La singularité dans les systèmes complexes

Mise à jour 10/2017. Résumé : Le thème de la singularité, si difficile à aborder dans un système de pensée purement cartésien, peut devenir un thème d’étude et de questionnements dans le domaine des systèmes complexes naturels et artificiels où la singularité des émergences invite à s’interroger sur cette 10 caractéristique particulière. Pour autant, ce thème demande à être davantage investigué tant les acceptions sont différentes, d’une discipline à l’autre, derrière ce mot. Au delà des différences, on peut réduire le concept de singularité à cinq catégories fondamentales de compréhension par delà les disciplines.

Télécharger le PDF

Dominique Badariotti. La singularité dans les systèmes complexes.Editorial.. Journal of Interdisciplinary Methodologies and Issues in Science, Journal of Interdisciplinary Methodologies and Issues in Science, 2017, Singularity in Natural and Artificial Complex Systems. 〈halshs-01255111v3〉

Dominique Badariotti. La singularité dans les systèmes complexes. 2016. <halshs-01255111v2>

Télécharger le PDF

Colloque sur le Transhumanisme du Club du Millénaire à Sciences Po Lille 18-21 avril 2016

Le Club du Millénaire vous invite à son colloque annuel le lundi 18, mercredi 20 et jeudi 21 avril centré sur le transhumanisme. Deux tables-rondes et un débat avec support vidéo sont organisés.

“Le transhumanisme, c’est-à-dire l’amélioration de l’humain par la science, fascine par ses promesses comme “la vie sans travail”, “la correction de nos défauts” voire même “la mort de la mort”.

Certains estiment ces buts dignes de films de science-fiction possibles grâce aux progrès phénoménaux des machines ou des technologies. L’intelligence artificielle pourrait, dès 2030, devenir aussi puissante que l’intelligence humaine. Les possibilités du transhumanisme sont sans limites pour ses partisans: le décuplement des facultés physiques (bras, yeux, organes vitaux); la numérisation des connaissances et de la pensée, voire son transfert dans un androïde; qui pourrait amener à l’immortalité!

Si le transhumanisme peut paraître sans limite, il faut se demander si l’on peut y accéder sans dérive et si son utilisation est éthique.

En effet, le coût de ces augmentations pose des problèmes d’égalité, tout comme la sélection eugénique, risquant de créer une humanité à deux vitesses. De plus, quelle démocratie dans un pays où certains sont connectés en permanence et d’autres marginalisés ? Quelle vie privée et quelle sécurité quand chacun de nos faits et gestes, voire chacune de nos pensées, peuvent être enregistrés et exploités ? L’Homme a-t-il le droit, moralement, de modifier à ce point la Nature ?

Nous tenterons de brosser un panorama complet de ces interrogations au travers de deux tables rondes, la première permettant de définir le périmètre du transhumanisme, et la seconde destinée à penser les conséquences sociales et éthiques de ce phénomène.”

La première table-ronde se déroulera le lundi 18 avril, sur le thème suivant : « Qu’est-ce que le transhumanisme ? De la correction à l’augmentation, quelle limite à l’humain ? ». Les intervenants présents à cette occasion seront :

– Didier CŒURNELLE, vice-président de l’Association française transhumaniste (AFT) – Technoprog

– Gaëlle LE DREF, doctorante à l’Université de Strasbourg, spécialiste des questions de transhumanisme, posthumanisme, biotechnologies et bioéthique.

La deuxième table-ronde aura lieu le jeudi 21 avril, sur le thème suivant : « Enjeux sociaux et éthiques du transhumanisme : utopie ou dystopie, quel modèle de société ? ». Les intervenants présents seront les suivants :

– Mehdi ACHOUCHE, maître de conférence en anglais à l’Université de Lyon, spécialiste des questions d’utopisme technologique et de transhumanisme

– Didier CŒURNELLE, vice-président de l’Association française transhumaniste (AFT) – Technoprog

– Guillaume FAUVEL, doctorant à l’Université de Rennes, spécialiste en philosophie politique

Au cours de ce colloque, sera également diffusée une présentation vidéoprojetée d’Alexandre ERLER, philosophe de l’Université d’Oxford et de l’Université de Thessalonique, spécialiste de l’éthique technologique.

Enregistrer

Inserm : Un implant pour régénérer le cartilage

Une équipe de chercheurs spécialisés en nanomédecine régénérative, travaillant au sein de l’Université de Strasbourg et des hôpitaux universitaires de Strasbourg sous la direction de Nadia Benkirane-Jessel, a imaginé une nouvelle approche d’implant ostéo-articulaire.

Un nouvel implant devrait permettre de reconstituer intégralement une articulation abimée. Composé de différentes couches, il inclut des facteurs de croissance de l’os ainsi que des cellules souches. Un essai clinique pourrait démarrer en 2016 pour tester cette innovation chez des patients présentant des lésions au niveau du genou.

Pour cela, les chercheurs ont créé un implant composé de deux compartiments :

  • Le premier est une membrane nanofibreuse, à base de collagène ou de polymères, dotée de nanoréservoirs de facteurs de croissance osseux, pour favoriser la réparation de l’os.
  • Le second est une couche d’hydrogel (alginate) renfermant de l’acide hyaluronique et des cellules souches dérivées de la moelle osseuse du patient, favorisant la régénération du cartilage.

lire la suite sur l’Inserm