Les JO de Paris 2024 utiliseront la reconnaissance faciale d’id3

La technologie de contrôle d’accès biométrique d’EASIMob (Environnement pour l’Accès Sécurisé par Identification, Mobile et Biométrique), un projet mené par id3 Technologies en partenariat avec Advanced Track & Trace (ATT) et le Grenoble Alpes Cybersecurity Institute (Cyber@Alps), a été présélectionnée pour la sécurité des Jeux Olympiques et paralympiques de Paris 2024. La présélection fait partie d’un appel à projets de l’Agence nationale de la recherche (ANR).

Le système EASIMob utilise un cachet numérique visible incorporant les données biométriques cryptées de l’utilisateur, développées par ATT, et la reconnaissance faciale d’id3, avec une architecture de cybersécurité optimisée par Cyber@Alps, selon l’annonce. Cela permet à l’utilisateur d’être vérifié sans utiliser de base de données et le code peut être imprimé ou stocké numériquement sur un smartphone.

L’architecture du système est résistante et résiliente face aux cyberattaques, et EASIMob adopte une approche security-by-design et des mécanismes de chiffrements performants afin de garantir la robustesse du système, l’intégrité des données et sa conformité aux exigences RGPD, indique id3.

L’annonce indique également que le projet a été soutenu et labellisé par le pôle Minalogic.

Avant les jeux, id3 sera en charge du pilotage et la technologie pourrait être envisagée pour les prochains événements en France, tels que le Championnat d’Europe d’athlétisme de 2020 ou la Coupe du monde de rugby en 2023.

Air France et ADP lancent un projet pilote d’embarquement biométrique

Air France et les Aéroports de Paris (ADP) ont convenu de lancer un projet d’embarquement biométrique au début de l’année prochaine, qui utilisera la reconnaissance faciale pour améliorer l’expérience de voyage et accélérer les processus de traitement des embarquements et des dépôts de bagages dans les aéroports français, écrit L’Express. Air France et une autre compagnie aérienne intégreront le système à la place des cartes d’embarquement à l’aéroport Paris Orly sur trois vols réguliers, vraisemblablement dans l’espace européen.

“Nous avons déjà déployé la reconnaissance faciale au passage à la frontière et nous expérimentons l’utilisation d’une carte biométrique”, confirme un porte-parole du groupe ADP.

Avant de donner le feu vert au projet, la CNIL avait quelques exigences telles que de ne capturer que les visages des individus, et non les yeux des autres à l’arrière-plan, et de ne pas utiliser la base de données à des fins commerciales.

“Les informations recueillies (données biométriques) seront détruites après le décollage de l’avion, ce qui signifie qu’il n’y aura pas de rétention et que le passager, qui doit donner son accord, sera obligé de répéter la procédure à chaque passage à l’aéroport”, explique Clémence Scottez, chef du service des affaires économiques à la CNIL.

“Notre objectif aujourd’hui est un passage à l’échelle de la biométrie dans nos aéroports parisiens, pour qu’en 2024-2025, elle jalonne de bout en bout le parcours passager”, a déclaré un porte-parole d’ADP.

Pour réduire les files d’attente aux frontières, le nombre de systèmes de reconnaissance faciale pour le contrôle automatique des passeports a triplé, passant de 37 en 2018 à 102. Le gouvernement veut réduire les temps d’attente pour les vols internationaux jusqu’à 45 minutes, et jusqu’à 30 minutes pour Schengen. ADP explique qu’à l’aéroport d’Orly, la nouvelle technologie permet de traiter “300 passages par heure contre 150 pour l’ancienne génération”.

La France lance un programme national d’identification faciale à l’échelle nationale

2024 pourrait devenir 1984 sans réglementation biométrique

Le président de Microsoft a déclaré que nous devions réglementer la technologie de reconnaissance faciale avant que «l’année 2024 ne ressemble à celle du livre 1984 »

Brad Smith a annoncé la nécessité de réglementer la technologie de reconnaissance faciale, avertissant un auditoire d’acteurs de l’industrie de l’internet que 2024 pourrait ressembler au livre «1984» sans la mise en place rapide de garanties visant à limiter son utilisation par les entreprises et les gouvernements, rapporte Recode.

Smith a pris la parole lors de la conférence Web Summit au Portugal, où il a averti que la technologie pourrait bientôt permettre aux gouvernements de suivre tout le monde et de consigner toutes les actions, ce qui pourrait avoir de profondes répercussions sur les libertés civiles fondamentales sur lesquelles reposent les sociétés démocratiques.

« Cela signifie potentiellement que à chaque fois que vous entrez dans un magasin, un détaillant sait à quel moment vous y étiez, quels biens vous avez choisi, quels achats vous avez achetés », déclare Smith. « Je pense même que cela est franchement dérisoire par rapport à ce que cela pourrait produire dans les relations entre les individus et l’État. »

Microsoft construit une technologie de reconnaissance faciale, et Smith a déjà rendu public le besoin de réglementation. Facebook et Apple aussi. Amazon vend sa technologie de reconnaissance faciale aux forces de l’ordre, un arrangement qui a provoqué la colère de certains de ses employés qui s’inquiètent de la façon dont elle est utilisée à des fins de surveillance.

L’ancien Premier ministre britannique Tony Blair a rejoint Smith sur scène et a soutenu son appel à la réglementation.

« Je ne pense pas que les gouvernements soient encore équipés pour comprendre [ces problèmes], mais je pense qu’ils doivent l’être », a déclaré Blair. « Il est vraiment nécessaire pour ceux du monde de la technologie… d’éduquer les décideurs politiques sur ce que cela signifie. »

Blair a également suggéré que le premier groupe politique à exploiter la question dans un récit d’utilisation bénéfique pourrait représenter l’avenir de la politique.

Société Générale expérimente la carte bancaire biométrique

Identité Augmentée

La Société Générale expérimente la première carte de paiement biométrique, en collaboration avec IDEMIA, utilisant le module de capteur d’empreintes digitales T-Shape de Fingerprint Cards.

La banque envisage de supprimer le plafond des paiements sans contact, actuellement fixé à 30 € en France, sur la base de l’authentification client renforcée et fournie par un capteur d’empreinte digitale, selon le communiqué. Goode Intelligence a noté dans un rapport récent que la possibilité d’utiliser des cartes sans contact pour des transactions de plus grande valeur est l’un des facteurs potentiels qui, selon elle, entraînera l’utilisation de la biométrie pour les paiements de 2,6 milliards de personnes d’ici 2023.

Le module T-Shape, qui fait partie de la série FPC1300 (capteurs tactiles ultra-minces optimisés pour une intégration dans les cartes à puce), indique que sa consommation énergétique est extrêmement basse et que ses performances biométriques sont supérieures, grâce à des terminaux de paiement sans contact standard.

La Société Générale a également ouvert un compte biométrique en ligne (avec reconnaissance faciale biométrique et selfie dynamique). Cette nouvelle annonce est la première pour IDEMIA depuis que Yann Delabrière a été nommé en remplacement de Didier Lamouche en tant que PDG.

Les cartes à puce sans contact constituent l’un des trois segments du marché. Les cartes à empreinte digitale ont été identifiées comme zones cibles depuis son apparition au Mobile World Congress de 2018 à Shanghai. Les capteurs de la série FPC1300 et la solution F.CODE d’IDEMIA ont été utilisés lors du premier essai de carte de paiement biométrique au Japon, qui a été lancé plus tôt cette année.

Société Générale, Biometricupdate

Compte à rebours pour les prédictions de la Singularité

Peter Diamandis a demandé aux gens les plus intelligents qu’il connaît leurs prédictions technologiques pour les 20 prochaines années (2018-2038). Quelles sont les avancées que nous pouvons espérer sur notre compte à rebours à la Singularité ?

2018 : Suprématie quantique atteinte : La première démonstration d’un calcul quantique qui ne peut être simulé avec des supercalculateurs classiques est annoncée.

2020 : Les opérations de voitures volantes décollent dans une douzaine de villes dans le monde. Le réseau 5G libère des vitesses de connexion de 10 à 100 gigabits pour les téléphones portables dans le monde entier.

2022 : Les robots sont monnaie courante dans la plupart des foyers à revenu moyen, capables de lire de manière fiable les lèvres et de reconnaître les gestes du visage, de la bouche et de la main. Tous les jouets sont “intelligents” avec un apprentissage automatique intégré.

2024 : Les premières missions humaines privées ont été lancées pour la surface de Mars. Les premiers accords «un cent par kilowatt-heure» pour l’énergie solaire et éolienne sont signés.

2026 : La possession de voiture est morte et les voitures autonomes dominent nos routes. 100 000 personnes se rendent chaque jour à bord de VTOL (aéronef à décollage et atterrissage verticaux) dans chacune des villes suivantes : Los Angeles, Tokyo, Sao Paulo et Londres.

2028 : Le solaire et le vent représentent près de 100% de la production d’électricité nouvelle. Les véhicules électriques autonomes représentent la moitié des kilomètres parcourus dans les grands centres urbains.

2030 : L’IA réussit le test de Turing, ce qui signifie qu’elle peut égaler (et dépasser) l’intelligence humaine dans tous les domaines. L’humanité a atteint la «vitesse d’évasion de la longévité» pour les plus riches.

2032 : Nanorobots médicaux démontrés chez l’homme sont capables d’étendre le système immunitaire. Les robots Avatar deviennent populaires, permettant à chacun de «téléporter» sa conscience dans des endroits éloignés du monde entier.

2034 : Des sociétés comme Kernel ont établi des liens significatifs et fiables entre le cortex humain et le Cloud. Les robots agissent comme domestiques, majordomes, infirmières et nounous, et deviennent des compagnons à part entière. Ils soutiennent l’autonomie des personnes âgées à la maison.

2036 : Les traitements de longévité sont couramment disponibles et couverts par des polices d’assurance-vie, prolongeant la durée de vie moyenne de l’homme de 30 à 40 ans.

2038 : La vie quotidienne est maintenant méconnaissable – incroyablement bonne et l’hyper VR et l’intelligence artificielle augmentent toutes les parties du monde et tous les aspects de la vie humaine quotidienne.

Des experts prédisent quand l’intelligence artificielle dépassera la performance humaine

Le transport routier sera informatisé bien avant la chirurgie, disent des chercheurs en informatique.

L’intelligence artificielle change le monde et le fait à une vitesse vertigineuse. La promesse est que les machines intelligentes seront en mesure de faire chaque tâche mieux et à moindre coût que les humains. À tort ou à raison, une industrie après l’autre tombe sous son charme, même si peu en ont considérablement profité jusqu’à présent.

Et cela soulève une question intéressante : quand l’intelligence artificielle dépassera-t-elle les performances humaines ? Plus précisément, quand est-ce qu’une machine fera-t-elle votre travail mieux que vous ?

Aujourd’hui, nous avons un début de réponse grâce au travail de Katja Grace de la Future of Humanity Institute de l’Université d’Oxford et à quelques confrères. Pour le savoir, ces personnes ont demandé aux experts. Ils ont interrogé les principaux chercheurs mondiaux en intelligence artificielle en leur demandant à quel moment ils pensent que les machines intelligentes dépasseront les humains dans un large éventail de tâches. Et la plupart des réponses sont assez surprenantes.

Les experts avec qui Grace et son équipe ont coopéré étaient des universitaires et des experts de l’industrie qui ont donné des communications à la conférence internationale sur le machine learning en juillet 2015 et la conférence Neural Information Processing Systems en décembre 2015. Ces deux événements étaient très importants pour les experts en intelligence artificielle, il était donc bon de parier que de nombreux experts mondiaux étaient sur cette liste.

Grace Katja et son équipe leur ont demandé à tous – les 1 634 d’entre eux – de compléter un sondage sur à quel moment l’intelligence artificielle deviendra-t-elle meilleure et moins chère que les humains dans un large éventail de tâches. Parmi ces experts, 352 ont répondu. Grave et son équipe ont ensuite calculé leurs réponses médianes.

Les experts prédisent que l’intelligence artificielle dépassera les humains au cours des 10 prochaines années dans des tâches telles que la traduction des langues (d’ici à 2024), la rédaction de manuels scolaires (d’ici à 2026) et la conduite de camions (d’ici 2027).

Cependant, beaucoup d’autres tâches prendront beaucoup plus de temps à maîtriser pour les machines. L’IA ne sera pas plus compétente que les humains pour travailler dans le commerce de détail jusqu’en 2031, capable d’écrire un best-seller jusqu’en 2049, ou capable de travailler en tant que chirurgien jusqu’en 2053.

Les experts sont loin d’être infaillibles. Ils avaient prédit que l’IA serait plus douée que les humains au Go qu’en 2027 (c’était en 2016, rappelez-vous). En fait, la filiale DeepMind de Google a déjà développé une intelligence artificielle capable de battre les meilleurs humains. Cela a pris deux ans au lieu de 12. Il est facile de penser que cela puisse permettre de démentir ces prédictions.

Les experts pensent avec une probabilité de 50 % que l’intelligence artificielle sera meilleure que les humains dans environ 45 ans.

C’est le genre de prédiction qui doit être prise avec des pincettes. L’horizon de prédiction à 40 ans devrait toujours être vu comme un signal d’alarme. Selon certains experts en énergie, une énergie de fusion rentable est à environ 40 ans, mais ça a toujours été le cas. C’était déjà à 40 ans lorsque les chercheurs ont exploré la fusion il y a plus de 50 ans. Mais c’est resté un rêve lointain parce que les défis se sont révélés plus importants que ce qu’on imaginait.

Quarante ans est un nombre important lorsque les humains font des prédictions parce que c’est la durée de la vie active de la plupart des gens. Ainsi, tout changement prédit allant plus loin que cela, signifie que le changement se produira au-delà de la durée de vie active de tous ceux qui travaillent aujourd’hui. En d’autres termes, cela ne peut se produire avec une technologie dont les experts d’aujourd’hui ont une expérience pratique. Cela suggère qu’il s’agit d’un nombre à traiter avec prudence.

Mais taquiner les chiffres montre quelque chose d’intéressant. Cette prédiction sur 45 ans est la figure médiane de tous les experts. Peut-être qu’un sous-ensemble de ce groupe est plus expert que les autres ?

Pour savoir si différents groupes ont fait des prédictions différentes, Grace Katja et ses confrères ont examiné comment les prédictions ont changé avec l’âge des chercheurs, le nombre de leurs rapports (c’est-à-dire leur expertise) et leur région d’origine.

Il s’avère que l’âge et l’expertise ne font aucune différence dans la prédiction, mais c’est le cas avec l’origine. Alors que les chercheurs nord-américains s’attendent à ce que l’IA surpasse tous les humains d’ici 74 ans, les chercheurs d’Asie s’y attendent d’ici seulement 30 ans.

C’est une grande différence qui est difficile à expliquer. Et cela soulève une question intéressante : qu’est-ce que les chercheurs asiatiques savent que les nord-américains ne savent pas (ou vice versa) ?

Ref: arxiv.org/abs/1705.08807 : When Will AI Exceed Human Performance? Evidence from AI Experts

traduction Thomas Jousse

MIT Technology Review

Les nouvelles prédictions de Ray Kurzweil : l’avenir d’ici 2099

2019 – Les fils et autres câbles pour les appareils individuels et périphériques disparaîtront dans tous les domaines.
2020 – Les ordinateurs personnels atteindront une puissance de traitement comparable au cerveau humain.
2021 – L’accès à l’internet sans fil couvrira 85% de la surface de la Terre.
2022 – Les USA et l’Europe adopteront des lois réglementant les relations entre les individus et les robots. L’activité des robots, leurs droits, devoirs et autres restrictions seront formalisés.
2024 – Les éléments d’intelligence informatique seront obligatoires dans les voitures. Il sera interdit aux individus de conduire une voiture qui ne sera pas équipée d’une assistance informatique.
2025 – L’apparition d’un grand marché de gadgets-implants.
2026 – Grâce au progrès scientifique, en une unité de temps nous prolongerons notre vie d’une durée supérieure à celle qui se sera déjà écoulée.
2027 – Un robot personnel capable d’accomplir des actions complexes en toute autonomie sera aussi anodin qu’un réfrigérateur ou une machine à café.
2028 – L’énergie solaire sera si bon marché et répandue qu’elle satisfera l’ensemble des besoins énergétiques de l’humanité.
2029 – L’ordinateur pourra passer le test de Turing pour prouver son intelligence dans le sens humain du terme, grâce à la simulation informatique du cerveau humain.
2030 – Les nanotechnologies vont fleurir dans l’industrie, ce qui entraînera une baisse significative de la fabrication de tous les produits.
2031 – Les imprimantes 3D seront utilisées dans tous les hôpitaux pour imprimer des organes humains.
2032 – Les nano-robots seront utilisés à des fins médicales. Ils pourront apporter des substances nutritives jusqu’aux cellules humaines et éliminer les déchets. Ils scanneront également le cerveau humain, ce qui permettra de comprendre les détails de son fonctionnement.
2033 – Les voitures sans conducteur circuleront sur les routes.
2034 – Le premier rendez-vous de l’homme avec l’intelligence artificielle. Le film Her en version plus moderne : la compagne virtuelle pourrait être équipée d’un “corps” en projetant une image dans la rétine de l’œil – par exemple, à l’aide de lentilles ou de lunettes virtuelles.
2035 – Le matériel spatial deviendra suffisamment développé pour assurer une protection permanente de la Terre contre les astéroïdes.
2036 – En utilisant une approche de la biologie comme de la programmation, l’humanité parviendra pour la première fois à reprogrammer les cellules pour guérir des maladies, et l’utilisation d’imprimantes 3D permettra de fabriquer de nouveaux tissus et organes.
2037 – Un progrès gigantesque sera enregistré dans la compréhension du secret du cerveau humain. Des centaines de sous-régions ayant des fonctions spécifiques seront découvertes. Certains algorithmes qui codent le développement de ces régions seront décryptés et intégrés aux réseaux neuronaux d’ordinateurs.
2038 – L’apparition de personnes robotisées et de produits de technologies transhumanistes. Ils seront dotés d’une intelligence supplémentaire (par exemple, orientée sur une sphère concrète de connaissances que le cerveau humain est incapable de couvrir entièrement) et de divers implants optionnels – des yeux-caméras aux bras-prothèses supplémentaires.
2039 – Les nano-véhicules seront implantés directement dans le cerveau et effectueront une entrée et une sortie arbitraire des signaux du cerveau. Cela conduira à une réalité virtuelle “à immersion totale”, qui ne demandera aucun équipement supplémentaire.
2040 – Les systèmes de recherche seront la base des gadgets introduits dans l’organisme humain. La recherche ne se fera pas uniquement par la voix, mais aussi par la pensée, et les résultats seront affichés sur les lentilles ou les lunettes.
2041 – Le débit internet maximal sera 500 millions de fois plus élevé qu’aujourd’hui.
2042 – La première réalisation potentielle de l’immortalité – grâce à une armée de nanorobots qui complétera le système immunitaire et “nettoiera” les maladies.
2043 – Le corps humain pourra prendre n’importe quelle forme grâce à un grand nombre de nanorobots. Les organes internes seront remplacés par des dispositifs cybernétiques de bien meilleure qualité.
2044 – L’intelligence non-biologique sera des milliards de fois plus intelligente que son homologue biologique.
2045 – Arrivée de la singularité technologique. La Terre se transformera en ordinateur gigantesque.
2099 – Le processus de singularité technologique s’étend sur tout l’Univers.

SingularityHub , Wikipedia Predictions made by Ray Kurzweil