La société de l’amélioration

La perfectibilité humaine des Lumières au transhumanisme

Du dopage sportif à l’usage de psychotropes pour accroître les capacités intellectuelles ou mieux contrôler les émotions, du recours aux nouvelles technologies reproductives permettant une maîtrise croissante des naissances, au développement d’une médecine anti-âge qui œuvre à l’effacement de toute trace du vieillissement, jamais il n’a été autant question d’améliorer l’être humain et ses performances par le biais des avancées technoscientifiques et biomédicales.

L’ambition de ce livre est de montrer que cette aspiration contemporaine à un homme amélioré marque le renversement complet de l’idéal humaniste et politique de la perfectibilité humaine formulé au dix-huitième siècle. Il ne s’agit en effet désormais plus tant d’améliorer l’être humain dans et par la société que de l’adapter en le modifiant techniquement, avec tout ce que cela implique de désinvestissement politique.

Comment un tel renversement et une telle dépolitisation de la perfectibilité ont-ils pu avoir lieu ? C’est ce que tente d’éclairer cette étude à travers un vaste parcours socio-historique, des Lumières au transhumanisme.

Mais pourquoi souhaitons-nous tant augmenter nos capacités, au point de vouloir entièrement dépasser ce que nous sommes ?

Nicolas Le Dévédec est docteur en sociologie et science politique et enseigne au département de sociologie de l’Université de Montréal.

Table des matières

Chapitre 1 : Les Lumières et la quête de la perfectibilité
● Aux origines d’une conception
● Jean-Jacques Rousseau et la quête politique de la perfectibilité
● Perfectibilité et progrès
Chapitre 2 : De la quête de la perfectibilité au culte du progrès
● Réorganiser scientifiquement la société : Auguste Comte
● Karl Marx et la nécessité de fer du progrès
Chapitre 3 : Sous le signe de l’évolution : du darwinisme à l’eugénisme
● Charles Darwin et la perfectibilité des espèces
● Herbert Spencer et le darwinisme social
● L’eugénisme ou l’amélioration par la sélection : Francis Galton
Chapitre 4 : L’avènement de l’homme machine
● La matrice cybernétique : Norbert Wiener
● Pierre Teilhard de Chardin, prophète du posthumain
● De l’anthropologie à l’anthropotechnie : André Leroi-Gourhan
Chapitre 5 : L’horizon (dé)constructiviste postmoderne
● Le Manifeste cyborg : Donna Haraway
● « Nous n’avons jamais été humains » : Bruno Latour
● Règles cyniques pour le parc humain : Peter Sloterdijk
● De la lutte des classes à l’humain déclassé : Michael Hardt et Toni Negri
Chapitre 6 : Devenir plus qu’humain ?
● Devenir plus qu’humain : le transhumanisme
● Rester humain : le bioconservatisme
● Réguler l’amélioration : la bioéthique minimale

La perfectibilité humaine, des Lumières au transhumanisme

Généalogies et nature du transhumanisme

État actuel du débat

ISBN: 978-2-89578-644-3

Une histoire du mouvement transhumaniste proposant l’état le plus actuel du débat sur la question.

Depuis maintenant quelques années, le transhumanisme s’est imposé, tant dans l’espace médiatique que dans le monde universitaire, politique et économique, des deux côtés de l’Atlantique. Si son nom s’accompagne naturellement de l’image futuriste d’un homme « augmenté », « amélioré », grâce aux avancées remarquables des sciences et des techniques, le mouvement transhumaniste embrasse une pluralité de voix, d’acteurs et de réalités depuis sa naissance dans la seconde moitié du vingtième siècle.

S’agit-il d’une nouvelle utopie ou d’une dystopie, d’un nouvel idéal civilisationnel ou d’un argument marketing, d’une philosophie ou d’une religiosité séculière, d’un nouveau paradigme anthropologique, d’un mouvement politique ou d’un projet de société, de tout cela à la fois ? Au fond, qu’est-ce que le transhumanisme ?

Existe-t-il des critères généraux de rassemblement de tous les transhumanismes ? Par ailleurs, doit-on voir, dans la diversité des propositions transhumanistes, des productions de futurs possibles sur le mode de la science-fiction, probablement privés de toute mise en œuvre pratique, ou faut-il y voir au contraire les anticipations et les reflets particuliers, dans la culture, d’une mutation anthropologique fondamentale en cours de réalisation ?

Le questionnement apparaît d’emblée double, typologique et ontologique: il s’agit non seulement de se demander s’il existe un idéal-type ou une vision du monde sur lesquels tous les transhumanistes s’accorderaient, mais aussi si les théories transhumanistes sont sous-tendues par des logiques sociales ou anthropologiques.

Le présent ouvrage entend répondre à ces questions. Faisant le pari de l’intelligibilité et du dialogue, il donne la parole à des transhumanistes, à des sympathisants du mouvement, à des adversaires déclarés et à des analystes. Il retrace ainsi l’histoire du mouvement, en confronte les lectures, réfléchit à ses promesses et à leur faisabilité, proposant de la sorte l’état le plus actuel du débat transhumaniste.

Collectif dirigé par Franck Damour, Stanislas Deprez et David Doat, à paraître le 13 novembre.

Franck Damour est chercheur associé à la chaire Éthique et Transhumanisme de l’université catholique de Lille. Auteur de plusieurs essais, dont La Tentation transhumaniste (2015) et Heureux les mortels (2016), il est aussi conseiller de la revue Études et co-dirige la revue Nunc.

Stanislas Deprez est maître de conférence de l’université catholique de Lille, chercheur à la chaire Éthique et Transhumanisme. Spécialiste d’anthropologie, auteurs de plusieurs ouvrages, il a codirigé L’Homme, une chose comme les autres ? Exploration interdisciplinaire de la frontière homme-chose (2012).

David Doat est maître de conférences en philosophie, et actuellement titulaire de la chaire Éthique et Transhumanisme de l’université catholique de Lille.

[su_accordion][su_spoiler title=”Table des matières” open=”no” style=”default” icon=”plus” anchor=”” class=””]

Introduction 7

Première partie Généalogie d’une idée

Nicolas Le Dévédec
Humanisme, transhumanisme : deux conceptions antithétiques de la perfectibilité humaine 19

Jean-Yves Goffi
L’héritage de la génération Huxley-Teilhard de Chardin 35

Franck Damour
Le transhumanisme au vingt et unième siècle 55

Deuxième partie Significations du transhumanisme

Gilbert Hottois
Pour un transhumanisme philosophique critique 75

Marc Roux
Technoprogressisme et frontières de l’humain : au-delà de l’horizon 91

Francesco Paolo Adorno
L’illusion de la liberté 107

Paul Jorion
Les préconisations du transhumanisme sous le regard de l’anthropologue et de l’éthologue 121

Thierry Magnin et Sylvie Allouche
Le transhumain et l’anthropologie chrétienne 131

Troisième partie Imaginaire et réalité

Salomé Bour
Mythologies transhumanistes 149

Stéphane Zygart
Les désirs d’amélioration du transhumanisme à l’épreuve de l’histoire des rééducations 165

Benjamin Bourcier
La politique transhumaniste : pari utilitariste et politique du futur ? 181

Contributeurs 195[/su_spoiler][/su_accordion]

https://iatranshumanisme.com/transhumanisme/politique-transhumanisme-james-hughes/

Les perspectives du transhumanisme – conférence d’Hervé Juvin

Hervé Juvin est essayiste et économiste français, au Parlement européen le 31 janvier 2017 pour l’Europe des Nations et des Libertés. “Qu’est-ce que le transhumanisme ?”; Durée : 1 h 30.

Description :

La condition politique repose sur la séparation des groupes humains qui assure leur diversité. Jusqu’ici cette séparation entre les hommes provenait de la langue, des mœurs, des lois et des cultures, et se traduisait par le phénomène universel de la frontière : on traçait des séparations matérielles entre «nous» et les «autres». Il s’agissait d’une séparation géographique, matérielle, et horizontale.

Depuis une trentaine d’années, on assiste à un phénomène nouveau, une forme de transgression qui se traduit par le « tout est possible » ou « le monde est à nous ». Tout cela est en train de faire naitre une nouvelle séparation qui bouleverse radicalement tout ce qui faisait société. Cet espoir un peu fou, c’est le transhumanisme : il propose de s’affranchir totalement de la condition humaine et veut en finir avec toutes les limites, toutes les déterminations de la nature.

Cette idéologie des « trans » vise à construire un homme hors-sol, délié de toute origine, et déterminé uniquement par sa propre volonté. C’est le retour du mythe de l’homme nouveau appuyé sur un délire scientiste qui voudrait que chacun soit à lui-même son petit Dieu auto-créateur, pur produit de son désir, de ses intérêts ou de sa volonté propre.

C’est cela, la « grande séparation » : la fabrique d’un homme sans origines, sans liens et sans foi, mais qui a chaque instant se choisit lui-même et choisit qui il est. Enquête sur le totalitarisme de demain.

https://www.ekouter.net/audio/Herve%20Juvin-Le%20transhumanisme-ENL-31.01.2017.mp3?_=1

 

La grande séparation constitue le troisième et dernier volet d’une trilogie entamée avec L’avènement du corps en 2005 et poursuivie avec Produire le monde en 2008. Hervé Juvin y soulève une question dérangeante, celle de «l’écologie humaine».

Un large accord existe désormais sur la nécessaire préservation de la biodiversité. Mais la diversité humaine ? La diversité des cultures ? Nous n’avons pas moins à nous préoccuper, plaide Hervé Juvin, de sauvegarder le trésor que représentent les différentes manières d’être homme, aujourd’hui laminées par la mondialisation, un développement économique aveugle et l’indifférenciation juridique.

Il y faut plus qu’une politique attentive à maintenir les conditions de survie des cultures et des civilisations dans leur originalité. Il y faut une redécouverte du vrai sens de la politique.

Entre la sacralisation de la vie et l’essentialisation de la nature humaine : un examen critique du bioconservatisme

Le Dévédec, Nicolas. “Entre la sacralisation de la vie et l’essentialisation de la nature humaine : un examen critique du bioconservatisme.” Politique et Sociétés 36, no. 1 (2017): 47–63.

Résumé : Souvent qualifiés par leurs détracteurs d’« anti-mélioristes » ou de « bioluddites », les penseurs associés au « bioconservatisme » ont développé au début du vingt et unième siècle une critique vigoureuse des avancées technoscientifiques et biomédicales visant l’amélioration de l’être humain et de ses performances. À travers l’examen de la pensée de deux de ses représentants majeurs, le philosophe Leon Kass et le politologue Francis Fukuyama, cet article propose une lecture critique de la bioéthique conservatrice. Si les bioconservateurs ont le mérite de rappeler la nécessité de tenir compte de l’ancrage vivant irréductible de l’être humain à l’ère de la bioéconomie et de l’exploitation croissante du monde vivant, nous verrons que la conception, sinon religieuse, pour le moins dogmatique de la « nature humaine » qui soutient leur argumentation permet difficilement de répondre aux défis éthiques et politiques soulevés par l’aspiration actuelle à un humain augmenté.

Télécharger le PDF via Academia.edu ou ici

Face à l’anthropologie de l’imposture

Discours académique de la séance solennelle de l’Institut de Théologie Orthodoxe Saint-Serge de Paris

Dimanche 8 février 2015, Par le R.P. Jean Boboc, professeur de Bioéthique

télécharger le PDF

Extrait :

L’antihumanisme des humanistes des Lumières, comme l’a si bien démontré le professeur Xavier Martin (Voltaire méconnu. Aspects cachés de l’humanisme des Lumières (1750-1800) ; L’homme des droits de l’homme et sa compagne (1750-1850). Sur le quotient intellectuel et affectif du ‘bon sauvage’ ; et dans « Le tribut des Lumières à la bioéthique », allié au culte de la raison, a généré le biotope propice à la floraison d’une anthropologie de l’émancipation et de l’autonomie humaine, renonçant au modèle chrétien de l’anthropologie révélée. Peut être, est-ce là, la première grande imposture éthique à laquelle se sont ralliés les bons esprits du XVIIIe siècle et les médecins philosophes qui voulaient recréer l’homme dans une apostasie civilisationnelle et précurseur du transhumanisme aujourd’hui déjà à l’œuvre et annonçant le post-humain. De l’homme-machine de Julien Offray de La Mettrie, dont le titre plaisait tant à Voltaire, on en vient la machine-homme.

[…]

Le professeur Testart, l’un des pères du premier bébé-éprouvette français, reconnaissait que « chaque pas plus permissif que le précédent, est logiquement argumenté ». Il en est de même dans le transhumanisme où « Pas à pas, année après année, petite transgression indolore par petite transgression indolore, notre transhumanité toujours plus technophile pourrait se faire à l’idée de la posthumanité », comme le souligne le neurobiologiste Laurent Alexandre.

Conférence organisé par le Cercle de l’Aréopage sur le Transhumanisme

Le Transhumanisme : toute la vérité sur le posthumain

Par Père Jean Boboc, Docteur en Médecine de la Faculté de médecine de Paris. Titulaire de différentes spécialités médicales et en particulier de Pharmacologie et Toxicologie cliniques, le 15 février 2016

Anthropologie : Cours de propédeutique, questions anthropologiques et bioéthiques

Association culturelle catholique Cercle de l’Aréopage


Père Jean Boboc Professeur de Bioéthique : Ordonné prêtre le 10 mai 2009, par son Éminence le Métropolite Joseph dans l’Église des saints Archanges Mihaï, Gavriil et Rafaïl, devenue le jour même Cathédrale métropolitaine de la métropole orthodoxe roumaine d’Europe occidentale et méridionale par la décision à l’unanimité de la communauté roumaine de se rattacher désormais à la Métropole et de mettre fin à 60 ans de séparation entre la communauté de l’exil et l’Église mère, le père Jean Boboc a été ordonné pour cette cathédrale. Prêtre économe stavrophore, le  père Jean est le troisième prêtre de la cathédrale.

Français d’origine roumaine, le père Jean Boboc est Docteur en médecine de la Faculté de médecine de Paris. Titulaire de différentes spécialités médicales et en particulier de Pharmacologie et Toxicologie cliniques, il a partagé sa vie professionnelle entre la pratique praticienne et la recherche appliquée. Titulaire d’un MBA dans l’administration des affaires, il a dirigé différentes firmes pharmaceutiques comme président et en particulier aux Etats Unis et au Canada, ce qui l’a familiarisé aux problèmes éthiques de la recherche médicale.

Parallèlement, le père Jean a mené une vie active dans l’Exil roumain en France et en Amérique du Nord. Président fondateur de l’AFDOR (Association des Français d’Origine Roumaine) et de la BRP (Bibliothèque Roumaine de Paris), associations particulièrement utiles durant la guerre froide, le père Jean a donné de nombreuses conférences des deux côtés de l’Atlantique, sur la situation historique roumaine et en particulier sur la question des territoires de Bessarabie et de Bucovine, annexés par l’Union soviétique et toujours occupés ou annexés. Il a de même écrit sur ce sujet de nombreux articles et participé à des ouvrages collectifs traitant de ces questions. Un recueil de certains écrits politiques de Mihaï Eminescu, traduits en français, est d’ailleurs attendu.

Sous l’influence de Mircea Eliade, le père Jean a parallèlement à ses études médicales, suivi les cours de l’ISTR (Institut de Science et de Théologie des Religions) de l’Institut catholique de Paris. De retour des Etats Unis, il rejoint l’Institut de Théologie Orthodoxe Saint-Serge, où il obtient une licence et un master de théologie orthodoxe, et où il doit soutenir bientôt une thèse de doctorat sur les aspects eschatologiques de l’anthropologie orthodoxe. Un Essai d’anthropologie orthodoxe est aussi en cours de rédaction.

Co-traducteur des œuvres théologiques du père Dumitru Staniloae, le père Jean Boboc s’intéresse essentiellement aux aspects pneumatiques et eschatologiques de l’anthropologie orthodoxe et à leur impact sur les sciences de la vie, et donc aux questions brûlantes de la bioéthique actuelle.

Il est doyen du Centre Orthodoxe d’Etude et de Recherche “Dumitru Staniloae” et responsable de la direction Anthropologie, Éthique et Sciences de la vie dans le cadre du Centre.

cours et conférences

Transhumanisme : l’homme et après ? France Culture

Émission du 15 août 2016

https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/13983-15.08.2016-ITEMA_21051047-1.mp3?_=2

 

Intervenants : Guy Vallancien : chirurgien, professeur de médecine, Pascal Picq : paléoanthropologue

“La mort n’est pas une maladie. La mort et la vie sont indissociables.”

Le temps de l’Homme, c’est aujourd’hui

Tugdual Derville publie chez Plon un essai décapant sous-titré « pour une révolution de l’écologie humaine ».

Sur 320 pages structurées en 3 étapes et 9 chapitres, il prend parti pour l’Homme, désormais menacé dans son identité même par les théoriciens de la « déconstruction » et les promoteurs du transhumanisme.

Décrivant l’extraordinaire « révolution silencieuse » de l’écologie humaine qui est en train de transformer la France, il propose à ceux qui la conduisent des clés pour l’amplifier en se reliant, sans perdre le cap de « tout l’homme et tous les hommes », ni se perdre en quête d’un hypothétique leader providentiel.

Diplômé de Sciences-Po Paris et de l’ESSEC, Tugdual Derville est engagé, depuis 30 ans, dans le monde associatif : fondateur d’A bras ouverts, ancien permanent des petits frères des Pauvres, délégué général d’Alliance VITA et co-initiateur du Courant pour une écologie humaine, il a multiplié les initiatives de terrain au service des enfants, des personnes handicapées, âgées et fragiles, entrainant dans ces actions des dizaines de milliers de volontaires. Il assume avec cet essai une posture politique visionnaire, en proposant le « consentement au réel » comme réponse aux fantasmes de toute-puissance. Cette hauteur de vue le situe aux antipodes des calculs politiciens, des clivages artificiels et de la guerre des égos qui déchirent les partis et écœurent de plus en plus les Français.

Le temps de l’Homme, offre à chacun de mesurer la légitimité d’une « révolte anthropologique », en dépassant la seule indignation, pour agir et s’assumer, chacun dans son domaine, responsable politique, innovateur de l’humanitaire et travailleur social, afin d’établir dès maintenant, selon l’expression de Václav Havel, « La vie dans la vérité ».

Dans une interview accordée à FigaroVox, Tugdual Derville déclare :

«Le transhumanisme nous entraîne dans un scénario totalitaire.

Nous nous trouvons dans un scénario totalitaire, proche du Meilleur des mondes. Livrée à la technique, l’étatisation de la maternité serait liberticide. La visée transhumaniste est d’ailleurs extrêmement élitiste : ce prétendu progrès serait réservé aux sociétés opulentes. Les pauvres resteraient à quai.

Je montre dans Le temps de l’Homme jusqu’où va la logique des déconstructeurs qui n’hésitent pas à plaider pour que sautent les «derniers tabous sexuels» de l’inceste à la zoophilie. Au fond, c’est l’abolition de tous les repères, l’arrachage de toute les racines et la liquéfaction de la société qu’il faudrait acter. La révolte anthropologique est légitime.

Le projet transhumaniste vise à créer un super-homme, un homme supérieur, fusion de chair et de machine. Au cœur de ce fantasme réside le refus de toute idée de transcendance, l’enfermement de la raison dans le rationalisme. C’est un nouvel obscurantisme. (…) Les velléités transhumanistes sont portées par un dogme matérialiste et utilitariste véhiculé par les grandes firmes internationales de l’Internet, qui les financent à hauteur de milliards de dollars. Ces desseins échappent à la régulation des Etats.»

Scientisme, eugénisme, matérialisme, individualisme, féminisme radical, idéologie du genre et transhumanisme : telles sont les idéologies qui coupent l’homme du réel. Tout le contraire de l’écologie humaine promue par Tugdual Derville dans son dernier livre. (Atlantico)

Enregistrer