Peter Diamandis pense que nous évoluons vers la “méta-intelligence”

Au cours des 30 prochaines années, l’humanité va être en pleine transformation comme jamais auparavant. Le fondateur et président de la Fondation XPRIZE, Peter Diamandis, pense que cela donnera naissance à une nouvelle espèce. Diamandis admet que cela pourrait paraître trop loin pour la plupart des gens. Il est convaincu, cependant, que nous évoluerons vers ce qu’il appelle la « méta-intelligence », et le taux exponentiel actuel de croissance est une indication claire.

« Je crois que nous nous dirigeons rapidement vers une transformation à l’échelle humaine, la prochaine étape évolutive dans ce que j’appelle une « méta-intelligence », un avenir dans lequel nous sommes tous très liés – cerveau à cerveau, via le Cloud – partageant des pensées, des connaissances et des actions », écrit-il.

Interface cerveau-à-cerveau — le prochain grand saut dans la communication humaine

Diamandis décrit les prochaines étapes de l’évolution de l’humanité en quatre étapes. Il y a quatre forces motrices derrière cette évolution : notre monde interconnecté, l’apparition de l’interface cerveau-ordinateur (BCI), l’émergence de l’intelligence artificielle et l’homme atteignant la dernière frontière de l’espace.

Dans les 30 prochaines années, l’humanité passera de la première étape – où nous sommes aujourd’hui – à la quatrième étape. De simples humains dépendants les uns des autres, l’humanité intégrera la technologie dans son corps pour permettre une utilisation plus efficace de l’information et de l’énergie. Cela se produit déjà aujourd’hui.

La troisième étape est un point crucial.

Grâce à l’interface cerveau-ordinateur et à l’IA, les humains vont se connecter massivement entre eux et des milliards d’IA (ordinateurs) via le cloud, analogues aux premières formes de vie multicellulaires, il y a 1,5 milliard d’années. Une telle interconnexion massive mènera à l’émergence d’une nouvelle conscience globale, et un nouvel organisme que j’appelle la méta-intelligence.

Cela rappelle un autre événement futuriste que beaucoup attendent avec impatience : la singularité technologique. “Dans un quart de siècle, l’intelligence non biologique correspondra à la gamme et à la subtilité de l’intelligence humaine“, a déclaré Ray Kurzweil.

En raison de l’accélération continue des technologies informatiques, ainsi que de la capacité des machines à partager instantanément leurs connaissances. Kurzweil prévoit que cela se produira d’ici 2045. Dans la chronologie évolutive de Diamandis. « L’intelligence non biologique créée cette année sera un milliard de fois plus puissante que toute intelligence humaine aujourd’hui. »

La quatrième et dernière étape marque l’évolution de l’humanité pour devenir une espèce multiplanétaire.

« Notre voyage vers la Lune, Mars, les astéroïdes et au-delà, représentent l’analogie moderne du parcours réalisé par le poisson pulmonaire s’échappant des océans, il y a environ 400 millions d’années », explique Diamandis.

Singularity HUB

Transhumanisme. Utopie ou néofascisme ?

Humanité Dimanche, 30 juillet 2015

2045, l’intelligence des machines va nous dépasser… 2030, vous serez tous équipés de prothèses. Les transhumanistes imaginent ainsi améliorer l’espèce humaine par la technologie et la science, tuer la mort en quelque sorte. A priori, on aurait envie de reléguer ces scénarios au rayon science-fiction. En réalité, c’est un projet sérieux, à la fois structuré philosophiquement et politiquement. Issu des libertariens, le mouvement s’épanouit grâce aux millions déversés par les géants du numérique. Balade en Transhumanie, un monde où l’espèce humaine doit disparaître…

lire la suite, télécharger le PDF

[note admin : Les extropiens constituent un groupe de transhumanistes fondé par Tom M. Morrow et Max More. En 1990, un code plus formel et concret pour les transhumanistes libertariens prend la forme des Principes transhumanistes d’Extropie (Transhumanist Principles of Extropy, traduction française), l’extropianisme étant une synthèse du transhumanisme et du néolibéralisme.

Infléchir le futur ? Le transhumanisme comme auto-transcendance

Vincent Guérin, International Psychology, Practice and Research, 6, 2015


Résumé : Comment le transhumanisme oriente-t-il notre futur ? Entre l’eschatologie de la singularité technologique et la société de l’abondance promise par les nouvelles technologies (NBIC), il s’agit de saisir l’émergence et la diffusion d’une transcendance opératoire, son « inquiétante étrangeté ».


« The best way to predict the future is to create it yourself. » (17e loi de Peter H. Diamandis)

Introduction

Dans cet article, nous allons nous intéresser à la « communauté » des « singularitariens » de la Silicon Valley (Grossman, 2011). Deux de ses figures, Ray Kurzweil et Peter H. Diamandis ont créé, en 2008, l’université de la singularité. Son ambition : préparer l’humanité au changement induit par une accélération technologique à venir annoncée comme foudroyante. Cette entreprise qui prépare l’avenir tout en favorisant leurs ambitions. Au final, il s’agit d’explorer le tissage des forces en présence, mais aussi la réthorique utilisée par les « ingénieurs » singularitariens pour stimuler, orienter des recherches « stratégiques » devant favoriser leurs desseins. Sont-ils en mesure d’infléchir le futur, le faire advenir ?

Pour lire la suite, télécharger le PDF

Sommaire :

La singularité technologique : enfer ou âge messianique ?

L’Université de la singularité

La possibilité de l’abondance

Conclusion

Bibliographie

Le prix Nobel de Physique hongrois Dennis Garbor affirme que « tout ce qui est techniquement faisable doit être réalisé, que cette réalisation soit jugée moralement bonne ou condamnable » (Gabor, 1973) ⇒ Le transhumanisme : Ce qui est possible est-il toujours souhaitable ?

 

DARPA : Visions pour 2045

Stefanie Tompkins, géologue et directeur du Bureau des sciences de la défense de la DARPA, envisage la construction de substances à partir du niveau atomique ou moléculaire jusqu’à créer des matériaux «impossibles» avec des capacités qui étaient auparavant inaccessibles.

Pam Melroy, un ingénieur en aérospatiale, ancien astronaute et actuel directeur adjoint du Bureau tactiques Technologies de la DARPA, prévoit des technologies qui permettraient aux machines de collaborer avec les humains comme des partenaires sur des tâches beaucoup plus complexes que ceux que nous pouvons nous attaquer aujourd’hui.

Justin Sanchez, un gestionnaire de programme et neuroscientifique à l’Office des technologies biologiques de la DARPA, imagine un monde où neurotechnologies pourraient permettre aux utilisateurs d’interagir avec leur environnement et d’autres personnes par la seule pensée.

  • Space: Interplanetary and interstellar travel, including faster-than-light travel; missions and permanent settlements on the Moon, Mars and the asteroid belt; space elevators
  • Transportation & Energy: Self-driving and electric vehicles; improved mass transit systems and intercontinental travel; flying cars and hoverboards; high-efficiency solar and other sustainable energy sources
  • Medicine & Health: Neurological devices for memory augmentation, storage and transfer, and perhaps to read people’s thoughts; life extension, including virtual immortality via uploading brains into computers; artificial cells and organs; “Star Trek”-style tricorder for home diagnostics and treatment; wearable technology, such as exoskeletons and augmented-reality glasses and contact lenses
  • Materials & Robotics: Ubiquitous nanotechnology, 3-D printing and robotics; invisibility and cloaking devices; energy shields; anti-gravity devices
  • Cyber & Big Data: Improved artificial intelligence; optical and quantum computing; faster, more secure Internet; better use of data analytics to improve use of resources

lire la suite sur DARPA Forward to the Future: Visions of 2045

Les nouvelles prédictions de Ray Kurzweil : l’avenir d’ici 2099

2019 – Les fils et autres câbles pour les appareils individuels et périphériques disparaîtront dans tous les domaines.
2020 – Les ordinateurs personnels atteindront une puissance de traitement comparable au cerveau humain.
2021 – L’accès à l’internet sans fil couvrira 85% de la surface de la Terre.
2022 – Les USA et l’Europe adopteront des lois réglementant les relations entre les individus et les robots. L’activité des robots, leurs droits, devoirs et autres restrictions seront formalisés.
2024 – Les éléments d’intelligence informatique seront obligatoires dans les voitures. Il sera interdit aux individus de conduire une voiture qui ne sera pas équipée d’une assistance informatique.
2025 – L’apparition d’un grand marché de gadgets-implants.
2026 – Grâce au progrès scientifique, en une unité de temps nous prolongerons notre vie d’une durée supérieure à celle qui se sera déjà écoulée.
2027 – Un robot personnel capable d’accomplir des actions complexes en toute autonomie sera aussi anodin qu’un réfrigérateur ou une machine à café.
2028 – L’énergie solaire sera si bon marché et répandue qu’elle satisfera l’ensemble des besoins énergétiques de l’humanité.
2029 – L’ordinateur pourra passer le test de Turing pour prouver son intelligence dans le sens humain du terme, grâce à la simulation informatique du cerveau humain.
2030 – Les nanotechnologies vont fleurir dans l’industrie, ce qui entraînera une baisse significative de la fabrication de tous les produits.
2031 – Les imprimantes 3D seront utilisées dans tous les hôpitaux pour imprimer des organes humains.
2032 – Les nano-robots seront utilisés à des fins médicales. Ils pourront apporter des substances nutritives jusqu’aux cellules humaines et éliminer les déchets. Ils scanneront également le cerveau humain, ce qui permettra de comprendre les détails de son fonctionnement.
2033 – Les voitures sans conducteur circuleront sur les routes.
2034 – Le premier rendez-vous de l’homme avec l’intelligence artificielle. Le film Her en version plus moderne : la compagne virtuelle pourrait être équipée d’un “corps” en projetant une image dans la rétine de l’œil – par exemple, à l’aide de lentilles ou de lunettes virtuelles.
2035 – Le matériel spatial deviendra suffisamment développé pour assurer une protection permanente de la Terre contre les astéroïdes.
2036 – En utilisant une approche de la biologie comme de la programmation, l’humanité parviendra pour la première fois à reprogrammer les cellules pour guérir des maladies, et l’utilisation d’imprimantes 3D permettra de fabriquer de nouveaux tissus et organes.
2037 – Un progrès gigantesque sera enregistré dans la compréhension du secret du cerveau humain. Des centaines de sous-régions ayant des fonctions spécifiques seront découvertes. Certains algorithmes qui codent le développement de ces régions seront décryptés et intégrés aux réseaux neuronaux d’ordinateurs.
2038 – L’apparition de personnes robotisées et de produits de technologies transhumanistes. Ils seront dotés d’une intelligence supplémentaire (par exemple, orientée sur une sphère concrète de connaissances que le cerveau humain est incapable de couvrir entièrement) et de divers implants optionnels – des yeux-caméras aux bras-prothèses supplémentaires.
2039 – Les nano-véhicules seront implantés directement dans le cerveau et effectueront une entrée et une sortie arbitraire des signaux du cerveau. Cela conduira à une réalité virtuelle “à immersion totale”, qui ne demandera aucun équipement supplémentaire.
2040 – Les systèmes de recherche seront la base des gadgets introduits dans l’organisme humain. La recherche ne se fera pas uniquement par la voix, mais aussi par la pensée, et les résultats seront affichés sur les lentilles ou les lunettes.
2041 – Le débit internet maximal sera 500 millions de fois plus élevé qu’aujourd’hui.
2042 – La première réalisation potentielle de l’immortalité – grâce à une armée de nanorobots qui complétera le système immunitaire et “nettoiera” les maladies.
2043 – Le corps humain pourra prendre n’importe quelle forme grâce à un grand nombre de nanorobots. Les organes internes seront remplacés par des dispositifs cybernétiques de bien meilleure qualité.
2044 – L’intelligence non-biologique sera des milliards de fois plus intelligente que son homologue biologique.
2045 – Arrivée de la singularité technologique. La Terre se transformera en ordinateur gigantesque.
2099 – Le processus de singularité technologique s’étend sur tout l’Univers.

SingularityHub , Wikipedia Predictions made by Ray Kurzweil

Singularité : ma troisième survie apocalyptique

1er Janvier 2046, journal de bord.

Cette fois c’est fait : j’ai survécu à trois apocalypses. La première fois, j’avais presque vingt ans. J’ai réussi à survire au passage informatique de l’an 2000. La deuxième, à l’âge de trente ans, j’ai survécu à “l’apocalypse Maya” du 21 décembre 2012. Ce qui m’avait surpris, à l’époque, c’est que lorsque la date de la fin du monde de 2012 s’est avérée inexacte, certains n’ont pu s’empêcher d’en annoncer une nouvelle : en 2045.

Ce n’était pas véritablement une annonce de fin du monde, mais plutôt l’achèvement d’un monde ou du moins d’une époque. Certains prédisaient l’apparition d’une espèce de “super-intelligence technologique” qui serait capable de surpasser l’intelligence humaine. A l’époque, on parlait de “singularité technologique” pour décrire cet événement.

Cette prédiction ressemblait étrangement à d’autres récits apocalyptiques. D’un côté, une clique de prophètes nous avertissait d’un futur où l’humanité serait balayée par la technologie. De l’autre, un groupe de penseurs plaçait au contraire tous leurs espoirs dans cette technologie qui mènerait, selon eux, à la création d’un monde meilleur. Pour ces derniers, seuls ceux qui accepteraient de fusionner avec les machines auraient un avenir.

Cette “apocalypse technologique” se préparait tranquillement, sans que j’y porte trop d’attention. La technologie envahissait chaque jour ma vie sans que je ne m’en aperçoive véritablement. En y repensant aujourd’hui, j’estimais à cette époque qu’elle améliorait mon existence: tout semblait plus facile avec les machines. Très rapidement, je n’ai plus été capable de vivre sans mon ordinateur, ma tablette, mon téléphone intelligent, mes e-mails et réseaux sociaux. Déconnecté, je sentais comme un grand vide.

Puis, tout s’est accéléré. D’abord les lunettes “augmentatrices de réalités” -mise au point par une multinationale de l’époque- sont arrivées sur le marché, rapidement remplacée par des lentilles de contact, bien plus pratique, qui me donnaient accès à un monde d’information sans limites. Ensuite sont arrivées les “Interface Cerveau-Machine” qui permettaient de connecter ma pensée, et toute ma personnalité, avec un monde virtuel et plaisant. La virtualité s’est rapidement imposée dans ma sexualité, d’autant plus que ces relations avec un “sex-robot” de l’époque avaient l’avantage d’augmenter la durée de ma vie.

Je me souviens de mon premier bras bionique. Ses fonctionnalités remplaçaient largement mon bras biologique.

Par la suite, après avoir séquencé l’ensemble de mon génome, j’ai appris que j’étais susceptible de développer différentes formes de cancer. Pour ne pas prendre de risque, dès que la technologie a été possible, j’ai décidé de remplacer mes jambes et certains de mes organes internes par des copies artificielles et améliorées.

Je n’avais même pas eu besoin de lutter pour accéder à ces nouveautés, car avec la production de masse, les prix étaient rapidement devenu accessible pour tous.

J’avais été surpris par la résistance de ma caisse maladie à rembourser mes améliorations technologiques et les différentes mises à jour de mes implants technologiques. Pour les assureurs, mes membres et organes biologiques étaient en bon état et ne nécessitaient donc pas de remplacement. Un remboursement était donc impossible. Cependant, il avait été facile de les convaincre qu’un bras ou un foie biologiques, dont les cellules peuvent à tout moment dégénérer en cancer, étaient bien plus risqués en terme de coûts que leurs équivalents technologiques, bien plus fiables et dont les différents éléments étaient remplaçables.

Un fait s’est ensuite imposé à moi: mon corps biologique -qui paraissait venir d’une époque si lointaine- ne me servait plus à rien. Je fonctionnais entièrement par l’intermédiaire d’implants technologiques, tellement plus performant que ces imperfectibles appendices biologiques qui me servaient de bras, de jambes ou de système digestif.

L’adaptation technologique n’a jamais été difficile. Tout s’est fait logiquement, par étape. La singularité technologique n’a finalement pas eu lieu en cette année 2045. Je suis donc un survivant d’une troisième apocalypse annoncée.

Ces derniers jours circulent des rumeurs sur une nouvelle apocalypse, annoncée par un groupe fondamentaliste d’arriérés d’Homo sapiens intégristes qui refusent tout changement technologique.

Ils se reproduisent encore sexuellement, une façon bien barbare et risquée de produire un enfant. Ils estiment bien naïvement que la technologie est faite pour l’être humain et pas l’inverse. Tout le monde sait que c’est faux. Ces anciennes croyances me font sourire. Depuis peu, ils menacent d’introduire un virus qui détruiraient certaines connections et effaceraient certaines données informatiques globales. Cette apocalypse là, c’est comme pour les autres! J’y survivrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr………

FATAL ERROR – FATAL ERROR
“you ran into a problem and need to restart. Press any key to continue”
“you ran into a problem and need to restart. Press any key to continue”
“you ran into a problem and need to restart. Press any key to continue”
“you ran into a problem and need to restart. Press any key to continue”

source

Ces milliardaires du Web qui veulent devenir immortels

Les transhumanistes espèrent allonger leur espérance de vie grâce aux technologies émergentes. Mais certains souhaitent carrément transférer leur esprit dans un cerveau artificiel. La première étape pour accéder à la vie éternelle.

Défier le temps qui passe, vivre éternellement. C’est le privilège des Dieux, et aussi le plus vieux rêve des hommes. Comme les pharaons, Staline et Mao Zedong envisageaient de se faire embaumer après leur dernier souffle afin que leur corps soit préservé. Aujourd’hui, c’est au tour des milliardaires du Web de tout mettre en œuvre pour accéder à l’immortalité. Mégalos ? Sûrement, mais, cette-fois le rêve semble pouvoir prendre un jour une forme de réalité, par la grâce des nouvelles technologies.

Peter Thiel, le patron quadragénaire de Paypal, finance pour cette raison les recherches d’Aubrey de Grey, un biogérontologue qui tente d’allonger l’espérance de vie en régénérant les tissus cellulaires. De leur côté, les dirigeants de Google Larry Page et Sergueï Brin multiplient les projets de recherche sur la santé. L’un des derniers en date, Baseline Study, vise à exploiter les données médicales de centaines de volontaires pour déterminer les facteurs qui permettent de rester en bonne santé.

Le projet Avatar 2045 […]

Télécharger son esprit […]

lire la suite : source

En 2045, l’être humain ne sera plus l’espèce dominante

Des scientifiques se méfient des progrès de l’intelligence artificielle. Représentent-ils un danger pour l’homme ? Sommes-nous trop enclins à les intégrer à notre quotidien ?

“Il n’existe à ce jour aucune règlementation quant au degré d’intelligence et aux facultés de communication que peut posséder une machine. Si cela continue, jetez un œil à la tendance exponentielle. Nous atteindrons la singularité technologique à la date prévue par la plupart des experts. À partir de là vous constaterez que l’espèce dominante ne sera plus l’homme mais la machine.”

Voici les mots de Louis Del Monte, physicien, entrepreneur et auteur de “La Révolution de l’Intelligence Artificielle“. Au cours d’une conversation téléphonique, il a confié ses pensées sur l’intelligence artificielle et la singularité, un point indéterminé dans le futur où la machine ne surpassera pas uniquement votre intelligence propre, mais l’intelligence de tous les êtres humains de la planète.

“Les robots nous verrons comme une espèce dangereuse et imprévisible.”

La date de cet évènement est estimée à 2040, bien que Louis Del Monte prédise que cela pourrait arriver en 2045. Dans les deux cas, le délai tourne autour de trois décennies.

“Il ne s’agira pas du scénario de Terminator ou d’une guerre, précise Louis. Au commencement d’une ère post-singulière, que les machines tentent de transformer les humains en cyborgs constitue un synopsis envisageable. C’est quasiment ce qui a lieu actuellement, puisqu’on substitue des membres artificiels à ceux qui sont déficients. Nous considérerons les machines comme des outils pratiques. La productivité basée sur l’automatisation augmentera de façon dramatique dans de nombreux pays. Basée sur le PIB de chaque employé, elle a déjà doublé en Chine, suite à la robotisation.”

“D’ici la fin du siècle, a-t-il poursuivi, la majorité des êtres humains seront des cyborgs (mi humain mi machine). La tendance sera à l’immortalité. Les machines progresseront dans le domaine médical, la plupart des hommes auront davantage de temps libre et nous penserons que notre situation n’aura jamais été aussi appréciable. L’inquiétude que je soulève est que les robots nous considéreront comme une espèce dangereuse et imprévisible.”

Louis est convaincu que les machines deviendront conscientes et capables de se défendre. Elles “risquent de nous comparer à des insectes nuisibles.” L’être humain est une espèce “instable, qui engendre des guerres et des armes capables de raser la terre à plusieurs reprises, et qui produisent des virus informatiques”. Pas vraiment un charmant compagnon.

“Les robots sont capables de se mentir les uns aux autres”

Son livre fait office “d’avertissement”. L’intelligence artificielle acquiert de plus en plus de capacités et nous les adoptons aussi rapidement qu’elles apparaissent. Une opération cardiaque “constitue presque une banalité, explique-t-il, mais elle nécessite des capteurs et l’intelligence artificielle pour réguler le cœur.”

En 2009, une expérience a démontré que les robots sont capables de se mentir les uns aux autres. Menée dans le Laboratoire des Systèmes Intelligents de l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne en Suisse, elle employait des robots programmés pour trouver des ressources bénéfiques comme l’énergie et éviter celles qui seraient dangereuses. Ce qui est incroyable, c’est que les robots ont appris à mentir en essayant d’accumuler ces ressources pour eux-mêmes.

“Par conséquent, ils développent également un instinct de survie, nous a confié Louis Del Monte. Qu’ils en aient conscience ou non est sujet à controverses.”

Article de Dylan Love, Traduction par FlorianeWittner, JDNVoir l’article original : By 2045 ‘The Top SpeciesWill No Longer BeHumans,’ And ThatCouldBe A Problem