Un bébé est né d’un embryon congelé pendant 24 ans

En novembre 2017, un bébé est né avec succès d’un embryon congelé pendant 24 ans – la période la plus longue qu’un embryon viable ait jamais été stocké. Le bébé Emma n’est qu’un exemple des étonnantes solutions de fertilité développées par la science en quelques années seulement.

Un “snowbaby” est un terme utilisé pour décrire un embryon qui est congelé en stockage et préservé pour une future naissance potentielle. En novembre 2017, l’embryon ayant été congelé le plus longtemps est né avec succès au Tennessee. L’embryon, créé à partir de donneurs anonymes, a été gelé le 14 octobre 1992, juste un an après la naissance de sa mère, Tina Gibson. Emma Wren Gibson est née le 25 novembre 2017.

CNN, DOI: http://dx.doi.org/10.1016/j.fertnstert.2010.08.056

Kallistem obtient des spermatozoïdes humains complets in vitro

Des biologistes japonais ouvrent la voie à la procréation humaine sans utilisation d’ovocytes

C’est fait. Des biologistes japonais viennent de révéler être parvenus à créer des souris à partir d’ « œufs artificiels », créés à partir de cellules de peau de souris adultes. Réalisée par une équipe dirigée par le Pr Katsuhiko Hayashi (département de biologie du développement de cellules souches de l’Université de Kyushu) cette première est publiée et détaillée  dans la revue Nature : “Mouse eggs made from skin cells in a dish” (David Cyranoski). Elle est aussi commentée, le plus souvent avec enthousiasme, par des chercheurs britanniques, notamment sur les sites de la BBC : « Healthy mice from lab-grown eggs » et du Telegraph : “Scientists create live animals from artificial eggs in ‘remarkable’ breakthrough”.

lire la suite sur Journalisme et Santé Publique

Le futur de la procréation

Les Notes de l’Institut Diderot, 2 juillet 2011, par Pascal Nouvel

Après une thèse de biologie réalisée à l’Institut Pasteur dans le laboratoire de François Jacob, Pascal Nouvel entreprend une thèse de philosophie consacrée au rôle de l’imagination dans la création scientifique. Professeur de philosophie à l’université Paul Valéry de Montpellier, il est l’auteur de sept ouvrages dont Enquête sur le concept de modèle (PUF) et l’Histoire des amphétamines (PUF).

Avant-propos : Trop souvent les questions philosophiques réactivées par les progrès des sciences du vivant – le domaine de ce qu’on appelle la « bioéthique » – ne font l’objet d’une prise de conscience que dans l’après-coup d’une réalisation technique imprévue. Le clonage de la brebis Dolly en 1996 en est un exemple mémorable par l’ampleur des réactions incrédules, hostiles ou enthousiastes qu’il a suscitées.

Pascal Nouvel, biologiste de formation et professeur de philosophie à l’Université Paul Valéry de Montpellier, nous incite à prendre les devants pour ne pas céder à la panique le moment venu sur l’un des fronts les plus actifs de la recherche actuelle, celui de la procréation.

Comment nous préparer à l’apparition très probable de nouvelles techniques de procréation par fécondation in vitro reposant sur la production de cellules sexuelles (gamètes) artificielles ? Imaginez, par exemple, qu’un simple prélèvement de peau suffirait !

Ces techniques « non classiques » de procréation vont bousculer l’idée que nous nous faisons de notre filiation. Faire naître des enfants à partir de gamètes provenant de deux individus de même sexe (féminin ou masculin) enfreindrait « la règle universelle de la procréation humaine jusqu’à ce jour ».

La logique de Pascal Nouvel nous invite à penser aux extrêmes et à faire une expérience de pensée indispensable à la maîtrise intellectuelle, demain, d’un processus qui apparaît aujourd’hui d’ores et déjà engagé.

Pr. Dominique Lecourt
Directeur général de l’Institut Diderot

Télécharger le PDF : Pascal Nouvel : Le futur de la procréation

 

Kallistem obtient des spermatozoïdes humains complets in vitro

Première mondiale en fertilité masculine : Kallistem obtient des spermatozoïdes humains complets in vitro

Ces recherches ouvrent la voie à des thérapies innovantes pour préserver et restaurer la fertilité masculine, un véritable enjeu de société au niveau mondial, où l’on a observé depuis 50 ans une baisse de 50% du nombre de spermatozoïdes

Lyon, France – le 5 mai 2015 – Kallistem, société qui développe des technologies de culture cellulaire innovantes en biologie de la reproduction, annonce aujourd’hui une première mondiale, la spermatogenèse humaine in vitro. La société est parvenue fin 2014 à produire en laboratoire des spermatozoïdes humains complètement formés, à partir de biopsies testiculaires de patients ne contenant que des cellules germinales immatures (spermatogonies).

Plusieurs équipes dans le monde tentent depuis plus de 15 ans de réaliser une spermatogenèse humaine in vitro. C’est un processus physiologique extrêmement complexe dont la durée est de 72 jours. Pour parvenir à cette première mondiale, Kallistem s’appuie sur deux technologies innovantes brevetées qui pourront répondre aux normes règlementaires en vigueur.

Cette avancée scientifique et technologique va permettre à Kallistem d’affirmer sa position de leader mondial dans le domaine de la spermatogenèse in vitro. La société s’est développée jusqu’ici en investissant sur ses fonds propres et prévoit en 2015 de lever des fonds pour accélérer son plan de développement. Elle est également à la recherche de partenaires pour assurer son développement aux Etats-Unis.

« L’entreprise vise un marché mondial sur lequel aucun acteur n’est actuellement présent et qui se chiffre à plusieurs milliards d’euros, ce qui devrait convaincre les futurs partenaires financiers de participer au premier tour de financement qui devrait intervenir avant fin 2015. »

Selon les estimations de la société, le traitement de l’infertilité masculine pourrait représenter un marché supérieur à 2,3 milliards d’euros avec plus de 50 000 nouveaux patients par an.

Téléchargez le communiqué

Le marché de la stérilité et l’industrie de la procréation artificielle

documentaire de Maria Poumier, 60’02 sur le marché de la stérilité, l’industrie de la procréation artificielle, la GPA. Avec Farida Belghoul, Roger Bongos, Lucien Cerise, Francis Cousin, Dr.Jean-Pierre Dickès, Père Olivier Horovitz, Béatrice Pignède, Sébastien Renault, Claire Séverac