Augmentus

Augmentus - Chroniques du Cyclocentaure à l'ère de l'intelligence artificielle
Augmentus – Chroniques du Cyclocentaure à l’ère de l’intelligence artificielle

Chroniques du Cyclocentaure à l’ère de l’intelligence artificielle

Conté par un passionné de cyclisme et d’intelligence artificielle, Augmentus est le roman de la révolution cognitive qui a commencé en ce début de XXIème siècle.

La première partie du roman raconte l’histoire d’une startup, dont les trois jeunes fondateurs parviennent progressivement à construire la première IA forte, capable de généralisation, d’abstraction et d’invention. Pour cela, ils combinent approche symbolique et connexionniste, en s’appuyant sur une plate-forme matérielle innovante, remarquablement sobre en énergie.

Après ce premier succès, les IA fortes se généralisent, ce qui a pour conséquence logique une accélération foudroyante du progrès, qui affectera l’humanité entière. Si cette accélération du progrès bénéficie apparemment aux hommes, elle menace aussi de leur faire perdre le contrôle de leur destin. L’augmentation neuronale apparaît vite comme le seul moyen de contrôler (ou même simplement comprendre) les IA. Mais qui contrôlera les Augmentus, ces nouveaux hommes puissamment augmentés ? Homo sapiens et Homo augmentus peuvent-ils vraiment cohabiter ?

Sous une forme romanesque (et souvent empreinte d’humour !), Augmentus aborde l’ensemble des sujets relatifs à la révolution cognitive : construction d’une IA faible (machine learning, deep learning), émulation du cerveau entier à la façon du Human Brain Project, évolution vers l’IA forte, usages de l’IA (industriels, financiers, sociaux, militaires…), bio-augmentation, implants neuronaux, ingénierie génétique, eugénisme… car tous les moyens sont bons pour acquérir la suprématie dans la guerre des intelligences qui va faire rage.

Augmentus est certes une fiction, mais une fiction fermement ancrée dans la réalité, puisqu’elle fourmille de détails techniques. L’ensemble des projets d’IA, des processeurs, des systèmes, des sociétés, des expériences, des données scientifiques cités est exact. Ça parle de pétaFLOPs et de téraoctets, de rétropropagation du gradient et de circuits neuromorphiques, de CRISPR et d’homéostasie… Un lexique en fin d’ouvrage permet notamment de préciser le sens des termes les plus techniques.

Mais au-delà des aspects techniques, des thèmes plus philosophiques sont abordés : qu’est-ce que la conscience ? Peut-elle émerger d’un tas de processeurs ? Selon quel critère objectif peut-on distinguer un être conscient d’un être non conscient ? Peut-on découpler intelligence et conscience ? La violence est-elle la condition nécessaire de l’intelligence ? Quelle éthique pour l’intelligence artificielle ? Quelles conséquences sociétales et économiques (dataïsme, digitocratie, revenu universel…) ?

Enfin, Augmentus peut aussi être lu comme l’histoire de la métamorphose d’un homme. Sa pratique cycliste l’aide à bâtir une IA forte, car elle lui fait comprendre l’importance des émotions, des hormones, du corps, de l’envie de survivre et de dominer dans la construction de l’intelligence, mais cette même pratique, de plus en plus digitalisée, obsédée par la performance, et au final décevante, lui fera progressivement perdre toute empathie avec le genre humain.

La neuro-augmentation ne sera ainsi qu’une étape dans sa métamorphose graduelle, mais inéluctable en intelligence totalement électronique. Elle lui permettra in fine de résolument adopter le point de vue qu’une superintelligence ne manquerait pas d’avoir sur l’espèce humaine – un point de vue qui ne nous rassurera pas…

L’auteur, Olivier Silberzahn, est cycliste et ingénieur polytechnicien. Il travaille depuis plus de 25 ans pour de grandes sociétés informatiques, françaises et internationales, récemment dans le domaine du Cloud, du Big Data et de l’intelligence artificielle. Augmentus succède à son premier roman, Journal d’un nageur de l’ère post-Trump.

Le médicament augmenté

L’usage du médicament dans les discours transhumanistes et ses significations sociales

Si les NBIC et leur convergence sont au cœur des revendications transhumanistes en faveur d’un humain augmenté, le médicament y occupe également une place centrale. Il constitue dans les nombreux écrits et discours du mouvement l’un des premiers moyens systématiquement considérés pour repousser les limites biologiques humaines et améliorer les performances physiques, intellectuelles aussi bien qu’émotionnelles des individus. L’objectif de cet article est d’explorer d’un point de vue sociologique la place et le sens que revêt le médicament dans les discours transhumanistes. Revendiqué comme l’outil d’une véritable émancipation humaine, l’usage non thérapeutique du médicament porté par les transhumanistes fait en réalité fond sur une biomédicalisation accrue de nombre de problématiques sociales contemporaines. Après avoir exploré cette ambivalence, l’article montre ensuite que l’aspiration transhumaniste à faire « mieux que bien » grâce à la pharmacologie, loin d’être propre au mouvement, se rapproche en réalité plus largement des prétentions de la biomédecine contemporaine, au regard desquelles le transhumanisme ne constitue finalement que l’une des manifestations exacerbées.

Télécharger le PDF : Nicolas LE DÉVÉDEC – Academia.edu

Théorie du super soldat

La moralité des technologies d’augmentation dans l’armée

Les technologies visant à augmenter les capacités physiques et psychologiques des soldats peuvent-elles affecter la moralité de la guerre ainsi que les fondements de nos sociétés modernes ?

Description

Les technologies visant à augmenter les capacités physiques et psychologiques des soldats ont toujours fait partie intégrante de l’histoire militaire. Toutefois, les recherches actuelles n’ont plus rien à voir avec les expériences du passé, à tel point qu’il est désormais possible de parler d’une révolution de la condition humaine qui mènera à plus ou moins brève échéance à une situation où les guerres du futur seront menées par des « super soldats ». Cette possibilité, qui est de plus en plus réelle et inévitable, mais qui demeure étonnamment négligée par les éthiciens, ouvre la porte à une série de questions fondamentales : ces technologies sont-elles moralement problématiques ? Si elles sont permises, en vertu de quels critères est-il possible de distinguer celles qui sont acceptables de celles qui ne devraient pas être tolérées ? Ces innovations vont-elles enfreindre les principes moraux de la « guerre juste » ? Quels devraient être les paramètres éthiques du développement de ces technologies ? Ce premier ouvrage en langue française sur le soldat augmenté cherche à répondre à ces questions.

Refusant d’adopter un point de vue manichéen sur cette question, Jean-François Caron explique que les nouvelles technologies d’augmentation entraînent un dilemme moral important. D’un côté, elles peuvent être interprétées comme une obligation morale de la part de l’armée à l’égard des soldats. De l’autre, elles peuvent également entraîner des violations des règles de la guerre. À la lumière de cette tension, l’auteur propose une vision nuancée des tenants et aboutissants de ces technologies militaires et suggère un cadre éthique original permettant de délimiter leur développement et leur utilisation.

Jean-François Caron est politicologue et spécialiste de philosophie politique. Il a enseigné à l’Université Laval, à l’Université du Québec à Chicoutimi, à l’Institut d’études européennes de l’Université libre de Bruxelles et a été professeur adjoint à l’Université de Moncton. Il est professeur agrégé et directeur du département de science politique et des relations internationales de l’Université Nazarbayev.

Extrait PDF

Éthique sur le champ de bataille dans un futur proche

Un réseau de neurones connecté à un cerveau humain

À l’avenir, certains chercheurs espèrent que les personnes qui perdent l’utilisation de leurs membres pourront contrôler des prothèses robotiques à l’aide d’interfaces cerveau-ordinateur.

Le problème est que les signaux cérébraux sont difficiles à décoder, ce qui signifie que les interfaces cerveau-ordinateur existantes qui contrôlent les membres robotiques sont souvent lentes ou maladroites. Mais cela pourrait changer.

Une équipe de médecins et de neuroscientifiques a publié un article dans la revue Nature Medicine sur une interface cerveau-ordinateur utilisant un réseau de neurones pour décoder les signaux cérébraux en mouvements précis à l’aide d’un bras robotique réaliste et contrôlé par l’esprit.

Interfaces cerveau-ordinateur : des fonds militaires pour contrôler les sentiments

Décodeur de cerveau

Les chercheurs ont pris les données d’un homme tétraplégique âgé de 27 ans à qui on avait implanté un réseau de microélectrodes dans son cerveau et ils les ont introduites dans une série de réseaux de neurones, qui sont des systèmes d’intelligence artificielle calqués sur les circuits de notre cerveau et qui excellent pour trouver des modèles dans de grands ensembles d’informations.

Après près de deux ans et demi d’entraînement, les réseaux de neurones ont permis d’identifier les signaux cérébraux liés à des commandes musculaires spécifiques et de savoir comment les transmettre au membre robotique.

Non seulement le réseau neuronal a-t-il permis au patient de déplacer le bras robotique avec une meilleure précision et moins de retard que les systèmes existants, mais il a même été meilleur lorsque les chercheurs l’ont laissé s’entraîner lui-même. En d’autres termes, le réseau neuronal a pu apprendre par lui-même quels signaux du cerveau correspondaient aux mouvements des bras de manière plus efficace sans aucune indication des chercheurs.

Grâce au réseau neuronal, le volontaire participant à l’expérience a pu saisir et manipuler trois petits objets avec la main robotique – une capacité facile à prendre pour acquise mais qui échappe souvent à ceux qui dépendent de prothèses pour naviguer dans la vie quotidienne.

MedicalXpress

L’intelligence artificielle pourrait détourner les interfaces cerveau-machine

Communiquer par télépathie avec un essaim de drones

Mind Control. Contrôle de la pensée

Les militaires facilitent plus que jamais l’éloignement des soldats des conséquences de la guerre. Lorsque la guerre des drones a éclaté, les pilotes pouvaient, pour la première fois, s’asseoir dans un bureau aux États-Unis et larguer des bombes au Moyen-Orient. Maintenant, un pilote peut tout faire, simplement en se servant de son esprit – pas besoin de mains.

Au début du mois, la division de recherche militaire de DARPA, a dévoilé un projet sur lequel elle travaillait depuis 2015 : une technologie qui permet à une personne de piloter plusieurs avions et drones avec son esprit.

“À ce jour, les signaux provenant du cerveau peuvent être utilisés pour commander et contrôler… pas seulement un avion, mais trois types d’aéronefs simultanés”, a déclaré Justin Sanchez, directeur du Bureau des technologies biologiques de la DARPA.

DARPA et l’initiative cérébrale

Le porte-parole de la DARPA a déclaré que cette interface cerveau-ordinateur (BCI brain-computer interface) utilise des électrodes implantées dans et sur les cortex sensoriels et moteurs du cerveau, l’expérimentation a été limitée aux volontaires présentant divers degrés de paralysie. C’est-à-dire que les personnes qui dirigeaient ces avions simulés avaient déjà des électrodes cérébrales, ou du moins, avaient déjà des raisons de subir une intervention chirurgicale.

Pour essayer de trouver comment rendre cette technologie plus accessible et ne pas nécessiter la pose chirurgicale d’une sonde métallique dans le cerveau des personnes, la DARPA a récemment lancé le programme de neurotechnologie non chirurgicale N3 (NExt-Generation Nonsurgical Neurotechnology). Le but est de créer un appareil avec des fonctionnalités similaires, mais il ressemblera plus à un casque EEG que le pilote peut retirer une fois la mission terminée.

“Le système N3 envisagé serait un outil que l’utilisateur pourrait utiliser pendant la durée d’une tâche ou d’une mission, puis mis de côté”, a déclaré Al Emondi, responsable de N3, selon le porte-parole. “Je n’aime pas les comparaisons avec une manette de jeu ou un clavier, car elles ne reflètent pas tout le potentiel de la technologie N3, mais elles sont utiles pour transmettre la notion de base d’une interface avec des ordinateurs.”

Defense One, Engadget, DARPA

→ pour allez plus loin : Program Announcement for Artificial Intelligence Exploration (AIE) ; DARPA : Accelerating the Exploration of Promising Artificial Intelligence Concepts

L’Homme augmenté, réflexions sociologiques pour le militaire
Éthique sur le champ de bataille dans un futur proche
Augmentation des performances humaines avec les nouvelles technologies : Quelles implications pour la défense et la sécurité ?

Étude prospective à l’horizon 2030 : impacts des transformations et ruptures technologiques sur notre environnement stratégique et de sécurité.

Le transhumanisme c’est quoi ?

ISBN : 9782204127479

• Comment est née l’idéologie transhumaniste ?
• Comment est-on passé de la volonté d’améliorer les conditions de la vie humaine au fantasme d’une nature humaine profondément modifiée ?
• Le transhumanisme est-il une utopie réalisable ?
• Quels en sont les fondements intellectuels ?
• Quels sont les dangers d’une telle entreprise ?
• Comment réhabiliter l’humanisme aujourd’hui ?

Trois spécialistes, un médecin, un philosophe et un théologien, répondent ici aux questions que pose aujourd’hui ce sujet de société aussi crucial que fascinant. Un ouvrage accessible pour connaître et comprendre le transhumanisme.

Russ Foxx Transhumaniste a plus de 100 modifications corporelles

Russ Foxx, de Vancouver, a subi plus de 100 modifications appliquées à son corps. L’artiste a un tatouage aux ultraviolets, des cornes de silicone et des porte-clés sous sa peau. Il se dit transhumaniste et déclare qu’il est « en mouvement avec la technologie ».

Un artiste de modification corporelle et transhumaniste autoproclamé a présenté quelques-unes des modifications bizarres auxquelles il a soumis son corps au cours des 30 dernières années.

Russ Foxx, de Vancouver, en Colombie-Britannique, a subi plus de 100 modifications sur son corps, de porte-clés électriques dans sa main jusqu’aux cornes de silicone implantées dans sa tête.

L’artiste de modifications à plein temps âgé de 36 ans a effectué des dizaines de milliers de procédures – dont beaucoup sur lui-même – y compris une langue de serpent fourchue, des tatouages ultraviolets et des oreilles pointues. D’autres travaux non conventionnels incluent des scarifications à un scarabée de silicium 3D implanté.

Russ a été fasciné par le monde de la manipulation esthétique extrême après avoir percé ses oreilles à l’âge de cinq ans et, à 18 ans, le propriétaire de salon avait plus de 50 piercings sur son visage.

body-modification Russ Foxx
Credit: Storytrender

Russ a déclaré : « S’il y a quelque chose que je possède vraiment, c’est mon corps. Je vois les modifications comme de l’art et mon corps est la toile. Je me définis comme un transhumaniste – j’évolue avec la technologie et le temps. Je suis toujours à jour ; toujours en train de mettre à jour. Depuis que je suis adulte, je me retrouve à graviter vers des modifications plus fonctionnelles qui améliorent mes capacités naturelles – comme déverrouiller ma porte d’entrée avec un appareil que j’ai implanté chirurgicalement dans ma main. Bien que parfois je subisse des modifications uniquement pour des raisons esthétiques. Je ne force personne à aimer les modifications et j’encourage les gens à poser des questions s’ils sont intrigués. »

Un implant lumineux pour ressembler à un cyborg

Russ est très fier de la qualité de son travail, n’utilisant que des matériaux sûrs et de haute qualité pour lui et ses clients et conseil fortement de ne pas choisir une option bon marché. « Vous n’avez qu’un seul corps, et votre santé est de la plus haute importance. »

Daily Mail

L’humain augmenté – CNRS Éditions

Augmenter l’humain, devenir plus fort, plus rapide, plus intelligent, plus connecté, vivre plus vieux et en meilleure santé, repousser les limites de la souffrance et de la mort. Le développement technologique porte la promesse d’un être meilleur. Mais cet amour de l’homme du futur ne cache-t-il pas une haine de l’homme du présent, de ses limites et de sa finitude ? Quelles conceptions du corps et de l’esprit sont sous-tendues par les discours transhumanistes ? Donner des clés pour comprendre le rapport d’attraction-répulsion qu’entretient l’être humain avec les technologies qu’il crée, cristallisé autour de la notion d’homme augmenté, constitue l’objet de ce numéro des Essentiels d’Hermès.

Présentation de l’éditeur

Si l’humain augmenté est le dernier avatar de l’utopie technique, il exacerbe la vision purement informationnelle de l’homme et de son rapport à l’autre. Lorsqu’on parle d’humain augmenté, on sous-entend en général un individu plus fort, plus intelligent, à la longévité plus longue, etc. Autrement dit, on pense à une augmentation de ses capacités. Dès lors, l’individu se trouve réduit à un ensemble de fonctions motrices, cognitives, etc.

L’altérité disparaît. Il n’y a plus de rupture entre l’homme et la machine, la pensée elle-même étant conceptualisée comme une propriété émergente des interactions au sein d’un substrat matériel biologique ou électronique. Les mouvements “transhumanistes” militent pour une utilisation des technologies d’augmentation afin de dépasser l’être humain et sa finitude : si la science nous permet de vivre mieux, pourquoi devrions-nous nous en garder ? Le présupposé communicationnel est que, si nous augmentons nos capacités d’émettre des signaux, de les recevoir et de les traiter, il serait logique que nous parvenions à mieux communiquer, donc à mieux nous comprendre et vivre ensemble…

→ Lire l’introduction (pdf)

Issu d’une rencontre tenue en 2012 à Paris sous l’égide de l’Institut des sciences de la communication du CNRS, cet ouvrage entend présenter une synthèse didactique des problématiques actuelles touchant à la question de « l’augmentation humaine ». Face à la multiplication des travaux consacrés à cette thématique et à l’urgence d’une réflexion éthique qui s’en dégage, ses auteurs souhaitent, comme le précise Édouard Kleinpeter dans sa présentation générale, interroger les enjeux et les controverses en cours autour de la figure de l’humain augmenté, en évitant l’« exaltation sensationnaliste » ou le « pessimisme désabusé » (p. 15) qui déterminent habituellement les débats à ce propos. Le volume rassemble donc des interventions de différents spécialistes (historiens, philosophes, sociologues, psychologues, ingénieurs, spécialistes de la communication, et responsables associatifs) organisées autour de trois pôles d’interrogation principaux que sont le sens et les enjeux de la notion d’augmentation, la transformation de notre rapport identitaire au corps, ainsi que la problématique du transhumanisme et du futur qu’il dessine…

→ lire la suite : Alexandre Klein, « Édouard Kleinpeter (dir.), L’Humain Augmenté », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 02 décembre 2013, consulté le 23 mars 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/12835

Conférence CNAM : de l’humain augmenté au transhumain. Que devient l’Homme face à ses technologies ?

Sommaire
Présentation générale
L’homme face à ses technologies : augmentation, hybridation, (trans)humanisme, Édouard Kleinpeter
De part et d’autre de l’Atlantique : enhancement, amélioration et augmentation de l’humain, Simone Bateman et Jean Gayon
Le corps artefact. Archéologie de l’hybridation et de l’augmentation, Jacques Perriault
Invariants et variations de l’augmentation humaine, l’expérience grecque, François Dingremont
Homme augmenté et augmentation de l’humain, Bernard Claverie et Benoît Le Blanc
Augmentation de l’humain : les fonctions cognitives cachées de l’homme augmenté, Célestin Sedogbo et Benoît Le Blanc
De l’humain réparé à l’humain augmenté : naissance de l’anthropotechnie, Jérôme Goffette
Perception de soi, perception par les autres : la fonction sociale de la prothèse chez les agénésiques, Benoît Walther
L’homme hybridé : mixités corporelles et troubles identitaires, Bernard Andrieu
Oscar Pistorius ou une catégorie sportive impossible à penser, Damien Issanchou et Éric de Léséleuc
L’homme étendu. Explorations terminologiques, Colin T. Schmidt
Un autre transhumanisme est possible, Marc Roux
La technique au prisme du mythe : l’exemple du Golem, Brigitte Munier
Transhumanisme : une religiosité pour humanité défaite, Jean-Michel Besnier
Entretien avec Édouard Kleinpeter
Bibliographie sélective
Glossaire
Les auteurs
Table des matières

Transhumanisme, Homme augmenté. Quelles limites, thérapeutiques, techniques, éthiques ?

Le soldat augmenté – Cahier de la RDN

Le soldat augmenté – les besoins et les perspectives de l’augmentation des capacités du combattant

Comment pallier les possibles déficiences humaines du soldat sur le champ de bataille ?

Cette question très ancienne trouve un nouvel écho de nos jours, avec les innovations technologiques envisagées par la numérisation du champ de bataille et en particulier avec la convergence des progrès techniques enregistrés dans les domaines de l’informatique, des nanotechnologies, de la médecine, de la pharmacologie et des neurosciences. Ces nouvelles technologies reposent, sous un nouvel angle, la question de l’aide à l’amélioration globale du niveau de performance de nos soldats et donc de leur efficacité.

Le Centre de recherche des Écoles de Saint-Cyr Coëtquidan (CREC) avec le soutien de nombreux partenaires institutionnels, universitaires et industriels présente dans ce Cahier spécial le résultat des travaux menés depuis 2015 et restitués lors de la journée d’études du 19 juin 2017 au ministère des Armées à Balard, organisée avec le soutien de l’Institut de recherche biomédical des armées (IRBA) et de la Direction générale de l’armement (DGA), sur les besoins et perspectives de l’augmentation des capacités du combattant dans le but d’être plus efficient en opération.

Ce Cahier de la Revue Défense Nationale recense ici le résultat des travaux et réflexions menés par trois groupes de travail qui ont ciblé les problématiques majeures et déterminé trois types d’enjeux, en procédant notamment à une clarification d’ordre sémantique de la définition même de ce qui est entendu par « augmentation » :

A. Augmentations des capacités cognitives et soutien psychologique du futur combattant.
B. Augmentations des capacités physiques et soutien physiologique du futur combattant.
C. Politiques de gestion de l’augmentation par les forces.

Il est apparu nécessaire de demander préalablement à des opérationnels engagés récemment en opérations, de décrire les solutions d’augmentation qu’ils souhaitaient voir proposées pour le combattant dans un futur plus ou moins proche. Cette expression du besoin a été enrichie par les contributions de la Gendarmerie et de la Police, qui présentent les spécificités de leurs missions et le cadre dans lequel peut s’envisager une « augmentation » des agents des forces de sécurité intérieure.

Sont également présentées dans ce Cahier spécial les fonctions d’augmentation possibles et les pistes de solutions envisageables, toutes déclinées par les groupes de travail A, B et C décrits précédemment en fonction de leurs diverses applications selon le terrain, la mission et les caractéristiques de chaque individu.

De la même façon, l’étude prend en compte les enjeux sociologiques, éthiques et juridiques qui découlent de ces nouvelles perspectives. Elle aborde plus particulièrement la question des « augmentations » appliquées, la nature de leurs effets obtenus, leurs procédés de mise en œuvre et de contrôle, leur acceptabilité, tout comme la réversibilité ou non de leurs impacts.

Le programme de recherche du CREC sur le soldat augmenté se poursuit donc, avec pour ambition d’étudier diverses recommandations concernant la mise en œuvre d’augmentations des performances du soldat pour nos Armées et nos forces d’intervention.

Télécharger le Cahier spécial de la Revue Défense Nationale : Le soldat augmenté (PDF)

Saint-Cyr – Ministère des Armées