La mortalité humaine peut-elle être hackée ?

Un scientifique pense que quelqu’un vivant aujourd’hui vivra jusqu’à 1 000 ans.

Aubrey de Grey, un scientifique qui étudie la médecine régénérative, pense que les nouvelles biotechnologies permettront à des personnes d’atteindre l’âge de 1 000 ans.

“C’est extraordinaire pour moi qu’il s’agisse d’une affirmation aussi incendiaire”, a déclaré de Grey à The Week.

De Grey n’est qu’un des nombreux chercheurs de la Silicon Valley qui sont déterminés à prolonger la durée de vie de l’être humain autant que possible sur le plan technologique, ce qui représente un domaine en pleine croissance, mais toujours controversé, de chercheurs obsédés par la prévention de la mort.

https://iatranshumanisme.com/organisms-transhumanist/immortalite-lultime-conquete-de-la-liberte/

Par exemple, The Week rapporte qu’un médecin coréen nommé Joon Yun a offert deux prix de 500 000 $ à des chercheurs qui peuvent prolonger la vie d’un animal de 50 % en préservant la santé de son cœur.

Yun soutient qu’étant donné que le taux de mortalité des jeunes de 20 ans est d’environ un sur mille, les mathématiques de base prédisent qu’une personne capable de maintenir une bonne santé physique d’un jeune de 20 ans en santé vivrait environ 1 000 ans.

De Grey et Yun sont à peine aberrants – The Week fait état de plusieurs autres scientifiques obsédés par la mort, comme le fondateur de Bulletproof Coffee, Dave Asprey, qui prend 100 compléments alimentaires chaque jour et prévoit d’injecter régulièrement des cellules souches dans ses articulations et organes dans l’espoir de les garder plus jeunes.

Mais en dehors de la Silicon Valley, ces chercheurs en longévité n’ont pas vraiment convaincu la communauté scientifique qu’ils sont sur la bonne voie. The Week cite des experts dans le domaine qui estiment que les affirmations de De Grey sont totalement invraisemblables.

D’autres s’inquiètent du fait que la philosophie de la Silicon Valley qui consiste à “agir rapidement et casser les choses” ne devrait pas s’appliquer à la longévité humaine. Il y a trop de dilemmes éthiques inhérents à l’émergence d’une nouvelle classe de personnes extrêmement riches qui peuvent se permettre les traitements hypothétiques qui leur permettraient de vivre pendant des centaines d’années.

Heureusement, à part les prédictions de De Grey, rien n’indique vraiment que les gens d’aujourd’hui auront à s’inquiéter de ce genre de problème – les plus vieux humains à avoir vécu n’ont atteint que 122 ans.

The Week

L’extension radicale de la vie est-elle bénéfique pour la société ?

La littérature sur le vieillissement regorge de traitements qui pourraient prolonger la durée de vie de 20 à 40%, du moins chez les animaux de laboratoire. Des interventions telles que la restriction calorique, la rapamycine et la metformine ont été étudiées pendant des décennies pour leur capacité anti-âge. Bien qu’il y ait encore une certaine différence dans leur efficacité chez les primates, la communauté biomédicale convient qu’ils sont prometteurs.

Au cours des deux dernières années, plusieurs équipes scientifiques ont démontré le pouvoir rajeunissant du sang jeune. Une étude publiée dans la très estimée revue Nature a révélé que l’élimination des cellules sénescentes chez les souris âgées augmentait de 30% leur durée de vie.

Alors que la FDA reconnaît maintenant que le vieillissement est une maladie et donne le feu vert au premier essai clinique anti-âge, les humains semblent être sur la voie rapide d’une existence semblable à celle de Mathusalem.

Mais la durée de vie prolongée est-elle bénéfique pour la société et pour l’humanité dans son ensemble ? La poursuite de l’immortalité est-elle simplement un fantasme narcissique qui extirpe des ressources scientifiques d’autres problèmes urgents ?

Devrions-nous embrasser notre fin, ou devrions-nous guérir du vieillissement ? Les vies humaines sont-elles assez longues telles quelles ?

C’était la motion centrale d’un débat provocateur organisé par Intelligence Squared. Confrontant philosophe et sociologue à deux scientifiques, le débat a porté sur les conséquences éthiques et sociales d’une augmentation radicale de la durée de la vie humaine.

Aubrey de Grey, responsable scientifique de la Fondation de recherche SENS et réputé gérontologue biomédical, et Brian Kennedy, président du Buck Institute for Research on Aging, plaident contre l’idée que la durée de vie est suffisamment longue.

L’équipe affrontait le Dr Ian Ground, philosophe à l’Université de Newcastle, et le Dr Paul Root Wolpe, le directeur du Centre Emory pour l’éthique et ancien bioéthicien pour la NASA.

Le débat, d’un peu moins de deux heures, vaut bien une écoute dans son intégralité.

Contrairement à la plupart des discussions scientifiques sur l’extension de la vie, ce débat englobe mais dépasse également les arguments purement biomédicaux, ce qui nous amène directement à la question de savoir ce qui fait de notre vie une «expérience humaine».

La durée de vie limitée nous rend humain

Se plaignant contre la motion, Ground et Wolpe ont opté pour une approche sociologique et philosophique percutante. La question n’est pas de savoir si la prolongation de la vie est possible, mais si c’est souhaitable comme objectif scientifique intentionnel, a déclaré Wolpe.

Selon Wolpe, la quête d’immortalité n’est rien d’autre qu’une “sorte de fantasme narcissique”, qui fait partie d’une vision erronée plus large d’une utopie scientifique-technologique. Nous avons une vision idéalisée de la façon dont la technologie va changer les bases de la nature humaine et de notre société pour le mieux, mais il n’y a aucune preuve de cela, a déclaré Wolpe.

Tout le monde veut vivre plus longtemps, mais est-ce bon pour notre société ? « Est-ce que des vies plus longues font du monde un endroit meilleur et plus gentil ?» Demanda Wolpe avec rhétorique. “Je crois que non.”

En vieillissant, les gens deviennent souvent plus conservateurs. Imaginez si la génération de la guerre civile était toujours là, a déclaré Wolpe. Les droits civils auraient-ils autant progressé ?

Les jeunes sont ceux qui viennent avec des idées nouvelles, et il y a une sagesse évolutive de laisser disparaître l’ancienne génération. Si nous augmentons considérablement la durée de vie humaine, nous effacerions essentiellement le changement de génération qui se produit au fil du temps, a-t-il déclaré.

Ensuite, il y a des conséquences socio-économiques. Tout le monde ne sera pas en mesure de s’offrir des traitements prolongeant la vie ; ceux qui le peuvent sont probablement les 1 % de personnes âgées riches et puissantes.

« Vivre plus longtemps peut aider les gens à accumuler de la richesse et contribuer à l’inégalité », a déclaré Wolpe.

Ground est d’accord avec Wolpe, mais propose un argument encore plus provocateur.

Nous parlons essentiellement de la valeur de la vie, a déclaré Ground. Une vie humaine est, par essence, une vie limitée, et la vie éternelle équivaut à un rejet de ce qui est humain.

La mort organise nos vies, explique Ground. Parce que nous avons une fin finie, nous avons un calendrier pour nous-mêmes : quand s’installer, quand avoir des enfants, quand lâcher prise. En tant qu’êtres humains, nous faisons des choix en fonction des coûts d’opportunité, qui sont fixés dans la monnaie du temps – notre ressource la plus précieuse.

Choisir comment dépenser cette ressource est ce qui fait de vous une personne en particulier, a-t-il déclaré. Imaginez si vous pouviez vivre pour toujours. Ne seriez-vous pas tenté d’essayer d’autres occupations, rechercher celle qui vous intéresse, et de reporter indéfiniment des décisions importantes dans votre vie ?

En ne s’installant pas dans une vie, les humains se perdent. La vie humaine est analogue et vivre plus longtemps perturbe l’histoire de ce qui est nécessairement humain.

https://iatranshumanisme.com/transhumanisme/les-organismes-transhumanistes/immortalite-lultime-conquete-de-la-liberte/

L’augmentation de la durée de vie est une obligation sociale et morale

De Grey et Brian Kennedy, qui ont tous deux soutenu que prolonger la vie valait la peine d’être poursuivi, ont opposé à l’équipe adverse un argument concret : cette augmentation de la durée de vie mène souvent à l’amélioration de la santé, ce qui réduit le coût socio-économique des soins de nos aînés.

Des recherches sur des animaux de laboratoire suggèrent que si nous parvenons à l’extension de la durée de vie chez l’homme, non seulement nous vivrons plus longtemps, mais nous passerons probablement la plupart de nos vieux jours exempts de maladies.

En 2015, la FDA a finalement reconnu le vieillissement comme un “trouble” que la communauté médicale pourrait cibler et potentiellement traiter, a déclaré Kennedy. C’est un changement de paradigme bienvenu.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a publié le 18 juin 2018 sa nouvelle Classification internationale des maladies (CIM-11). Depuis 2015, il a été proposé, par les lobbies de la longévité, de classer le vieillissement en tant que maladie sur la base des preuves cliniques existantes des mécanismes de causalité sous-jacents au vieillissement et de l’efficacité de diverses interventions pour moduler ces mécanismes de causalité.

La classification du vieillissement comme une maladie est une condition préalable nécessaire à l’évaluation clinique et à l’approbation de tout traitement prolongeant la durée de la santé, et cette proposition a été approuvée par l’OMS > “Ageing-Related” (XT9T)

EurekAlert : World Health Organization adds extension code for ‘aging-related’ via ICD-11

La CIM-11 sera présentée à l’Assemblée mondiale de la Santé, en mai 2019, pour adoption par les États Membres, et entrera en vigueur le 1er janvier 2022. (source OMS)

Nous savons que la durée de vie a essentiellement augmenté d’environ un an sur quatre, a déclaré Kennedy. Mais l’amélioration de la santé n’augmente pas au même rythme. Les Etats-Unis consacrent 19% de leur PIB aux soins de santé, dont la majeure partie est utilisée au cours des six derniers mois de la vie, a expliqué Kennedy.

Jusqu’ici, les soins médicaux sont centrés sur le traitement des maladies liées à l’âge – diabète, cancer, démence – une par une, sans grand succès. C’est un jeu de whack-a-mole et que nous perdons.

Pourtant, dans l’ensemble du paysage sanitaire, l’âge est le principal facteur de risque de ces maladies chroniques. En s’attaquant au vieillissement, la communauté médicale espère retarder l’apparition de la plupart – sinon de toutes – de ces causes de décès.

La prolongation de la vie, si cela se produit, serait également bénéfique pour la société.

Nous sommes dans «l’âge de l’âge», a déclaré Kennedy. Avec plus de personnes âgées sur la planète que jamais auparavant, certains sociologues appellent notre état actuel le « tsunami d’argent » (ou « tsunami gris » ).

Les personnes prennent généralement leur retraite avant l’âge de 70 ans pour des raisons de santé, d’obligations familiales ou du désir de cesser le travail et de profiter de la vie. Mais si nous améliorons leur santé et augmentons leur durée de vie, ces personnes pourraient potentiellement travailler plus longtemps et contribuer davantage à la société, a déclaré Kennedy.

L’équipe estime également que le fait de retarder la mortalité n’aggraverait pas la surpopulation mondiale.

«La naissance est géométrique mais la mort est linéaire», a déclaré Kennedy. Les données montrent clairement que les pays plus développés ont moins d’enfants et qu’une durée de vie plus longue ne va pas de pair avec une population plus nombreuse, a-t-il expliqué.

Bien que la plupart des arguments de De Grey et Kennedy soient de nature biomédicale, De Grey résume les réflexions de son équipe sur une question philosophique : n’avons-nous pas l’obligation, à l’égard de nos descendants, de prolonger leur vie ?

Aujourd’hui, nous sommes confrontés à un choix, que ce soit de mener une guerre contre le vieillissement ou non, a-t-il déclaré.

Il ne fait aucun doute que si nous nous efforçons de résoudre le problème, nous trouverons une solution plus rapidement. Et comme nous sommes proche d’une percée scientifique, j’estime que nous avons l’obligation morale de trouver des moyens d’allonger la vie humaine et de donner à nos descendants le choix de s’en servir ou non, affirme de Gray.

« Voulons-nous vraiment condamner toute une cohorte de l’humanité à une courte vie inutile simplement parce que nous pensions que la société ne l’aimerait pas beaucoup ? » a-t-il demandé.

La prolongation de la durée de vie est semblable à toute autre avancée antérieure, avec le potentiel d’être bénéfique ou préjudiciable. Les humains craignent ce qui est nouveau, dit de Grey. Mais ce n’est pas une raison logique pour ne pas poursuivre la recherche de la science.

« Oui, il y a certainement beaucoup plus dans la vie que plus de vie. La question est, est-ce l’un ou l’autre ? » A déclaré de Grey dans sa déclaration de clôture.

« La prémisse implicite (…) de l’autre aspect est qu’en réalité, il y a l’un ou l’autre, ou que la vie sera réellement, dans certains sens profonds, bien pire si elle est beaucoup plus longue », a-t-il déclaré. « Je pense que c’est extrêmement incertain. »

En fin de compte, le débat a pris le parti de De Grey et Kennedy – que notre espérance de vie n’est pas assez longue et que la prolongation, l’extension de la vie est un objectif louable.

Êtes-vous d’accord ?

SingularityHub

Bulterijs S, Hull RS, Björk VC, Roy AG. It is time to classify biological aging as a disease. Front Genet. 2015;6:205. Published 2015 Jun 18. doi:10.3389/fgene.2015.00205
Zhavoronkov A, Bhullar B. Classifying aging as a disease in the context of ICD-11. Front Genet. 2015;6:326. Published 2015 Nov 4. doi:10.3389/fgene.2015.00326
Institut de recherche et d’informations socio-économiques – IRIS : Quels seront les impacts du vieillissement de la population ? avril 2015.

Conférence : Amélioration de l’homme par la technologie ?

La conférence sera animée par Vincent Guérin. L’objet de cette soirée est de sonder les origines du transhumanisme, explorer les discours de ses représentants, analyser ses concepts, ses incarnations, ses résonances, afin de donner du sens à cette idéologie et observer la manière dont elle exprime notre temps.

date : 15 juin 2017, 18h30
à : IN’TECH Sud-Ouest, Amphithéâtre de l’ENAP, 440 avenue Michel Serres, 47000 Agen.

Renseignements complémentaires : m.bru@intech-so.fr

« Réinventer le rêve américain » : Le parti transhumaniste

Publié in Marianne Celka, Matthijs Gardenier, Éric Gondard et Bertrand Vidal (éd.), Utopies, dystopies et uchronies, RUSCA, revue électronique de sciences humaines et sociales, n° 9, 2016/2, p. 16-24.

« Vote for Zoltan if you want to live forever »

Digitaliser le cerveau, télécharger la conscience dans un ordinateur, le cloud computing, naître d’un utérus artificiel, créer des bébés sur mesure, vivre indéfiniment et en bonne santé : science-fiction ? Pas pour Zoltan Istvan, candidat à l’élection présidentielle aux États-Unis.

Zoltan Istvan est transhumaniste, un courant de pensée qui prône l’affranchissement des limites physiques, cognitives et émotionnelles humaines par les technosciences et une prise en main de l’évolution naturelle jugée imparfaite1. En 2014, il a fondé le parti transhumaniste américain. Depuis, il s’est lancé dans la campagne présidentielle. En décembre dernier, après trois mois de voyage à travers les États-Unis à bord du « bus de l’immortalité » (en forme de cercueil), il a déposé symboliquement une Bill of Rights au Capitol, à Washington, revendiquant entre autres, pour les humains mais aussi les intelligences artificielles « sensibles » et les cyborgs, que des recherches soient effectuées afin de favoriser l’extension de la longévité en bonne santé2.

L’objet de ce texte est d’observer un désir d’insuffler, donner du sens, à une perfectivité technoscientifique radicale, un « nulle part3 » en quête de légitimité.

Qui est Zoltan Istvan ?

Zoltan Istvan est né aux États-Unis en 1973 de parents ayant fui la Hongrie et le régime communiste4. Il étudié la philosophie et la religion à Colombia University de New York5. C’est lors d’un cours qu’il découvre la cryonie : c’est une révélation6.

À 21 ans, il embarque sur un bateau avec 500 livres et entreprend un voyage transocéanique de plusieurs années. Devenu reporter, il publie pour The New York Times Syndicate, National Geographic.com, Sunday San Francisco Chronique, etc7. Il sera ensuite recruté par National Geographic Channel. En 1999, il couvre la guerre du Cachemire opposant l’Inde et le Pakistan et réalise Pawns of paradise : inside the brutal Kachmir Conflit, un documentaire qui sera récompensé par plusieurs prix. Athlète de l’extrême, il inaugure une pratique sportive pour le moins originale : la planche sur volcan8.

En 2004, alors qu’il accompagne des « chasseurs de bombes » américains au Vietnam, directement exposé à la mort, il revient avec deux convictions : vivre le plus longtemps possible et pour cela consacrer sa vie à promouvoir le combat contre la mort9.

En 2013, il publie The transhumanist Wager (Le pari transhumaniste), un roman de science-fiction. L’action se situe aux États-Unis dans un futur proche. Alors que des changements technologiques radicaux sont en cours dans l’intelligence artificielle, l’ingénierie génétique, la cryonie, etc., les transhumanistes font l’objet d’attaques de la part de politiciens, de religieux chrétiens, des scientifiques sont assassinés. Dans ce contexte, Jethro Knights, son personnage principal, défend une philosophie radicale qu’il nomme Teleological Egocentric Functionalism, qui consiste à promouvoir l’augmentation et l’immortalité.

Pour Zoltan Istvan, il s’agit d’explorer ce que nous serions prêts à faire pour vivre indéfiniment10. En partie autobiographique : Jethro Knights est étudiant en philosophie, il a traversé les Océans, couvert le conflit du Cachemire, fait de la planche sur les volcans et oeuvre pour le magazine International Geographic. Récusant la posture radicale, violente, de son personnage, Zoltan Istvan évoque la fiction.

Le parti transhumaniste américain

En octobre 2014, il passe à l’action et fonde le parti transhumaniste américain11. Jusqu’alors les éventuels sympathisants, souvent ingénieurs, scientifiques, étaient peu versés dans la politique12. Simultanément il crée, avec l’Anglais Amon Twyman, le Party Transhumanism Global qui vise à favoriser le développement et la coopération entre les différents partis transhumanistes émergeants13.

La naissance de ce parti est une nouvelle étape dans l’histoire du transhumanisme. Si le terme est né sous la plume du biologiste Julian Huxley (frère d’Aldous) en 192714, c’est seulement dans les années 1980 qu’il prend son sens contemporain. Longtemps diffuse, cette constellation s’incarne en 1998 avec le World Transhumanist Association, une organisation créée par les philosophes David Pearce et Nick Boström qui a pour but non seulement de donner corps au transhumanisme, mais aussi du crédit à ses idées afin de générer des recherches académiques15.

L’objectif de Zoltan Istvan est d’unifier politiquement le transhumanisme, lui donner une voix16. Le parti est affilié à un think tank : Zero State/Institute for Social Futurism. L’expression Social Futurism, forgée par Amon Twyman est synonyme de techno-progressisme. Apparenté à la gauche libérale, se présentant comme une alternative aux libertariens, il a pour slogan « positif social change throught technology ». Le Social Futurism, qui associe socialisme et technologie, a pour objectif de faire converger justice sociale et transformation radicale de la société par la technologie17. Dans la nébuleuse transhumaniste, les technoprogressistes tranchent par leur volonté de favoriser des changements devant bénéficier à tous18.

En octobre 2014, Zoltan Istvan s’est ouvertement déclaré candidat à la présidence des États-Unis. À cette fin, il s’est entouré des célébrités anciennes et montantes du transhumanisme. Le « biogérontologue » anglais Aubrey de Grey et la jeune biophysicienne Maria Konovalenko, cofondatrice en Russie du Parti de la longévité, sont ses conseillers anti-âges. Natasha Vita-More, figure mythique du transhumanisme, est sa conseillère transhumanisme, Jose Luis Cordeira, membre de la Singularity University, est son conseiller technique. Gabriel Rothblatt, qui a concouru comme démocrate pour un siège au Congrès en 2014, est son conseiller politique19.

Il évalue ses supporters, regroupant ingénieurs, scientifiques, futuristes et techno-optimistes à 25 00020. Initialement constitué surtout d’hommes blancs, situés académiquement, le mouvement serait en train de se diversifier, avec de jeunes hommes et femmes, d’horizons géographiques, politiques et professionnels divers. Certains seraient LGBT, d’autres handicapées, beaucoup athées21.

L’objectif de la campagne est de toucher ces trois groupes spécifiques : les athées, les LGBT et la communauté handicapée, soit environ 30 millions de personnes aux États-Unis22.

Lucide, il considère ses chances de remporter l’élection proche de 0. Ses ambitions sont toutes autres : faire croître le parti, promouvoir des idées politiques qui unissent les nations dans une vision techno-optimiste, favoriser des désirs illimités23. Avec une population américaine à 75 % chrétienne et alors que 100 % du Congrès est religieux, il estime que son plus grand obstacle est son athéisme24.

En octobre dernier, Amon Twyman apportait une autre limite à l’ambition politique de Zoltan Istvan en réaffirmant la pluralité du transhumanisme. Selon lui, la force du parti réside dans sa diversité. Les idées de Zoltan Istvan, perçues comme libertariennes25 et potentiellement schismatiques, risquent d’affaiblir le transhumanisme. Tout en reconnaissant le bien fondé de son action, Amon Twyman considère qu’un discours centré sur la longévité fait oublier les autres aspects du transhumanisme et se heurte au techno-progressivisme26. Confrontée au réel, l’utopie s’affaiblit.

« Réinventer le rêve américain »

Trois thèmes dominent la campagne : la superintelligence artificielle, le devenir cyborg et le dépassement de la culture mortifère.

Zoltan Istvan défend l’idée que dans 30 ans le président des États-Unis pourrait être une intelligence artificielle27. Considérée comme peu influençable par un lobby, une intelligence artificielle agirait, « de manière altruiste », pour le bien de la société. Mais un dysfonctionnement, une prise de contrôle par une autorité malveillante, un devenir « égocentré » de la machine seraient les faiblesses de cette prospective28. Cette idée fait écho aux préoccupations « académiques » de deux transhumanistes : Eliezer Yudkowsky du Machine Intelligence Research Institute et Nick Boström (Université d’Oxford), directeur de l’Institut for Future of Humanity. Ces derniers sont inquiets des risques anthropiques liés, entre autres, à l’émergence possible d’une superintelligence inamicale29. Zoltan Istvan occulte ce danger en postulant que les transhumanistes n’ont pas pour ambition de laisser les machines agir à leur guise. Proche du discours techno-optimiste libertarien de Ray Kurzweil et Peter Diamandis, dans une vision plutôt adaptative qu’émancipatoire30, la fusion avec la machine, le devenir cyborg, permettra selon lui de réduire le risque31. La faiblesse de l’argumentaire éthico-politique est ici frappante.

Techno-évolutionniste, se positionnant ouvertement au-delà de l’humain, il souhaite améliorer le corps humain par la science et la technologie, faire mieux et plus rapidement que la sélection naturelle. Zoltan Istvan se dit porteur d’une « nouvelle façon de penser », un nouveau territoire pour l’espèce humaine32. Qualifiant d’anti-progrès, d’anti-innovation le moratoire sur l’ingénierie génétique, il souhaite que les recherches se poursuivent dans un cadre éthiquement borné ; l’enjeu : vivre mieux. Il défend l’idée qu’avec cette ingénierie les maladies du cœur, les cancers, les hérédités pathogènes seront éliminées. Dans une approche résolument eugéniste, il serait donné aux parents le choix de leur enfant : couleur des cheveux, taille, genre, aptitudes athlétiques et cognitives. Récusant les critiques, il les estime infondées et fruits de la religion. La crainte de créer une race non-humaine, des êtres monstrueux, est, selon lui, surestimée et habitée par un imaginaire hollywoodien. À cela, il oppose la création d’une population libérée de la maladie. Ici techno-progressiste, il évoque le risque que seuls les riches pourraient se le permettre33. Au-delà du devenir cyborg, c’est la mort qui est visée.

Un des obstacles majeurs à la croissance du transhumanisme résiderait, selon Zoltan Istvan dans la culture mortifère (deathist culture). 85 % de la population mondiale croit à la vie après la mort et au moins 4 milliards d’habitants considèrent le dépassement de celle-ci par la technologie comme un blasphème. Beaucoup de gens souscrivent à une culture qui suit les principes de La Bible : mourir et aller au paradis34. Partant du constat que 150 000 personnes meurent chaque jour, pour la plupart de vieillesse et de maladie, il suggère deux voies « prometteuses » pour réduire cette mortalité : la digitalisation du cerveau et le téléchargement de l’esprit ainsi que l’inversion du processus de vieillissement développé par Aubrey de Grey35. Les millions de dollars investis dans la recherche anti-âge et la longévité grâce notamment par Google et le projet Calico, Human LLC et Insilico, le rendent optimiste. Mieux encore, l’idée de faire une fortune autour de l’immortalité ferait son chemin36. Matérialiste, comme Aubrey de Grey, il perçoit le corps comme une voiture que l’on peut réparer37. Il ne s’agit pas de vivre éternellement mais plutôt de choisir de mourir ou non. C’est une transcendance opératoire, un ici et maintenant, qu’il propose38.

Récemment, Zoltan Istvan a fait scandale en évoquant le contrôle des naissances. Dans la perspective d’une conquête de la mort, il s’interroge : « Devra-t-on encore permettre à n’importe qui d’avoir autant d’enfants qu’il souhaite ? » Il imagine un permis, accordé suite à une série de tests, qui permettrait l’accès à la procréation et la possibilité d’élever des enfants. En seraient exclus les sans domicile fixe, les criminels et les drogués. Mobilisant, tout à tour, l’argument humanitaire – donner une meilleure vie aux enfants –, environmental, démographique, féministe – les enfants qui nuisent à la carrière professionnelle –, il conclut qu’il ne s’agit pas de restreindre la liberté mais de maximiser les ressources pour les enfants présents et à venir39. Ces propos tenus dans la revue libertarienne Wired co.uk, lui ont valu l’ire d’une presse40 qu’il qualifie de « conservatrice ». Il aurait même reçu des menaces de mort41.

Conclusion

Le transhumanisme sort de sa sphère techno-scientifique et philosophique, il s’aventure maintenant sur le terrain politique, éprouve ses forces. Sans surprise, cette irruption dans le réel attise le conflit entre les bioconservateurs et les bioprogressistes. Plus intéressant, cette campagne électorale révèle un obstacle encore largement invisible : la colonisation politique de l’utopie, qui s’incarne dans les tensions entre les libertariens et les technoprogressistes.

Si les résultats de l’élection seront sans surprise pour Zoltan Istvan, le « pari » de faire connaître le transhumanisme à une large audience est d’ores et déjà remporté, quant à l’idée d’unifier les forces potentielles en présence : nous le verrons lors de l’élection.

Cette candidature doit attirer notre attention sur les mutations technologiques radicales en cours, leurs ressorts et motivations. Plus encore, c’est une invitation cruciale à penser les implications politiques et sociales et la nécessité d’anticiper les arbitrages et risques associés.

Notes :

1 MORE M. & VITA-MORE N., The transhumanist reader, Hoboken, John Wiley & Sons, 2013 ; BOSTROM, N., « A history of transhumanist Though », Journal of Evolution & Technology, 14, 1, 2005.
2 ISTVAN Z., « Immortality Bus delivers Transhumanist Bill of Rights to US Capitol », IBT, 21 décembre 2015.
3 RICOEUR P., L’idéologie et l’utopie, Paris, Seuil, 1997, p. 37.
4 LESNES C., « Zoltan Istvan, le candidat de la vie éternelle », Le Monde, 14 septembre 2015.
5 RAJ A., « The transhumanist who would be president », Reform, 6 mars 2014.
6 NUSCHKE M., « Fireside Chat with Zoltan Istvan – Author of ‘The Transhumanist Wager’ », Retirement singularity, 4 mai 2014.
7 Site de Zoltan Istvan.
8 ISTVAN Z., « EXTREME SPORTS / Really Good Pumice, Dude! / Volcano boarding: Russian roulette on a snowboard », Sfgate, 8 décembre, 2002.
9 ISTVAN Z., « Forget Donald Trump. Meet Zoltan Istvan, the only presidential candidate promising eternal life », Vox, 8 septembre 2015.
10 Idem.
12 RAJ A., « The transhumanist who would be president », Op. Cit.
14 HUXLEY J., Religion without revelation, Santa Barbara, Greenwood Press, 1979 (1927).
15 BOSTROM, N., « A history of transhumanist Though », Op. Cit.
16 ISTVAN Z., « An interview with Zoltan Istvan, founder of the transhumanist party and 2016 U.S. presidential candidate », Litost Publishing Collective, 23 novembre 2014.
17 Institute for social futurism, Op. Cit.
18 TREDER M., « Technoprogressives and transhumanists : What’s the difference ? », IEET, 25 juin 2009.
19 ISTVAN Z., « Why I’m running for president as the transhumanist candidat », GIZMODO, 5 juillet 2015.
20 Idem.
21 ISTVAN Z., « A new generation of transhumanists is emerging », Huffpost, 3 octobre 2014.
22 ISTVAN Z., « Why I’m running for president as the transhumanist candidat », Op. Cit.
23 Idem.
24 Idem.
25 BENEDIKTER R et al., « Zoltan Istvan’s ‘Teleological Egocentric Functionalism’: A approach to viable politics ? », Op. Cit.
26 TWYMAN A., « Zoltan Istvan does not speak for the Transhumanist Party », Transhumanity.net, 12 octobre 2015.
27 HENDRICKON J., « Can this man and his massive robot network save America », Esquire predicts, 19 mai 2005.
28 Idem.
29 Cf. Superintelligence, Paths, Dangers, Strategies de Nick Bostrom (oup, 2014).
30 DEVELEC LE N., « De l’humanisme au post-humanisme : mutations de la perfectibilité humaine », Revue MAUSS, 21 décembre 2008.
31 ISTVAN Z., « The morality of artificial intelligence and the three laws of transhumanism », Huffpost, 2 février 2014.
32 ISTVAN Z., « The culture of transhumanism is about self-improvement », Huffpost, 4 septembre 2015.
33 ISTVAN Z., « Transhumanist party scientists frown on talk of engineering moratorium », Huffpost, 5 avril 2015.
34 ISTVAN Z., « Why I’m running for president as the transhumanist candidat », Op. Cit.
35 ISTVAN Z., « Transhumanism is booming and big business is noticing », Huffpost, 17 juillet 2015.
36 Idem.
37 GREY A. de avec RAE M., Ending Aging. The Rejuvenation Breakthrought That could Reverse Human Aging in Our Lifetime, NY, St Martin Griffin, 2007, p. 326.
38 ISTVAN Z., « Can transhumanism overcome a widespread deathist Culture ? », Huffpost, 26 mai 2015.
39 ISTVAN Z., « It’s time to consider restricting human breeding », Wired. co.uk, 14 août 2014.
40 McCLAREY D., « Hitler : “Born Before this time” », The American Catholic, 21 août 2014 ; SMITH WESLEY J., « Tranhumanism’s Eugenics Authoritarianism », Evolution. News.net, 15 août 2014.
41 ISTVAN Z., « Death, threats, freedom, Transhumanism, and the future », Huffpost, 25 août 2014.

Infléchir le futur ? Le transhumanisme comme auto-transcendance

Vincent Guérin, International Psychology, Practice and Research, 6, 2015


Résumé : Comment le transhumanisme oriente-t-il notre futur ? Entre l’eschatologie de la singularité technologique et la société de l’abondance promise par les nouvelles technologies (NBIC), il s’agit de saisir l’émergence et la diffusion d’une transcendance opératoire, son « inquiétante étrangeté ».


« The best way to predict the future is to create it yourself. » (17e loi de Peter H. Diamandis)

Introduction

Dans cet article, nous allons nous intéresser à la « communauté » des « singularitariens » de la Silicon Valley (Grossman, 2011). Deux de ses figures, Ray Kurzweil et Peter H. Diamandis ont créé, en 2008, l’université de la singularité. Son ambition : préparer l’humanité au changement induit par une accélération technologique à venir annoncée comme foudroyante. Cette entreprise qui prépare l’avenir tout en favorisant leurs ambitions. Au final, il s’agit d’explorer le tissage des forces en présence, mais aussi la réthorique utilisée par les « ingénieurs » singularitariens pour stimuler, orienter des recherches « stratégiques » devant favoriser leurs desseins. Sont-ils en mesure d’infléchir le futur, le faire advenir ?

Pour lire la suite, télécharger le PDF

Sommaire :

La singularité technologique : enfer ou âge messianique ?

L’Université de la singularité

La possibilité de l’abondance

Conclusion

Bibliographie

Le prix Nobel de Physique hongrois Dennis Garbor affirme que « tout ce qui est techniquement faisable doit être réalisé, que cette réalisation soit jugée moralement bonne ou condamnable » (Gabor, 1973) ⇒ Le transhumanisme : Ce qui est possible est-il toujours souhaitable ?

 

Posthumain : Introduction au transhumanisme (vosf)

Le British Institute of Posthuman Studies étudie trois domaines dominants du transhumanisme : super-longévité, super intelligence et super bien-être, et couvre les idées des penseurs Aubrey de Grey, (immortalité) Ray Kurzweil (singularité) et David Pearce (Le projet abolitionnisteL’impératif hédoniste).

British Institute of Posthuman Studies – BIOPS (L’Institut britannique d’études Posthumaines) – Une tribune essentielle pour la pensée transhumaniste

Transhumanisme et Cellules Souches – travail à la frontière de la gériatrie biomédicale

La recherche scientifique biomédicale dans le domaine des cellules souches et plus largement de la médecine régénérative offre aujourd’hui des promesses d’applications thérapeutiques révolutionnaires pour de nombreuses maladies. Pourtant, il semble que pour certains, ces avancées pourraient servir d’autres desseins, notamment en ce qui concerne l’amélioration biologique de l’humain vers des objectifs de contrôle voire d’inversion du processus de vieillissement.

Beaucoup de ceux qui tiennent à ces idées appartiennent à un mouvement, dit transhumaniste, où ils s’accordent sur des idées et valeurs communes concernant l’avenir de l’humain. Plus que cela, certains de ces acteurs transhumanistes prennent activement part à la recherche scientifique et orientent celle-ci vers les valeurs qu’ils soutiennent, touchant ainsi aux frontières de disciplines scientifiques établies et à la démarcation entre science et pseudoscience.

En s’appuyant sur les concepts de recherche confinée / recherche de plein air, de forum hybride et de travail aux frontières, la présente recherche explore la place que les chercheurs transhumanistes occupent dans la recherche scientifique institutionnelle et se questionne sur la façon et les moyens qu’ils mettent en œuvre pour y prendre part.

À partir de la constitution et de l’analyse d’un corpus documentaire transhumaniste sur les cellules souches, mais aussi en décrivant le réseau auquel les chercheurs transhumanistes appartiennent, l’étude apporte une perspective nouvelle sur le mouvement transhumaniste. Les résultats obtenus montrent que les chercheurs transhumanistes ne se cantonnent pas à produire des discours et des représentations de leurs idées et de leurs valeurs, mais participent activement à la réalisation de celles-ci en menant eux-mêmes des recherches et en infiltrant la recherche scientifique institutionnelle.

Laurie Paredes, Université de Montréal Octobre 2014

Ces milliardaires du Web qui veulent devenir immortels

Les transhumanistes espèrent allonger leur espérance de vie grâce aux technologies émergentes. Mais certains souhaitent carrément transférer leur esprit dans un cerveau artificiel. La première étape pour accéder à la vie éternelle.

Défier le temps qui passe, vivre éternellement. C’est le privilège des Dieux, et aussi le plus vieux rêve des hommes. Comme les pharaons, Staline et Mao Zedong envisageaient de se faire embaumer après leur dernier souffle afin que leur corps soit préservé. Aujourd’hui, c’est au tour des milliardaires du Web de tout mettre en œuvre pour accéder à l’immortalité. Mégalos ? Sûrement, mais, cette-fois le rêve semble pouvoir prendre un jour une forme de réalité, par la grâce des nouvelles technologies.

Peter Thiel, le patron quadragénaire de Paypal, finance pour cette raison les recherches d’Aubrey de Grey, un biogérontologue qui tente d’allonger l’espérance de vie en régénérant les tissus cellulaires. De leur côté, les dirigeants de Google Larry Page et Sergueï Brin multiplient les projets de recherche sur la santé. L’un des derniers en date, Baseline Study, vise à exploiter les données médicales de centaines de volontaires pour déterminer les facteurs qui permettent de rester en bonne santé.

Le projet Avatar 2045 […]

Télécharger son esprit […]

lire la suite : source