts de la santé publique ont préconisé le suivi et la traçabilité des applications comme moyen d’arrêter la propagation de la covid-19.

Mais en adoptant ces technologies, les entreprises et les gouvernements évitent souvent de répondre à des questions cruciales : Qui devrait savoir quoi à votre sujet ? Ce qu’ils savent est-il exact ? Que devraient-ils être en mesure de faire avec ces informations ? Et, est-il jamais possible de concevoir une “formule éprouvée” pour évaluer le comportement humain ?

De telles questions ont une histoire, mais les technologues d’aujourd’hui ne semblent pas la connaître. Ils préfèrent se concentrer sur les nouvelles et ingénieuses façons dont leurs inventions peuvent améliorer l’expérience humaine (ou les résultats de l’entreprise) plutôt que sur les façons dont les gens ont essayé et échoué à faire de même dans les époques précédentes. Chaque nouvel algorithme ou application est, selon eux, une réprimande implicite du passé.

Mais ce passé peut offrir une orientation et une humilité bien nécessaires. Malgré des ordinateurs plus rapides et des algorithmes plus sophistiqués, l’analyse des personnes d’aujourd’hui est alimentée par une vieille conception réductrice : l’idée que la nature humaine dans toute sa complexité peut être réduite à une formule. Nous en savons assez sur le comportement humain pour exploiter les faiblesses des uns et des autres, mais pas assez pour le modifier de manière significative.

If Then, un nouveau livre de Jill Lepore, historienne à l’université de Harvard et rédactrice au New Yorker, raconte l’histoire d’une entreprise technologique oubliée du milieu du XXe siècle, la Simulmatics Corporation. Fondée par un groupe hétéroclite de scientifiques et de publicitaires en 1959, elle était, selon Jill Lepore, “la Cambridge Analytica de l’Amérique de la guerre froide”.

Une description plus précise pourrait être que c’était un effort des démocrates pour concurrencer l’adoption des techniques de publicité par le parti républicain. Au milieu du siècle, les républicains vendaient les hommes politiques au public comme s’il s’agissait de papier toilette ou de café. Simulmatics, qui s’était installé à New York (et qui a dû recourir aux ordinateurs d’IBM pour effectuer ses calculs), promettait de prédire le résultat des élections presque en temps réel – une pratique désormais si courante qu’elle est banale, mais considérée alors comme révolutionnaire, voire impossible.

Le nom de la société, qui signifie “simulation” et “automatique”, était à la mesure de l’ambition de ses créateurs : “automatiser la simulation du comportement humain”. Son principal outil était la People Machine, que Lepore décrit comme “un programme informatique conçu pour prédire et manipuler le comportement humain, toutes sortes de comportements humains, de l’achat d’un lave-vaisselle à la lutte contre une insurrection en passant par le vote”. Il fonctionnait en développant des catégories de personnes (comme une mère blanche de la classe ouvrière catholique ou républicaine de banlieue) et en simulant leur prise de décision probable. (La publicité ciblée et les campagnes politiques utilisent aujourd’hui des techniques largement similaires).

Les principaux acteurs de l’entreprise sont issus de différents milieux. Le publicitaire Ed Greenfield a été l’un des premiers à entrevoir comment la nouvelle technologie de la télévision allait révolutionner la politique et a acquis la conviction que les premiers ordinateurs exerceraient une force tout aussi perturbatrice sur la démocratie. Ithiel de Sola Pool, un ambitieux chercheur en sciences sociales désireux de travailler avec le gouvernement pour découvrir les secrets du comportement humain, est finalement devenu l’un des premiers théoriciens visionnaires des réseaux sociaux.

Plus que tout autre homme de Simulmatics, Pool incarnait à la fois la ferveur idéaliste et l’insouciance à l’égard de la violation des normes qui caractérisent les innovateurs technologiques d’aujourd’hui. Fils de parents radicaux qui ont eux-mêmes touché au socialisme dans leur jeunesse, il a passé le reste de sa vie à prouver qu’il était un patriote engagé dans la guerre froide, et il a un jour décrit son travail à Simulmatics comme “une sorte de pari du Manhattan Project en politique”.

Pour aider à l’élection de J.F.K., Simulmatics a conçu des modèles informatiques du comportement des électeurs. Photographie de Stan Wayman / Getty

L’un des premiers gros clients de la société a été la campagne présidentielle de John F. Kennedy en 1960. Lorsque Kennedy a gagné, la société a revendiqué le mérite. Mais elle a également dû faire face à la crainte que la machine qu’elle avait construite puisse être utilisée à des fins malveillantes. Comme l’a dit un scientifique dans un exposé de la société, publié par le magazine Harper’s peu après l’élection, “On ne peut pas simuler les conséquences de la simulation“. Le public craignait que des entreprises comme Simulmatics puissent avoir une influence corrompue sur le processus démocratique. Cela, rappelons-le, s’est passé près d’un demi-siècle avant même la création de Facebook.

Une branche du gouvernement, cependant, s’est montrée enthousiaste quant aux capacités prédictives de la société : le Département de la Défense. Comme le rappelle Lepore, les partenariats étroits entre les technologues et le Pentagone étaient considérés comme des efforts nécessaires et patriotiques pour endiguer la vague communiste pendant la guerre froide.

En 1966, Pool avait accepté un contrat pour superviser un projet de sciences du comportement à grande échelle pour le Département de la Défense à Saïgon. “Le Vietnam est le plus grand laboratoire de sciences sociales que nous ayons jamais eu ! S’enthousiasme-t-il. Comme le secrétaire à la Défense Robert McNamara, Pool pensait que la guerre serait gagnée dans “le cœur et l’esprit” des Vietnamiens, et qu’elle nécessitait la modélisation et la simulation des sciences du comportement pour être gagnée. Comme l’écrit Lepore, Pool soutenait que si les hommes d’État avaient par le passé consulté la philosophie, la littérature et l’histoire, les hommes d’État de la guerre froide étaient obligés de consulter les sciences du comportement.

Leurs efforts de contre-insurrection assistée par ordinateur ont été un échec désastreux, en grande partie parce que les données de Simulmatics sur les Vietnamiens étaient partielles et que ses simulations reposaient davantage sur des vœux pieux que sur les réalités du terrain. Mais cela n’a pas empêché le gouvernement fédéral de revenir vers Pool et Simulmatics pour l’aider à comprendre – et à prévoir – les troubles civils au Vietnam.

La Commission Kerner, instituée par le président Lyndon Johnson en 1967 pour étudier les émeutes raciales qui avaient éclaté dans tout le pays, a payé la division des études urbaines de Simulmatics pour qu’elle conçoive une formule prédictive des émeutes afin d’alerter les autorités avant que celles-ci ne dégénèrent en désordre. Comme les prédictions pour le Vietnam, celles-ci se sont avérées douteuses. Dans les années 1970, Simulmatics avait fait faillite et “la simulation informatique automatisée du comportement humain était tombée en discrédit”, selon Lepore.

“La collecte et l’utilisation à des fins lucratives de données sur le comportement humain, non réglementées par un quelconque organisme gouvernemental, a fait des ravages dans les sociétés humaines”.

La simulation “se cache derrière l’écran de chaque appareil” que nous utilisons, affirme Lepore, et elle prétend que ses créateurs, les “grands-pères à la moustache blanche et à la mort longue de Mark Zuckerberg et Sergey Brin et Jeff Bezos et Peter Thiel et Marc Andreessen et Elon Musk”, sont un “chaînon manquant” dans l’histoire de la technologie. Mais il s’agit là d’un dépassement. Le rêve de trier, de catégoriser et d’analyser les gens a été une constante tout au long de l’histoire. L’effort de Simulmatics n’était qu’un effort parmi d’autres, et n’était guère révolutionnaire.

Les projets du XIXe siècle visant à classer les criminels par catégories, ou les campagnes du début du XXe siècle visant à prédire le comportement en fonction de catégories pseudo-scientifiques de race et d’ethnicité au plus fort du mouvement eugéniste, ont été beaucoup plus importants (et nuisibles) sur le plan historique. Tous ces projets ont également été couronnés de succès grâce à la collecte et à la systématisation de données et à des partenariats avec les autorités locales et nationales, mais ils ont également suscité l’enthousiasme d’une grande partie du public, ce que Simulmatics n’a jamais réalisé.

Ce qui est vrai, c’est que la combinaison d’idéalisme et d’orgueil de Simulmatics ressemble à celle de nombreuses entreprises contemporaines de la Silicon Valley. Comme elles, elle se considère comme le fer de lance d’un nouveau siècle des Lumières, dirigé par les personnes les plus aptes à résoudre les problèmes de la société, même si elles ne saisissent pas la complexité et la diversité de cette société. “Il serait plus facile, plus réconfortant, moins dérangeant, si les scientifiques de Simulmatics étaient les méchants”, écrit Lepore. “Mais ils ne l’étaient pas. C’étaient des libéraux blancs du milieu du siècle dernier, à une époque où l’on n’attendait pas des libéraux blancs qu’ils comprennent les gens qui n’étaient pas blancs ou libéraux”. Alors que Simulmatics Corporation croyait que la même formule pouvait comprendre des populations aussi distinctes que les électeurs américains et les villageois vietnamiens, les technologies prédictives actuelles font souvent des promesses tout aussi grandioses. Alimentées par une collecte et une analyse de données bien plus sophistiquées, elles ne parviennent toujours pas à rendre compte de toute la gamme et de la richesse de la complexité et des variations humaines.

Ainsi, bien que Simulmatics est inventé le futur, ses tentatives de catégorisation et de prévision du comportement humain ont soulevé des questions sur l’éthique des données qui sont toujours d’actualité. Lepore décrit les audiences du Congrès sur la confidentialité des données en 1966, lorsqu’un scientifique du RAND a exposé au Congrès les questions qu’il devrait poser : Que sont les données ? À qui appartiennent les données ? Quelle est l’obligation du collecteur, du détenteur ou de l’analyste des données à l’égard du sujet des données ? Les données peuvent-elles être partagées ? Peuvent-elles être vendues ?

Lepore déplore qu’une époque antérieure n’ait pas su aborder de front ces questions. “Si, alors, dans les années 1960, les choses s’étaient passées différemment, cet avenir aurait pu être sauvé”, écrit-elle, ajoutant que “beaucoup de gens croyaient à l’époque qu’une people machine était entièrement et totalement amorale”. Mais il est aussi étrangement rassurant d’apprendre que même lorsque nos technologies étaient à leur stade rudimentaire, les gens réfléchissaient aux conséquences probables de leur utilisation.

Comme l’écrit Lepore, la simulation a été entravée par les limites technologiques des années 1960 : “Les données étaient rares. Les modèles étaient faibles. Les ordinateurs étaient lents. La machine tombait en panne, et les hommes qui la construisaient ne pouvaient pas la réparer.” Mais bien que les machines d’aujourd’hui soient “plus élégantes, plus rapides et apparemment inarrêtables”, elles ne sont pas fondamentalement différentes de celles de Simulmatics. Toutes sont basées sur la croyance que les lois mathématiques de la nature humaine sont réelles, de la même manière que les lois de la physique sont – une fausse croyance, note Lepore.

L’étude du comportement humain n’est pas la même chose que l’étude de la propagation des virus et de la densité des clouds et du mouvement des étoiles. Le comportement humain ne suit pas des lois comme la loi de la gravité, et croire qu’il le fait, c’est prêter serment à une nouvelle religion. La prédestination peut être un évangile dangereux. La collecte et l’utilisation à des fins lucratives de données sur le comportement humain, non réglementées par un quelconque organisme gouvernemental, a fait des ravages dans les sociétés humaines, en particulier dans les domaines dans lesquels Simulmatics s’est engagé : politique, publicité, journalisme, contre-insurrection et relations raciales.

La société Simulmatics a échoué parce qu’elle était en avance sur son temps, ses homologues modernes sont plus puissants et plus rentables. Mais se souvenir de son histoire peut aider à clarifier les déficiences d’une société construite sur des croyances réductrices concernant le pouvoir des données.

Apple et Google lancent une app pour traquer le coronavirus

L’application vous avertira si vous avez côtoyé quelqu’un qui a été testé positif.

Apple et Google s’associent officiellement pour développer une application de suivi du coronavirus conçue pour vous dire si vous avez récemment été exposé à une personne dont le test COVID-19 s’est révélé positif.

L’idée est de tirer parti de la vaste portée commerciale des deux méga-entreprises pour suivre la propagation du coronavirus. L’application est centrée sur l’idée de “traçage de contacts”, qui consiste essentiellement à garder un œil sur qui est porteur du virus et à qui le virus aurait pu être transmis.

La technologie Bluetooth permet aux appareils de mesurer la proximité d’autres appareils. Comme le coronavirus peut être transmis en étant proche de ceux qui en sont atteints, les applications utilisant cette technologie pourraient indiquer si une personne a été en contact étroit avec quelqu’un qui s’est précédemment auto-enregistré comme ayant été testé positif au COVID-19.

Selon le communiqué de presse, les deux entreprises prévoient de lancer des interfaces de programmation d’applications (API) en mai qui permettront à l’application de fonctionner sur les plateformes et appareils mobiles Apple iOS et Google Android.

Les applications des autorités de santé publique utiliseront le logiciel pour commencer à collecter des données – et potentiellement informer les utilisateurs s’ils sont en danger.

Selon un communiqué, une véritable plateforme de recherche de contacts basée sur le Bluetooth sera mise en service dans les prochains mois.

Afin de préserver l’anonymat de ceux qui utilisent l’application, Google et Apple affirment que les informations envoyées seront traitées de manière à protéger la vie privée.

“La liste des personnes avec lesquelles vous avez été en contact ne quitte jamais votre téléphone”, selon la documentation officielle. L’application nécessitera également un “consentement explicite de l’utilisateur”.

The Verge

L’initiative CovidIA pour dé-confiner grâce à l’IA

Un groupe de médecins propose de recourir à l’intelligence artificielle pour sortir de la période de confinement en France, sans courir le risque de réactiver l’épidémie de Covid-19 – selon un article paru dans l’hebdomadaire Journal du Dimanche.

Selon les signataires, il existe plusieurs scénarios de sortie de confinement. Pour eux, la stratégie de suspension de la mise en quarantaine pour l’ensemble de la population exposerait au virus ceux qui ne sont pas encore tombés malades, au risque de déclencher une “deuxième vague de pandémie”. Une autre stratégie est basée sur le contrôle de la population, à travers des applications mobiles, comme cela se fait dans les pays asiatiques, pour confiner les malades et ceux qui ont été en contact avec eux.

Selon ces médecins, ce modèle ne convient pas à la France et peut se heurter à la résistance de la population. Ils préconisent l’utilisation de l’Intelligence Artificielle, à travers une initiative appelée CovidIA, qui “appliquerait des modèles d’Intelligence Artificielle basés sur des hypothèses initiales sur la maladie” et des résultats de tests, combinés avec “des données de géolocalisation contenues dans les téléphones portables, de manière contrôlée. Les données seraient transmises de manière anonyme”.

Ils affirment que cette méthode peut conduire à des “prédictions de plus en plus fiables”. Dans ce contexte, ils demandent “aux autorités que de manière temporaire et contrôlée, des données de santé et certaines données des opérateurs mobiles soient mises à disposition, après anonymisation et cryptage, sur la base du volontariat, le tout contrôlé par la CNIL et les autorités compétentes”.

L’initiative CovidIA est née de médecins et de chercheurs :

Pr Sadek Beloucif, anesthésiste réanimateur ; Pr Patrick Berche, microbiologiste ; Patrick Joubert, data scientist ; Pr Xavier Jouven, cardiologue et épidémiologiste ; Pr Vincent Maréchal, virologue ; Pr Alexandre Mignon, anesthésiste réanimateur ; Pr Didier Payen, anesthésiste réanimateur ; Pr Gilles Pialoux, infectiologue ; Pr Éric Vicaut, biostatisticien.

Nous avons trouvé très peu d’informations sur CovidIA, juste une petite trace sur le site internet aim4p.com. Au moment de la rédaction, le site aim4p ne présente pas grand-chose sur le projet CovidIA et les 3 articles affichés ne sont même pas accessibles. Le site covidia.org a une page blanche à ce jour. Le site est visiblement en construction vu les derniers uploads : https://covidia.org/wp-content/uploads/2020/04/.

Credit: CovidIA.org

Le mois dernier, selon un communiqué, l’AP-HP et Nouveal e-santé auraient finalisé une application e-santé « Covidom » destinée au suivi médical à domicile des patients (Bichat et Pitié-Salpêtrière) porteurs ou suspectés Covid-19 qui ne nécessitent pas d’hospitalisation.

@ suivre

Maj au 11/04/2020 : L’accès au site “CovidIA” est maintenant ici : https://covid-ia.org/

L’Avenir de la société industrielle – Manifeste de 1971

Les États-Unis l’appelaient « Unabomber ». De 1978 à 1996, il a défié le FBI et la CIA qui mirent sa tête à prix pour un million de dollars. Pendant dix-huit ans, Kaczynski a envoyé par la poste des colis piégés à des professeurs d’université, des vendeurs d’ordinateurs, des patrons de compagnies aériennes… Bilan : 3 morts et 23 blessés. En 1995, il obtient sous la menace la publication dans le Washington Post et dans le New York Times d’un manifeste intitulé L’Avenir de la société industrielle. En 1996, il est finalement arrêté grâce à son frère qui reconnaît dans le Manifeste de 1971 l’esquisse de ce texte. Influencé par les travaux de Jacques Ellul, Theodore Kaczynski voit dans la technologie « une force sociale plus puissante que le désir de liberté » et, diagnostiquant « l’impossibilité de réformer le complexe industrialo-technologique », appelle à sa destruction pure et simple. La folie, la radicalité de ses propos et de ses actes ne disqualifient pas pour autant l’évidence révolutionnairement incorrecte des deux textes contenus dans ce volume : Le Manifeste de 1971, inédit en français, et L’Avenir de la société industrielle. Ils sont préfacés et annotés par Jean-Marie Apostolidès, qui fut le premier en France à faire connaître les écrits de Theodore Kaczynski.

Préface – Extrait

Le manifeste L’Avenir de la société industrielle est aujourd’hui considéré comme un texte important. Cela ne signifie pas, de la part de ceux qui le discutent, l’approbation de toutes les idées qu’il contient, et moins encore des méthodes utilisées par Kaczynski pour appuyer ses thèses. Mais l’auteur s’attaque à ce qui paraît aujourd’hui le cœur de notre transformation, la technologie, entendue dans le sens que lui donnait Ellul, à savoir la rationalisation de toutes les activités humaines. « Ce grand travail de rationalisation, d’unification, de clarification se poursuit partout, écrivait de façon prophétique Jacques Ellul en 1954, aussi bien dans l’établissement des règles budgétaires et l’organisation fiscale, que dans les poids et mesures ou le tracé des routes. C’est cela, l’œuvre technique. Sous cet angle, on pourrait dire que la technique est la traduction du souci des hommes de maîtriser les choses par la raison. Rendre comptable ce qui est subconscient, quantitatif ce qui est qualitatif, souligner d’un gros trait noir les contours de la lumière projetée dans le tumulte de la nature, porter la main sur ce chaos et y mettre de l’ordre.

Extrait : La technique | Bernard Charbonneau & Jacques Ellul

Il faut également lire le texte de Kaczynski comme un symptôme des mutations en cours. Depuis un demi-siècle environ, l’invasion des techniques les plus diverses et les plus sophistiquées a entraîné une mutation complète de notre environnement et de nos connaissances. Nous sommes entrés, selon l’expression d’Ollivier Dyens, dans la « condition inhumaine ». Par ces mots, il faut entendre que nous avons quitté la longue période pendant laquelle les hommes se sont appuyés sur les évidences biologiques pour construire leur vision du monde. La réalité biologique, écrit Dyens, « trouve son origine à la fois dans notre perception biologique du monde (nos sens) et dans l’impossibilité de “voir” (par nos sens) au-delà de cette perception ». L’homme moderne regarde le monde, même s’il n’en comprend qu’une partie, celle qu’il perçoit par ses sens. C’est sur eux qu’il base sa connaissance, qu’il construit une narration, qu’il donne un sens à l’univers (moral, scientifique) qu’il croit véritable, permanent, parce que fondé sur une perception spatio-temporelle solide. La post-modernité contemporaine a changé tout cela.

L’invention d’outils techniques complexes (l’ordinateur, le microscope électronique, le télescope électronique) a non seulement permis de découvrir un univers microscopique et macroscopique qui était auparavant fermé à l’homme, mais elle a surtout totalement transformé son rapport au monde et à la connaissance. En conséquence, elle a également changé sa conception du monde, encore que de façon indirecte. Nous sommes désormais entrés dans la réalité technologique, nos outils ne pouvant plus être conçus comme une addition à la réalité biologique mais comme une partie intégrante de celle-ci. « Parce que nous regardons de nouvelles dimensions du spectre du vivant et plongeons dans différentes couches de réalité, écrit encore Dyens, nous nous apercevons que les frontières sont subjectives, abstraites, qu’elles s’effacent et réapparaissent continuellement. En fait, nous nous apercevons que les frontières n’existent pas, qu’elles sont comme la ligne droite : pure invention de l’humain. Par la réalité technologique, nous comprenons que non seulement la définition de l’humain est appelée à changer, mais qu’elle sera toujours appelée à changer, qu’elle ne restera plus jamais stable. Plus la réalité technologique nous permet de creuser les dimensions du réel, de découvrir d’autres sources d’entropie et de convergences, et plus est modifiée la nature de l’humain. Là est une des plus profondes transformations auxquelles nous faisons face. »

Nous autres, d’Eugène Zamiatine ou la pensée critique d’un humanisme technique

Parce qu’il s’est tenu, dès ses années de collège à Harvard (1958-1962), au courant des développements contemporains de la technologie, parce qu’il en a perçu assez tôt les conséquences négatives, d’abord sous l’influence des travaux de Jacques Ellul, puis en multipliant les lectures sur ce sujet, Theodore Kaczynski a été, plus qu’un autre, pris de peur devant le gouffre que les techniques creusaient sous nos pieds. En raison de sa sensibilité particulière, il s’en est fortement inquiété. Dans sa vision prophétique, il a immédiatement compris la place que tenait la technologie dans la métamorphose en cours, tandis que ceux de sa génération, encore marqués par le modèle marxiste de compréhension du monde, s’attardaient à des revendications économiques datant d’un autre siècle. Alors, rempli d’effroi, il a souhaité rebrousser chemin et revenir à ce qu’il percevait comme l’origine, afin que l’Histoire puisse prendre un autre cours. Kaczynski s’est voulu en effet l’ultime incarnation de l’individualisme occidental. Il a souhaité, en toute conscience, représenter l’individu «autonome et rationnel », tel que les XVIII e et XIX e siècles l’avaient défini, et faire retour à la Nature…

Technoscepticisme ou comment la pensée de Jacques Ellul continue-t-elle d’être pertinente aujourd’hui ?

Extrait

Manifeste de 1971 – l’Avenir de la société industrielle extrait

Biographie de l’auteur

Theodore Kaczynski, né en 1942 dans la banlieue de Chicago, poursuit de brillantes études à Harvard, avant d’être nommé professeur assistant à Berkeley en 1968. Il en démissionne un an plus tard, achète un terrain dans le Montana, où il vit en reclus. De 1978 à 1995, il commet seize attentats à la bombe. Activement recherché par le FBI, il est finalement arrêté en 1996. En 2009, ses effets personnels ont été mis en vente sur Internet.

Bernanos et la technique

Désirs de data. Le trans et post humanisme comme horizons du plissement numérique du monde

Maryse Carmes, Jean-Max Noyer. Désirs de data. Le trans et post humanisme comme horizons du plissement numérique du monde. 2014. <sic_01152497>

Télécharger le PDF

Résumé : Dans cet article, la prolifération de data est examinée dans le cadre du processus d’artificialisation du monde et comme effet d’une sémiotique générale pour assurer la permanence et la transformation de la fabrique de nous-mêmes et de notre milieu associé. Cette prolifération de data est réglée sur les mouvements, intensités, des régimes de désirs et sur les processus de subjectivation qui lui sont immanents. Mais elle active en même temps de nouveaux états du Virtuel qui les enveloppent. On prend comme exemples l’urbanisation et le marketing en insistant sur certains aspects de la transformation des intelligences collectives. Ce faisant est esquissée une perspective sur le « trans et post humaniste », expression et exprimé de ces désirs.

Améliorer son cerveau : oui, mais pas n’importe comment !

Présentation de l’éditeur : Chaque semaine ou presque, on nous explique qu’on peut recâbler, voire “libérer” son cerveau, augmenter sa mémoire ou stimuler sa concentration. Mais quels sont les vrais pouvoirs des neurosciences? Et comment procéder en pratique ? Vieux rêve de l’humanité, on sait maintenant qu’il est possible d’améliorer son cerveau… mais pas n’importe comment ! Apprendre plus vite, mieux dormir, modifier son humeur, prévenir les maladies neurodégénératives, méditer et se relaxer à l’aide d’un smartphone, etc. : ces pouvoirs inouïs sont à notre portée, avec à la clé de profonds bouleversements de notre société. Notre compréhension du cerveau a fait des progrès stupéfiants ces dernières années, consacrant un nouveau champ de recherche : la neuro-amélioration. En voici le fascinant récit par l’un des meilleurs spécialistes, qui a activement contribué à la diffusion de ces techniques en dehors des laboratoires. Une révolution est en marche : en serez-vous ?

Michel Le Van Quyen est chercheur en neurosciences à l’INSERM et dirige un groupe de recherche à l’Institut du cerveau et de la moelle épinière (hôpital de la Pitié-Salpêtrière).

Je rapporte dans ce livre une véritable révolution où des technologies utilisées des laboratoires de recherches commencent à en sortir et se diffusent dans le grand public. Ces dispositifs proposent tous d’agir sur le cerveau pour en améliorer le fonctionnement, c’est-à-dire augmenter la concentration ou la mémoire mais aussi le bien être, l’humeur ou le sommeil. Ici, pas de puce d’implanté dans le cerveau, ces systèmes sont des bandeaux ou des casques qui se portent comme un chapeau avec quelques capteurs (minuscules) à des points stratégiques sur le crâne et sont tous des objets connectés à des smartphones. Une vague d’innovations technologiques est sur le point de toucher notre quotidien. L’objectif de ce livre est de décrire en détail ces nouveaux dispositifs, leurs histoires et leurs effets, compte tenu de l’état actuel des connaissances scientifiques.

https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/10212-02.02.2017-ITEMA_21216971-0.mp3?_=1

France Inter, 2 février 2017 : Améliorer son cerveau, 54’30
Voir aussi sur Franceinfo : Michel Le Van Quyen présente un casque qui améliore les capacités cérébrales

Extrait : La technique | Bernard Charbonneau & Jacques Ellul

Bernard Charbonneau & Jacques Ellul. Deux libertaires gascons unis par une pensée commune

Extrait : La technique

C’est en 1954 que Jacques Ellul fait paraître La Technique, ou l’enjeu du siècle, premier essai d’une trilogie consacrée à la technique qu’accompagneront Le Système technicien (1977) et Le Bluff technologique (1987). Quatre propositions y sont exposées : Tout progrès technique se paie. Le progrès technique soulève plus de problèmes qu’il n’en résout. Les effets néfastes du progrès technique sont inséparables de ses effets favorables. Tout progrès technique comporte un grand nombre d’effets imprévisibles. Qui plus est, la technique est potentiellement totalitaire, elle épuise les ressources naturelles et rend l’avenir impensable. Toutes les anciennes civilisations s’uniformisent sur le mode technicien : la vraie mondialisation, c’est la technique.

La technique est le concept clé de l’œuvre d’Ellul, l’équivalent de la notion de capital pour Marx :

Jacques Ellul : « Je m’étais posé la question suivante : “Si Marx vivait en 1940, quel serait pour lui l’élément fondamental de la société, celui sur lequel il centrerait sa réflexion ?” Au XIX e siècle, où l’économie était décisive, la formation du capitalisme était cet élément le plus significatif. De nos jours, ce n’est plus l’économie mais la technique. Le capitalisme est une réalité déjà historiquement dépassée. Il peut bien durer un siècle encore, cela n’a plus d’intérêt historique. Ce qui est nouveau, significatif et déterminant, c’est le reste : le développement de la technique. Je me suis donc mis à étudier la technique en employant autant que je pouvais une méthode proche de celle que Marx avait employée un siècle plus tôt pour étudier le capitalisme. »

« On sait que chez Marx, c’est le travail qui crée de la valeur. Or nous sommes obligés de constater que, dans une société devenue extrêmement technicienne, le facteur déterminant est la recherche scientifique, d’une part, et d’autre part l’application de la science sous la forme de la technique. C’est cela qui crée de la valeur. »

« Lorsque nous parlons de technique, nous avons l’habitude de penser à la machine, alors que c’est une erreur de penser que la technique est constituée pour l’essentiel de machines. Avec le développement des techniques d’information et communication, on commence à prendre conscience que la machine n’est que l’un des phénomènes multiples de la technique. La recherche de méthodes rationnelles, efficaces, ne s’exprime pas seulement dans la construction d’engins matériels, de machines, mais s’étend à toutes les activités humaines. Par exemple, les techniques d’organisation d’une société, d’un groupe, n’ont pas besoin d’appareil d’ordre mécanique. Il en va de même des techniques psychologiques. J’ai ainsi étudié la propagande, la publicité, qui sont des techniques. »

Ellul distingue l’opération technique du phénomène technique, qu’il définit comme « la préoccupation de l’immense majorité des hommes de notre temps, de rechercher en toute chose la méthode absolument la plus efficace ». C’est pourquoi il insiste pour utiliser le terme « technique » à la fois plus englobant et plus précis que celui de « technologie ».

« Lorsque j’emploie le mot “technique”, je n’entends pas exactement la même chose que dans “technologie”. Je sais qu’habituellement on confond les deux choses. Étymologiquement, technologie veut dire le discours sur la technique. Quand je parle de technique, je parle du phénomène technique, de la réalité de la technique. Quand je considère une automobile, le moteur de l’automobile, c’est de la technique, ce n’est pas de la technologie. L’étude du moteur, et le discours sur le moteur, c’est la technologie. Mais le phénomène lui-même doit être appelé technique. »

L’ambivalence de la technique

La technique n’est ni bonne ni mauvaise, et surtout elle n’est jamais neutre. « Ce que nous prenons pour la neutralité de la technique n’est que notre neutralité vis-à-vis d’elle », affirme Charbonneau. Contrairement à ce que dit la propagande, elle ne dépend pas des usages qu’on en fait mais elle modifie profondément le milieu dans lequel elle se déploie et modèle les hommes qui l’utilisent. Les solutions techniques aux problèmes techniques entretiennent le mal qu’elles prétendent soigner.

Jacques Ellul : « Il y a l’ambivalence de la technique : chaque technique qui apparaît apporte avec elle des effets positifs et des effets négatifs, mêlés les uns aux autres. C’est une vue tout à fait simpliste de penser que l’on peut les séparer, éliminer les effets négatifs et retenir les effets positifs. À chaque progrès technique, il y a accroissement d’effets positifs et accroissement d’effets négatifs dont nous ne savons généralement rien. Ce que nous pouvons prévoir avec certitude, si la croissance technicienne continue, c’est un accroissement du chaos. »

La technique aliène l’homme

Enivré par sa passion technicienne, l’homme moderne est sans doute plus puissant que ses ancêtres, mais certainement pas plus libre. La technique renforce l’État : une société technicienne est nécessairement une société de surveillance et de contrôle. Et du contrôle à la contrainte, il n’y a qu’une étape, que nous sommes en train de franchir.

Jacques Ellul : « La technique conduit à deux conséquences : la suppression du sujet et la suppression du sens.
» Suppression du sujet.
» La technique a un pouvoir d’objectivation. Le sujet ne peut pas se livrer à des fantaisies purement subjectives : dans la mesure où il est entré dans un cadre technique, le sujet doit agir comme la technique l’impose. Cette suppression du sujet par la technique est acceptée par un certain nombre d’intellectuels, Michel Foucault par exemple, qui estiment que l’on peut très bien abandonner le sujet.
» Suppression du sens.
» Les finalités de l’existence semblent progressivement effacées par la prédominance des moyens. La technique, c’est le développement extrême des moyens. Tout, dans le développement technique, est moyen et uniquement moyen, et les finalités ont pratiquement disparu. La technique ne se développe pas en vue d’atteindre quelque chose, mais parce que le monde des moyens s’est développé. En même temps, il y a suppression du sens, du sens de l’existence dans la mesure où la technique a développé considérablement la puissance. La puissance est toujours destructrice de valeur et de sens. Là où la puissance augmente indéfiniment, il y a de moins en moins de significations.
» Au total, la suppression du sujet et la suppression du sens sont des conséquences importantes de la technique et contribuent au malaise et au malheur de l’humanité. »

La technique comme milieu et comme système

La technique ne se contente pas d’être le facteur principal ou déterminant, elle est devenue système. Un univers qui se constitue lui-même en système symbolique.

Jacques Ellul : « La technique est donc devenue un milieu, mais elle est aussi devenue un système : un ensemble d’éléments intégrés les uns aux autres, situés les uns par rapport aux autres et réagissant les uns sur les autres. »

« Personne n’a pris le commandement du système technicien pour arriver à un ordre social et humain correspondant. Les choses se sont faites par la force des choses, parce que la prolifération des techniques médiatisée par les médias, par la communication, par l’universalisation des images, par le discours humain (changé) a fini par déborder tous les obstacles antérieurs, par les intégrer progressivement dans le processus lui-même, par encercler les points de résistance qui ont pour tendance de fondre, et cela sans qu’il y ait de réaction hostile ou de refus de la part de l’humain, parce que tout ce qui lui est dorénavant proposé, d’une part, dépasse infiniment toutes ses capacités de résistance (dans la mesure où il ne comprend pas, le plus souvent, de quoi il s’agit), d’autre part est dorénavant muni d’une telle force de conviction et d’évidence que l’on ne voit vraiment pas au nom de quoi on s’opposerait. S’opposer, d’ailleurs, à quoi ? On ne sait plus, car le discours de captation, l’encerclement, ne contient aucune allusion à la moindre adaptation nécessaire de l’homme aux techniques nouvelles. Tout se passe comme si celles-ci étaient de l’ordre du spectacle, offert gratuitement à une foule heureuse et sans problème. »

L’autonomie de la technique

Ellul a voulu montrer comment la technique se développe selon sa propre logique, en dehors de tout contrôle humain. Comment, dans son rêve prométhéen, l’homme moderne, en voulant domestiquer la nature, n’a fait que créer un environnement artificiel plus contraignant encore. Il pense se servir de la technique alors que c’est lui qui la sert. Les moyens sont érigés en fins et la nécessité en vertu.

Jacques Ellul : « La technique augmente d’elle-même pour ses propres motifs, avec ses propres causalités. L’homme qui intervient dans le système technicien, intervient en tant qu’instrument de la technique et non pas en tant que son maître. La technique a un pouvoir d’accroissement intrinsèque. »

La technique est par conséquent causa sui, sa propre cause, ce qui fait d’elle un transcendant, un nouveau sacré qui a arraché cette place à la nature en la détruisant et en couchant chaque année sur l’autel du sacrifice des millions d’êtres humains. « Ce n’est pas la technique qui nous asservit mais le sacré transféré à la technique. » Le phénomène technique tient à la fois de l’idolâtrie et du messianisme.

Selon la loi de Gabor, tout ce qui peut être fait sera fait. « Il est faux que ce soit l’intérêt grossièrement pécuniaire, le goût du profit qui amène le vilain capitaliste à utiliser la technique. Ce n’est pas la recherche du profit qui est déterminante mais le jeu de la technostructure. » Autonome par rapport à la morale et à la politique, la technique l’est tout autant vis-à-vis de l’économie.

Jacques Ellul : « Ce n’est pas la loi économique qui s’impose au phénomène technique, c’est la loi du technique qui ordonne, sur-ordonne, oriente et modifie l’économie. Celle-ci est un agent nécessaire. Elle n’est ni le facteur déterminant, ni le principe d’orientation. La technique obéit à sa propre détermination, elle se réalise elle-même. »

« Dire que la technique ne fonctionne qu’au travers d’une classe, c’est ne pas voir que précisément chacun participe à tous les niveaux au système technicien. La technique devient un processus sans sujet. Tous les hommes de notre temps sont tellement passionnés par la technique, tellement assurés de sa supériorité, tellement enfoncés dans le milieu technique, qu’ils y travaillent tous, que dans n’importe quel métier chacun recherche le perfectionnement technique à apporter, si bien que la technique progresse en réalité par suite de cet effort commun. »

« Le sujet de la liberté et celui de la soumission sont intervertis ; les choses sont libres, c’est l’homme qui ne l’est pas » écrivait Günther Anders, auquel faisait écho Ellul : « Il n’y a pas d’autonomie de l’homme possible face à l’autonomie de la technique. » Cette idée d’autonomie de la technique, qui semble évacuer la question de la responsabilité et celle de la résistance, continue d’être discutée et demande à être critiquée. Il y a souvent confusion entre la logique intrinsèque, latente et potentielle, de la technique et sa mise en œuvre par des hommes, ingénieurs et capitalistes, appartenant à cette technocratie qui concentre à la fois le savoir, l’avoir et le pouvoir. Ces technocrates ont combattu avec tous leurs moyens pour le développement du système technocapitaliste, alors que d’autres hommes – artisans, paysans, ouvriers, luddites, romantiques, écologistes etc. –, ont résisté de toutes leurs forces et ont perdu.

On ne devrait pas opposer le jeu des structures à l’initiative des hommes et des groupes sociaux, puisque les deux facteurs se combinent et interagissent. La logique virtuelle des « choses » représente bien le côté automate du système technicien et du capitalisme technologique, mais cet automatisme reste sans effet tant qu’il n’est pas activé et actualisé par des hommes. De même qu’un logiciel ou un programme informatique ne peut rien tant que des informaticiens ne le créent pas, ne l’implémentent pas, ne l’installent pas sur une machine. Il faut en amont un décideur et un financier, et en aval des usagers et des consommateurs qui actualisent le potentiel logique de « la force des choses », et qui le font contre la volonté d’autres hommes, qui de leur côté combattent pour d’autres « logiques des choses », radicalement opposées.

L’autonomie de la technique est donc relative. Ellul ne cessait de répéter qu’il n’y a pas de fatalité technicienne (sa vie, son œuvre et ses engagements le prouvent), que sans la participation et le consentement des hommes la technique n’est rien, son pouvoir s’effondre : c’est notre démission qui rend possible cette autonomisation. Où l’on retrouve La Boétie…

Jean-Luc Porquet a judicieusement titré son essai « Jacques Ellul, l’homme qui avait (presque) tout prévu ». À la lecture des livres de l’auteur du Bluff technologique, on ne peut qu’être en effet stupéfait de sa prescience, celle par exemple, dès 1972, du big data et des banques de données, quand l’informatique en était encore aux cartes perforées :

« Alors que des millions d’hommes s’excitent sur le problème de la propriété privée, personne ne réagit en face de l’utilisation de l’ordinateur pour le contrôle de la vie privée et la concentration des renseignements sociaux dans des banques de faits. Aucun parti politique ni groupe de pression n’agit et l’opinion publique reste indifférente : c’est trop abstrait. »

Il en va de même pour Bernard Charbonneau, qui en 1935, aux premiers balbutiements de la publicité, en avait saisi toute la nature :

« La publicité est une de ces maîtresses invisibles de nos journées. Elle a été servie par l’invention de moyens d’évidence qui peuvent rendre le mensonge plus réel que la réalité. Le développement de la publicité et de son efficacité est étroitement lié aux progrès de la TSF, du cinéma, de la grande presse. Il est encore lié à l’accroissement considérable de puissance que le progrès technique et le jeu de l’argent peuvent mettre entre les mains des incapables là où autrefois la dure sélection d’une nature indomptée opérait un tri grossièrement normal. Celui qui couperait le nerf publicitaire transformerait cent fois plus profondément notre civilisation que par n’importe quelle aventure politique. »

Mais avoir raison avant tout le monde est un privilège qui se paie par la solitude et la vindicte des imbéciles. Aujourd’hui, alors que la plupart de leurs prévisions se sont réalisées, que peuvent encore nous apporter Ellul et Charbonneau ? Comment ont-ils appliqué leur pensée ? Quels sont leur héritage et leurs héritiers ?

Le fichier PDF de la version en ligne (reproduction et diffusion libre) est disponible en cliquant ici.

Vous pouvez également commander l’ouvrage (84 pages, format 154 x 236) en envoyant vos coordonnées à l’adresse : lesamisdebartleby[at]free.fr (Participation aux frais d’impression et d’envoi : 10 euros) via Les Amis de Bartleby